Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Articles avec #coups de gueule et temoignages

Ecopla : Qui ment ? Macron ou moi ( Fakir)?

22 Janvier 2017, 18:36pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Ecopla : Qui ment ? Macron ou moi ?

« Où étiez-vous, Monsieur Ruffin, quand le cabinet du ministre a reçu les salariés d’Ecopla ? » Il m’a scotché, Christophe Castaner, porte-parole de Macron, député socialiste, dimanche dernier, à C Polémique. Mais qui ment ?

Publié par Fakir sur samedi 14 janvier 2017

« Où étiez-vous, Monsieur Ruffin, quand le cabinet du ministre a reçu les salariés d’Ecopla ? » Il m’a scotché, Christophe Castaner, porte-parole de Macron, député socialiste, dimanche dernier, à C Polémique. Mais qui ment ?

Voir les commentaires

Arrageois : quelles solutions aux problèmes de distribution du courrier ?

19 Juillet 2016, 05:51am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Jeudi, cela fera un mois tout pile que la nouvelle plate-forme de distribution de courrier, sur la zone Actiparc à Saint-Laurent-Blangy, est mise en service. Toujours pas d’amélioration notoire ressentie dans les boîtes aux lettres. Des agents du site demandent un changement de directeurs. Du côté des usagers, on commence à parler « dédommagement ».

 

 

Arrageois : quelles solutions aux problèmes de distribution du courrier ?

1. Au sein de la plate-forme, on réclame un changement de directeurs

Tandis que le syndicat SUD PTT 62 a prévu un piquet de grève illimitée à partir de jeudi, un courrier anonyme a été récemment adressé au directeur national de la branche courrier colis de la Poste. Il est rédigé par un certain « collectif de la plate-forme de l’Arrageois, managers, agents de production et de distribution ». Lequel réclame que les deux dirigeants de la plate-forme d’Arras, jugés responsables du chaos car aux manettes de cette réorganisation, soient « mis hors d’état de nuire et que de nouveaux dirigeants soient nommés au plus vite pour rétablir le dialogue et redonner confiance à tous les agents. »

Considérant que « le courrier contient des propos diffamatoires » et préférant « donner la priorité aux problématiques rencontrées au niveau de la plate-forme », la Poste ne souhaite pas s’exprimer sur le sujet.

 

2. La CUA pousse un coup de gueule

Plusieurs maires du secteur ont contacté la Communauté urbaine d’Arras afin que cette dernière se fasse porte-parole de leur mécontentement et de leurs inquiétudes. Au début du mois, Philippe Rapeneau adressait un courrier au délégué régional du groupe La Poste, transmis à la préfecture : « Cela devient impossible et insupportable (…) Je vous demande un retour à un fonctionnement optimal et ce, sans délai. »

La situation dure désormais depuis près d’un mois. Le président de la CUA reformule son exaspération en évoquant, un paquet d’exemples à l’appui, une situation désastreuse pour les habitants, « privés du service public qu’ils sont en droit d’attendre », mais aussi pour les collectivités et les entreprises. « Tout cela n’a pas un bon impact pour l’économie locale. » Par chance, tempère-t-il, « nous sommes en période estivale. »

 

3. Que peut faire la préfecture ?

Pas grand-chose. La préfecture « n’a pas autorité sur les services de la Poste », rappelle-t-elle. Aussitôt saisie par courrier, elle en informera alors les services concernés, à savoir la direction du groupe, ainsi que le ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, dont dépend La Poste.

 

4. UFC-Que Choisir va étudier la question

« Qui va assumer les pertes financières ? Qui peut me donner les références d’un groupement d’usagers pour envisager des suites juridiques ? Les conséquences sont extrêmement lourdes», s’insurge un internaute. Il est loin d’être le seul. À l’Union fédérale des consommateurs, on va étudier la question, et notamment se pencher sur l’arrêté du 14 octobre 2015 relatif aux objectifs de qualité de la Poste définis pour les années 2015, 2016 et 2017. « S’il y a préjudice, il faut toujours le prouver », rappelle Gérard Barbier, président de l’association. Qui adressera, dans tous les cas, un courrier de mise en demeure à la Poste lui rappelant les conditions de cet arrêté.

la voix du nord

Voir les commentaires

Avion expulsion locative prise de parole d'Hervé POLY PCF 62

3 Mai 2016, 15:52pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Intervention d’Hervé Poly secrétaire du PCF contre une expulsion locative sur Avion et pour faire grandir la solidarité en faveur les élus communistes convoqués au commissariat de police.

Voir les commentaires

Calais: Jean-Jacques Candelier, Député Communiste

4 Mars 2016, 18:28pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Calais: Jean-Jacques Candelier, Député Communiste

Le drame humain qui se joue à Calais me scandalise. 

Hier, huit réfugiés iraniens expulsés du bidonville se sont cousus les lèvres pour exprimer leur désespoir d'être jetés à la rue, sans solutions. Ils en appellent à l'Onu pour que les droits humains soient respectés dans la « jungle ». 

La volonté du gouvernement de démanteler brutalement cette «jungle » n'aboutit qu'à semer la désespérance, l'écœurement et l'inquiétude. 

De nombreux réfugiés, dont plusieurs mineurs isolés se retrouvent seuls, sans solutions et sans abris. Ces expulsions jettent en effet sur la route des milliers d'enfants, de femmes et d'hommes, qui demandent le respect de leur dignité et de leur choix de quitter des pays ou des zones où les conflits et les persécutions sont le quotidien.

Il faut agir d’urgence pour garantir que les droits de l’homme soient respectés. Il faut également chercher des solutions pérennes au niveau diplomatique, et au niveau européen, par la promotion d'une culture de la paix, et l'arrêt des guerres. 

Les migrations sont un phénomène global qui appellent des réponses solidaires pour un monde de justice, de paix, de coopération.
Les populations qui tentent de passer en Angleterre fuient les guerres, parfois provoquées avec les bombes vendues par notre propre pays. En réaction, nous voyons pousser les murs et les barbelés face à la détresse des « damnés de la terre ». Nous voyons aussi la haine, les mensonges, l’intolérance exacerbés par ceux qui veulent jouer sur les peurs. 

Cette situation n’est plus acceptable. Il n’y a d’autre choix que celui de la solidarité.

Voir les commentaires

Jean-Jacques Candelier, Député communiste à l'Assemblée nationale

14 Décembre 2015, 17:09pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Honteux ! Alors que les électeurs ont exprimé un ras le bol des politiques qui ne font rien pour améliorer les conditions de vie, le gouvernement nous propose enfin du concret.

Au 1er Janvier 2016, le SMIC augmentera de 6 centimes d'€ par heure. Ambitieux !

Alors que l’augmentation légale du SMIC plafonne à +0,6%, la majorité socialiste méprise les revendications populaires en refusant d’accorder un coup de pouce supplémentaire à cette hausse.

Rappelons qu'en 1968, le SMIC avait été augmenté de 32% devant la pression populaire.
Décrétons l'état d'urgence sociale, l'austérité : ça suffit !

Voir les commentaires

Le Cégétiste Xavier Mathieu au Grand Journal :“C’est un autre discours de vérité”.

15 Octobre 2015, 18:40pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Xavier Mathieu au Grand Journal : “J’ai été pacifistoute ma vie. Mais je n’y crois plus”

L’ancien délégué syndical de la CGT de Continental à Clairoix, devenu comédien, Xavier Mathieu, était l’invité du Grand Journal de Canal + ce 12 octobre, pour débattre de la situation à Air France, et des fameuses chemises arrachées à deux dirigeants de l’entreprise.

 

Passablement énervé par la manière dont le sujet a été traité en général dans les médias, selon lui systématiquement en défaveur des salariés licenciés – qualifiés de “voyous” par Manuel Valls -, il a tenu à rendre “hommage à la classe ouvrière”.

Interrogé sur l’usage de la violence par les salariés, il affirme :

 “J’ai été un pacifiste toute ma vie. Mais malheureusement je n’y crois plus. […] Les puissants n’ont peur que de la violence”. Et rappelle que la violence du capital sur le monde du travail existe aussi bel et bien : “Cinq Contis se sont suicidés [suite aux licenciements dans l’usine de Clairoix dans le cadre d’une délocalisation, ndlr].

C’est quoi ça, c’est rien ?” 

A 11 minutes 55, il conclut, en référence aux propos de Maïtena Biranen concernant le FN : “C’est un autre discours de vérité”.

Voir les commentaires

Lettre aux résistants de la dernière heure !

2 Octobre 2015, 03:13am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

On entend un peu partout dans la région pousser des cris d’orfraie, on voit fleurir sur les murs de nos villes des affiches du PS laissant planer le doute quant à une imminente apocalypse politique, on assiste aux sourires crispés, aux petites phrases assassines, aux coups de communication savamment orchestrés. La gauche se tire dans les pattes, accuse à la manière d’un Zola désœuvré tel ou tel qui serait responsable de la désunion. C’est, semble t-il, la désunion qui provoquerait le basculement hypothétique et dramatique de la région entre les mains sales de l’extrême-droite lepéniste. Bien évidemment, je ne sous-estime pas ici les conséquences terribles d’une prise de pouvoir au conditionnel de la troupe des médiocres frontistes à la tête de notre nouvelle grande région riche de plus de 6 millions d’habitants. Mais enfin, mes amis qui me connaissent le savent, je n’ai jamais été du genre à ranger dans la poche ce que j’ai sur le cœur, ce que j’ai toujours cru pouvoir tirer comme enseignement d’une situation, fut-ce-t-elle aussi périlleuse que la nôtre à l’heure où j’écris ces lignes.

 

Je refuse de participer à l’agitation de la petite bourgeoisie bien-pensante qui n’a jamais mis les pieds dans un coron, à la sortie d’une entreprise, dans la cour pavée du tribunal de commerce d’Arras pour soutenir les salariés mobilisés contre la liquidation de leur outil de travail et qui accuse les communistes d’être des sectaires, d’être les seuls responsables d’un désastre annoncé. Car oui, les communistes de cette région ne sont riches que d’une seule chose : leur dignité dans la bataille, leur constance dans ce qu’ils sont, dans ce qu’ils portent depuis toujours. Les rassemblements artificiels et opportunistes ne seront certainement pas le rempart à l’inéluctable ascension des forces réactionnaires. Ni dans notre région, ni dans le pays. Partout où il y a de la souffrance, partout où il y a de l’injustice, partout où on met à mal les services publics ou la solidarité, les communistes sont là et luttent. Mes amis et camarades qui sont élus sur ce mandat qui s’achève n’ont jamais rien lâché lorsqu’il s’agissait de défendre les intérêts des habitants de notre région. Quand il fallait prendre ses responsabilités et voter contre certains projets, ils l’ont fait, sans jamais sombrer dans la facilité, dans la complaisance, dans la résignation. Peu peuvent se targuer d’un tel bilan ! Ceux qui aujourd’hui crient avec les loups, ceux qui aujourd’hui se dressent en donneurs de leçon, en détenteurs de la vérité universelle devraient faire preuve d’un peu plus d’humilité et de respect.

 

Faut-il le rappeler, ce sont les trahisons de la gauche aux responsabilités qui poussent de nombreux concitoyens souvent très modestes dans les bras de l’extrême-droite. Ce sont Macron, Valls, Hollande et le visage hideux d’une gauche lamentablement complice des banques et de la finance qui fabriquent la désespérance, la colère, la méfiance envers les élus et la politique. C’est un chômage endémique, des conditions d’existence terribles, les difficultés profondes à se soigner ou à vivre de sa retraite qui fertilisent le terreau de l’extrême-droite. Et puis surtout, le problème n’est pas tant le score que fera l’extrême-droite en décembre prochain. Le problème il est bien dans le fait que la grande majorité des travailleurs, ouvriers et salariés, n’ira pas voter. Qu’elle n’aura même plus le réflexe du sursaut républicain comme le dit la formule consacrée. Pour sauver quelle République ? Celle qui méprise les travailleurs, qui se vend servilement à l’Europe qu’aiment tant les socialistes et les écologistes, cette Europe qui a détruit toute notre industrie créant ainsi d’immenses friches où on se partage le chômage et la misère, on en sait d’ailleurs quelque chose en Nord Pas-de-Calais Picardie ! Cette République si aimable avec les puissants et si violente avec les plus humbles ?

 

Alors très franchement, s’il faut tenir un discours de vérité, je préfère aller à la bataille des régionales avec mes camarades communistes, avec des syndicalistes, des militants qui bataillent contre le logement insalubre, des militants qui distribuent des colis alimentaires au Secours Populaire, des élus qui prennent chaque année des arrêtés contre les fermetures de compteurs d’eau ou d’électricité, des femmes et des hommes de convictions dont je sais que je n’aurais jamais à douter de leur engagement. Je méprise celles et ceux qui dorment bien au chaud, confortablement, depuis des années et qui se réveillent brutalement, sentant le danger poindre, pour ensuite distribuer les brevets de respectabilité et de rassemblement. Chez nous « l’humain d’abord » n’est pas qu’un slogan, c’est notre raison d’être, le sens même de notre engagement chaque jour de chaque semaine depuis des décennies.

Fabien Roussel ne s’y trompe d’ailleurs pas, notre ennemi n’est pas le front national, notre ennemi c’est le chômage, la pauvreté contagieuse. Le remède contre l’extrême-droite c’est un travail digne et un salaire digne pour tout le monde, pas de grandes et belles phrases ou de précieuses offuscations …

 

Guillaume Sayons

Voir les commentaires

Mise en ligne urgente mais provisoire

10 Mai 2015, 16:40pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Mise en ligne urgente mais provisoire

Ceci est écrit le 8 mai, après avoir suivi de très près les commémorations du 70 anniversaire de la capitulation nazie et juste avant de partir à une initiative pour rappeler ce que furent les massacres de Sétif-Guelma-Kherrata, crime d'état , 30 000 victimes estimées  (Canaille le Rouge va revenir sur ces deux importants moments durant cette fin de semaine).

La Canaille ne connait pas personellement celui qui a écrit le texte qui suit.

Peu-être l'a-t-il rencontré à l'époque où les Communistes de l'usine michelin (la façon ici de poser les majuscules est assumée) éditaient et diffusaient régulièrement"la Voix des Bibs", malgré la répression patronale. Un journal qui accompagnait, éclairait, aidait les travailleurs de chez Michelin à combattre la dynastie bibendum...La Canaille allait écrire "dynastie capitalo réactionnaire" comme si chacun des termes ne suffisait pas à caractériser l'autre.

Un texte très fort parce que très juste.

 

HOMMAGE A FRANÇOIS MICHELIN

Pendant que d'autres vont vous rendre hommage, moi, Monsieur François Michelin, je vais le rendre à ceux qui vous ont permis d'exister.

Je rends hommage aux centaines de milliers de travailleurs anonymes qui ont fait votre fortune et celle de la Maison Michelin.

Je rends hommage aux militants de la C.G.T. et aux travailleurs du siècle dernier qui ont été licenciés, interdits de travail, voir déportés en 1939-1945, comme le communiste Robert Marchadier.

Je rends hommage aux dizaines de milliers de licenciés économiques abusifs.

Je rends hommage aux 2500 travailleurs reconnus en maladies professionnelles.

Je rends hommage aux 250 malades de l'amiante dont la plupart sont décédés. '

Je rends hommage à tous ceux qui ont été empoisonnés par l'industrie du caoutchouc : benzène, toluène, hydrocarbure, amines aromatiques, radioactivité, fumées, vulcanisations, etc.

Je rends hommage à ceux qui ont combattu la " Cagoule " au sein de votre usine, pendant que certains de vos cadres montaient régulièrement à Paris pour organiser ce mouvement fasciste destiné à renverser la République. Vous avez poursuivi une étroite relation avec la branche la plus conservatrice de l'Eglise, puisque nombre d'observateurs ont pu vous voir au monastère intégriste de Randol proche de Clermont-Ferrand.

Je rends hommage aux " pisses-vinaigres " que j'étais pour vous, vous ayant tenu tête.

Je rends hommage aux syndicalistes que vous avez haïs et décrits comme " les vers dans le fruit ".

Je rends hommage aux 189 licenciés reconduit en taxi, dont certains se sont suicidés suite à ce scandale.

Je rends hommage aux travailleurs vietnamiens qui ont été assassinés dans vos plantations après avoir connu l'enfer de conditions de travail rappelant l'esclavage le plus ignoble.

Je rends hommage à ceux qui se sont suicidés, au travail ou à leur domicile, suite au harcèlement mis en place contre eux.

Je rends hommage à ceux qui, comme moi, ont eu leur carrière bloquée et ont été discriminés pour, je cite : " Ne respecte pas les valeurs de l'entreprise " .

Je rends hommage aux syndicalistes, anarchistes, communistes, chrétiens etc. qui ont été victimes de discriminations au travail permanentes.

Je rends hommage aux 7500 licenciés qui ont fait grimper la Bourse pour vos profits, et qui se résume à cette expression méprisante de « licenciements boursiers ».

Je rends hommage également à ceux qui, aujourd'hui, luttent dans vos usines de par le monde.

Pour conclure :

Vous venez de décéder à la maison de retraite « les Petites Sœurs des Pauvres » aux Carmes, comme apparemment un pauvre gueux. Jusqu'au bout, vous avez véhiculé votre image de l'homme humble. J'ose espérer que vous avez déclaré un mécénat pour dons aux œuvres religieuses.

Mais, vous faites partie de la grande bourgeoisie industrielle et financière malgré vos airs de simplicité, cet habillage n'a trompé que ceux qui ne voulaient pas voir et ceux que cela arrangeait.

Oui, j'ai appris sous vos ordres que les lois de la République ne s'appliquent pas derrière les portes de vos usines et coffres. Ce qui s'applique, c'est le système Michelin dit de la Maison : " L'autorité ne se partage pas, elle s'incarne ".

Oui, Monsieur vous m'avez haï avec votre système Maison, parce que je partageais les idées de la C.G.T. et du Parti communiste. Vous me considériez comme un ennemi de l'intérieur, un terroriste. Effectivement, j'en étais un, qui combattait la terreur que vous faisiez subir aux salariés qui ne se conformaient pas dans le moule de la Maison.

Aujourd'hui, je vous rends la monnaie de la pièce comme pendant les grandes grèves contre l'augmentation de notre prix horaire, " 20 centimes de francs ".

Oui, Monsieur nous ne sommes pas de la même classe sociale, je fais partie des gueux et je reste debout avec ma classe, celle des travailleurs.

Oui, Monsieur combien de fois ai-je entendu cette phrase venant d'untel qui était brimé, de mauvaises conditions de travail, ou après une injustice de la hiérarchie. : " Ah ! Si François savait tout cela, ça changerait ". Votre paternalisme fonctionnait bien.

Mais, Monsieur, vous saviez tout cela, car vous étiez le Patron, c'est vous qui dirigiez le navire et donc toute la philosophie Maison. Comme le dit Yvan Levaï dans le film " Paroles de Bibs " :

" Bien sur qu'ils en ont fracassé du monde dans l'usine, mais la morale est sauve, le Patron est là et il va à la messe le dimanche ".

Oui, Monsieur, le jour de votre enterrement, je ferais la fête avec mes amis, comme les mineurs gallois pour le décès de la mère Thatcher . Je vous dois bien cela pour tout le mépris que vous avez montré à mon égard.

Je ne regrette rien, si cela était à refaire, je le referais.

Un g
ueux, ouvrier et syndicaliste Michelin,


Jean-Pierre SEREZAT

En 1941, la commission d'armistice de 1940 imposait à la France des livraisons de matière première au Reich.

Pour des raisons d'origine climato géographique, l'hévéa pousse très mal sur les pentes du Puy de Dôme, peu de plantation à Clermont Ferrand.

Pour autant, 33% de la production française de caoutchoux était livrée au Reich depuis les plantations d'Indochines qui apparetenaient toutes à la dynastie du grand français célébré par Blummollet. Ce caoutchouc était intégralement livré pour l'éffort de guerre allemand.

Le reste de la ptroduction, en France, était utilisée pour les matériels de guerre produits par les usines Citroën (propriété alors de Michelin) pour cela grassement rétribués par l'occupant , production permises par une semaine de travail de 60h et des diminution de salaires. Jamais le taux de profit des usines métropolitaines dont celle de monsieur Françaois n'aura été aussi haut en France comme dans le groupe.

Les cadres de Michelin dans les plantations ont été "invités" à poursuivre le travail (lire à poursuivre le fonctionement du bagne colonial) pour le plus grand intéret du Reich et les profits du financier des financiers de la Cagoule (la famille Michelin), mouvement faciste mafieux ressemblant à l'OAS ...en plus étendu et plus violent (et oui) et dont l'endrement était celui des usines de monsieur François.

Après la fin de la guerre, les banques (celles d'indochine qui fusionnera avec la compagnie de Suez pour donner Indo Suez, les avaleurs de GDF privatisé par Sarkozy et gavé par Hollande) seront mouillées jusqu'aux racines du substra capilaire supérieur de leurs actionnaires dans le trafic des piastres.

Bref de quoi faire passer Sarkozy pour un minable apprenti sorcier.

Voilà le Marigot où s'ébat monsieur François, le grand français cher au françoisticule qui crêche au 55 faubourg st honoré.

 

Voir les commentaires

FILOCHE démolit MACRON

4 Février 2015, 17:25pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Tout le monde parle de la loi MACRON mais personne n’en parle comme Gérard FILOCHE. Depuis des semaines, il est en guerre contre « cette loi régressiste, la pire loi que la gauche ait proposée ». Selon des sondages, une majorité de Français y serait pourtant favorables. Militant socialiste et ancien inspecteur du travail, Gérard Filoche était dans LÀ-BAS HEBDO le 21 janvier. Emmanuel MACRON était dans tous les autres médias.

Voir les commentaires

Charlie Hebdo : intervention détonante de Giulietto Chiesa à la TV italienne

19 Janvier 2015, 18:28pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le journaliste italien Giulietto Chiesa était invité à la célèbre émission talkshow de la télévision italienne La Gabbia ("La cage" en français – NdT) dimanche 11 janvier, soit le jour même de la grande manifestation dans les plus grandes villes de France après les attentats à Paris qui ont fait 17 morts. Son analyse détonne particulièrement lors de ce débat, où il remet en cause à la fois le récit des événements qui nous a été fait, et les liens de cette affaire avec la politique étrangère occidentale en Libye et en Syrie ces dernières années. Le plus étonnant est de voir que les journalistes et les autres participants le laissent parler sans (trop) l’interrompre, qu’il est même applaudi par le public italien, et que pour une fois, un dissident de la "pensée unique" peut s’exprimer clairement et terminer d’exposer une opinion aussi différente sans être lynché verbalement.

A lire, sous la vidéo, un article de Giulietto Chiesa paru aujourd’hui dans La Voix de la Russie, et précisant sa position sur cette affaire.

Article de Giulietto Chiesa, en lien avec cette interview
Vous ne trouverez pas l’explication à Pari
s
Par Giulietto Chiesa,
 La Voix de la Russie, 12 janv. 2015

Une avalanche de rhétoriques mielleuses et trompeuses, autour de la gigantesque manifestation à Paris, tandis que l’Europe des puissants (ces leaders du vieux continent, que certains peuvent faire chanter et ne s’en privent pas) s’apprête à faire voter à Bruxelles dès demain des mesures antiterroristes d’urgence qui seront les soeurs jumelles du PATRIOT ACT de George W. Bush en 2001 votées après les attentats du 11 septembre 2001.

 

La caravane médiatique des serviteurs du pouvoir a déjà archivé la première page de cette tragédie : à savoir la version officielle (ou plutôt, les versions officielles) de l’attentat sanglant contre Charlie Hebdo, qui est déjà donnée pour acquise et certaine. Comme si nous savions ce qui s’est réellement passé !

 

Mais nous ne savons rien de rien. A moins de penser que tout cet immense cirque barnum d’émotions, de larmes de crocodile ou sincères, ces peurs, ces mensonges, ces discussions bêtifiantes, qui ont animé tous les gouvernements européens, en y ajoutant Netanyahou et Mahmoud Abbas, a été provoqué par la folie de trois (*) jeunes qui, soit dit en passant, étaient surveillés depuis plusieurs années par les services secrets français.

 

La menace existe, et ces dirigeants, pour le moins culotés, qui ouvraient le cortège à Paris le savent.

 

Est-ce l’État islamique ? Bien sûr : c’est « aussi » l’État islamique, mais il faut se demander ce qu’est vraiment l’État islamique, d’où il vient, qui l’a créé, payé, organisé. Et qui le dirige, profitant de l’énorme force motrice de ces immenses populations déshéritées de par le monde.

 

Ce qui a été commis à Paris est un acte de guerre contre les peuples européens. Le deuxième après la véritable agression que les États-Unis et les dirigeants européens ont déchainée contre la Russie, en Ukraine, début 2014.

 

L’objectif ? Les objectifs ? Frapper les droits et les libertés individuelles sur le Vieux Continent, lier fil après fil, le destin de l’Europe à celui des États-Unis, lancer une offensive stratégique contre la Russie, la Chine, l’Iran, et les pays du BRICS.
L’Occident, emmené par les États-Unis, essaie de se remettre au centre du monde. À tout prix. La croisade chrétienne contre l’islam est l’instrument contondant avec lequel on essaie d’inverser l’inévitable chute de l’Empire.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Traduction : Christophe pour ilfattoquotidiano.fr

Transcription complète de la vidéo de l’intervention
de Giulietto Chiesa sur TV7

Journaliste de TV7 : La marche d’aujourd’hui à Paris : qu’est-ce que c’est ? Est-ce une marche pour dénoncer le vrai problème après la tragédie à Paris, ou est-ce autre chose ?

 

Giulietto Chiesa : Absolument pas. Cette marche est une démonstration de rhétorique conçue par les dirigeants européens qui sont au milieu de la plus grave crise dans l’histoire de l’Europe, et qui cherchent à se regrouper alors qu’ils sont divisés. Ils sont totalement impuissants face à ce qui se produit. C’est ma première observation.
Ensuite, je trouve frappant que jusqu’à maintenant, personne n’a dit ce qui, selon moi, trotte dans la tête de millions d’Italiens, et même de dizaines de millions d’Européens. Je le dis car je le sais. Et c’est la chose suivante : vous partez du principe que les événements de Paris se sont déroulés comme on nous l’a dit. Ce n’est pas le cas. La version des événements de Paris, ce n’est pas un hasard, si certains journalistes intelligents l’ont comparée au 11 septembre 2001. Ils ont parlé de "11-Septembre européen, ou parisien".

 

JTV7 : Oui Giulietto, mais sur le 11/9, tu as une vision toute personnelle.

GC : Naturellement, cela fait plus de 15 ans que je m’y intéresse, et je continuerai à le faire, mais que se passe-t-il actuellement ? Étrange n’est-ce pas : des millions de gens en Italie et ailleurs commencent à faire les liens nécessaires. Le 11-Septembre et ces événements survenus sous nos yeux, et sur lesquels nous n’avons aucun récit crédible et fiable, sont-ils similaires ? Réponse, oui. Première chose…

 

JTV7 : Excuse-moi Giulietto, mais…

GC : Il y a beaucoup à dire…

JTV7 : Tu veux parler de toutes les zones d’ombre dans la reconstruction des faits, la carte d’identité, à l’adresse erronée, etc.

 

GC : Naturellement, mais j’ajoute aussi, vu tout ce qui circule actuellement sur Internet, tous ces documents que les gens n’ont pas forcément vus dans les journaux et à la télé. Je regardais une interview de l’ex-ministre des Affaires étrangères, Roland Dumas, à la télé française, où il dit ouvertement sans trop user de diplomatie "On m’a demandé voilà quelques années si je voulais participer au renversement de Kadhafi. C’était organisé depuis longtemps, et les Anglais m’ont demandé si je voulais en être. J’ai répondu, non merci, je ne pense pas que ce soit juste." Il nous dit que l’assaut contre la Libye, et contre Kadhafi était prêt depuis longtemps.

 

JTV7 : Quel rapport ?

GC : Bien sûr que c’est lié, et je vais te dire la deuxième chose que je voulais mentionner. En écoutant votre discussion, j’ai repensé à ce vieux proverbe : "Qui sème le vent récolte la tempête." Mais j’ai pensé, non, ça ne suffit pas. "Qui sème la tempête récolte la tempête." Et cela n’est encore qu’une partie de la vérité. Mais j’ajoute ceci : nous avons…et quand je dis "nous", je parle des États-Unis et d’une partie de l’Occident, nous avons créé de toutes pièces le terrorisme islamique, et nous l’avons fait se déchainer contre une autre partie de l’Occident. Voilà ce que nous avons fait. Et les preuves existent, les preuves sont là, nombreuses, de ce que j’avance ici.

Charlie Hebdo : intervention détonante de Giulietto Chiesa à la TV italienne

La question que je voudrais poser aux auditeurs est celle-ci : demandez-vous comment on peut construire une armée de plus de 50 000 hommes en moins d’un an, celle du fameux Etat islamique (EIIL) ? Comment faire cela sans avoir à disposition des milliards de dollars ? Et qui a fourni tout cet argent ? L’Arabie Saoudite !

 

Mais si Madame Santanché pense que les Services secrets saoudiens sont indépendants de ceux américains… si vous pensez cela, vous vous trompez. Les Services secrets de l’Arabie Saoudite, ceux de la Turquie, ceux du Qatar, sont des filiales de la CIA. Et donc, si des millions et des millions de dollars servent à financer une véritable armée de 50 000 hommes, il faut regarder d’où tout cela est parti.

 

Mais ce n’est pas fini, il y a pire : la guerre contre la Syrie a été organisée par les Européens. Et nous savons tout cela, car nous avons vu le Sénateur McCain photographié en compagnie des chefs de l’État Islamique, il y a 2 ans. Il y a 2 ans ! Que faisait le Sénateur McCain en Syrie ? D’où proviennent les armes de ce qu’on appelle l’Armée syrienne libre (ASL) ? D’où viennent-elles ? De la Turquie, membre de l’OTAN. D’où viennent les complicités…

 

JTV7 : Mais dis-moi Giulietto…

GC : Non. Laisse-moi terminer, parce que j’ai participé en tant que parlementaire européen, à la Commission sur les prisons secrètes de la CIA. J’ai même écrit un livre où je montre à quel point les Services secrets européens sont depuis des années des filiales de la Central Intelligence Agency, y compris celui italien. Nous en avons les preuves. Et donc, comment la France peut-elle se défendre si ses Services secrets dépendent de ceux des États-Unis d’Amérique ? Voilà ce qui s’est produit en France.

 par le Comité Valmy

La question que je voudrais poser aux auditeurs est celle-ci : demandez-vous comment on peut construire une armée de plus de 50 000 hommes en moins d’un an, celle du fameux Etat islamique (EIIL) ? Comment faire cela sans avoir à disposition des milliards de dollars ? Et qui a fourni tout cet argent ? L’Arabie Saoudite !

 

Mais si Madame Santanché pense que les Services secrets saoudiens sont indépendants de ceux américains… si vous pensez cela, vous vous trompez. Les Services secrets de l’Arabie Saoudite, ceux de la Turquie, ceux du Qatar, sont des filiales de la CIA. Et donc, si des millions et des millions de dollars servent à financer une véritable armée de 50 000 hommes, il faut regarder d’où tout cela est parti.

 

Mais ce n’est pas fini, il y a pire : la guerre contre la Syrie a été organisée par les Européens. Et nous savons tout cela, car nous avons vu le Sénateur McCain photographié en compagnie des chefs de l’État Islamique, il y a 2 ans. Il y a 2 ans ! Que faisait le Sénateur McCain en Syrie ? D’où proviennent les armes de ce qu’on appelle l’Armée syrienne libre (ASL) ? D’où viennent-elles ? De la Turquie, membre de l’OTAN. D’où viennent les complicités…

 

JTV7 : Mais dis-moi Giulietto…

GC : Non. Laisse-moi terminer, parce que j’ai participé en tant que parlementaire européen, à la Commission sur les prisons secrètes de la CIA. J’ai même écrit un livre où je montre à quel point les Services secrets européens sont depuis des années des filiales de la Central Intelligence Agency, y compris celui italien. Nous en avons les preuves. Et donc, comment la France peut-elle se défendre si ses Services secrets dépendent de ceux des États-Unis d’Amérique ? Voilà ce qui s’est produit en France.

 

La question que je voudrais poser aux auditeurs est celle-ci : demandez-vous comment on peut construire une armée de plus de 50 000 hommes en moins d’un an, celle du fameux Etat islamique (EIIL) ? Comment faire cela sans avoir à disposition des milliards de dollars ? Et qui a fourni tout cet argent ? L’Arabie Saoudite !

 

Mais si Madame Santanché pense que les Services secrets saoudiens sont indépendants de ceux américains… si vous pensez cela, vous vous trompez. Les Services secrets de l’Arabie Saoudite, ceux de la Turquie, ceux du Qatar, sont des filiales de la CIA. Et donc, si des millions et des millions de dollars servent à financer une véritable armée de 50 000 hommes, il faut regarder d’où tout cela est parti.

 

Mais ce n’est pas fini, il y a pire : la guerre contre la Syrie a été organisée par les Européens. Et nous savons tout cela, car nous avons vu le Sénateur McCain photographié en compagnie des chefs de l’État Islamique, il y a 2 ans. Il y a 2 ans ! Que faisait le Sénateur McCain en Syrie ? D’où proviennent les armes de ce qu’on appelle l’Armée syrienne libre (ASL) ? D’où viennent-elles ? De la Turquie, membre de l’OTAN. D’où viennent les complicités…

 

JTV7 : Mais dis-moi Giulietto…

GC : Non. Laisse-moi terminer, parce que j’ai participé en tant que parlementaire européen, à la Commission sur les prisons secrètes de la CIA. J’ai même écrit un livre où je montre à quel point les Services secrets européens sont depuis des années des filiales de la Central Intelligence Agency, y compris celui italien. Nous en avons les preuves. Et donc, comment la France peut-elle se défendre si ses Services secrets dépendent de ceux des États-Unis d’Amérique ? Voilà ce qui s’est produit en France.

 

Voir les commentaires

jusqu’où nous mèneront-ils ? Carnage à Charlie Hebdo

8 Janvier 2015, 05:43am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Carnage à Charlie Hebdo… à qui sert le crime? Je vous l’ai dit en me levant ce matin… je n’en peux plus de cette merde ambiante, on se croirait sous le IIIe Reich avec les boucs émissaires commodes… je n’ai pas la moindre affinité avec Charlie Hebdo, mais devant un tel drame je veux dire ma solidarité avec les victimes et les familles… Pas la moindre justification pour cette cruauté imbécile… Quant aux auteurs de cette horreur, je souhaite qu’ils soient rapidement trouvés, non seulement eux mais ceux qui les arment… et qui ont décidé de faire de la France et de l’Europe le champ clos de toutes les guerres civiles.

Ce que je souhaite c’est que personne ne stigmatise des Français qui n’y sont pour rien, et que nous soyons tous unis pour repousser la bête immonde, les aventures guerrières et pour refuser l’esprit de vengeance primaire et tous les amalgames, les peurs et la répression: tous unis pour exiger la justice, rien que la justice pour tous… …

danielle Bleitrach

Voir les commentaires

coups de gueule de Michel Etiévent

17 Décembre 2014, 15:18pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

A vous, mes amis…


Quand je vois la crise s’approfondir, les usines tomber, grossir le flot des pauvres, le racisme ravager l’avenir, la haine sourdre.


quand je vois des copains fatigués déserter le front des résistances, des intellos bidon faire du fric avec le vide, prêcher le renoncement ou la ringardise à longueur de livres ou d’antenne.


quand je vois le décor de nos vies s’enfoncer dans la télé « déréalité », parfois, moi aussi, j’aurais envie de tout laisser tomber, de sauter du train de la résistance, de m’effondrer dans mon canapé chaud, une pile de livres aimés comme futur, ou me perdre à tout jamais sur la beauté de mes sentiers, ne plus rien voir, ne plus rien entendre, « jouir de la vie », comme ils disent.


Eh ben non, ça ne dure jamais longtemps, parce qu’aussitôt je repense à tous ces copains de misère, ces traîne la faim de dignité qui, au long des siècles, malgré les désespérances les plus noires, n’ont jamais laissé faire, ces enfants des mines qui nous livraient l’énergie du syndicalisme, ces communards écrasés qui se relevaient et montaient pour nous « à l’assaut du ciel », ces copains comme Croizat, Paul, Semard, tous ces anonymes des luttes qui se faisaient casser la gueule dans une Europe minée par le fascisme, qui désespéraient eux aussi devant l’allongement des files de chômeurs aux crises de 29, mais qui se relevaient sans cesse, nous livrant nos grands conquis du Front populaire…


Quand je pense à tous ces jeunes Môquet, à tous ces résistants qui auraient pu, eux aussi, déserter le combat clandestin ou les maquis, et se réfugier dans le confort d’une France collabo ou indifférente, ces jeunes du CNR qui réalisaient une fabuleuse utopie dans une France assaillie par la répression et les ruines, et nous livraient la Sécurité sociale, la retraite et un héritage social considérable…

Oui, quand je pense à tout cela, alors je me relève, certes je chancelle, mais je suis debout et je repars sur le chemin des luttes et des conférences, gonflé de l’espoir de ceux qui ont nourri mon histoire de dignité.


Michel Etiévent

Voir les commentaires

Témoignage d'un salarié retraité de la poste

3 Décembre 2014, 10:55am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Un employé retraité de la Poste qui habite Paris, nous signale que son pouvoir d’achat a régressé de 403 euros en 2014.

 

Ma pension avait progressé de 274 euros entre 2012 et 2013. C’est ce qui sert de base au calcul des impôts sur mon revenu. En 2014 elle est bloquée et cela va se poursuivre pendant 3 ans grâce ce gouvernement.

 

Voici quelques éléments des augmentations que j’ai subies :

 

- loyer + 3,21 euros par mois = - 38,52 euros par an,

- Assurances santé Mutuelle Générale + 0,64 euro par mois soit 7,68 euros par an

- Assurances logement + 0.27 euro par mois soit 3,24 euros par an

- Je ne payais pas d’impôt sur le revenu jusqu’en 2013. En 2014, je paie 196 euros

- Etant désormais assujetti à l’impôt sur le revenu, je paie la taxe d’habitation locale : + 148 euros

- La carte de transport SNCF senior a augmenté de 10 euros .

 

Et, je n’ai pas de voiture.

 

- A cela s’ajoutent toutes les augmentations de la vie quotidienne, le pain, les légumes, le poisson, les transports SNCF et RATP, le prix du timbre qui va augmenter de 10% au 1 er janvier, etc…

 

Rappelons que le Gaz depuis la privatisation de GDF en 2005, a augmenté de 80 %.

 

Tout cela ajouté, c’est moins 403 euros sur mon pouvoir d’achat.

 

Mais :

 

Dans le quartier de la Muette dans le 16ème arrondissement à Partis, les 10% des ménages les plus aisés ont un revenu imposable mensuel de 19.946 euros. Ceux quartier St James à Neuilly disposent en moyenne de 28.727 euros par mois.

 

Rebsamen, le Ministre socialiste, participait lundi à un colloque, lors de son intervention,  Il a écarté tout « coup de pouce au SMIC » parce que « Ce n’est pas la bonne solution ».

 

Voir les commentaires

Jean ZIEGLER : "Retournez les fusils"

25 Novembre 2014, 15:03pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Intervention de Gérard Filoche au Bureau National du Parti Socialiste: Cap à gauche ou cap suicide

2 Avril 2014, 17:51pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

coup de gueule de Gérard Filoche

Mon intervention au Bureau national du PS

du mardi 1er avril

Chers camarades, la situation est très grave et très douloureuse. Les élections municipales ont été un désastre sans précédent pour notre Parti socialiste. La droite a gagné en pourcentage sans qu’il y ait eu de basculement de voix en sa faveur en chiffres absolus. Si droite et extrême droite connaissent un tel succès, c’est à cause de l’effondrement du Parti socialiste sanctionné par son électorat déçu. Les électeurs de gauche attendaient un changement en profondeur depuis mai-juin 2012, ils ne l’ont pas vu, rien n’a changé en leur faveur, ils ont marqué leur mécontentement avec une très grande clarté. EELV et le FDG ont gardé leurs voix, c’est bel et bien le PS, politiquement, qui a été visé par cette abstention de gauche massive.

Ce n’est pas la faute à nos maires ni à nos militants. Bien au-delà du scrutin municipal, c’est la politique nationale du président qui a été visée. On peut dire que le choix du « redressement » par les cadeaux (appelés indûment « baisse des charges ») aux chefs d’entreprise, la réduction des déficits, la baisse du cout du travail est largement minoritaire dans le pays. Cette politique du président est largement minoritaire aux yeux de nos électeurs salariés. Elle est minoritaire à gauche et même dans les rangs du parti socialiste.

Ne pas avoir dit entre les deux tours que nous allions corriger le cap, a abouti à aggraver le 30 mars la déroute initiée le 23 mars. Ne pas répondre au message des électeurs et aux abstentionnistes des deux tours, à l’exigence d’une véritable politique de changement à gauche, nous conduirait à d’autres cruelles défaites. Est-ce que le président a, hier soir, répondu à ce message ? On peut dire non ce qui nous laisse dans une situation transitoire, instable, angoissante. Pour ceux qui attendaient une inflexion, une correction de trajectoire, les signaux envoyés dans le discours de François Hollande sont décevants.

 

Or des millions d’électeurs ont entendu que le gouvernement, après un cadeau de 20 milliards d’impôt aux chefs d’entreprise, allait accorder 35 milliards de remise des cotisations allocations familiales. Et en plus qu’il y aurait 50 milliards de restriction budgétaire… Tout cela en sachant que depuis 20 mois ce genre de cadeaux au patronat non seulement ne fait pas reculer le chômage de masse, il continue de progresser. L’argent va dans les dividendes et dans les iles Caïman, pas à l’emploi. Les patrons ont plus intérêt à spéculer qu’à embaucher, la rente rapporte plus que la production, leurs marges comptent plus que l’emploi.

Ces mêmes millions d’électeurs, on les connaît, c’est notre base électorale, nos proches, ont subi une hausse de la TVA, un blocage du Smic et des salaires, des hausses des prix des services, et les petites retraites ont été abaissées… A quelques jours du premier tour, il a été annoncé un recul des indemnités des chômeurs de plus de 400 millions…  Aujourd’hui même, 1er avril, 7 millions de retraités en dessous de 1000 euros ne vont pas voir leur retraite réajustée comme cela était prévu, ils vont perdre des dizaines d’euros alors qu’ils devraient fortement être ré – augmentés : ces électeurs ne pardonnent pas au PS, à juste raison, par une loi honteuse contre les retraites, de leur avoir pris 2,7 milliards.

Question de « salut public » dans la « crise » : ces milliards pouvaient (et devaient) être pris aux 500 familles qui ont gagné 59 milliards en un an, détiennent 16 % du Pib, 330 milliards plus que le budget de l’état ! Ces milliards pouvaient être repris sur les 80 milliards de fraude fiscale si la volonté de la traquer avait existé. Ces milliards pouvaient être pris sur les 590 milliards d’avoirs français qui sont détournés dans les paradis fiscaux. Ces milliards pouvaient être pris sur les 210 milliards de dividendes nets (84 milliards nets) dont se goinfre l’oligarchie de notre pays. Le choix de plaire aux riches, aux actionnaires, aux chefs des multinationales, aux banques, sous prétexte de « redressement » est à la fois choquant et vain.

Choquant car les inégalités se creusent, les énormes richesses du pays sont concentrées entre les mains de 1 % et de l’autre coté, il y a 10 millions de pauvres, 5,9 millions de chômeurs, 50 % des salariés gagnent point de 1650 euros.

Vain car il vient d’y avoir 31 500 chômeurs de plus, cet argent ne fait pas d’emploi, on le sait depuis toujours, il va dans le puits sans fond des paradis fiscaux et de la finance casino.

Le discours du président confirme que ces 35 milliards et 50 milliards seront pris aux petits pour être donnés aux gros, à la finance. La priorité au remboursement des intérêts de la dette (car la dette ne sera elle même jamais remboursée)  a quelque chose d’irréaliste, d’irrationnel, d’inouï c’est Ubu puisque ce remboursement aux forceps, pour plaire à Bruxelles et aux marchés, aboutit… à augmenter la dette. Depuis deux ans, le déficit a baissé d’un point, et la dette a augmenté de 6,5 points. C’est comme un jardinier qui arrose la rivière alors que son jardin est asséché. Ce que nous impose Bruxelles est tueur, non seulement pour la vie quotidienne de nos concitoyens mais pour l’économie du pays. Non seulement ça nous fait perdre les élections mais ça nous enfonce dans la récession. Comme ça c’est passé en  Grèce, au Portugal, en Espagne, en Italie. Une austérité qui nuit à l’Europe, nourrit l’extrême droite. L’argent va aux banques du pays qui spéculent dessus, et nos services publics et notre protection sociale reculent. Au contraire, comme nous n’avons cessé de le dire depuis 20 mois, il faut faire la relance, investir, augmenter les salaires, dépenser plus pour que ca rapporte plus et que des équilibres budgétaires se réalisent ainsi.

Enfin le président a annoncé une « baisse des cotisations sociales des salariés ». Qu’est ce que c’est que cette histoire ? D’où ça vient ? Où est-ce qu’a été discutée pareille orientation ? Les cotisations sociales, c’est du salaire brut. Du salaire ! Il faut augmenter les salaires nets et bruts, et non pas les baisser. Les cotisations sociales c’est du salaire, du bonheur, c’est notre précieuse protection sociale. Si elles sont baissées que deviendra cette part du salaire mutualisée et redistribuée à chacun selon ses besoins ? C’est ce qu’il y a de plus beau en France. Est ce l’annonce de l’affaiblissement de la Sécu pour le bénéfice des « complémentaires-santé » individualisées, plus coûteuses, plus inégales ?

Cela ne préjuge pas bien de la façon de reconquérir le soutien nos concitoyens. Je l’avais dit, malheureusement, sans être entendu, il y a un an, (et au congres de Toulouse) on va dans le mur. On est dans le mur. On n’est plus dans un débat de congres mais dans la vie réelle. Et en continuant dans la même voie, la même impasse, si notre parti ne pèse pas pour changer le cours de tout ça, on perdra les européennes, le sénat, puis les régions, ce sera d’autres désastres, prévisibles et assurés. Il faut le sursaut. Sinon on perdra 19 régions sur 20 et il restera 50 députés sur 300. La vie du parti est en jeu. C’est cap à gauche ou cap suicide.

Nous ne sommes pas pour un pouvoir personnel, ce n’est pas à un seul homme de tout diriger, tout ne doit pas descendre d’en haut, la Ve République à ses effets pervers, elle empêche un Président élu d’être « « normal » ! Au contraire il faut accorder toute sa place au Parlement, aux élus, et aussi au Parti socialiste. Respect de la démocratie, respect des électeurs, respect des partis, des militants ! Halte aux conseillers technos, aux obscurs gourous, « Gracques » ou autres, prétendus experts économiques qui ont les yeux rivés sur les taux d’intérêts, pas sur la vie de nos concitoyens. Que le parti parle, que les militants disent leurs mots, il faut des assemblées ouvertes partout, dans les fédérations, les sections, même un congrès anticipé pour dire et redresser la situation quand il est encore temps ! Ce n’est pas après un autre désastre en 2015 – comme après le 21 avril 2002 – qu’il faudra se morfondre, il sera trop tard, on peut, on doit maintenant tracer une orientation et peser ainsi sur le gouvernement pour ne pas perdre en 2015 et en 2017.

 

 

Voir les commentaires

MAGNIFIQUE LETTRE DU RÉSISTANT LÉON LANDINI

18 Décembre 2013, 18:47pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 

1499665_10151868604177861_1356520714_n

Léon Landini à Onfray :

" qu il vienne raconter ces saloperies dans une de nos réunions et il pourra constater à loisir que des vieillards fanatisés de 90 ans seront encore capables de lui faire avaler ces insanités"

Lettre ouverte pour Ardisson, Société de production de l’émission (salut les terriens) du 2 mars dernier où était invité Onfray.

Bagneux le 25 mars 2013 Lettre ouverte Teleparis 4 bis, rue Descombes 75017 Paris

Monsieur, C’est avec retard que nous avons pris connaissance de votre émission, dans laquelle vous permettez au sieur Onfray, de vomir son anticommunisme, mettant en cause les FTP-MOI (Franc-Tireur et Partisans de la Main d’Œuvre Immigrée) et en offensant les communistes que nous sommes.

Cet individu, affirme que les communistes français (dont les FTP-MOI étaient un des bras armé) ne sont entrés en Résistance qu’après l’attaque allemande contre l’Union Soviétique et que pendant deux ans ils ont collaboré avec les nazis et qu’ils étaient anti-juifs. Et cette crapule ose ajouter : « Nous leur accorderons tout de même le bénéfice du doute sur les horreurs de la Shoah. En avaient-ils connaissance ? Les idolâtres les plus fanatisés vous diront que non …. ». Oser prétendre, comme il l’a dit, que peu ou prou nous aurins participé à la Shoah, relève de la diffamation.

Il est intolérable que vous rendiez ces vilénies publiques et cela ne vous honore pas de permettre à cet histrion de se donner en spectacle dans votre émission. Pendant la guerre, même les collaborateurs les plus pourris n’ont jamais accusé les communistes et les FTP-MOI d’être anti-juifs, bien au contraire, ils nous désignaient sous l’appellation de judéo-communistes. D’après Onfray, ceux qui nieraient ses fausses révélations ne seraient que « des idolâtres les plus fanatisés ».

En ce qui nous concerne, nous anciens FTP-MOI faisons partie de « ces fanatisés là » qu’il ait donc le courage de venir raconter ces saloperies dans une de nos réunions et il pourra constater à loisir que des vieillards fanatisés de 90 ans seront encore capables de lui faire avaler ces insanités.

Il convient de rappeler, que les combattants FTP-MOI des bataillons Carmagnole-Liberté (unité que des historiens désignent aujourd’hui comme « Le fer de lance de la Résistance armée française») ont été créés à l’initiative du Parti Communiste. Les premiers engagés dans ces unités étaient des anciens des Brigades Internationales en Espagne et la majorité des dirigeants de la M.O.I. ainsi qu’une partie de ses combattants étaient d’origine juive, comme le prouve le nom des fusillés de l’Affiche Rouge.

Dans les cinq premiers créateurs de Carmagnole, il y avait, trois anciens des Brigades Internationales, mais tous les cinq étaient d’origine juive. Nous accuser de porter une part de responsabilité dans la Shoah, c’est nous accuser d’avoir participé à la déportation de nos propres familles, car à la libération combien d’entre nous se sont retrouvés tout seuls, leurs familles ayant totalement disparu dans les fours crématoires d’Auschwitz Ces affirmations sont innommables et tous les mots orduriers figurant sur les dictionnaires sont encore faibles pour dire ce que nous pensons de votre hôte parasite.

Afin que vous sachiez, afin que vous connaissiez les falsifications historiques et les vilénies que vous avez permis de rendre publiques à l’odieux Onfray, nous allons vous démontrer par des preuves incontestables, que les communistes sont entrés les premiers en Résistance contre les nazis.

Oui ! Nous disons bien les premiers ! Et ci-dessous nous allons vous le démontrer. Voici quelques unes des prises de position et d’opérations militaires effectuées bien avant l’attaque contre l’Union Soviétique.

Commençons par le début.

Dès 1936 beaucoup de communistes Français à l’appel de leur Parti, s’engagèrent comme volontaires dans les Brigades Internationales afin de porter secours au peuple espagnol agressé par le général Franco, qui s’était insurgé contre son propre gouvernement. Ce général renégat, était aidé dans ses combats contre la République espagnole, par les nazis et les fascistes italiens venus lui prêter main forte. Bien des années après, le gouvernement français reconnaissait que ceux qui s’étaient engagés et battus dans les Brigades Internationales, n’avaient pas seulement combattu pour défendre la République espagnole, mais qu’ils avaient également été les premiers à prendre les armes pour la défense de la liberté de notre pays. En reconnaissance des services rendus à leur Patrie, le gouvernement Français leur a attribué la Carte de Combattant.

Le 6 Juin 1940 : Le Parti Communiste Français, charge le philosophe Georges Politzer (qui sera fusillé par les nazis) de remettre au ministre Anatole de Monzie un texte en cinq points rédigé par Benoît Frachon. Le dernier point est ainsi libellé : « Il faut armer le peuple et faire de Paris une citadelle inexpugnable ». Il s’agit en fait du premier appel à la Résistance ouverte alors que la France n’a pas encore été envahie. On retrouve l’esprit et parfois la lettre de ce texte dans les tracts clandestins qui seront plus tard diffusés par les militants communistes. (Il en existe des exemplaires au Musée de la Résistance Nationale à Champigny).

Le 16 juin 1940 Les communistes brestois constituent leur premier dépôt d’armes au Bouguen, provenant d’armes abandonnées par l’armée anglaise. Le 17 juin 1940 : Charles Tillon, Responsable National du PCF et futur commandant en chef de tous les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) était chargé par la direction du PCF, de réorganiser le Parti Communiste dans le Sud-ouest après les nombreuses arrestations, opérées dans les rangs de PCF. Il lance, un véritable appel à la résistance contre le fascisme hitlérien. Voici quelques phrases de cet appel : « Mais le peuple français ne veut pas d’esclavage, de la misère et du fascisme …. Nous sommes pour un gouvernement, rétablissant la légalité du Parti Communiste, luttant contre le fascisme hitlérien. Nous sommes le nombre nous seront la force. Peuple des usines, des champs, des magasins et des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins et aviateurs encore sous les armes, unissez vous dans l’action ». Il s’agit bien là du premier véritable appel à la résistance contre le fascisme hitlérien lancé après l’occupation de notre pays. Il est utile d’ajouter que des milliers de tracts reproduisant cet appel, furent distribués dans les rues de Bordeaux par des militants communistes.

En Juillet 1940 : A Nantes une famille d’instituteurs communistes nommée Leroy, à saboté une centrale électrique et participé à une distribution de tracts appelant à la Résistance. Le 10 juillet 1940 : L’appel de Maurice Thorez et de Jacques Duclos qui déclare : « Un peuple comme le notre ne sera jamais un peuple d’esclaves ».

En août 1940 : « Dans le Nord, les communistes, Eusebio Ferrari, les frères Martel, les frères Camphin, Debarge et quelques autres incendient plusieurs véhicules de l’armée d’occupation et font sauter un train allemand ». Le 29 septembre 1940 Le commissaire central du département, adresse un rapport au préfet de l’Aube : « Activité du Parti communiste, j’ai l’honneur de vous signaler que le Parti Communiste aurait organisé le ramassage sur tout le territoire des armes abandonnées par l’armée française pour en constituer des dépôts clandestins ».

Le 5 octobre 1940 Un rapport de Vichy fait état : «Que le communisme est devenu le symbole de l’indépendance nationale par contraste avec la résignation générale. Octobre 1940 Le SS Sturmbahfuhrer Karl Bomelburg, chef de la Gestapo à Paris, signale à ses supérieurs le danger important auquel l’occupant est confronté : « Quoiqu’interdit le Parti Communiste est le seul des anciens Partis qui déploie encore une forte activité ».

Le 30 octobre 1940 : L’O.S. (l’Organisation Spéciale du Parti communiste) qui combattait déjà depuis quelques temps contre les occupants, a été officiellement homologuée « Unité Combattante le 30 octobre 1940 » par le ministère des Armées Françaises. Ces groupes spéciaux, constitués par le PCF en 1939, pour la protection des militants communistes recherchés par la police de Vichy, étaient des hommes aguerris, beaucoup avaient servi dans les Brigades Internationales en Espagne. Parmi les premiers animateurs de l’O.S. se distingueront des hommes qui paieront de leur vie la gloire des premières opérations militaires contre l’occupant.

La liste des survivants artisans de l’O.S. est moins longue que celle des morts. Tous fusillés en 1941 et 1942. Novembre 1940 : « Julien Hapiot, dirigeant communiste dans le Nord et Georges Capel incendient un parc automobile Allemand ». Le 4 décembre 1940 : « Roger Landini, dirigeant des jeunesses communistes dans le Var, avec ses camarades a fait dérailler en gare de triage de Fréjus-Plage, un train chargé de produits alimentaires destinés à Allemagne ». Le même mois : Eusebio Ferrari et Félicien Joly font sauter un train allemand et dynamitent la génératrice et la station de Bénory-Cumichy Le 11 décembre 1940 Au sud-est de Dijon, les groupes de l’O.S. dirigés par Jean Mahon, Chalon et Grillot, font dérailler un train de marchandise, partant pour l’Allemagne. Le 10 mars 1941, un groupe de l’O.S. abat trois soldats allemands au port de commerce de Brest. Le 30 avril 1941 un sous officier allemand est abattu à Lambersart dans le Nord par le groupe de l’O.S. d’Eusebio Ferrari. Le premier mai 1941 les groupes de l’O.S. sont dissouts et remplacé ce même jour par les FTPF et les FTP-MOI, qui eux ont officiellement été homologués « Unité Combattante » à partir de ce premier mai 1941, par le ministère des armées. Début mai 1941 A nouveau le groupe d’Eusebio Ferrari abat des soldats hitlériens à Lambersart. Toujours en mai 1941 les FTP détruisent un parc à voitures allemand à Saint-Die dans les Vosges. Fin mai début juin 1941 Déclenchement de la grande drève des mineurs. Grève organisée par les communistes : Auguste Lecœur, Michel Brûlé, Julien Hapiot, Charles Debarge. Dans le Pas-de-Calais cette grève rassemble 100 000 mineurs et prive les nazis d’une importante quantité de charbon. Le 26 mai 1941 Dans un numéro illégal de L’HUMANITE on peut lire : « Abat l’antisémitisme ! ». Et ce ne sont là que quelques unes des multiples actions menées par les communistes.

Ces quelques exemples démontrent que les communistes, contrairement à ce qu’affirme Onfray n’ont pas attendu l’attaque contre l’Union Soviétique pour prendre les armes contre les nazis et les fascistes. Au sujet de la scandaleuse calomnie à l’encontre de Guy Môquet, voici quelques documents prouvant le contraire de ce qu’à écrit Onfray : Le 30 mars 1939, sous le titre : « La dernière chance de la paix », Maurice Thorez, Secrétaire général du Parti Communiste Français écrit dans « l’Humanité » : « Le fascisme c’est la guerre. La marche des évènements depuis quelques années confirme absolument cette vérité première …. Que faire devant la menace ? Sinon unir, sinon unir tous les peuples de bonne volonté et en premier lieu la France, l’Angleterre, l’Union soviétique et par delà l’océan les Etats-Unis d’Amérique ? ». Ces phrases furent déterminantes dans l’attitude à avoir pour tous les communistes, Il fallait s’unir et combattre le fascisme. Guy Môquet. Son père député communiste fut arrêté en octobre 1939. Cette arrestation est un évènement marquant qui renforce l’ardeur militante de Guy. Avec l’occupation de Paris et l’instauration du gouvernement de Vichy, Guy déploie une grande activité pour coller des « papillons » et distribuer des tracts qui reflètent la ligne politique de son Parti. La ligne étant celle qu’avait définie par Maurice Thorez et Jacques Duclos, il fallait se battre contre le nazisme et le fascisme et ses vils serviteurs du gouvernement de Vichy

Les diffamations du répugnant Onfray prouvent que Guy Môquet et ses camarades ne pouvaient qu’avoir appliquer les directives de la direction de leur Parti et prétendre autre chose comme il le fait, relève de la salissure volontaire d’une des figures les plus emblématiques de la résistance française. Notre lettre aura eu entre autre comme tâche de vous démontrer qu’Onfray n’est qu’un vulgaire falsificateur et que par ses calomnies il porte atteinte à tout le monde de la Résistance. Vous devriez à l’avenir choisir un peu mieux les personnes que vous présentez car nous sommes contraints de penser que vous partagez leurs avis en les présentant avec tant d’égards. Conclusion : Onfray n’est qu’un salopard*. Cela n’est pas une insulte mais une constatation. *Salopard, la définition de ce mot donnée par le dictionnaire Larousse est la suivante : « Salopard – Individu sans scrupule qui agit envers autrui d’une façon ignoble ». Léon Landini Président de l’Amicale des Anciens FTP-MOI des Bataillons Carmagnole-Liberté Officier de la Légion d’Honneur – Médaille de la Résistance – Grand Mutilé de Guerre (suite aux tortures endurées pendant son internement) membre du Comité d’Honneur du Musée de la Résistance Nationale de Champigny. Ces communistes. (Il en existe des exemplaires au Musée de la Résistance Nationale à Champigny).

Voir les commentaires

Les députés PS ont voté l'allongement de la durée de cotisation à 43 ans

11 Octobre 2013, 19:16pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Les députés PS ont voté l'allongement de la durée de cotisation à 43 ans

C'est un article de la loi au cœur du projet de réforme antisociale du régime des retraites voulue par François II.

Tous ses députés présents l'ont voté dans la nuit du 8 au 9 octobre 2013, sauf 8 d'entre eux qui se rappellent qu'ils sont encore de gauche.

Groupe de la gauche démocrate et républicaine a voté contre cet article de loi.

Groupe écologiste , contre : 8, pour : 2

La droite a voté contre parce qu'elle demandait le report de l'âge de départ à la retraite à 65 ans. Actuellement, la loi le fixe à 60 ans.

Mais c'est une belle supercherie avec les mesures capitalistes adoptées déjà sous Sarkozy.

L'Élysée vient d'y mettre une nouvelle couche avec 43 années de cotisations pour partir à la retraite à taux plein, car, mécaniquement, ça retardera de plusieurs années l'âge de départ.

Christian Paul, député PS, à lui assurer «pour beaucoup de Français concernés par cette réforme la vie réelle au travail n'atteindra pas 43 ans". Il faisait ainsi allusion à des mesurettes liées à la pénibilité, à la situation de femmes ou de jeunes. Mais elles toucheront qu'une infime minorité de travailleurs et qui raccourcisse le nombre d'années cotisées d'un an seulement.

Mais a croire tous ses godillot de l'Élysée, comme tous leurs collègues socialistes au Parlement, n'ont jamais bossés en horaires décalés, ni de nuit ni dehors et dans des conditions difficiles. Si, peut-être une fois ou deux en séance de nuit à l'Assemblée nationale, assis dans un fauteuil bien matelassé

Séance de nuit à l'Assemblée nationale

Ceux qui n'ont jamais réellement bossé dans des conditions pénibles font les lois en France, le doigt sur la couture du pantalon, pour rabaisser le sort du peuple.

Là est la montée du Fn et l'abstention dans les milieux populaires.

Séance de nuit à l'Assemblée nationale

Séance de nuit à l'Assemblée nationale

Voir les commentaires

Le face à face de la chômeuse Isabelle et de Copé fait des étincelles (video)

11 Octobre 2013, 18:53pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le face à face de la chômeuse Isabelle et de Copé fait des étincelles (video)

Des paroles et des actes :

Jean-François Copé s’attendait certainement à une émission difficile sous le crible des questions des journalistes, il n’avait peut-être pas prévu qu’une chômeuse de Mulhouse en Alsace pourrait le mettre en difficulté.

C’est une nouveauté dans l’émission Des paroles et des actes. L’invité est politique qui est confronté à plusieurs journalistes spécialistes et à un adversaire politique tout au long de l’émission doit désormais répondre aux questions d’un français "lambda". Ce fut ce jeudi 10 octobre, le rôle d’Isabelle Maurer, une habitante de Mulhouse, qui a interpellé, coupé et repris Jean-François Copé, le président de l’UMP pendant plus de 10 minutes en direct.

"Isabelle" comme Twitter l’a très vite appelée a connu un parcours difficile. Vivant de petits contrats et du RSA, elle était invitée à réagir à la volonté de Jean-François Copé de réduire les aides apportées aux chômeurs. "C’est scandaleux !" s’est elle emportée, l’émotion et la colère dans la voix. "On survit Monsieur Copé avec le peu qu’on ose nous donner" a-t-elle rappelé devant un Jean-François Copé impassible.

"Vous ne pouvez pas comprendre Monsieur Copé"

"J’ai essayé de me préparer pour vous parler calmement mais je suis désolée, ce soir je ne peux pas être calme." Si Jean-François Copé essaie bien de réagir à la première relance de David Pujadas, "Je vous comprends bien" commence-t-il avant d’être coupé "Vous ne pouvez pas comprendre Monsieur Copé" surenchérit Isabelle. En colère, Isabelle Maurer propose au président de l’UMP de venir voir son fils "chez Renault pour voir si on peut travailler jusqu’à 63 ans".

Quand Jean-François essaie de reprendre le dessus, l’habitante de Mulhouse le coupe une nouvelle fois. Mais cette fois-ci David Pujadas vole au secours du maire de Meaux qui reprend sa phrase le sourire aux lèvres. "La vie est trop chère, le coût du travail est trop cher" poursuit-il devant les hochements de tête d’Isabelle, excédée. La joute se poursuit et si le président de l’UMP parvient à grappiller quelques minutes, il est finalement obligé d’acquiescer aux attaques de la chômeuse de Mulhouse.

"Maintenant ils touchent même au Munster"

"Aujourd’hui l’Alsace elle souffre et y’a plus rien." clame-t-elle un peu plus tard. "Je ne veux pas baisser la tête, je veux avancer en même temps que mes enfants, je ne suis pas le bourricot de service" s’emporte Isabelle devant Jean-François Copé, silencieux. "Je vous prie de m’excuser pour ma colère, en Alsace quand ça va pas, ça va pas. Maintenant ils touchent même au Munster" conclut-elle enfin déclenchant des rires sur le plateau et le sourire de Jean-François Copé.

"C’est un cri de colère absolu" lâche Jean-François qui explique avoir laissé parler l’habitante de Mulhouse avant d’embrayer sur la façon dont le FN et le PS n’apportent aucune solution à ce genre de situation, un terrain sur lequel il est visiblement bien plus à l’aise.

Voir les commentaires

Le FN : un parti de petits patrons au service du grand capital?

7 Octobre 2013, 20:37pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 

Les crises ont toujours été des moments favorables pour les partis d'extrême-droite.

 

En France, le cadavre du FN retrouve de la chair depuis quelque temps. L'arrivée de Marine Le Pen permet au parti d'extrême-droite de se vernir d'une teinte moins agressive, un brun moins criard. Mais le fonds idéologique reste le même.

La stratégie frontiste n'a pas changé. Pour se faire monter, l'extrême-droite tente de se désolidariser du système politique en jouant la carte de la dénonciation d'un supposé "establishment" qui, ô surprise, regrouperait tous les partis sauf lui ! Le FN ne ferait pas partie de l'échiquier politique français, il serait en dehors, au delà.

Quand on regarde le programme et les idées du FN, pourtant, il n'y a pas d'idées neuves, pas de rupture avec le système.. Tout est récupération des vieux slogans des années 30, revisités à la sauce actuelle, sans remise en cause du système à l'origine de la crise.

 

On se souvient de l'affiche des années 80 où le FN résolvait de manière insolente le chômage avec l'équation : "trois millions de chômeurs, ce sont trois millions d'immigrés de trop !". Un slogan calqué sur l'affiche du parti nazi dans les années 30 qui précisait "400 000 juifs, 500 000 chômeurs, la solution est simple !". On sait ce que cela a donné !

La stratégie du tous pourris.. sauf moi !

 

Dans son bel amalgame habituel, Le Pen mélange ainsi droite-gauche-mouvement social pour apparaître comme la seule vierge du troupeau et, accessoirement, la seule alternative possible.

Je ne sais pas ce que feront (font ?) les syndicats par rapport à ce nouveau vomi oral du leader décati mais le mieux est peut-être de regarder ce que propose le FN ?

Car de nombreux électeurs du FN votent pour ce parti sur des bases racistes ou par rejet de la classe politique. Le repli sur soi est un phénomène fréquent quand on se sent en danger et l'extrême-droite sait parfaitement surfer sur ce sentiment.

 

Qui connait les propositions économiques du FN ?

 

Penchons-nous sur un dossier d'actualité, celui des retraites.

 

Par le biais du racisme, le FN s'attaque au régime de retraite collectif en séparant droits sociaux des étrangers et droits sociaux des "Français", créant deux caisses dont l'une serrait encore plus déficitaire : celle des "Français" ! Eh oui ! Les immigrés sont plus actifs, plus jeunes donc moins malades, ils pourvoient plus à l'équilibre de la Sécu qu'une population "française de souche" vieillissante !...

Toujours dans le domaine social, le FN défend l'idée d'une Sécu qui ne prendrait en charge que les "gros risques" (?). Charge à chacun de payer une assurance privée pour les actes mineurs (visite chez le médecin, le dentiste, petite chirurgie, médicaments,...). En tout cas, ceux qui auront les moyens de le faire !

 

D'autre part, en séparant les "immigrés" des autres travailleurs (vive l'Apartheid ?), le FN crée un vivier de travailleurs qui seront sous-payés, sous protégés ce qui entrainera un dumping social interne à la France qui tirera vers le bas l'ensemble des salaires et des conditions de travail de la population.

Le FN ne préconise d'ailleurs rien d'autre qu'un abaissement généralisé du coût du travail en exigeant des allègements de charges pour les entreprises, la suppression de la taxe professionnelle, une baisse de l'impôt sur les sociétés mais aussi une plus grande flexibilité du marché du travail et la remise en cause des 35 heures.

 

Pour les riches, le FN exige en plus une réduction des droits de succession et la suppression des prélèvements sur les plus-values boursières.

 Par ailleurs, le FN veut supprimer l'impôt sur le revenu qui serait compensé par une hausse de l'impôt indirect et particulièrement de la TVA. Or, si l'impôt sur le revenu est progressif (les riches paient plus que les pauvres), la TVA est payée de la même façon quels que soient vos revenus ! En clair, les riches paieront moins, mais les pauvres, dispensés d'impôt sur le revenu paieront plus par le biais de la TVA !

 

Je vous passe ses autres propositions comme la taxation des importations (merci le pouvoir d'achat !), les réductions des dépenses publiques au profit unique de la police et de l'armée ou le retour des femmes au foyer.

 

Un programme digne des libéraux de l'UMP ! La chasse aux immigrés comprise.

 

Le FN : un parti de petits patrons au service du grand capital

 

Le FN compte nombre de petits patrons dans ses rangs et prône une politique ultralibérale. Le Pen lui-même est milliardaire et n'a jamais travaillé de sa vie, comme sa fille. On est loin du Parti ouvrier qu'il prétend être !

 

Par son programme, c'est un parti qui défend le capitalisme dans sa version la plus radicale. Le racisme en plus.

 

Rien de surprenant.

L'Histoire a montré que l'extrême-droite a toujours été du côté du patronat contre les travailleurs. C'était déjà le cas du temps des ligues fascistes dans la France des années 30 où nombre de patrons scandaient "plutôt Hitler que le Front Populaire !". De nombreux patrons français ont volontairement collaboré avec l'occupant allemand sous Pétain, comme par exemple la famille Renault (d'où la nationalisation de la régie Renault en 1945) ou les fondateurs du groupe ... L'Oréal !

C'était aussi le cas en Espagne avec Franco, au Portugal avec Salazar, en Grèce ou en Amérique du sud avec les dictatures militaires ou les bourgeoisies locales et les Etats-Unis ont soutenu jusqu'au bout ces régimes qui réprimaient le mouvement social et la gauche, notamment communiste.

 

Les barricades n'ont que deux côtés

 

Comme nous l'a enseigné Marx, toute l'histoire du monde se résume à une lutte entre classes possédantes et classes exploitées. Aujourd'hui, les classes possédantes (grande bourgeoisie, spéculateurs,...) tentent de reprendre les acquis sociaux, et donc les richesses, qu'elles ont dû céder aux travailleurs au fur et à mesure des grands rendez-vous sociaux qu'ont été le Front Populaire, la Libération ou mai 68.

 

Dans cette opposition, il n'y a que deux camps : ceux qui défendent le système capitaliste et ceux qui s'opposent à lui.

Parmi ceux qui défendent le système capitaliste, vous avez la droite classique, émanation de la bourgeoisie, mais aussi les sociaux-démocrates (qui veulent néanmoins l'aménager, l'adoucir) et l'extrême-droite, qui ajoute un volant nationaliste et antisocial au libéralisme.

Le camp des opposants au capitalisme est plus réduit, il va d'une gauche socialiste radicale aux différents courants révolutionnaires.

Le Parti communiste fait partit de ceux qui rejette dans son ensemble le système capitaliste, démocratique mais radical.

 

En bon parti d'extrême-droite, le Front National joue sur les peurs, sur les insatisfactions sociales et le rejet de la classe politique pour apparaître comme une véritable alternative politique.

 

Malgré un discours apparemment ouvriériste et antisystème, le FN ne propose qu'une version encore plus agressive du capitalisme avec des propositions économiques et sociales très voisines de celles du patronat ou de l'UMP.

 

Le FN est un parti de l'establishment capitaliste.

 

Si demain le peuple français reprenait confiance en lui et décidait de se lever contre l'injustice que constitue le capitalisme, nul doute que les profiteurs du système actuel, patrons en tête, scanderaient comme en 1936, "plutôt Le Pen que le Front populaire" !

                       

Voir les commentaires

coup de gueule: Manuel Valls flirte avec les thèses du FN, de Guéant et Hortefeux

28 Septembre 2013, 13:31pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

coup de gueule: Manuel Valls flirte avec les thèses du FN, de Guéant et Hortefeux

Suite à l’interview de Valls

Comme chaque matin à l'écoute de France Inter et parfois sur RMC, j'ai cru entendre le mardi 24 septembre, les mots d'un dirigeant du Front national. J'ai même un moment pensé à une interview de l'équipe Hortefeux, Guéant LePen

Croyant à un canular journalistique, ma lucidité à soudainement émerger

. ... Non, je ne rêvais pas. Il s'agissait bien du ministre hollandien de l'Intérieur, Catalan naturalisé Français en 1982, et pas d'Albert Sarraut ni de Daladier, déjà ministres des barbelés "de gauche" dans les années 1930.

. ... Il y a en France environ 20.000 Roms, oui, vous avez bien lu : "seulement" 20.000, mais si l'on en croit le ministre des "expulsions forcées" (dénoncées par l'agence moscoutaire Amnesty International), ils menacent la sécurité de notre pays, plus que le chômage, les huit millions et demi de pauvres, les coûts ravageurs de l'accumulation du capital, la "Françafrique", les ripoux en col blanc, les vampires du CAC40, les licencieurs boursiers...

Les Roms, les "voleurs de poules" « disaient en son temps Louis XIV », voilà le danger, voilà le nouveau bouc-émissaire stigmatisé pour faire peur au "petit peuple", pour faire avaler l'austérité "de gauche", les trahisons, les reniements de ce gouvernement "caniche des Etats-Unis", un rôle que ne veulent même plus jouer les Anglais.

. ... Comme nous ne sommes pas aux Etats-Unis, on ne peut pas autoriser le port d'armes contre les Roms... Mais il y a des mots souvent aussi redoutables que les armes.

Écoutions le ministre "socialiste" tourner en rond : "il est illusoire de penser que l'on règlera le problème (des Roms) par l'insertion".

Pas besoin par conséquent de "stratégie d'intégration" comme le demande Mme Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne. Les Roms "ont vocation à retourner en Roumanie et en Bulgarie". Place donc aux pandores. Les Roms sont sans doute insolubles dans la civilisation... "Une majorité doit être reconduite à la frontière"(M.Valls). Au nom de cette "libre circulation" garantie par les accords et traités européens ? Les Roms, c'est bien connu, sont réfractaires à "l'insertion", au droit à la santé, à l'éducation, au logement... Le ministre se flatte d'avoir démantelé 242 "campements" depuis le premier janvier 2013 ... 11.982 migrants jetés à la rue et confrontés à une exclusion et une précarité redoublées. Rien ou si peu leur est proposé à la place.

"Être de gauche" pour vous paraphraser Monsieur, ce n'est pas valser avec Guéant et Hortefeux, ou Le Pen
Ce n'est pas être le chouchou de la droite et de l'extrême droite, pour des raisons carriéristes,
C'est faire la chasse aux exploiteurs sans foi ni loi, à ceux qui "s'enrichissent en dormant", pas aux pauvres.

« Être de gauche », c'est avoir un cœur solidaire, ce n'est pas patauger dans les marécages pourris qui font le jeu du Front National, nous resservir la « guerre des civilisations », c'est préférer Jaurès à ce Clémenceau tant aimé par vos semblables, c'est être avec les communards contre Thiers et les Versaillais, c'est considérer que l'autre, « l'étranger » est un autre humain européen, comme nous le sommes tous.

Mais pour comprendre tout cela, el Manolo, il faut être de gauche.

Qu'Espère-t-il Manuel Valls ?

Donner des gages à l'extrême-droite pour acquérir le statut de « présidentiable » ?

À ce prix, c'est tout le PS qui est déshonoré.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>