Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

PRÉSIDENTIELLE : le PATRIMOINE déclaré par les CANDIDATS

24 Mars 2017, 17:55pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

PRÉSIDENTIELLE : le PATRIMOINE déclaré par les CANDIDATS

Voir les commentaires

Pouvoir d'achat: Donner le plus à ceux qui ont déjà le plus selon Fillon

24 Mars 2017, 17:49pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Pouvoir d'achat: Donner le plus à ceux qui ont déjà le plus selon Fillon

Voir les commentaires

Prise de parole de Gérard Miller au défilé pour la 6e République

24 Mars 2017, 17:43pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Samedi 18 mars, la France Insoumise défilait pour la 6e République, voici la prise de parole de Gérard Miller à ce rassemblement.

Voir les commentaires

Communauté urbaine : La fin des petites communes ?

23 Mars 2017, 20:31pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Les élus communistes et républicains refusent avec fermeté toute idée de communauté urbaine menée au pas de charge et sans concertation. Ils rappellent leur attachement à la coopération intercommunale librement consentie et refusent toute disparation des compétences des communes. C'est la démocratie locale qui est en jeu alors que déjà dans de nombreux secteurs du département élus et habitants se mobilisent pour la défense des services publics locaux comme ici l'action pour que les communes continuent de délivrer les cartes d'identité.

Communauté urbaine : La fin des petites communes ?
Communauté urbaine : La fin des petites communes ?

Intervention de Bernard Blondel le 22 mars 2016 :

communauté d'agglomération de Béthune-Bruay- Artois-Lys-Romane.

 

"Il n’est pas facile de commenter un ROB alors que notre territoire a évolué au 1er Janvier. Evolution du nombre de communes – du nombre d’habitants – évolution des dépenses et ressources - des compétences obligatoires – optionnelles ou facultatives sur lesquelles nous ferons un choix dans l’année ou les 2 ans qui viennent.

Après le rappel de la conjoncture nationale et des éléments financiers concernant les collectivités, vous avez tous compris qu’il faudra faire plus avec moins de dotations de l’état.

Pourtant nos collectivités ne sont pas responsables du déficit public – elles ne représentant que 10 % de la dette publique et avec des comptes équilibrés et pourtant nous participons à l’éventuel redressement financier de notre pays.

En préparation du budget 2017 – nous devons tenir compte, avec la fusion, des nouvelles compétences à exercer (eaux pluviales – conservatoires – PLU – piscines – zones activités communales) pour ne citer que les principales. Nous constatons aussi que les mesures des gouvernements SARKOZY et FILLON – en supprimant la TAXE PRO, ont transféré le poids de cette fiscalité sur les ménages (34 KE pour les impôts entreprises et 43 KE pour les impôts ménages). Par contre les allocations compensatrices baissent de 50 KE. Globalement pas d’augmentation des ressources. N’oublions pas non plus la TEOM à 0 % - un des rares territoires de notre région à ne pas l’activer.

Par contre nos dépenses subissent des augmentations :

Liées à la fusion par l’harmonisation des salaires.

Liées aux nouvelles compétences comme je l’ai dit précédemment.

Liées enfin aux mesures mises en place pour l’harmonisation technique et politique du territoire.

Pour faire face à ces augmentations et à la stagnation de nos ressources :

Economies sur le fonctionnement.

Lissage sur les investissements pour le besoin de financement.

Activation du levier fiscal avec peu de marge.

A travers ces différentes réflexions, pas facile de trouver le bon équilibre.

Après cette fusion, beaucoup de travail pour mener à bien cette harmonisation et beaucoup d’interrogations et de projections pour prendre les bonnes décisions.

Alors quand on parle et on reparle de Communauté Urbaine, de cohérence territoriale, je me demande sur quelle planète certains vivent.

Sous quelle autorité ou avec quel mandat peut-on parler au nom de communes ou d’intercommunalité pour dire qu’il faut aller plus loin dans le regroupement des collectivités.

Les élus communistes et apparentés des 3 intercommunalités sont clairs sur ce sujet – ils n’accepteront pas, aujourd’hui comme demain, cette Communauté Urbaine et ne participeront pas à l’établissement de ce projet.

Que l’on nous laisse travailler – que l’on nous donne des moyens supplémentaires pour le faire et surtout – surtout – foutez nous la paix. Il y a des choses plus urgentes à faire pour répondre aux aspirations de nos habitants, de nos élus et à conserver une proximité acceptable".

Merci de votre attention

 

Voir les commentaires

Liberté Hebdo 1264: L'édito de Robert (DE VILLE)

23 Mars 2017, 19:49pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Liberté Hebdo 1264: L'édito de Robert (DE VILLE)

TENDRE LA MAIN

 

Il y a encore de bonnes raisons d'espérer. Le monde n'est pas figé. Il bouge tout le temps et l'état d'esprit aussi.

Dans un mois, le 22 avril pour les électeurs d'Outre-mer, le dimanche 23 en métropole. 45.7 millions d'électeurs devront choisir le nouveau président de la République.

La campappe est bloquée au niveau des affaires alors que tant de citoyens attendent des débats dignes de notre démocratie.

Les même sirènes font retentir les mêmes sons plaintifs qu'a chaque élection. Non. décidément non,  les électeurs ne peuvent pas être dupes des miroirs aux alouettes qui s'agitent sous leurs yeux.

 

La revanche libérale, conservatrice ou réactionnaire, peu importe son nouveau nom, reste celle de la contre-révolution, toujours prompt a dénoncer les « abus » de 1789,  du Front Populaire et du programme du Conseil National de la Résistance.

 

Elle prend même abusivanent le nom de « réformisme » pour abuser ceux qui croient encore aux forces qui s'agitent autour de « nouvelles » têtes. Mais elle s'arme aussi des bras des fils des nostalgiques de Vichy, de l'OAS et autres plaies de l'Histoire.

 

Les candidats de gauche doivent se rencontrer, entendre raison.

 

Nous voulons croire qu'un candidat défendant a la fois les intérêts de la Nation et du plus gand nombre sera présent au deuxième tour.

Les communistes ont fait confiance a Jean-Luc Mélenchon  pour lui apporter leur soutien pour cette élection. Les socialistes ont fait le choix d'une primaire à gauche. Même si benoît  Hamon l'a emporté, nous devons bien voir que le PS ne met pas tout son poids dans sa campagne.

Emmanuel Macron a même vu le ralliement de Barbara Pompili, ministre écolo du gouvernement. Comme Daniel Cohn-Bendit précédemment.

 

Souvenons-nous d'ailleurs que ce dernier invitait Jean-Luc Melenchon a participer à la primaire.

Bien lui en a pris d'en rester à l'écart !

 

Aujourd’hui, c'est bien Jean-Luc Mélenchon qui porte le plus la capacité a faire face a gauche aux attentes de la population et résister aux marées nauséeuses. Mais va-t-il y arriver ?

Assurément, des voix risquent de manquer pour passer la barre du premier tour.

 

Benoît Hamon, avec la meilleure volonté du monde, se fait lessiver ses voix par Macron et le naufrage du gouvernement, qu'il avait bien fait de quitter en 2014.

Il a réussi a rallier a lui une partie des écologistes derrière Yves Jadot.  Mais le rassemblement doit être plus grand, nécessairement, la voix de la raison indique qu'il doit faire, épaule contre épaule, cause commune, comme le PCF avec Jean-Luc Mélenchon.

Le moment est historique.

Voir les commentaires

Manifestation contre la reprise des expulsions locatives 

23 Mars 2017, 19:34pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Manifestation contre la reprise des expulsions locatives 

Les expulsions locatives :

 

Un drame et un coût financier exorbitant

 

Manifestation contre la reprise des expulsions locatives 

 

et pour la création de la sécurité sociale du logement

 

Samedi 01 avril 2017 à 15H Gd Place à Lille.

 

Þ   3, 8 millions de mal-logés  

 

Þ   12 millions de personnes touchées par la crise du logement

 

Þ   14 363 Expulsions avec le concours de la force publique

 

Þ   140 000 personnes sont aujourd’hui sans domicile fixe + 50% en 10 ans dont 30 000 enfants

 

Les mesures d’expulsion locative, broient les familles, amplifient la précarité, coûtent de plus en plus cher et conduisent notre société jusqu’à l’absurde dans une impasse. Une spirale infernale qui marque un échec de notre société

Voir les commentaires

La France se fait voler chaque année 85 milliards d’euros par les tricheurs du fisc

22 Mars 2017, 19:58pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La France se fait voler chaque année 85 milliards d’euros par les tricheurs du fisc

Les 39 plus grandes fortunes du pays cumulent 245 milliards d’euros d’accaparement des richesses produites et des deniers publics.

Bernard Arnault, le patron du groupe de Luxe LVHM est le premier sur un total de 39 milliardaires français. Il devance ainsi Liliane Betancourt, la première actionnaire du groupe L’Oréal et Serge Dassault, sénateur de l’Essonne et homme clé du groupe Dassault. Liliane Betancourt reste toutefois la femme la plus riche du monde.>

  • 1- Bernard Arnault –           41,5 Mds
  • 2- Liliane Bettencourt        39,5 Mds
  • 3- Serge Dassault               16,1 Mds
  • 4- François Pinault             15,7 Mds
  • 5- Patrick Drahi                  13 Mds
  • 6- Alain Wertheimer           11,8 Mds
  • 6ex- Gérard Wertheimer     11,8 Mds
  • 8- Emmanuel Besnier          11,3 Mds
  • 9- Xavier Niel                     8,1 Mds
  • 10- Carrie Perrodo              6,3 Mds
  • 11- Vincent Bolloré             5,2 Mds
  • 12- Pierre Bellon                 5 Mds
  • 13- Michel Leclercq             4,2 Mds
  • 14- Jean-Michel Besnier       4 Mds
  • 14ex- Marie Besnier Beauvalot  4 Mds
  • 14ex- Alain Mérieux             4 Mds
  • 17- Martin Bouygues             3,7 Mds
  • 17ex- Olivier Bouygues         3,7 Mds
  • 19- Marc Ladreit de Lacharriere  3,1 Mds
  • 20- JeanPierre Cayard           2,9 Mds
  • 21- Philippe Foriel-Destezet  2,6 Mds
  • 21ex- Louis Le Duff               2,6 Mds
  • 23- Bernard Fraisse               2,3 Mds
  • 23ex- Nicolas Puech              2,3 Mds
  • 25- Anne Beaufour                1,9 Mds
  • 25ex- Henri Beaufour            1,9 Mds
  • 25ex- Gilles Martin                1,9 Mds
  • 25ex- Jacques Saadé             1,9 Mds
  • 29- Clément Fayat                 1,8 Mds
  • 30- Daniel Roullier                 1,7 Mds
  • 31- Edouard Carmignac          1,6 Mds
  • 31ex- Michel Chalhoub           1,6 Mds
  • 31ex- Philippe Ginestet          1,6 Mds
  • 31ex- Christian Latouche        1,6 Mds
  • 31ex- Altrad Mohed                1,6 Mds
  • 36- Alain Taravella                  1,5 Mds
  • 37- Charles Edelstenne            1,3 Mds
  • 38- Dentressangle Norbert       1,1 Mds
  • 38ex- Desseigne Dominique      1,1 Mds
  •  

Alors que La France compte cinq millions de pauvres si l’on fixe le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie médian et 8,8 millions si l’on utilise le seuil à 60 %, selon les données 2014 de l’Insee (dernière année disponible) avec un revenu inférieur a 840 €.

Voir les commentaires

Jeunesse Communiste du Pas de Calais: Projection du film "La Sociale"

20 Mars 2017, 18:58pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Jeunesse Communiste du Pas de Calais: Projection du film "La Sociale"
Jeunesse Communiste du Pas de Calais: Projection du film "La Sociale"

La Jeunesse Communiste du Pas-de-Calais organise à Avion le vendredi 31 mars à 20h00. Cinéma Le Familia.

La projection du film La Sociale sera accompagnée d'un débat où pourrons répondre à vos questions Dominique WATRIN notre sénateur, ainsi que Frédéric PIERRU, sociologue. 

N'hésitez pas à partager cette information autour de vous.

Entrée 1€.

Voir les commentaires

Quand François Fillon 2017 copie mot pour mot François Fillon 2007

20 Mars 2017, 18:28pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Discours du Trocadéro: Fillon 2017 plagie..... par Lopinionfr

Facétieux, le journal L'Opinion a mis en ligne sur Dailymotion, mardi 14 mars, un petit montage vidéo. On constate qu'un morceau de bravoure clamé par François Fillon au Trocadéro, le 5 mars dernier, et où défilent les grands noms de la République (Hugo, Clemenceau, De Gaulle), est strictement identique à celui qu'il avait prononcé dix ans plus tôt comme Premier ministre de Nicolas Sarkozy dans son discours de politique générale, le 3 juillet 2007.

Au Trocadéro, devant quelques dizaines de milliers de manifestants venus le soutenir, le candidat de la droite à la présidentielle s'enflamme : "La République est une révolte, face aux facilités, face aux échecs..." Dix ans plus tôt, il le soulignait déjà : "une révolte face aux facilités".

Une plume en panne d'inspiration ?

Le député de Paris enchaîne sur une envolée que l'on peut superposer à dix ans de distance : "Elle fait de chacun d'entre nous le compagnon de l'autre. (...) La République (...), si elle tombe, elle se relève, tel Gavroche sur sa barricade. Elle se relève toujours, et c'est la faute à Voltaire, et c'est la faute à Rousseau. C'est aussi pour nous la faute à Victor Hugo, la faute à Clemenceau, à Gambetta, à De Gaulle et aux héros de 20 ans de la Résistance. Vivre, c'est ne pas se résigner, écrivait Camus. Sans cesse dans son histoire, la France a cru au mouvement. Elle n'a jamais fait bon ménage avec le statu quo et les arrangements à la petite semaine. Ce que le général de Gaulle qualifiait de 'petite soupe', 'son petit feu dans sa petite marmite'."

Le journal Closer note que François Fillon faisait déjà appel, quand il était chef du gouvernement, à la plume de son ami Igor Mitrofanoff. Celui-ci était-il en panne d'inspiration ? Ou pensait-il que cet extrait était idéal pour galvaniser la foule du Trocadéro ? Quel que soit le cas de figure, le texte a visiblement été ressorti des archives pour un copié-collé.

 

 

Voir les commentaires

Le pire des programmes contre les retraites : Macron

20 Mars 2017, 18:26pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 Le pire des programmes contre les retraites : Macron

Aucun-e candidat-e n’était allé aussi loin dans la remise en cause de notre système de retraite. Nous avons connu et nous voyons encore des candidat-es proposant d’équilibrer les comptes de retraite en reculant l’âge de départ pour verser la pension le plus tard possible, en allongeant la durée de cotisation pour baisser les pensions (la durée moyenne d’années validées reste de 37 ans, plus la durée exigée est élevée, plus la pension diminue et subit en plus la double peine de la décote). Dans les faits, Macron c’est tout cela à la fois en changeant de système de retraite.

Lorsque Macron affirme « pour un euro cotisé, chaque personne touchera le même montant de pension », il met en avant le système de comptes « notionnels », c’est-à-dire virtuel. Cela reste de la répartition, puisque sur la même année, les recettes des cotisations paient les dépenses de pensions. Mais cela a déjà un goût de capitalisation, d’assurance, en alimentant un compte personnel pour plus tard. La pension devient le résultat de l’épargne individuelle pendant toute la vie active et non plus le prolongement du dernier salaire du fonctionnaire ou des meilleurs salaires du privé.

Le principe du système de comptes notionnels

Un compte virtuel est alimenté par les cotisations retraites sur les salaires. Au moment du départ en retraite, ce compte détermine un capital, divisé par le nombre d’années d’espérance de vie pour calculer la pension annuelle, corrigée d’un coefficient annuel afin de faire coïncider le montant des cotisations reçues à celui des pensions versées. Macron ment en affirmant que pour un euro versé, tout le monde touchera la même chose : cela peut être vrai pour les personnes partant la même année, mais le coefficient change chaque année, et l’espérance de vie varie aussi un peu.

Ce calcul crée une première injustice, pour toucher plus pendant l’ensemble de son temps de retraite, il vaut mieux avoir bénéficié de meilleures conditions de travail et vivre plus longtemps, être cadre plutôt qu’ouvrier dont l’espérance de vie reste inférieure de 5,5 ans.

La fin des solidarités

Ce système met fin aux solidarités puisque qui ne cotise pas n’alimente pas sa retraite. Il fait disparaître la majoration de durée de cotisations pour le temps de maternité, l’éducation des enfants, le chômage même indemnisé, la précarité et le temps partiel… et la pension de réversion.

Cette forte régression sociale a incité des pays à modifier les règles pour maintenir un peu de solidarité, avec un abondement du capital virtuel par l’État. Pour la réversion, le ou la retraité-e a le choix entre toucher toute sa pension ou accepter d’en avoir moins pour que le veuf ou la veuve ait droit à une réversion.

Mais Macron n’envisage pas ces rustines au système, il applique strictement le système de comptes notionnels en précisant que la même pension sera touchée pour un euro cotisé.

Les inégalités accrues

Le calcul de la pension n’est plus effectué sur le dernier salaire ou les meilleures années, en éliminant les plus mauvaises, mais sur l’ensemble de la carrière, ce qui pénalise les précaires, les personnes ayant connu de mauvaises années, du temps partiel imposé… Ce système prolonge et amplifie les inégalités de la vie active.

La baisse des pensions

Le calcul sur toutes les années de la carrière prend en compte les premières années de travail, très souvent inférieures aux suivantes, ce qui tire vers le bas la pension. Macron ment en affirmant qu’il ne touchera pas au niveau des pensions, le changement de règles de calcul aboutit mathématiquement à une diminution.

De plus, dans une période où les papy boomers sont encore vivants, le nombre de pensions augmente et l’équilibre financier n’est possible qu’en baissant chaque pension.

Cette baisse incite à reculer l'âge de départ : lorsque le futur retraité encore en emploi verra la faible pension attribuée en cas de départ dans l’année, il repoussera spontanément son départ en retraite, d’autant plus que son espérance de vie en retraite va baisser, ce qui augmentera sa pension annuelle.

Il n’est plus possible de connaître sa pension à l’avance

Le système actuel de la retraite de base permet de calculer sa pension, dépendant du salaire pris en compte et de la probable durée de cotisation, c’est un système dit « à prestations définies ». Le système Macron est « à cotisations définies » : les cotisations sont fixées une fois pour toute et la variable d’ajustement pour équilibrer les comptes est le montant total des pensions. Pour déterminer le montant de sa pension, il faudrait connaître à l’avance le coefficient qui équilibre les recettes des cotisations et les dépenses des pensions, ainsi que l’espérance de vie de l’année.

Macron veut réaliser le rêve du patronat et des financiers : la pension semble dépendre d’un calcul mathématique d’équilibre automatique des comptes des retraites, cela prive d’objectif revendicatif sur l’âge de départ et l’augmentation des cotisations.

Patrice Perret

Voir les commentaires

Le palmarès des "retourneurs de veste"

17 Mars 2017, 17:54pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le palmarès des "retourneurs de veste"
Faites donc votre choix ! "Oncle Pic-Sous" compte sur votre loyauté!!Faites donc votre choix ! "Oncle Pic-Sous" compte sur votre loyauté!!

Faites donc votre choix ! "Oncle Pic-Sous" compte sur votre loyauté!!

L'OBS: par Sylvain Courage et Sébastien Billard.

Anti-Fillon un jour, pro-Fillon le lendemain... Ces derniers jours, nombre d'élus de droite ont lâché le candidat, avant de rapidement se raviser. Best of des retournements de veste les plus étonnants.

"Je suis pour le fillonisme, je suis pour le juppéisme, je suis pour le sarkozysme, parce que je suis opportuniste", pourrait chanter Dutronc. Le psychodrame autour de la candidature de François Fillon l'a montré : pour survivre en politique mieux vaut savoir retourner sa veste "toujours du bon côté". Dauber sur Fillon, le jeudi. Le presser de se démettre, le vendredi. Convoquer la presse, le samedi… Et soutenir son programme, d’un tweet, le dimanche soir, pour mieux s’afficher à ses côtés, le lundi. Ils sont nombreux, le weekend dernier, à avoir tourné casaque. Voici notre palmarès de l’élégance !

Le palmarès des "retourneurs de veste"Le palmarès des "retourneurs de veste"
Et ses Tontons flingueurs!!!

Et ses Tontons flingueurs!!!

Prix "sans vergogne" : Valérie Pécresse

Changer d’avis à plusieurs reprises en l’espace de quelques semaines, voire quelques jours, ne pose à l’évidence aucun problème à la présidente de la région Île-de-France. En la matière, elle fait même figure de championne toutes catégories des "girouettes". 

Soutien de François Fillon lorsque celui-ci briguait la présidence de l’UMP, en 2012, l’élue avait finalement décidé de se ranger au dernier moment derrière Alain Juppé, quelques jours avant le premier tour de la primaire de la droite. 

Une première trahison et surtout un vrai manque de flair politique ! Mais peu importe, Valérie Pécresse est très vite retombée sur ses pieds en re-ralliant François Fillon, dès la victoire de ce dernier acquise. 

Dimanche, la récidiviste Pécresse fut à deux doigts de trahir une deuxième fois Fillon. Avec Christian Estrosi et Xavier Bertrand, elle est montée au créneau en début de journée, pour proposer une "sortie respectueuse" et promouvoir la solution Juppé. 

Mais de cette initiative humanitaire, il n’était plus du tout question quelques heures plus tard. Dans la soirée, après le rassemblement de François Fillon au Trocadéro et sa "brillante" prestation au 20h de France 2, les trois présidents de région sont vite rentrés dans le rang, réitérant finalement leur soutien, sur Twitter, au Sarthois...

Depuis, l’ex-néo filloniste s’active pour ramener les juppéistes vers François Fillon… Avant de (re)trahir bientôt ?

suivant l direction du vent...

suivant l direction du vent...

Prix "faux jeton" : Nathalie Kosciusko-Morizet

La candidate défaite à la primaire s’était vite rabibochée avec le vainqueur François Fillon. Lors d’une escapade commune au grand show high-tech de Las Vegas, en janvier, elle avait même décroché la circonscription en or des 6e et 7e arrondissements parisiens tenue par le candidat. A la grande fureur d’une Rachida Dati vengeresse… Du coup, cette fine mouche a dû contrarier sa passion pour la vérité et la transparence. Tout lui déplaisait dans le coup de com’ bonapartiste de Fillon au Trocadéro, mais NKM s’est contenté de d’autoriser ses proches investis dans l’équipe de campagne à déserter. Le bruit de son lâchage imminent a couru. Mais NKM n’a pas officialisé. 

Grand bien lui en a pris. Après la résolution de la crise, elle a retrouvé sa posture morale en contestant le rôle des cathos de droite de "Sens commun" dans l’organisation du rassemblement. "Je suis loyale, mais je serai attentive à ce que la tonalité de la campagne permette à tout le monde de s’y inscrire", a-t-elle déclaré.

à la recherche du temps perdu

à la recherche du temps perdu

Prix "ventre mou" : Gérard Larcher et Bernard Accoyer

Ce sont deux fillonistes de la première heure. Mais Gérard Larcher et Bernard Accoyer, eux aussi, ont été saisis par un doute vertigineux. Pas fous, ils n’ont officiellement jamais ouvertement lâché leur champion. Mais, jugeant la situation "intenable", ces deux poids-lourds de la droite se sont activés, en coulisses, pour trouver une sortie. 

Afin d’"évaluer la situation", ils ont convoqué, lundi soir, un comité politique. Ordre du jour secret : régler enfin le cas Fillon. On allait voir ce qu’on allait voir. A l’issue de la réunion, ô surprise, nos deux stratèges ont pourtant décrété que Fillon était... soutenu par un comité politique unanime et proclamé que le débat était clos ! 

"On peut dire maintenant que Les Républicains, derrière le candidat de la droite et du centre, sont en ordre de bataille et ont relancé la campagne", a même avancé Bernard Accoyer. Note artistique : 9/10.

avec toujours l'espoir d'un retour, malgré les casseroles!avec toujours l'espoir d'un retour, malgré les casseroles!

avec toujours l'espoir d'un retour, malgré les casseroles!

Prix "Iznogoud" : Nicolas Sarkozy

L’ancien président de la République, sorti du jeu politique après sa défaite à la primaire, a profité de la crise pour reprendre son rôle de "parrain" des Républicains. Il fait le coup à chaque fois ! Souvenez-vous de la bataille Copé-Fillon pour le contrôle du parti, arbitré par ses soins fin 2012… Sa mission avait facilité son retour aux affaires et, dans la foulée, permis sa candidature à la primaire.

Fort de ce précédent, Sarko s’est donc employé à soutenir Fillon comme la corde le pendu et à encourager la candidature alternative de Juppé... Tout en lui retirant le tapis de dessous les pieds ! Résultat de ce week-end de dupes ? Un beau fiasco.

"Sarkozy préfère Fillon perdant que Juppé gagnant", grincent les partisans du maire de Bordeaux. Celui qui rêve toujours d’"être calife à la place du calife" n’est pas encore guéri. Mais que fait Carla Bruni ?

Le palmarès des "retourneurs de veste"Le palmarès des "retourneurs de veste"

Prix "double-jeu" : François Baroin

Dimanche, 15h30. A la faveur de l’éclaircie et alors que la place du Trocadéro était enfin pleine de fillonistes agitant des drapeaux tricolores, François Baroin est apparu sur la tribune, au premier rang derrière l’orateur François Fillon. 

Mais que venait donc faire le fils spirituel de Jacques Chirac à cette grand-messe ? Réponse : Baroin, poussé par Sarkozy, venait littéralement se placer dans le sillage de Fillon. Pour faire barrage à Juppé, pour remplacer le vainqueur de la primaire en cas de coup dur (Baroin collectait des parrainages depuis trois semaines !) ou pour former, le cas échéant, un ticket avec lui.

Raté ! Il n’y aura pas de plan B comme Baroin. Et le rendez-vous réunissant Sarkozy, Juppé et Fillon a été annulé : les agendas de Fillon et Juppé sont restés désespérément incompatibles. Baroin va pouvoir s’occuper de sa bonne ville de Troyes…

 
 
marche arrière toute!

marche arrière toute!

Prix "tête-à-queue" : Thierry Solère

Dur dur d’être porte-parole de François Fillon ces temps-ci. Pendant de longues semaines, pourtant, Thierry Solère a résisté, assurant sans sourciller sa mission au service du candidat, le défendant bec et ongles sur les plateaux télé et lors des matinales radios. 

Jusqu’au vendredi 3 mars. Ce jour-là, l’affable Solère a fini par craquer, estimant soudain que François Fillon n’était plus en capacité de "mener les couleurs de la droite et du centre à l’élection présidentielle". Un coup de barre éphémère. Soixante-douze heures plus tard, tout a déjà changé.

A l’issue du comité politique organisé lundi soir, auquel il participait, Thierry Solère s’est de nouveau rangé derrière le candidat. Un volte-face express… Mais Solère porte des stigmates. "Je ne suis pas en capacité d'être le porte-parole", a -t-il confié, ce mardi. Encore un effort, Thierry !

Le palmarès des "retourneurs de veste"

Prix "grand écart" : Georges Fenech

Le député du Rhône a tout compris, tout de suite. Dès le 1er février, après la réunion parlementaire qui vit le candidat canardé et réclamer 15 jours de patience, Fenech a jugé la "primaire caduque" et demandé la réunion d’un conseil national extraordinaire pour désigner un nouveau candidat.

La suite ? Accrochez-vous ! Ce boutefeux a successivement promis un appel de parlementaires pour que Fillon soit remplacé (jamais lancé), une tribune collective pour dénoncer le candidat failli (jamais publiée), une campagne pour le parrainage de Juppé (avortée)... Pour lui, le plan B s'appelle tour à tour Juppé, puis Baroin.

Sa pensée profonde aujourd’hui ? "Je pense qu'il faut que Fillon aille jusqu'au bout. Il a été élu, il est sorti d'une primaire, mais il n'est pas le candidat qui peut nous qualifier pour le second tour, c'est évident" Désespérant !

                                                                  Sylvain Courage et Sébastien Billard

Le palmarès des "retourneurs de veste"

Voir les commentaires

Liberté Hebdo 1263: L'édito de Robert (DE VILLE)

17 Mars 2017, 17:31pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Liberté Hebdo 1263: L'édito de Robert (DE VILLE)

LE VOTE UTILE POUR QUI ?

 

En 1969. pour la première fois dans l’histoire de la Vème République, le Parti Communiste fiançais présentait un candidat a l'éfection présidentielle.

A l'éfection précèdente de 1965, le PCF avait soutenu la candidature de François Mitterrand et n'avait donc pas présenté de candidat

 

Jacques Duclos obtiendra 21.3 % des suffrages au premier tour. C’était une élection particulière. organisée dans l'urgence du fait de la démission du général De Gaulle apres son échec lors de son referendum du 27 avril 1969.

Deux candidats de droite. Alain Poher (23.31 %). president du Sénat, président par intérim comme le veut la Constitution, et Georges Pompidou (44.5 %). ancien Premier ministre du General, restaient en lice pour le second tour. « Bonnet blanc et blanc bonnet». comme les qualifiera Jacques Duclos en appelant a l'abstention pour le deuxieme tour.

 

Toute la gauche est éliminée des le premier tout. Gaston Deferre,  pour les socialistes de la SFIO. ne réalisé que 5% des voix Michel Rocard, du PSU. 3.27 % et Alain Krivine. de la Ligue Communiste Révolutionnaire. 1.06 %. A deux points près. Jacques Duclos aurait pu être au second tour. Cest dans ce sens qu'il avait appelé au vote utile des électeurs de gauche au premier tout.

 

Pour tous les électeurs de gauche, l'impact du quinquennal Hollande est un vrai traumatisme

 

Et fou serait celui qui n'en tiendrait pas compte.

 

Les médias dominants, en véritable chiens de chasse, rabattent l'electeur. tel un gibier vers les carnassières de Marine Le Pen. Francois, Fillon ou Emmanuel Macron. Les sondages, les discussions de comptoirs d'editorialistes patentés chaque soir a la télévision. les scandales, sont  autant d'obstacles à la compréhension des débats et contribuent a obscurcir les vrais enjeux du scrutin.

A l'heure actuelle, faute de réelle volonté d’union a gauche, le seul vote utile est celui qui peut apporter le plus de changements positifs dans notre quotidien, dans notre société, pour les salarié(e)s. les retraité(e)s. les étudiant(e)s et les sans- emploi.

 

Le Parti communiste soutient la candidature de Jean- Luc Melenchon.

Une grande marche est organisée â Paris. le 18 mars, pour une VIe République.

Une étape indispensable pour construire un élan nouveau autour d'une candidature de rassemblement.

Voir les commentaires

LES PARRAINAGES VALIDÉS PAR CANDIDAT

13 Mars 2017, 18:38pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

ATTENTION: le total des parrainages affiché ne préjuge pas de la validité de la candidature. Seule la décision finale du Conseil constitutionnel fait foi. En effet, une candidature est retenue si:

1 – pas plus d’un dixième des 500 parrainages nécessaires, c’est-à-dire 50 au maximum, émanent d’un même département ou collectivité d’outre-mer ;

2 – ces parrainages sont signés par des élus d’au moins 30 départements ou collectivités d’outre-mer.

Les parrainages comptabilisés dans le tableau ci-dessous sont ceux dont la validité a été vérifiée. Le décalage provisoire qui peut être observé entre les parrainages parvenus au Conseil par voie postale et ceux publiés sur le site internet s’explique par les délais nécessaires à l’instruction et à la vérification de la validité des parrainages. Tous les parrainages enregistrés au Conseil constitutionnel sont traités en continu, dans les meilleurs délais.

 

Voir les commentaires

Jean Ferrat, disparu ce jour en 2010

13 Mars 2017, 17:33pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Jean Ferrat, disparu ce jour en 2010

Jean Ferrat (26 décembre 1930 – le 13 mars 2010) est l’un des derniers grands auteurs-compositeurs-interprètes de la génération mythique des Brel, Brassens et Barbara. Engagé, Jean Ferrat était proche des idées du parti communiste, mais sans dogmatisme. Il était aussi un grand poète du sentiment amoureux, doté d’une voix reconnaissable entre mille ; il a mis en musique de nombreux poèmes d’Aragon. Le chanteur s’est éteint en 2010, des suites d’un cancer. Voici sa dernière lettre à sa femme Colette, qu’il avait épousée en secondes noces en 1992. Attention, émotion…

Mon amour, mon amour,

Voilà deux ou trois ans que je pensais t’écrire cette lettre mais je n’avais pas le courage de la commencer car il me semblait qu’en même temps, je te disais adieu. Mais aujourd’hui, voilà, j’ai de plus en plus de mal à respirer, mon cœur bat de plus en plus la chamade et je crains de ne plus avoir trop de temps à vivre.

Mon amour, ma Colette, ma « fille de menuisier ». Ce soir, je prends donc mon courage à deux mains pour te dire, pour que tu saches, quand je ne serai plus là – si tu pouvais en douter – à quel point tu as été le bonheur, la lumière de ma vie, à quel point tu as été mon beau soleil.

Ma Colette, ma chérie, mon beau soleil, vis dans notre maison, prends soin de ce jardin, de ton jardin qui m’enchante. Je sais que tu le feras en pensant à moi avec douceur.

Ma Colette, mon amour, mon amour.

Ton Jean.

Voir les commentaires

Didier Porte : «Au vrai chic paysan»

13 Mars 2017, 17:29pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>