Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

AMBROISE CROIZAT, L'INVENTEUR DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

23 Février 2012, 15:12pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

images-copie-3.jpegAmbroise Croizat,

moderne penseur

de la solidarité

(L'Humanité)

 

Hommage du Parti communiste français, vendredi 17 février, à l’inventeur de la Sécurité sociale, lors d’une commémoration tournée vers l’avenir et la défense d’un bien commun.

«Dans une France libérée, nous libérerons le peuple des angoisses du lendemain ! Ces mots d’Ambroise Croizat écrits en janvier 1944 restent d’une surprenante actualité », a témoigné, vendredi, au Père Lachaise, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF. L’hommage rendu pour le soixante et unième anniversaire de sa mort prend, en cette période électorale, un relief à la mesure des attaques contre le système de protection qu’il contribua à mettre sur pied. « La solidarité, le financement par cotisations sont modernes et d’actualité dans un monde d’exclusion », devait rappeler Pierre Laurent dans son discours.

Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale qui prend pour la première fois ses fonctions en novembre 1945 n’a pas été spécialement formé aux affaires de l’État. « C’est un ajusteur qui a commencé à travailler à treize ans, c’est un syndicaliste – secrétaire général du syndicat CGT de la métallurgie –, c’est un militant communiste de la première heure qui possède, à l’instar de toutes celles et tous ceux qui viennent de se battre contre la Bête immonde et leurs complices français et, qui commencent immédiatement à reconstruire la France, un sens aigu des responsabilités et du rôle de l’État. »

Ambroise Croizat, le « ministre des travailleurs », selon l’affectueux surnom qui lui fut donné de son vivant, « fut de ces personnalités politiques auxquelles notre pays, notre République et notre démocratie doivent leurs plus belles conquêtes sociales du Front populaire puis de la Libération ». Et d’en donner la liste : Sécurité sociale, généralisation des retraites, des congés payés et de la semaine de 40 heures, des conventions collectives, du régime des prestations familiales, des comités d’entreprise, du statut des délégués du personnel, de la médecine du travail, de la reconnaissance de maladies professionnelles, de la prévention et du traitement des accidents du travail, du statut des électriciens et des gaziers, de celui de la fonction publique…

Une liste correspondant mot à mot au travail de sape entamé par la droite, qui a détruit en cinq ans beaucoup de ce que des décennies de lutte avaient créé pour le bien commun. « En octobre 1950, nous rappelle l’historien Michel Etiévent, Ambroise Croizat prenait pour la dernière fois la parole à l’Assemblée nationale », et « prononçait des mots que nous, communistes de 2012, faisons entièrement nôtres, poursuit Pierre Laurent. Jamais, nous ne tolérerons que soit renié un seul des avantages de la Sécurité sociale. Nous défendrons à en mourir, et avec la dernière énergie, cette loi humaine et de progrès ».


 

Commenter cet article