Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Articles avec #fn

ELUS FN : QUEL BILAN POUR NOTRE RÉGION

30 Mars 2017, 18:07pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

ELUS FN : QUEL BILAN POUR NOTRE RÉGION
ELUS FN : QUEL BILAN POUR NOTRE RÉGION

Voir les commentaires

FN: Les "affaires" rondement tournées

1 Mars 2017, 19:53pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Ceux, du Fn ou du Lr de Fillon sont là pour s'enrichir sur le compte de l'Etat et de l'Europe!
Ceux, du Fn ou du Lr de Fillon sont là pour s'enrichir sur le compte de l'Etat et de l'Europe!

Ceux, du Fn ou du Lr de Fillon sont là pour s'enrichir sur le compte de l'Etat et de l'Europe!

Le maire Fn d’Hayange (57) ville de 15000 habitants, mis en examen ;

Voilà qui fait tâche pour le parti de la « marine nationale »

Le maire Fn d’Hayange Fabien Englemann a été mis en examen pour favoritisme dans le cadre de marché public de sa commune.

La justice lui reproche d’avoir acheté des photocopieuses pour un montant de 100 000 euros sans passer par un appel d’offres. « 10 fois la valeur objective » des appareils, selon une source proche de l’enquête... 

Deux mises en examen en une semaine dans l'entourage de Marine Le Pen

Peu disserte sur les soupçons d'emploi fictif visant des proches de son rival à l'élection présidentielle, Marine Le Pen est elle-même impliquée dans plusieurs affaires judiciaires. Mercredi, sa cheffe de cabinet a été mise en examen dans l’affaire des assistants européens du Fn, qui concerne également des soupçons d'emploi fictif. 

Le parti est soupçonné d'avoir payé certains de ses employés, ne travaillant pas à Bruxelles, avec des fonds destinés à rémunérer le travail des assistants parlementaires des députés européens. La présidente du FN a refusé d'être auditionnée. Elle n'est, en revanche pas soupçonnée d'enrichissement personnel dans cette affaire, ce qui explique sans doute son insistance sur ce point des accusations contre François Fillon.

Un proche de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, a également été mis en examen, pour "abus de biens sociaux" dans le cadre d'une enquête sur le financement de plusieurs campagnes électorales du Fn, en 2014 et 2015.

Lire l'article ci-dessous sur le blog du 27 février 2017

Voir les commentaires

Les adjoints conseillers départementaux du FN payés 3 000 euros par mois ne veulent plus siéger dans les commissions !

24 Juin 2016, 17:33pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le ton est un peu monté ce mardi matin, au deuxième jour de la plénière du conseil départemental du Pas-de-Calais. Estimant avoir servi d’« alibi » au président PS Michel Dagbert, qui selon eux ne leur aurait octroyé que des strapontins « dans des organismes et des commissions secondaires », les frontistes ont choisi de ne plus y siéger.

La tension est montée d’un cran, ce mardi, entre le camp frontiste et les autres. À l’origine d’un vigoureux échange, le « retrait » des élus d’extrême-droite de toutes les commissions et de tous les organismes dans lesquels ils avaient obtenu un ou des strapontins lors de l’installation du nouveau conseil départemental.

José Evrard, figure de proue de la troupe lepéniste à l’assemblée départementale, s’en est expliqué. Dénonçant le « sectarisme » de Michel Dagbert, qui aurait selon lui volontairement confié aux frontistes « des places au sein des organismes qui pèsent le moins sur l’échiquier départemental, mais pas dans ceux qui comptent ». Et de justifier ainsi ce « retrait », comme le refus « de servir de caution à une vision tronquée de la démocratie » de la part du président du CD 62, « qui se dédouane ainsi du mépris qu’il a à l’égard des élus du FN et bafoue les règles du pluralisme politique ».

« Ils fuient devant le travail »

C’est d’abord le maire communiste d’Avion et 7e vice-président du CD 62 (en charge du Revenu de Solidarité Active, de l’insertion, du Fonds de Solidarité Logement et du programme départemental de l’habitat), qui s’est gaussé du portrait ainsi dressé d’un Michel Dagbert soudainement mué en dictateur !

« Quand même mal venu de la part d’un groupe affilié à une famille (Le Pen) dont on ne compte plus les enquêtes judiciaires auxquelles elle est soumise ». Et de poursuivre, sarcastique : « Avec le FN, on allait voir ce qu’on allait voir. Ce qu’on voit aujourd’hui, c’est que les élus prennent leurs jambes à leur cou et fuient devant le travail ».

C’est ensuite le Berckois Bruno Cousein, au nom du groupe (de droite) Union Action 62, qui s’est indigné de ce retrait collégial des frontistes : « Si c’est un droit que de se présenter aux suffrages, c’est un devoir que de remplir ensuite, une fois élu, ses engagements. Soit on les assume, soit on démissionne purement et simplement ! »

« Ça fait partie du job »

Une formule reprise à son compte par le porte-parole du groupe socialiste, le Liévinois Laurent Duporge. « La démocratie, on ne l’utilise pas seulement quand ça nous arrange », tempètera-t-il pour fustiger ce qu’il nomme une « désertion ». « Le rôle d’un élu ne se résume pas à être présent et faire du bruit quand il est sûr que ça se voit et ça s’entend. Le travail dans les organismes et les commissions, ça fait partie du job, on touche une indemnité pour ça ! »

Le frontiste harsénien José Évrard, piqué au vif, aura rangé ces prises de position au rayon « politique de caniveau », appelant ses détracteurs à « balayer chez eux avant de donner des leçons de morale aux autres ».

En attendant, les élus FN ne prendront plus part aux réunions des commissions et organismes extérieurs du CD 62 dans lesquels ils siégeaient.


H. Fé  (voix du nord)

Les adjoints conseillers départementaux  du FN  payés 3 000 euros par mois ne veulent plus siéger dans les commissions !

Voir les commentaires

Mairie FN Hénin Beaumont : Les masques tombent vite ou Le vrai visage de Steeve Briois..

12 Avril 2015, 18:14pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Conseil municipal d'Henin Beaumont du 08/04/2015 vue par un habitant de la commune

Six heures de conseil municipal au cours duquel on a vu le maire d'HB perdre complètement la tête. Tour à tour hystérique, le rictus mauvais, bateleur de mauvais goût, perdant tout contrôle, hors de lui, il a révélé son vrai visage : celui d'un homme qui tente de donner le change (la dédiabolisation), mais qui, hier soir, a démontré que, sous le masque, se cachait ce qu'est véritablement l'homme d'extrême-droite, invectivant son opposition, lui coupant la parole et refusant même, à plusieurs reprises de la lui donner. On sait maintenant quelle est la vraie nature du maire d'Hénin-Beaumont. Il s'est lâché complètement et tous ceux qui sont restés jusqu'au bout (minuit) se rappelleront longtemps, même s'ils sont sympathisants frontistes, combien le maire a les nerfs fragiles au point de péter les plombs...

Je reviendrai plus tard sur le contenu de ce conseil municipal et notamment sur l'examen du budget primitif (dit BP 2005). Je souhaiterais, ici, vous faire part du comportement hystérique du maire, à travers ses insultes et invectives adressées à l'opposition et que j'ai notées, dans l'ordre chronologique. Auparavant, il me faut signaler l'attitude indigne de S Briois qui a chauffé le public provoquant de graves dérapages :

- il a laissé le public invectiver et prendre à partie les élus d'opposition, sans intervenir alors que les spectateurs ne doivent pas se manifester pendant un conseil municipal. La personne assise devant moi a pris à partie, en hurlant, le conseiller d'opposition, Stéphane Filipovitch (SF), et, ce, en toute impunité;

- comme d'habitude, le public composé de 90% de sympathisants FN, a applaudi, à plusieurs reprises, ce qui est formellement interdit. Pire encore, le maire, au paroxysme de son comportement délirant, donnait le signal des applaudissements à sa majorité et au public !

- ce dernier, emporté par le déchaînement fiévreux du maire, s'est enflammé, au point que un spectateur fanatisé a menacé verbalement une jeune fille qui se trouvait devant lui. La police municipale vint prendre les coordonnées de ces personnes et de témoins de la scène.

- le maire, souvent en transes, interrompt constamment, les élus d'opposition. Il leur refuse la parole, estimant qu'ils prennent trop souvent la parole, alors que Bruno Bilde intervient à tout propos. Briois clôt brutalement les interventions des opposants sous prétexte qu'elles ne concernent pas le sujet évoqué, alors que le "maire bis" (B. Bilde) discoure dans tous les sens, sans que la parole ne lui soit retirée. Bref, Briois est un autocrate dans toute sa splendeur. Il semblerait qu'une longue diatribe, alors qu'il est dans un état second, ait été filmée : si cela est vrai, sa vision sera édifiante...

Dans l'ordre chronologique, j'ai relevé les propos insultants et déplacés du maire. Les esprits s'étaient déjà quelque peu échauffés, le maire ayant peu apprécié les remarques de l'opposition sur le compte-rendu du précédent conseil. C'est à suite de la présentation du budget 2015 que tout a explosé, S. Filipovitch ayant maladroitement expliqué qu'il n'était pas d'accord avec ce budget et que, par exemple, la section frais de réception,fêtes et cérémonies amputait le budget de 135 000 € correspondant à de petites fêtes entre amis » et accusant la majorité de "se goinfrer sur le dos des Héninois". Je reviendrai sur l'attitude de Bruno Bilde, par la suite, mais là il mit le feu au poudre en menaçant SF de plainte en diffamation.

Puis commencèrent les graves dérapages de S. Briois et cela alla crescendo :

- SB à SF : "vos arguments sont stupides";

- les mêmes : "vous avez eu ce que vous méritez" (allusion aux départementales)

- SB à l'opposition : "Des triples zéros, voila ce qu’est l’opposition aujourd’hui à Hénin-Beaumont ! "

- SB à SF : "Vous parasitez la réunion.

- SB à Eugène Binaisse : "Vous avez pollué le débat".

- SB à SF ; Vous êtes la honte de la ville" (2 fois). "Vous êtes un inculte". "Arrêtez vos mensonges et vos délires".

- SB à l'opposition : "si cela ne vous intéresse pas, vous pouvez partir fumer une clope".

- Les mêmes : "Allez, on vote, que les manchots lèvent la main. Qui est pour, qui n’a plus de bras ?". "Que les handicapés votent"

- SB à SF : vous êtes au niveau du caniveau"

- SB à Marine Tondelier (MT) : " Vous polluez, ma pauvre" (lancé à plusieurs reprises). " La bêtise reprend le dessus". "Votre cas est grave". "Vous délirez" (pendant que BB roulait son index sur sa tempe, dans un geste sans équivoque). " Vous êtes hystérique contre la video-surveillance". "Vous devenez insupportable". Ce à quoi MT rétorqua : "Vous faites le guignol" . "Vous êtes un pitre"...

- SB à l'opposition : " Vous êtes dingues, vous êtes complètement fous"

- SB à SF : "Vous aurez honte de vous baladez en ville".

- SB à MT : "Vous êtes sectaire".

- SB à MT (alors que cette dernière avait demandé la parole, le maire décide de l'ignorer et donne la parole à BB) : c'est moi qui préside et je décide à qui je veux donner la parole"

- SB à l'opposition : "si vous ne respectez pas votre temps de parole, à l'avenir, ce sera la porte !"

par Alain Alpern HABITANT d'Hénin-Beaumont 

Maîtrise de droit public; Centre universitaire d'études politiques; École Nationale d'assurances;Ancien adjoint au Maire de la ville de Béthune; Ancien Conseiller Régional

 

Voir les commentaires