Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

La direction du PCF parie sur Montebourg

26 Octobre 2016, 09:25am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La direction du PCF parie sur Montebourg

Enfin ! Olivier Dartigolles a clarifié la position de la direction du PCF : la carte Montebourg sera jouée jusqu’au bout et si l’ancien ministre hollandais venait à gagner la primaire du PS, le PCF jouerait alors les rabatteurs pour que toutes les autres candidatures, et notamment celle de Jean-Luc Mélenchon, passent sous les fourches caudines de celle-ci. Invité du Talk Orange Le Figaro ce lundi 24 octobre, le porte-parole du PCF a en effet affirmé « Si Montebourg gagne la primaire socialiste, ce sera quelque chose de nouveau dans la situation politique. Comme le dit Pierre Laurent, quand bien même on ferait un choix de candidature d’ici la fin de l’année, on maintiendra toujours ouverte la possibilité pour le Parti communiste français d’aller vers des choses qui permettraient cette candidature commune ».

Le rendez-vous du 5 novembre est donc une mascarade. La conférence nationale du PCF lors de laquelle les communistes sont appelés à se prononcer sur une triple option (candidature Mélenchon, candidature PCF ou attente) est donc jouée d’avance, le porte-parole du parti venant d’afficher ostensiblement le choix de Pierre Laurent de s’inscrire dans la perspective d’une attente de la victoire montebourgeoise lors de la primaire. La direction du PCF préfère donc miser sur l’artisan de l’arrivée à Matignon de Manuel Valls au candidat du Front de gauche de 2012. Dont acte.

Mais faire le choix de Montebourg oblige le PCF. Olivier Dartigolles va donc plus loin : lui et son parti se font forts, à coup d’ironie méprisante, d’essayer d’annihiler la candidature de Jean-Luc Mélenchon et de la France Insoumise pour la rabattre derrière celle de l’exilé de chez Habitat : « Nous souhaitons vraiment une discussion positive et constructive avec Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise ». Autrement dit discuter oui, mais pour faire rentrer Jean-Luc Mélenchon et les 140.000 insoumis-e-s dans le rang. A n’en pas douter une telle entrée en matière plaide pour « une discussion positive et constructive »

D’autant que le calendrier à rallonge ne cesse de s’éterniser : Olivier Dartigolles renvoie ainsi à l’idée d’une « primaire des primaires » au mois de … février, les candidats issus des primaires d’EE-LV et du PS ayant alors été désignés : « Quand tout le monde aura fini avec son propre calendrier, est-ce qu’il ne sera pas temps de réfléchir à la situation ?  » avance ainsi Olivier Dartigolles devant un Yves Threard médusé qui lui demande alors « De faire des primaires des primaires en sorte ? » Ce à quoi Olivier Dartigolles qui n’en demandait pas temps répond : « Oui, il faudra réfléchir à quelque chose qui peut permettre de ne pas renoncer à une idée assez simple : la qualification pour le second tour de la présidentielle d’une vraie candidature de gauche ». N’en jetez plus :  avec cette potentielle « primaire des primaires » à laquelle s’en remettrait le PCF, l’absurdité et la vacuité du processus même de primaire apparaît aux yeux de tous. Sauf de ceux qui veulent s’en servir pour niveler les candidatures en les plaçant sur un même plan sans tenir compte des engagements passés, présents et à venir des uns et des autres. Bref sauf de ceux qui cherchent par tous les moyens à annihiler les candidatures qui sortent du rang et de l’entre-soi du système. Car ce que dit Olivier Dartigolles, c’est que quand bien même le PCF déciderait en novembre-décembre de s’inscrire dans la démarche de Jean-Luc Mélenchon et de la France Insoumise, tout serait remis à plat en février. Bref un vote pour rien car à la fin c’est Fabien décide.

Rétrospectivement, les argument déployés jusqu’à aujourd’hui (et encore répétés lors de cette émission) par Olivier Dartigolles et la direction du PCF pour combattre la candidature de Jean-Luc Mélenchon apparaissent eux-ausi dans la crudité de leur objectif : que penser de ces gens qui, depuis des mois, refusent de rejoindre la démarche proposée par Jean-Luc Mélenchon au prétexte qu’il faudrait assurer une présence au second tour de la gauche pour battre la droite et l’extrême-droite ? La candidature Montebourg, celle-là même qui dans toutes les intentions de vote non seulement est balayée par des candidatures alternatives telles celle de Manuel Valls sans compter celle d’Emmanuel Macron, serait donc la plus à même de remplir ce critère ? Grotesque.

Olivier Dartigolles et la direction du PCF font donc une fois encore le choix des petits arrangements entre amis. Qu’ont dealé Pierre Laurent et Arnaud Montebourg ? Combien de circonscriptions ont été promises (chèque en blanc contre chèque en bois tant une candidature Montebourg est peu à même de garantir quoi que ce soit) pour faire un croche-patte à Mélenchon ? Quel financement public est-il fait saliver au PCF pour s’attaquer à la dynamique et l’espoir que suscitent dans le peuple Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise ? Quels tripatouillages internes se substituent donc une fois encore à l’avenir du pays ?

La nouvelle sortie d’Olivier Dartigolles a au moins le mérite de la clarté. Désormais, les lignes sont tracées et chacune et chacun est susceptible de faire son choix en conscience sur les orientations politiques et stratégiques que recouvrent d’un côté la candidature de Jean-Luc Mélenchon et de l’autre la primaire du PS. Les communistes qui sont amenés à se prononcer le 5 novembre ne pourront donc pas biaiser : ce sera l’un ou l’autre.

Commenter cet article