Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

CGT Arras: Grève le 9 mars à Arras pour le retrait du projet de casse EL KHOMRI

7 Mars 2016, 17:49pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Retrait du projet de casse EL KHOMRI

Première journée de mobilisation le 9 mars

Tous à la  manifestation 10h place de la gare SNCF Arras

 

La colère gronde face à ce projet de loi ultra-

libéral qui voudrait, demain, détruire le socle protecteur du code du travail et des conventions collectives.

 

Au nom de l’emploi, de la « flexi insécurité »,

le gouvernement « socialiste » poursuit aveuglément ses réformes, donnant toujours plus de pouvoirs au patronat, de moins en moins de droits aux salariés.

 

La puissance du rejet massif exprimé par les salariés, la jeunesse, les citoyens amène le gouvernement à

une reculade de 15 jours , plus empreinte de « stratégie politicienne » que de fond démocratique.

Le gouvernement se donne du temps. Le gouvernement ne veut rien changer sur le fond, il ne veut faire que des aménagements de façade.

 

L’action de tous est incontournable !

 

Le 9 mars, des manifestations et des rassemblements s’organisent pour exprimer, avec force, l’exigence du retrait de ce projet de loi inique. La CGT, FO, SOLIDAIRES, FSU et UNEF, invitent les salariés, les jeunes , les privés d'emplois, les retraités à agir.

 

La CGT, FO, SOLIDAIRES, FSU et UNEF exigent le retrait de ce projet. Pas de négociations !

Pas de recul social !

 

Le patronat considère cette loi comme un projet audacieux et courageux. Il œuvre à diviser les salariés, leurs organisations syndicales. Force est de constater qu’une fois encore, certaines directions syndicales  participent à la division avec des « ni oui, ni non ».

 

 

 

En renvoyant au 24 mars l’examen de sa loi en conseil des ministres, le gouvernement œuvre aussi à diviser, à opposer et utilisera le cavalier CFDT pour affaiblir l’action des salariés.

 

L’union de tous est déterminante et c’est ce que porte la CGT, FO, SOLIDAIRES, FSU et UNEF !

 

Ce projet de loi n’est pas négociable parce qu’il ne contient aucune disposition favorable aux salariés, aux jeunes  et  privés d'emplois.

 

  • Une précarisation du travail à vie de la jeunesse sera mis en place

 

  • Les droits liés au contrat de travail disparaîtront

 

  • La durée du temps de travail sera  factice avec des fluctuations pouvant aller jusqu’à 48 h voire 60 h,  et pour les jeunes apprentis de 15 ans des semaines de 40h

 

  • Les heures supplémentaires, astreintes, travail de nuit seront remis en cause

 

  • Les licenciements économiques seront imposés sans motif, avec des indemnités à moindre coût

 

  • Les « référendums » à l'entreprise ne sont pas une « démocratie sociale », mais un choix entre « la peste et le choléra » sur des projets du patronat et non sur les revendications des salariés. Même les syndicats majoritaires ne pourront plus protéger les salariés, puisque le droit d’opposition est supprimé.

 

 Ce seront les patrons qui feront la loi , l'Etat ne garantira plus de droits minimaux aux salariés!

 

Le retrait du projet de loi s’impose !

Le 09 mars, à la gare d’ARRAS à 10h00,

1ere manifestation contre cette loi !

Le 31 mars TOUS en grève

UL Solidaires Arras, UL FO Arras, UL CGT Arras,

USTM CGT 62, UNEF Artois, FSU 62

Voir les commentaires

La faillite programmée du réformisme rouge !

7 Mars 2016, 17:35pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La faillite programmée du réformisme rouge !

Alors que partout dans le pays la parole se libère autour de la souffrance au travail vécue par des millions de salariés, que les travailleurs de Goodyear remplissent des salles des fêtes, des amphithéâtres pour populariser leur bataille et appeler à renverser la table, que la mobilisation populaire grandit pour exiger le retrait de la loi travail, bref que le pays tout entier est en ébullition nous promettant un printemps contestataire hors norme, le haut de la pyramide du Parti Communiste s’entête à être moteur d’une primaire de la gauche qui, c’est quasiment prophétique, se terminera dans le ridicule absolu.

Pierre Laurent se propose de modifier sa nature pour éventuellement être candidat (on croit rêver!) , Lienemann, Hamon, Montebourg, Autain … Des noms circulent car quoi que puisse affirmer chaque semaine le petit cénacle des réformistes rouges du PCF, la bataille rangée des ego viendra pulvériser les naïves postures de ceux qui crient au projet avant le candidat. Par essence, la présidentielle de 2017 se veut être la rencontre entre un homme ou une femme avec la nation. C’est un héritage historique de siècles de monarchie qui demeure vivace dans l’inconscient collectif de notre hexagone. Pis, en temps de crise, les citoyens veulent un chef, un leader. On peut difficilement le nier sauf à vouloir faire de la politique au pays des rires et des chants. C’est en partant de cette analyse factuelle que j’avais écrit mon billet Mélenchon, l’éléphant dans le salon de thé qui a connu un succès inattendu sur la toile. C’est d’ailleurs pour cela que la mayonnaise prend relativement bien du côté du tribun pgiste.

Comme si la démarche des primaires n’était pas suffisamment contestable et contestée aux yeux de milliers de camarades, on annonce un grand meeting de Pierre Laurent avec … Alexis Tsipras. A croire que sous la coupole les neurones restent sur le palier de la porte. Comment peut-on encore croire qu’il est tactiquement raisonnable de continuer à soutenir Tsipras qui prépare tranquillement le retour de la droite en Grèce, qui applique des réformes dramatiques pour l’avenir de la péninsule hellénique et de ses salariés. Voilà donc le modèle. Une plate-forme regroupant tout et son contraire, bref des organisations qui ne pourront se mettre d’accord que sur un contrat politique tenant sur un posthite. Nous sommes en attente de la littérature du congrès pour mesurer la fuite en avant de cette direction qui marche à contre-courant de l’histoire. Pour dialoguer avec de nombreux camarades, la colère gronde et l’incompréhension vient remettre en cause leur adhésion au parti historique de la lutte des classes.

Ce qu’il faut impérativement en ces temps de trouble, c’est de pouvoir redonner des repères de classes, des mots d’ordre de mobilisation, des pistes de travail capables de créer une alternative au modèle capitaliste. Oui le quinquennat de François Hollande est un échec sur toute la ligne ; oui il faut pouvoir réagir vivement et empêcher le pire, mais est-ce que cela passera par un cartel des gauches nouvelle génération qui ne proposera que des réformes de surface, au cœur de l’étau européen qui se veut de plus en plus asphyxiant. Ne semons pas d’illusions, un pays membre de l’Union européenne ne pourra pas mener de politique de relance même modeste. C’est tout simplement impossible (règle des 3% du PIB d’endettement autorisé, traités, BCE indépendante …). Vous irez convaincre un Jadot ou un Cohn-Bendit, ou même un Hamon, qu’il faut mettre sur la table la possibilité d’envoyer valser l’Europe …

Bref, c’est bien une faillite annoncée qui se profile si le PCF ne se réveille pas au plus vite. Les décennies de recul idéologique et d’opportunisme électoral ont mis bien des fédérations sur la paille qui n’ont plus de siège et encore moins de permanents. D’ailleurs personne n’ose mettre cette question sur la table. Beaucoup de camarades pourraient témoigner sur ce que j’avance. De nombreux départements sont aujourd’hui orphelins d’un PCF structuré. Et pourtant … On perpétue les mêmes logiques, les mêmes replis réformistes jusqu’à n’être plus qu’un tout petit parti, une force d’appoint local pour la social-démocratie que nous maintenons, nous les communistes, sous respirateur artificiel.

Le congrès s’annonce donc houleux et j’invite d’ores et déjà les camarades qui partagent mon diagnostic à se positionner sur un texte alternatif pour permette un minimum de débat et de saine opposition. Je réponds d’avance aux petits soldats au garde à vous, pas besoin d’attendre l’édition du texte de base commune pour savoir qu’il faudra le combattre activement. On apprend pas à un singe à faire la grimace !

Guillaume Sayon

Voir les commentaires

Conférence des Amis de Robespierre

5 Mars 2016, 10:58am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Conférence des Amis de Robespierre
Conférence des Amis de Robespierre

Voir les commentaires

Quels sont les syndicats des travailleurs et ceux du patronat ?

4 Mars 2016, 20:39pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Une infographie du journal l'Express, sur la Loi Travail, qui montre la division qu'il existe entre les syndicats. Ainsi on voit ceux qui défendent les salariés et les autres

 Quels sont les syndicats des travailleurs et ceux du patronat ?

Voir les commentaires

Non à la destruction du droit du travail !

4 Mars 2016, 20:36pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Non à la destruction du droit du travail !

Voir les commentaires

JE VEUX FAIRE GRÈVE LE 9 MARS !

4 Mars 2016, 19:24pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 JE VEUX FAIRE GRÈVE LE 9 MARS !
 JE VEUX FAIRE GRÈVE LE 9 MARS !

Voir les commentaires

Calais: Jean-Jacques Candelier, Député Communiste

4 Mars 2016, 18:28pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Calais: Jean-Jacques Candelier, Député Communiste

Le drame humain qui se joue à Calais me scandalise. 

Hier, huit réfugiés iraniens expulsés du bidonville se sont cousus les lèvres pour exprimer leur désespoir d'être jetés à la rue, sans solutions. Ils en appellent à l'Onu pour que les droits humains soient respectés dans la « jungle ». 

La volonté du gouvernement de démanteler brutalement cette «jungle » n'aboutit qu'à semer la désespérance, l'écœurement et l'inquiétude. 

De nombreux réfugiés, dont plusieurs mineurs isolés se retrouvent seuls, sans solutions et sans abris. Ces expulsions jettent en effet sur la route des milliers d'enfants, de femmes et d'hommes, qui demandent le respect de leur dignité et de leur choix de quitter des pays ou des zones où les conflits et les persécutions sont le quotidien.

Il faut agir d’urgence pour garantir que les droits de l’homme soient respectés. Il faut également chercher des solutions pérennes au niveau diplomatique, et au niveau européen, par la promotion d'une culture de la paix, et l'arrêt des guerres. 

Les migrations sont un phénomène global qui appellent des réponses solidaires pour un monde de justice, de paix, de coopération.
Les populations qui tentent de passer en Angleterre fuient les guerres, parfois provoquées avec les bombes vendues par notre propre pays. En réaction, nous voyons pousser les murs et les barbelés face à la détresse des « damnés de la terre ». Nous voyons aussi la haine, les mensonges, l’intolérance exacerbés par ceux qui veulent jouer sur les peurs. 

Cette situation n’est plus acceptable. Il n’y a d’autre choix que celui de la solidarité.

Voir les commentaires

Liberté Hebdo 1208 : L'édito de Franck

3 Mars 2016, 16:54pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Liberté Hebdo 1208 : L'édito de Franck

DU HARCÈLEMENT COMME UN SPORT DE COMBAT

Un délégué syndical nous racontait comment le responsable juridique d’une entreprise lui avait expliqué les méthodes à sa disposition pour le mettre sur la touche grâce au code du travail. Le harcèlement, la mise au placard, les réunions interminables, les documents non transmis, les moyens non fournis aux organisations syndicales sont somme toute banalisés dans les pratiques des DRH pour les entreprises voulant écarter les délégués syndicaux, les membres du comité d’entreprise... Bref tous les « gêneurs », les empêcheurs de licencier en rond. Les multinationales et les grands groupes maitrisent la législation et savent mettre en œuvre rapidement tout élément favorable au profit pur et immédiat.

Mickaël Wamen, le 25 février à Hellemmes, a su détailler avec force et conviction toutes les épreuves imposées, véritable course d’obstacles contre l’acharnement patronal pour le faire craquer, se taire et laisser faire. Il l’a fait devant un public venu le soutenir, lui et ses camarades de Goodyear, injustement condamnés.

Le mouvement qui se lève en France, mais aussi à l’étranger, en Belgique notamment, se renforce de jour en jour. Pour un homme qui tient bon, combien sont broyés sur l’autel du capital ?

La force de notre République doit répondre aux attentes pour le bonheur de l’humanité et non servir les intérêts du seul capital. Chacun d’entre nous doit avoir en tête que la bataille en cours pour le code du travail est permanente.

Chaque article est issu d’une histoire, de luttes, de conquêtes sociales que la loi vient, en principe, renforcer.

Et il nous appartient de ne pas oublier que pour chaque ligne effacée dans le code du travail, c’est le fruit de combats qui sont anéantis.

Des combats pour le progrès social et humain, pas pour des privilèges.

Des combats menés pour vivre libre et debout, pas pour un siège à côté du seigneur.

Les mauvais coups portés au monde du travail avec l’ANI (Accord national interprofessionnel, en 2011) ou sur les retraites sont encore dans toutes les mémoires.

Ce qui se prépare ici découle du même processus d’effacement, d’annihilation des volontés collectives. L’écart de revenus entre ceux qui produisent la richesse et ceux qui en vivent n’a jamais été aussi grand.

Le 9 mars, des rassemblements et des actions sont annoncés partout dans la région. Le gouvernement fait mine de reculer. Les salariés, ouvriers, employés, retraités, étudiants et chômeurs de la région connaissent le poids écrasant du patronat dans leur vie quotidienne. De Vallourec à ArjoWiggings, les salariés et la population refusent les enchainements économiques freinant le développement social, tirant la société vers le bas.

L’avenir se construit maintenant.

Voir les commentaires

Goodyear, une voix que l’on croyait oubliée…

26 Février 2016, 21:47pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 Le monde ouvrier et progressiste est bien vivant. On ne lâche rien et on avance !

Soirée dantesque, organisée par la municipalité combative de Rouvroy et la section PCF, autour de Mickaël Wamen qui, dans un discours de haute volée, il a appelé à la rébellion. Rébellion contre les multinationales mortelles, briseuses de vie, contre le capitalisme, contre la mondialisation capitaliste et tous les valets gouvernementaux "nationaux".

Le Parti socialiste, son Président (déclaré illégitime), son Gouvernement et ses élus en ont pris pour leur grade. En fait, rien n'a été oublié par les différents intervenants, syndicalistes et militants communistes, et bien entendu par le camarade Wamen, qui fait la synthèse de tout, en mettant en garde contre la fausse solution (et dangereuse pour tous) du Front prétendument "National".

A travers un propos mêlant politique, action syndicale, luttes, histoire, humour, action et réflexions tellement concrètes, nous avons véritablement communié, à l'unisson, autour du camarade Wamen :
- relaxe immédiates des Goodyear,
- interdiction des licenciements dans les entreprises qui font du profit,
- arrêt des exonérations fiscales et sociales,
- rejet de toute dégradations des conditions de travail et hausse immédiate des salaires et embauches, retrait des projets de casses du code du travail de MEDEF-Gouvernement-PS...

Les mots d'ordre ont fusé ! Les travailleurs peuvent et doivent relever la tête ! TOUS ENSEMBLE, ET EN MÊME TEMPS !

Il n'y a pas une minute à perdre.
Riposte immédiate dans la rue, camarades ! Non à l'enfumage médiatique autour d'une quelconque alternance institutionnelle bidon dans plus d'un an, autour d'un sauveur suprême ! On a donné avec Hollande !

Vive le PCF, et vive la CGT !

Voir les commentaires

Le projet de LOI EL KHOMRI contre le Code du travail est réactionnaire..

25 Février 2016, 18:11pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le projet de LOI EL KHOMRI contre le Code du travail est réactionnaire..

Les mots ont un sens. Être réactionnaire, c'est s'opposer aux idées de progrès et de justice sociale pour revenir en arrière. Depuis mai 2012, les droits conquis par la classe ouvrière au cours de ses luttes, et qui ont servi à l'ensemble du salariat, sont purement et simplement remis en cause par le gouvernement.

Le projet El Khomri, je devrais dire celui du MEDEF sur la destruction du Code du travail, n'a pas à être modifié par le Parlement avec quelques amendements: il est à rejeter sur le fond et la forme. On n'humanise pas le capitalisme. Dès lors, pourquoi voudrait-on opérer pareillement sur un projet de loi ramenant le monde du travail, celui du salariat, au 19e siècle?

A cette époque, le Code civil régit en 2 articles les relations du travail: en cas de litige entre l'employeur et son salarié sur le montant des gages, le premier doit être cru sur parole; l'engagement perpétuel d'un salarié est interdit. De plus, Napoléon, à l'initiative de ce Code civil, y rajoute le livret ouvrier: tout travailleur doit le tenir sur lui et le faire signer dans un commissariat ou une gendramerie à chaque changement d'employeur, sous peines de poursuites judiciaires. L'employeur peut annoter à sa guise ledit livret.

Le Code du travail, qui apparaît au début du 20e siècle, dispose de 4 chapitres: sur le contrat d'apprentissage; sur le contrat de travail; sur le salaire et sur les pénalités doit s'acquitter l'employeur en cas d'infraction au droit du travail.Un deuxième livre s'ajoute quelques années plus tard avec 4 autres chapitres: conditions du travail; hygiène et sécurité des travailleurs; inspection du travail et pénalités à l'encontre des employeurs.

Au fil des luttes des travailleurs, le Code du travail s'épaissit et va être amélioré, notamment en 1936, 1945, 1968 et 1981. Certes, les gouvernements de droite ou socialistes ont accordé des dérogations législatives aux employeurs, chaque fois que le mouvement ouvrier a baissé la tête ou a fait confiance à des promesses électorales.

Pour autant, le Code du travail demeure un socle primordial pour la défense du salariat, même si de nouvelles libertés restent à conquérir. Et sans Code du travail et de ses garanties, la subordination de l'exploité, qui produit de la richesse matérielle ou intelectuelle, est totale face à l'employeur qui lui fournit son travail. C'est un retour au début du 19e siècle.

Une pétition est en ligne. Il faut la signer et la faire signer:

https://www.change.org/p/loi-travail-non-merci-myriamelkhomri-loitravailnonmerci?recruiter=316940347&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

Mais cela ne suffit pas. A moins d'attendre tout des partenaires dits sociaux pour en discuter, négocier des reculs sociaux et les graver en les légiférant par la grâce du Parlement. Oui, "partenaires sociaux", les mots ont un sens.

Les mots ont un sens. Conservateurs, c'est être figés sans permettre des progrès pour l'humanité. Réactionnaires, c'est revenir en arrière. La lutte des classes, c'est combattre l'exploitation capitaliste, pour une société de justice sociale, d'émancipation et de paix, contre les forces conservatrices et réactionnaires alliées inconditionnelles du capital. Hier comme aujourd'hui.

Voir les commentaires

hommage à Rino Della Negra et César Luccarini

23 Février 2016, 18:25pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 hommage à Rino Della Negra et César Luccarini
 hommage à Rino Della Negra et César Luccarini

Les militants communistes rendaient hommage hier à Rino Della Negra et César Luccarini, deux des martyrs du groupe Manouchian natifs de Vimy et Pont-à-Vendin fusillés au Mont-Valérien le 21 février 1944. 

En présence d'Hervé Poly, secrétaire de la fédération communiste du Pas-de-Calais et de plusieurs élus et militants des sections d'Arras, Avion, Lens, Grenay, Courrières et Hénin-Beaumont, les communistes ont rendu hommage aux FTP-MOI du groupe Manouchian en déposant des gerbes de fleurs au pied des plaques rendant hommage à Rino Della Negra et César Luccarini. 

Je mets en ligne ci-dessous le texte de mon intervention prononcée lors de l'hommage à Rino Della Negra, à Vimy. 

 

Il y a 72 ans, le 21 février 1944, 22 résistants étaient fusillés au Mont-Valérien. La 23ème était une femme, la Roumaine Olga Bancic. Torturée, elle est envoyée en Allemagne où elle est décapitée à la hache dans la cour de la prison de Stuttgart.

Ces 23 résistants étaient membres d’un des plus célèbres groupes de résistance, le groupe FTP-MOI « Manouchian ».

Avant la guerre, la MOI, Main d’Œuvre Immigrée, auparavant appelée Main d’Œuvre Etrangère, rassemblait les travailleurs immigrés syndiqués à la CGTU. A la pointe de la lutte contre les expulsions de travailleurs étrangers avec quelqu’un comme Thomas Olszanski, déchu de sa nationalité pour fait de grève et expulsé en 1934, la section Main d’Œuvre Immigrée joue un rôle important pendant la guerre d’Espagne pour soutenir les Républicains espagnols et s’engage très tôt dans la Résistance.

En 1943, sous la direction de Joseph Epstein et du poète arménien Missak Manouchian, les FTP-MOI mènent une véritable guérilla urbaine avec 92 attentats à Paris pour les six premiers mois de 1943.
 
Sur ces 92 attentats, 31 sont à mettre à l’actif du 3ème détachement FTP-MOI de la région parisienne, le « détachement italien », qui comptait de nombreux militants dont les familles avaient fui le fascisme, comme Rino Della Negra.

Rino Della Negra est né à Vimy en 1923 de parents italiens qui ont ensuite déménagé en 1926 à Argenteuil en région parisienne où Rino Della Negra a travaillé en usine. Passionné de football, Rino Della Negra jouait au Red Star Olympique.

Réquisitionné pour le STO en 1942, il s'est engagé dans la clandestinité au sein du groupe FTP-MOI dirigé par Missak Manouchian et a participé à de nombreuses attaques contre l'occupant allemand.
Le 7 juin 1943, Rino Della Negra participe à l’exécution du général Von Apt. Le 10 juin 1943, il participe à l’attaque du siège central du parti fasciste italien. Le 23 juin 1943, il participe à l’attaque de la caserne Guynemer à Rueil-Malmaison. Le 12 novembre 1943, il est blessé lors d’une attaque visant des convoyeurs de fonds allemands.

A la mi-novembre 1943, 68 membres des FTP-MOI de la région parisienne sont arrêtés à la suite de l’enquête menée par la brigade spéciale n°2 des Renseignements Généraux.

Le tribunal militaire allemand du Grand-Paris juge 24 des résistants arrêtés, dont Manouchian, en présence des journalistes de la presse collaborationniste qui dénoncent le    « cynisme » des accusés, c'est-à-dire le fait qu'ils assument pleinement les attentats qu'ils ont commis. Parmi eux, 10 sont sélectionnés pour la composition de l'Affiche rouge, où apparaît l'expression « l'armée du crime ». Le tribunal prononce 23 condamnations à mort.

Dans la foulée de ces exécutions, la propagande allemande placarde 15 000 exemplaires de ces fameuses affiches rouges portant en médaillons noirs les visages de dix fusillés. Au centre, la photo de Manouchian, avec cette inscription :           « Arménien, chef de bande, 56 attentats, 150 morts, 600 blessés ».
Conçue pour convaincre l'opinion publique que les résistants étaient de dangereux terroristes étrangers, l'affiche rouge a complètement manqué son but : en ce début de 1944, alors que le sort de la guerre tournait partout en faveur des Alliés, l'Affiche rouge était la preuve que des jeunes, des ouvriers, des étrangers étaient prêts à sacrifier leur vie pour délivrer la patrie de la tyrannie nazie.
La nuit, comme l'écrit Aragon dans son poème mis en musique par Léo Ferré, à côté de l'Affiche rouge, fleurissaient des inscriptions « Mort pour la France ».

Dans le Pas-de-Calais, on s'en souvient !

A l’heure où l’Assemblée nationale débat de la « déchéance de nationalité », le destin des martyrs du groupe Manouchian illustre que la République n’est pas une question de nationalité, de couleur de peau ou d’ancêtres gaulois, mais de valeurs, les valeurs de travail, de solidarité, de fraternité pour lesquelles s’est battu Rino Della Negra.

A l’heure où les idées de haine se diffusent comme un poison, où l’on organise des manifestations à Calais contre les migrants, des manifestations « islamophobes » en Allemagne et qu’aux Etats-Unis, le principal candidat du parti républicain veut construire un mur infranchissable entre les Etats-Unis et le Mexique, nous sommes tentés de nous dire que notre monde devient fou.   

Plus que jamais, c’est un devoir pour nous, militants communistes, de préserver la mémoire de ces héros de l'ombre qui ont payé de leur vie leur combat pour la Liberté.
Souvenons-nous des paroles d’Aragon, souvenons-nous de Rino Della Negra :

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant.

Je vous remercie de votre attention.

Voir les commentaires

HOLLANDE c'est SARKO EN MIEUX, bien mieux [Gérard Mordillat]

23 Février 2016, 06:11am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Pourquoi tant de haine ? Oui, il a commis des erreurs, le Fouquet’s, les vacances sur le yacht de Bolloré, il l’avoue dans son livre. Alors pourquoi ce harcèlement ? Gérard Mordillat répond. Merci Gérard.

On se demande au nom de quoi on soupçonne celui qui se sacrifie pour la France. Avouer quelques pécadilles pour mieux cacher les grosses affaires ? L’affaire Bygmalion, par exemple, soi-disant des comptes truqués à hauteur de 40 millions d’euros, pour laquelle il est mis en examen.

Il est pourtant très clair dans son livre : « Là encore, on aura sans doute du mal à le croire, c’est pourtant, je le jure, la stricte vérité : je ne connaissais rien de cette société jusqu’à ce que le scandale éclate. » Puisqu’il le jure ? Pourquoi douter ? Gérard MORDILLAT répond à ces questions essentielles pour l’avenir de la France.

chronique : Gérard MORDILLAT
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Jeanne LORRAIN & Jonathan DUONG
son : Jérôme CHELIUS

 

Voir les commentaires

Casse du Code du Travail, opération VERITÉ

23 Février 2016, 06:01am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Casse du Code du Travail, opération VERITÉ

L'INTÉGRALITÉ DU DOSSIER EN LIEN Ci-DESSOUS :

Voir les commentaires

Un jeune Arrageois agressé par des militants d’extrême-droite pour avoir décollé leurs affiches ?

20 Février 2016, 09:59am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La Voix du Nord du 19 février 2016

C’est par le biais d’un communiqué de la section arrageoise du parti communiste français (PCF) que l’information nous est parvenue. Dans un texte aussi laconique que sibyllin, le PCF d’Arras « alerte la population qu’un jeune Arrageois, qui souhaite garder l’anonymat, a été victime d’une agression violente de la part d’un groupuscule ’Génération identitaire’ ».

Selon le PCF, qui ne livre ni date ni lieu, l’agression aurait eu lieu « en plein jour, en centre-ville ». Et de préciser que « la victime a déposé plainte et a eu un arrêt de travail de quatre jours ». « Ces agissements, qui font suite à l’affaire de la banderole (déployée sur le toit de la gare en août 2015, NDLR), sont inacceptables et montrent une nouvelle fois le vrai visage de l’extrême-droite », conclut le communiqué, qui n’est pas signé.

Histoire de colleurs d’affiches

Qu’en est-il exactement ? Le commissariat de police, par la voix du commandant Olivier Gugelot, confirme qu’une plainte a bien été déposée vendredi dernier pour violences. Les faits se seraient produits deux jours avant, mercredi 9 février, dans le secteur de la gare d’Arras.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime, âgée d’une petite trentaine d’années, aurait reçu un coup de poing au visage de la part d’un seul individu. L’agresseur aurait suivi le jeune homme puis l’aurait frappé à l’arrêt de bus. Pourquoi ? Parce qu’il aurait vu ce jeune homme passer derrière lui pour arracher les affiches que son petit groupe d’activistes d’extrême-droite venait de coller… Une enquête a été ouverte pour tenter de retrouver l’auteur des violences présumées.

 

Voir les commentaires

Pacte de responsabilité : quelles sont les branches qui ont le plus profité des baisses de charges ?

20 Février 2016, 09:44am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le PCF dénonce depuis le début l'inanité de ce dispositif de baisses de charges qui plombe les ressources de l'Etat.

Maintenant seulement les grands médias sont obligés de le reconnaître!

Enfin!

 

Julien Duperray décrypte succintement sur le plateau du journal de 20 heures les principaux bénéficiaires des baisses de charges permises par le CICE puis le pacte de responsabilité.

Le lundi 15 février, Manuel Valls a menacé de conditionner les aides aux entreprises si les engagements du patronat en matière d'emploi n'étaient pas respectés.

Avec le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi puis le pacte de responsabilité, le gouvernement a permis à certaines entreprises de baisser leurs charges. "Les principaux bénéficiaires sont les entreprises publiques comme la SNCF et La Poste", explique Julien Duperray. La Poste a bénéficié en 2014 de près de 350 millions d'euros d'allégement d'impôts via le CICE. Cette somme a permis de rembourser une partie des pertes du groupe.

Des disparités par secteur

Mais le secteur privé n'est pas en reste, à commencer par les banques. "En 2014, elles ont bénéficié de 500 millions d'euros d'allégement d'impôts via ce CICE", ajoute le journaliste. BNP Paribas est par exemple à 39 millions d'euros de crédit d'impôt.

Les autres secteurs gagnants sont la construction, mais aussi la restauration et la grande distribution. "Le CICE donne ainsi de l'argent à des entreprises qui n'en ont pas franchement besoin alors que d'autres secteurs comme l'agriculture ne touchent quasiment rien", conclut Julien Duperray.

Voir les commentaires