Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Billet d'humeur de notre camarade Christophe Joucaviel: Universitaire communiste de l'Arrageois.

27 Décembre 2013, 14:32pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 

 

Cher Parti de Gauche, 
 
 
          Le mépris, avec lequel tu traites tes camarades communistes au sein du Front de Gauche, commence à chiffonner ici et là et à effriter la belle idée d'un rassemblement de gauche.
Comment peux-tu donner des leçons de démocratie à tes adversaires de droite, quand toi-même, tu oses contester le vote des communistes parisiens dans le cadre des élections municipales à venir ?
Toi, qui rappelles - sans arrêt, et à juste titre - l'absolue nécessité de la consultation républicaine, n'oublies-tu pas que Paris n'est pas la France ? Il en est de la logique des puissants que de le penser.
Mais ces dissidences parisiennes, qui pourraient être minimisées devant l'incroyable potentiel du Front de Gauche à rassembler la gauche antilibérale ailleurs, commencent à gangrener les accords locaux. Pourquoi ?
Car c'est bien l'unique question que tes camarades communistes se posent.
 
Ton orgueil et ton avidité personnelle ne peuvent pas être le moteur du changement : écraser les communistes, partout où cela est possible, est un faux combat.
Et à qui profitera ce sabotage ?
A ceux que nous combattons depuis toujours : la droite et l'extrême-droite !
Et si l'acharnement est une qualité indéniable dans les luttes, il en devient ici une vicieuse vertu : comment prôner le caractère fondamental de l'intérêt collectif lorsque tu agis en vaniteux et pour l'intérêt de tes petites personnes ? 
Comment accepter les huées, provenant de tes rangs, à l'égard du notre secrétaire national Pierre Laurent lors de la marche pour la révolution fiscale du 1er décembre dernier à Bercy ? 
 
Ressaisis-toi, l'indécence et les outrances ne sont pas dignes de nos combats.
Marchons ensemble, ne nous dispersons pas :
il en va de notre crédibilité commune.
 

 

Voir les commentaires

Carlos Ghosn vous dit merci !

26 Décembre 2013, 17:06pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Carlos Ghosn vous dit merci !

Voir les commentaires

12€ par mois, la belle affaire !

26 Décembre 2013, 16:52pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

12€ par mois, la belle affaire !

« C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ». Cette phrase de Victor Hugo résonne en cette fin d'année 2013.

L'enfer des pauvres ?

12 euros, c’est donc le montant de la revalorisation mensuelle du SMIC pour une personne travaillant à temps plein. Ou 10 centimes de l’heure pour ceux qui sont à temps partiel. Une « revalorisation » minimale qui sera instantanément absorbée par la hausse de la TVA à partir du 1er janvier. Ceci à l’heure où un nombre croissant de salariés, et principalement de salariées, sont payés au SMIC lequel concerne plus de 3 millions de personnes.

Le paradis des riches ?

Alors qu’on accorde en décembre 2013, royalement 1,1% d’augmentation aux smicards, les 500 plus grandes fortunes de France ont prospéré au rythme annuel de + 25% en 2012 ! Gagnant ainsi en valeur quelque 66 milliards d’euros en un an, pour atteindre 330 milliards d’euros au total, principalement en « biens professionnels » (39%) et en « actifs financiers » (28%), ceux là même que le travail des smicards notamment, leur permet d’accumuler.

Souvenons-nous aussi que 4758, c’est, en années de Smic net, la fortune du moins riche des 500 plus fortunés classés par Challenges, soit 64 millions d’euros.

Le gouvernement est enfermé dans sa logique dévastatrice de baisse du coût du travail et de défense des profits des entreprises qu'il confond avec leur compétitivité. Il fait semblant d'oublier que les entreprises sont exonérées de cotisations sociales patronales pour les salaires versés au SMIC. Des années d’austérité montrent pourtant que cette politique est un cercle vicieux.

Un SMIC à 1700€ c'est possible !

Nous proposons de remonter le salaire de chaque premier échelon des grilles de classification des différentes branches du public et du privé. Au total la hausse du Smic brut à 1700€ représenterait un effort salarial compris entre 60 et 81 milliards d’euros par an. Un montant qui peut paraître énorme mais qui se retrouvera dans le circuit économique, notamment au travers de la consommation, principal moteur de la croissance tricolore

Voir les commentaires

Les vœux du PCF pour 2014

26 Décembre 2013, 16:39pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

ENTOUSIASME ET COMBATIVITÉ

24 Décembre 2013, 14:12pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Un repas fraternel a réuni une nombreuse assemblée à l'initiative des communistes du secteur.

Hervé Poly, secrétaire fédéral, était également de la partie, venu encourager et soutenir René Chevalier, secrétaire de la section et tête de liste du PCF aux municipales de mars 2014 ainsi que ses colistiers déterminés à faire un résultat à Arras. Et le 15 décembre 2013, journée funeste pour tous les passionnés de la paix en voici l’extrait de l’intervention du secrétaire de section, René chevalier :

 

Un homme exemplaire, une icône de la paix, qui a passé plus de 27 ans dans les geôles des blancs afrikaners, parce qu’il était militant communiste et lutter contre l’apartheid, mot signifiant (mise à part en afrikaans)

Oui ! Nelson Mandela vient de nous quitter, souvenons-nous avec fierté, comme pour Angéla Davis, du rôle joué par le mouvement communiste international, le parti communiste français etait en première ligne, les jeunes communistes qui menèrent une campagne de masse pour sa libération avec pour mot d’ordre « Libérer Mandela », ses mots fusent encore dans nos têtes.

Alors que les hommages hypocrites pleuvent, Lang, Delanoë ou Sarkozy, aujourd’hui même Fabius ou Obama (les va-t-en-guerre en Afrique !), rendons-lui l’hommage qu’il mérite.

Rendons hommage au dirigeant révolutionnaire, au compagnon de route des communistes, mais aussi à tous les autres résistants qui ont lutté avec lui, résistants, combattants de l’ANC et du PC sud-africains et qui furent éliminés.

Il aura permis que partout dans le monde, des hommes et des femmes se retrouvent et se grandissent dans ce combat pour le respect de chacun, quelle que soit l’origine ou la couleur de la peau. C’est cette dimension universelle qu’il aura donnée à son combat qui aura permis sa libération et celle de l’Afrique du Sud tout entière. –

Et de continuer plus que jamais la lutte qu’il a menée dans son pays pour libérer l’homme des thèses les plus abjectes et les plus rétrogrades que véhiculent les fascistes tant en France qu’en Europe actuellement.

Aujourd’hui 15 décembre, le jour de ses obsèques civiles, nous te disons merci et au revoir camarade

 

ENTOUSIASME ET COMBATIVITÉ
ENTOUSIASME ET COMBATIVITÉENTOUSIASME ET COMBATIVITÉ
ENTOUSIASME ET COMBATIVITÉENTOUSIASME ET COMBATIVITÉ

Voir les commentaires

MA COMMUNE J'Y TIENS !

24 Décembre 2013, 14:00pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 

De nombreux élus communistes et républicains, accompagnés de militants

Communistes, ont manifesté le 28 novembre devant la préfecture du Pas-de-Calais.

UNE délégation conduite par Cathy Apourceau, présidente de FADECR62 et de Dominique Watrin, sénateur, a été e par les services de la préfecture.

sortie, Dominique Watrin a résumé le

enu de l'entretien : « Nous ne le répéterons

is assez. Nous sommes pour la ération intercommunale librement entie sur la base d'un projet de territoire et pour une intégration forcée. Notre seul rêt, notre seule motivation à travers ce emblement et plus généralement notre n, c'est de réaffirmer la légitimité de la mune, c'est de défendre la démocratie le.

le contenu de ce texte est clair. Non eurent, il n'abroge pas la loi Sarkozy mais il grave en permettant la constitution de ropoles dans les aires urbaines à partir de 000 habitants.... »

énateur communiste poursuit : « Ce projet

ve en fait d'un véritable déni de démocratie ers les maires, les élus municipaux et les Mations qui, en ces temps de crise, vent encore dans la commune, auprès us de proximité, les repères qui leur quent au niveau national.

es les dirigeants socialistes et de droite de territoires ne manquent pas d'argumenter aisant valoir une fois de plus que « l'union

la force ». Mais le regroupement

ommunalités pauvre ..'fera jamais un Pôle Métropolitain riche ! il faudrait aussi accepter ce projet car il serait un « moindre mal » qui préserverait la coopération intercommunale alors que les mêmes préparen Dar leurs votes, à l'Assemblée Nationale et •h Sénat, le passage à des Métropoles pures e dures qui absorberont toutes les compétence,- des communes et des départements

C'est pourquoi la délégation a demandé à M. Préfet l'organisation d'un référendum parto où les bouleversements de l'organisation territoriale sont proposés en commençant par un référendum sur le projet de Pôle Métropolitain de l'Artois.

Dominique Watrin souligne que ce projet 04 réforme va impacter toutes les communes du département. Le gouvernement veut instituer un nouveau filtre, celui des Schémas régionaux d'aménagement décidés par quelques supers élus, réunis au sein de la Conférence Régionale de l'Action Publique (Présidents des très grandes întercommunalités, présidents de Région et des deux départements). En deho « des clous » : ni subvention de la Région, Département ou de l'intercommunalil Combien de projets communaux, de proje associatifs pourraient être ainsi balayés d'un revers de main ?

Dominique Watrin s'adresse enfin aux personnels des collectivités locales pour I assurer du soutien des élus du PCF : « Je sâ

pour avoir rencontré leur syndi départemental CGT, leur sentiment d'aband Vous qui êtes à la fois touchés par le gei répétition des points d'indice et

l'augmentation accélérée des cotîsatiol retraites, rejoignez notre combat Ensemble, permettons pas une nouvelle aggravatio

conditions de travail ni des inregrati forcées dans des superstructures boucheraient pour beaucoup d'entre vous to perspective de carrière. »

Le bras de fer est engagé pour imposer un aul, projet.

 

MA COMMUNE J'Y TIENS !
MA COMMUNE J'Y TIENS !

Voir les commentaires

Edito de David Noel dans le journal Communiste de décembre: LEÇONS DE COURAGE

24 Décembre 2013, 13:37pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Edito de David Noel dans le journal Communiste de décembre: LEÇONS DE COURAGE

Alors que le monde célébrait la semaine dernière les obsèques de Nelson Mandela, François Hollande ferait bien de faire sienne cette devise de l'ancien leader

de l'A N C,qui disait, depuis les geôles de l'apartheid « J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre. »

Notre président aurait bien besoin, justement d'une bonne leçon de courage, qui changerait des habituels conseils que lui prodiguent les éditorialistes de tous bords.

Ainsi, cette semaine, c'est l'éditorialiste du Point qui enjoignait à François Hollande de suivre l'exemple de Gerhard Schrôder et de Bilbo le Hobbit (sic) et de s'attaquer aux retraites, aux fonctionnaires et à l'indemnisation des chômeurs...

L'éditorialiste du Point a manifestement une lecture très personnelle de l'œuvre de Tolkien !

Pourtant, de semblables incantations à avoir le courage de mener une politique de droite, on en entend tous les jours à la radio ou à la télévision.

François Hollande et son gouvernement manquent certes de courage, mais pas dans le sens qu'on donne à ce mot sur le plateau d'Yves Calvi ; le courage qui lui manque, c'est le courage qu'attendaient les millions de salariés de ce pays qui ont voté à gauche en 2012 pour se débarrasser de Nicolas Sarkozy.

Manquant de courage sur la scène intérieure, François Hollande joue les matamores sur la scène extérieure avec une nouvelle expédition militaire au

Centrafrique. Dans un pays en proie au chaos, l'ancienne puissance coloniale qui fait et défait les gouvernements intervient pour jouer les gendarmes et au passage rappeler aux concurrents américains et chinois que la Centrafrique est chasse gardée pour les multinationales françaises.

De l'argent, il y en a pour les expéditions néocoloniales, mais pas pour financer nos retraites... De qui se moquent-t-ils ?

Jaurès, réveille-toi, ils sont devenus fous !

Les courageux ne sont pas au Parti « socialiste » ; les courageux, ce sont ces militants du PCF et du Front de Gauche qui marchaient à Paris, le 1 e décembre dernier, pour réclamer une autre politique fiscale. Sur les marchés, aux portes des entreprises, dans les quartiers, les militants communistes et les militants du Front de Gauche sont déjà en campagne contre l’austérité dans nos communes et dans l'ensemble de l'Europe. Face à la droite et à l'extrême droite, le courage, ce n'est pas de capituler et de renoncer à ses propres idées, mais c'est de vaincre sa peur et de se battre. Merci pour ta leçon de courage, Madiba.

David NOËL

Voir les commentaires

Révolution fiscale

20 Décembre 2013, 16:19pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Conseil municipal : ce que vous ne lirez pas dans la presse locale.

18 Décembre 2013, 21:18pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Intervention de l'élu communiste René Chevalier au Conseil municipal du lundi 16 décembre à Arras.

Culture et fête dans la délibération
 

S'agissant de la partie culture et fête à Arras, la marchandisation de la culture va bon train. Monsieur le Maire !
La cité de Robespierre qui accueille la royauté ? Enfin !
Qu'est-ce que c'est que ce culte de la royauté qu'on nous impose ?
La tradition démocratique et républicaine d'Arras en prend un coup.

Arras serait-elle nostalgique de l'Ancien Régime ?

En vertu du partenariat décennal conclu entre la ville d'Arras et le château de Versailles, la ville d'Arras va-t-elle célébrer les rois durant dix ans ?


Après dix-huit mois passés auprès des carrosses et du sacre de l'infâme Charles X, on nous promet, de septembre 2014 à mars 2016, de vivre en compagnies des rois, princes, duchesses et prélats qui ont peuplé le palais et des trésors qu'ils y ont entassés.


L'histoire passionne les Arrageois et on ne peut que s'en réjouir, à condition qu'elle aide à comprendre le passé et n'en donne pas une image tronquée.


Lieu prestigieux s'il en est, Versailles est aussi synonyme de décennies de souffrances pour le peuple.


Vauban lui-même a osé en accuser le roi.


On a recensé, nous dit-on, quarante propositions de projets en résonance avec l'exposition des carrosses, tel ce simulacre d'un mariage impérial.
Mais parmi ceux-ci, combien de projets pour évoquer la vie des paysans et artisans écrasés d'impôts pour payer les fastes de la cour. ?


Pas un seul semble-t-il.


Il y aurait pourtant tellement à dire, à partir de l'évocation de Versailles, sur les tares de l'Ancien Régime !


Ce serait un comble que dans la ville de Robespierre, on manque d'arguments pour les dénoncer.
Alors pour qu'on, nous ne soyons pas obligés de crier « Au secours ! Versailles revient ! » Je demande qu'une partie du budget de deux millions et demi-prévu pour cette expo soit consacré à des projets qui aident le plus large public à comprendre ce que fut réellement l'Ancien Régime.


Aidez les gens que vous qualifiez « d'éloignés de la culture » à découvrir pourquoi c'est à Versailles qu'a débuté la Révolution française et que c'est à Versailles que les 5 et 6 octobre 1789, le peuple affamé est allé chercher le Roi, la reine et le dauphin pour les ramener définitivement à Paris sous sa surveillance.


Pour tout cela, je renouvelle la demande pour un musée de Robespierre dans sa ville.
Nous pourrions y recevoir des historiens de la région, de l'Europe tout entière et au-delà, intéressés par l'histoire de France.
Organiser des colloques. Favoriser des publications scientifiques qui stimuleraient notre Université.

Et non pour accueillir des touristes britanniques, bataves, belges et luxembourgeois tous pays avec une royauté, nostalgique du régime monarchique.

Puis pour finir de la délibération fête et culture :

Le rapprochement des opérations grandes spectacles et ce que nous demandons au Conseil général pour Le Pharos en dit long de la conception de la culture de la municipalité.
Dépenses somptuaires d'un côté, aumône de l'autre. Cela devient sordide.

Notre conception de la culture est tout autre.


La culture que devrait défendre la municipalité, ce sont les pratiques culturelles.
Où en sont les écoles d'art, conservatoire, centre culturel, associations en tout genre dans les quartiers autres que le centre-ville ?

Bien sûr, vous allez me parler du Pharos.
Mais il y a des réussites, comme Di dou da, avec une équipe de bénévoles très dévouée, et qui demande à être popularisé, vulgariser autant que Main square ou les carrosses dorés.

Toujours dans cette délibération, les Dépôts d'œuvres pour le musée d'Étaples. OK. Les musées de la cote d'opale ont fait un beau travail pour faire connaitre une école de peintres internationale qui s'est installée à la fin du 19e siècle sur notre littoral. Très apprécié aux États-Unis.


L'opération proposée n'a que des avantages pour les 2 parties. Rénovation contre dépôt.
Voilà un exemple qui vaut mieux que l'opération avec Versailles.

Voir les commentaires

Intervention de Gérard Filoche au Bureau National du Parti Socialiste,

18 Décembre 2013, 19:13pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Intervention de Gérard Filoche au Bureau National du Parti Socialiste,

Intervention de Gérard Filoche au Bureau National du Parti Socialiste, du 10 décembre en présence de Michel Sapin sur l’emploi, les travailleurs détachés, l’inspection du travail, les élections prud’hommes.

Merci à Michel Sapin de sa présence et de son exposé, ce qui autorise au débat. Sur trois questions :

1°) Oui, pour inverser la courbe du chômage, il faut combattre le faux travail « détaché » et dissimulé. Il existe dans doute un milliard d’heures supplémentaires dissimulées et cela représente 600 000 emplois. Alors s’il y avait davantage de contrôles, on aurait des meilleurs résultats contre le chômage de masse. Pareil pour les salariés détachés, et sans dépendre de la directive européenne de 1996, on peut se référer à la jurisprudence, de 1982, Rush Portuguesa « (http://www.senat.fr/rap/r12-527/r12-5271.pdf pp. 7-8) », qui défend le Smic français sur le territoire français.

Mais ça s’interprète en Smic brut, en smic brut et net, ce qui permet de sanctionner toutes les infractions aux vrais faux travailleurs détachés, non ? De même c’est la loi Barrot du 12 mars 1997 qui a établi la « coresponsabilité » des donneurs d’ordre dans ce type d’infractions, mais la coresponsabilité, ce n’est pas la responsabilité, ils se défilent, il faut leur imposer (ce que je demande depuis 20 ans) la responsabilité juridique, économique, financière, pénale, complète pour tout ce qui se passe sous leurs ordres, ce qui aurait de façon générale un effet d’assainissement des dérives de la sous-traitance en cascade.

2°) Quant aux contrôles, il faut une inspection du travail dont les effectifs ne diminuent pas mais doublent. Et une inspection du travail n’est efficace que si elle est indépendante. Si le corps de l’inspection, à 90 %, s’oppose à la réforme que tu veux lui imposer par loi en janvier prochain, c’est parce que cette indépendance est en cause. Ce n’est pas parce qu’ils sont corporatistes, mais parce qu’ils ont une haute idée de leur mission.

Je me rappelle une grande directrice du travail de Paris, elle était démocrate chrétienne, une résistante, et elle accueillait les agents de contrôle en leur disant « votre mission est une des plus importantes de la République, vous allez contrôler des employeurs, ils se croient le sel de la terre mais ne respectent pas l’état de droit dans leurs entreprises, pour leur tenir la dragée haute, il faut que vous soyez indépendants, il faut qu’ils sachent que c’est VOUS qui allez décider en opportunité de poursuivre leurs infractions ou pas, il faut qu’ils sachent quand vous êtes en face d’eux, dans leurs locaux, que c’est VOUS qui allez leur envoyer des observations, des mises en demeure, ou leur dresser un procès-verbal, vous et personne d’autre, ca ne dépend pas de votre hiérarchie, sinon vous n’êtes pas crédible, alors… assumez ! ».

Je n’ai connu, en trente ans, qu’un seul directeur qui m’ait appelé quand je verbalisais pour travail dissimulé un patron d’une assez grosse boite de la rue Charlot qui faisait des médailles. Le DDTE, au téléphone, en 1997, m’avait demandé de « prendre des gants » avec ce patron « parce qu’il était un responsable du Medef, patron du conseil des prud’hommes de Paris et qu’on avait besoin de lui pour l’emploi ». Comment avoir besoin « pour l’emploi » d’un patron qui fait du « travail dissimulé » ? J’ai fait mon procès-verbal, et c’est l’inspecteur qui doit le faire, pas sa hiérarchie qui doit en décider. Or dans ta réforme, où tu dis que l’inspection sera « renforcée », qu’elle pourra même mettre des « sanctions administratives », faire davantage d’ « arrêts de travaux » ce sera la hiérarchie qui en décidera, ce sera le « DUC », ou la DUCHESSE, le directeur ou la directrice qui en décideront. Il est même question que les employeurs puissent « plaider coupable » auprès de la hiérarchie pour éviter le procès en correctionnel.

Quand tu dis, ce sera un travail collectif, « ensemble, » c’est ça que ça veut dire, et c’est pour ça que la majorité écrasante de l’inspection est CONTRE, ce sont des gens habitués à lire les textes, à voir ce qu’il y a derrière et c’est bien ça qu’il y a derrière. Les agents de contrôle affectés dans des unités de contrôles par groupes de 8, 9 ou 10, deviendront ré affectables et interchangeables selon une hiérarchie renforcée qui pourra intervenir par-dessus-eux dans les entreprises « sensibles ». Il y aura aussi des équipes « spécialisées » qui pourront intervenir par-dessus eux. Cela diminue d’autant l’autorité de l’intervention indépendante en opportunité de l’inspecteur dans son face à face avec l’employeur.

Alors oui, les sections, le caractère territorial et l’indépendance des contrôles sont remises en cause en même temps.

Quant à la « spécialisation », j’ai souffert d’entendre Karine Berger me dire à la télévision que l’inspection devait faire du « conseil » et se « spécialiser » sous peine de n’être plus « pérenne ». On n’est pas là pour faire du « conseil » les employeurs ont tout moyen de se faire conseiller, on est là pour contrôler. On n’est déjà pas assez nombreux et tu vas baisser nos effectifs. Il aurait fallu doubler les sections. On ne doit pas être « spécialisés » je me rappelle encore, au centenaire de l’inspection du travail en 1992, quand, avec Martine Aubry et Jacques Delors, François Mitterrand était venu nous promettre un « corps unique », l’ovation debout, de 3000 agents du ministère, dura près de dix minutes. On n’a pas eu tout de suite satisfaction, la droite ne nous a cédé cela qu’après un rapport qui a suivi l’émotion créée par l’assassinat de deux de nos collègues à Saussignac en Dordogne, en 2004.

Mais l’inspection de l’agriculture et celle des transports ont alors été intégrées dans l’inspection généraliste. C’était un pas dans la bonne voie (si cela ne masquait pas une baisse d’effectifs). L’évolution était, depuis 2008, dans le sens du caractère « généraliste » de l’inspection, mais avec ton plan, ta loi en janvier, vous allez contrecarrer cette tendance. Etre généraliste c’est être plus indépendant. Etre « spécialisé » c’est être davantage soumis au lobbies patronaux, des branches ou secteurs concernés. La droite n’avait pas osé s’attaquer ainsi à l’inspection du travail, ce n’est pas à la gauche de la faire.

3°) quant à la suppression des élections prud’hommes ce n’est pas non plus à la gauche de faire ça. Il y a deux arguments avancés : le premier c’est qu’il n’y aurait pas assez de votants et le second c’est que ça couterait trop cher. Mais aucun des deux ne tient :

1°) Il y a eu 4,5 millions de votants pour les syndicats en 2009. C’est encore énorme et légitimant pour eux. Certes ça fait moins de 30 % de votants, mais dans les conditions de 5 millions de chômeurs, des limites dans les listes d’inscrits, des freins mis par les employeurs pour que les salariés aillent voter sur leur temps de travail sans perdre de salaire… Il faudrait des débats télévisés, booster l’intérêt pour cette élection au lieu de l’éteindre. Si on se met à supprimer toutes les élections où il y a moins de 30 % de votants, ça va être mauvais pour la République.

Les immigrés peuvent voter pour une élection nationale, c’est la seule, pour élire les juges de le République, va t on la supprimer ? Cette élection – comme celle des TPE - est plus franche loyale, transparente que les élections des CE/DP étalées sur 4 ans dans 3 % des entreprises et contrôlées par les DRH. Il faudrait même restaurer les élections aux caisses de sécu et avoir, tous les cinq ans, un jour férié, une grande élection sociale de représentativité, utile pour les syndicats aux yeux de la grande masse des salariés, c’est à nous de faire ça pas de supprimer la seule qui existe.

2°) Parce que ça coûte trop cher ? La démocratie sociale ne coute pas trop cher, elle vaut qu’on y investisse ! Cela coute 91 millions c’est 4 fois moins que ce qu’écomouv se proposait de prendre sur l’écotaxe (440 millions). Cela fait 4,77 euros par électeur, mais c’est le même prix que toute élection. Pas plus cher que les élections aux chambres de commerce d’industrie, d’agriculture. Va t on les supprimer aussi ? Va t’on supprimer les élections aux corps consulaires ? N’est ce pas l’élection le meilleur moyen dynamique de consolider un lien démocratique, actif entre syndicats et salariés ? Là encore, que la gauche ne fasse pas cela !

Michel Sapin m’a interrompu en cours de parole, au moment où j’ai souligné la mise en cause de l’indépendance de l’inspection du travail. « Je ne peux pas te laisser dire cela parce que c’est faux » ! J’ai continué, il m’a redit « C‘est faux, mais c’est faux ». J’ai dit que 90 % du corps de l’inspection en était convaincu. Il m’a dit que ça n’en était pas moins faux, et il ajoutera ensuite que « si 90 % ou 50 % de l’inspection était contre, tant pis pour elle, l’IT « se marginaliserait »… Comme il essayait de m’empêcher de poursuivre et voulait m’interrompre, ce qui ne se fait jamais en BN, je continuai, Harlem lui a demandé de me laisser parler et de me répondre après, Michel Sapin a dit « non je lui répondrais pas, ce qu’il dit est faux »…

Puis tout à la fin, Michel Sapin m’a quand même répondu, tout en essayant de m’isoler du BN, « sauf l’un d’entre vous », s’est emporté en affirmant que jamais au grand jamais il n’était question de mettre en cause l’indépendance de l’inspection du travail, qu’elle était garantie par l’OIT, par la République, que personne ne donnera d’ordre aux inspecteurs, que le caractère généraliste, géographique, était maintenu, que tout salarié doit pouvoir avoir accès à l‘inspection, qu’il n’est pas question de grossir une hiérarchie ce serait imbécile, qu’il faut garantir les droits sociaux, travailler contre les grands fléaux que sont le travail dissimulé, les fraudes patronales…

Il a fini en disant « pardonnez ma fougue à la fin de ma réponse, à la hauteur de la fougue de quelques autres, d’un surtout ». Mais il n’a pas précisé un seul point du détail de la réforme de l’inspection qu’il n’avait pas pris la peine d’aborder dans son exposé introductif, (alors qu’il était venu parler au BN de l’emploi, des contrôles des travailleurs détachés, des « lois de janvier » sur la formation professionnelle).

Auparavant il avait répondu sur les prud’hommes, en substance : là, oui, c’est un débat, une seule organisation syndicale, la CGT demande à maintenir les élections, pas les autres. Et encore, la CGT le fait avec ou double langage… on y réfléchit encore, « la décision n’est pas prise ». Mais le vote qui compte est celui des DP/CE, et là les immigrés votent aussi…

Commentaire rajouté le jeudi 12 décembre suite à diverses demandes de précisions :

Seule la vérité compte… et sur l’inspection du travail encore plus, j’ai à coeur avec mes collègues de dire la vérité, nous la connaissons forcément mieux que ceux qui ne pratiquent pas ce métier. Le corps de l’inspection n’est pas soudainement saisi d’un « complot politique » (lequel sic ?) ni devenu « corporatiste (comme l’a dit Michel Sapin dans Rues89) il réagit parce qu’il connait son métier, l’importance de sa mission, et voit clairement son indépendance mis en cause. Il n’ pas vocation (à 50 ou 90 %) à se « marginaliser ».

Le « plan Sapin » a recueilli ZERO voix des syndicats de l’inspection (au CTPM de juillet) après neuf mois de préparation secrète, puis semi secrète, puis progressivement publique, avec beaucoup de manipulation à l’appui (à commencer par une vraie fausse trop habile modification des statuts des contrôleurs et des inspecteurs).

La CFDT plutôt « pour » est ultra minoritaire et n’ose soutenir le « ‘plan Sapin » : même la CFTC est farouchement opposée (avec Sud, Snu, Fo, Cgt… ! On sait que c’est la hiérarchie (type Combrexelle qui n’est pas et plus issue de l’inspection, qui est à droite et est restée inchangée en dépit de l’arrivée de la gauche, ce sont maintenant des « managers commerciaux » pas des anciens inspecteurs) qui a fait adopter cela à Michel Sapin. La « concertation » ou pseudo « consultation » a été formelle, elle a échoué parce que tout le corps de l’inspection voyait trop bien ce qui se mijotait. On a l’habitude de déchiffrer les textes juridiques et de lire derrière les lignes des discours patronaux.

Paradoxalement, c’est quand Michel Sapin répond que ce qu’il faut c’est un « travail collectif », « ensemble » que derrière ces (beaux) mots, la reprise en main de la hiérarchie va s’effectuer, car l’inspecteur sait trop bien que quand il est en contrôle, en face à face avec l’employeur, il est seul !

S’il n’est pas en situation de prendre toutes ses responsabilités, dans le face à face obligé avec l’employeur, le « contrôle » de l’inspecteur n’a plus de sens. Il faut qu’il puisse négocier ou verbaliser, mais que sa parole et son choix, en « opportunité » compte !

Vous ne faites pas un contrôle face à un employeur si vous êtes en situation de faiblesse, de dépendance : vous avez un patron arrogant, énervé, impatient, ou faussement poli, qui gagne cinq, dix fois plus que vous, qui, de ce fait, vous méprise, et qui compte bien se débarrasser de votre contrôle au plus vite et sans frais ni conséquences, il ne supporte pas l’ingérence, et n’admet pas qu’on vienne faire respecter l’état de droit dans « son » entreprise (« chez lui » sic)… Pour qu’il vous respecte, il faut que les suites de votre contrôle dépendent de vous et de vous seul. Il faut qu’il le sache sinon vous n’avez plus d’autorité face à lui !

Or là, Michel Sapin précisément propose comme « slogan » : un » ministère fort », … pas une « inspection forte ».

Il propose de renforcer les « sanctions administratives » (un carnet à souche de PV administratif, c’est bien, on le réclamait – les possibilités d’arrêt de travaux, bien aussi) mais la sanction en question dépendra de la hiérarchie, pas du seul inspecteur. Et le « plaider coupable » permettra à l’employeur d’échapper à la sanction (et à la correctionnelle, la seule chose qui leur coûte et leur fait peur) en négociant… avec la hiérarchie. Dans ce cas-là vos contrôles, décisions, (observations, mises en demeure, ou procès-verbaux) seront foutus d’avance, Ce n’est plus le même métier. Ni la même inspection !

Le redécoupage des « unités de contrôle » en 7, 8, 9 10 mini-sections, avec un chef, le « DUC » directeur d’unités de contrôle, ça veut dire quoi ? L’affectation (par arrêté ? ) des inspecteurs dans une de ces 8 ou 10 unités de contrôle groupées en secteur, ensuite, il pourra être « muté » entre ces 7 ou 10 sections par le DUC ou la DUChesse.. Or nous ne pouvions pas être mutés d’office, contre notre gré, de nos anciennes sections généralistes, où nous étions seuls compétents. On y était nommés par « arrêtés ».

La remise en cause de cette protection est aussi une remise en cause de notre indépendance. Quand une inspectrice refuse au BHV une dérogation pour ouvrir jusqu’à 22 h c’est de sa compétence. Combrexelle écrit au BHV qu’il est favorable à cette ouverture. Mais c’est l’inspectrice qui applique la loi. Travailler « ensemble » dans un « ministère fort » ça voudra dire, que l’inspectrice n’aura plus le contrôle de son dossier, elle pourra être changée entre les 7, 8 10 unités de contrôle, la décision pourra venir au DUC qui obéira au « ministère fort ».

Une équipe « spécialisée » pourra intervenir sur des « thèmes spéciaux » dans la même entreprise… un doublon qui sera catastrophique. Et les projets de loi prévus en janvier devront être examinés à la loupe pour bien comprendre tout le reste… car rien n’est fini ! Alerte, vigilance, combat !

Voir les commentaires

Pt loi Modernisation de l’action publique territoriale et affirmation des métropoles (deuxième lecture)

18 Décembre 2013, 19:03pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

MAGNIFIQUE LETTRE DU RÉSISTANT LÉON LANDINI

18 Décembre 2013, 18:47pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 

1499665_10151868604177861_1356520714_n

Léon Landini à Onfray :

" qu il vienne raconter ces saloperies dans une de nos réunions et il pourra constater à loisir que des vieillards fanatisés de 90 ans seront encore capables de lui faire avaler ces insanités"

Lettre ouverte pour Ardisson, Société de production de l’émission (salut les terriens) du 2 mars dernier où était invité Onfray.

Bagneux le 25 mars 2013 Lettre ouverte Teleparis 4 bis, rue Descombes 75017 Paris

Monsieur, C’est avec retard que nous avons pris connaissance de votre émission, dans laquelle vous permettez au sieur Onfray, de vomir son anticommunisme, mettant en cause les FTP-MOI (Franc-Tireur et Partisans de la Main d’Œuvre Immigrée) et en offensant les communistes que nous sommes.

Cet individu, affirme que les communistes français (dont les FTP-MOI étaient un des bras armé) ne sont entrés en Résistance qu’après l’attaque allemande contre l’Union Soviétique et que pendant deux ans ils ont collaboré avec les nazis et qu’ils étaient anti-juifs. Et cette crapule ose ajouter : « Nous leur accorderons tout de même le bénéfice du doute sur les horreurs de la Shoah. En avaient-ils connaissance ? Les idolâtres les plus fanatisés vous diront que non …. ». Oser prétendre, comme il l’a dit, que peu ou prou nous aurins participé à la Shoah, relève de la diffamation.

Il est intolérable que vous rendiez ces vilénies publiques et cela ne vous honore pas de permettre à cet histrion de se donner en spectacle dans votre émission. Pendant la guerre, même les collaborateurs les plus pourris n’ont jamais accusé les communistes et les FTP-MOI d’être anti-juifs, bien au contraire, ils nous désignaient sous l’appellation de judéo-communistes. D’après Onfray, ceux qui nieraient ses fausses révélations ne seraient que « des idolâtres les plus fanatisés ».

En ce qui nous concerne, nous anciens FTP-MOI faisons partie de « ces fanatisés là » qu’il ait donc le courage de venir raconter ces saloperies dans une de nos réunions et il pourra constater à loisir que des vieillards fanatisés de 90 ans seront encore capables de lui faire avaler ces insanités.

Il convient de rappeler, que les combattants FTP-MOI des bataillons Carmagnole-Liberté (unité que des historiens désignent aujourd’hui comme « Le fer de lance de la Résistance armée française») ont été créés à l’initiative du Parti Communiste. Les premiers engagés dans ces unités étaient des anciens des Brigades Internationales en Espagne et la majorité des dirigeants de la M.O.I. ainsi qu’une partie de ses combattants étaient d’origine juive, comme le prouve le nom des fusillés de l’Affiche Rouge.

Dans les cinq premiers créateurs de Carmagnole, il y avait, trois anciens des Brigades Internationales, mais tous les cinq étaient d’origine juive. Nous accuser de porter une part de responsabilité dans la Shoah, c’est nous accuser d’avoir participé à la déportation de nos propres familles, car à la libération combien d’entre nous se sont retrouvés tout seuls, leurs familles ayant totalement disparu dans les fours crématoires d’Auschwitz Ces affirmations sont innommables et tous les mots orduriers figurant sur les dictionnaires sont encore faibles pour dire ce que nous pensons de votre hôte parasite.

Afin que vous sachiez, afin que vous connaissiez les falsifications historiques et les vilénies que vous avez permis de rendre publiques à l’odieux Onfray, nous allons vous démontrer par des preuves incontestables, que les communistes sont entrés les premiers en Résistance contre les nazis.

Oui ! Nous disons bien les premiers ! Et ci-dessous nous allons vous le démontrer. Voici quelques unes des prises de position et d’opérations militaires effectuées bien avant l’attaque contre l’Union Soviétique.

Commençons par le début.

Dès 1936 beaucoup de communistes Français à l’appel de leur Parti, s’engagèrent comme volontaires dans les Brigades Internationales afin de porter secours au peuple espagnol agressé par le général Franco, qui s’était insurgé contre son propre gouvernement. Ce général renégat, était aidé dans ses combats contre la République espagnole, par les nazis et les fascistes italiens venus lui prêter main forte. Bien des années après, le gouvernement français reconnaissait que ceux qui s’étaient engagés et battus dans les Brigades Internationales, n’avaient pas seulement combattu pour défendre la République espagnole, mais qu’ils avaient également été les premiers à prendre les armes pour la défense de la liberté de notre pays. En reconnaissance des services rendus à leur Patrie, le gouvernement Français leur a attribué la Carte de Combattant.

Le 6 Juin 1940 : Le Parti Communiste Français, charge le philosophe Georges Politzer (qui sera fusillé par les nazis) de remettre au ministre Anatole de Monzie un texte en cinq points rédigé par Benoît Frachon. Le dernier point est ainsi libellé : « Il faut armer le peuple et faire de Paris une citadelle inexpugnable ». Il s’agit en fait du premier appel à la Résistance ouverte alors que la France n’a pas encore été envahie. On retrouve l’esprit et parfois la lettre de ce texte dans les tracts clandestins qui seront plus tard diffusés par les militants communistes. (Il en existe des exemplaires au Musée de la Résistance Nationale à Champigny).

Le 16 juin 1940 Les communistes brestois constituent leur premier dépôt d’armes au Bouguen, provenant d’armes abandonnées par l’armée anglaise. Le 17 juin 1940 : Charles Tillon, Responsable National du PCF et futur commandant en chef de tous les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) était chargé par la direction du PCF, de réorganiser le Parti Communiste dans le Sud-ouest après les nombreuses arrestations, opérées dans les rangs de PCF. Il lance, un véritable appel à la résistance contre le fascisme hitlérien. Voici quelques phrases de cet appel : « Mais le peuple français ne veut pas d’esclavage, de la misère et du fascisme …. Nous sommes pour un gouvernement, rétablissant la légalité du Parti Communiste, luttant contre le fascisme hitlérien. Nous sommes le nombre nous seront la force. Peuple des usines, des champs, des magasins et des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins et aviateurs encore sous les armes, unissez vous dans l’action ». Il s’agit bien là du premier véritable appel à la résistance contre le fascisme hitlérien lancé après l’occupation de notre pays. Il est utile d’ajouter que des milliers de tracts reproduisant cet appel, furent distribués dans les rues de Bordeaux par des militants communistes.

En Juillet 1940 : A Nantes une famille d’instituteurs communistes nommée Leroy, à saboté une centrale électrique et participé à une distribution de tracts appelant à la Résistance. Le 10 juillet 1940 : L’appel de Maurice Thorez et de Jacques Duclos qui déclare : « Un peuple comme le notre ne sera jamais un peuple d’esclaves ».

En août 1940 : « Dans le Nord, les communistes, Eusebio Ferrari, les frères Martel, les frères Camphin, Debarge et quelques autres incendient plusieurs véhicules de l’armée d’occupation et font sauter un train allemand ». Le 29 septembre 1940 Le commissaire central du département, adresse un rapport au préfet de l’Aube : « Activité du Parti communiste, j’ai l’honneur de vous signaler que le Parti Communiste aurait organisé le ramassage sur tout le territoire des armes abandonnées par l’armée française pour en constituer des dépôts clandestins ».

Le 5 octobre 1940 Un rapport de Vichy fait état : «Que le communisme est devenu le symbole de l’indépendance nationale par contraste avec la résignation générale. Octobre 1940 Le SS Sturmbahfuhrer Karl Bomelburg, chef de la Gestapo à Paris, signale à ses supérieurs le danger important auquel l’occupant est confronté : « Quoiqu’interdit le Parti Communiste est le seul des anciens Partis qui déploie encore une forte activité ».

Le 30 octobre 1940 : L’O.S. (l’Organisation Spéciale du Parti communiste) qui combattait déjà depuis quelques temps contre les occupants, a été officiellement homologuée « Unité Combattante le 30 octobre 1940 » par le ministère des Armées Françaises. Ces groupes spéciaux, constitués par le PCF en 1939, pour la protection des militants communistes recherchés par la police de Vichy, étaient des hommes aguerris, beaucoup avaient servi dans les Brigades Internationales en Espagne. Parmi les premiers animateurs de l’O.S. se distingueront des hommes qui paieront de leur vie la gloire des premières opérations militaires contre l’occupant.

La liste des survivants artisans de l’O.S. est moins longue que celle des morts. Tous fusillés en 1941 et 1942. Novembre 1940 : « Julien Hapiot, dirigeant communiste dans le Nord et Georges Capel incendient un parc automobile Allemand ». Le 4 décembre 1940 : « Roger Landini, dirigeant des jeunesses communistes dans le Var, avec ses camarades a fait dérailler en gare de triage de Fréjus-Plage, un train chargé de produits alimentaires destinés à Allemagne ». Le même mois : Eusebio Ferrari et Félicien Joly font sauter un train allemand et dynamitent la génératrice et la station de Bénory-Cumichy Le 11 décembre 1940 Au sud-est de Dijon, les groupes de l’O.S. dirigés par Jean Mahon, Chalon et Grillot, font dérailler un train de marchandise, partant pour l’Allemagne. Le 10 mars 1941, un groupe de l’O.S. abat trois soldats allemands au port de commerce de Brest. Le 30 avril 1941 un sous officier allemand est abattu à Lambersart dans le Nord par le groupe de l’O.S. d’Eusebio Ferrari. Le premier mai 1941 les groupes de l’O.S. sont dissouts et remplacé ce même jour par les FTPF et les FTP-MOI, qui eux ont officiellement été homologués « Unité Combattante » à partir de ce premier mai 1941, par le ministère des armées. Début mai 1941 A nouveau le groupe d’Eusebio Ferrari abat des soldats hitlériens à Lambersart. Toujours en mai 1941 les FTP détruisent un parc à voitures allemand à Saint-Die dans les Vosges. Fin mai début juin 1941 Déclenchement de la grande drève des mineurs. Grève organisée par les communistes : Auguste Lecœur, Michel Brûlé, Julien Hapiot, Charles Debarge. Dans le Pas-de-Calais cette grève rassemble 100 000 mineurs et prive les nazis d’une importante quantité de charbon. Le 26 mai 1941 Dans un numéro illégal de L’HUMANITE on peut lire : « Abat l’antisémitisme ! ». Et ce ne sont là que quelques unes des multiples actions menées par les communistes.

Ces quelques exemples démontrent que les communistes, contrairement à ce qu’affirme Onfray n’ont pas attendu l’attaque contre l’Union Soviétique pour prendre les armes contre les nazis et les fascistes. Au sujet de la scandaleuse calomnie à l’encontre de Guy Môquet, voici quelques documents prouvant le contraire de ce qu’à écrit Onfray : Le 30 mars 1939, sous le titre : « La dernière chance de la paix », Maurice Thorez, Secrétaire général du Parti Communiste Français écrit dans « l’Humanité » : « Le fascisme c’est la guerre. La marche des évènements depuis quelques années confirme absolument cette vérité première …. Que faire devant la menace ? Sinon unir, sinon unir tous les peuples de bonne volonté et en premier lieu la France, l’Angleterre, l’Union soviétique et par delà l’océan les Etats-Unis d’Amérique ? ». Ces phrases furent déterminantes dans l’attitude à avoir pour tous les communistes, Il fallait s’unir et combattre le fascisme. Guy Môquet. Son père député communiste fut arrêté en octobre 1939. Cette arrestation est un évènement marquant qui renforce l’ardeur militante de Guy. Avec l’occupation de Paris et l’instauration du gouvernement de Vichy, Guy déploie une grande activité pour coller des « papillons » et distribuer des tracts qui reflètent la ligne politique de son Parti. La ligne étant celle qu’avait définie par Maurice Thorez et Jacques Duclos, il fallait se battre contre le nazisme et le fascisme et ses vils serviteurs du gouvernement de Vichy

Les diffamations du répugnant Onfray prouvent que Guy Môquet et ses camarades ne pouvaient qu’avoir appliquer les directives de la direction de leur Parti et prétendre autre chose comme il le fait, relève de la salissure volontaire d’une des figures les plus emblématiques de la résistance française. Notre lettre aura eu entre autre comme tâche de vous démontrer qu’Onfray n’est qu’un vulgaire falsificateur et que par ses calomnies il porte atteinte à tout le monde de la Résistance. Vous devriez à l’avenir choisir un peu mieux les personnes que vous présentez car nous sommes contraints de penser que vous partagez leurs avis en les présentant avec tant d’égards. Conclusion : Onfray n’est qu’un salopard*. Cela n’est pas une insulte mais une constatation. *Salopard, la définition de ce mot donnée par le dictionnaire Larousse est la suivante : « Salopard – Individu sans scrupule qui agit envers autrui d’une façon ignoble ». Léon Landini Président de l’Amicale des Anciens FTP-MOI des Bataillons Carmagnole-Liberté Officier de la Légion d’Honneur – Médaille de la Résistance – Grand Mutilé de Guerre (suite aux tortures endurées pendant son internement) membre du Comité d’Honneur du Musée de la Résistance Nationale de Champigny. Ces communistes. (Il en existe des exemplaires au Musée de la Résistance Nationale à Champigny).

Voir les commentaires

En Israël on refuse les dons du sang des noirs

18 Décembre 2013, 18:21pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 En Israël on refuse les dons du sang des noirs

Préambule : Israël, fort heureusement n'est pas “les juifs”, car faut-il le rappeler... il y a aussi des cons chez les israéliens, qu'ils soient juifs ou non ! Mais à l'instar de Marine Le Pen, alias “la Folle”, les israéliens cons ne représentent pas la totalité du peuple.

Ne l'a-t-on pas assez rappelé que cet état, a quelquefois des relents de leurs anciens bourreaux à costume brun. Les vexations envers les travailleurs palestiniens, l'ostracisme légal envers toute une population, la création du plus grand ghetto sur terre : Gaza et son corolaire : “le mur de la honte”. Et maintenant, qu'apprend-on ? Que légalement on refuse le sang de personnes noires, juste parce qu'elles sont noires, avec comme prétexte le trop fameux sida... et que ces personnes soient juives ou non ni change rien. Il faudrait faire attention que le bleu du drapeau israélien, ne devienne pas le bleu du sang juif-blanc.

Je ne vais pas m'étendre sur le sujet, au risque comme diraient certains de devenir “quasi banal”, mais faut-il aussi le rappeler, en France on interdit toujours, à "un homme ayant eu des rapports sexuels avec un homme" de donner son sang... c'est aussi une discrimination légale qui sous-entend que le sida vient des homos, alors qu'il vient de gens qui ont beaucoup de rapports sexuels, et à ma connaissance, les hétéros ne sont pas tous des escouillés bigots...

...devant le sida, nous sommes tous des juifs... noirs, homos, drogués !

.

Voir les commentaires

Problème informatique du blog, résolu

18 Décembre 2013, 18:03pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Problème résolu :
Suite à un problème informatique et de réseau, le blog du PCF de L'Arrageois est demeuré pendant plusieurs jours inanimés, ce souci est maintenant résolu.
Dès à présent, tous a vos claviers pour vos commentaires!
Merci de votre indulgence.

Voir les commentaires

A propos d’un portrait reconstitué de Robespierre

17 Décembre 2013, 17:35pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

A propos d’un portrait reconstitué de Robespierre

Décidément Robespierre n’en finit pas de susciter beaucoup de curiosité. Cette fois c’est à propos d’une reconstitution précise de son visage qui a été faite à partir d’un masque mortuaire moulé juste après sa mort.

La technique qui a permis ce travail est impressionnante mais le problème est de savoir si ce masque de cire soit- disant réalisé par Mme Tussaud (née Groshotz) et longtemps exposé dans son musée de Londres est authentique.

Ce qui fait en douter c’est que les Thermidoriens, exécuteurs de Robespierre, craignaient tellement que les restes de l’Incorruptible (immensément populaire) ne devinssent prétexte à des hommages en sa faveur, qu’ils s’empressèrent de jeter sa dépouille dans une fosse commune du cimetière des Errancis et de la recouvrir de chaux

Dans la brochure « Cinquante portraits de Robespierre » éditée en 2008 par les Amis de Robespierre, figure une gravure de ce masque avec un commentaire qui émet des réserves sur son authenticité.

Le site internet revolution-française.com animé par des historiens et universitaires réputés est lui aussi très sceptique quant à ce prétendu moulage fait dans le panier au-dessous de la guillotine. D’autant plus que cette Anne-Marie Groshotz était réputée royaliste et avait été emprisonnée comme telle.

Ce portrait reconstitué est destiné, dit-on, à un documentaire qui s’intéresse aux pathologies des hommes célèbres. De quoi s’attendre au pire.

Photo du masque mortuaire extraite de la brochure « Cinquante portraits de Robespierre. » éditée par l’ARBR

Christian Lescureux

Voir les commentaires

1 2 > >>