Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Non aux fermetures des bureaux de poste, défendre les services publics

14 Novembre 2016, 19:08pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Depuis cet été, les bureaux de poste de Saint-Nicolas (4 900 habitants) et Sainte-Catherine (3 400 âmes) sont en sursis.

 L’enseigne jaune et bleu adapte sa présence sur le terrain à l’activité de ses bureaux selon la fréquentation.

La Poste a proposé d’ouvrir à Saint-Nicolas et Sainte-Catherine, des agences postales communales. Ses services seraient alors relayés soit à la mairie, par un employé embauché par la Ville, soit chez un commerçant, avec des horaires et un éventail d’opérations réduits.

C’est la Mutation d’un service public vers un service au public, donc la fin du service public de proximité.

Depuis plus de 30 ans, toutes les Lois, décrets, décisions politiques de droite et social démocrate sont de nature à nourrir ce phénomène et que l’on ne s’y trompe pas le FN a la même philosophie.

La trahison de Hollande, Valls et ses suppôts n’est pas due à un « On ne peut pas faire autrement » mais à l’abandon des valeurs sociales, sociétales et économiques qui sont propres à la gauche pour adhérer aux théories libérales les plus rétrogrades.

À la Poste, tous les clignotants sont au rouge. Les fermetures de bureaux se succèdent à un rythme effréné. Les restructurations sont continuelles.

La souffrance au travail devient endémique.

L’autoritarisme demeure méthode de gestion. 

On nous dit que certains maires s'opposent à la fermeture du seul bureau de poste restant dans leur commune, ils ne sont pas neutre de cette décision.

Lors des élections municipales d'Arras de 2014, les communistes de l'arrageois ont dénoncé avec force, une baisse drastique de la Dotation Globale de Fonctionnement aux collectivités, émanant de la réforme territoriale votée par l'ensemble des partis politique sauf du PCF. (voir ci-dessous)

Pour les communistes, il serait inacceptable de supprimer tous services publics qui éloigne les citoyens de la proximité.

Le glissement sémantique de service public à service au public révèle bien la paupérisation des moyens de la puissance publique, cette logique délétère vient concourir aux fermetures de Postes, de Trésoreries, d’Ecoles …

Ne perdons pas de vue que ces contraintes budgétaires relèvent bien d’un choix politique.

Le gouvernement sacrifie l’intérêt général et privilégie des mesures très contestables comme le CICE (Crédit d’impôt compétitivité-emploi) dont bénéficient des grands groupes qui n’hésitent pas à licencier ou supprimer des emplois (Sanofi, Auchan, La Poste, PSA).

Les communistes de l’arrageois sont parti prenante du choix lancé par 100 élus, syndicalistes et responsables associatifs, à l’Appel unitaire pour défendre le service public de La Poste et vous invitent à signer la pétition :

« Non aux fermetures des bureaux de poste défendre les services publics »

Le secrétaire de la section du PCF de l'Arrageois

René Chevalier

Non aux fermetures des bureaux de poste, défendre les services publics
Non aux fermetures des bureaux de poste, défendre les services publics
Non aux fermetures des bureaux de poste, défendre les services publics

Questions reprises par la Voix du nord

M. René CHEVALIER (liste l’HUMAIN D’ABORD pour ARRAS)

 

REPONSES (du candidat communiste René Chevalier) AUX QUESTIONS DES QUATRE AUTRES CANDIDATS

 

à M. HEUSELE

Comptez-vous rallier Hélène Flautre soutenue par le PS (un parti instaurant des politiques d'austérité) au second tour ?
Que comptez-vous faire pour redynamiser l'activité des commerces en centre-ville ?

a) Nous recherchons toujours l’union de la gauche au second tour quand il y a accord possible sur le programme municipal, sans pour autant cesser de combattre la politique d’austérité des gouvernements successifs.

.

b) C’est à pied qu’on lèche le mieux les vitrines : grâce à la gratuité des transports urbains, et au retour des piétons en centre ville, les boutiques attireront les clients, dès lors qu’ils seront dotés d’un meilleur pouvoir d’achat.

 

à M. DESMAZIERE

1) Pourquoi êtes vous défavorable au transfert des compétences culture et sport à la Communauté Urbaine d'Arras ?
2) Comment éviter que la politique devienne un métier ?

a) Les associations sportives et culturelles reposent presque toujours sur des bénévoles qui sont les mieux à même de connaître les aspirations, les besoins et les disponibilités de leur propre commune. Des communes voisines peuvent, selon leurs affinités, mener des expériences de coopération, mais il faut laisser à chaque ville, bourg et village l’entière maîtrise de ce qui peut animer la vie locale. 

 

b) Nous sommes contre le cumul des mandats dans l’espace et dans la durée, mais il y a des fonctions électives qu’on ne peut emplir qu’à plein temps. Le  vrai problème c’est l’absence de contrôle et de possibilité de révocation des  élus entre deux consultations électorales.

 

à Mme FLAUTRE

-Pendant plusieurs jours Arras a connu un pic de pollution atmosphérique classé 10/10 soit "très mauvais" en terme de microparticules. Celles ci sont classées cancérigènes certains par l'OMS.  Que proposez-vous pour limiter l’exposition des habitants aux polluants de l’air ?
- Les familles avec enfants quittent Arras au bénéfice des communes alentours. Que proposez-vous pour remédier au manque de structures d'accueil de la petite enfance et répondre aux besoins diversifiés des familles, en particulier de logements de qualité à des prix abordables ?

a) Réduire la circulation automobile par le développement des transports gratuits, et  faciliter l’usage du vélo, dans des conditions de sécurité, constituent une première réponse. Contrôler régulièrement les rejets dans l’atmosphère des entreprises

 

b) Il faut créer des crèches y compris en zones industrielles et commerciales au plus près des lieux de travail des salariés.

 

à M. LETURQUE

- Vous dites que la population se paupérise et souhaitez, comme nous tous, que le pouvoir d'achat des Arrageois augmente. Comment agirez-vous sur ce sujet en tant qu'élu municipal ?

- Vous militez, comme certains autres candidats, pour la gratuité des transports en commun. Comment comptez-vous financer ce projet sans recourir à nouveau à l'impôt et ensachant que cette compétence est communautaire et nécessite un débat avec les 38 autres communes ?

a) La gestion municipale est indissociable de la politique nationale et il est légitime d’appeler les électeurs à des choix politiques (comme le refus de l’austérité) lors d’une consultation de cette portée. Même en l’absence de sigles visibles ces choix sont d’ailleurs sous-jacents dans toutes listes en présence. Et nul n’ignore que les résultats des 23 et 30 mars influeront sur la politique nationale.

 "Les élus (communistes?) de la liste l'Humain d'abord pour Arras œuvreront dans la protection opiniâtre des services publics car ils permettent à tous d'avoir accès aux droits fondamentaux. Ils sont à préserver comme notre patrimoine commun, car ils assurent les conditions de l'égalité et de la citoyenneté.

La lutte est aussi un axe de gestion. Les citoyens et les citoyennes doivent pouvoir compter sur leurs élus pour être à leur côté dans les luttes. Ils sont des points d'appui pour aider aux rassemblements les plus larges. On peut compter sur eux contre les expulsions locatives, défendre l'emploi, intervenir pour la défense des hôpitaux, obtenir des moyens pour l'école. Leur mandat doit être utile pour soutenir et médiatiser les actions et initiatives citoyennes, élaborer des alternatives.

Pour leur part , les élus communistes inscriront leur action dans cette perspective."

b) Les 22 villes qui, en France, expérimentent depuis plusieurs années le transport public gratuit ont su en  trouver les financements en particulier par la taxe transport assumée par les employeurs publics et privés et par l’économie des lourds travaux d’infrastructure que génère la circulation abusive de l’automobile. 

Par La Voix du Nord | 

Municipales à Arras : les priorités des cinq candidats

La rédaction arrageoise de La Voix du Nord n’a pas attendu que soit officiellement lancée la campagne électorale, ni encore moins respecté le tempo qu’auraient souhaité imposer certains candidats, pour vous poser clairement et vous décrypter les enjeux de ces municipales 2014. C’est ainsi que Frédéric Leturque (UDI-UMP-Divers), Hélène Flautre (EELV-PS-MRC), François Desmazière (Les Citoyens s’engagent), René Chevalier (PC-Front de Gauche) et Alban Heusèle (FN) ont affiché leurs divergences sur les problématiques d’éducation, de santé, de sport, de culture, de commerce ou encore de mobilité. Avant, aujourd’hui, de choisir dans leur catalogue d’idées pour Arras les trois priorités qu’ils mettraient immédiatement en œuvre une fois élu(e)s. Le tout pour vous aider à faire votre choix, et en vous invitant en tout cas, quel qu’il soit, à vous rendre aux urnes dès ce dimanche.

 
René Chevalier : égalité, service public, démocratie

«  Favoriser le mieux vivre ensemble. Veiller à la cohésion entre les différents secteurs de la ville, tout en répondant aux besoins spécifiques de chacun d’eux, telle doit être la préoccupation des élus. Il est indispensable pour cela de combattre les inégalités qui se sont creusées d’un quartier à l’autre. Ce n’est que justice de consacrer plus d’efforts budgétaires et de moyens en direction des populations moins favorisées. C’est pourquoi nous gérerons la ville avec le souci permanent d’atténuer tout ce qui a pu conduire à trop différencier tel quartier à tel autre. Notre souci sera de ne laisser personne sur le chemin.

Préserver et développer les services publics. La commune est par excellence le lieu où les services publics sont dispensés au plus près des besoins des habitants. Il serait irresponsable de ne pas alerter les électeurs sur les conséquences qu’auront pour les communes les annonces nationales de réductions des dépenses publiques. Des besoins fondamentaux (éducation, santé, sécurité, culture…) sont menacés. Nous voulons au contraire restituer au service public la gestion de la distribution des eaux et de l’assainissement, et nous opposer à l’avenir à toute autre forme larvée de privatisation telles que DSP (délégation de service public) ou PPP (partenariat public privé).

Pour une gestion démocratique de la ville et de la CUA. Gérer démocratiquement la ville, c’est associer les citoyens à sa gestion, en les informant sérieusement et en les consultant régulièrement sur les problèmes en débat. Des réunions de quartiers une fois l’an et un bulletin municipal quasi muet sur les vraies questions ne sauraient faire le compte. Nous nous engageons à soumettre à discussion publique préalable toute question de fond posée au conseil municipal. L’exigence de démocratie s’exercera tout autant en direction du conseil communautaire, délibérant jusqu’alors sans consultation des populations. Nous nous opposerons à toute extension des prérogatives de la CUA et à toute nouvelle forme de structure intercommunautaire ou métropolitaine, qui éloignerait plus encore les citoyens des lieux de décision. »

 

 

Commenter cet article