Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Au nom de la cause des femmes : A Méricourt, ce jeudi 8 mars, dans un cadre festif, le PCF du Pas-de-Calais est revenu sur l’actualité du féminisme…

19 Mars 2012, 10:42am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Au nom de la cause des femmes : A Méricourt, ce jeudi 8 mars, dans un cadre festif, le PCF du Pas-de-Calais est revenu sur l’actualité du féminisme…

Femmes-Mericourt-2.jpg Maria Deraismes, Louise Michel, Clara Zetkin, Madeleine Colin ou plus près de chez nous Emilienne Mopty ou Martha Desrumaux … Autant de figures du féminisme convoquées à l’occasion de la Journée internationale des Droits de Femmes célébrée à la salle Jean-Vilar de Méricourt, à l’initiative de la Fédération du Pas-de-Calais du PCF.

 « Nous sommes 200 contre 170 l’an dernier pour la 1édition ! » A l’accueil, Alexandre d’Andréa du PCF méricourtois manifeste son contentement. Ce rassemblement fédéral monte en puissance. L’occasion pour Guillaume Sayon, membre de la direction départementale, de rappeler qu’aujourd’hui encore « une femme gagne 27 % de moins qu’un homme à diplôme et statut égaux ». Puis Hervé Poly, le secrétaire fédéral, de souhaiter à la gent féminine non seulement une bonne fête, mais « de bonnes luttes car votre combat reste effectivement d’actualité. Davantage encore que les hommes, vous subissez la précarité et les bas salaires ».

Des témoignages en série

A ses côtés, Nicole Leroy, délégué syndical CGT à Moy Park à Hénin-Beaumont, acquiesce. Elle rappelle aussi volontiers que « si dans ma boîte des luttes se sont avérées victorieuses,la vigilance s’impose en matière de respect du droit du travail ». Candidate du PCF à la Législative dans l’Arrageois, Sandra Dussautoir invite effectivement « à ne rien lâcher » à l’heure « où les réformes de Nicolas Sarkozy remettent en cause les droits de femmes avec la casse de la Santé ou la fermeture de centres IVG ». A un moment aussi où le Front national prétend « fermer les plannings familiaux et envisage le non-remboursement de la contraception et de l’IVG ». Et Sabrina Badache, assistante du sénateur Dominique Watrin, de revendiquer, le poing levé ou presque, « le droit des femmes de disposer de leur corps » et le « principe de parité » loin d’être appliqué au Parlement.

Le PCF et la cause des femmes

Francine Padoen, « simple femme au foyer », dit alors sa fierté d’appartenir au Parti communiste qui « lutte pour faire reculer la Droite et le clan Le Pen ». Elle se taille un joli succès à l’applaudimètre. Lucile Hannot de Divion évoque ses conditions de vie étudiantes, son « logement insalubre de 6 m2, la toilette avec de l’eau orange, et les plombs qui sautent à chaque fois que j’utilise un sèche-cheveu » ! Elle milite pour « une réforme des règles de formation continue et professionnelle pour ne plus m’entendre dire que je manque d’expérience quand je cherche un travail en été ». Avec toute la fraîcheur de ses vingt ans, Aurélie Danjou, une ancienne du lycée Picasso d’Avion, membre de la Jeunesse communiste depuis 2008, « prétend y avoir appris des choses qu’on n’apprend pas à l’école ». Le sourire coquin, elle ne dira pas lesquelles… Le ton est à la bonne humeur. A la gravité aussi lorsqu’Anne-Bénédicte Dufour rappelle le sort subi par les usagers de l’école privée Pigier de Lens, qui vient de fermer. « Nous avons mené un combat pour défendre nos droits. La seule organisation qui nous a prêté une oreille attentive, c’est le PCF », se félicite la jeune femme de 30 ans. « C’est aussi pour nos enfants qu’on se bat », rappelle Valérie Diévart d’Evin-Malmaison. Le panier-repas avalé, William Schoote, le poète-chanteur flamingant, occupe le devant de la scène. Guillaume Sayon avait promis une soirée fraternelle et festive. Il a tenu parole…

Jacques KMIECIAK  Liberté-

Commenter cet article