Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Articles avec #presidentielles

FILLON vit dans un château avec 14 chambres, au milieu d'un parc de 6 hectares

9 Janvier 2017, 18:36pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

FILLON vit dans un château avec 14 chambres, au milieu d'un parc de 6 hectares
FILLON vit dans un château avec 14 chambres, au milieu d'un parc de 6 hectares
FILLON vit dans un château avec 14 chambres, au milieu d'un parc de 6 hectares

Voir les commentaires

Qui finance la campagne d'Emmanuel Macron ?

16 Décembre 2016, 21:44pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Après son grand meeting à Paris, samedi 10 décembre, certains se posent la question du financement de la campagne d'Emmanuel Macron. Voici son fonctionnement.

Des milliers de personnes se sont rassemblées porte de Versailles à Paris, samedi 10 décembre, pour écouter Emmanuel Macron. Mais ce tour de force a un coût. Pour récolter des fonds et financer sa campagne, l'ancien banquier d'affaires a mis en place plusieurs systèmes bien rodés.

Depuis le lancement de son mouvement En marche !, Emmanuel Macron a pu compter sur le soutien de 11 000 généreux donateurs. De quoi récolter plus de 3 millions d'euros.

Des dîners à Londres ou à New York

Pour augmenter son budget de campagne, Emmanuel Macron organise aussi des dîners, à Londres ou à New York. A cette occasion, chaque convive peut verser jusqu'à 7 500 euros, le don maximum autorisé par la loi.

Enfin, l'ancien banquier compte bien emprunter plusieurs millions d'euros, de quoi rapidement atteindre la limite autorisée de 16 millions d'euros pour la campagne du premier tour à l'élection présidentielle.

Voir les commentaires

Jean-Jacques Candelier: François Fillon sera le candidat de l’ultra-droite

28 Novembre 2016, 17:26pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

François Fillon et son programme de guerre sociale contre le m...

François Fillon sera le candidat de l’ultra-droite. Il est prêt à mettre en œuvre un programme de guerre sociale contre le monde du travail de la façon la plus brutale et la plus antidémocratique possible. La droite se prépare à casser les acquis civilisationnels gagnés par notre peuple au prix du sang : retraite, sécu, statuts et services publics subsistant après des décennies d’attaques, code du travail, durée légale du travail, indemnités chômage. Avec en prime une augmentation générale de la TVA, une baisse de l’impôt sur le revenu et une suppression de l’impôt sur la fortune, et une cure d’austérité de 100 milliards d'euros en 5 ans. Face à ça, il n'est pas question de laisser place à la résignation !

Publié par Jean-Jacques Candelier, Député à l'Assemblée nationale sur lundi 28 novembre 2016

François Fillon sera le candidat de l’ultra-droite. Il est prêt à mettre en œuvre un programme de guerre sociale contre le monde du travail de la façon la plus brutale et la plus antidémocratique possible.

La droite se prépare à casser les acquis civilisationnels gagnés par notre peuple au prix du sang : retraite, sécu, statuts et services publics subsistant après des décennies d’attaques, code du travail, durée légale du travail, indemnités chômage. Avec en prime une augmentation générale de la TVA, une baisse de l’impôt sur le revenu et une suppression de l’impôt sur la fortune, et une cure d’austérité de 100 milliards d'euros en 5 ans. 

Face à ça, il n'est pas question de laisser place à la résignation !

Voir les commentaires

PRÉSIDENTIELLE : Et si l’oligarchie choisissait MACRON pour liquider « en douceur » ce qui reste de nos conquêtes sociales

10 Octobre 2016, 18:55pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

PRÉSIDENTIELLE : Et si l’oligarchie choisissait MACRON pour liquider « en douceur » ce qui reste de nos conquêtes sociales

Emmanuel Macron n’est pas encore officiellement candidat à la présidentielle, mais ses troupes se renforcent de jour en jour…. Cette semaine, c’est Bernard Mourad, l’ancien bras droit de Patrick Drahi, le grand patron du groupe Altice, qui l’a rejoint comme « Conseiller spécial »… Natasha Koenigsberg

Bernard Mourad et Emmanuel Macron se connaissent de longue date. Le fait que le premier rejoigne l’état-major de campagne du second n’est donc en soit, pas extraordinairement étonnant. Seulement voilà : Bernard Mourad était jusqu’ici le patron du pôle média du groupe de Patrick Drahi… Patrick Drahi, c’est en effet SFR Numéricable, mais aussi L’Express, Libération, et depuis peu, BFMTV et RMC, entre autres ! Or, BFM TV fait la pluie et le beau temps dans l’information en continu, caracolant en tête des audiences des chaînes d’info. Quant à RMC, la station pèse tout de même la moitié de RTL, la première radio de France ; les interviews de Jean-Jacques Bourdin le matin ont pesé lourd dans la précédente campagne présidentielle, ridiculisant les uns, déstabilisant les autres. Voir l’ancien patron d’un groupe de médias aussi puissant avec des quotidiens, des magazines, une chaîne d’information en continu leader et une grande radio, rejoindre l’équipe de campagne d’un candidat présumé à l’élection présidentielle n’est donc pas du tout anodin…
Qui plus est, on a du mal à imaginer que ce départ d’une situation confortable, avec un poste à responsabilités, en vue, très bien rémunéré, se soit fait contre l’avis et sans l’accord de Patrick Drahi… Autrement dit, Patrick Drahi, dont la fortune personnelle dépasse celle de Xaviel Niel ou même de Vincent Bolloré, qui détiennent eux aussi des groupes de médias, pourrait avoir choisi de soutenir la candidature d’Emmanuel Macron, en lui déléguant son bras droit…
Dans les milieux entrepreneuriaux, même, au MEDEF, ou dans d’autres petits syndicats patronaux, la perspective de voir Emmanuel Macron se présenter à la présidentielle est accueillie plus que favorablement.

Certains patrons s’imaginent que seul le jeune loup de la politique française, de gauche, mais économiquement libéral, est capable d’engager les réformes dont la France a besoin pour relancer son industrie, modifier profondément son droit du travail, et surtout, surtout, remettre à plat sa fiscalité et le financement de la protection sociale…
La surexposition médiatique d’Emmanuel Macron dans les médias, et en particulier, dans l’Express et sur BFMTV depuis des mois trouve désormais une explication rationnelle… Pas sûr que ses adversaires ne lui feront de cadeau demain, maintenant que le ralliement de Mourad / Drahi à la candidature Macron est connu… Le Conseil supérieur de l’audiovisuel s’attend à recevoir pas mal de lettres de réclamations des candidats à la présidentielle dans les prochains mois.

 

LIRE AUSSI ICI:

Voir les commentaires

Mélenchon rejette l'union avec les communistes. Pourquoi donc?

23 Septembre 2016, 08:18am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Jean-Luc Mélenchon a accordé un entretien dans « L’Humanité » du 20 septembre 2016. A l’approche de la conférence nationale du PCF du 5 Novembre qui doit statuer sur la stratégie a adopter pour 2017, cette interview aurait du être une occasion de rapprocher les partenaires du Front de Gauche et pour Mélenchon de faire comprendre sa démarche politique et le pourquoi de sa candidature aux communistes.

Hélas, pour beaucoup de communistes malgré deux ou trois lectures, l’article est ressenti comme une provocation et une fin de recevoir à la demande d'union du PCF. Il est vrai que l'union est un combat comme le rappelait dans un de ses livres Etienne Fageon et comme beaucoup de vieux communistes l'ont vécu lors de la bataille du programme commun derrière 1968.

On sait par expérience que ce combat appelle l'intervention citoyenne, c'est à dire des gens eux-mêmes et un parti qui sache ne jamais fermer les portes tout en étant ferme sur la question des contenus et de la vérité sur les actes de chacun. L'union pour être sincère a besoin de vérité et de transparence.

Quand on lit et relit cet interview de Mélenchon on est travaillé par une question importante à laquelle nous devons tenter de répondre : Mélenchon a t-il fait une erreur politique de communication ou bien au contraire affiche t-il sa volonté délibérée d’achever de couper les ponts avec le PCF ?

Essayons d'y voir un peu plus clair en démélant le vrai du faux, l'esbrouffe de la sincérité, pour tenter de répondre à cette question terrible dans la période.

Mélenchon se proclame d’une continuité avec "L’Humain d’Abord" de 2012. Mais aussitôt il cherche à exclure les communistes de ce programme. « La continuité, c’est le programme l’Humain d’abord. On ne peut pas repartir de rien. Ce n’est pas le choix qu’a fait le PCF. » affirme t-il!. Ce qui est faux. De 2012 à 2017, le PCF comme le PG ont tenu plusieurs congrès qui ont chacun fait évoluer la base programmatique commune en phase avec l’actualité. Mais à aucun moment le PCF n’a rejeté "l'Humain d'Abord" de 2012 qui reste le dénominateur commun du Front de Gauche.

Autre exemple : selon Mélenchon « Le PCF a voulu des primaires de toute la gauche, cela n’avait pas de sens. » C'est un mensonge. Pour le PCF, la primaire a toujours du se faire sur le périmètre des opposants à la Loi Travail, afin qu’il n’y ait qu’une seule candidature à gauche de F. Hollande. (Pierre Laurent (PCF) ne veut « qu’une seule candidature à gauche de François Hollande », Europe 1, le 12 juillet 2016 par exemple.)

Troisième exemple, Mélenchon affirme : « Le 5 novembre (date de la conférence nationale du PCF), le PCF ira de son côté ». Troisième mensonge. La conférence nationale a pour but de faire un choix. Il n’est pas encore fait. C’est ainsi que Pierre Laurent a invité tous les candidats à la candidature à gauche de F. Hollande, y compris JL Mélenchon à se rassembler et à discuter à la fête de l’Humanité. "Le scénario que je privilégie n'est pas celui d'une candidature communiste, il est celui de faire avancer le processus d'une candidature commune" à la présidentielle » déclarait Pierre Laurent quelques jours avant la fête de l’Humanité (Fête de l’Humanité : la convergence impossible de Pierre Laurent ? Le JDD 7 septembre 2016 par exemple). De même, début juillet, Pierre Laurent déclarait : « Je n’ai pas écarté la candidature de JL Mélenchon » (Pierre Laurent (PCF) ne veut « qu’une seule candidature à gauche de François Hollande », Europe 1, le 12 juillet 2016 par exemple.)

Sur les municipales de 2014, Mélenchon affirme « Que me demande-t-on ? Unir « l’opposition de gauche » ? Mais ils ont déjà dit non aux élections locales ! » Comme si cela suffisait à clôturer le débat, et au passage à resservir le couvert sur cette discorde au sein du Front de Gauche. Plutôt que d’essayer de cicatriser les blessures, Jean-Luc Mélenchon préfère les rouvrir et y verser du sel à dessein. Que dire, sans relancer le débat ? Le PCF n’a jamais dit « Non » à l’union de l’opposition de gauche en 2014. Il a laissé ce choix stratégique à chaque section locale, comme prévu dans ses statuts. Selon les lieux et selon les réalités locales, le PCF a tantôt fait le choix d’une union de l’opposition de gauche, tantôt fait le choix d’une alliance avec les frondeurs du PS, parfois fait le choix d’une union de toute la gauche.

Depuis 2014, la situation politique du pays a changé, et les orientations politiques du PCF ont aussi évolué. La décision de 2014 ne vaut pas pour 2017. Dans les faits, le PCF a nationalement fait le choix d’aller vers une union de l’opposition de gauche en 2017 (voir plus haut).

Au final, Mélenchon semble bien ne pas chercher à convaincre les communiste dans cette interview.

Bien au contraire. Tout semble indiquer qu'il souhaite se défaire dans « L’Humain d’Abord » de son héritage communiste et de l'apport nouveau que peuvent y apporter les communistes aujourd'hui. Au fond, au delà de l'égocentricité du personnage déjà malfaisante et très souvent rejetée, le problème central, majeur apparait être la question du contenu du programme. En l'absence de proposition de candidature communiste, cette question de fond est absente des débats dans les médias et des débats entre forces politiques à gauche du PS.

N'attendons pas plus longtemps car nous courrions alors le risque alors de revenir à la situation de 2007 où face au refus d'union des directions de sommet des collectifs anti-libéraux sur un contenu transformateur les communistes ont du se résoudre à présenter Marie Geroges Buffet au dernier moment avec le résultat que nous connaissons.

Comme le disait, il y a quelques mois, Denis Durand dans un article où il attiirait notre attention, le problème avec Mélenchon c'est son programme qui a expurgé de l'Humain d'Abord des pans entiers fondamentaux visant à prendre le pouvoir sur la finance pour rendre possible le changement auquel on aspire tous. Sur ces questions centrales Mélenchon est muet dans cet interview. et je rajouterai et pour cause !

A la relecture de cet interview, on en conclut que malheureusement Mélenchon ne souhaite pas le soutien des communistes, car il ne souhaite pas être dans un démarche d’écoute des attentes d’autres forces politiques, de recherche de compromis, de dialogue. Non, l’auto-proclamé candidat de « La France insoumise » ne veut que des soutiens totalement soumis à sa candidature. Et donc pas des communistes.

Devons nous désespérer ? Non, notre peuple a la force d'imposer l'union.

Il faut pour cela dès maitenant qu'il se mobilise sur des propositions que les communistes mettent en débat, que celles-ci soient portées par une propositions de candidature communiste prête à se retirer si une autre candidature apparaisait plus rassembleuse sur un contenu commun fort, qu'ils mobilisent dans le débat démocratique et l'action concrète les citoyens de gauche qui veulent un vrai changement de politique dont le contenu doit être écrit par eux, c'est l'objet même de "la grande consultation citoyenne" à laquelle après la fête de l'Huma il faut donner une nouvelle dynamique.

Les attentes sont grandes, agissons avec confiance et audace, l'union est au bout du chemin.

Front de Gauche de Pierre Bénite

Voir les commentaires