Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Pascal Choquet, ex-salarié gréviste de Meryl Fiber, viré pour l'exemple ?

4 Octobre 2011, 09:55am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

pascal-choquet-ex-salarie-greviste-de-1357408.jpg Pascal Choquet,

 ex-salarié gréviste

 de Meryl Fiber,

 viré pour l'exemple ?


Pascal Choquet attend une prochaine audience de conciliation devant le conseil des prud'hommes.




« Moi je n'ai rien bloqué ! je n'ai rien fait d'autre que la grève en ce 28 avril dernier. Qu'on vienne me prouver le contraire. » Pascal Choquet, 49 ans, a travaillé trente et un ans, dont vingt-neuf passés dans le giron de Rhône Poulenc et Meryl Fiber (Saint-Laurent-Blangy). Il a la certitude d'avoir été licencié « pour l'exemple ».

« La nouvelle direction veut être crainte par des salariés qui ont, pour beaucoup d'entre eux dépassé la quarantaine. À cet âge-là, on a plus de mal à trouver un travail et forcément, on réfléchit à deux fois avant de faire grève. » Pascal Choquet demande aujourd'hui sa réintégration dans l'usine pour un licenciement abusif, sans cause réelle. Sa lettre de licenciement qui ne semble pas mentionner ce qu'on lui reproche exactement, lui laisse espérer d'avoir gain de cause devant le conseil des prud'hommes.

Quarante salariés convoqués

Une quarantaine d'autres salariés avaient été convoqués pour un entretien préalable, à la fin juillet. « Pour les syndicats, ces menaces de licenciement pour faute grave étaient un plan social déguisé. Je crois qu'étant donné la situation de l'entreprise, ils n'ont pas les moyens de financer un tel plan ». Pascal Choquet est le seul à avoir été chassé de l'entreprise. « Je ne peux laisser dire qu'il n'y a eu personne de licencié, comme M. Pellerin l'affirme. » Le 28 avril dernier, les salariés s'étaient réunis devant les portes de l'usine et quelques camions n'avaient pu rentrer. On reproche à M. Choquet « un comportement ayant entraîné le dysfonctionnement de l'atelier ainsi qu'une perte financière pour l'entreprise. » En somme, « on me punit pour avoir été gréviste, dit-il. On ne s'est pas allongés sur le bitume pour empêcher les camions de passer. Je me battrai jusqu'au bout. Je ne me sens coupable de rien. Quand cela fait trente et un ans que vous travaillez et que vous vous retrouvez à Pôle emploi, cela fait bizarre, vous savez. »

N. A. - La Voix du Nord - 04.10.2011

Commenter cet article