Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog des Militants Communistes d'Arras

Blog de la section du Parti Communiste d'Arras. 14 avenue de l'hippodrome 62000 mail: arraspcf@gmail.com

.LES SALARIÉS D’AIR FRANCE FIXÉS LE 3 JUILLET SUR LES POSTES SUPPRIMÉS

Les prêts accordés par l'État à la compagnie vont-ils servir à se séparer des salariés en finançant de vastes plans de licenciements ?

Les prêts accordés par l'État à la compagnie vont-ils servir à se séparer des salariés en finançant de vastes plans de licenciements ?

Alors que le groupe reçoit le soutien de l'État actionnaire sous forme de prêts, pour un montant de 7 milliards d'euros, la compagnie va faire payer la crise post-Covid aux salariés: quelque 8 000 emplois seraient menacés.

 

« L’occasion fait le larron », dit le proverbe populaire. Sous couvert de crise pro­voqué par la mise sous cloche de leur activité pour cause de pandémie de coronavirus, les compagnies aériennes font mar­cher la lessiveuse et suppriment des milliers d’emplois.

La direction d'Air France, dont l’État français détient 143 % des actions, présentera aux organisations syndicales ses orien­tations stratégiques et ses con­séquences sur l’emploi lors d’un Comité social et économique central extraordinaire le 3juillet. La direction présentera la ver­sion actualisée de la gestion pré­visionnelle de l’emploi et des compétences (Gpec).

 

Une saignée sociale

 

Un Comité social et économique sur l’emploi chez Hop ! doit se te­nir également le3juillet,a annoncé Joël Rondel. secrétaire du CSE de la compagnie régionale filiale d’Air France, appelée à être for­tement affectée par la refonte du réseau court-courrier du groupe.

 

Selon les syndicats, plusieurs milliers de postes sont mena­cés. Ces suppressions doivent se faire sur la base du volonta­riat, assure la direction, sous la forme de ruptures convention­nelles collectives (RCC) encore en discussion pour le personnel navigant et d’un plan de départs volontaires d’une ampleur en­core inconnue pour le person­nel au sol. À ce stade, les discus­sions avec la direction portent pour les pilotes d’Air France sur « un dispositif de rupture con­ventionnelle collective » et «400 postes supprimés », a indi­qué à mercredi un représentant du syndicat des pilotes SNPL.

En parallèle, « il y a aussi des dis­cussions » sur l'avenir des 200 pilotes qui volaient sur l’A 380, modèle appelé à sortir de la flotte de la compagnie, a-t-il ajouté.

 

« Un sureffectif de 1800 postes a été identifié » (sic) chez les hô­tesses et stewards, selon le syn­dicat SNGAF, et «environ 1 000 postes» seraient visés par la direction dans les fonctions supports, avait indiqué en mai Didier Dague, administrateur salarié (FO) d’Air France.

 

Enfin, chez Hop!, Joël Rondel, re­doute la suppression de la moitié des 2700 postes actuels. Malgré ces postes menacés, Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a défendu le soutien de 7 milliards d’euros accordé à la compagnie par l’État, sans condition formelle sur l’emploi invoquant le «risque de faillite de la compagnie »

Un argument en forme de feu vert à la direction. 

La marseillaise F.V. avec AFP

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article