Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Le Trombinoscope veut dédiaboliser le FN

31 Janvier 2015, 09:22am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Un petit quarteron de sept journalistes, jury du Trombinoscope, a osé décerner, sans état d’âme, le prix de « l’élu local de l’année » à Steeve Briois, maire Front national d’Hénin Beaumont et député européen.

Ils ont fait très fort les Arlette Chabot, Laurent Joffrin, Christophe Barbier, Gilles Leclerc, et autres Bruno Dive, Paul-Henri du Limbert, ou Alberto Toscano pour décerner ce prix le jour même où l’on commémorait le 70ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz le 27 janvier 1945.

Il faut dire que l’élu FN n’a pas lésiné pour pouvoir figurer au palmarès du Trombinoscope... Comme par exemple l’expulsion de la Ligue des droits de l’homme de son local héninois, son arrêté anti-mendicité contre les Roms, et bien d’autres exploits qui ont dû compter dans le choix des journalistes membres du jury.

Cette distinction à un édile du parti de la famille Le Pen a toutefois fait sursauter le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, qui a refusé de participer à la remise des prix politiques du Trombinoscope pour ne pas croiser le récipiendaire. La remise des breloques a pourtant bien eu lieu à l'Hôtel de Lassay, résidence officielle du président de l'Assemblée où le président de Public Sénat, Gilles Leclerc a fait le « job ».

Toute honte bue, le jury a expliqué que ce prix au maire frontiste consacrait le fait que « L'année politique 2014 en France aura été marquée par la propulsion visible du Front national non plus seulement dans le débat politique mais sur le plan électoral ».

Cette déclaration ira certainement droit au cœur de nos collègues et amis de Charlie Hebdo et de leurs familles endeuillées, quinze jours à peine après une manifestation de quatre millions de citoyens de ce pays qui ont marché contre toutes les formes de haine, de racisme, de xénophobie et pour la liberté d’expression.

Pour le SNJ-CGT, ce prix décerné est indigne de la profession.
Il appelle le jury des sept "faiseurs d'opinion" à se déjuger et à décerner son prix à la rédaction de Charlie Hebdo. Maintenant.

Montreuil, le 28/1/2015

Voir les commentaires

Patrick Apel-Muller : la loi Macron contre la liberté d'informer

31 Janvier 2015, 09:19am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Les journalistes de nombreux médias s'élèvent aujourd'hui contre « la protection du secret des affaires » que veut instituer le ministre des Finances" déclare Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction de l'Humanité. "Ils demandent le « retrait pur et simple » de cet article de la Loi Macron qui menace les syndicalistes, les lanceurs d'alerte et la presse" conclut-il. Réalisation : Abrahim Saravaki.

Voir les commentaires

1965-Catastrophe minière d’Avion, la plus meurtrière depuis la Libération (21 victimes) la municipalité consacre une journée entière au souvenir de cette catastrophe ce samedi 31 décembre.

31 Janvier 2015, 09:18am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

1965-Catastrophe minière d’Avion, la plus meurtrière depuis la Libération (21 victimes) la municipalité consacre une journée entière au souvenir de cette catastrophe ce samedi 31 décembre.

Le 2 février 1965 s’écrit en lettres de sang et de larmes dans la mémoire collective avionnaise. Pour marquer le 50e anniversaire de cette catastrophe, la plus meurtrière depuis la Libération (21 victimes) la municipalité consacre une journée entière au souvenir de cette catastrophe ce samedi 31 décembre. En voici le programme :

11h : Vernissage de l’exposition "1965-Catastrophe minière d’Avion" organisée par la municipalité avec le concours de la section CGT-Mineurs d’Avion et l’Institut d’Histoire Sociale Mine-Energie et sous la présidence de M. Norbert Gilmez. Hall de l’Hôtel de ville.
12h : Inauguration du Monument des Mineurs réalisé par M. Raoul Csizmadia, square Victor-Foulon, rue de la Bastille.
14h : Projection du film "Les passagers du charbon" réalisé par Florent Le Demazel au cinéma Familia.
15h30 : Colloque "La mine, son histoire, ses catastrophes" salle du Familia. Avec la participation de François Duteil, Président de l’Institut d’Histoire Sociale CGT-Mine Energie ; Achille Blondeau, ancien secrétaire de la FNSS ; Pierre Outterick, historien ; Stephan Stiro, historien.

Voir les commentaires

Ukraine : naissance de la nouvelle Europe purifiée ?

31 Janvier 2015, 09:03am

Publié par librairie-tropiques.over-blog.com

Cet article est reposté depuis Librairie Tropiques.

Voir les commentaires

Notre camarade Emile nous a quitté

28 Janvier 2015, 16:55pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Emile à la fête de liberté à Avion le 9 mai 2013

Emile à la fête de liberté à Avion le 9 mai 2013

Figure du Parti communiste dans la commune de Neuville-Vitasse, où il a été de nombreuses années conseillé communiste, syndicaliste responsable à Fauvet Girel, militant exemplaire, Émile est jusqu'au bout resté fidèle à ses idéaux communistes (45 ans environs) et humanistes. Bien que frappé par la maladie depuis de nombreux mois, jusqu'au bout, il est également demeuré fidèle à ses convictions syndicales de classe.

Émile s'en est allé le 26 janvier 2015 à 13 h 00

Ses funérailles auront lieu à Neuville-Vitasse, à l'église, le jeudi 29 à 15 H.

La section du Parti communiste de l'Arrageois présente, à Josiane sa femme et à ses enfants nos plus sincères condoléances.

 

Banquet des vétérans du PCF le samedi 6 décembre 2014
Banquet des vétérans du PCF le samedi 6 décembre 2014

Banquet des vétérans du PCF le samedi 6 décembre 2014

Voir les commentaires

70ème anniversaire de la LIBÉRATION D'AUSCHWITZ par L'ARMÉE ROUGE : le témoignage d'Henri KRASUCKI

28 Janvier 2015, 16:28pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Henri Krasucki, ancien résistant et dirigeant de la CGT raconte la marche de la mort d'Auschwitz à laquelle il a participé, c'est-à-dire l'évacuation du camp qui a accéléré la mort de la moitié des prisonniers qui ont dû marcher 80 km dans le froid sans s'arrêter.

Ce grand témoin de l'histoire du XXe siècle explique qu'en tant que résistant et donc de "soldat sans uniforme", il s'attendait à la mort , ce qui lui permettait de garder une certaine dignité. Henri Krasucki affirme n'avoir jamais perdu sa confiance en l'homme grâce à tous les gens qu'il a vu essayer de survivre dans les camps. Mais il dit connaître le prix de la liberté et de la dignité.

QUI ÉTAIT HENRI KRASUCKI ?

Voir les commentaires

Arras: Des communistes ukrainiens exigent la libération Georges Ibrahim Abdallah

28 Janvier 2015, 16:20pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Arras: Des communistes ukrainiens exigent la libération Georges Ibrahim Abdallah

Dimanche 25 janvier 2015. De passage à Arras (Pas-de-Calais) dans le cadre d'une tournée hexagonale, pour dénoncer la responsabilité de l'Occident impérialiste dans l'avènement du fascisme et la propagation de la guerre en Ukraine, Evgueni Tsarkov, premier secrétaire du Parti communiste d'Ukraine (PCU) pour la région d'Odessa, et Natalia Touroukhina, députée communiste au conseil régional d'Odessa, ont brandi l'exigence de la libération de Georges Ibrahim Abdallah, résistant communiste libanais en détention en France depuis 30 ans.

La délégation ukrainienne pose ici aux côtés notamment de René Chevalier Secrétaire du PCF de l'Arrageois, Marianne Dunlop et Hervé Poly, premier secrétaire de la Fédération du PCF du Pas- de-Calais.

Voir les commentaires

Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais

26 Janvier 2015, 19:09pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

« Le communisme est la jeunesse du monde ! »

 

A l'initiative de la communiste arrageoise Marianne Dunlop et avec le soutien de militants du PCF et du PRCF, une délégation de communistes ukrainiens a sillonné l'Artois, ce dimanche 25 janvier 2015.

L'occasion de fructueux échanges sur l'actualité et l'urgence du communisme.

En Ukraine comme en France !

  Tout un symbole ! C'est à Arras qu'ils ont débuté leur tournée dans l'Hexagone. Arras, la ville de Robespierre dont ils saluent le buste dans la cour d'un lycée éponyme, dans la foulée d'un hommage appuyé rendu à la Résistance au Mur des Fusillés de la citadelle. La Révolution française ? Evgueni Tsarkov et Natalia Touroukhina s'en revendiquent volontiers. « Elle a répandu l'idée de justice sociale à laquelle Marx et Engels donneront un contenu scientifique. Plus tard, Lénine a montré qu'un État socialiste était possible. La révolution de 1917 a été exportée en Chine, à Cuba, au Vietnam... grâce aux efforts de millions de gens qui se sont battus pour une meilleure répartition des richesses », proclame le premier secrétaire du Parti communiste d'Ukraine (PCU) pour la région d'Odessa (7000 adhérents). Une région côtière au fort sentiment « pro-russe car cette contrée de la Mer Noire appartenait à la Russie ».

Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais
Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais
Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais
Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais
Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais
Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais

Nous sommes au siège de la section locale du PCF. Les militants autour de René Chevalier réservent à leurs hôtes un accueil chaleureux et fraternel dans la plus pure tradition communiste. A l'origine (avec la sociologue Danielle Bleitrach) de cette tournée française, Marianne Dunlop, de retour d'un séjour en Moldavie et dans le sud de l'Ukraine, exerce ses talents de traductrice. Toute en disponibilité, le sourire aux lèvres.

Unité contre la guerre et le fascisme

Evgueni Tsarkov prône l'union, à travers le monde, des communistes animés « par un idéal sans frontières toujours vivace ». Dans les Républiques de l'ex-URSS , les Partis communistes montrent l'exemple. Ils sont regroupés dans une « Union des Partis communistes – Parti communiste de l'Union soviétique » (UPC – PCUS) dont il est un secrétaire. Et Evgueni Tsarkov de se réclamer de l'Union... momentanément non-soviétique « car l'URSS n'a juridiquement jamais cessé d'exister. C'est prouvé ». A l'heure de l'apéritif, des sourires, empreints de nostalgie, fusent, le temps pour Natalia et Evgueni de poser pour la libération du plus ancien prisonnier politique d'Europe, le résistant communiste libanais Georges Ibrahim Abdallah détenu en France pour s'être opposé à l'impérialisme et au sionisme.

Cette unité des communistes et des prolétaires est d'autant plus nécessaire que l'Europe est confrontée à la montée du fascisme. « Avant de vous rendre visite, Natalia et moi, nous nous sommes plongés dans une vieille édition de l'Encyclopédie soviétique. Votre région y était présentée comme prospère. Aujourd'hui tout a été détruit. A Arras, 60 % des gens ne payent pas l'impôt sur le revenu. Les usines ferment. La pauvreté gagne du terrain. Celle-ci pave le chemin du fascisme et de la guerre dont le capitalisme a besoin pour survivre. Beaucoup de gens sous-estiment la menace du fascisme. Même ici en France, vous n'êtes pas à l'abri. En Ukraine, au Parlement, il y a un an, nous discutions du budget. Nous ne pouvions imaginer l'avènement du fascisme et l'imminence d'une guerre qui peut désormais gagner le sud du pays et la région d'Odessa », rappelle cet ancien député à l'Assemblée nationale ukrainienne (Rada) .

Une guerre contre la Russie

Une guerre qui aurait « déjà fait, selon l'ONU, 4 000 morts dans le Donbass (mais certainement le double en réalité), une région pro-russe dont les habitants ne veulent pas tomber sous la coupe des fascistes de Kiev ». Ce conflit provoqué par les États-Unis et l'Union européenne vise « la Russie et aussi la Chine. Ils veulent faire de l'Ukraine une zone tampon en y installant des bases de l'OTAN aux portes de la Russie ». Se félicitant de la « fermeté de Poutine », Evgueni Tsarkov insiste sur cette dimension géopolitique de la crise ukrainienne. L'Occident a placé « notre pays sous tutelle suite au coup d’État militaire de février 2014 et la destitution du président Viktor Ianoukovytch dont la responsabilité est grande dans la dégradation de la situation. Aujourd'hui, trois ministres étrangers sont au gouvernement dont un Géorgien recherché pour meurtre dans son pays ». Une perte de souveraineté dont bénéficient les oligarques qui s'affrontent, se disputent les parts de marché au détriment des « pauvres qui trinquent ». Des oligarques dont l'actuel président Porochenko, qui ont fait main basse sur le pays à l'instar des nationalistes et des fascistes partisans de Bandera. Ces derniers rêvent de bâtir une Ukraine « selon des critères ethniques. Ils divisent la population. Si tu n'es pas un Ukrainien ethnique, tu es un Russe donc un traître... Si tu n'as pas le profil idéal, tu deviens un homme de seconde classe. Ce nationalisme qui n'a rien à voir avec le patriotisme, vire au nazisme ». Et le dirigeant communiste de rappeler qu'à Odessa, du temps de l'URSS, à l'époque glorieuse de l'internationalisme triomphant, 133 peuples différents riches « de leur propre culture » vivaient en harmonie.

Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais
Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais
Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais
Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais

 

Un Droit de mémoire

D'où aussi l'impérieuse nécessité de revenir sur le rôle de l'URSS (et ses 25 millions de morts) dans la chute du nazisme en Europe en 1945. « Notre histoire, il ne faut pas l'oublier. Seule l'idéologie communiste a été capable de nous défendre, de défendre nos droits sociaux. Il faut le rappeler à notre jeunesse », embraye Natalia Touroukhina, députée communiste au conseil régional d'Odessa. Des jeunes qui se bercent parfois d'illusions sur les bienfaits de l'Union européenne appréhendée « comme un paradis sur terre. Pour une partie d'entre eux, l'Europe, c'est des yachts, des grandes maisons, des salaires de 10000 euros par mois », constate Evgueni Tsarkov.

Ce combat pour la mémoire, contre « le capitalisme et la résurgence du fascisme qui se cache derrière l'OTAN et le FMI, nous devons le mener ensemble », estime Hervé Poly, le premier secrétaire d'une Fédération du Pas-de-Calais du PCF restée fidèle à l'essence même de l' engagement communiste. 

Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais
Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais

La délégation est alors à Hénin-Beaumont. Dans cette ville gangrenée par le fascisme, au pied du monument à leur gloire érigé par les autorités soviétiques en 1968, un hommage est rendu à Vasyl Poryk et Vasyl Kolesnik, héros soviétiques de la résistance au nazisme dans le Nord. Des militants du PCF d'Hénin-Beaumont autour de David Noël, mais aussi de Courrières, de Leforest et de la Jeunesse communiste ont fait le déplacement. Tout comme, drapeaux rouge et « bleu, blanc, rouge » au vent, une forte délégation du Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) conduite par Georges Gastaud, le secrétaire national.

Le Drapeau de la Victoire

Dépôt d'une gerbe. L'Internationale retentit. Les militants saluent, poings levés, la mémoire de ces deux partisans d'origine ukrainienne avant de se rendre au siège de la section locale du PCF, avec à la clé une conférence de presse. David Noël se voir remettre le Drapeau de la Victoire, le « seul légitime » ; celui qui a été planté sur le Reichstag, un beau jour de mai 1945.

Il est 18h quand la délégation regagne Arras pour un échange informel avec les Amis d'Edward Gierek. Ce lundi 26 janvier en soirée, Natalia et Evgueni poursuivent leur tournée à Lille pour un débat à l'invitation de la Jeunesse communiste du Nord. Ils seront ensuite à Marseille puis à Vénissieux, en compagnie du Comité des Mères d'Odessa, pour les 7e Rencontres internationalistes des 30 et 31 janvier 2015.

Par Jacques Kmieciak,

Journaliste

 
Des communistes ukrainiens en visite dans le Pas-de-Calais

Voir les commentaires

« Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de ravoir tué » dit le vieil adage.

26 Janvier 2015, 18:43pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

« Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de ravoir tué » dit le vieil adage.

Tout d’abord, nous tenons à féliciter nos camarades du KKE qui contre vents et marées, ont maintenu une position ferme sur la sortie de la Grèce de l’impérialisme politico-économique européen.

Même si nous sommes contre la chasse des ours... le score de Syriza est sans appel et historique, mais ce parti ne pourra obtenir la majorité absolue de gauche au parlement grec qu’avec les députés communistes du KKE qui a obtenu 5.4% des voix. Le Parti Communiste grec ne s’est jamais caché, il est clairement pour la sortie de la Grèce de l’Europe, ce que Syriza semble refuser actuellement.

Il reste donc pour Syriza et son pétillant Aléxis Tsipras, d’autres alliances possibles pour former un gouvernement et une majorité, celle avec Po Topami, le centre pro-européen mais aussi avec la droite souverainiste issue de l’extrême-droite... (Imaginons Mélenchon avec Bayrou ou/et Dupont-Aignan)

C’est donc à une partie de poker menteur politicien à laquelle nous allons désormais assister, et le peuple grec si euphorique hier soir, risque rapidement de tomber dans le sentiment d’impuissance et la désillusion.

L’Europe et ses technocrates semblent ignorer une fois de plus le résultat d’une élection démocratique dans un des pays qui la compose politiquement et économiquement, même si François Hollande a tactiquement et
rapidement félicité la victoire d’Aléxis Tsipras... comme d’ailleurs tous les « faux-culs » du PS.

Quant au monde financier qui a un coffre à la place du cerveau et de l’argent liquide dans ses veines, il a déjà averti dans un communiqué que la BCE ne pourra approuver une réduction de la dette grecque. Un membre
du Directoire, le français Benoît Coeuré (un nom prédestiné) a déclaré : «Il n’appartient pas à la BCE de décider si la Grèce a besoin d’un allègement de la dette. Mais il est absolument clair que nous ne pouvons pas
être d’accord avec l’allègement d’une dette qui comprend des obligations grecques détenues par la BCE, cette impossibilité tient à des raisons légales... »
Voilà un bon technocrate qui sait mettre de l’huile sur le feu pour
éteindre un incendie et qui ne semble pas mesurer la bêtise de son propos alors que près de 60% des grecs ont voté contre cette dette fabriquée.

Les grecs ont massivement voté contre l’austérité, mais les français en proie à l’austérité grandissante mais moins brutale, voteront ils comme les grecs lors des prochaines échéances électorales en mars et décembre ?
Beaucoup de nos politiciens sont dans la position du chasseur d’ours, ils sont persuadés qu’ils vont revenir avec une peau et ils font déjà des plans sur la comète... c’est-à-dire loin des réalités de classe et de masses.

A Gauche, Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent sont persuadés d’un Grand Soir imminent et d’une possible Europe Sociale, si illusoire, Besancenot et Duflot profitent de l’opportunisme qu’offre cette victoire, à droite
de la droite, MLP et Dupont-Aignan y voient un signe, à droite Guaino est le plus lucide quand il déclare :
« L'Europe est en danger parce qu'elle s'est mise elle-même en danger »

On peut se persuader d’être révolutionnaires, d’être anticapitalistes, d’être anti-impérialistes et d’être proches des revendications populaires pour plus de justice sociale, mais comment l’être quand c’est la politique
européenne et sa monnaie qui créent l’austérité, le chômage et la misère grandissante, la fracture...et qu’on refuse d’en sortir en se persuadant qu’il est possible de la faire changer ? Le grand test sera le projet de Loi
présenté par le ministre de l’économie Emmanuel Macron, un projet Hartz bis pour répondre aux exigences européennes, Benoît Ceouré l’a rappelé « les gouvernements doivent continuer les efforts et les réformes »

La victoire historique de Syriza en Grèce ne va pas modifier la pensée des grands argentiers du monde et des dirigeants européens, ils vont continuer la même politique, avec peut-être mais seulement peut-être, un peu plus de souplesse et de « pommade » apaisante, c’est la manoeuvre de Draghi des derniers jours pour sauver son euro maltraité par le dollar. Et s’il faut aller plus loin, le capitalisme (à 300%) est capable de sortir à tout instant son bras armé qu’est le fascisme en s’appuyant pour l’exemple, sur une stratégie du choc et de la terreur dans un des pays de cette Europe impérialiste. Si l’Europe a été capable de soutenir les fascistes en Ukraine où un gouvernement refusait l’intégration européenne, elle en est capable ailleurs, comme en Espagne.

Le 30 mai, soyons nombreux à Paris pour exiger la sortie de l’Europe, de l’Euro et de l’Otan.

 

 Cercle Ouvrier du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais

comibase@gmail.com http://ioukov.eklablog.com/

Voir les commentaires

«Sur l’Ukraine, l’Europe s’est complètement trompée»

26 Janvier 2015, 18:33pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Russie-Europe: Selon Hélène Carrère d’Encausse, l’Europe s’est trompée sur toute la ligne dans la gestion de la crise ukrainienne et de ses relations avec la Russie.

L’historienne française spécialiste de la Russie, Hélène Carrère d’Encausse, était de passage à Genève ce mardi.

L’historienne française spécialiste de la Russie, Hélène Carrère d’Encausse, était de passage à Genève ce mardi.

L’historienne française spécialiste de la Russie, Hélène Carrère d’Encausse, était de passage à Genève ce mardi. Invitée par le Centre européen de culture, la Société des membres de la légion d’honneur et le Cercle français de Genève, elle a évoqué les conséquences de la crise ukrainienne. Connue pour sa liberté de parole et son indépendance d’esprit, l’académicienne n’a pas mâché ses mots. 

Faut-il s’inquiéter de la reprise des combats autour de l’aéroport de Donetsk? Jusqu’où cela peut-il aller?

L’enjeu, ce n’est pas l’aéroport de Donetsk. Derrière l’assaut lancé par le gouvernement ukrainien et le président Porochenko, il y a surtout le désir de voir les Occidentaux et l’OTAN s’investir plus loin en prétextant une intervention russe.

Que doit faire l’Europe pour sortir de cette impasse? A quel moment s’est-elle trompée?

Depuis la révolution orange de 2004, l’Europe s’est complètement trompée. La Commission européenne a mal travaillé. Elle a été incapable de comprendre la situation. Elle n’a jamais tenu compte des éléments réels. Elle a traité avec l’Ukraine mais pas avec la Russie. Au fil des ans, cela s’est aggravé. Le partenariat oriental qui excluait les Russes a été une très mauvaise affaire. Quand Vladimir Poutine a dit, il y a quelques jours, qu’il respectait et reconnaissait l’intégrité territoriale de l’Ukraine, l’Europe aurait dû se réveiller. C’était une déclaration fondamentale. Personne n’a bougé.

Que fallait-il faire?

C’était le moment de faire un geste en levant quelques sanctions. Au lieu de cela, on est resté sur la même ligne. Je crois que François Hollande a compris que la Commission européenne n’avait fait que des sottises. C’est à lui, et accessoirement à la chancelière Angela Merkel, de reprendre la main. Il avait déjà commencé à le faire lors de la commémoration du débarquement en Normandie le 6 juin dernier mais il n’avait pas été soutenu. Il faut relancer une médiation conduite par la France et l’Allemagne. Et surtout, que les Etats-Unis ne s’en mêlent pas.

Quelle est la marge de manœuvre de Vladimir Poutine?

Il n’en a presque pas. Il réagit à ce qui se passe en tirant parti des circonstances. D’un côté, il y a les sanctions. De l’autre côté, il y a des russophones en Ukraine orientale qui lui demandent assistance. Il ne peut pas laisser tomber ces gens, même son opinion publique ne lui pardonnerait pas. Voilà le problème. C’est pour cela qu’il attend un geste des Occidentaux. Une négociation ça se fait à deux. Il a dit qu’il ne toucherait pas à la territorialité de l’Ukraine. Il est obligé d’attendre que le président Porochenko reconnaisse qu’il ne peut pas entrer dans l’OTAN. Il faut trouver un statut pour l’Ukraine orientale.

Parmi les faits, il y a le réarmement de la Russie que met en évidence plusieurs rapports. Ne faut-il pas s’en alarmer?

Face au déploiement de l’OTAN en Tchécoslovaquie et en Pologne, la Russie considère qu’elle a besoin d’exister militairement. Je ne dis pas qu’il ne faut pas s’en inquiéter. Mais il ne faut pas oublier qu’après l’effondrement de l’Union soviétique, la Russie s’est retrouvée avec une armée en très mauvais état.

Quel sera selon vous l’effet des sanctions économiques? L’économie russe est-elle en péril?

Elle est en difficulté mais les conséquences de la chute des prix du pétrole sont beaucoup plus graves que les sanctions. Son économie n’est pas assez diversifiée. C’est là, la grande responsabilité de Poutine et Medvedev. Ils n’ont pas conduit les réformes nécessaires. La Russie est trop dépendante de la rente pétrolière. C’est un vrai problème. Mais ça ne se gérera pas au niveau de l’Europe. Ce sont les Etats-Unis et l’Arabie saoudite qui sont responsables.

Quelles sont les chances de succès de la réunion sur la Syrie organisée par Moscou à la fin du mois?

Il y a actuellement deux dossiers sur lesquels la Russie peut jouer un rôle important. C'est le dossier syrien et le dossier du nucléaire iranien. Dans la mesure où ces négociations sont très importantes, on a intérêt à retrouver une certaine sérénité dans les relations avec la Russie. Cela pourrait aussi aider à résoudre le problème ukrainien. En ce qui concerne la Syrie, il est clair qu’il y a une évolution dans l’appréciation que le monde occidental fait de la situation. On considère que Bachar el-Assad n’est pas le danger principal. C’est la position Russe et c’est autour de cela que peuvent s’organiser les discussions. Cette réunion est importante. Il faudra voir ce qu’il en sort. Cinq présumés terroristes tchétchènes ont été arrêtés à Béziers en France ce mardi.

Est-ce que cela peut amener la France et l’Europe à revoir leur coopération avec la Russie?

Il est clair que la France doit réamorcer sa coopération avec la Russie. Les sanctions ont tout arrêté. La Russie est confrontée au même défi sécuritaire que les Occidentaux. Le départ des troupes d’Afghanistan les inquiètent énormément. Ils vont être menacés directement à leurs frontières. Les Européens ont donc intérêt à réfléchir au problème de la lutte contre le terrorisme avec la Russie mais aussi l’Iran qui se trouve confrontée au même problème. (TDG)

Par Alain Jourdan 20.01.2015

Voir les commentaires

Pierre Laurent : "Un grand jour de joie pour le peuple grec

26 Janvier 2015, 18:21pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Pierre Laurent : "Un grand jour de joie pour le peuple grec

Avec la victoire de Syriza, le peuple grec vient de retrouver sa dignité et d'écrire une page historique. Déjouant toutes les pressions, les menaces et les tentatives de divisions, les Grecs se sont exprimés avec force pour affirmer leur souveraineté et montrer qu'il existe une autre voie en Europe que celle de la dictature des marchés et de l'austérité. Ils ont affirmé leur refus de l'extrême droite xénophobe et raciste, ils ont affirmé leur volonté d'une Grèce de justice sociale et de solidarité.

La participation de 75 % et le score de Syriza, entre 37 et 39 % à cette heure, montrent un choix clair pour le pays et pour l'Europe.

La victoire de Syriza ouvre la voie du changement en Europe. François Hollande a raté le rendez-vous de l'histoire d'une réorientation de la construction européenne en 2012 ; l'espoir désormais vient d'Athènes.

Le Parti communiste français appelle le peuple français et tous les Européens à soutenir le peuple grec et son gouvernement, et à se saisir de ce moment pour porter des solutions alternatives aux politiques nationales austéritaires et à la construction européenne actuelle.

En France, c'est possible aussi. Toutes les forces anti austérité de gauche et écologiste doivent se rassembler pour construire une alternative politique sociale et écologique dans notre pays.

 

Voir les commentaires

Tsipras nouveau Premier ministre, et premières actions symboliques

26 Janvier 2015, 17:35pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Fort de sa victoire électorale 36,34% des voix et 149 députés, Alexis Tsipras a été nommé Premier ministre cet après midi , ses premières actions politiques furent riches en symboles 

 
 
Tsipras nouveau Premier ministre, et premières actions symboliques

Alexis Tsipras, 40 ans, dirigeant de la gauche radicale SYRIZA arrivée en tête des législatives, a été désigné lundi Premier ministre de Grèce après avoir prêté serment auprès du Président de la République, Carolos Papoulias, selon des images diffusées par la télévision publique Nerit. 

1er symbole : Serment laïc et non religieux 

"Je servirai toujours la Grèce et l'intérêt du peuple grec", a déclaré Alexis Tsipras en costume bleu, sans cravate comme à son habitude, lors d'une prestation civile de serment, une première en Grèce, pays où la religion chrétienne orthodoxe est d'Etat, cette cérémonie revêt d'ordinaire un caractère religieux.

Tsipras nouveau Premier ministre, et premières actions symboliques
Tsipras nouveau Premier ministre, et premières actions symboliques

2ème symbole : rendre hommage aux victimes du nazisme 

Une fois sa nomination comme premier ministre faite, Alexis Tsipras c'est rendu au mémorial de Kessariani, lieu où le 1er mai 1944, plus de 200 résistants grecs (majoritairement communistes) furent fusillés par les troupes allemandes. 

Alexis Tsipras, dont le parti est issue du Parti Communiste Grec, a rendu hommage à ceux qui sont morts pour la liberté.

Tsipras nouveau Premier ministre, et premières actions symboliques

Les premiers mots d'Alexis Tsipras ont été pour mettre une fin symbolique à l'austérité. « La troïka appartient au passé », a-t-il proclamé avant de déclarer que le « peuple grec avait mis fin par son vote, au mémorandum », autrement dit au protocole d'accord signé avec les créanciers en mars 2012. « Le pays laisse derrière lui l'austérité, la catastrophe, l'autoritarisme et l'humiliation », a indiqué celui qui pourrait être le prochain premier ministre grec. Et de conclure : « notre victoire est celle des nations européennes qui lutte contre l'austérité. » 

Tsipras nouveau Premier ministre, et premières actions symboliques

Voir les commentaires

Le KKE devant les sociaux démocrates du PASOK

26 Janvier 2015, 17:26pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Les résultats préliminaires (21h30 heure d'Athènes) donnent le Parti Communiste Grec (KKE) devant les sociaux démocrates du PASOK

 Le KKE devant les sociaux démocrates du PASOK

Après 49,11% des bulletins dépouillés, la nouvelle est historique, le Parti Communiste Grec (KKE) devant les sociaux démocrates du PASOK. Le KKE remporte 5,41% contre 4,81% au PASOK.

Le KKE remporterait 15 députés (+3) et le PASOK en perdrait 9 pour conserver pus que 13 députés.

Selon les résultats préliminaires le KKE réalise de gros scores sur Lefkada (11,15%), Lesbos (10,35%), Samos (14,20%).

Voir les commentaires

Une « contagion Syriza » en Europe ; Banco !

24 Janvier 2015, 09:48am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

"La victoire de Syriza peut avoir un effet de déclencheur et faire grandir l’idée qu’il n’y pas qu’une seule politique possible, contrairement à ce que l’on nous martèle tous les jours" dit Stéphane Sahuc, Rédacteur en chef de l'Humanité Dimanche. "Car après la Grèce, c’est le Sinn Fein qui pourrait changer la donne en Irlande, puis Podemos en Espagne…Sans oublier la France avec les élections départementales qui approchent…" ajoute-t-il. Réalisation : Abrahim Saravaki

Grèce : Tsipras à quelques marches d’une victoire historique pour la gauche radicale européenne

Voir les commentaires

Une délégation du Parti Communiste Ukrainien à Arras

23 Janvier 2015, 17:02pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Tsarkov Evgueni et Natalia Touroukhina, militants du Parti communiste d'Ukraine, sont les hôtes de la section locale du PCF d'Arras et de Marianne Dunlop et Danielle Bleitrach..

En 2014, celles-ci, avaient sillonné la Crimée, la Moldavie et le sud de l'Ukraine à la rencontre de la population et des militants progressistes.

 

les invités pour le Pas de Calais sont:

 

 Evgueni TSARKOV, secrétaire de l'UPC-PCUS (Union des Partis Communistes-Parti communiste de l'Union Soviétique), membre du Présidium du Comité Central du Parti Communiste Ukrainien et Premier secrétaire du PCU pour la Région d'Odessa et Natalia TOUROUKHINA, député au Conseil régional d'Odessa 

 

Le programme sera un peu chargé pour nos deux camarades Ukrainiens, de même pour Marianne

Samedi 24 janvier, les invités (1) seront reçus par Marianne dès leur arrivée à l'aéroport de Roissy vers 19h30.

Départ gare du nord pour arriver en gare d'Arras vers 22 h 00 .

Accueillit à la sortie de la gare par René Chevalier secrétaire de la section de l'Arrageois.

 

Dimanche 25 au matin

 

- Arras 10 h 00, visite des places d'Arras et la maison de Robespierre.

           10h15 : visite du buste de Robespierre au lycée Robespierre à Arras .

           10h30 : hommage au Mur des fusillés.

            12 h 30 : rencontre sous forme d'auberge espagnole au siège du PCF d'Arras (14, avenue de l'hippodrome).

 

 Dimanche après midi

 

 - Hénin-Beaumont 15h : hommage à Vasyl Poryk et Vasyl Kolesnyk au cimetière où ces deux héros de la résistance soviétique en France reposent; 

                            15h 30 : échanges au siège de la section locale du PCF d'Hénin-Beaumont (69, place Jean- Jaurès). 

 

1) sur les quatre invités ,deux camarades (les mères d'Odessa) de la délégation resteront sur Paris, pour apporter leurs témoignages sur le  nouveau régime Ukrainien et réclamer justice pour leurs enfants, face au massacre du 2 mai 2014 qui a coûté la vie à plus de 40 opposants au régime fascisant de l'ukraine) 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>