Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog des Militants Communistes d'Arras

Blog de la section du Parti Communiste d'Arras. 14 avenue de l'hippodrome 62000 mail: arraspcf@gmail.com

Emmanuel Todd : « En bas l’intelligence progresse, tout comme le taux de crétins diplômés en haut »

Propos recueillis par Kévin Boucaud-Victoire et Franck Dedieu

Au cours d’un entretien fleuve, nous avons interrogé Emmanuel Todd pour « Les luttes de classes en France au XXIe siècle », son livre-évènement.

Dans son dernier ouvrageLes luttes de classes en France au XXIe siècle, inspiré par Karl Marx – auteur de Les luttes de classes en France (1850) – Emmanuel Todd réalise une photographie sociale de la France. Il cherche à répondre à un paradoxe : alors que l’euro a échoué économiquement, il a triomphé politiquement, au prix du retour de la lutte des classes.

Marianne : Pour vous, l’inégalité n’est pas le problème central en France. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Emmanuel Todd : Il y a un groupe de 1% supérieur qui se détache nettement, mais dont la situation dans le monde n’est pas tellement brillante quand on compare à ses homologues. Les 1% français à l’échelle mondiale sont des petits bras. Bernard Arnault est dans le top 5, mais je pense le mettre à sa juste place en rappelant qu’il s’occupe de biens de luxe dont les classes dirigeantes mondiales ont besoin. Il doit sans doute être considéré comme un larbin planétaire. Mais au-dessous de cela parmi les 99% qui restent, l’analyse en terme de revenus montre une certaine stabilité des inégalités – pour une fois, j’ai repris sans critiquer les analyses de l’INSEE. Le décrochage des 10% supérieurs que nous pouvons observer dans les pays anglo-américains n’a absolument pas lieu en France.

Le problème central, qui là est nié par l’INSEE à travers ses indices de prix qui ne tiennent pas assez compte du coût du logement, c’est qu’en fait la France est engagée dans une période de baisse du niveau de vie et du pouvoir d’achat, depuis 2007 au moins mais probablement depuis 2000. Les gens le ressentent, comme l’expriment les sondages. Le rejet de la réforme à points universelle le prouve. Les gens craignent l’organisation de leur appauvrissement futur. Mais il n’y a pas que des données économiques pour mesurer ce phénomène. J’ai observé les premiers mini-mouvements de hausse de la mortalité infantile, le ralentissement de la mobilité géographique, la chute de la fécondité qui finit par toucher toutes les catégories sociales. Les indicateurs démographiques sont généralement plus fiables que les indicateurs économiques purs. J’ai passé beaucoup de temps sur la recherche des données et l’interprétation. Ce qui m’a frappé, c’est la montée de l’homogénéité de la France. La chute de la fécondité touche toute la société. De même pour la chute programmée du niveau éducatif. Elle touche les enfants de cadres supérieurs presque autant que les enfants d’ouvriers.

Lire la suite ci-dessous

            👇🏻

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article