Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Liberté Hebdo 1203 : L'édito de Franck

22 Janvier 2016, 18:18pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Liberté Hebdo 1203 : L'édito de Franck

JE SUIS OUAGADOUGOU

 

Une terrasse de restaurant et un hôtel international ont été frappés cette fois-ci par des hommes armés se réclamant d’une religion. Un nouvel acte de guerre. Un crime de guerre de plus. Les trois assaillants auraient été abattus mais toujours pas identifiés. A des milliers de kilomètres de Paris... 30 victimes de plus, de trop, d’une guerre sans nom.

 

Certes, il n’y a pas de Tour Eiffel dans la capitale du Burkina Faso. Mais les assassins frappent de la même manière des innocents, et leurs familles. Et l’écho est plus faible, car plus lointain. Mais là encore plus, cette violence est le fruit des errements diplomatiques occidentaux, des enjeux économiques et géostratégiques.

 

La religion sert de cache sexe à des intérêts de pouvoir et de contrôle des populations.

A qui profite le chaos ?

Sur nos écrans passent sur des terres gelées de Serbie, des familles entières de réfugiés fuyant les guerres en cours au Proche-Orient. Le commentaire du journaliste est à l’aune de nos soucis actuels, enfin celui que le journal télévisé ne veut pas vous faire oublier : « Malgré le froid, l’afflux de réfugiés continue ».

 

Car l’actualité dans la majeure partie des journaux télévisés est axée sur cette grande nouvelle : il fait froid l’hiver.

Malgré le froid, la peur et la haine continuent d’alimenter les guerres en cours.

 

Trop de familles sont toujours obligées de fuir leur pays. Pas seulement pour raisons économiques, mais principalement pour une question de survie. Malgré le froid, la mort continue.

 

Le collectif « Les morts de la rue » recense déjà 21 décès de personnes sans domicile fixe, pour 2016 à la date du 19 janvier. Dont deux à Lille et un dans la Somme. Les régions réputées ensoleillées ne sont pas plus hospitalières aux sans logis l’hiver. Quatre décès sont relevés à Marseille (13) et un à Montélimar(26).

Ce n’est pas le froid qui tue, c’est la misère.

La majorité des décès sont dans la région parisienne et les grandes villes. Le site du collectif indique malheureusement que la liste n’est pas exhaustive...

Les frissons nous viennent dans le dos en pensant aux réfugiés de Calais, de Grande Synthe et d’ailleurs.

Dans quelles conditions de vie abominables sont-ils contraints de vivre ?

 

Je suis Ouagadougou, ici aussi.

 

* www.mortsdelarue.org

Commenter cet article