Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Vrai ou faux? Salim Lamrani décortique les clichés sur Castro -

22 Décembre 2016, 13:24pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 

De nombreuses personnes à travers le monde, à commencer par des millions de Cubains, ont salué la mémoire de Fidel Castro. Mais le décès du révolutionnaire a aussi été l’occasion de ressortir quelques poncifs de la propagande anticastriste que l’on pensait ensevelis avec la guerre froide. Les voilà qu’ils remontaient à la surface médiatique: Castro a condamné les Cubains à la misère alors qu’il avait des millions de dollars planqués sur un compte secret; Castro a fait de Cuba une prison à ciel ouvert; Castro était homophobe… Et bien évidemment, l’incontournable « C’était un dictateur ». Nous avons soumis ces crachats funéraires à l’un des meilleurs spécialistes de Cuba, Salim Lamrani, pour un petit questionnaire vrai ou faux. 


Fidel Castro a condamné les Cubains à la misère

Salim Lamrani : Les indicateurs fournis par les institutions onusiennes sur Cuba apportent un démenti à cette affirmation. L’une des grandes réussites de Fidel Castro et de la Révolution est d’avoir créé un système de protection sociale qui est unanimement considéré comme étant l’exemple à suivre pour les nations du Tiers-monde, en universalisant l’accès à la santé, à l’éducation, à la culture, au logement, à la sécurité, au sport et aux loisirs.

Quelques chiffrent permettent d’illustrer ce propos. Le taux d’alphabétisation est de plus de 99% et l’UNESCO souligne que les élèves cubains disposent des meilleurs résultats scolaires de toute l’Amérique latine dans toutes les matières. Cuba alloue près de 14% de son budget à ce secteur. Aucun pays au monde ne fait mieux. En guise de comparaison, la France alloue environ 7% de son budget à l’éducation. Bien entendu, tous les cursus sont universels et gratuits pour tous les Cubains.

Pour ce qui est de la santé, l’espérance de vie est de 80 ans et le taux de mortalité infantile est de 4,6 pour mille. Aucun pays du continent d’Amérique, y compris le Canada et les Etats-Unis, ne dispose d’un taux de mortalité infantile aussi bas. Selon l’UNICEF, Cuba est le seul pays d’Amérique latine et du Tiers-monde à avoir éliminé la malnutrition infantile. Cuba est le premier pays au monde à avoir éliminé la transmission mère/enfant du virus du sida. Il est bien entendu impossible d’atteindre de tels indicateurs sans accès à une bonne alimentation, des conditions de vie décentes, un système d’éducation performant, et des soins de première qualité.

On pourrait également disserter sur l’importante de la culture à Cuba qui est illustrée par les nombreuses manifestations organisées chaque année. On pourrait aussi évoquer la place centrale qu’occupe le sport qui contribue au bien-être physique et moral des citoyens et qui leur inculque des valeurs de partage, de générosité, d’altruisme et de solidarité fondamentales pour l’équilibre de la société.

Il convient de rappeler que ces réussites extraordinaires, uniques pour un pays du Tiers-monde aux ressources limitées, ont été obtenues dans un contexte d’hostilité extrême. Cuba souffre de sanctions économiques extrêmement sévères qui affectent toutes les catégories de la société et tous les secteurs de l’économie. Elles ont coûté plus de 120 milliards de dollars à l’île depuis plus d’un demi-siècle.

 

Fidel Castro avait une fortune personnelle estimée à 900 millions de dollars.

SL: L’estimation a été donnée par le magazine Forbes qui a avoué avoir arbitrairement décidé d’accorder une partie du PIB cubain à Fidel Castro. Le chiffre n’est donc pas crédible. D’ailleurs, tous les observateurs et toutes les personnalités étrangères qui ont eu le privilège de rencontrer Fidel Castro ont tous été frappés par les conditions de vie austères que s’imposait le leader de la Révolution cubaine. Il en est de même pour tous les cadres ayant un poste à responsabilité.

 

Fidel Castro a fait de Cuba une prison à ciel ouvert, n’hésitant pas à faire massacrer ceux qui tentaient de s’enfuir.

SL: Aucune organisation internationale n’a jamais rapporté le moindre cas d’assassinat politique, d’exécution extrajudiciaire, de disparition ou de torture à Cuba depuis 1959. Aucun journaliste n’a été assassiné à Cuba depuis le triomphe de la Révolution. Peu de pays au monde y compris les plus développés peuvent présenter un tel bilan sur les soixante dernières années.

Il y a 4 millions de touristes qui se rendent dans l’île chaque année. Si Cuba était une prison à ciel ouvert, où la population était réprimée, ils s’empresseraient de raconter cette supposée réalité à leur retour de l’île et choisiraient à l’évidence une autre destination pour leurs prochaines vacances. Or, l’immense majorité des touristes reviennent ravis de leur séjour à Cuba dont ils apprécient l’hospitalité, la chaleur humaine, la fraternité, l’histoire, la culture, la sécurité, l’absence de misère (même s’il y a de la pauvreté) et ont hâte d’y retourner.

Si Cuba était une prison à ciel ouvert, il n’y aurait pas 500 000 Cubano-Américains en visite dans l’île chaque année. Il faut savoir que chaque année, plus de mille Cubains qui ont émigré à l’étranger choisissent de rentrer définitivement dans leur pays d’origine. Ces faits parlent d’eux-mêmes.

 

Fidel Castro était homophobe.

SL : Cette question a souvent été instrumentalisée pour des raisons politiques. Dans les années soixante, les préjugés et les discriminations à l’égard des homosexuels étaient légion à travers le monde. Aucun pays n’en a réchappé, y compris les démocraties occidentales.

Au triomphe de la Révolution cubaine, en 1959, la société cubaine était de tradition catholique et patriarcale et il y avait, comme dans toutes les nations réunissant ces caractéristiques, des préjugés à l’égard de certaines catégories de la population.

La grande critique émise à l’encontre de Cuba concerne les Unités militaires d’aide à la production (UMAP) qui ont fonctionné environ deux ans dans les années 1960. Il est important de revenir aux faits. A Cuba, le service militaire est obligatoire. Dans les années soixante, les personnes qui ne souhaitaient pas effectuer leur service pour des raisons éthiques, philosophiques, religieuses ou personnelles devaient effectuer un service civique en réalisant des travaux agricoles dans des unités à la campagne. Au sein de ces UMAP, les homosexuels ont été victimes de discriminations, de vexations, de brimades et de moqueries et ont été logés dans des baraquements séparés.

Ces violations des droits humains sont parvenues aux oreilles de Vilma Espín, épouse de Raúl Castro, et surtout Présidente fondatrice de la puissante Fédération des femmes cubaines. Elle en a donc informé Fidel Castro. Ce dernier, qui s’est toujours appuyé sur la jeunesse et les étudiants, a décidé d’envoyer clandestinement un groupe de militants de l’Union des jeunesses communistes au sein des UMAP pour vérifier les faits. Après plusieurs semaines d’observation, ils ont rendu un rapport accablant confirmant les atteintes aux droits de ces personnes et les UMAP ont été fermées en 1968, un peu moins de deux ans après leur création. Il faut rappeler que le seul rôle de Fidel Castro dans les UMAP a été de procéder à leur fermeture définitive.

Il convient également de dire que des intellectuels tels que Virgilio Piñera et Lezama Lima ont été marginalisés et ostracisés. Dès lors que l’on donne un certain pouvoir à des bureaucrates marqués par l’ignorance et les préjugés, ce type d’abus est malheureusement inévitable. L’homosexualité a été reconnue comme un délit pénal jusqu’en 1979 à Cuba.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Les autorités ont pris plusieurs mesures pour lutter contre les préjugés. Ainsi, en 1993, l’Etat cubain a financé le film Fresa et chocolate qui dénonce les discriminations et les préjugés à l’encontre des homosexuels. Depuis 1995, les homosexuels participent en tant que groupe au défilé du 1er mai.  Le Centre national d’éducation sexuelle, dirigée par Mariel Castro, réalise un travail pédagogique et culturel remarquable avec le soutien de l’Etat cubain pour lutter contre les préjugés et discriminations à l’encontre des homosexuels. L’Etat cubain finance intégralement les opérations de changement de sexe. Depuis 2007, le Ministère cubain de la Santé finance même un festival de cinéma Gay chaque année. Adela Hernández, une personne transgenre née sous le nom de José Agustín Hernández, a même été élue à l’Assemblée municipale de la ville de Caibarién en 2012, ce qui montre l’évolution des mentalités à Cuba. A ma connaissance, il n’y a pas de cas similaire en France ou aux Etats-Unis. Ces faits démontrent que la situation des personnes à l’orientation sexuelle différente à Cuba ne correspond pas à l’image médiatique véhiculée dans les nations occidentales.

Cela dit, il est indispensable désormais de rappeler quelle était la situation des homosexuels à travers le monde, y compris dans les grandes démocraties occidentales. En un mot, elle était semblable à celle Cuba à la même époque. Les préjugés étaient largement répandus. En France, en 1960, le gouvernement du Président De Gaulle a classé l’homosexualité comme un « fléau social » et le parlement français a donné au pouvoir le droit de légiférer par décret pour combattre ce « fléau » (loi n° 60-773 du 30 juillet 1960). Il convient de rappeler également qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les déportés homosexuels ne pouvaient prétendre à aucune reconnaissance de leur statut de victime de guerre ni à aucune indemnisation. En 1968, la France a adopté le point de vue de l’Organisation mondiale de la santé et a classé l’homosexualité comme une maladie mentale. L’OMS n’abrogera cette classification qu’en 1991. La France a considéré l’homosexualité comme un délit pénal jusqu’en 1981. Aujourd’hui, en France, les populations homosexuelles sont toujours victimes de certaines discriminations. Par exemple, elles ne peuvent pas faire un don du sang dans les mêmes conditions que les catégories hétérosexuelles.

Aux Etats-Unis, l’homosexualité était considérée comme un trouble psychiatrique et était même « traitée » par la lobotomie jusqu’en 1951. Sous le maccarthysme, les homosexuels étaient chassés de leur emploi et parfois même jetés en prison. Dans les années 1970, la police effectuait régulièrement des descentes dans les bars homosexuels. En mars 1970, 167 personnes ont été arrêtées dans un bar de Greenwich Village à New York. Jusqu’en 1990, les services d’immigration pouvaient refuser l’entrée aux Etats-Unis pour les étrangers homosexuels. Dans les années 1980, l’homosexualité constitue un délit pénal dans la moitié des 50 Etats des Etats-Unis. Aujourd’hui encore, au XXIe siècle aux Etats-Unis, l’homosexualité reste un délit pénal dans 13 Etats sur 50.

 

Fidel Castro était un dictateur.

SL : Aucun dirigeant au monde ne peut rester 30 ans à la tête d’un pays – car il convient de rappeler que Fidel Castro a été Président de la République de 1976 à 2006 – dans un contexte de guerre larvée avec les Etats-Unis sans un soutien majoritaire du peuple.

Les diplomates étasuniens en poste à Cuba sont d’ailleurs très lucides à ce sujet. Dans un mémorandum datant de 2009, Jonathan Farrar, alors chef de la section des intérêts étasuniens à La Havane – il n’y avait pas encore d’ambassade à l’époque – soulignait que « ce serait une erreur de sous-estimer le soutien dont dispose le gouvernement particulièrement auprès des communautés populaires et des étudiants ».

Tous les observateurs sérieux sont unanimes pour reconnaître que Fidel Castro était aimé des Cubains, même si, comme dans toute société, il y a toujours eu des secteurs insatisfaits.

Par ailleurs, il faut rappeler que Fidel Castro a été élu tous les cinq ans depuis l’adoption de la nouvelle Constitution en 1976. Auparavant, sous la Cuba révolutionnaire, il y a eu deux autres présidents : Manuel Urrutia de janvier à juillet 1959 et Osvaldo Dorticós de juillet 1959 à décembre 1976.

Il faut savoir que des élections directes ont lieu à Cuba au niveau municipal, provincial et pour les législatives. Elles ont toutes lieu au scrutin universel et secret tous les deux ans et demi pour les élections municipales et tous les cinq ans pour les provinciales et les législatives. Le Parti communiste cubain, qui est le seul parti existant dans l’île, ne joue absolument aucun rôle électoral. La législation cubaine interdit au PCC de désigner les candidats. Ce sont les électeurs, au sein de leur circonscription, qui désignent les candidats. Pour chaque élection, il en faut au moins deux et au maximum huit. Une fois les candidats désignés, leur CV est affiché sur la place publique. Les campagnes électorales sont interdites. Il faut également savoir qu’à Cuba les élus peuvent être révoqués durant leur mandat si les électeurs en décident ainsi. Par exemple, un député élu à 57% des voix pourra être révoqué par ses électeurs si 57% +1 en expriment la volonté.

Pour les élections présidentielles, il s’agit d’un processus indirect. C’est le Parlement cubain qui élit parmi ses députés les membres du Conseil d’Etat et du Conseil des Ministres ainsi que leur Président. Ainsi, pour arriver à la Présidence de Cuba, Fidel Castro a d’abord dû être désigné candidat au Parlement, élu comme député au suffrage universel et secret, et ensuite élu par le Parlement comme Président du Conseil d’Etat et du Conseil des Ministres. A Cuba, le Président est à la fois le chef d’Etat et le chef du gouvernement.

Source: Investig’Action

Voir les commentaires

Poutine considère comme un acte de provocation l’attentat contre l’ambassadeur russe

20 Décembre 2016, 18:45pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Poutine loin de répondre à la provocation maintient la réunion tripartite et charge le service du renseignement extérieur d’assurer la sécurité de la délégation turque mais aussi impose une enquête parallèle et conjointe avec les services turcs sur l’origine de l’attentat (note et traduction de Danielle Bleitrach)
19 décembre 2016 + |

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que l'ambassadeur de Russie en Turquie, Andrei Karlov,

L’attentat contre notre ambassadeur en Turquie, Andrei Karlov, constitue un acte de provocation visant à contrecarrer la normalisation de nos relations avec la Turquie et à entraver une solution au conflit en Syrie, a dénoncé le président Vladimir Poutine.

L’action terroriste  est dirigée contre les efforts conjoints faits par la Russie et la Turquie, avec des nations comme l’Iran, pour  rechercher une solution négociée au conflit de cinq ans en Syrie, a déclaré le chef de l’Etat.

Au cours d’une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le chef du Service de renseignement extérieur, Sergueï Narychkine, Poutine a estimé que la seule réponse à ce genre de provocation est de renforcer la lutte contre le terrorisme.

Le président a chargé Narychkine de renforcer la sécurité de la mission diplomatique turque dans ce pays, ainsi que la protection des autres ambassades dans la capitale, et les missions russes à l’étranger.

 Poutine a également considéré qu’il devait exiger du  gouvernement turc des garanties de sécurité supplémentaires pour les membres du personnel diplomatique russe dans cette nation Euro-asiatique, selon la Convention de Vienne.

Trouvons ceux qui ont ordonné et sont à l’origine de l’attentat. Pour cela, le Comité de recherche de la Russie (SKR) va ouvrir une enquête sur ce qui est arrivé à Ankara, a-t-il dit.

En outre, une commission d’enquête commune créée avec la Turquie, depuis l’arrivée d’une délégation de SKR dans les prochaines heures, a déclaré M. Poutine, qui a dit qu’une telle décision était intervenue dans une récente conversation téléphonique avec son homologue turc  Recep Tayyip Erdogan.

La télévision officielle a diffusé l’information sur le fait que  l’attaquant était un policier qui a travaillé pendant quatre ans dans les organes de sécurité.Il a tiré une première fois dans le dos de Karlov, puis à plusieurs reprises quand celui-ci était étendu sur le sol, en criant que  c’était une vengeance pour Alep, dont la partie orientale a été presque entièrement libérée cette semaine par les troupes syriennes, soutenues par la Russie.

La veille, après l’évacuation de plus de 10.000 qui se sont rendus et leurs familles, les radicaux qui devaient être les derniers à sortir de la ville ont attaqué un convoi de bus dans lequel devaient être évacués les civils de deux villages assiégés par eux près de cette ville.

(Con información de Prensa Latina)

Publié par 

Voir les commentaires

Smic : "La décision du gouvernement est lamentable" "Pierre Laurent"

20 Décembre 2016, 17:48pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Smic : "La décision du gouvernement est lamentable" "Pierre Laurent"

La ministre du travail Myriam El Khomri vient d'annoncer qu'il n'y aurait pas de coup de pouce pour le smic en 2017.

Cette décision du gouvernement est lamentable.

L'indifférence du quinquennat Hollande à l'égard des salarié-e-s les plus modestes est indigne d'un gouvernement de gauche.

Les coups de pouce aux grands patrons se sont multipliés comme en témoigne les 41 milliards d'euros du CICE qui, loin d'avoir le moindre effet positif sur l'emploi, viennent nourrir les dividendes records versés aux actionnaires, les retraites-chapeau et autres parachutes dorés.

 

Le PCF propose une augmentation immédiate de 23% du SMIC pour le porter à 1400 euros net environ et une progression visant 1700 euros net à la fin du prochain quinquennat.

Indissociablement, les salaires de chaque premier niveau des grilles de classification des différentes branches doivent être également augmentés.

Nul doute qu'un gouvernement de gauche déterminé à combattre la finance pourrait se donner les moyens d'une telle politique. Rappelons que l'évasion fiscale fait perdre chaque année à la France près de 80 milliards d'euros de recettes.

 

Voir les commentaires

Selon que vous serez puissant ou misérable...... La Fontaine, toujours d'actualité.

20 Décembre 2016, 17:42pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Selon que vous serez puissant ou misérable......  La Fontaine, toujours d'actualité.

Voir les commentaires

La vérité sur la dette : comment le peuple français se fait piller

19 Décembre 2016, 16:23pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La problématique de la dette publique est désormais omniprésente dans le monde politique. Partis et gouvernements se renvoient la balle de la « mauvaise gestion » dans une hypocrisie totale. En réalité, la dette publique reflète les gigantesques pertes de la crise bancaire de 2008, et d’un système financier aux intérêts exclusifs. Cette extorsion de masse, masquée par les politiciens, journalistes et pseudo-experts économistes, est d’une ampleur telle qu’elle en est devenue criminelle.

 

Ces dernières années, la question de la dette publique s’est placée au devant du débat national comme une problématique majeure. Sur les plateaux télé, les économistes – venus presque tous de cabinets de conseil financier, et non de laboratoires de recherche scientifique – s’alarment sur les « proportions » de notre dette. PS, UMP-Républicains et FN sont unanimes : cette situation résulte avant tout d’une « mauvaise gestion » des finances publiques. La majorité socialiste et l’ex-majorité de droite se renvoient la balle.

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS :

Voir les commentaires

POUTINE, le NOUVEL EMPIRE

17 Décembre 2016, 08:32am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Avec l'intervention russe en Syrie le 30 septembre dernier, le monde a changé d'une manière sans doute aussi radicale que lors du 11 septembre 2001.
 

Diffusé sur France 2 le jeudi 15 décembre 2016 à 23:15 - Durée : 1 h 27

Avec l'intervention russe en Syrie le 30 septembre dernier, le monde a changé d'une manière sans doute aussi radicale que lors du 11 septembre 2001. Un tournant décisif de l'Histoire s'écrit à un rythme de plus en plus soutenu. Ennemi à abattre un jour, partenaire incontournable le lendemain, Vladimir Poutine souffle le chaud et le froid mais avance toujours ses pions. Après la Tchétchénie, la Géorgie et l'Ukraine, voici ses armées en Syrie, pour la première fois hors de son territoire depuis la chute l'ex-URSS. Allié préférentiel des grands émergents, de la Chine à l'Iran, il s'affirme également comme un modèle de rechange à l'extrême droite et parfois de la droite, comme de l'extrême gauche de l'échiquier européen.

Voir les commentaires

ABROGATION LOI TRAVAIL : une proposition de loi en discussion au Sénat le 11 janvier 2017

16 Décembre 2016, 21:53pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Les sénateurs du Groupe communiste, républicain et citoyen ont présenté un texte proposant l'abrogation de la loi travail. Cette proposition doit venir en discussion au Sénat le 11 janvier 2017.

Coïncidence :c'est également le jour du rassemblement à Amiens pour exiger la relaxe des 8 de Goodyear!

Le texte de la proposition de loi en lien ci-dessous :

 

Voir les commentaires

Qui finance la campagne d'Emmanuel Macron ?

16 Décembre 2016, 21:44pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Après son grand meeting à Paris, samedi 10 décembre, certains se posent la question du financement de la campagne d'Emmanuel Macron. Voici son fonctionnement.

Des milliers de personnes se sont rassemblées porte de Versailles à Paris, samedi 10 décembre, pour écouter Emmanuel Macron. Mais ce tour de force a un coût. Pour récolter des fonds et financer sa campagne, l'ancien banquier d'affaires a mis en place plusieurs systèmes bien rodés.

Depuis le lancement de son mouvement En marche !, Emmanuel Macron a pu compter sur le soutien de 11 000 généreux donateurs. De quoi récolter plus de 3 millions d'euros.

Des dîners à Londres ou à New York

Pour augmenter son budget de campagne, Emmanuel Macron organise aussi des dîners, à Londres ou à New York. A cette occasion, chaque convive peut verser jusqu'à 7 500 euros, le don maximum autorisé par la loi.

Enfin, l'ancien banquier compte bien emprunter plusieurs millions d'euros, de quoi rapidement atteindre la limite autorisée de 16 millions d'euros pour la campagne du premier tour à l'élection présidentielle.

Voir les commentaires

Est-ce que les médias mentent ? 91 % des internautes répondent OUI !

16 Décembre 2016, 21:38pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Est-ce que les médias mentent ? 91 % des internautes répondent OUI !

Jean-Jacques Bourdin demande aux internautes si les médias mentent... et le regrette aussitôt

L'animateur de RMC a lancé un sondage en ligne sur Twitter pour savoir si les utilisateurs pensaient que les journalistes étaient des menteurs. Avec 91% de réponses positives et des commentaires salés, l'expérience a tourné au vinaigre.

« Est-ce que les médias nous mentent ? Votez !» Jean-Jacques Bourdin ne s'attendait certainement pas à ce que 91% des utilisateurs de Twitter répondent favorablement à la question qu'il posait, remettant par-là massivement en cause la crédibilité de la caste médiatique.

Manipulation, conditionnement, occultation de faits, hiérarchisation arbitraire de l'information... Les griefs contre les médias de masse énumérés par les participants au sondage sont nombreux.

Cliquez ci-dessous

Voir les commentaires

Syrie: Une journaliste démonte en deux minutes la rhétorique des médias

16 Décembre 2016, 21:28pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

ONU : une journaliste démonte en deux minutes la rhétorique des médias traditionnels sur la Syrie

Les médias occidentaux se basent-ils toujours sur des sources crédibles dans leurs reportages sur la Syrie ? La réponse de cette journaliste canadienne a laissé sans voix son interlocuteur.

La démonstration a eu lieu lors d'une conférence de presse ayant pour thème «Contre la propagande et le changement de régime en Syrie», organisée par la Mission permanente de la République syrienne auprès de l’ONU. Etaient invités à y participer les journalistes et activistes internationaux dont les efforts, comme l'ont noté les organisateurs de la conférence, «aident à réfléter la réalité de ce qui se passe en Syrie». Parmi les participants, la journaliste canadienne Eva Bartlett, qui s'est plusieurs fois rendue en Syrie depuis 2014, et avait passé auparavant quelques années à Gaza, travaillant à recueillir les témoignages directs des habitants de ces régions au centre de conflits.

Voir les commentaires

Liberté Hebdo 1250: L'édito de Franck

16 Décembre 2016, 20:58pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Liberté Hebdo 1250: L'édito de Franck

L’INTERET SUPERIEUR DES POPULATIONS

 

La Syrie, meurtrie, semble loin de nous. pas un jour sans qu’un nouveau cri nous parvienne. Plus que ceux des victimes, des morts et des blessés, ce sont ceux des politiques occidentaux prodigues en solutions que nous entendons à longueur de flashs télévisés ou sur les ondes radiophoniques. Etouffés les cris des victimes par un concert de propagandes diverses et de tentatives outrées de récupérations politiciennes.

Conseils, avis, analyses... Comme au bon vieux temps, tout récent, sur les corps d’enfants frappés par les balles, des conseils du bon docteur Bernard-Henri Lévy. Toujours prêt à soigner le monde des désordres et du chaos, il est heureusement silencieux. Mais il a lancé une épidémie puissante qui fait  que n’importe quelle voix forte essaye d’imposer un point de vue dans un conflit, à nos portes, que le citoyen ne comprend plus.

D’ailleurs, les éléments pour comprendre sont peu fournis, comme si le citoyen n’était bon qu’à s’indigner.

La raison n’a plus sa place quand la guerre est installée. Et pour les Syriens, quel que soit l’horizon, la souffrance s’accumule depuis six ans.

Elle explose, cette souffrance, indifférente aux états d’âme télévisuels des candidats à la présidentielle française.  

Entre les armes françaises qui se sont retrouvées ente les mains de « rebelles », complices de Daech, les hésitations américaines qui ont retardé toutes les  tentatives d’intervention, les populations de Syrie ne verront de différence qu’avec l’arrêt des cormbats et la paix.

Les frappes russes, énormément décriées, sont-elles vraiment les seules responsables des dégâts ?

L’engrenage fatal que personne n’a su endiguer en porte les conséquences.  

Ni l’Europe, ni les Etats-Unis, n’ont su bâtir une réponse à la hauteur du danger, faute d’avoir une perception du conflit détachée de leur volonté de faire tomber coûte que coûte in fine le régime de la famille Assad.

Prenons garde que les schémas géopolitiques plaqués sur ceux de la guerre froide ne causent des dégâts irréversibles sur le plan international.

Pour nous, face à l’horreur de cette guerre, seul le message porté par le Mouvement de la Paix réclamant une trêve humanitaire à Alep nous apparaît cohérent dans la cacophonie déraisonnée du monde.

Ce qui se passe en Syrie est déterminant. En sommes- nous tous conscients ?

 

Voir les commentaires

La mélancolie du communiste sincère

14 Décembre 2016, 20:13pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La mélancolie du communiste sincère

Qui ne comprend pas que la question du travail sera centrale lors des futures échéances électorales risque de déchanter gravement. Alors que des millions de français sont privés d’emploi, que les directives européennes dans le cadre d’une économie globalisée causent une lente mais irréfutable destruction de notre industrie avec la disparition de très nombreux emplois, que la monnaie unique condamne nos échanges commerciaux et donc handicape nos perspectives de croissance, que la robotisation et l’économie numérique vont causer à moyen terme la disparition de nombreux emplois notamment dans les services, la droite et une partie de la gauche, totalement inféodées aux thèses libérales qu’elles idolâtrent aveuglement, nous entraîneront dans les abîmes de la crise économique et surtout politique. Il faut être stupide pour ne pas s’apercevoir que les théorèmes familiers des économistes libéraux ne prennent plus. La tristement célèbre et autoproclamée vertueuse destruction créatrice ne pourra cette fois-ci rien pour nous. C’est d’ailleurs, petite parenthèse, ce que nous vend Mélenchon avec la transition écologique.

Ces thèses ne peuvent plus prendre car le capitalisme a atteint le seuil maximum de son développement. Il est sauvage, dans une prédation ultime et se concentre violemment. C’est un peu comme le noyau d’uranium qui absorbe les neutrons pour finir par exploser. Il semblerait qu’en atteignant ce stade il entre dans une phase d’auto-destruction. Cela consolide globalement les travaux marxistes. Lénine définissait ce stade suprême ainsi : « L’impérialisme est le capitalisme arrivé à un stade de développement où s’est affirmée la domination des monopoles et du capital financier, où l’exportation des capitaux a acquis une importance de premier plan, où le partage du monde a commencé entre les trusts internationaux et où s’est achevé le partage de tout le territoire du globe entre les plus grands pays capitalistes ». Comment ne pas lui donner totalement raison. Les faits parlent d’eux-mêmes.

Sans doute faut-il s’attendre au pire, pourtant les alertes ne manquent pas. Trump, l’Autriche, le référendum italien et la forte dynamique des mouvements populistes faussement anti-systèmes à l’image du mouvement 5 étoiles qui se nourrit de la disparition de la gauche transalpine, les menaces émises contre la Chine et la Russie, l’extrême-droite au pouvoir déjà dans plusieurs pays européens comme en Pologne et en Ukraine, la colonisation de l’Europe de l’est par la puissante économie industrielle allemande, le retour fracassant de la France en Afrique avec l’intervention en Libye, au Mali, en Centrafrique …

La première évidence, c’est que l’Europe fait le le lit du fascisme. Parce qu’elle est anti-démocratique, autoritaire, qu’elle vassalise le continent aux intérêts nord-américains, qu’elle cadenasse les économies du sud avec les conséquences que l’on sait, elle plonge la continent dans une dynamique extrêmement inquiétante. C’est un clin d’œil cynique de l’histoire pourrait-on croire. Alors que les VRP sous cachet de la CIA nous vendaient dès la fin des années 1940 la coopération européenne pour définitivement proscrire la guerre et le choc impérialiste, nous voilà revenus à des temps crépusculaires. Sans doute l’URSS et la très forte influence du parti communiste dans les grandes nations européennes d’après-guerre ont-elles mis un frein durant des décennies au grand projet du capital. Mesurons les conséquences titanesques de l’absence (aujourd’hui) d’un discours de gauche sur la question européenne audible et visionnaire, sur ce qu’est le capital et jusqu’où il est prêt à aller pour assurer sa survie s’il ne trouve pas sur son chemin une force capable de le détruire, en tout cas dans un premier temps de le contraindre fermement . L’euro-communisme est un fléau dont nous aurions du, il y a déjà déjà bien longtemps, nous défaire. Mais l’Europe est devenu un mythe et nous-mêmes participons à sacraliser la sale bête. Les grecs qui décidément ont une ancestrale approche et expérience critiques avec elle, nous ont livrés lors de l’antiquité le mythe de la princesse Europe qui finira par accoucher des juges des enfers.

Aux vues des dernières et rares consultations populaires et de l’opposition farouche à l’Europe qu’elles révèlent, du funeste bilan de Tsipras, maître-d’œuvre des partisans de la refonte européenne et de la prophétique Europe sociale, il est clair que batailler pour un vrai et grand parti communiste authentique, tirant les erreurs du passé et développant une approche dialectique des événements ne relève pas d’un pur folklore propre à une petite caste, les ders des ders, nostalgiques et aigris. L’Europe est un poison et il faut d’urgence l’antidote. C’est une fois encore notre responsabilité. Oui, être communiste est théoriquement un sacerdoce… Peut-être est-il plus que venu le temps de poser le débat contradictoire, de ne plus avoir peur d’affronter en face l’histoire présente. Il est tout de même incroyable qu’à aucun moment nous n’avons pu débattre de la question européenne entre nous. La frustration n’a t-elle pas été extrêmement vive lors du dernier congrès une fois encore ? Débattre de la sorte pointerait inévitablement une série de lourdes responsabilités et ferait vaciller pour un temps le navire. Cependant, nous devrons nous résigner à nous-y plier, à assumer notre aggiornamento inversé, ou alors nous condamnerons définitivement les peuples européens au pire, à la guerre. Des pistes prometteuses sont à creuser concernant l’érection d’un nouvel espace collaboratif autour de la Méditerranée, autour d’un vaste programme axé sur la francophonie, la langue française pouvant incarner une autre vision du monde, de la culture, de la collaboration à échelle du monde. Tout cela sans parler d’un partenariat resserré avec l’axe Sino-russe. La France est grande quand elle porte un projet comme celui proposé par les frères Bocquet, une COP 21 sur l’évasion fiscale.

Va se poser également la question de la reprise populaire du pouvoir. Un plan de vastes nationalisations pour basculer vers une maîtrise et un contrôle publics et démocratiques de l’économie et des finances, avec une véritable et révolutionnaire démocratie ouvrière. Des comités de gestion élus, le retour à une forme modernisée de planification, la renaissance d’une grande et puissante paysannerie coopérative et solidaire, respectueuse des sols et des hommes, une très importante réduction du temps de travail conjuguée à l’invention d’un tout nouveau modèle social et philosophique où l’on se partage fortement le travail et où l’on ré-apprend à avoir le contrôle du temps, l’établissement d’assemblées populaires locales pour inventer dans la proximité et la co-élaboration la politique de demain … Je rêve de faire du cinéma, de réaliser des films passionné que je suis par l’esthétique filmique, par l’incroyable beauté symbolique d’un travelling travaillé ou d’un plan en contre plongée audacieux. Ne travailler que quelques heures par semaine me permettrait de pouvoir me consacrer à cette passion. Encore faut-il pouvoir accéder à des écoles publiques et gratuites d’art, de pouvoir se former tout au long de son existence.

L’école, les Arts, les sports méritent des propositions plus qu’audacieuses. Ils doivent permettre l’émancipation et la construction de tous. Pouvoir s’émanciper de l’apparent relativisme social, de cette forme aboutie de fascisme que théorisait Pasolini qu’est la consommation frénétique et consumériste. Nous mourons aujourd’hui d’une forme de perversion métaphysique flattant les pires instincts de l’humanité. Il nous faut penser le commun, le beau, le bonheur, la paix. Parce que cette mission est hautement révolutionnaire tout en étant par ailleurs terriblement enthousiasmante, elle réclame un soucis de l’organisation vital. C’est là mon opposition la plus vive avec Mélenchon. Il faut un parti organisé, méthodique pour éduquer et pour aller solidement à la bataille. C’est le caractère providentiel de sa personne ressenti comme tel par les militants qui l’entourent qui accrédite provisoirement son hypothèse. Sans cela son mouvement végéterait, incapable qu’il serait de produire une matrice cohérente et solide.

Comme je suis finalement malheureux de ne pas pouvoir promouvoir toutes ces choses, de ne pas militer dans un parti prenant de la hauteur. Nous voilà invités à suivre un personnage avec lequel nous n’avons que quelques malheureuses convergences, inventant pour l’occasion des concepts aussi ahurissants que le ralliement critique, que la candidature rétractable. Nous voilà en train de crier avec les loups lorsque se produisent des événements comme le Brexit. Pourtant, après le résultat surprise de la conférence nationale, le parti semblait de nouveau en ébullition, de nombreux camarades se sont ouverts, ont produit des choses extrêmement intéressantes. Nous ressentions de nouveau une forme de vitalité et même de fierté. De nombreux camarades retrouvaient le goût de la lutte et comprenaient que notre parti n’est pas n’importe quel parti, qu’il possède de beaux restes capables de déplacer des montagnes si seulement il se promettait de se donner les moyens pour le faire.

Je crois que notre pire faiblesse, c’est qu’il est dirigé depuis des années par des gens qui n’y croient plus, qui ne se pensent que comme des gestionnaires de patrimoine. Combien sont-ils à croire encore que le changement ne pourra émaner que par des actes révolutionnaires et non pas au travers des institutions bourgeoises ? Combien sont-ils à ne pas oublier que notre mission première est de travailler à l’avènement du socialisme ? Un socialisme prenant les accents et les attraits de notre époque évidemment. Combien sont-ils à se dire que l’expérience cubaine mérite tout de même une approche très critique ? Combien sont incapables de penser autre chose que la petite tambouille tactique pour se partager quelques malheureux strapontins ?

Nous méritons tellement mieux, tellement plus. Cependant, cela serait une erreur de leur abandonner la maison. Je suis en profond désaccord avec ceux qui pensent qu’il suffit de construire ailleurs pour régler le problème. Le PCF est l’incarnation du communisme en France qu’on le veuille ou non et tant que nous n’arriverons pas à reprendre possession de la machine, il faudra être patient, rester droit et combatif, déterminé et rassembleur. C’est un travail de chimie fine, d’équilibriste fou. Les faits finiront, j’en suis persuadé, par nous donner raison. Le plus insupportable pour le militant communiste sincère et déterminé, est de côtoyer tous les jours cette misère, cette souffrance populaire et de mesurer que toutes ces futiles et minables tergiversations que nous nous infligeons nous font perdre un temps ô combien précieux pour pouvoir les éradiquer. Comme l’écrivait si merveilleusement bien Neruda, « Ah si seulement avec une goutte de poésie ou d’amour nous pouvions apaiser la haine du monde ! ».

G.S

Voir les commentaires

Les médias occidentaux en mal de sources fiables à Alep

14 Décembre 2016, 18:42pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La journaliste indépendante canadienne Eva Bartlett a critiqué les médias occidentaux pour leur choix de sources pendant la couverture de la situation à Alep-Est.

 Les vidéos sur les prétendues «atrocités à Alep» filmées par les terroristes La journaliste, qui s'était rendue en Syrie à plusieurs reprises depuis le début du conflit armé dans le pays, a reproché aux médias de se référer à des sources qui ne peuvent pas, selon elle, être considérées comme fiables.

« Est-ce qu'il y a des organisations internationales qui sont actuellement présentes à Alep-Est ?

Il n'y en a aucune.

On fait confiance à l'Observatoire syrien des droits de l'homme, qui est basée dans la ville britannique de Coventry et ne compte qu'une seule personne, ainsi qu'à des groupes ayant une réputation douteuse tels que les Casques blancs », a déclaré Mme Bartlett.

 Les Casques blancs syriens reçus à l'Élysée créent le malaise Selon elle, « personne » n'a vu de « Casques blancs» à Alep-Est. Qui plus est, bien que cette organisation soit considérée comme étant neutre, il existe des vidéos qui montrent ses membres armes à la main ou posant sur les corps de militaires syriens.

Ainsi, les médias occidentaux ne disposent pas de sources fiables sur le terrain à Alep, affirme Eva Bartlett.



En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201612141029173277-alep-medias-occidentaux-sources/

Voir les commentaires

AUTOROUTES : les 5 pires arnaques de ce SCANDALE D'ÉTAT

14 Décembre 2016, 18:34pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Comment l'Etat a bradé les autoroutes payées avec notre argent et qui étaient très rentables pour les livrer en pâture aux géants du BTP.

Voir les commentaires

Trop de fonctionnaires ?

12 Décembre 2016, 20:00pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La question va sans doute dominer le débat lors de l'élection présidentielle: la France emploierait trop de monde dans son secteur public, si on en croit le programme développé par le désormais candidat de la droite, François Fillon, qui veut supprimer 500.000 postes dans ce secteur, soit un sur dix.

Or, une étude menée par Xavier Timbeau, directeur de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), organisme de recherche indépendant, publiée sur le site Alterecoplus montre que la France n'a pas plus de fonctionnaires que les autres pays, si on rapporte leur nombre à celui de la population.

A cette aune, l'Hexagone se situe dans la moyenne haute derrière les pays nordiques, et au niveau de l'Allemagne et des USA, si souvent vantés...

Réduction du nombre de fonctionnaires, voici l'inspiratrice de François Fillon

Agnès Verdier-Molinié : "700 000 agents publics en trop en France"

Voir les commentaires