Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Articles avec #manifestation

Suppression des lignes SNCF : Manif ce lundi 24 avril à St Pol, le parti communiste appelle au rassemblement !

21 Avril 2017, 12:27pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Suppression des lignes SNCF : Manif ce lundi 24 avril à St Pol, le parti communiste appelle au rassemblement !

profits et austérité (PCF)

Deux informations émanant de lentreprise ferroviaire. Dun côté, elle annonce avoir réalisé un bénéfice net de 567 millions deuros et de lautre, elle confirme avoir supprimé plus de 1800 postes en France et freiné les augmentations de salaire.

La SNCF a laissé derrière elle sa perte colossale de 2015 pour retrouver la renta­bilité en 2016, grâce notamment à dim­portants gains de productivité et à la crois­sance de ses activités internationales.

La SNCF a « fait face à un environnement épouvantable », entre inondations, grèves, attentats, et difficultés dans certains sec­teurs économiques, a commenté à lAFP le président du conseil de surveillance, Frédéric Saint-Geours. Coût estimé de ces événements : 700 millions deuros. Mais « on a fait 825 millions (deuros) de pro­grès de productivité, assez largement au-dessus de ce quon sétait fixé », soit 750 millions, a-t-il fait valoir.

Le chiffre daffaires a quant à lui aug­menté de 2,8% à 32,3 milliards deuros, tiré notamment par une acquisition aux États-Unis. En tout, un tiers du chiffre daffaires du groupe est réalisé à linterna­tional. Le montant total des investisse­ments sélève à 8,6 milliards deuros – dont 90% en France – en hausse par rap­port à 2015 (8,2 milliards), mais légère­ment en-deçà des 9 milliards prévus. Par­mi ces investissements, 5,2 milliards ont été consacrés au réseau, un niveau « pas vu depuis 40 ans », a commenté auprès de lAFP le président de SNCF/Réseau, Patrick Jeantet.

Mais ces chiffres mirobolants saccompa­gnent dune autre réalité. La SNCF a sup­primé au moins 1 800 postes dans ses acti­vités ferroviaires en France en 2016, au moyen de départs en retraite non rem­placés, surtout dans sa branche Mobilités, qui exploite les trains. « Il y a eu, pour lensemble du groupe public ferroviaire, de lordre de 1 800 à 2 000 départs non remplacés », a déclaré Guillaume Pepy, président de la SNCF et de la branche Mobilités, ce lundi 27 février lors dune conférence de presse consacrée aux résul­tats annuels du groupe.

Le groupe public ferroviaire est composé de SNCF/Mobilités (trains et gares), SNCF/Réseau (construction et entretien des voies) et de la holding de tête SNCF, qui pilote lensemble. « Nous avons fait des efforts de productivité sur les effectifs. À Mobilités, nous navons pas remplacé 1 600 départs », a précisé M. Pepy. Cest un peu moins que les 1 700 suppressions programmées, a-t-il été relevé. Lopéra­teur ferroviaire a dans le même temps appliqué « une politique salariale particu­lièrement rigoureuse », marquée par une « deuxième année sans mesure générale » daugmentation, afin de limiter « lévol­ution du coût moyen (par) agent (qui) a été pour la première fois inférieure à 1% », a-t-il ajouté. n

Suppression des lignes SNCF : Manif ce lundi 24 avril à St Pol, le parti communiste appelle au rassemblement !

Voir les commentaires

Prise de parole de Gérard Miller au défilé pour la 6e République

24 Mars 2017, 17:43pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Samedi 18 mars, la France Insoumise défilait pour la 6e République, voici la prise de parole de Gérard Miller à ce rassemblement.

Voir les commentaires

Luttes: Reprenons la rue le 7 mars à Paris

15 Février 2017, 19:25pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Luttes: Reprenons la rue le 7 mars à Paris
Luttes: Reprenons la rue le 7 mars à Paris
Luttes: Reprenons la rue le 7 mars à Paris
Luttes: Reprenons la rue le 7 mars à Paris

Voir les commentaires

Travailleurs : aucune autre issue que la lutte

22 Janvier 2017, 18:14pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Travailleurs : aucune autre issue que la lutte  Travailleurs : aucune autre issue que la lutte

Le froid qui touche la France n'a rien d'exceptionnel même si les médias semblent découvrir que l'hiver, il peut faire...froid ! Cela leur permet simplement de faire croire que l'insupportable situation des usagers et des personnels des hôpitaux est exceptionnelle.

 

Mais pour le peuple, pour les 20 % de la population en état de « précarité énergétique » et qui ne peuvent se chauffer, pour ceux dont l'accès aux soins passe par des urgences hospitalières asphyxiées par des années de rigueur budgétaires et de fermetures de services et de lits, pour ceux qui meurent de froid dans les rues, pour les agents des services publics qui par exemple se dévouent pour rétablir l'électricité alors que les équipes ont été réduites drastiquement, le froid saisonnier ne faire que rendre plus insupportable encore l'état d'urgence sociale dans lequel « ils » ont mis le pays.

 

« Ils », ce sont tous les représentants de la classe dominante, les 300 familles qui dirigent l'économie et le pays, les barons du Medef, les politiques de droite comme de « gauche » qui se succèdent au gouvernement, les « journalistes » et autres « experts » de tous poils grassement payés pour expliquer au peuple qu'il doit en finir avec ses privilèges et se serrer toujours davantage la ceinture... Bref, tous ceux qui depuis des années appliquent et justifient les politiques de guerre sociale définies au niveau européen et par le Medef dans le seul but de favoriser le profit maximum (68 milliards de dividendes versés en 2016 pour les gros actionnaires du CAC 40, un record depuis 2008 !) et de casser les solidarités que les travailleurs avaient su construire dans la lutte et le rapport de forces (Sécu, retraites, conventions collectives et droit du travail...).

Et nos services publics, du fait de leur casse systématique sous l'impulsion des directives européennes, ne peuvent plus répondre aux besoins vitaux de toute la population dont le niveau de vie régresse de jour en jour, ce qui mène notre pays dans une paupérisation toujours plus importante ouvrant une voie à l'extrême-droite et/ou au repli sur soi même. Le silence sur la politique néfaste européenne par la Confédération Européenne des Syndicats est une fois de plus déplorable.

 

Dans le même temps, les syndicalistes sont poursuivis partout dans le pays surtout s'ils sont à la CGT (Chérèque lui ayant eu droit à des hommages appuyés de la part des chiens de garde médiatiques pour services rendus à la cause patronale) et les blanchiments judiciaires se succèdent dans les affaires de corruption ou de délinquance financière tandis que rien de sérieux n'est entrepris pour lutter contre les 80 milliards annuels d'évasion fiscale qui permettent aux puissants d'éviter l'impôt grâce aux paradis fiscaux qu'ils ont créés tout en affirmant vouloir les combattre !

 

Oui, il y a quelque chose de pourri dans la République de France et ce quelque chose, c'est le pouvoir des riches qui dissout le pays dans l'empire européen en formation, qui étrangle le peuple et prétend le tenir en laisse, reniant les promesses du Conseil National de la Résistance de construire une société de fraternité débarrassée du pouvoir des féodalités financières.

 

Alors que les médias nous vendent du Fillon, du Macron, du Le Pen, ou du Valls tous au service des intérêt dominants (n'oublions pas Montebourg, Peillon, Hamon eux aussi anciens ministres de Hollande), l'espoir ne peut renaître que de la mobilisation populaire, de la mobilisation des travailleurs et de la classe ouvrière pour la défense de la Sécu, de la Santé publique, des services publics, du droit du travail, des emplois, des libertés syndicales, des retraites…

 

Pour cela, soutenons et participons aux nombreuses luttes qui se développent dans le pays, organisons la solidarité autour de nos camarades poursuivis en justice, faisons monter la nécessité de la convergence des luttes et inscrivons d’ores et déjà sur nos agendas l'importante journée du 7 mars 2017 de Grève nationale de la santé et de l’action sociale avec manifestation nationale à Paris.

Front Syndical de Classe

Voir les commentaires

SANTE : MANIFESTATION NATIONALE le 7 MARS à PARIS!

22 Janvier 2017, 18:08pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le 7 Mars, des organisations syndicales nationales du secteur de la santé et du médico-social appellent à une journée nationale de grève et de manifestation, comme cela a été le cas en novembre dernier.

Les hôpitaux, pressurés, soumis à des restrictions budgétaires toujours plus drastiques, contraints à des fermetures de lits -16 000 dans la période récente d’après la FHF- ne peuvent faire face à l’épidémie de grippe.

Les conditions d’accueil et la qualité des soins se dégradent.
La dernière période a été marquée par une aggravation de la situation dans les hôpitaux ; la logique de la loi Touraine est en marche et conduit à une aggravation des conditions d’accueil des malades.

Fermeture de la maternité de Decazeville, difficultés dans les services d’urgences, une centaine de postes supprimés à l’hôpital de Châtellerault, 70 postes supprimés à Romans sur Isère en 2 ans, nouvelles menaces sur la chirurgie cardiaque de l’hôpital Mondor…. …. Voici quelques exemples de la traduction au quotidien de la mise en œuvre du Plan de Financement de la Sécurité Sociale 2017 qui a décidé de 4 milliards d’économies sur notre santé dont 800 millions pour l’hôpital.

Le personnel est épuisé, des cas importants de burn-out se font jour dans les équipes pouvant conduire quelquefois à des suicides.

La Sécurité sociale est menacée.

Cela a des conséquences dramatiques pour l’accueil des malades.

Déjà le 8 novembre la mobilisation des hospitaliers, soutenue par la Coordination Nationale avait montré une forte résistance à cette politique.

Il nous faut continuer à nous mobiliser pour refuser cette logique austéritaire.

Les dernières études de l’OCDE montrent que notre pays régresse dans la prise en charge de la santé : près d’un quart de la population renonce à se soigner totalement ou partiellement pour des raisons financières.

Des mesures urgentes sont indispensable pour donner les moyens aux hôpitaux de fonctionner et plus globalement pour faire face aux problèmes de la désertification médicale et paramédicale.
Notre santé c’est notre affaire

La Coordination nationale des Comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité soutient les grèves et manifestations du 7 Mars à l’appel de CGT, FO, Sud santé et sera présente, avec ses comités, aux côtés des personnels notamment pour :

• L’abrogation de la Loi HPST
• L’abandon des néfastes regroupements hospitaliers (GHT) et des restructurations
• L’arrêt des fermetures de lits et de services et des suppressions de postes
• La fin des enveloppes limitatives et abandon du plan ONDAM triennal de 3,5 milliards d’économies sur les hôpitaux
• L’octroi des moyens budgétaires permettant aux établissements sanitaires et médico-sociaux d’assurer leur mission de service public
• Des politiques sanitaires et sociales à la hauteur des besoins de la population, quel que soit le lieu d’habitation
• La remise en cause du numérus clausus et de la liberté d’installation
• La réappropriation de la Sécurité Sociale et le respect du principe : chacun cotise en fonction de ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins

Elle demande à ses comités de préparer dès maintenant la mobilisation dans leur territoire et la présence de délégations
à la manifestation nationale du 7 mars à Paris.

Citoyen(nes), professionnel(les) tous unis pour un service de santé de proximité et de qualité répondant aux besoins de la population 

 

Voir les commentaires

ARRAS: FÊTE POPULAIRE

5 Novembre 2016, 15:17pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Les communistes de l'Arrageois vous convient à la

FÊTE POPULAIRE

DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2016

à partir de 12h à la salle Amoureux

(rue du Crinchon à Arras)

 

MENU:

Potée Lorraine Fromage et tarte Café

(1 bouteille de vin pour 4)

 

Réservation indispensable avant le lundi 30 octobre

 

TARIF: Adulte : 18 €              Enfant (-1Oans): 6 €

Tél : 03 21 51 66 80 ou André Detève : 06 16 07 83 70 ou 03 21 51 32 47

 

Chèque à l'ordre; section PCF Arras

 

 

ARRAS: FÊTE POPULAIRE

Voir les commentaires

Manifestations de policiers à Paris : CE QU’EN PENSE LA CGT POLICE

20 Octobre 2016, 16:07pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Manifestations de policiers à Paris : CE QU’EN PENSE LA CGT POLICE
Manifestations de policiers à Paris : CE QU’EN PENSE LA CGT POLICE

Voir les commentaires

INTERVIEW - Mickaël Wamen, Goodyear : "il n'y a jamais eu de séquestration"

19 Octobre 2016, 19:58pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

À la veille de la mobilisation attendue mercredi 19 octobre à Amiens, nous avons rencontré l'ancien représentant CGT de Goodyear Mickaël Wamen. Il se dit "écoeuré" et souhaite la relaxe des 8 salariés condamnés à de la prison ferme car pour lui "il n'y a jamais eu de séquestration

 

Mickaël Wamen, prévenu et ancien représentant CGT de Goodyear Amiens Nord, nous a fait part de son état d'esprit à la veille de son procès en appel et d'une forte journée de mobilisation. 


"UN COUP MONTÉ DES DIRIGEANTS"

Selon le délégué syndical, la relaxe pour lui ainsi que pour les 8 anciens salariés Goodyear est à portée de main. "D'abord parce qu'on nous soutient et surtout parce qu'on a suffisamment de preuves accablantes pour montrer qu'il n'y a jamais eu de séquestration. Il y a eu un coup monté des dirigeants"

Le 12 janvier dernier, 8 anciens salariés de l'usine Goodyear d'Amiens Nord ont été condamnés à 24 mois de prison, dont 9 mois ferme pour "séquestration et violences en réunion". Le tribunal assortit ces 9 mois de prison ferme d'une possibilité d'aménagement.

Cette peine de janvier est "un très mauvais coup pour le militantisme dans notre pays" pour Mickaël Wamen. C’est en tout cas la première fois que des salariés sont condamnés à de la prison ferme sous la cinquième République.

 

LE COMBAT DE SA VIE


Né à Amiens de parents originaires d'Abbeville (Somme), Mickaël Wamen, 44 ans, a grandi à Flixecourt. Embauché en juin 1992 dans l'usine d'Amiens-Nord en tant que "booker, c'est à dire déposeur de bandes de roulement" des pneus sur des chariots, il adhère dans la foulée à la CGT, dont il devient délégué du personnel en 1996 puis secrétaire en décembre 1999. 

Animal médiatique au caractère bien trempé, son nom est indissociable du combat des Goodyear, qui est "le combat de sa vie". 

Pour Alain Gest, ancien président de la commission d'enquête parlementaire sur Goodyear Amiens-Nord et président d'Amiens Métropole, il "fait partie d'une poignée de gens excessifs qui ont une responsabilité sur le plan social dans la fermeture du site de Goodyear".

 

ENVIRON 10 000 PERSONNES ATTENDUES


Mercredi 19 octobre, les 8 ex-salariés de Goodyear seront jugés en appel. Si la préfecture de la Somme s'attend à la présence de "plusieurs milliers" de manifestants, la CGT locale parle "d'au moins 10 000 sympathisants" espérés devant le tribunal.

Mickaël Wamen, lui, évoque de son côté "15 000 à 20 000 personnes attendues". 

L’avocat des syndicalistes de Goodyear Amiens nord, Fiodor Rilov, a l'intention d'obtenir la relaxe pour "ces hommes injustement condamnés". "On a suffisamment de preuves pour démontrer qu’il n’y a jamais eu de séquestration, il y a eu un coup monté par les dirigeants", avance de son côté Mickaël Wamen.

 

Voir les commentaires

Retraités: Pourquoi manifester nombreux le 29 septembre?

28 Septembre 2016, 16:57pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Retraités: Pourquoi manifester nombreux le 29 septembre?

Le gouvernement semble avoir décidé qu’il n’y aurait pas d’augmentation des pensions au 1er octobre, prétextant de faible taux d’inflation. Il oublie de préciser que les pensions ont pris un retard certain depuis plusieurs années. C’est la principale raison de l’Appel des 9 organisations de retraités à manifester le 29 septembre.

Depuis 2013 l’indice des prix INSEE, hors tabacs est passé de 124,48 en février 2013 à 126,27 fin septembre 2015. En toute logique la revalorisation des pensions aurait dû être de 1,4 % au 1er octobre 2015. Or chacun s’en souvient et a pu le constater avec colère, elle n’a été que de 0,1 % ! C’est-à-dire en violation des textes en vigueur.

Le tripatouillage des textes

Depuis 2013 le gouvernement n’a cessé de modifier le dispositif de revalorisation des pensions. Cela commencé par le report du 1er avril au 1er octobre la date de revalorisation annuelle. Mais en reportant aussi la revalorisation que lui-même avait prévue au 1er octobre 2014 au…1er octobre 2015.

Selon le Code la Sécurité Sociale (article L 161-23-1), l’augmentation devait être de 0,9 % au 1er octobre 2015 et non pas 0,1 %. Mais il n’a pas hésité à violer ses propres textes : il « appliqué » au 1er octobre 2015 la loi de finances du 29 décembre 2015, qui modifiait le mode calcul, alors que cette loi ne devait s’appliquer qu’au 1er janvier 2016 !

Selon les nouvelles règles de calcul introduites par la loi de décembre 2015, qui prend en considération le taux d’inflation, la revalorisation devrait être à tout le moins maintenue au 1er octobre 2016, même si l’inflation constatée est négative. Mais il n’en reste pas moins que la revalorisation en octobre 2015 aurait dû être de 0,9 % et non de 0,1 %.

Les pensions en retard de 0,9 % sur les prix depuis 2013

En application du Code la Sécurité Sociale, si l’on prend en compte la période du 1er avril 2013 au 1er octobre 2016, la revalorisation des pensions devrait être de 1,1 %. Si l’on retire les 0,1 % « généreusement » accordée au 1er octobre 2016, le gouvernement doit fixer la revalorisation à 1 % au 1er octobre 2016.

Le Medef a obtenu tout ce qu’il réclamait en promettant la création d’emplois qu’il a été incapable d’honorer. Le gouvernement n’en a pas moins maintenu les cadeaux promis au patronat, alors que les suppressions d’emplois se poursuivent de plus belle. Alstom étant le dernier exemple scandaleux en date.

Toutes les raisons de manifester le 29 septembre

Le gouvernement osera-t-il priver les retraité-e-s de la revalorisation légitime de leurs pensions ? Les retraité-e-s doivent se faire entendre le 29 septembre et répondre nombreux à l’Appel de la quasi-totalité des organisations de retraité-e-s.

 

Voir les commentaires

On lache rien! pour le 15 septembre

29 Août 2016, 16:08pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

On lache rien! pour le 15 septembre

Voir les commentaires

29 Juin 2016 Publié par El Diablo INTIMIDATION et ENTRAVE à L'ACTIVITÉ SYNDICALE

29 Juin 2016, 18:48pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

29 Juin 2016 Publié par El Diablo INTIMIDATION et ENTRAVE à L'ACTIVITÉ SYNDICALE
29 Juin 2016 Publié par El Diablo INTIMIDATION et ENTRAVE à L'ACTIVITÉ SYNDICALE
29 Juin 2016 Publié par El Diablo INTIMIDATION et ENTRAVE à L'ACTIVITÉ SYNDICALE
29 Juin 2016 Publié par El Diablo INTIMIDATION et ENTRAVE à L'ACTIVITÉ SYNDICALE
29 Juin 2016 Publié par El Diablo INTIMIDATION et ENTRAVE à L'ACTIVITÉ SYNDICALE

En cette fin de matinée, plus de 15 cars de CRS se sont placés Place de la République. Les CRS se sont déployés autour de la Bourse du travail.

L’objet de cette intervention policière : contrôler les syndiqué.e.s et toute personne qui quitte la Bourse du Travail 3 rue Château d’Eau. Ce contrôle inclut les fouilles au corps – comme s’il s’agissait de délinquants !

Nous ne savons absolument pas sur quels prétextes ces contrôles et fouilles ont été effectués.
De nombreux syndicats ont leurs bureaux dans ce lieu au sein duquel se tiennent des réunions au quotidien.
La seule hypothèse que nous pouvons faire c’est que l’intervention policière vise à empêcher des militants de se rendre à la manifestation contre la loi El Khomri qui part à 14h de place de la Bastille.
Cette intervention policière est inacceptable. L’Union départementale CGT Paris dénonce une entrave à l’activité syndicale et insiste sur la nécessité de mettre fin immédiatement à de telles procédures.
La CGT exige également l'arrêt immédiat de toute fouille et entrave à la sortie de la Bourse du travail.

Paris, le 28 juin 2016

 

29 Juin 2016 Publié par El Diablo INTIMIDATION et ENTRAVE à L'ACTIVITÉ SYNDICALE
29 Juin 2016 Publié par El Diablo INTIMIDATION et ENTRAVE à L'ACTIVITÉ SYNDICALE

Voir les commentaires

INTERDICTION des MANIFESTATIONS : de CLÉMENCEAU à VALLS

21 Juin 2016, 16:04pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

INTERDICTION des MANIFESTATIONS : de CLÉMENCEAU  à VALLS

1906 : Clemenceau et l’interdiction des manifestations

Manuel Valls le reconnaît volontiers, son modèle politique est Georges Clemenceau. De fait, les événements actuels montrent que le premier ministre de l’état d’urgence permanent s’inspire volontiers des pratiques de celui qui se surnomma « premier flic de France » entre 1906 et 1909. Y compris lorsque celles-ci sont extrêmement violentes et antidémocratiques.

LIEN VERS L'ARTICLE CI-DESSOUS:

 

Voir les commentaires

C’est le gouvernement qui a fait le choix de l’affrontement

20 Juin 2016, 17:54pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

C’est le gouvernement qui a fait le choix de l’affrontement

Les sénateurs communistes, qui font face à l’interminable dérive du gouvernement, organisaient hier un point presse tout en affrontant la loi travail et son article 2 dans l’Hémicycle.

Les opposants à la loi travail sont minoritaires au Sénat, mais largement majoritaires dans le pays. « On est vingt, mais en fait on est des millions », souligne dans un sourire le sénateur communiste de l’Oise Jean-Pierre Bosino, quand il évoque le travail du groupe parlementaire CRC. Assis devant la banderole « Défendre le progrès social, c’est retirer la loi travail ! » qu’ils ont brandie mardi lors de la manifestation parisienne, les sénateurs communistes sont revenus hier, lors d’un point presse, sur le combat qu’ils mènent dans l’Hémicycle. « Ce qui s’exprime dans la rue s’exprimera ici », promet Éliane Assassi, présidente du groupe, alors que l’examen de l’article 2 du projet de loi travail était au menu de l’après-midi. Consacrée à l’inversion de la hiérarchie des normes, cette partie de la loi fait hurler de plaisir la droite. Elle en rêvait, et François Hollande lui sert sur un plateau. « Cette loi n’est pas ce que la ministre Myriam El Khomri nous en dit. Des accords d’entreprise, il y en a déjà 40 000 par an, mesure Annie David, sénatrice PCF de l’Isère. Ce qui change ici, c’est que cette loi permet d’aller en dessous de ce qui existe. Ce ne sera plus le Code du travail qui primera sur les accords de branche qui eux-mêmes priment sur l’accord d’entreprise, mais l’inverse. Les salariés seront sous pression du patronat, qui pourra faire baisser les salaires et augmenter le temps de travail. Avec cette loi travail, le petit garde-fou qui protégeait encore un peu les salariés va sauter complètement. » « Et si on ne parvient pas à un accord d’entreprise, si les salariés et leurs représentants le rejettent, alors il y aura un référendum en forme de chantage à l’emploi ! Mais alors pourquoi la loi travail ne passe-t-elle pas par un référendum ? Pourquoi n’est-elle pas soumise aux Français ? Elle n’a même pas pu être votée à l’Assemblée nationale ! », s’agace la sénatrice du Val-de-Marne Laurence Cohen.« Ce gouvernement irresponsable n’a pas de majorité, poursuit-elle. Alors il s’énerve et détourne l’attention en fustigeant la CGT et en menaçant d’interdire les manifestations. C’est très grave. C’est lamentable. »

« C’est le gouvernement qui a fait le choix de l’affrontement »

« Valls a franchi un pas très dangereux, enchaîne Éliane Assassi. Il perd ses nerfs car il se sait minoritaire, et pas seulement sur la loi travail. Mais nous, nous ne perdrons pas nos nerfs, car nous sommes portés par les manifestants. C’est le gouvernement qui a fait le choix de l’affrontement en n’ouvrant aucune négociation et en faisant passer en force sa loi. Je n’aime pas les bras de fer mais je n’aime pas être insultée. Or, quand on insulte les syndicats et les organisations de jeunesse, on insulte aussi les communistes ! »

Si les coups de menton du premier ministre n’ont jamais impressionné les sénateurs PCF, la charge de l’exécutif contre le droit de grève les scandalise au plus haut point. Tout comme l’argumentaire déployé pour fustiger les manifestants, en les assimilant aux casseurs et en les accusant de faire le jeu des terroristes. « Ce gouvernement joue avec le feu, attise la haine et le rejet. Ce n’est pas le rôle d’un premier ministre. Il faut être ferme avec les casseurs et les terroristes, mais faire l’amalgame entre eux et le mouvement social est scandaleux », dénonce Laurence Cohen.

 

C’est le gouvernement qui a fait le choix de l’affrontement

Voir les commentaires

Manifestation à paris : Martinez sur A2

16 Juin 2016, 16:33pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Manifestation à paris : Martinez  sur A2
Manifestation à paris : Martinez  sur A2

Voir les commentaires

ENORME !LA MOBILISATION CONTRE LA LOI "TRAVAIL"

15 Juin 2016, 17:20pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La manifestation, à Paris, comme vous ne la verrez pas dans les médias

La journée du 14 juin a été historique, car notre mobilisation ressemblait à celle que l'on a pu enregistrer dans tout le pays. Comme annoncée, cette journée a été ÉNORME, plus de 1 million de manifestants à Paris 140 000 à Marseille et 9 000 à Lyon,etc. etc... contre la loi travail.

Plus de 600 bus pour toute la France, 3 pour l’UL CGT d’Arras.
Au retour, après plus de 4h de marche est bloqué pendant plus de deux heures par les CRS à quelques mètres de nos bus, pour des raisons ambiguës.

Nous avons été sidéré, d’entendre à la radio que ce que nous venions de vivre n’avait jamais existé… À peine rentrer, médias allumés, nous ( le peuple) avons été confrontés à une vaste série de manipulations pour escamoter l'ampleur de la manifestation et en ternir l'effet auprès de la population.


L'ampleur et la puissance de la manifestation

D'abord, cette « querelle » de chiffres reprise en cœur par tous les médias, France Inter par exemple reprenant elle tout de go sans aucune espèce de commentaire carrément le chiffre de la police de 80.000 manifestants !

Alors qu'ils savent pertinemment que dans une manifestation à Paris où les participants doivent stationner plusieurs heures en faisant du surplace, c'est par centaines de milliers qu'il faut compter.

D'autant que nombre de manifestants découragés par l'attente n'ont même pas démarré de la Place d'Italie.


Le traitement de l'information

 

Certes l'horrible crime commis contre le commandant de police et sa famille méritait un traitement particulier.
Mais tout s'est passé néanmoins et se passe encore ce mercredi matin pour les salles de rédaction et le pouvoir politique comme si ce crime avait servi à occulter l'ampleur, la détermination et la force de la manifestation contre la loi "travail".
D'autant qu'un certain nombre de journalistes et le ministre de l'Intérieur lui-même n'hésitent pas à se livrer à un odieux amalgame implicite, passant dans la même foulée de la dénonciation du terrorisme djihadiste au comportement des casseurs qui effectivement s'en sont pris à la devanture vitrée de l'Hôpital des enfants malades. Cazeneuve mettant cette exaction en lien avec le fait que l'enfant du couple de policiers était précisément présent dans cet hôpital !

Les casseurs

On peut légitimement s'interroger sur leur rôle.

Car contrairement à BFM-TV qui dans son reportage a trouvé des manifestants complaisants (soi-disant CGT) comprenant la "violence des jeunes" on constate qu’un grand nombre de manifestants ont condamné les actes de saccage et les désignant( casseurs) comme complices du pouvoir socialiste, avec le but de salir le mouvement et de permettre aux médias de parler davantage de la casse que de la manifestation et de ses objectifs.

Et de permettre aux médias d'information en continu (BFM, Itélé ...) de s'appesantir avec délectation sur les vitrines brisées de" petits commerçants ruinés par le vandalisme" !

Effectivement, le comportement de ces groupes est devenu récurrent : ils se donnent au travers les réseaux systématiquement rendez-vous EN TÊTE de manifestation, se livrant aux saccages de commerce, bloquant souvent la manifestation elle-même et permettant aux forces de police d'intervenir directement quelquefois contre les manifestants qui n'ont strictement rien à voir avec ces groupes.

Leur comportement s'apparente à des comportements de provocateurs au service de causes qui n'ont strictement rien à voir avec l'objectif de l'immense majorité des manifestants et leurs actions servent de prétexte y compris à la volonté d'interdiction des manifestations.

Volonté d'interdiction reprise ce matin fortement par la droite (Ciotti, Raffarin ...) s'appuyant sur la situation d'état d'urgence, l'assassinat de la famille de policiers en passant par le hooliganisme.

Tout cela ne pourra cacher totalement l'ampleur et l'importance de ce qui s'est passé hier et la détermination à poursuivre le mouvement. Le chantage du gouvernement, ses manœuvres, sa communication, sa façon de vouloir opposer une population « paisible » à des manifestants « casseurs », et ce, afin de servir les intérêts de la minorité radicale et extrémiste qui nous menace (le grand patronat), alors qu’une majorité de la population rejette cette loi et que l’exécutif dispose d’un soutien populaire proche de zéro, tout cela, dans une République normale, et même dans une démocratie bourgeoise à peu près conséquente, devrait avec évidence conduire LE GOUVERNEMENT A LA DÉMISSION.

Le très inquiétant Premier ministre, coutumier des postures autoritaires, a encore incriminé la CGT : « Quand on ne sait pas encadrer une manifestation, on n’en organise pas ! ». Et d’ajouter qu’il ne voulait plus de manifestations à Paris et que, si la CGT (et les autres) avait l’idée saugrenue de continuer à disposer du droit constitutionnel de manifester, le pouvoir se réserverait le droit d’interdire.


Cette manière de présenter les choses est extrêmement inquiétante pour l’avenir de nos libertés À TOUS !

À CE COMPTE-LA MONSIEUR VALLS, VOUS QUI NE SAVEZ PAS ENCADRER LES « SUPPORTERS » QUI DÉVASTENT NOS VILLES, DEVRIEZ INTERDIRE D’ORGANISER TOUTE MANIFESTATION SPORTIVE ! Si l’on suit la logique sinistre de cet inquiétant ministre, comme la CGT doit renoncer au combat contre la loi de la précarité à vie, LE GOUVERNEMENT DOIT RENONCER À L’EURO !



Alors ! Rendez-vous le 23 et le 28 juin,

CONTRE CETTE LOI INIQUE



Mais plus que jamais la vigilance s'impose sans aucune espèce de complaisance à l'égard d'individus qui en plusieurs occasions n'ont pas hésité à s'en prendre aux organisateurs du mouvement de résistance à la loi scélérate.

Ce gouvernement, objectivement, nous fait glisser dans une situation de fascisation de la société.

LA RÉSISTANCE SERA DURE, CEUX QUI NOUS DIRIGENT ONT DÉCIDÉ DE TOUT CASSER ET DE NOUS FRAPPER FORT !

Nous répondrons aux coups.


RETRAIT DE LA LOI EL KHOMRI !

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>