Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Liberté Hebdo 1241: L'édito de Franck

13 Octobre 2016, 18:34pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Liberté Hebdo 1241: L'édito de Franck

NOS ENFANTS LES ACCUSERONT

 

La surenchère politicienne, le déchaînement de petites phrases, de déclarations assassines et à la mauvaise foi généralisée, chaque mise en épingle de faits divers restent le moteur de tous les médias privilégiant le nombre de lecteurs et de téléspectateurs plutôt que la qualité des informations qu’ils leur donnent en pâture.

Les déclarations du Premier ministre Manuel Valls et du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur les mesures à prendre après l’attaque dont des policiers ont été victimes à Viry-Châtillon pourraient être qualifiée de grotesque si la situation n’était pas aussi dangereusement dramatique 

Sans revenir sur la mission kafkaïenne des policiers grièvement blessés (la surveillance d’une caméra de surveillance...), nous sommes en droit de nous demander pourquoi cette gauche, ce même parti socialiste au pouvoir, n’applique pas plutôt les doctrines qu’il voulait et qu’il a mis en œuvre à une autre période. Même François d’Orcival, de Valeurs Actuelles, cherchait la cohérence de toutes ces mesures sur LCI cette semaine, face à un responsable de la Fondation Jean Jaurès (sic) complètement perdu, qui mélangeait ultra-violence et « ultra gauche », hors-sujet, qui n’existe, pour mémoire, que pour ceux qui avaient ordonné la rafle de Tarnac en 2008.

Certains observateurs, plus fins, relèvent plutôt que la façon d’intervenir de la police a beaucoup changé en une quinzaine d’années. Et nous payons au prix fort les décisions prises notamment par un certain Nicolas « Karcher » Sarkozy. Tenues de combat, flashballs et autres grenades n’ont rien enlevé à la dangerosité du métier de policier tout en faisant grimper de plusieurs crans le niveau de violence.

 

 Et pour ce qui est de la connaissance des délinquants, des territoires et des enjeux, la droite a tellement vendu l’idée juteuse des caméras de surveillance que les policiers travaillent sans visibilité. Fini les renseignements généraux, prompts à s’infiltrer dans toutes les organisations, y compris mafieuses. Terminé aussi visiblement l’idée d’une police de proximité, enterrée par Sarkozy qui ne voulait pas que les policiers jouent au foot avec des jeunes, effrayé qu’il était peut-être que ces derniers ne se mettent du coup à lire « La princesse de Clèves ».

 Gesticulations, grimaces et autres pommades sortis des sacoches des médecins de Molière implorant «le changement, le changement ! » (air connu) ne résoudront jamais les maux de notre société. Lassés des mensonges éhontés, des formules creuses, les citoyens attendent une attitude réfléchie et des décisions prises pour le long terme assurant la cohésion de la Nation et le respect des hommes et des institutions. Il est encore temps de ramener le débat sur les réalités et les besoins.

Commenter cet article