Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Recommandation du conseil de l'union européenne à la France

31 Mai 2016, 17:11pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

vu le traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, et notamment son article 121, paragraphe 2, et son article 148, paragraphe 4,

vu le règlement (CE) nº 1466/97 du Conseil du 7 juillet 1997 relatif au renforcement de la surveillance des positions budgétaires ainsi que de la surveillance et de la coordination des politiques économiques1 , et notamment son article 5, paragraphe 2,

vu le règlement (UE) nº 1176/2011 du Parlement européen et du Conseil du 16 novembre 2011 sur la prévention et la correction des déséquilibres macroéconomiques,

RECOMMANDE que la France s’attache, au cours de la période 2016-2017, à:

1. assurer une correction durable du déficit excessif en 2017 au plus tard en prenant les mesures structurelles requises et en consacrant toutes les recettes exceptionnelles à la réduction du déficit et de la dette; préciser les réductions de dépenses prévues pour les années à venir et accentuer les efforts pour accroître le montant des économies générées par les revues de dépenses, y compris en ce qui concerne les dépenses des collectivités locales, d'ici à la fin de l'année 2016; renforcer les évaluations indépendantes des politiques publiques afin de recenser des gains d'efficacité dans tous les sous-secteurs des administrations publiques.

 

2. veiller à ce que les réductions du coût du travail soient pérennisées et que les évolutions du salaire minimum soient compatibles avec la création d'emplois et la compétitivité; réformer le droit du travail pour inciter davantage les employeurs à embaucher en contrats à durée indéterminée.

 

3. renforcer les liens entre le secteur de l'éducation et le marché du travail, notamment par une réforme du système d'apprentissage et de la formation professionnelle qui mette l'accent sur les personnes peu qualifiées; d'ici à la fin de l'année 2016, entreprendre une réforme du système d'assurance-chômage afin d'en rétablir la viabilité budgétaire et d'encourager davantage le retour au travail. 11 Conformément à l’article 5, paragraphe 2, du règlement (CE) nº 1466/97 du Conseil. FR 8 FR

 

4. éliminer les obstacles à l'activité dans le secteur des services, en particulier dans les services aux entreprises et les professions réglementées; prendre des mesures pour simplifier les programmes publics d'innovation et en améliorer l'efficacité; d'ici à la fin de l'année 2016, approfondir la réforme des critères de taille réglementaires qui freinent la croissance des entreprises et continuer à simplifier les règles administratives, fiscales et comptables en poursuivant le programme de simplification.

 

5. prendre des mesures visant à réduire les impôts sur la production et le taux nominal de l'impôt sur les sociétés, tout en élargissant la base d’imposition sur la consommation, notamment en ce qui concerne la TVA; supprimer les dépenses fiscales inefficaces, notamment celles dont le rendement est nul ou faible, et adopter la réforme concernant la retenue à la source de l'impôt sur le revenu des personnes physiques d'ici à la fin de l'année 2016.

 

Fait à Bruxelles, le 18 mai 2016

Par le Conseil, le Président

 

Voir les commentaires

Le Gouvernement sacrifie la recherche publique mais arrose le Syndicat des Energies Renouvelables (SER)

31 Mai 2016, 16:47pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Un projet de décret a été présenté à la commission des finances de l'Assemblée Nationale, mercredi 18 mai, annulant 256 millions d'euros de crédits sur la mission « recherche et enseignement supérieur ». En particulier la réduction atteint 134 millions d’euros pour le CEA, le CNRS, l’INSERM, l'INRA, l’INRIA…. correspondant à environ 15% des investissements de recherche. Cette réduction a, pour la première fois, conduit à une protestation unanime des Prix Nobel français parue dans « Le Monde ». Les allégations officielles selon lesquelles il existeraient des solutions sont tellement vagues qu’on ne peut y voir qu’une opération de communication à l’intention des chercheurs.

« Sauvons Le Climat » qui bénéficie et a bénéficié d’un large soutien de nombreux scientifiques est totalement solidaire de leur communauté. La recherche est essentielle au statut international de la France (7 prix Nobel scientifiques depuis 1997, 7 médailles Fields depuis 1994) et est un investissement capital pour le développement de l’innovation.

D’un autre côté, la CSPE (Contribution au Service Public de l’Electricité) est une taxe parafiscale payée par les consommateurs d’électricité, qui finance essentiellement la péréquation des tarifs sur l’ensemble du territoire et la politique de développement des énergies renouvelables intermittentes souhaitée par le Gouvernement au seul profit des propriétaires des installations productrices, sans influence positive sur notre indépendance énergétique non plus que sur nos émissions de CO2. Cette taxe, qui atteint 7 milliards d’euros en 2016, augmente, essentiellement du fait de la croissance du soutien aux énergies renouvelables, de 10%, soit 700 millions d’euros par an. D’année en année l’alourdissement des sommes prélevées sur les consommateurs d’électricité au profit des propriétaires d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques, entièrement importés, équivaut à 5 fois l’annulation de crédits imposée à nos principaux organismes de recherche publics. Est-ce bien la voie choisie par l’Etat pour moderniser notre pays ? Face au besoin urgent de solutions budgétaires dans une économie fortement dégradée, ne devrait-on pas transférer d’une manière ou d’une autre un cinquième des sommes consacrées à l’accroissement du nombre d’éoliennes et de centrales photovoltaïques pour maintenir à un niveau décent le financement de nos grands organismes de recherche ?

 

 

Voir les commentaires

Energie Charbon: feu vert européen à des aides de l'Espagne et l'Allemagne

31 Mai 2016, 16:32pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La Commission européenne a autorisé vendredi des aides publiques accordées par l'Allemagne et l'Espagne destinées à accompagner la fermeture de plusieurs centrales au lignite et mines de charbon.

Dans le cas allemand, l'exécutif européen a estimé que le projet d'accorder un financement public de 1,6 milliard d'euros pour la mise en veilleuse, puis la fermeture, de huit centrales au lignite était conforme aux règles de l'UE en matière d'aides d'Etat. Selon les plans notifiés par l'Allemagne en novembre 2015, huit centrales au lignite du pays seraient mises en veilleuse et fermées, la première devant cesser ses activités en octobre 2016 et la dernière en octobre 2019. Il est prévu de dédommager les exploitants de ces centrales pour le manque à gagner subi, car ils ne pourront pas continuer à vendre de l'électricité sur le marché.

Dans le cas espagnol, l'exécutif européen a autorisé une aide de 2,13 milliards d'euros pour la fermeture ordonnée de 26 mines de charbon non compétitives. L'aide a pour objectif d'atténuer les conséquences sociales et environnementales de la fermeture des mines sans fausser indûment le jeu de la concurrence au sein du marché unique. En avril 2016, l'Espagne avait notifié son intention d'accorder une aide publique aux opérateurs de 26 mines de charbon qui sont condamnées à être fermées à l'horizon 2018.

Selon des données fournies par l'Office européen des statistiques, Eurostat, les combustibles solides (houille, anthracite, lignite, bois, etc.) comptaient pour 17% de la consommation énergétique en 2013 contre 22% en 1995. Toujours en 2013, l'UE a produit 26,7% de son électricité en utilisant des combustibles solides, qui ont été importés à hauteur de 44%. Les principaux pays fournisseurs sont la Russie (28,8%), la Colombie (22,4%) et les États-Unis (21,8%).

Energie Charbon: feu vert européen à des aides de l'Espagne et l'Allemagne

Voir les commentaires

Intervention de Guillaume Sayon à la Conférence départementale du PCF du Pas-de-Calais (mai 2016)

31 Mai 2016, 16:18pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Une conférence départementale du PCF du 62 sereine dans l'unisson à Sallaumines

30 Mai 2016, 16:36pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La conférence départementale de la fédération PCF 62 s'est achevée samedi après-midi avec une ligne claire. Les débats ont été très riches.

Dans le consensus : rupture avec le capitalisme, rejet des primaires avec le PS, engagement vers le socialisme, débat sur la question de l’euro, de l’Union européenne, sortie de l’OTAN et combat pour la paix, priorité donnée aux luttes du monde du travail, etc. Une motion sera défendue au congrès national en ce sens.

Une grande majorité des communistes du Pas-de-Calais refuse le scénario des primaires dans lequel la direction du PCF a engagé notre parti.

Hervé Poly est réélu secrétaire fédéral pour un troisième mandat à la tête de notre fédération. Il mènera la délégation qui se rendra la semaine prochaine au 37e Congrès national d'Aubervilliers, porteur d'une motion adoptée par les délégués de notre fédération demandant que le PCF se remette autour de la table avec toutes les organisations du Front de Gauche pour aboutir à une candidature unique de notre camp aux élections présidentielles afin de préparer dans l'unité les élections législatives.

Dans le même temps, les délégués du Pas-de-Calais souhaitent un débat sans tabou sur le PGE, l'euro et la question européenne et réaffirment la nécessiter de renforcer le Parti communiste en tant qu'organisation de lutte des classes.


Pour notre part, pour la section d'Arras, les différents amendements proposés et votés lors de notre conférence de section ont était entendu, sachant que la liste alternative " Unir les communistes" furent votées majoritairement par les communistes de l'Arrageois.


La section d'Arras avait délégué 4 camarades, Marianne et René sont intervenus afin d'argumenter les amendements proposés, qui ont été pris en compte par la conférence fédérale.

La conférence s'est terminée vers 13h30 sous le chant de l'international.

Une conférence départementale du PCF du 62 sereine dans l'unisson à Sallaumines
Une conférence départementale du PCF du 62 sereine dans l'unisson à Sallaumines

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog et Twitter et Facebook et LK

30 Mai 2016, 16:23pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

LE RETRAIT EST LA SEULE SOLUTION DIGNE

Une offensive en règle contre la CGT est orchestrée par le gouvernement et reprise en boucle par les média dominants.

Les anciens se remémorent les heures sombres de 1948 durant lesquelles Jules Moch, ministre socialiste de l'Intérieur, fit donner la troupe et réprima sévèrement les grèves des mineurs.

Ce début de millénaire ressemble à une fin de siècle, un entre-deux nauséeux....

Malgré le désamorçage du mouvement des routiers, en reculant sur quelques points touchant particulièrement la profession, le gouvernement n’a pas montré plus de force.

Le blocage des raffineries et des dépôts marque les esprits au point que les brasseurs de vent se lancent dans la recherche des stations encore alimentées en carburant.

L’usager-otage fait place à l’automobiliste-otage sur nos écrans de téléviseurs aux heures de grande écoute... Des petits-patrons, par l’esprit, y parlent de porter plainte contre la CGT. Nicolas Sarkozy, en habit neuf de réformateur habile, donne à François Hollande des leçons d’autisme politique.

Mais il y a longtemps que l’élève n’a plus besoin de maître.

Il convient de saluer l’initiative de Philippe Martinez, premier secrétaire de la CGT, syndicat leader de la campagne menée pour le retrait de la loi El Kohmri. Une tribune a été envoyée à tous les grands quotidiens nationaux.

Seul l’Humanité a accepté de la publier. Dans le concert assourdissant des attaques auxquelles est soumis le syndicat, voilà encore un élément attestant du peu de place accordé par la presse nationale aux enjeux actuels.

La CGT du livre, en lutte aussi contre le gouvernement et en grève jeudi, a bloqué la sortie de tous les quotidiens nationaux, à l’exception du journal de Jaurès, le seul qui donnant la parole régulièrement aux syndicats et s’étant ouvertement déclaré, comme Liberté-Hebdo, contre le passage en force actuel sur le Code du travail.

A Fos-sur-Mer, ou ailleurs en France, la police a fait usage de la force pour lever les barrages. Mais sans faire fléchir la détermination des salariés, au contraire. Jamais gouvernement n’aura à ce point voulu imposer à ses propres électeurs une réforme impopulaire, inadaptée et dangereuse pour la vie sociale.

Serions-nous revenus en 2005 ?

Face à l’opposition au projet de traité européen, les médias dominants, poussés par le gouvernement, n’ont eu de cesse à l’époque de convaincre le peuple de son erreur.

La fracture est de nouveau visible. Le gouvernement peut encore faire machine arrière. La stratégie actuelle est dangereuse pour la population, pour la République. La meilleure solution est le retrait pur et simple du projet.

C’est une nécessité.

Voir les commentaires

Sachez reconnaître les vrais responsables de la situation...

24 Mai 2016, 16:30pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Sachez reconnaître les vrais responsables de la situation...

Voir les commentaires

Loi Travail: Jean Jean-paul Delescaut secrétaire ul valenciennes

24 Mai 2016, 16:20pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Loi Travail: Patrice Carvalho dénonce le "jusqu'au-boutisme" du Gouvernement.

24 Mai 2016, 16:05pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Blocage de la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) : "Il y aura effectivement moins de carburant"

23 Mai 2016, 18:40pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Les salariés de plusieurs raffineries et dépôts de carburants dans le grand ouest de la France sont en grève pour protester contre la loi Travail. Selon l'AFP, de plus en plus stations service, notamment Total mais aussi celles de supermarchés, se trouvaient en rupture de stock vendredi matin et de nombreux automobilistes faisaient la queue dans les stations encore ouvertes.

Fabien Privé Saint-Lanne, secrétaire général CGT de la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique), a expliqué la signification de ce "blocage" au micro d'iTELE, reprenant l'analogie utilisée par François Hollande lors de sa campagne présidentielle de 2012 :

"Lui président, a été élu sur un programme de gauche, il applique une politique de droite... Lui président, il fait des cadeaux de dizaines de milliards aux entreprises avec le CICE... Lui, président, est en train de décortiquer les droits sociaux des entreprises... Et lui, président, est en train de jeter la République, les Français, dans les bras du Front national, de l'extrême droite ou de l'abstention. Donc aujourd'hui, notre colère est salvatrice et il faut qu'il y ait un fort mouvement citoyen pour se faire entendre."

Voir les commentaires

La CGT n'est pas représentative?

23 Mai 2016, 18:26pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La CGT n'est pas représentative?

Voir les commentaires

CGT Arras: Manifestation contre le projet de loi travail

23 Mai 2016, 16:00pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

CGT Arras: Manifestation contre le projet de loi travail

camarades,

Depuis plusieurs mois, c’est ensemble que les jeunes, les salariés, les retraités, les privés d’emploi se mobilisent pour faire vivre leurs revendications.

Jeudi 19 mai le premier ministre en direct sur une radio a affirmé que la mobilisation contre le projet de loi Travail : « s’essouffle » et a laissé entendre que les syndicats devraient faire preuve de responsabilité en mettant fin aux manifestations. Il appelle au respect du temps démocratique, alors que la loi a été adoptée à l’assemblée nationale, par le recours à l’article 49.3 !

N’en déplaise à monsieur Valls le mouvement ne s’essouffle pas et la participation dans les cortèges, et les piquets de grève jeudi 19 mai, en est une preuve flagrante.

Le gouvernement en plus d’être sourd, perdrait-il à présent la vue ?

La détermination grandit et se renforce afin d’obtenir le retrait du projet de loi travail. Le mouvement ne faiblit pas, il entre dans une nouvelle phase où mobilisations, rassemblements, grèves reconductibles lui donne un nouvel élan.

Ignorant avec la suffisance qui le caractérise l’opinion des citoyens qui refusent très majoritairement ce projet de loi, le gouvernement brutalise la démocratie faisant ainsi échos aux violences policières qui en plus de porter atteinte à l’intégrité physique de manifestants pacifiques, tentent de semer la peur et le découragement.

Dans notre pays manifester en toute sécurité est un droit constitutionnel, les forces de l’ordre ont pour devoir d’assurer la sécurité de celles et ceux qui font valoir ce droit. Nous dénonçons le recours systématique aux gaz lacrymogènes dont le seul résultat est de scinder les cortèges, cette division entraine le désordre et la mise en danger des participants. Est-ce là le but recherché par l’exécutif ?

Nous devons condamner avec la plus grande fermeté le « traitement » fait aux jeunes manifestants, qui sont réprimés, stigmatisés et qualifiés de casseurs sans faire de discernement avec ceux qui en sont vraiment. Nous ne nous désunirons pas !

Manuel VALLS, connait bien le rôle et les devoirs de la Police, il fait assez souvent référence à son passage par la place Beauvau. Comment peut-il alors appeler la CGT à la responsabilité, alors même qu’il répond par l’affirmative à un journaliste qui lui demande s’il fera « dégager » les piquets de grève et les blocages par les forces de l’ordre ? Nous sommes loin d’une expression apaisée propice à la compréhension.

Quelles directives donne-t-il à son Ministre de l’intérieur concernant les manifestations ?

Les véritables casseurs eux semblent jouir d’une impunité étonnante, tout d’abord présents exclusivement sur les cortèges parisiens, ils apparaissent à présent dans plusieurs villes, leurs actions de dégradations dénaturant la raison d’être de la mobilisation.

La manifestation du 12 mai à Paris est un triste exemple de violence extrême à l’encontre de celles et ceux qui luttent contre la mise à mal de nos acquis et droits sociaux.

Nos camarades du service d’ordre ont subi des « assauts » d’individus organisés, lourdement équipés et dont la seule volonté était de blesser gravement.

Le renforcement de notre dispositif pour les manifestations du 17 et 19 mai, n’est en aucun cas une disposition prise pour répondre par la violence aux violences dont ils ont été victimes, mais une mesure de prévention afin de ne plus être la cible des groupuscules agressifs, et de protéger les manifestants.

Nos camarades sont avant tout des salariés, militants de notre organisation, ils participent au service d’ordre dans le seul but d’aider à l’organisation et au bon déroulement de nos manifestations. C’est là l’unique raison de leur action, ils agissent avec mesure et discernement et nous pouvons les en remercier.

Ils ne sont ni collaborateurs, ni auxiliaires aux services des forces de l’ordre.

Nous invitons l’ensemble des organisations de la CGT à prendre les dispositions pour encadrer les initiatives sur la voie publique par des service d’ordre adaptés à chaque situation.

Le besoin d’élargissement de la mobilisation nous conduit à accueillir encore plus de jeunes et plus de salariés, mettons tout en œuvre pour qu’ils puissent nous rejoindre dans les meilleures conditions, et ensemble se faire entendre.

Le gouvernement n'a pas d'autre issue que celle du dialogue avec les organisations qui luttent pour le retrait de ce projet de loi et pour être écoutées sur les revendications qu'elles portent.

A ce titre, les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse, UNEF, UNL et FIDL, réunies jeudi 19 mai, en appellent solennellement au Président de la République.

Elles décident de faire du 26 mai prochain à une journée nationale de grève, manifestations, et de renforcer l’action par une journée de grève interprofessionnelle avec manifestation nationale à Paris le 14 juin, au début des débats au Sénat.

Elles décident également une grande votation dans les entreprises, les administrations et les lieux d'étude qui se déroulera dans les semaines à venir en parallèle au débat parlementaire afin de poursuivre avec les salarié-es et les jeunes les débats sur la loi Travail, obtenir le retrait de ce texte pour gagner de nouveaux droits permettant le développement d'emplois stables et de qualité.

ON LÂCHE RIEN TOUS EN GREVES

LE 26 MAI 2016 MANIF ARRAS et BUS 13HOO DEPART DE l'U.L.CGT

MANIF LILLE

 

Voir les commentaires

49-3° C : la température monte ! Les 56 députés signataires de la « motion de censure »

22 Mai 2016, 19:18pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

49-3° C : la température monte ! Les 56 députés signataires de la « motion de censure »

Des députés de gauche et écologistes n'ont pas réussi, mercredi 11 mai 2016, à déposer une motion de censure contre le gouvernement, au lendemain du recours gouvernemental au 49-3 sur le projet de loi Travail. le projet de motion n’a recueilli que 56 signatures, il en fallait 58 . Ils feront sans doute mieux la prochaine fois, à moins que tout cela ne soit qu'un grand bluff de la part des "frondeurs" PS !

La liste complète des signataires :

49-3° C : la température monte ! Les 56 députés signataires de la « motion de censure »

Ci-dessous le texte de la motion:

Voir les commentaires

PCF Arras sud: Hommage aux camarades résistants

22 Mai 2016, 19:00pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

PCF Arras sud: Hommage aux camarades résistants

Voir les commentaires

Montebourg, Mitterrand le petit !

22 Mai 2016, 18:41pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Montebourg, Mitterrand le petit !

Je dois ici avouer, sur ce blog que visiblement vous êtes de plus en plus nombreux à suivre et j’en suis honoré, que lorsque j’étais jeune, vraiment jeune, que je commençais tout juste à m’intéresser à la politique, j’avais une sorte d’admiration pour Arnaud Montebourg. J’étais bien évidemment trop jeune pour analyser et comprendre les concepts, pour mesurer l’importance des écuries dans notre vie politique, pour flairer où il y avait trahison et démagogie. Trop jeune aussi pour appréhender cette culture toute française du symbole, des références. En France, nos hommes politiques manient avec dextérité le clin d’œil littéraire, la notion d’héritage pour asseoir une forme de légitimité. Durant longtemps, un socialiste qui ne faisait pas référence à Mitterrand était sans doute un peu louche. Oui, il y a une autre tradition en France, la constitution du mythe. Le mythe est vendeur et populaire. Souvenez-vous celui de Napoléon. Puis, plus modestement, nous avons eu celui de Léon Blum, de Mendès-France, de De Gaulle et plus tard celui de Mitterrand. Pour l’heure, on s’est arrêté là. Non pas parce que les suivants nous sont contemporains, mais bel et bien parce que nous avons plutôt à l’inverse le besoin de les oublier.

Mais j’en reviens à Montebourg. Oui, j’avais une sorte d’admiration pour le personnage. Cette admiration ne tenait qu’à une seule chose, son goût assumé de l’art oratoire. Quand on est jeune, qu’on ne peut donc pas aller au bout des choses, que l’on manque de culture pour la saisie des nuances, on s’en remet à la forme. La forme était donc plutôt intéressante. Il était un jeune député rebelle de cheveux à défaut de l’être tout à fait avec la ligne de son parti et je pouvais l’écouter religieusement. Mes petits camarades de classe, en rentrant de l’école, regardaient les dessins animés, le dernier manga à la mode. Moi, lorsque je finissais plus tôt les cours, je regardais la séance des questions au gouvernement. Je ne m’en suis, comme vous pouvez l’imaginer, jamais vanté. Est-ce parce que le cordon s’était entouré autour de mon cou dans les derniers mois de la conception, que j’ai donc ainsi été privé d’oxygène … Je ne sais pas. Toujours est-il que oui, j’avais beaucoup de sympathie pour le jeune fauve de Saône-et-Loire.

Et puis j’ai grandi et lui a vieilli. Il a continué à grimper les échelons et moi j’ai rencontré Marx, Gramsci, Bourdieu et les militants communistes. Après eux, les couleuvres vous ne les avalez plus et les discours, vecteur d’une pensée, vous apprenez à les décortiquer et à extraire l’essentiel du décoratif, de l’incantatoire. Là j’ai donc su que Montebourg n’était pas le pire des socialistes mais que pour autant il n’était pas communiste. Bref, que la grosse différence entre lui et nous, la gauche révolutionnaire, donc la gauche, c’est que lorsqu’il y a une fuite au dessus du lit, lui bouge le lit alors que nous nous réparons le toit. Vous constaterez que la différence n’est pas mince. Bien évidemment il est toujours simple d’être manichéen, d’empêcher le droit à la nuance. Mais quand même, au bout du bout avec Montebourg, avec la social-démocratie donc, les petits efforts d’aménagement que vous vous serez évertués à construire pour calmer l’instinct de prédation du capitalisme, sa force d’aliénation des travailleurs, finiront par céder devant la puissance de la machinerie qui nous fait face. C’est un peu l’exemple de la digue et de la tempête. Des blocs de béton armé capables de contenir de violentes et puissantes vagues pour finalement, face à l’éternelle marée, face à la multiplication des phénomènes climatiques, finir par céder. Tout est toujours une question de rapport de force. Vous défilez par millions dans les rues de France, vous commencez à faire peur. Aujourd’hui cela n’est plus suffisant. Vous bloquez les dépôts de marchandises, les grands ports, les grands axes, là vous établissez un rapport de force capable de faire plier l’ennemi.

C’est donc cela que j’ai compris avec Montebourg. Il est un sparadrap sur une artère sectionnée, un lionceau entouré de fauves affamés. Bon il est aussi, un tout petit peu, opportuniste. Classé à la gauche du PS, il est ensuite porte-parole de Ségolène Royal, qui a fait une campagne présidentielle très à droite, il a été membre de toutes les directions solfériniennes depuis des années. Ensuite, il sent qu’il y a de nouveau un créneau à gauche. Il publie un livre sur la démondialisation et fait une bonne campagne lors de la primaire socialiste de 2012. Finalement, il se rallie au candidat Hollande et deviendra ministre au redressement productif. Le voilà sur les routes de France pou tenter de sauver de la liquidation de multiples entreprises françaises. Imaginez quelques instants l’absurdité de la chose. Vouloir sauver un maximum d’entreprises en élaborant des plans de reprise ou d’assainissement, et ne pas changer, dans le même temps, les règles du jeu. Continuer à laisser les banques choisir là où elles veulent investir. Ne pas renforcer le pouvoir des travailleurs dans les choix stratégiques de leur boutique. Ne pas lourdement sanctionner les entreprises qui font de la spéculation. Ne pas permettre noir sur blanc dans la loi aux salariés de reprendre à leur compte leur entreprise. Le fameux sparadrap … Il défend, plus tard, le produire français dans une opération de communication assez boiteuse, sans doute aussi pour pouvoir endiguer autant que possible la dangereuse ascension électorale du front national. Il finira, impuissant et sentant dès le départ l’orientation calamiteuse que prend ce quinquennat, par faire son baluchon et quittera ses fonctions ministérielles. Il partira ensuite suivre une formation pour devenir chef d’entreprise, attendra que l’orage continue sa route jusqu’à ce que le creux d’une vague lui permette de refaire son apparition.

C’était inespéré pour lui, le meilleur des scénarios est actuellement à l’œuvre. Un mouvement social d’ampleur, un gouvernement à l’agonie, un président historiquement impopulaire et un PCF qui s’apprête à lui dérouler le tapis rouge. Enfin un rouge pâle, pour être tout à fait précis. Et oui, un couplet sur les primaires comme un mauvais pâté sur une tartine desséchée, quelques amis qui tentent maladroitement d’entretenir le suspens dans la presse, et voilà. Ce week-end, dans une mise en scène discount de l’ascension de la roche de Solutré, le ténor socialiste a pris son air grave pour nous dire ce qu’il pensait de 2017. Il nous faut donc un programme et un chef. Bon, je crois que tout le monde a compris qu’il était disponible pour se saisir du bâton de pèlerin. Les frondeurs l’entouraient avec cette force et cette détermination qu’on leur connaît, si palpable lorsqu’il a fallu prendre son courage à deux mains pour censurer un gouvernement qui s’apprêtait à faire passer par la force et sans débat, une loi massivement rejetée par la nation.

Je boucle la boucle et je conclue ce petit billet par la même occasion. J’ai débuté tout à l’heure sur la notion du symbole. J’ai retenu cette petite phrase au milieu de la mise en scène qui vient conclure une tirade sur ce que c’est être de gauche. Pour Montebourg, être de gauche c’est Roosevelt et Colbert. Alors, je me permettrai ici de lui donner un petit conseil. Je pense qu’il faudra faire un petit effort pour aller puiser dans un imaginaire un peu plus offensif. S’il veut convaincre les communistes de le suivre, il lui faudra être audacieux. Il lui faudra faire un clin d’œil à Marx, à Aragon, à Sartre, à Duclos ou Marchais. Je ne doute pas sur le fait que Pierre Laurent saura lui donner quelques précieux conseils de coaching. En attendant, avec d’autres, je prépare tranquillement, patiemment, les outils pour réparer pour de bon cette maudite fuite au-dessus du lit qui a fini par noyer les rêves de millions de concitoyens embourbés dans le réel cauchemardesque.

G.S

Voir les commentaires

1 2 > >>