Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Articles avec #vie locale

Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale

13 Avril 2016, 19:04pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale
Arras: 15ème Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale

Voir les commentaires

Mieux vaut donner sans promettre que promettre sans tenir.

28 Mai 2015, 16:26pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

citation française qui colle parfaitement à l'article de la voix du nord du 26 mai 2015.

Mieux vaut donner sans promettre que promettre sans tenir.
Mieux vaut donner sans promettre que promettre sans tenir.

Sur ces dix dernières années, les promesses d’investissements économiques ont été nombreuses dans la région Nord -Pas-de-Calais. Malheureusement, la crise de 2008 a été fatale également à bien des projets. Après avoir évoqué les (nombreuses) réussites assumées, tour d’horizon d’échecs, plus ou moins bien assumés.


DSV espérait 200 emplois sur son site logistique de Wattrelos. Il n’y en a jamais eu plus de 35. Le site a depuis été cédé à La Redoute pour son centre de préparation de commandes. Photo Hubert Van Maele 
VDN

Pas question pour nous de tirer sur l’ambulance, ou de faire la recension des multiples plans sociaux qui ont émaillé ces dix dernières années, notamment les 80 000 emplois perdus dans l’industrie régionale, les milliers perdus dans le BTP, les transports, etc. Notre propos est de nous concentrer sur les grands investissements réalisés pendant cette période, et de voir, dans ce second volet, les promesses non tenues.

Quand l’État fait défaut. Il y a par exemple les promesses non tenues par l’État. 

Le 9 février 2011, Alain Juppé, alors ministre de la Défense, posait à Cambrai la première pierre du CLIFA, le Centre de liquidation des factures des armées, avec 220 emplois à la clé. Sauf qu’il n’y a jamais eu de deuxième pierre...

Le 9 février 2011, Alain Juppé, alors ministre de la Défense, venait poser à Cambrai la première pierre du CLIFA, Centre de liquidation des factures des armées. Quatre cents emplois promis, en « compensation » des 1 100 sacrifiés avec la fermeture de la base aérienne 103. De deuxième pierre il n’y aura jamais. Et la reconversion de la BA 103 continue de faire rêver, que ce soit un fumeux projet de grande base de loisirs, ou, moins fumeux, un grand projet de base logistique (nous en reparlerons dans notre prochain volet).

Quand le centre d’appel raccroche. Les centres d’appels ont beaucoup embauché ces dernières années. Mais il y a eu également des échecs. Call Expert s’est installé à Roubaix en 2012 avec de grandes ambitions. Deux cents emplois étaient annoncés. Mais les ennuis judiciaires du patron (condamné pour faux et usage de faux) ont mis fin à l’aventure un an après. Repris par le belge IPG, le centre d’appel roubaisien ne gardera que 37 des 114 salariés embauchés à l’époque.

Quand la logistique patine. En octobre 2009 à Wattrelos, on a posé la première pierre du site DSV. Ce bâtiment logistique a été bâti pour travailler quasi exclusivement pour La Redoute. Livré en mars 2011, on y annonçait jusqu’à 200 emplois. Il n’y en jamais eu plus de 35, et seulement 25 quand le site a été cédé à La Redoute pour y construire son futur centre des opérations de commandes.

Quand il y a de l’eau dans le gaz. En 2009, Poweo, opérateur d’électricité et de gaz, envisage l’implantation d’une centrale électrique à cycle combiné au gaz naturel à Blaringhem, sur le site d’Arc International. Le chantier prévoit l’embauche de 800 personnes pendant trois ans. Un permis de construire est déposé en 2010. En 2013, le projet est abandonné, faute de rentabilité pour un investissement très lourd de 500 millions d’euros.

Quand le plastique jette l’éponge. Toujours sur le même site de Blaringhem, on annonçait en 2010 260 emplois promis par LE Manufacture, entreprise spécialisée dans la construction de palettes en plastique. Le groupe, déjà implanté à Hong Kong, finit par jeter l’éponge à la suite de problèmes dans le process de fabrication.

Quand on attend toujours. Début 2013, 250 postes étaient annoncés à Beuvry-la-Forêt à la faveur de l’arrivée d’une usine de batteries innovantes imaginées par la société SCPC, originaire de la région parisienne. À ce jour, toujours rien, et les élus locaux n’y croient plus trop.

Idem à Dunkerque où on ne parle plus du projet Horn, que l’on annonçait pour fin 2015. Mené par Eiffage, ce projet de construction d’une unité de stockage de matières dangereuses annonçait 450 emplois à terme.

Quand l’objectif n’est pas atteint. Enfin, peut-on parler d’échec ou de demi-réussite dans la reconversion du site Metaleurop à Noyelles-Godault ? À l’origine, 830 salariés abandonnés en janvier 2003 au moment de la liquidation du site. Aujourd’hui, 233 salariés reclassés dans l’écopôle dédié à la valorisation des déchets. À chacun de juger…

Voir les commentaires

ARRAS: Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent

3 Avril 2015, 15:59pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent
ARRAS:  Programme du 14e Salon du Livre le 1er mai 2015, organisé par Colères Du Présent

Voir les commentaires

Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans

22 Septembre 2014, 20:47pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Pendant l'Occupation, quelque deux cent dix-huit résistants en majorité du PCF et en grand nombre de la CGT furent fusillés contre les imposants murs de briques des fossés de la Citadelle.

L'atmosphère est lourdement imprégnée par cet épisode sanglant de par l'alignement des plaques commémoratives dans ce lieu de silence.

 

218 patriotes de toutes origines ont été fusillés de 1941 à 1944 dans les fossés de la Citadelle d'Arras.

au bout de ce fossé, un poteau ( reconstitué) qui immortalise les exécutions.

Les victimes étaient de 9 nationalités différentes, le plus jeune avait 16 ans et les plus âgés 69 ans.

Afin de ne pas oublier cette période épouvantable et funeste. Chaque année l'association d'anciens combattants de la résistance (ANACR, FNDIRP) organise dans l'enceinte de la citadelle à Arras, la commémoration de la libération du Pas-de-Calais.

70 ans après, ce lieu reste riche en émotion et en mémoire.

Quelques personnalités politiques locales étaient présentes en ce dimanche ( Le préfet, le président du Conseil général, sénat(rices) eurs, élu(e)s, ainsi que de nombreuses organisations (Sections du PCFet de la CGT de la LDH...), de même l'association des victimes du régime nazi et regroupement des antifascistes allemands qui se sont unis à cette manifestation, et bien sûr plusieurs municipalités du département.

Comme a son habitude, le PCF était particulièrement représenté ( beaucoup des fusillés étaient des communistes).

Et la gerbe de la fédération PCF du Pas-de-Calais fut déposée par Hervé Poly accompagnée de Fabienne Nathan de la section d'Arras (photo).

Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans
Dimanche 21 septembre : hommages à ceux qui ont contribué à la libération du Pas de Calais contre l'occupant nazi, il y a 70 ans

Voir les commentaires

21 SEPTEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX

20 Septembre 2014, 13:11pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

21 SEPTEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX

Chaque 21 septembre depuis 2001 est une journée consacrée au renforcement des idéaux de paix au sein des nations et des peuples, ainsi que dans leurs relations.

Cette année, l'association mouvement de la paix d'Arras à précéder cette initiative d'une journée (20 septembre), pour cause, d'autres événements sont prévus pour le dimanche 21 septembre (hommage aux 218 patriotes fusillés à la citadelle d'Arras).
Le 21 septembre est un moment qui permet à l'ensemble du mouvement pacifiste, mais aussi à tout citoyen, de se réunir autour d'une date pour mieux agir encore vers un monde exempt de guerres, d'inégalités et d'injustices.


Chaque année, à Arras, le mouvement de la Paix est le relais de la mission lancée par l'ONU en 2001, à savoir faire connaître et célébrer cette journée le plus massivement possible au sein de la société.


Et, chaque année la section du PCF de l'Arrageois est présente à cet évènement.

il y a plus de cent ans, Jaurès disait ;

 

21 SEPTEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX
21 SEPTEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX
21 SEPTEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX
21 SEPTEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX
21 SEPTEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX
21 SEPTEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX
21 SEPTEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX
21 SEPTEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX

Voir les commentaires

Pas de pause estivale pour les postiers d'Arras



21 Août 2014, 13:56pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Pas de pause estivale pour les postiers d'Arras



Les postiers d'Arras ont compris depuis des lustres, qu'aux pays des promesses, on meurt de faim.

Début juillet la direction de la poste d'Arras a reçu un jugement du tribunal stipulant d'une quotité maximum de 16 semaines de sécabilités par an pour les postiers de l'Arrageois étaient largement suffisant.

( Sécabilité : répartition du courrier en supplément de leur tournée attitré sans supplément de salaire)

Ce qui a été très mal accepter par la direction qui comptabilisait 20 semaines de sécabilités annuelles.

Suite à cela, la direction déboutée par un jugement du tribunal d'Arras, avait accordé début juin de 2 semaines de sécabilités de moins aux postiers, le fait de distribution de catalogue en plus du courriers effectuer en juillet.

Comme il est difficile pour les khalifes de la poste, d'avaler des défaites suites à un jugement en faveur des salariés, la direction a décidé de remettre en cause ce jeudi 21 aout l'accord décidé entre les syndicats et la direction. (accord sur les 16 semaines de sécabilités se terminant début aout) .

Suite à cette provocation, plus d'une vingtaine de postiers ont décidé de faire valoir leur mécontentement en arrêtant le travail pour une durée indéterminée.

Les responsables des différents syndicats de ce mouvement ont interpellés l'inspection du travail qui une fois de plus a donné raison aux salariés.

Faut-il comprendre que la direction de la poste d'Arras reste sourde aux messages des salariés des syndicats et de l'inspection du travail.

Les postiers sont déterminés à faire respecter leurs droits au travail et  leurs différentes requêtes face à une direction totalitaire.

Les postiers de l'Arrageois ont le total soutien de la section du PCF de l'Arrageois
Affaire à suivre.....de près par les communistes d'Arras


 

Voir les commentaires

Arras: Hommage à Jean Jaurès

20 Août 2014, 17:48pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le 31 juillet 2014, les Arrageois ont rendu hommage à Jean Jaurès, pour les cent ans de sa disparition.

 Inviter par le PS arrageois, plus d'une vingtaine de communistes d"Arras étaient présents en hommage à l'homme qui fut assassiné par un extrémiste de droite en 1914.

le discours d'ouverture fut émis par le secrétaire du PS d'Arras, suivi d'une rétrospective de la vie de Jean Jaurès par un jeune historien arrageois, et pour finir cet hommage , discours de René Chevalier secrétaire de section PCF de l'Arrageois.

en voici le texte. 

Nous sommes le 25 juillet 1914. Jean Jaurès entame son ultime discours à Vaise, un quartier de Lyon.
Les relations diplomatiques entre l'Autriche et la Serbie viennent d'être rompues. Plus que jamais, il partage avec l'auditoire son inquiétude.
Pour lui, la paix est menacée, une guerre s'étendant à toute l'Europe va éclater.
Jaurès avait fait des dernières années de sa vie un combat quotidien contre la funeste mécanique qui allait accoucher de la Première Guerre mondiale et de son monceau de cadavres.
Il conjuguait l'ensemble de ses activités et de ses extraordinaires capacités intellectuelles pour combattre les logiques de guerre.
Quand beaucoup la croient encore improbable, d'autres dénoncent le péril à venir. Jean Jaurès sera un ultime espoir pacifiste au milieu des va-t-en-guerre.
Comme toujours, Jaurès fait œuvre d'éducation populaire, s'attachant à analyser et à détailler, auprès de son auditoire ouvrier, la terrible mécanique dont il pressent qu'elle va emmener l'Europe et l'humanité à la ruine.
« Jamais depuis quarante ans, commence-t-il, l'Europe n'a été dans une situation plus menaçante et plus tragique que celle où nous sommes ». Puis un peu plus loin dans son discours dixit « chaque peuple paraît à travers les rues de l'Europe avec sa petite torche à la main et maintenant voilà l'incendie ».
Il pointe la politique colonialiste et impérialiste des puissances européennes comme l'une des causes majeures du conflit.
Son discernement lui coûta la vie.
« Songez à ce que serait le désastre pour l'Europe » disait Jaurès, ce ne serait plus, comme dans les Balkans, une armée de trois cent mille hommes, mais quatre, cinq et six armées de deux millions d'hommes. Quel massacre, quelles ruines, quelle barbarie ! »
En lançant ce vibrant appel :
« Si la tempête éclatait, tous, nous socialistes, nous aurons le souci de nous sauver le plus tôt possible du crime que les dirigeants auront commis et, en attendant, s'il nous reste quelque chose, s'il nous reste des heures, nous redoublerons d'efforts pour prévenir la catastrophe ».
L'expérience terrible de cette barbarie allait définitivement semer le doute dans les consciences et scinder le mouvement socialiste.
Rien, plus rien ne sera comme avant.
Mais autour de lui la haine monte d'un cran.

Les menaces de mort, de Péguy à Daudet pleuvent sur sa personne pour l'unique raison qu'il se refuse à suivre la propagande nationaliste et recherche à chaque instant et avec bon nombre de ses amis membres de l'Internationale socialiste.
Les mots deviennent d'une violence inouïe comme ceux prononcés par Charles Peguy, écrivain : « Dès la déclaration de guerre, la première chose que nous ferons sera de fusiller Jaurès ».
Il y a cent ans, peu nombreux furent ceux qui, à l'instar de Jaurès, sentaient venir le terrible drame. L'humeur était alors de partir « la fleur au fusil » pour une guerre que les dirigeants politiques de l'époque et la presse bourgeoise annonçaient courte
Nous sommes à une autre époque, mais l'appât du gain, gains de territoire, gains financiers, ce que Jaurès appelait « les guerres des proies » ne sont pas moins menaçant.
Aux portes de l'Europe, en Ukraine, où s'affrontent de grandes puissances impérialistes pour le contrôle des ressources gazières et pétrolières avec la montée d'un nationalisme agressif et autoritaire.En Palestine où un peuple entier est privé du plus élémentaire de ses droits de disposer de ses terres et de son État. Où pleuvent les bombes sur un peuple prisonnier et emmuré ?

Dans la lointaine Asie où se reconstituent de puissantes armées pour le contrôle des eaux territoriales.
Dans ce Moyen-Orient ravagé par des guerres confessionnelles.
En Afrique, ce continent si riche pillé, par les grands groupes capitalistes et qui n'en finit pas de vivre au rythme des guerres interethniques.
L'idée d'un Proche et Moyen-Orient totalement dénucléarisé devraient être portées avec force.
Le monde, aujourd'hui, vacille. Le développement brutal d'un capitalisme de plus en plus financiarisé continue de porter cette nuée qui, pour reprendre les mots de Jaurès, menace de se transformer en un terrible orage.
Jaurès nous donne dans le discours de Vaise la seule piste de réflexion qui vaille.
« Il n'y a plus, au moment où nous sommes menacés de meurtre et de sauvagerie, qu'une chance pour le maintien de la paix et le salut de la civilisation, » dit-il.
Profondément pacifiste, Jean Jaurès était conscient des menaces qui pesaient sur lui ce 31 juillet 1914, au moment où un militant d'extrême droite endoctriné par la propagande nationaliste et monarchiste lui tira une balle en pleine tête, trois jours seulement avant le début de la Première Guerre mondiale.

 

Jean Jaurès n’est pas seulement une figure légendaire, un symbole, c’est aussi et surtout un homme en prise directe avec la réalité du monde du travail. Son engagement au cœur de la grève des mines de Carmaux en 1892 en est l’illustration. C’est à travers ce conflit qu’il va se convertir au socialisme. Jouant un rôle primordial dans la défense des grévistes, il va assurer la mobilisation de l’opinion publique tout en devenant l’interlocuteur privilégié des ouvriers dans le combat redoutable qu’ils ont engagé. En 1893 et à leur demande, il deviendra député socialiste de Carmaux.

 

Jean Jaurès était avant tout partisan des plus faibles. Il fera sienne la défense d’Albert Dreyfus en devenant l’artisan de la révision de cette affaire et dénoncera la parodie de justice rendue par les magistrats autour de ce procès.

 

Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire

 

(J. Jaurès)

 

En 1904, il fondera le journal l’Humanité.

Après la scission de 1920, ce quotidien deviendra l’organe central du Parti communiste français, un des leviers de la lutte révolutionnaire contre le capitalisme. C’est à ce jour, l’un des rares médias d’opinion et il est le seul porteur d’idées de gauche en France.

 

« La grande cause socialiste et prolétarienne n’a besoin ni du mensonge, ni du demi-mensonge, ni des informations tendancieuses, ni des nouvelles forcées ou tronquées, ni des procédés obliques ou calomnieux. Elle n’a besoin ni qu’on diminue ou rabaisse injustement les adversaires, ni qu’on mutile les faits. Il n’y a que les classes en décadence qui ont peur de toute la vérité. »

 

Extrait de l’éditorial du premier numéro de l’Humanité (18 avril 1904)

 

Il va participer activement à la fusion des deux partis socialistes français donnant naissance à la SFIO (Section française de l'internationale ouvrière) tout comme il contribuera à développer l'unité ouvrière à travers le syndicat CGT.

Malgré les controverses, pour des raisons de nécessité nationale, Jean Jaurès va tout mettre en œuvre pour faire approuver la loi de 1905 relative à la séparation de l'Église et de l'État donnant naissance à la laïcité.

Sa grande éloquence a profondément marqué ses contemporains. En humaniste visionnaire, il a défendu jusqu'au bout ses convictions. Aujourd'hui passé à la postérité, il repose au Panthéon, aux côtés de personnages illustres tels que Voltaire, Victor Hugo, Jean Moulin, Émile Zola...

Depuis sa disparition, Jean Jaurès n'a jamais cessé d'inspirer les hommes politiques de tout bord. La puissance de son verbe était telle que beaucoup cherchent aujourd'hui à l'instrumentaliser.
Mais il faut se souvenir que les idées qu'il défendait, leur essence même appartiennent indiscutablement à la pensée marxiste et progressiste.

Beaucoup d'hommes politiques actuels se disputent l'héritage de Jaurès, mais appartiennent, il a l'homme qui écrivit en 1904 dans « histoire socialiste de la France de 1789 à 1900 ».
« Je suis avec Robespierre, et c'est à côté de lui que je vais m'asseoir aux Jacobins. Oui, je suis avec lui parce qu'il a à ce moment toute l'ampleur de la Révolution ».

« Or, c'est maintenant la politique de Robespierre. Babeuf, le communiste Babeuf, votre maître et le mien, celui qui a fondé en notre pays, non pas seulement la doctrine socialiste, mais surtout la politique socialiste ».
Avis à toute celle est ceux qui se revendiquent d'être adeptes de Jaurès.

Il disait du capitalisme de l'époque : « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage ». Et que porte donc le libéralisme, aujourd'hui en 2014, si ce n'est, à nouveau, une absence totale de repères, une décote humaine sans précédent, des replis identitaires, et la montée des néo populismes et de l'extrême droite sur l'ensemble du Vieux Continent ?

L'histoire ne se répète pas à l'identique, mais elle peut bien souvent bégayer. Faisons en sorte, par notre vigilance, par le devoir de transmission, et par nos engagements citoyens, d'en changer le cours, avant qu'il ne soit trop tard.

Arras: Hommage à Jean Jaurès

Voir les commentaires

C’est beau un pays en vacances.

20 Août 2014, 14:38pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Qu'il est bon de profiter des congés payés.

Chaque année de moins en moins de familles de salariés partent, voyagent, moins loin, moins longtemps, mais chaque année toutes et tous prennent ces 2,3 parfois 4 semaines de liberté.

Et puis passé le 15 aout, on sent, au cours des soirées, dans les petits matins encore calmes que l'automne se prépare, et la rentrée aussi.

Les réseaux s'activent, le blog aussi.

Contrairement a la température actuelle, le climat de l'actualité est au point chaud.

L'autre jour Manuel Valls l'a redit : il n'y a pas d'alternative. « There is no alternative » avait dit Margareth Thatcher en son temps pour justifier une politique impopulaire, inefficace et antisociale.

Nous y sommes donc, dans ce moment ou comme en Italie il y a quelques années, la gauche, l'idée même de progrès social est en danger de mort.

Le débat politique menacé, puisque la politique menée est présentée comme le seul possible. L'austérité, on ne doit jamais l'oublier, ne peut se passer de l'autoritarisme.

Pourtant, face aux résultats désastreux de cette politique, on serait en droit d'attendre deux choses simples : de l'humilité et la volonté de débattre.

Nous n'avons même pas ça.

L'austérité budgétaire imposée à marche forcée aux services publics et aux collectivités, couplée à la satisfaction des exigences patronales pour sortir le plus de richesses produites de la production, des réponses aux besoins et les noyers dans la recherche de marges financières est l'annonce d'une catastrophe économique, qui pointe déjà et risque d'entrainer notre société bien au delà de ce que nous vivons aujourd'hui.

C'est la rentrée, et elle doit être sous le signe de l'offensive à gauche, du mouvement social, du camp du progrès.

Elle doit voir engager un débat profond à gauche, le plus large possible sur les alternatives dans tous les domaines : politique étrangère, économie, fiscalité, éducation, budget... C'est aujourd'hui une question de survie pour l'idée même de progrès de société.

 

Voir les commentaires

C'est par une belle journée, dans la ville de Robespierre, que les citoyens arrageois se sont réveillés aux couleurs de Jaurès

25 Juillet 2014, 10:00am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

C'est par une belle journée, dans la ville de Robespierre, que les citoyens arrageois se sont réveillés aux couleurs de Jaurès
C'est par une belle journée, dans la ville de Robespierre, que les citoyens arrageois se sont réveillés aux couleurs de Jaurès
C'est par une belle journée, dans la ville de Robespierre, que les citoyens arrageois se sont réveillés aux couleurs de Jaurès
C'est par une belle journée, dans la ville de Robespierre, que les citoyens arrageois se sont réveillés aux couleurs de Jaurès
C'est par une belle journée, dans la ville de Robespierre, que les citoyens arrageois se sont réveillés aux couleurs de Jaurès
Voila cent ans que Jean Jaurès a été assassiné.

C'était le 31 juillet 1914, à la veille de l'une des plus grandes boucheries du XX siècle (9 millions de morts, et environ 20 millions de blessés)

Jean Jaurès, fondateur du journal l'Humanité et militant pacifiste acharné, fut froidement assassiné. Lors d'un dîner entre journalistes, au Café du croissant à Paris, il reçut deux balles de revolver par un étudiant issu d'un mouvement ultranationaliste d'extrême droite, Raoul Villain.
 
Prétextant avoir avoir abattu « le grand professeur de lâcheté opposé à la guerre » ,
celui-ci fut incarcéré en détention préventive durant toute la durée de la Première Guerre mondiale

Et pourtant, il fut acquitté grâce à son avocat Zèvaès, ancien député socialiste, qui a plaidé la clémence, selon ses termes: « une amnistie générale et généreuse ». Cet activiste d'extrême-droite est alors remis en liberté le 29 mars 1919 par des jurés ayant estimé qu'il avait rendu service à sa patrie... La veuve de Jaurès dut même payer les frais du procès.

Suite au verdict, Marcel Cachin, alors directeur de l'Humanité, écrit au soir du procès « un défi jeté par quelques bourgeois aveugles à tout un peuple de travailleurs ; leurs épaules portent une responsabilité effroyable dont, peut-être, ils n'ont pas mesuré l'exacte portée ».


Décembre 1920 au congrès de Tours, on retrouvera Marcel Cachin parmi les fondateurs du Parti communiste français.
 

Se croyant investi par Dieu, un intégriste rémois monte à Paris pour débarrasser la France de celui qui milite pour la paix, le fondateur de "L'Humanité".

Se croyant investi par Dieu, un intégriste rémois monte à Paris pour débarrasser la France de celui qui milite pour la paix, le fondateur de "L'Humanité".

Voir les commentaires

Extrême droite arrageoise : Du rififi chez les élus FN d'Arras où pousse-toi de là que je m'y mette.

24 Juillet 2014, 08:48am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

C'est devenu une habitude, la presse tente de nous faire croire que l'extrême droite est devenue plus "fréquentable", un parti qui se "normalise", plus "moderne", qu'il faut "dé-diaboliser" depuis que Le Pen fille a pris le relais de papa au FN.

Mais tout cela n'est qu'illusion, et l'on voit bien que le FN a conservé ses propositions archaïques, xénophobes, populistes et antisémites.

Peu de journaux locaux font exception à la règle, mais c'est le cas de  la Voix du nord du  16 juillet 2014

Lors des dernières élections municipales, les Arrageois ont élu avec 10.84 % deux conseillers FN (ce qui du reste, est très préoccupant pour la démocratie de notre ville).


L'obligation de la parité, on fait d'Isabelle Perret la deuxième élue FN au Conseil municipal.
Mais chez les frontistes, on ne l'entend de cette oreille ! et ils ont leurs propres idées de l'égalité de représentation des hommes et des femmes en politique.
Alors c'est, « soit tu démissionnes où on te vire » ou plus poétiquement « pousse-toi de là que je m'y mette ».



 

Extrême droite arrageoise : Du rififi chez les élus FN d'Arras où pousse-toi de là que je m'y mette.

On voit bien là que le Front national a changé, qu'il est un parti presque fréquentable (voir les derniers propos de Le Pen père s'agissant de Patrick Bruel, Noah et d'autres « Eh bien, on fera une fournée la prochaine fois ».


Un parti qui se normalise, l'article de la VdN le prouve :
Alban Heusèle, tête de liste du Rassemblement Bleu Marine à Arras, et Thierry Ducroux, troisième sur cette même liste, sont venus la trouver chez elle. « Depuis trois jours, ils m'incitaient à démissionner, raconte-t-elle. Vendredi, ils sont venus chez moi vers 17 heures avec une lettre de démission. Et pendant plus de deux heures, ils ont essayé de me convaincre de la signer. Je l'ai signée finalement. Ils m'ont forcé la main. »


Un parti qui émet que des vérités, toujours selon l'article :
Interrogé sur cette démission, Alban Heusèle dixit : « Tout ce que je peux dire, c'est que c'est pour des raisons personnelles. Ce n'est pas politique. »      Quant à savoir comment Isabelle Perret en est arrivée à signer cette lettre de démission... « On en a discuté. On est arrivé à cette solution-là. En aucun cas, on ne l'a obligée. Il n'y a eu aucune pression », assure Alban Heusèle.       « Cette démission est le fait de sa propre volonté », abonde Thierry Ducroux.


Qui est un parti démocratique :
La démission d'Isabelle Perret est effective puisque sa lettre de démission a été reçue ce mardi par la mairie.


C'est logiquement Thierry Ducroux qui devrait lui succéder au Conseil municipal. « J'attends que M. le maire me charge de la remplacer », fait savoir ce dernier.


Et que finalement selon les grands médias, le FN n'est pas un parti archaïque, xénophobe, populiste et antisémite que l'on prétend. [tout autant].

La preuve.
Isabelle Perret n'a « jamais eu de carte au FN ».
Certes, elle a été séduite par « les propos plus doux de Marine Le Pen » .


Mais le constat est « les idées sont exactement les mêmes. C'est un parti d'extrême droite pur et dur », elle a parfois manifesté son désaccord, ce qui aurait déplu. « Je gêne le parti. »


Ses colistiers la trouvaient « trop transparente » et « voulaient quelqu'un de « plus fort » pour faire valoir leurs idées.


La démissionnaire va même jusqu'à penser qu'elle n'a été choisie comme deuxième de liste qu'en raison de la parité.


Pourtant, en un peu moins de quatre mois de mandat, Isabelle Perret s'est investie dans ses fonctions. « Elle allait au Conseil municipal, siégeait dans les commissions », lui reconnaît Thierry Ducroux.


« On a rien à me reprocher, fait valoir l'intéressée. J'estime que je me suis investi pour le Rassemblement. J'ai donné sept mois de mon existence. J'y ai cru ! »


Pour Alban Heusèle, « c'est dommage d'en arriver-là »,
pour Thierry Ducroux « c'est du passé ».


Mais Isabelle Perret, n'entends pas en rester à ce stade. Certes, elle n'est finalement « pas mécontente » de cette issue tant elle « ne pens[ait] pas qu'ils avaient des idées comme celles-là ».
Mais elle estime que « c'est abusif ». Et veut le faire savoir.


Depuis toujours, les communistes, démontrent, révèlent, que rien ne change au Front national et que Le Pen est bien la fille de son père.


Que l'extrême droite est toujours aussi dangereuse aujourd'hui qu'au temps de sa création en 1972 et bien avant avec « ordre nouveau ».


Oui, les communistes de l'Arrageois restent très attentifs à l'actualité de notre ville, même si malheureusement la voix des salariés, du peuple qui tous les jours doit compter pour finir ses fins de mois , n’ont plus de leurs représentants au Conseil municipal d'Arras.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Projection "Les jours heureux" Arras

28 Avril 2014, 18:48pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Projection "Les jours heureux" Arras


En partenariat de Colères du présent et l'Humanité, sera projeté mardi 29 avril à 20h30 "Les Jours heureux" de Gilles Perret au Cinémovida d'Arras.

En présence de Alexandre Courban, historien et de Léon Landini, résitant FTP-MOI.
Débat animé par Jérôme Skalski.

Voir les commentaires

Vente de muguet du 1er mai 2014 à ARRAS

15 Avril 2014, 20:03pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Vente de muguet du 1er mai 2014 à ARRAS

Voir les commentaires

De grands mouvements populaires pour des réponses de progrès social et démocratique, c’est maintenant !

11 Avril 2014, 15:49pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le Premier ministre Ayrault, les ténors socialistes n'ont rien dit entre ces deux tours qui soient de nature à rassembler le peuple de gauche, leur politique est impopulaire parce qu'elle est inefficace.

L'attitude de certains partis de gauche dans certaines villes, et parfois, d'alliances contre nature ne pouvait permettre un sursaut populaire, ne serait-ce que pour sauver l'essentiel.

Le gouvernement porte une lourde responsabilité dans ce qui s'est passé ces dernières semaines mais aussi,  dans ce qui va se passer dans les semaines et les mois à venir.

Le cri d'alarme est immense et le mécontentement est profond.

La désignation de Manuel Valls comme Premier ministre est un nouveau mauvais signe politique qui est un pas de plus vers une recomposition politique tant souhaitée par le patronat et le monde de la finance.

 Le Front National, omniprésent dans les médias a permis d'étouffer tout espoir de progrès et justifie un pas supplémentaire vers l'ordre social, une société sécuritaire, une dominante oligarchique bafouant la démocratie

L'objectif du président est triple : Engager vraiment la recomposition du paysage politique de notre pays, transformer en profondeur la société française pour satisfaire les intérêts du MEDEF et de ces amis "le grand capital", être réélu dans 3 ans quitte à perdre toutes les élections d'ici là.

Il n'y aura pas de redressement du pays sans changement de politique.

Les communistes sont disponibles pour chavirer ce tournant libéral afin d'inverser ensemble avec toutes celles et ceux qui le souhaitent ce recul de civilisation, au profit de droits nouveaux, d'œuvrer sur des réponses populaires à la crise, avec des rassemblements à vocation majoritaire pour l'emploi, les salaires, les services publics, les solidarités. Pour une autre politique.

 

On entend déjà dans différents partis, certains appeler immédiatement au conclave pour "tirer les enseignements" du désastre.

Il est, au contraire, urgent d'ouvrir grand portes et fenêtres,  de tendre la main à toutes celles et ceux qui ont voté pour le changement et qui veulent le voir germer.

une mise en mouvement populaire pour des réponses de progrès social et démocratique est en marche.

Le 12 avril, la marche pour un espoir à gauche, contre l'austérité est à la disposition de tous les hommes et les femmes qui veulent un véritable changement.

La fête de l'Humain d'abord a Avion les 17 et 18 mai 2014, sera un moment important de débat et d'échange, à ciel ouvert, sans murs, ni portes closes, ni tabou !

Les communistes d'Arras et d'autres communes ont mené une belle campagne, avec responsabilité, esprit de rassemblement et sens du devoir.

Nous restons une force politique essentielle au sein de nos villes et communes.

Les citoyens peuvent compter sur les communistes et tous ces femmes et hommes qui luttent contrent l'austérité, une droite populiste et les forces de l'argent.

C'est un appel à la réussite des journées de luttes et de mobilisations des prochaines semaines.

C'est un appel à prendre le chemin de la construction d'un mouvement large pour le progrès.

Soyons le plus nombreux possible présent à la marche contre l'austérité le 12 avril à Paris.

Soyons aussi nombreux à la fête de l'humain d'abord à Avion les 17 et 18 mai 2014.

René Chevalier

Voir les commentaires

La librairie Chapitre d'Arras sauvée

30 Janvier 2014, 08:04am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Enfin une bonne nouvelle pour le commerce Arrageois

 

Dix librairies Chapitre supplémentaires ont trouvé acquéreur, portant le nombre total de librairies reprises à 26, sur les 57 du réseau, a annoncé mercredi la direction des librairies (groupe Actissia).

"31 librairies cherchent toujours un repreneur", a-t-elle précisé. Le réseau, qui comptait initialement 57 établissements et quelque 1.200 salariés, est en liquidation judiciaire depuis le 2 décembre, mais a été autorisé à  poursuivre son activité jusqu'au 10 février.

En tenant compte des cinq librairies cédées avant l'ouverture de la procédure, des onze dont le tribunal de commerce a validé la cession en décembre et des dix librairies dont la cession a été annoncée mercredi, "ce sont 450 emplois qui ont
ainsi été sauvés
", a indiqué le président des librairies Chapitre, Michel Rességuier, cité dans un communiqué.
 

Chapitre Arras repris par son directeur

Parmi les acquéreurs de ces cessions, qui prendront effet à partir du 1er février 2014, les librairies de Toulon et d'Arras ont été reprises par leurs directeurs actuels et les librairies de Saint-Etienne et de Roanne par des salariés. Les librairies de Chalon-sur-Saône, d'Antibes, de Nantes, de Nevers et de Nice ont été reprises par des acquéreurs extérieurs au réseau et "la librairie d'Annemasse réintègre le réseau des boutiques France Loisirs", précise le communiqué. Une nouvelle vague de cessions est envisagée le 10 février avec une date limite de dépôt des offres fixée au 30 janvier.
"Ce délai devrait suffire pour sauver les librairies qui peuvent l'être. Pour les autres, le temps qui passe hypothèque de plus en plus les chances de reprises, la clientèle s'érodant au fil des jours", a souligné M. Rességuier, précisant qu'il ne demanderait "pas de poursuite d'activité supplémentaire".

Le réseau de Librairies Chapitre est une filiale du groupe Actissia (France Loisirs, Chapitre.com), numéro 2 de la distribution du livre en France. Le site internet chapitre.com, société distincte des Librairies Chapitre, n'est pas concerné.

 

 

 

 

La librairie Chapitre d'Arras sauvée

Voir les commentaires

Le magazine des arrageois de janvier est arrivé

22 Janvier 2014, 21:04pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le magazine des arrageois de janvier est arrivé

Le magazine Arras Actu est arrivé dans les boites aux lettres des Arrageois.
Depuis plusieurs mois, le PCF de l'Arrageois publie sa rubrique régulièrement dans la tribune du bulletin, sous l'intitulé

L’élu communiste

L’HISTOIRE C’EST AUSSI CELLE DES SIMPLES GENS

En vertu du partenariat décennal conclu entre la ville d’Arras et le château de Versailles, la ville d’Arras va-t-elle célébrer les rois durant dix ans ?

Après dix huit mois passés auprès des carrosses et du sacre l’infâme Charles X, on nous promet, de septembre 2014 à mars 2016, de vivre en compagnie des rois, princes, duchesses et prélats qui ont peuplé le palais et des trésors qu’ils y ont entassés.

L’histoire passionne les Arrageois et on ne peut que s’en réjouir, à condition qu’elle aide à comprendre le passé et n’en donne pas une image tronquée.

Lieu prestigieux s’il en est, Versailles est aussi synonyme de décennies de souffrances pour le peuple. Vauban lui-même a osé en accuser le roi.

On a recensé, nous dit-on, quarante propositions de projets en résonance avec l’exposition des carrosses, tel ce simulacre d’un mariage impérial.

Mais parmi ceux-ci, combien de projets pour évoquer la vie des paysans et artisans écrasés d’impôts pour payer les fastes de la cour. ?

Pas un seul semble-t-il.

Il y aurait pourtant matière à exposer au musée, mais aussi dans les quartiers populaires, le révoltant contraste entre la misère du petit peuple et le luxe insolent d’une poignée de privilégiés qui s’affichait à la cour de Versailles.

Je demande qu’une partie du budget de deux millions et demi prévu pour cette expo soit consacrée à des projets qui aident le plus large public à comprendre l’histoire de France autrement qu’à travers celle des rois et princesses.

Faites qu’on nous montre l’envers du décor et que derrière les richesses étalées apparaisse le peuple que les a créées.

Je demande qu’on ouvre toutes grandes et à tous les publics les portes de la culture ; et pour ce qui concerne l’Histoire, qu’on montre aux simples gens la place essentielle qui fut la leur dans le passé comme dans le présent dans la vie de notre pays.

Ce serait un comble que dans la ville de Robespierre, on magnifie durant toute une décennie les fastes d’un régime de privilégiés sans offrir en parallèle le spectacle de la vie laborieuse et des luttes de tout un peuple.

René Chevalier

Le magazine des arrageois de janvier est arrivé

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>