Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Pas de modification de la démocratie sans démocratie

20 Janvier 2014, 20:01pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le Président de la République, dans le flot de son discours libéral a de nouveau annoncé un coup d'accélérateur de la destruction de la démocratie locale avec pour objectif la réduction de la dépense publique. Suppression d'un tiers des régions et "digestion" des départements par les métropoles sont désormais évoquées comme de grands progrès par les dirigeants du conseil de simplification et du gouvernement. En Grèce, au plus fort de la crise, c'est à une réduction drastique de la démocratie que nous avons assisté sous l'impulsion de la troïka, par le biais du programme Kallikratis (réduction du nombre de mairies de 2/3, passage de 57 départements à 13 régions et compression des budgets des autorités locales...). Pour les marchés financiers, la démocratie locale est un obstacle, une perte de temps, une dépense inutile. Les services publics locaux assurant la réponse aux besoins quotidiens et la solidarité, eux, sont devenus une cible pour contenter les appétits du MEDEF. La décentralisation est désormais aux oubliettes avec la démocratie locale, tandis que l'Etat se réorganise autour de grands duchés.

Nos institutions sont en train de connaître des évolutions radicales que les citoyennes et citoyens se voient imposer. Ces évolutions éloignent les élus des citoyens, orientent les choix politiques autour des désirs des marchés, réduisent les espaces d'intervention démocratique. Il ne doit pas y avoir de modification de la démocratie sans démocratie et toute décision doit être prise par les citoyennes et citoyens concernés eux-mêmes. Nous appelons les citoyens et leurs élus à s'élever contre ces atteintes à la démocratie et à la souveraineté populaire.


Pierre Dharréville,
Responsable de la commission « République, Démocratie et Institutions » au PCF

Voir les commentaires

Le 6 février 2014 : Toutes les raisons de revendiquer

20 Janvier 2014, 19:55pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Les motifs d’insatisfaction et les raisons d’exprimer notre mécontentement ne manquent pas. Nul besoin de catalogue pour illustrer les réalités de nos conditions de vie et de travail dégradées. La peur de perdre son emploi et l’angoisse de l’endettement figurent en tête des préoccupations des salariés en cette fin d’année 2013… Les richesses créées par notre travail doivent prioritairement servir à la réponse aux besoins sociaux, à la création d’emplois de qualité, à la revalorisation du SMIC, à la hausse des salaires pour vivre mieux et permettre une relance de la consommation des ménages et permettre ainsi une relance de la croissance.


Et c’est possible !


Diviser par deux les dividendes des actionnaires libérerait 120 milliards d’euros pour les investissements productifs, permettrait de revaloriser le SMIC et le point d’indice dans les fonctions publiques. Cela créerait de l’emploi et garantirait le financement de la Sécurité sociale.

En ouvrant le débat sur le « coût du capital » pour répartir autrement la richesse produite, la CGT veut rétablir la vérité. Elle veut démontrer que ce qui coûte ce n’est pas le travail, c’est le capital. Aujourd’hui, en moyenne un salarié du privé travaille 45 jours par an pour payer leurs dividendes aux actionnaires.

La campagne sur le « coût du travail » orchestrée par le Medef ne vise qu’à culpabiliser les salariés et à permettre à une minorité d’accaparer les richesses produites par notre travail.

Pour changer de logique de développement, pour changer la donne, nous le savons, le monde du travail doit s’organiser se rassembler , s’unir et agir…

C’est pourquoi la CGT propose, dans l’unité la plus large, de porter ensemble nos exigences en matière de salaires, d’emplois, de conditions de travail, de protection sociale, de service public, le 6 février 2014. Sur les lieux de travail, agissons pour porter nos revendications et retrouvons nous nombreux pour manifester tous ensemble.

Pour être plus forts, se défendre, gagner des droits, prenez toute votre place dans la CGT en vous syndiquant   .www.cgt.fr/Adherer-en-ligne-a-la-CGT.html

Voir les commentaires

L'Europe sociale libérale est-elle une fatalité ?

20 Janvier 2014, 19:48pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Après Gérard Shroeder, Tony Blair, Angela Merkel, David Cameron, voici François Hollande converti aux vertus du social libéralisme. L'Europe version sociale libérale est-elle une fatalité ? Le social libéralisme existe-t-il vraiment ? Est-il la seule solution pour sortir de la crise ?

Jacky Hénin, député européen PCF/Front de Gauche était mardi soir l'invité de l'émission "Questions sur l'Europe" présentée par Stéphane Leneuf sur France Inter et a débattu avec les députés européens Alain Lamassoure (UMP), Robert Rochefort (MoDem), et Liem Hoang Ngoc (PS).

Voir les commentaires

la liste Front Populaire de Gauche en lice à Arras

18 Janvier 2014, 15:00pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

la liste Front Populaire de Gauche en lice à Arras
la liste Front Populaire de Gauche en lice à Arras
la liste Front Populaire de Gauche en lice à Arras

Voir les commentaires

Salariés sans frontières (documentaire)

17 Janvier 2014, 16:10pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Par Gilles Balbastre, le réalisateur de "Fortunes et infortunes des familles du Nord", "Le chômage a une histoire" et de "Moulinex, la mécanique du pire", une enquête sur la mutation du travail dans des régions européennes désindustrialisées, limitrophes d'un des plus grands centres nerveux de la finance internationale.

Gilles Balbastre a mené une enquête sur la mutation du travail dans des régions européennes désindustrialisées, limitrophes du Luxembourg.

Voir les commentaires

"Salariés sans frontières", le docu que France 5 diffuse à l’heure d’un film X

15 Janvier 2014, 18:45pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

                            Gilles Balbastre, réalisateur de “Salariés sans frontières”

Il paraît que le succès appelle le succès. Eh bien, ce n’est pas tout à fait vrai. Gilles Balbastre avait fait un certain tabac avec son film “Les Nouveaux chiens de garde” (plus de 240 000 entrées). Ce qui n’empêchera pas France 5 de reléguer son dernier opus, “Salariés sans frontières”, un 16 janvier impromptu, au-delà de minuit, et sans la moindre pub.

Les tiroirs grippés du service public

Ce documentaire, la chaîne de service publique l’a pourtant dans ses tiroirs depuis septembre 2012.

Faut croire que les tiroirs sont sacrément grippés. Gilles Balbastre n’a appris sa diffusion le 16 janvier à zéro heure dix qu’en surfant sur le Net en quête des programmes télés.

Difficile de vous parler d’un film qu’aucune promotion de presse ne daigna nous présenter. Contentons-nous de celle fournie gracieusement par le réalisateur :

« En résumé, le film porte sur la destruction du travail ouvrier dans la grande région (Lorraine, Wallonie, Sarre) qui entoure le Luxembourg et le remplacement des ouvriers de la sidérurgie et des mines de fer par des salariés des services qui tous les matins partent dans le 2ème PIB par habitant du monde nettoyer les bureaux, garder les banques, servir les cafés des golden boys… »

Le social aussi honteux qu’une soirée cul

Bref, un bon sujet social comme les adorait Zola en son temps. Et qui aurait pu intéresser l’enfant chéri de la chaîne, Yves Calvi et son émission d’« actualité politique, sociale, économique ou culturelle ».

Mais bon, faut dire qu’Yves Calvi est de ceux qui ont été un tantinet assaisonnés dans les “Nouveaux chiens de garde”. Gilles Balbastre l’a bien cherché !

En attendant, histoire de vous remettre de la conférence de presse insipide livrée par un président de comédie devant un parterre de quelques 600 indigents journalistes pas foutus de lui poser la moindre question un tant soit peu intéressante, essayez de jeter un œil sur ce film apparemment aussi honteux qu’une soirée cul sur Canal Plus.

Qui passe, sonnez trompettes, roulez tambours, le 16 janvier à zéro heure dix pile-poil. (Ou alors, après, ce sera le podcast, si jamais nos cauteleux serviteurs publics daignent en laisser un.)

Voir les commentaires

Conférence de presse du Président de la République: le dessin du jour

15 Janvier 2014, 18:36pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Conférence de presse du Président de la République: le dessin du jour

Voir les commentaires

Conférence de presse de Hollande : « Un pacte d'irresponsabilité sociale »

15 Janvier 2014, 18:20pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Conférence de presse de Hollande : « Un pacte d'irresponsabilité sociale »

C’est un véritable « pacte d’irresponsabilité sociale » qu’a présenté François Hollande au cours de sa conférence de presse. Ses annonces sont une attaque profonde, un dynamitage en règle du modèle social et républicain français. En proposant la fin des cotisations familiales patronales, le Président de la République a répondu à une vieille exigence de classe du MEDEF et fait un nouveau cadeau de 30 milliards au patronat après les 20 milliards du CICE. Les contre-parties exigées, elles, sont du vent. Pire, elles ne relèveraient que de négociations de branche que le Parlement est déjà appelé à entériner. Autrement dit, c’est la fin de toute législation sociale nationale !

La méthode proposée est, elle aussi, inacceptable. Le Président se donne 6 mois pour mettre en œuvre son pacte. Le Parlement et les organisations de salariés sont sommées de se soumettre aux exigences du patronat. La réforme institutionnelle dessinée par le Président est un profond coup porté à la démocratie.

Les communistes avec le Front de gauche seront mobilisés pour faire échouer le plan présidentiel. Je réitère ma proposition de pacte de solidarité à l’ensemble des militants de gauche pour créer les conditions de mise en œuvre d’une politique de gauche que le Président a décidé d’abandonner.


Pierre Laurent,
Secrétaire national du PCF
Sénateur de Paris

Voir les commentaires

Voeux de Pierre Laurent pour 2014

14 Janvier 2014, 17:30pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

14 Janvier 2014, 17:29pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Didier Porte - Le billet du jour - 09/01/14

12 Janvier 2014, 18:51pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

La Redoute : Douche froide pour l’emploi

12 Janvier 2014, 18:26pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 

L’annonce par les futurs repreneurs de la Redoute de la suppression de 1.178 postes sur 3.437 en quatre ans est ressenti comme un choc par les syndicats qui envisagent des actions coups de poing. Ils pourraient ainsi manifester lors du match de football entre Lille et Rennes, le 24 janvier, la famille Pinault, qui contrôle le groupe Kering, étant propriétaire du club breton.

"C’est une grosse douche froide concernant l’emploi", a réagi Fabrice Peeters, délégué syndical CGT. "Là, c’est la colère, j’ai envoyé quelques messages à quelques collègues qui m’ont répondu et ils sont tous abattus. Ils se demandent si aujourd’hui ils ne vont pas cesser le travail, parce que l’annonce est tellement fracassante, tellement assommante, que je pense que les bras de chacun en sont tombés", a-t-il assuré à l’AFP. Même surprise du coté de la CFDT dont le délégué assure : "Ils nous ont toujours dit qu’il allait y avoir un plan social équivalent à celui de 2008. Ils ont menti jusqu’au bout et là, aujourd’hui, on arrive à 1.178 suppressions de postes".

Voir les commentaires

Un charcutage dénoncé, une hégémonie programmé

10 Janvier 2014, 17:14pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Redécoupage cantonal : le PC dénonce un «charcutage»

Allié du PS dans l’exécutif départemental, le Parti communiste s’inquiète d’un redécoupage assimilé à un « charcutage électoral ». Sénateur et président du groupe communiste au CG 62, Dominique Watrin (notre photo) avance « la volonté du PS de reconduire et de conforter une majorité absolue », alors que le Parti communiste compte onze élus. « Pour nous, ce sera difficile de maintenir notre influence, admet Dominique Watrin. On pèse entre 10 et 15 % de l’électorat et notre jauge minimale dans l’histoire du Département est de dix élus. On va se battre. Les résultats ne sont pas faits par ceux qui découpent les cantons, mais par les électeurs. Il y a des potentiels cantons gagnables, c’est un défi. Mais je le répète, ce sera difficile. »

Dans le bassin minier, le canton de Rouvroy (détenu par Dominique Watrin) est « complètement disloqué » et celui d’Houdain est « englouti dans la ville de Bruay ». Quant aux contours des deux cantons d’Hénin-Beaumont, ils ont été modifiés pour les pénaliser, croient les communistes, au « risque » de voir entrer le Front national dans l’hémicycle départemental. « On était intervenu auprès du préfet à ce sujet, ne cache pas l’élu communiste. On regrette ce choix. »

Plus largement, Dominique Watrin qualifie le nouveau mode d’élection « d’usine à gaz ». Le PC avait proposé un scrutin proportionnel par arrondissement « qui aurait assuré une juste répartition des forces politiques. Le pluralisme est mis en cause à travers cette loi. Tout comme la représentation des secteurs ruraux, quand on voit que quatre cantons dépassent soixante-quinze communes chacun. »

Le groupe communiste s’est réuni il y a quelques jours pour débattre en interne de son vote du 10 janvier.



L. B.


Source : La Voix du Nord
Dimanche 5 janvier 2014

Un charcutage  dénoncé, une hégémonie programmé

Voir les commentaires

Le Communiste qui vise la mairie d'Arras ( l'observateur de l'Arrageois)

8 Janvier 2014, 18:51pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le Communiste qui vise la mairie d'Arras ( l'observateur de l'Arrageois)
Le Communiste qui vise la mairie d'Arras ( l'observateur de l'Arrageois)

Qui ? René Chevalier

Où ? Arras

Depuis quelques mois, René Chevalier est conseiller municipal à Arras. Le seul représentant du PCF à siéger avec l'opposition. Coincé entre les élues Verts et les socialistes, il n'hésite pas à apostropher régulièrement le maire et ses adjoints sur des sujets qui concernent directement la population.

 

L'Observateur de l'Arrageois. Votre expérience au conseil municipal vous semble-t-elle positive ?

René Chevalier. Je dois être le seul conseiller municipal à porter des toiles bleues dans la journée. Je suis un ouvrier, j'essaye de représenter les ouvriers. C'est important pour moi.

 

Cette expérience vous sert-elle pour bâtir le programme de votre liste ?

Je n'ai pas envie de mettre 60 ou 11 propositions sur la table. Nous avons listé quatre grands thèmes très simples qui touchent de près les Arrageois.

 

Quels sont-ils ?

La gratuité des transports publics, la gestion publique de l'eau, la démocratisation des

Pratiques du sport et de la culture, la création de centres de soins dans les quartiers

 

Comment avez-vous déterminé ces thèmes ?

Il s'agit de demandes fortes de la population que nous consultons depuis les dernières élections municipales. Pendant plus de quatre ans, nous n'avons pas eu accès aux dossiers mais nous avons rencontré les Arrageois. Ce n'est pas un programme qui vient de Paris ou de Bruxelles. Et ces thèmes sont le socle de notre programme.

 

Pourquoi vouloir des transports publics gratuits ?

C'est notre thème prioritaire. J'ai bondi et en même temps j'ai été très content de la mise en place de la Citadine, le mini-bus gratuit du centre-ville. Nous le réclamions depuis longtemps. C'est la preuve que le transport en commun gratuit n'est pas une utopie communiste.

 

Vous vous inspirez d'autres grandes villes ?

Oui, l'expérience est concluante à Châteauroux ou à Aubagne. On peut le faire sans augmenter les impôts sur toute l'agglomération. En plus, c'est écologique.

 

C'est la même philosophie pour l'eau ?

Je pense qu’il faut rediscuter avec Véolia dont le contrat d’affermage se termine en 2015.

Philippe Rapeneau a imposé Véolia à toutes les communes de la CUA, est-ce une bonne idée ? C'est incroyable qu'il ait pu annoncer que plus on consomme, plus le prix au m3 baisse !

 

Vous avez conscience que tous ces thèmes dépendent de la communauté urbaine ?

Oui, c'est aujourd'hui à cet échelon-là que les grandes décisions se prennent. Hélas, la représentation à la CUA n'est pas encore assez démocratique. L'agglo est quand même gérée par un UMP qui travaille main dans la main avec des socialistes... Pourtant, il faut garder l'échelon communal et que les grandes décisions soient prises par la population.

 

Vous vous battez aussi pour le sport et la culture pour tous ?

Il faut que le sport reste accessible aux plus modestes. Idem pour la culture. Avec le partenariat Versailles, on assiste à une véritable marchandisation de la culture. J'aime l'histoire mais cette passion pour Versailles coûte cher : 2,5 millions d'euros. Pourquoi ne pas consacrer ce budget à l'éducation du public ? On pourrait aussi créer un vrai musée Robespierre. A partir de ce grand homme, on pourrait inviter des historiens, organiser des colloques, travailler avec l'université.

 

Le Pharos rend accessible la culture aux Arrageois.

Le Pharos est une réussite. Mais dans un seul quartier. En plus, des gamins que j'ai croisés juste à côté m'ont avoué que ce n'était pas ce qu'ils voulaient. Ils demandaient juste une salle où se retrouver entre eux tard le soir.

 

Vous vouliez parler de l'emploi également ?

Arras est de plus en plus touché par le chômage avec 17,2% de chômeurs et plus de 25% chez les jeunes de moins de 25 ans. Les fermetures d'entreprises ont été nombreuses ces dernières années : Meryl Fiber, Fraisnor, et maintenant Stora Enso...

En 2012, 4000 Arrageois étaient au RSA. Il y a une réelle paupérisation à Arras.

 

On annonce quelques bonnes nouvelles pour les mois à venir.

J'attends beaucoup du Canal Seine Nord Europe, des emplois et de l'activité que cela va générer pour nos entreprises locales. Je crois aussi qu'il faut étudier de près la piste du gaz de houille, une ressource énergétique qui pourrait aussi relancer l’emploi.

 

 

 

1958

René Chevalier est né à Arras en 1958. Issu d'une famille ouvrière, il dit « être tombé très tôt dans la marmite de la revendication ».

1976

Il commence à travailler chez Fauvet Girel à St-Laurent-B. Il se syndique à la CGT en septembre de la même année.

1985

Après un licenciement économique, René Chevalier connaît de grosses difficultés.

2010

René Chevalier devient secrétaire de la section PCF d'Arras en plus de ses responsabilités syndicales (CGT).

2013

Il devient conseiller municipal à Arras. Le seul conseiller communiste à siéger dans les rangs de l'opposition.

Il parle franco

 

Il EST POUR …

 

SAUVER LE CENTRE-VILLE D'ARRAS

« Je suis satisfait d'apprendre que le directeur de la librairie Chapitre veut reprendre ce que les Arrageois appellent encore la librairie Brunet Pourtant, le centre-ville devient un désert commercial, abandonné au profit des centres commerciaux. La situation du centre-ville est catastrophique. Il faut Arras attractif : un dossier sur lequel la majorité a échoué. »

 

 

LE SPORT POUR TOUS

René Chevalier a été un grand sportif, un gymnaste qui s'est distingué à un assez haut niveau. Pour lui, le sport est une nécessité. « L'activité sportive participe à la formation de l'être. C'est un formidable outil de construction de son identité, un élément fondamental de l'éducation populaire. »

 

 

LES DICTONS AFRICAINS

Son dicton préféré est lié à son amour pour l'histoire : « Quand tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens ».

 

IL EST CONTRE...

 

LE PRIX TROP ÉLEVÉ DES PLACES AU MAIN SQUARE FESTIVAL

« Le Main Square fait connaître Arras partout dans le monde mais les gens d'Arras n'y vont pas. Alors que ça coûte aux Arrageois via le budget municipal. La majorité actuelle n'entend pas ces arguments. Les jeunes d'Arras n'ont pas accès au Main Square. Il y a des exemples de bons concerts accessibles comme la Fête de l'Huma (15 euros pour trois jours) ou comme à Nanterre. »

 

LES LICENCIEMENTS ÉCONOMIQUES

René Chevalier a lui-même subi un licenciement économique. Alors dès qu'une entreprise licencie, il se sent directement concerné. « C'est très dur à vivre humainement. Ça m'est arrivé, j'ai connu le chômage et je peux en parler. Quand j'ai été soutenir les salariés de Meryl Fiber, tout m'est revenu. Idem avec les Fraisnor. C'est pour cela que je tiens beaucoup au slogan qui place l'humain d'abord. Et que je fais de la politique pour la lutte des classes, pas pour la lutte des places »

 

SES PRINCIPAUX SOUTIENS

Pour le moment, mis à part ses 43 colistiers (liste D'abord l'humain pour notre ville) et les membres du PCF, René Chevalier n'a pour l'instant pas d'autres soutiens locaux. Il se dit prêt à faire liste commune dès le premier tour avec les socialistes menés par Antoine Détourné. Il attend pour se décider la mi-janvier et les décisions nationales du parti socialiste.

 

SES PRINCIPAUX OPPOSANTS

Tous les autres candidats à la mairie d'Arras sont ses adversaires politiques. René Chevalier a la dent dure contre Philippe Rapeneau (le président de la CUA). Il annonce aussi qu'il ne suivra pas Hélène Flautre (Europe Ecologie les Verts) si c'est elle qui mène une liste d'union de la gauche.

 

EN DEHORS DE LA POLITIQUE

Livre

René Chevalier n'est pas un grand lecteur (par manque de temps) quoiqu'il fréquente assidûment la bibliothèque d'Arras pour y emprunter des livres sur l'histoire. Dernier emprunt : un bouquin sur Napoléon Bonaparte.

Cinéma

Le conseiller municipal communiste d'Arras avoue ne pas avoir été au cinéma depuis au moins deux ans. Il n'aime pas non plus regarder la télévision. «Je m'endors quand je suis assis devant un écran. J'ai besoin de concret. »

Gastronomie

La cuisine, la vraie passion de René Chevalier. Pas un simple passe-temps. A la maison, c'est lui qui prépare les repas. « Je suis un gourmet, j'aime les bonnes choses. Cuisiner, ça me détend. » Son plat le plus réussi : un magret de canard au cidre accompagné de Rösti maison.

 

Voir les commentaires

Jeune et Communiste

8 Janvier 2014, 18:31pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Dans les colonnes des municipales de 2014.

cette semaine dans l'Avenir de l'Artois.

 

Christophe Joucaviel est un jeune militant communiste. Jeune, non seulement parce qu'il a vingt ans, mais aussi parce qu'il n'est engagé que depuis septembre dernier.

Je me suis toujours intéressé à l'évolution de la vraie Gauche, lance Christophe Joucaviel.

 

« Mais je n'ai jamais été tenté par le socialisme ». Arrageois depuis un an et originaire de Wingles, le jeune homme a rejoint les rangs du candidat communiste local, René Chevalier.

« Il y a une véritable dynamique autour de lui », assure le militant.

 

En quoi consiste son rôle dans la campagne ?

 « Je participe aux réunions de cellules, je tracte dans mon quartier, Arras Sud, dans la fac où je suis étudiant... », Décrit Christophe Joucaviel. À l'université, justement, il s'est aperçu que les gens de son âge étaient tentés... par l'abstention ou l’extrême droite. « Mon but, c'est de les convaincre de voter pour René Chevalier, d'attirer les jeunes ».

 Des jeunes qui ne sont pas nombreux dans les rangs communistes. « Leur nombre est assez faible, mais l'ambiance est fraternelle au sein de la section locale. Certes, c'est difficile d'être un jeune communiste, mais il faut comprendre que l'idée communiste n'est pas un archaïsme. Elle se pose encore plus aujourd'hui et a plus de légitimité », argumente le jeune homme.

Il ajoute par ailleurs que le Parti socialiste et l'UMP « proposent le même modèle ».

 

Christophe Joucaviel rappelle le projet communiste arrageois qui est de « mettre l'humain au centre de la vie politique ». « René Chevalier veut redynamiser les commerces et aussi, grâce à son sens du partage et de la relation à l'autre, la ville qui a besoin de plus de cohésion sociale ».

Dans le domaine de la culture, par exemple : «Arras n'a pas besoin du Main Square Festival : les classes populaires ne peuvent pas forcément s'acheter un billet... Il faut que laville se lie à des associations ».

 

Ses premiers mois de militantisme le confortent dans ses choix. Christophe Joucaviel aspire à s'impliquer davantage encore dans la campagne électorale qui approche.

P.J.

Jeune et Communiste

Voir les commentaires