Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Ep. 18 - La grande évasion

29 Juin 2013, 13:35pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Le cercle du progrès de Carvin accueille la 4ème édition du Festival de la Résistance

29 Juin 2013, 11:53am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le cercle du progrès de Carvin accueille la 4ème édition du Festival de la Résistance

Voir les commentaires

Pierre Laurent - Les 4 Vérités - 27/06/13

29 Juin 2013, 11:48am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Un bouclier rural pour les services publics, toujours d’actualité ? Par André Chassaigne

26 Juin 2013, 20:13pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

La France a un atout considérable : depuis 1945, ses territoires ruraux ont pu bénéficier de la présence forte des services publics. Grâce à cette présence dynamique, la République s’est enracinée dans chaque parcelle de nos territoires. Cet héritage de notre histoire, cette conquête sociale, a permis à chacun de nos concitoyens d’accéder à des droits fondamentaux : l’éducation, l’énergie, les transports ou la santé, mais aussi la justice, le logement ou l’emploi. Cette politique, en apportant une réponse aux besoins humains, est aussi un facteur déterminant pour un aménagement harmonieux du territoire et pour la vitalité économique et sociale des campagnes françaises.

 

 Ce développement bénéfique subit depuis trente ans les coups de boutoir des libéraux de tous bords. L’interminable cortège des déréglementations, des suppressions de postes, des coupes budgétaires et des privatisations mettent en danger notre France rurale. Les choix politiques du précédent Gouvernement, avec notamment la Révision Générale des Politiques Publiques, la carte scolaire, la carte judiciaire, les réformes de l’hôpital, ont ainsi considérablement affaibli la présence territoriale des services publics. Parallèlement, si les services administratifs en ligne sont un outil facilitant les démarches de nos concitoyens, ils ne peuvent continuer à être conçus comme alibi de la suppression des moyens humains sur les territoires.

 

 Dans cette optique, Jean-Marc Ayrault, alors président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, avait déposé, en février 2011, une proposition de loi « pour l’instauration d’un bouclier rural au service des territoires d’avenir ». L’article premier de cette proposition de loi posait le principe selon lequel « l’État garantit la proximité et l’égal accès des citoyens aux services publics, fondement de la cohésion sociale et territoriale de la République sur l’ensemble du territoire ». Elle défendait notamment le principe d’un « bouclier rural » contre la tentation de remplacer les services de proximité par leur version numérique, déshumanisée. Le rapporteur du texte, le député socialiste Germinal Peiro, le défendait en ces termes dans l’hémicycle : « Il n'existe aucun raisonnement juridique, ni aucune considération de fait, qui justifie que les citoyens résidant dans l'espace rural se trouvent contraints à des relations administratives déshumanisées se limitant à un site informatique ».

tout en soulignant les limites des propositions avancées, j’avais défendu à l’époque l’essentiel de ces dispositions. Cette proposition était d’autant plus pertinente qu’il existe une fracture numérique, tant au niveau géographique avec des zones considérées non rentables par les différents opérateurs et sans accès au haut débit, qu’au niveau des capacités des personnes, les plus âgées notamment, n’ayant pas les mêmes facilités que les plus jeunes pour « surfer sur le net ».

 

Néanmoins, et malgré le changement de gouvernement, il s’avère que l’on favorise toujours le télé-déclarant, en supprimant, par exemple, les envois papier, ou en s’appuyant régulièrement sur les dispositifs de télédéclaration ou de relation à distance pour poursuivre dans les politiques de suppression de postes et d’emprises territoriales des services publics. Alors que l’égalité des territoires est un objectif affiché du Gouvernement, la nouvelle majorité est-elle toujours prête à instaurer un bouclier rural ?

 
 
Un bouclier rural pour les services publics, toujours d’actualité ? Par André Chassaigne

Voir les commentaires

Conseil Municipal 1er juillet 2013

26 Juin 2013, 19:56pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Conseil Municipal 1er juillet 2013
Conseil Municipal 1er juillet 2013
Conseil Municipal 1er juillet 2013
Conseil Municipal 1er juillet 2013
Conseil Municipal 1er juillet 2013
Conseil Municipal 1er juillet 2013
Conseil Municipal 1er juillet 2013
Conseil Municipal 1er juillet 2013

Voir les commentaires

communique du Syndicat CGT FRAISNOR du 26 juin 2013

26 Juin 2013, 15:44pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 

36ème jour d’occupation ! A ce jour, aucune nouvelle des pouvoirs publics (Communauté urbaine d’Arras, Conseil général, Conseil régional, mairie d’Arras, Etat).

Pas tout à fait, dernièrement dans l’hémicycle du palais Bourbon, le ministre de l’Agroalimentaire GAROT a réalisé un grand acte politique (sic !) en répondant à une question de la députée socialiste d'Arras sud sur la situation de Fraisnor :

 

« Nous avons proposé à chaque salarié le contrat de sécurisation professionnelle (CSP). Il permet un accès facilité à tous les dispositifs de formation, de reconversion et d’aide à la recherche d’emploi et offre une allocation correspondant à 100% du salaire net versée pendant un an. Nous avons mobilisé le préfet afin d’aider à faire émerger, autant que faire se peut, un projet de réindustrialisation».

 

Concernant la première partie de la réponse, personne n’ignore que tout employeur qui licencie pour motif économique est obligé de proposer le CSP.

 

Par cette déclaration, ce ministre de la République prend les salariés pour des imbéciles et fait preuve à leur égard d’un mépris intolérable.

 

A propos du projet de réindustrialisation, c’est toujours le silence radio du côté de la préfecture ; la date de la réunion du comité de pilotage que nous avons sollicité, il y a 15 jours, n’est toujours pas fixée.

 

Nous avons l’impression que nous pouvons crever dans notre usine à Artoipole ; ça n’empêchera pas de dormir ni les responsables politiques, ni les dignitaires de l’Etat capitaliste.

 

Cette indifférence va nous contraindre d’imaginer des actions plus radicales...

Pour info, les bouteilles de gaz sont prêtes !!!

 

Mais dans un premier temps, ce mercredi 26 juin 2013 à partir de 15h, les travailleurs de Fraisnor en lutte déposeront leur CV à la Communauté urbaine d’Arras, au Conseil général, au Conseil régional, à la mairie d’Arras, et à la préfecture.

 

A défaut d’avoir su sauver FRAISNOR, qu’ils nous embauchent. Nous avons toutes les compétences requises pour se mettre au service du bien public.

 

LA LUTTE CONTINUE, L’OCCUPATION CONTINUE,

PHOENIX RENAÎTRA !!!

communique du Syndicat CGT FRAISNOR du 26 juin 2013

Voir les commentaires

L'anti-communisme en échec en Moldavie : la faucille et le marteau ainsi que le nom « communiste » ne sont plus interdits

26 Juin 2013, 15:29pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

L'anti-communisme en échec en Moldavie : la faucille et le marteau ainsi que le nom « communiste » ne sont plus interdits

L'anti-communisme en échec en Moldavie : la faucille et le marteau ainsi que le nom « communiste » ne sont plus interdits

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Si l'offensive anti-communiste s'intensifie dans toute l'Europe, elle prend des formes plus brutales en Europe de l'est : en Moldavie comme en Hongrie, l'interdiction même des symboles, du nom et de l'idéologie communistes est désormais mise sur la table.

La Moldavie, au-delà de la taille relativement modeste de ce pays, est un territoire stratégique entre Russie et Union européenne, un territoire où existe un Parti communiste de masse qui n'a pas renié le nom ou les symboles communistes après 1991.

Loin d'avoir chuté, le Parti communiste de la République de Moldavie (PCRM) a connu depuis une irrésistible ascension, après que les dernières illusions sur la restauration du capitalisme sont tombés.

Entre 2001 et 2009, sous la présidence de Vladimir Voronin, ce sont les communistes qui ont gouverné cette République de 4 millions d'habitants.

Les dernières élections de 2009 ont fait du PCRM, plus que jamais, le premier parti du pays avec 44,76% des voix, soit 30 points devant le Parti libéral-démocrate, deuxième formation du pays !

Toutefois, en vertu des mécanismes de constitution d'une majorité parlementaire, avec ses 48 sièges, les communistes ont du laisser le pouvoir à la dite « Alliance pour l'intégration européenne » composée des quatre autres partis de droite libéraux, nationalistes pro-roumains et européistes.

Devant la popularité croissante du Parti communiste depuis 2009, la classe dirigeante moldave a paniqué. Le 1 er octobre 2012, elle a fait passer une motion au Parlement interdisant

« sur tout le territoire, avec des objectifs politiques de propagande, les symboles communistes (comme la faucille et le marteau) ».

Depuis octobre, le Parti communiste mobilise ses forces, emmène dans les rues des dizaines de milliers de personnes, ce fut le cas dernièrement pour les manifestations pour la Victoire sur le fascisme, le 9 mai dernier.

Sous un rapport de forces de plus en plus défavorable à la coalition gouvernementale – le Parti communiste est donné grand gagnant des prochaines élections législatives de 2014 – le gouvernement a été contraint au recul

Ce 4 juin, c'est la Cour constitutionnelle de Moldavie qui a déclaré anti-constitutionnel le projet de loi proposé par le gouvernement visant à interdire les symboles communistes, faucille et marteau.

Le PCRM pourra donc continuer de porter le nom de « communiste » et maintiendra la faucille et le marteau comme symboles du parti, sur ses affiches, tracts ou bulletins de vote.

Le président du PCRM, Vladimir Voronin, a salué cette décision de la Cour Constitutionnelle. Il a renversé l'accusation, proposant plutôt de juger ceux qui ont contribué à la ruine du peuple moldave, tout en désignant comme ennemi la seule force qui puisse le défendre : le Parti communiste.

En Moldavie, comme ailleurs en Europe, l'offensive anti-communiste qui prend de multiples formes vise à effacer, faire disparaître, transformer les symboles et le nom des partis communistes. La résistance est la première des nécessités. En Moldavie, elle a payé !

Voir les commentaires

CONDAMIN-GERBIER, Pierre (Gestionnaire de fortune, ancien associé-gérant chez Reyl Private Office)

26 Juin 2013, 15:15pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

SYNDICAT CGT FRAISNOR :la lutte continue

24 Juin 2013, 16:24pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

SYNDICAT CGT FRAISNOR :la lutte continue

COMMUNIQUÉ du 24 JUIN 2013

Expédition des travailleurs chez l’exploiteur belge LEEMANS

Le 20 juin 2013, une expédition de 18 d’entre nous s’est invitée dans la banlieue bruxelloise chic et verdoyante, lieu de villégiature du capitaliste « fier de l’être », Monsieur LEEMANS fossoyeur de l’outil de travail de 120 salariés, le bien nommé monsieur 6%.

A sa grande stupéfaction, dès l’ouverture de la porte, nous lui avons remis en main propre 3 factures :

  • 37 889€ pour 30 jours de gardiennage du bâtiment industriel.

  • 300 000 € de cotisations sociales volées aux salariés car non reversées aux divers organismes sociaux.

  • 50 000 € par salarié pour le préjudice subi.

Lors du débat qui s’est instauré, il n’a pas hésité à agresser la CGT en l’accusant de mentir aux salariés et de s’être opposée aux licenciements de 60 salariés.

De plus, il a reconnu et trouvé tout à fait normal de prélever 6% d’intérêts sur les placements de capitaux sur les comptes courant et a soutenu avec agressivité qu’il n’avait pas à en informer les délégués du personnel.

Nous lui avons répondu que les élus CGT n’auraient jamais accepté ce racket sur la force de travail des salariés, qui s’élève à 595 000 € pour la période entre 2007 et 2012.

Autre aveu, son refus de céder l’entreprise au repreneur qui souhaitait en 2011 l’acquérir pour l’euro symbolique, un refus motivé par son propre égoïsme, considérant qu'il y perdrait trop, alors que c’est à ce prix qu’il a acquis FRAISNOR en 2006. Il a fait passer la défense de son patrimoine et de ses petits intérêts personnels au détriment des 120 travailleurs aujourd’hui sur la paille.

Contrairement à nous, Leemans n'est pas sur la paille mais vit sous la paille dans une grande maison au toit de chaume sur un vaste terrain de 2000 m2 avec piscine, dont la valeur est d’au minimum 1.000 000 €.

Aussi, la lutte continue, nous en sommes aujourd'hui au 33ème jour d'occupation totale, nous attendons avec impatience la réunion du comité de pilotage en préfecture, nous exigeons des engagements forts des pouvoirs publics, sinon ça finira mal !

Nous en discuterons le dimanche 7 juillet 2013 à partir de 11h, lors de la fête des travailleurs en lutte qui de déroulera sur le site de FRAISNOR.

Contact : Christian DELEPINE au 06 63 87 35 90

TOUJOURS UNIS-DEBOUT-DÉTERMINÉS !

NOUS LUTTERONS JUSQU’Á LA REPRISE DE LA PRODUCTION

SYNDICAT CGT FRAISNOR :la lutte continue

Voir les commentaires

Vote FN : les électeurs frontistes votent pour leur bourreau

24 Juin 2013, 16:20pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Vote FN : les électeurs frontistes votent pour leur bourreau

Vote FN : les électeurs frontistes votent pour leur bourreau

Voir les commentaires

Lens : les élus communistes et républicains du Pas-de-Calais inaugurent leurs nouveaux locaux

24 Juin 2013, 16:18pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Lens : les élus communistes et républicains du Pas-de-Calais inaugurent leurs nouveaux locaux

Les locaux de l’ADECR 62 (association départementale des élus communistes et républicains) ont été inaugurés hier soir au bas du boulevard Basly. Entouré par les banques, le PCF du Pas-de-Calais a rénové son second fief lensois, non loin de sa fédération départementale.

L’Association des élus communistes et républicains avait déjà son local départemental dans les mêmes locaux du bas du boulevard Basly, sur la droite en arrivant au rond-point Bollaert. Mais c’était surtout le journal Liberté 62 qui était reconnaissable jusqu’à il y a environ deux ans à cette adresse. Après la fusion avec le « Liberté » du Nord, beaucoup de place s’était du coup dégagée dans cet immeuble, propriété du parti communiste français. Outre la présence du sénateur du Pas-de-Calais, Dominique Watrin, et du député européen, Jacky Hénin, il était logique de retrouver dans cet antre d’élus plusieurs maires communistes des communes des environs (Avion, Billy-Montigny, Grenay, Sallaumines…) ou d’un peu plus loin (Burbure).

D’autres sont appelés les républicains parce que leur sensibilité est proche du PCF. Parmi eux, le maire de Fresnoy-en-Gohelle avait fait le déplacement. La présence d’une élue MRC (Sabine Van Heghe, conseillère générale du canton de Leforest) et celle d’un « Parti de gauche » (un conseiller municipal de Sains-en-Gohelle) ont été saluées par Cathy Apourceau-Poly, présidente de l’ADECR. Mais la venue la plus remarquée aura été celle de Sylvain Robert. Cinq jours après avoir élu maire de Lens, ce dernier s’est montré conforme à son esprit d’ouverture exprimé dès sa prise de fonction. Jean-Pierre Kucheida (président de la CALL), en vieux briscard du rassemblement à gauche, est resté un plus long moment. Pas mécontent visiblement de retrouver des figures du parti « historiques » du parti communiste comme Gilbert Rolos ou l’ancien sénateur Yves Coquelle.

Trois logements en plus

Côté investissement, des travaux ont été réalisés à hauteur de 150 000 euros par un prêt du Crédit Mutuel, indique Hervé Poly, secrétaire de la fédération PCF 62 et responsable de la SCI qui gère ce bien lensois. Par ailleurs, une partie de l’immeuble a été aménagée en trois logements ce qui doit permettre d’amortir les fonds engagés. « À proximité de Bollaert, je tenais à ce qu’on garde ces locaux. Il est important pour le PC d’avoir une deuxième place, autre que la fédération, dans la capitale du bassin minier », précise Hervé Poly. Ces locaux serviront notamment aux permanences des élus (sénateur, conseiller régional entre autres) à partir de la rentrée.

Symbolique, la vitrine de l’ADECR colle au plus près de l’environnement du Louvre-Lens. La femme portant le drapeau tricolore du tableau La Liberté guidant le peuple s’y retrouve à côté du personnage qui a inspiré Gavroche. Le dessinateur Philippe Holevoout (dont les dessins sont publiés dans le journal Liberté) en est l’auteur. « Cette vitrine consacrée à Delacroix est un moyen pour nous de saluer l’existence du Louvre-Lens. Ce qui ne nous empêche pas de penser que ce musée devrait être financé par l’État et non par les habitants de la région qui ont des conditions de vie difficiles », a rappelé Cathy Apourceau-Poly.

La conseillère municipale d’Avion et conseillère régionale en a profité pour défendre l’image des élus, parfois chahutée au fil des affaires de financement des partis politiques. « La très grande majorité des élus s’investissent de manière bénévole, ils prennent souvent sur la soirée, ils sont exemplaires et honnêtes. » Ces maires, ces élus locaux, elle a salué leur probité au sein du parti communiste « où le reversement des émoluments est une grosse fierté ». Selon Hervé Poly, les indemnités reversées sont de 80 % pour les conseillers régionaux et de 60 % pour les maires et les conseillers généraux, la différence s’expliquant par les frais supplémentaires générés par la présence sur le terrain des élus de proximité.

Quelques grands thèmes chers aux communistes ont été présents au cours de cette soirée inaugurale. À commencer par la défense des communes face à l’acte 3 de la décentralisation qui arrive. Localement, Cathy Apourceau-Poly a cité quatre dossiers sur lesquels le PCF montre sa différence ces deniers temps : le Louvre-Lens, La rénovation du stade Bollaert, les travaux au stade couvert, les aides publiques versées à la SEM ADEVIA.

Voir les commentaires

PCF : Un coup de pouce au gaz de houille

23 Juin 2013, 08:58am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 


 

lavoixdunord Autant vous le dire de ce jour :

 

Un coup de pouce au gaz de houille :

 

Le gouvernement s'est engagé, d'ici la fin de l'année, à créer un tarif d'achat spécifique pour permettre la production d'électricité à partir du gaz de houille extrait par la société Gazonor (notamment à Avion).

L'information émane de Bertrand Pericaud, président de la commission développement économique au conseil régional. "C'est une étape importante qui était attendue depuis la publication de la loi sur l'énergie de 2006", note le conseiller régional PCF qui salue au passage l'intervention au Sénat de son collègue, Dominique Watrin.

"Depuis plusieurs années, Gazonor signalait une dégradation de la qualité du gaz de houille" explique Bertrand Pericaud.

Il restait à l'Etat, en tant que garant de l'étanchéité, a prendre des mesures pour securiser le sous-sol et ainsi permettre le développement de cette activité importante.

 

 

PCF : Un coup de pouce au gaz de houille

De gauche à droite : Dominique Watrin sénateur du Pas-de-Calais.
Hervé Poly secrétaire du PCF.
Bertrand Pericaud, conseiller régional
Lors d'une rencontre avec des syndicalistes dans le secteur de Lens Hénin.

Voir les commentaires

Hommage à notre camarade Marc Lanvin.

23 Juin 2013, 08:25am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

                                            
 
Il y aura 45 ans, jour pour jour, le 29 juin 1968, mourait le jeune communiste Marc LANVIN, au 45 rue Pasteur à Achicourt, sous les balles des nervis de la droite UDR (Union de la Droite Républicaine)
 Pour seule raison, l’engagement sans réserve d'une jeunesse qui aspirait au changement.
Il n’avait alors que 18 ans.
 
Il fut lâchement assassiné la veille du second tour des élections législatives, lors d’une tournée de surveillance de l’affichage en faveur du candidat d’union de la gauche Guy MOLLET.
 
C’est en hommage à notre camarade communiste Marc, que La Fédération du Parti Communiste du Pas de Calais et la section Communiste d’Arras déposeront une gerbe en souvenir, sur les lieux mêmes de sa mort tragique.
45 rue Pasteur à Achicourt, vendredi 28 Juin 2013 à 19 h.
 
L'assassinat récent, à Paris, d'un jeune anti-fasciste nous rappelle que "la bête immonde" n'est pas morte.
En cette période délétère, dans notre société troublée, en manque de repères, dans laquelle les paroles réactionnaires, racistes, homophobes se libèrent et déversent leurs flots de haine,
SOUVENONS-NOUS !
 
Soyons nombreux vendredi à ACHICOURT.

Voir les commentaires

Assises du 16 juin : changer de cap en France et en Europe

22 Juin 2013, 14:14pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Pour la 4e année consécutive, les salaires des fonctionnaires resteront bloqués en 2014

22 Juin 2013, 13:43pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

« Pour l’instant, dans la préparation du budget 2014, nous n’avons pas pris le choix de dégeler » le point d’indice servant de base au calcul des salaires des fonctionnaires. C’est ainsi que Mme Lebranchu, ministre de la Fonction publique, a annoncé mardi matin sur France Info la nouvelle reconduction de ce gel instauré en 2010 par le gouvernement Fillon. Elle a justifié cette mesure en évoquant « le déficit public extrêmement important ». « Tout le monde » doit participer à sa résorption « et en particulier nos fonctionnaires », a-t-elle ajouté, tout en concédant que ces derniers puissent ressentir « une impression d’injustice ».                                                                          

Les syndicats de fonctionnaires n’ont pas caché leur indignation d’avoir appris par la radio cette décision à la veille de l’ouverture de la conférence sociale. C’est « hallucinant », s’est exclamé Jean-Marc Canon, le représentant de la CGT, qui juge cette mesure, « absolument catastrophique pour le pouvoir d’achat des fonctionnaires », « tout à fait inadmissible ». Même réaction de la part de Bernadette Groison (FSU) et du responsable FO, Christian Grolier. « C’est proprement scandaleux », a déclaré celui-en soulignant que cette annonce survient la même semaine que la publication du rapport Moreau préconisant la remise en cause de l’actuel calcul de la retraite des fonctionnaires.

Jean-Marc Canon a assuré que « l’annonce de la ministre ne peut que renforcer la détermination » de tous les syndicats de la Fonction publique à l’exception de la CFDT et de l’UNSA, qui, le 3 juin, avaient ouvert dans un communiqué commun la perspective d’une action « au plus tard début octobre ».

Pour la 4e année consécutive, les salaires des fonctionnaires resteront bloqués en 2014

Voir les commentaires

1 2 3 > >>