Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Articles avec #infos pcf

« Les enjeux internationaux de la crise ukrainienne »

1 Avril 2014, 16:25pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Depuis plusieurs semaines, les principaux médias nationaux déversent leur russophobie à longueur d'antennes ou d'articles, nous présentant une vision caricaturale et orientée de la crise ukrainienne pourtant attisée par les Etats-Unis et l'Union européenne sur fond de large dégradation des conditions d'existence des travailleurs ukrainiens depuis le démantèlement de l'URSS.


Agacés par ce matraquage médiatique, les Amis d'Edward Gierek en partenariat avec le Mouvement de la Paix d'Arras ont invité Bruno Drweski à évoquer "les enjeux internationaux de la crise ukrainienne", ce jeudi 3 avril à partir de 18h 15,

CONFÉRENCE

L'Ukraine en débat[1]« On peut agir sur les causes des guerres à condition de les connaître ! ». C'est en ces termes que Marianne Dunlop, au nom du mouvement de la Paix d'Arras, justifie l'organisation d'une conférence sur « Les enjeux internationaux de la crise ukrainienne ». Elle sera animée par l'universitaire Bruno Drweski, l'un des plus éminents spécialistes des ex-États socialistes d'Europe de l'Est.Une nécessité de décryptage qui s'impose d'autant plus que « la tendance dans la plupart de nos médias nationaux est à une certaine russophobie », estime l'association des Amis d'Edward Gierek, co-organisatrice de l’événement. Il en résulte une vision orientée d'une crise ukrainienne confortée « par la légitime colère d'une population qui a vu ses conditions d'existence largement dégradées depuis le démantèlement de l'URSS ». 

Jeudi 3 avril à 18 h 15 à la Maison des Sociétés, 16, rue Aristide Briand à Arras.

brève paru dans La Voix du Nord du 1er avril . 

Voir les commentaires

Acte III de la DÉCENTRALISATION…Marylise LEBRANCHU veut multiplier les « maisons de services au public »

5 Mars 2014, 11:07am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Acte III de la DÉCENTRALISATION…Marylise LEBRANCHU veut multiplier les « maisons de services au public »

Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, dans un débat organisé mercredi 26 février 2014 à l’Assemblée nationale sur "la qualité et l’accessibilité des services publics dans les territoires fragiles" a proposé de développer le réseau de "maisons de services au public". Il s’agit de de créer 1 000 maisons de services publics d’ici à 2017, contre quelques 300 aujourd’hui.

Pour la ministre, il y a « urgence à développer d’autres types de services, sur la base de nombreuses expériences qui ont déjà vu le jour : partage de personnels, stations itinérantes, regroupements de services publics ou privés ». Tous les opérateurs publics et privés assumant une mission d’intérêt général sur le département ont vocation à être associés à leur élaboration », a encore précisé la ministre.

Comme le relève la gazette des communes « La propagation de la notion de service « au public » révèle la paupérisation des moyens de la puissance publique, avec, comme solution, le recours au secteur privé. Certes, la révision générale des politiques publiques est passée par là. Mais la nouvelle formule est une contraction de celle de « service public » ».

Les « maisons de services au public » représentent aussi une menace contre le statut des agents des collectivités territoriales qui peuvent être mis à disposition de ces « maisons de services au public » dont la gestion peut être privée. La loi prévoit que les conditions de leur mise à disposition pourront déroger au statut actuel.

Le nouveau projet de loi doit être transmis au Conseil d’État d’ici 15 jours, mais un report après les municipales est envisagé.

Voir les commentaires

FÊTE DE L'HUMAIN D'ABORD 2ème ÉDITION ET BEAUCOUP D'AMBITION

24 Janvier 2014, 17:45pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

EN 2013, avec le retour de notre fête fédérale, née de la volonté politique de notre fédération, nous avons créé l'évènement populaire dans notre département.

Une belle fête populaire, des débats, de la culture, une programmation musicale de qualité, un grand meeting et une belle affluence pour une fête de relance.

Des adhésions au PCF, à la JC et un écho médiatique soulignant le succès de la plus grande fête politique du Pas-de-Calais.

Pari osé mais pari tenu !

Le 17 et 18 Mai prochains arrive la 2ème édition, toujours à Avion au Parc de la Glissoire, notre objectif est plus que jamais de faire du populaire pour combattre tous les populismes.

2ème édition et beaucoup d'ambitions. Le point déterminant va être la mobilisation des sections, des cellules et de chaque Camarade de notre fédération. La vente du billet d'entrée (3€), valable pour les deux jours de la fête, va constituer le succès de notre initiative.

Pour populariser notre rassemblement, une affiche, des flyers vont être bientôt disponibles.

Après le Comité Fédéral de fin janvier, nous allons réunir à la fédération le collectif fête afin de travailler au bon fonctionnement de ce grand moment politique et fraternel.

Samedi 17 et Dimanche 18 Mai 2014, on bloque son week-end

pour ce moment unique d'espoir, de convivialité et de combativité.

FÊTE DE L'HUMAIN D'ABORD 2ème ÉDITION ET BEAUCOUP D'AMBITION

Voir les commentaires

Conférence de presse de Hollande : « Un pacte d'irresponsabilité sociale »

15 Janvier 2014, 18:20pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Conférence de presse de Hollande : « Un pacte d'irresponsabilité sociale »

C’est un véritable « pacte d’irresponsabilité sociale » qu’a présenté François Hollande au cours de sa conférence de presse. Ses annonces sont une attaque profonde, un dynamitage en règle du modèle social et républicain français. En proposant la fin des cotisations familiales patronales, le Président de la République a répondu à une vieille exigence de classe du MEDEF et fait un nouveau cadeau de 30 milliards au patronat après les 20 milliards du CICE. Les contre-parties exigées, elles, sont du vent. Pire, elles ne relèveraient que de négociations de branche que le Parlement est déjà appelé à entériner. Autrement dit, c’est la fin de toute législation sociale nationale !

La méthode proposée est, elle aussi, inacceptable. Le Président se donne 6 mois pour mettre en œuvre son pacte. Le Parlement et les organisations de salariés sont sommées de se soumettre aux exigences du patronat. La réforme institutionnelle dessinée par le Président est un profond coup porté à la démocratie.

Les communistes avec le Front de gauche seront mobilisés pour faire échouer le plan présidentiel. Je réitère ma proposition de pacte de solidarité à l’ensemble des militants de gauche pour créer les conditions de mise en œuvre d’une politique de gauche que le Président a décidé d’abandonner.


Pierre Laurent,
Secrétaire national du PCF
Sénateur de Paris

Voir les commentaires

Problème informatique du blog, résolu

18 Décembre 2013, 18:03pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Problème résolu :
Suite à un problème informatique et de réseau, le blog du PCF de L'Arrageois est demeuré pendant plusieurs jours inanimés, ce souci est maintenant résolu.
Dès à présent, tous a vos claviers pour vos commentaires!
Merci de votre indulgence.

Voir les commentaires

Robespierre a retrouvé sa tête

14 Décembre 2013, 13:15pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Robespierre a retrouvé sa tête

Décapité en 1794, Robespierre vient de retrouver sa tête. C'est un visage grêlé par la petite vérole qui vient d'être révélé par l'équipe de Philippe Froesch. Ce spécialiste alsacien de la reconstruction faciale en 3D n'en est pas à son coup d'essai puisque c'est lui qui avait donné «vie» au véritable visage d'Henri IV, en février dernier.

Un masque de cire réalisé par... Anne-Marie Tussaud

L'idée de s'attaquer à ce mythe républicain est né d'un projet de documentaire hispano-anglais s'intéressant aux pathologies des grands hommes de l'histoire. Pour le restituer en trois dimensions, il a d'abord fallu numériser un masque funéraire du membre le plus éminent du comité de salut public. L'histoire est déjà savoureuse. C'est une certaine Anne-Marie Grosholtz qui a réalisé ce masque de cire sur la tête de « l'incorruptible », très certainement peu de temps après sa décapitation, le « 10 thermidor ». La jeune Anne-Marie se maria ensuite avec un certain François Tussaud et traversa la Manche. Elle ouvrira à Londres, sur Baker street, ce qui deviendra l'ancêtre du mondialement célèbre musée de cire, Madame Tussauds !

Philippe Froesch a, lui, travaillé sur une copie du masque se trouvant au Muséum d'histoire naturelle d'Aix-en-Provence. «Le fait que l'on parte d'une copie peut faire perdre quelques détails. Mais on utilise un système d'équations mises au point par le FBI. A partir du volume des « cornets » sur les paupières, il est possible d'obtenir la position exacte des yeux et à partir de là reconstruire le visage », explique ce designer-enquêteur de l'Histoire.

Une vraie surprise, tant l'iconographie de l'époque ne révélait pas ce détail du physique du député « Montagnard ». Un détail finalement attesté par des archives de la période.

Voir les commentaires

Pourquoi il est impératif de s'opposer au projet de pôle métropolitain Questions / Réponses avec Cathy POLY APOURCEA U Présidente de l'ADECR du Pas-de-Calais

23 Novembre 2013, 17:37pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 

En quelques mots, en quoi consiste le projet de pôle métropolitain que les élus communistes et républicains du département rejettent en bloc ?

 

La volonté est de créer` de grandes métropoles dépossédées les collectivités territoriales d'une grande partie de leur champ d'action.

 C'est déshabiller Paul pour habiller Pierre !

 Avec ce nouveau redécoupage, ce sont les citoyens qui seront les principales victimes.

Ces structures, regroupant plusieurs centaines de milliers d'habitants, disposeront d'importants pouvoirs :

 le logement, l'aménagement, l'urbanisme, le développement économique, l'environnement, l'hébergement d'urgence...

L'objectif affiché n'est donc pas d'en faire des structures solidaires, mais compétitives, c'est-à-dire adaptées aux exigences de la guerre économique que se livrent les puissances financières. C'est aussi un projet de redéfinition des échelles de pouvoir qui s'inscrit dans les orientations des traités européens. Des traités européens largement désavoués par notre population !

 

Vous avez mené une action forte lors d'États généraux qui se sont tenus aux Louvre le 26 septembre dernier. Quel message avez-vous fait passer ?

 

Il n'était pas possible pour nous de participer sagement à ces états généraux sans rappeler le danger que ces structures représenteront demain pour nos concitoyens et pour le devenir de la démocratie locale, pire encore, de nos communes ! En quelques jours, ce sont plusieurs dizaines d'élus qui se sont rassemblés pour exiger une consultation démocratique des citoyens par référendum. Bruno Troni, au nom des élus communautaires communistes, s'est exprimé avant le début de la grande messe.

 Comme il a pu le déclarer, non seulement les dispositions de la loi de 2010 s'inscrivent une fois encore dans cette même détermination à supprimer les communes ou à tout le moins, à les vider de toute substance, mais elles s'inscrivent également dans une volonté bien réelle quoi que inavouée de bâillonner les citoyens en les éloignant toujours plus des centres décisionnels. Alors que certains semblent s'inquiéter de l'abstention et du désintérêt des populations pour la chose publique, sans doute est-il important de rappeler qu'à force d'ignorer leurs points de vue et de passer outre leur avis (comme ce fut le cas pour le traité européen) elles finissent par se dessaisir progressivement des questions fondamentales et stratégiques déterminant pourtant leur avenir.

Quelles suites allez-vous donner à cette fronde des élus communistes ? 

 

Après notre      Initiative au Louvre, Dominique Watrin, Sénateur du Pas de Calais, s’est adressé aux maires des petites communes qui sont inquiets et qui nous le font connaitre tous les jours, notamment en ruralité. Nous avons décidé également de nous adresser aux citoyens, car nous pensons que c'est à eux de décider de concert avec les élus de proximité que nous sommes.

 Nous lançons donc une carte pétition accompagnée d'un tract que nous comptons bien faire, signer à hauteur de plusieurs milliers d'exemplaires. Par ailleurs, nous organisons un rendez-vous en préfecture d'Arras le 28 novembre à 18 h 30. Nous allons également nous adresser aux

Personnels territoriaux, aux associations, pour qu’ensemble nous exigions une consultation démocratique par referendum en rappelant que l’état ne doit pas abandonner son rôle de garant de l’égalité entre les territoires, son devoir de solidarité nationale au nom de la réduction des dépenses publiques. Nous réclamerons enfin la reprise d’un grand débat national sur la démocratie locale.

 

L'ADECR 62 et la Fédération PCF du Pas-de-Calais

invitent à un grand rassemblement pour s'opposer

au Pôle métropolitain

le Jeudi 28 Novembre 2013 à 18 h 30 devant la préfecture à Arras

Pourquoi il est impératif de s'opposer au projet de pôle métropolitain Questions / Réponses avec Cathy POLY APOURCEA U Présidente de l'ADECR du Pas-de-Calais

Voir les commentaires

Actualité en bref

16 Novembre 2013, 14:21pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

lire-journal

- Japon: six banques dont les trois plus importantes (Mitsubushi UFJ, Mizuho et Sumitomo Mitsui) ont reconnu prêter de l’argent aux « yakuzas », la mafia locale.
 

 

 

- L’Eurogroupe (les ministres des finances de l’UE dont Moscovici, et la troïka) ont demandé à la Grèce de « renforcer le processus de privatisation » pour payer les intérêts de la dette.
 

 

 

- L’écrasante majorité des 1700 inspecteurs du permis de conduire étaient en grève hier contre le projet de budget qui prévoit 35 suppressions de postes, soit "près de 100 000 examens de moins par an » a dénoncé le SNICA (FO).
 

 

 

- Bürstner (caravanes et camping-cars) annonce la suppression de plus de 200 postes sur les 380 salariés qu’elle emploie à Wissembourg (Bas-Rhin)
 

 

 

- Un millier de salariés ont défilé à la Roche-sur-Yon (Vendée) contre la fermeture de FagorBrandt (électroménager) déclaré en cessation de paument depuis une semaine. 1800 salariés sont touchés en France dont 339 à La Roche-sur-Yon, 221 à Vendôme (Loir-et-Cher), 106 à Aizenay (Vendée) et 523 à Orléans (Loiret). « Tu fais en sorte qu’on puisse bosser », s’est écrié le responsable CGT à l’adresse du ministre Montebourg en rappelant que les compétences et les outils sont intacts.
 

 

 

- Les personnels Air France de l’escale de Toulouse ont défilé jeudi dans l’aéroport de Toulouse-Blagnac à l’appel de la CGT, contre le plan de réduction d’effectifs de la compagnie – un quart de l’effectif d’escale.
 

 

 

- Montpellier: plusieurs centaines d’étudiants de l’Université Paul-Valéry ont manifesté contre le plan voté par le conseil d’administration de l’université, un projet de fermeture du site Du Guesclin de Béziers (Hérault), l’inscription en première année universitaire par « tirage au sort » et un train de mesures visant à combler une déficit annoncé de 3 millions d’euros.

 

 

-Sept français sur 10 (69%) veulent une « annulation de la réforme de rythmes scolaires » selon un sondage BVA Opinion publié hier. Ce qui n’a pas empêché Jean-Marc Ayrault d’affirmer que la réforme « doit être faite et se fera ».
 

 

- Une augmentation du prix de l’électricité de 2,3% est annoncée pour le 1er janvier.
 

 

 

- L’octroi d’aides aux employeurs via le Fonds de développement économique et social (FDES) n’aggrave pas le déficit public au sens de l’Union européenne, a précisé le ministère en présentant un abondamment de 300 millions d’euros de ce fonds.
 

 

 

 

- Le groupe de presse Centre France (La Montagne, InterHebdo, iC1) annonce 318 suppressions de postes, soit 17% de l’effectif. Les sections CGT et SNJ de La Montagne exigent "le maintien des effectifs ».
 

 

 

- La banque Natixis SA – dont le groupe veut doubler son bénéfice sur les trois prochaines années – présentera le 2 décembre un « premier plan » de suppression de 537 postes.
 

 

 

- FO n’appelle pas à manifester ni le 30 novembre avec le maire de Carhaix, Troadec, et la FNSEA estimant que le régionalisme n’était pas « dans ses tablettes », ni le 23 novembre avec la CFDT et la CGT « pour un pacte social » considérant cette initiative comme « une manifestation de soutien au gouvernement ». FO avait exigé en préalable à toute discussion le « gel des licenciements », une position que la CGT avait soutenue.
 

 

 

- Japon : Tepco, la compagnie d’électricité privée gérante de la centrale de Fukushima, annonce son intention de supprimer au moins un millier de postes de travail – la condition mise par les banques pour un emprunt de 500 milliards de Yen (3,9 milliards d’euros). 

 

- Les radars au bord des routes  sont mis en place et gérés par deux groupes privés Atos et Sagem qui empochent des  millions d’euros. 

 

 

- Près de cinquante prisons sont  déjà gérés par les groupes capitalistes Bouygues,GDF-Suez (Gepsa ), Sodexo (Siges).

 

- L’écotaxe décidée par Sarkozy et qu’Hollande met en œuvre,  est collectée par la société italienne Ecomouv qui ne s’occupe que des recettes. Les procédures qui engagent des dépenses sont  à la charge de l’Etat ! Cette Ecotaxe ne servira pas à améliorer les autoroutes, les voies fluviales, ou les routes secondaires mais servira à remplir les coffres- forts de sociétés privées.

 

- Dans le budget 2014, sur 280 milliards d’euros de recettes, la seule TVA payée essentiellement par le peuple en  représente… 144 soit 51,31% !

Voir les commentaires

Projet de contre-réforme des retraites : qui a voté quoi à l’Assemblée nationale ?

17 Octobre 2013, 16:45pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

L’Assemblée nationale a adopté mardi 15 octobre 2013, en première lecture, le projet de loi qualifié de "garantissant l’avenir et la justice du système de retraites", tandis que les confédérations syndicales CGT et FO, la FSU et Solidaires mobilisaient pour en obtenir l’abandon.

 

Adopté par 270 voix pour, 249 contre et 49 abstentions.

Le projet a recueilli 268 voix de députés socialistes.

17 se réclamant de l’aile gauche du PS s’étant abstenu.

17 abstentions qui ont pesé lourd alors qu’il manquait à peine 22 voix pour repousser le projet.

 

Pour le Pas de Calais, les députés PS, qui ont voté POUR :

 

Nicolas BAYS (12e circonscription).

 Brigitte BOURGUIGNON (6e circonscription)

 Yann CAPET (7e circonscription).

Jean-Jacques COTTEL (1er circonscription).

Guy DELCOURT (3e circonscription)

 Thérèse GUILBERT (5éme circonscription).

Serge JANQUIN (10e circonscription).

 Philippe KEMEL (11e circonscription).

 Michel LEFAIT (8e circonscription).

Jacqueline MAQUET (2e circonscription),

Abstention : Stéphane SAINT ANDRE (9e circonscription- PRG).

Contre : Fasquelle, Daniel (4e circonscription UMP)

 

 

Tout l’UMP votait contre ainsi que l’UDI, les radicaux de gauche et le FN.

 

Le groupe GDR où se situe le Front de gauche a voté contre, sauf G. Serville de Guyane. Un seul écologiste a voté contre et 16 se sont abstenus.

 

Du côté syndical, l’unité CGT, FO, FSU, Solidaires du 10 septembre, s’est maintenue contre le projet. Ce 15 octobre, à l’appel de ces organisations, des dizaines de milliers de salariés et de retraités se sont mobilisés dans " 151 manifestations" selon la CGT dont 15 000, à Paris, face au Palais Bourbon.

 

Cette réforme selon Jean-Claude Mailly, secrétaire général de la CGT-FO, est "une erreur historique".

 

Pour Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT " il n’y a pas de rupture avec les gouvernements précédents ". Ce projet, a-t-il ajouté, " doit maintenant être examiné par le Sénat. Rien n’est donc joué à l’heure qu’il est". Il propose " d’examiner avec les autres organisations syndicales les suites à donner " .

 

Le projet de loi sera ensuite discuté au Sénat à partir du 28 octobre 2013.

 

 

 

Projet de contre-réforme des retraites : qui a voté quoi à l’Assemblée nationale ?

Voir les commentaires

Pierre Laurent : "mettre un trait d’égalité entre le vote FN et un autre. Cela revient à le banaliser.".

10 Octobre 2013, 16:40pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

A propos de Brignolles (Var), extrait d'un entretien à la presse de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF sénateur de Paris :

Votre candidat ne s’est pas qualifié pour le second tour dimanche dernier à Brignoles (Var). Comment l’expliquez-vous ?

PIERRE LAURENT : Par deux facteurs simples. Le premier, c’est que la politique gouvernementale provoque une démoralisation et une démobilisation massive de l’électorat de gauche qui se traduit par l’abstention. Le second, c’est que lorsque le Front national est à un très haut niveau, la division de la gauche entraîne son élimination au second tour.

Appelez-vous, comme votre allié Jean-Luc Mélenchon, à ne pas choisir au second tour entre la peste et le choléra ?

PIERRE LAURENT : Non. Nous avons appelé à faire barrage à l’extrême droite parce que nous ne pourrons jamais mettre un trait d’égalité entre le vote FN et un autre. Cela reviendrait à le banaliser. Je peux comprendre que ce choix soit difficile, surtout quand les candidats de droite n’ont pas toujours fait la preuve de leur mobilisation contre le Front national… Mais nous n’avons pas à nous dérober.

Voir les commentaires

STOP!!! Avant qu'il ne soit trop tard!

7 Octobre 2013, 20:19pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

STOP!!! Avant qu'il ne soit trop tard!

Voir les commentaires

Lettre ouverte : La région n’a pas vocation à encourager l’exil fiscal

3 Octobre 2013, 16:17pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Vous trouverez ci dessous le courrier adressé par Cathy APOURCEAU POLY, au nom des élus Front de Gauche, Communistes et Unitaires du Conseil régional Nord Pas-de-Calais à Daniel Percheron, président de région, sur l’organisation du forum « domiciliation en Belgique, impacts fiscaux et patrimoniaux » à Marcq en Baroeul, qui mentionne le soutien de la région, ainsi que de la CCI et de LMCU.

M. le président,

 

"Je tiens à vous faire part de ma profonde stupéfaction en découvrant que le conseil régional est mentionné, aux côté de Lille Métropole et de la CCI, comme soutien d’une rencontre organisée sur le thème de « la domiciliation en Belgique, impacts fiscaux et patrimoniaux », organisée par « Lille Place Tertiaire » à Marcq-en-Baroeul le 15 octobre 2013.

Je souhaite savoir très précisément à quel titre la région finance cet événement ou ses organisateurs, et que l’institution régionale exige le cas échéant le remboursement des sommes correspondantes.

Comme vous le savez, l’exil fiscal coûte chaque année plusieurs milliards à la France, autant de moyens en moins pour l’action publique et pour mettre en œœuvre des politiques de redistribution sociale à l’heure où nos concitoyens souffrent des conséquences des politiques d’austérité et de la crise.

Une collectivité comme la nôtre n’a pas à encourager ce type de pratique, et se doit de les dénoncer et de les combattre à chaque fois qu’elle en a l’occasion.

Convaincue que vous partagez ces préoccupations, je vous prie d’agréer, M. le Président, l’expression de mes salutations distinguées."

 

 

Cathy APOURCEAU POLY

Présidente de groupe Front de Gauche

Communiste et Unitaire

Du Conseil régional Nord Pas-de-Calais

Voir les commentaires

Taxe, impôts : ce qui attend les Français

30 Août 2013, 18:21pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

"La politique du gouvernement actuel n'a pas de majorité" (Pierre Laurent)

23 Juillet 2013, 09:51am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

"La politique du gouvernement actuel n'a pas de majorité, c'est bien le problème". Tel est le constat de Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste, reprochant ce lundi 22 juillet, à François Hollande et Jean-Marc Ayrault une politique d'austérité

 
 
"La politique du gouvernement actuel n'a pas de majorité" (Pierre Laurent)
 
Une invitation quelques heures avant le dîner des chefs de partis de gauche à l'Elysée. Seront autour de la table, invités par François Hollande : Harlem Désir, premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Michel Baylet; président du PRG, Pascal Durand secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts d'EELV, Robert Hue, président du Mouvement unitaire progressiste, et Jean-Luc Laurent, président du MRC, chevènementiste.

Mais pas Pierre Laurent, ce que l'intéressé explique par le fait que Jean-Marc Ayrault n'a aucun ministre communiste : Nous ne sommes pas au gouvernement donc nous ne sommes pas invités à la table des partis gouvernementaux. Rien d'étonnant.

Et quand on lui demande s'il fait partie de la majorité présidentielle, le secrétaire national du PCF répond...qu'il n'existe plus, selon lui, de majorité.
La majorité des Français qui ont voulu le changement, j'en fait partie puisque j'ai voté François Hollande au deuxième tour. Mais la politique du gouvernement actuel n'a pas de majorité. C'est bien le problème.

"Le gouvernement mène une politique d'austérité qui n'a pas de majorité", martèle le sénateur de Paris qui sera reçu à l'Elysée ce mardi 23 juillet, à 19heures, et compte bien dire "ce qu'il pense de la politique menée".

Voir les commentaires

Baisse du taux du Livret A Le gouvernement met à mal l’épargne populaire pour le profit des banquiers

21 Juillet 2013, 19:54pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le gouvernement décide de réduire le taux de rémunération du Livret A, et celui du livret développement durable, à 1,25 %, taux historiquement bas. Ce taux, nous dit-on, permettrait de réduire le coût de financement du logement social, assuré à partir de la collecte du livret A.

Le taux de 1,25 % est certes au-dessus de la hausse des prix à la consommation mesurée par l’indice Insee qui est, elle, inférieure à 1 %. Il faut cependant souligner que pour les ménages populaires, la hausse des prix des produits alimentaires, tabac, énergie, etc. est beaucoup plus forte que le taux moyen de la hausse des prix à la consommation. Ce qui veut dire que pour les épargnants populaires la baisse du taux du livret A risque d’accentuer une baisse du pouvoir d’achat de leur épargne.

Avec la libéralisation de la collecte du livret A, les banques ont fait de celui-ci un produit d’appel pour proposer d’autres formules plus rentables comme l’épargne financière, l’assurance-vie, etc. Cette nouvelle décision risque fort d’amputer encore plus fortement les moyens de financement permettant de développer le logement social.

Il est faux de laisser croire que l’insuffisance de logements sociaux sera résolue par la baisse du taux du livret A. Le logement social ne peut servir de paravent aux mauvais coups portés à l’épargne populaire.

Ce qui pénalise aujourd’hui la construction de logements sociaux, ce n’est ni le manque de ressources ni leur coût par trop élevé pour les bailleurs sociaux mais plus largement les questions du foncier, de la volonté des collectivités locales, de la baisse du pouvoir d’achat qui ne permettent plus un parcours résidentiel pour la majorité de salariés.

A contrario, la baisse du taux du livret A risque de détourner une épargne destinée, via la Caisse des dépôts (CDC), à des politiques et services publics, parmi lesquels le logement social, vers des placements spéculatifs qui ont conduit à la crise.

De par la non-centralisation des ressources des livrets, les banques vont encore accroître leur profit en bénéficiant de ressources peu coûteuses et en les plaçant sur des marchés spéculatifs juteux.

Le vrai enjeu est d’inciter les banques à augmenter les crédits en faveur de l’emploi et de l’investissement productif générateur de valeur ajoutée. Ce qui mine l’épargne populaire, y compris celle qui est collectée sur les livrets A, c’est l’insuffisance des salaires et des emplois.

Pour la grande majorité des salariés, des privés d’emploi et des retraités, la meilleure garantie pour préserver le pouvoir d’achat et la capacité d’épargner est d’augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux. Cela nécessite de dynamiser l’économie par la création d’emplois et par les investissements productifs permettant d’augmenter la valeur ajoutée. Cela implique que les banques jouent réellement leur rôle, qu’elles prêtent, surtout aux PME et aux collectivités, pour financer les projets créateurs d’emplois et de valeur ajoutée. Pour la Cgt, la baisse du taux de l’épargne populaire n’est pas la solution. Au contraire.

Il est urgent de mobiliser l’épargne et les crédits bancaires au service de l’emploi et de l’activité économique.

Il faut mettre en place un pôle financier public dont la Banque publique d’investissement, récemment créée, doit être une composante.

Il faut créer un livret d’épargne emploi - industrie.

Il faut modifier les conditions de refinancement de la Banque centrale européenne pour inciter les banques à augmenter les crédits bancaires pour l’emploi et l’investissement productif générateur de valeur ajoutée.

 

lire aussi:

Les banques vont recevoir 30 milliards issus des livrets dont le Livret A

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>