Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Industrie ferroviaire : question au Gouvernement d’Alain Bocquet

12 Mai 2010, 09:03am

Publié par MDC

 

arton410-14423Industrie ferroviaire : question au Gouvernement d’Alain Bocquet

mardi 11 mai 2010

Madame la Ministre,

Lors du débat sur l’industrie à l’initiative des députés communistes, M Estrosi, Ministre de l’Industrie, n’avait pas manqué d’affirmations fortes. Il faudrait, Madame la ministre, que les actes suivent. On en est loin ainsi qu’en témoigne la situation de l’industrie ferroviaire du Nord Pas de Calais.

Première région ferroviaire de France, elle concentre 30% de l’activité nationale, 10 000 emplois et un milliard de chiffre d’affaires. Avec le pôle de compétitivité I-Trans, avec l’Agence ferroviaire européenne, avec demain l’extension universitaire du Mont Houy (technopole axé sur les transports) et le projet de zone ferroviaire porté par la communauté d’agglomération de la Porte du Hainaut que je préside, nos territoires pourraient voir venir.

Pourtant, l’inquiétude s’installe chez les salariés, de l’ouvrier au cadre d’Alstom ou Bombardier, les deux constructeurs du Valenciennois et chez les sous-traitants. Les commandes affluent : commande de rames de TER (11 régions françaises et la SNCF pour 15 milliards d’euros), commande de RER pour l’Ile de France (2,5 milliards d’euros). Elles s’appuient sur l’argent public, celui des contribuables ou des usagers. Il est donc inadmissible que pour cause de rentabilité à courte vue, les constructeurs le détourne de l’emploi local et de nos territoires.

Cap à l’Est de l’Europe, C’est le nouveau crédo des constructeurs ferroviaires en quête de travail à bas coût, en conséquence on supprime des emplois chez nous alors qu’on devrait en créer, et beaucoup ! Déréférencées, nos PME restent sur le carreau ainsi que le montre la production du PHD (TER 2 niveaux) : 40 voitures par mois annoncées en Tchéquie et en Pologne. Huit milliards d’euros et de quoi faire vivre notre tissu de PMI au lieu de le jeter dans la récession.

Peu importe pourvu que ça rapporte ! Alstom vient d’annoncer des résultats « record » : pour le dernier exercice 2009-2010 : +10% de bénéfice net (1,22 milliard d’euros) ; +5% sur le chiffre d’affaires, tout en supprimant 5000 emplois et en faisant bondir de 11% les dividendes des actionnaires.

Le fret ferroviaire quant à lui est en crise ; la gare de triage de Somain (400 emplois directs) est menacée de mort lente ; les 230 emplois du constructeur douaisien Arbel Fauvet Rail près d’être supprimé avec la liquidation de cette entreprise pourtant à la pointe de l’innovation. Des sociétés comme Mécastamp (Hénin-Beaumont), Amesco (Vieux-Condé), les Forges de Fresnes sont en difficulté. Et combien d’autres que menace le sort de la société amandinoise Delos liquidée avec 50 emplois à la clé !

Or devant ces réalités, l’Etat reste l’arme au pied. Il ne suffit pas d’effets d’annonce, telles la promesse de 7 milliards d’euros pour la relance du fret ferroviaire, ou celle de privilégier la fabrication française. Concrètement rien ne vient et c’est, pour des entreprises, une question de survie et de semaines.

Il y a donc urgence à engager l’autorité du gouvernement dans la remise en ordre de l’industrie ferroviaire. Il y a responsabilité d’Etat quand la mobilisation de fonds et commandes publics joue contre les entreprises et salariés de notre pays. Quelles dispositions urgentes allez-vous prendre pour relancer le fret ferroviaire et permettre à nos bassins d’emploi et PME de tirer profit de l’envol de l’activité voyageurs, nourri de l’argent public. Dans le Valenciennois qui concentre 8 000 salariés du ferroviaire, Alstom, Bombardier devraient être les moteurs d’un essor créateur de richesse et d’emplois stables. Le contraire se produit actuellement. Votre réponse est attendue.

Extrait de la réponse du Ministre Madame Idrac, Secrétaire d’état du commerce extérieur au nom du ministère de l’Industrie.

Je confirme les commandes dont vous avez parlé Monsieur le député, les grands donneurs d’ordre de l’industrie ferroviaire auraient avantage à s’appuyer sur le système de PME qu’ils ont mis en place Nous agissons pour l’obtention de la réciprocité dans les dialogues internationaux notamment avec la Chine, le Canada, l’Inde Un médiateur de la sous-traitance vient d’être nommé qui peut intervenir à tout moment dans les cas que vous citez.

Nous sommes attentifs au sort des salariés d’Arbel Fauvet Rail avec notamment une utilisation du CTP.

150 millions seront attribués à l’étude du transport ferroviaire du futur qui devrait concerner le pôle I-TRANS

 

 

 

Commenter cet article