Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Grève générale historique en Espagne

30 Mars 2012, 09:15am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Grève générale historique en Espagne

11 millions de grévistes, 3 millions dans les rues contre la réforme du travail poussent les syndicats prompts au « dialogue social »

130397969920061107110818-manifestacion-avt2.jpg

Sixième grève générale en trente ans en Espagne, et d'après les chiffres divulgués par les syndicats, il s'agirait de la grève la plus suivie de ces trois dernières décennies, bien au-delà des journées de grève de 2002 ou 2010.

D'après les syndicats, 77% des salariés espagnols auraient participé à cette journée de grève générale du 29 mars, soit près de 11 millions de travailleurs qui ont répondu à l'appel lancé par les Commissions ouvrières (CC.OO) et l'UGT.

Cette journée de grève générale était convoquée sous le mot d'ordre « Non à la réforme du travail ! ».

La réforme du gouvernement de droite prévoit notamment une réduction des indemnités de licenciement, 33 jours par année travaillée (et seulement 20 en cas de licenciement économique) au lieu de 45, et l'institutionnalisation de « contrats aidés », payés par l'Etat pour le privé, contrats précarisés au salaire minimum.

Si le patronat et le gouvernement ont tenté de minimiser le grève, ils ne pouvaient masquer l'ampleur d'une grève qui a paralysé les transports urbains des grandes villes : seuls 30% des métros de Madrid étaient en état de marche, 30% des trains régionaux et 20% des trains régionaux. Une grève qui a fait chuter la consommation d'électricité de 23%, preuve de la paralysie du pays.

Cette grève se concluait ce soir (29 mars 2012) par 111 manifestations dans tout le pays qui ont mobilisé sans doute au-delà des 2 millions de manifestants du 19 février dernier.

Les premiers chiffres dans des petites villes de province donnaient déjà le vertige : 100 000 à Vigo, 60.000 à La Corogne 50.000 manifestantes àValladolid ou 60 000 à Palma de Majorquec'est du jamais vu. D'après les derniers chiffres, on serait à 1 million de manifestants à Madrid, 400 000 dans les diverses cités d'Andalousie, 300 000 à Barcelone et à Valence.

(...)

L'avenir du mouvement social espagnol, entre pression de la base pour une grève générale illimitée et freins de directions syndicales acquises à la ligne du « dialogue social », est incertain. Toutefois, comme au Portugal et en Grèce, le potentiel existe pour construire un mouvement de convergence des luttes susceptible de mettre en échec les plans du gouvernement Rajoy.

(article paru dans solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/)

http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/article-greve-generale-historique-en-espagne-11-millions-de-grevistes-3-millions-dans-les-rues-contre-la-102507921.html

Voir les commentaires

MEETING DE LILLE (suite) : LE DISCOURS DE PIERRE LAURENT

29 Mars 2012, 15:43pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Liberté de circulation pour SALAH HAMOURI !

29 Mars 2012, 15:19pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

shamouri vLiberté de circulation pour SALAH HAMOURI !

DÉCLARATION DU GROUPE DES CONSEILLERS GÉNÉRAUX FRONT DE GAUCHE DU VAL DE MARNE (27 mars 2012)

Salah Hamouri, jeune franco-palestinien a été libéré le 18 décembre 2011, après avoir passé 7 ans dans les geôles israéliennes pour délit d’opinion. Il est désormais confronté à une seconde injustice : il ne peut se déplacer librement.

Sa peine devait initialement s’achever le 28 novembre 2011, mais, suite à un durcissement des conditions d’incarcération des prisonniers politiques palestiniens, elle a été prolongée jusqu’au 12 mars 2012. Salah a finalement été relâché le 18 décembre, lors de la seconde vague de libération de prisonniers palestiniens, en échange du soldat franco-israélien, Gilad Shalit. Depuis le 18 décembre, Salah est soumis à des restrictions de circulation, qui devaient prendre fin le 12 mars 2012, date à laquelle il devait être définitivement libre. Totalement libre, sans aucune condition.

Pour obtenir cette liberté de circulation, l’administration israélienne devait apposer un tampon sur le passeport français de Salah. A ce jour, elle n’a toujours pas accepté de rendre sa pleine liberté à Salah Hamouri.

Il est donc condamné une seconde fois arbitrairement et se retrouve à nouveau privé de liberté bien que n’étant plus en prison. Salah Hamouri, ressortissant français, se voit ainsi nier son droit imprescriptible à se déplacer librement sans aucune justification légale et de façon totalement arbitraire. C’est intolérable !

Salah Hamouri devait se rendre ces prochains jours en France, attendu dans des dizaines de villes. Par ailleurs, le Conseil général du Val-de-Marne devait l’accueillir mercredi 4 avril, à Créteil, pour témoigner de son soutien à la lutte du peuple palestinien.

Nous demandons aux autorités françaises d’agir - rapidement et fermement - auprès des autorités israéliennes, pour qu’elles rétablissent la liberté de circulation de notre compatriote, afin qu’il puisse venir en France et bien sûr rentrer chez lui à Jérusalem-Est, une fois son séjour en France terminé.

Nous ne pouvons pas accepter qu’à l’injustice de son incarcération s’ajoute une nouvelle mesure de rétention totalement arbitraire !

 

Voir les commentaires

BILAN DE L'ACTIVITÉ DES DÉPUTÉS DU GROUPE GDR

29 Mars 2012, 14:44pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Reforme-des-retraites-a-l-Assemblee.jpgBilan de l’activité des député-e-s communistes, républicains, citoyens et Parti de gauche pour la XIIIème législature

 

Le groupe des député-e-s communistes, républicains, citoyens et Parti de gauche publie sur leur site un document de 24 pages retraçant le bilan de leur activité : 

  http://www.groupe-communiste.assemblee-nationale.fr/ 


Minoritaires à l’Assemblée nationale, les 20 députés communistes, républicains, citoyens et Parti de gauche ont su, tout au long de la XIIIème législature, faire entendre leur voix. S’ils représentaient à peine 3% des députés, ils ont prononcé plus de 9% des interventions longues dans l’hémicycle.

Ils ont également usé de leur droit d’initiative parlementaire en déposant plus de 194 propositions de loi ou de résolution. Dans le cadre contraint de la procédure parlementaire, ils n’ont pu en soumettre que 12 à la discussion. Bien évidemment, la majorité a rejeté chacune d’elles.

La consultation référendaire sur les traités européens (PPLC n° 560 et PPLC n° 4466), des mesures urgentes de justice sociale en faveur de l’emploi, des salaires et du pouvoir d’achat (PPL n° 1621), la promotion d’une autre répartition des richesses (PPL n° 1620), les services sociaux d’intérêt général dans l’Union européenne (PR n° 1617), des mesures urgentes pour le logement et la solidarité urbaine (PPL n° 1993 et n° 3868), la planification écologique (PPL n° 1991), la création d’un service public bancaire (PR n° 2003), le droit au revenu des agriculteurs (PPL n° 1992), des mesures en faveur d’une fiscalité juste et efficace (PPL n° 2914), la souveraineté du peuple en matière budgétaire (PLC n° 2913), la création d’un fonds européen de développement social, solidaire et écologique (PRE n° 3867), l’encadrement des produits alimentaires (PPL n° 3745), l’accessibilité universelle pour les personnes en situation de handicap (PPL n° 3853) : autant de propositions qui auraient pourtant mérité d’être adoptées pour transformer la vie de nos concitoyen-ne-s.

En dépit de la réforme du règlement de l’Assemblée nationale qui a restreint les droits d’expression des parlementaires, les députés communistes, républicains, citoyens et Parti de gauche ont bataillé avec force contre la politique conduite par le Gouvernement et sa majorité en déposant chacun en moyenne plus de 4000 amendements.

Dans le cadre de leurs fonctions de contrôle, les parlementaires ont, là aussi, pleinement rempli leur rôle en interrogeant le Gouvernement à 249 reprises lors des questions au gouvernement du mardi et du mercredi.

Par ailleurs, ils ont été à l’initiative de 10 débats qui ont permis d’entendre le Gouvernement et les autres groupes parlementaires sur des sujets majeurs : le développement des transports ferroviaires publics, l’évolution de l’emploi industriel, la politique de la ville, la rupture conventionnelle du contrat de travail, les 10 ans de la loi SRU, la relation France-Afrique, les gaz de schistes, la RGPP, l’industrie ferroviaire, les partenariats publics-privés.

Enfin, à notre demande, l’Assemblée nationale a enquêté sur la situation de l’industrie ferroviaire française. Nous avions la présidence de cette commission d’enquête.

Du reste, tout au long de cette législature, les députés communistes, républicains, citoyens et Parti de gauche ont su porter une voix unique au sein de l’hémicycle : sur le traité de Lisbonne, sur la réforme de la Constitution, sur la guerre en Libye, sur le traité européen instituant le mécanisme européen de stabilité, sur le revenu de solidarité active, sur la réforme des retraites...

Roland Muzeau, Porte-parole, Président du groupe GDR

Voir les commentaires

GÉANT : NOUS ÉTIONS 23 000 HIER AU MEETING DE LILLE

28 Mars 2012, 17:53pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

HALTE AUX EXPULSIONS LOCATIVES !

28 Mars 2012, 10:45am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

HALTE AUX EXPULSIONS LOCATIVES !

SANDRA.jpeg          ren--chevalier2.jpg

SANDRA DUSAUTOIR-DIONET et RENÉ CHEVALIER, Candidats du FRONT DE GAUCHE (2e Circonscription du Pas-de-Calais) ont écrit aux Maires de la circonscription : ils leur demandent de signer un arrêté interdisant les expulsions locatives, les coupures d’énergies et les saisies mobilières (voir ci-dessous).

Madame / Monsieur le Maire,

Le 15 mars, la trêve hivernale a pris fin : c’est le retour des expulsions et l’angoisse pour des dizaines de milliers de familles d'être jetées à la rue... Car être expulsé de son logement entraîne la perte de nombreux droits, notamment à l’emploi, l’exclusion de toute vie administrative, aggravant ainsi la détresse et l'isolement et portant atteinte à la dignité humaine.

Depuis 10 ans, le nombre d’expulsions a doublé en France, comme le nombre de sans-abris, à mesure que les loyers et l’immobilier flambent, que la précarité, la pauvreté salariale et le chômage s’étendent, que les charges, l’énergie, les transports, les soins et l’alimentation augmentent…

S’il n’est pas question pour nous de cautionner les agissements d’un petit nombre de personnes à l’honnêteté douteuse et si nous comprenons parfaitement la demande des propriétaires à percevoir les loyers provenant de leur investissement immobilier, il n’en reste pas moins inacceptable que des familles entières soient mises à la rue avec leurs enfants alors qu’elles ne sont en rien responsables d’une crise qu’elles n’ont pas voulue, pas déclenchée, mais qu’elles paient au prix fort puisqu’elles sont dans l’incapacité matérielle de régler leurs dettes de loyer sans négliger les autres besoins essentiels que sont l’alimentation, la santé, l’éducation ...

Voilà pourquoi nous vous demandons de signer un arrêté interdisant les expulsions locatives, les coupures d’énergies et les saisies mobilières, comme l'ont déjà fait un certain nombre de maires de France, et de proposer au conseil municipal de votre commune d'adopter la motion suivante :

Motion pour un moratoire des expulsions locatives sans solution de relogement

Notre Constitution (dans son préambule de 1946) pose : « La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement (…). Tout être humain qui, en raison (…) de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence ». Cette solidarité nationale a été réaffirmée par le Conseil Constitutionnel et par la représentation nationale à de nombreuses reprises (décision du Conseil Constitutionnel de mai 1990 posant que «la promotion du logement des personnes défavorisées » répond à une «exigence d’intérêt national » ; loi du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable, etc. Les exemples sont très nombreux.)

Force est de constater aujourd’hui que le gouvernement ne prend toujours pas à bras le corps les questions relatives à l’accès au logement et le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre est édifiant.

La hausse continue et exponentielle des charges qui pèsent sur les ménages, locataires ou propriétaires, le mal logement sont autant de facteurs aggravants.

Aussi, alors que la trêve hivernale des expulsions a pris fin, nous demandons au gouvernement de prononcer un moratoire sur les expulsions locatives et qu’une nouvelle et véritable politique du logement soit enfin mise en place.

Comme nous, vous voyez de plus en plus de gens obligés de dormir dehors ou dans leur voiture (certains ayant pourtant un salaire - insuffisant !), comme nous, vous savez qu'il y a plus de 3,6 millions de mal logés en France, comme nous, vous aurez à cœur, nous l'espérons, d'agir pour faire cesser cette situation inadmissible et pour affirmer l'humain d'abord.

Veuillez agréer, Madame / Monsieur le Maire, l'assurance de notre considération la plus distinguée,

Sandra Dusautoir-Dionet, René Chevalier

 

 

Voir les commentaires

Avion : Deux familles avec des bébés menacées : le maire prend un arrêté contre les expulsions locatives

28 Mars 2012, 10:43am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

deux-familles-avec-des-bebes-sont-mena-1660975.jpgAvion : Deux familles avec des bébés sont menacées dans la commune : le maire prend un arrêté contre les expulsions locatives

(Vu dans La Voix du Nord)

 

Devant l'urgence de la situation dans laquelle se trouvent deux familles avionnaises, le maire, Jean-Marc Tellier a pris jeudi soir ...un arrêté contre les expulsions locatives sans relogement. La semaine suivant la date limite du 15 mars, le maire a été prévenu qu'une demande de recours à la force publique avait été formulée contre ces habitants du quartier de la République, bénéficiaires des minima sociaux. « La goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est la situation précise de familles avec des bébés », déclare le maire, qui les a rencontrées.

Choix de survie

Il rapporte qu'une mère lui a confié : « Manger, c'est pas un luxe, alors j'ai fait des choix. » Révolté, Jean-Marc Tellier poursuit : « Ce sont des gens qui veillent à ce que leurs enfants aient une tenue correcte, mangent et aillent à l'école. Il y a peut-être des gens qui abusent, mais de moins en moins. Là, ils font un choix de survie. » L'une des familles compte sept personnes dont un bébé de trois mois. Là où le bât blesse, soulignent les élus des groupes communiste, socialiste et écologiste au conseil municipal, c'est qu'elle bénéficie d'un accompagnement social et d'une aide à la gestion du budget familial. « C'est un cas incompréhensible, d'autant que des solutions sont possibles. La famille s'est engagée à reprendre les paiements et un dossier de surendettement a également été déclaré recevable », expose le maire. La deuxième est une famille monoparentale de quatre enfants, dont un nouveau-né de quinze jours. Par pudeur, elle n'a jamais osé solliciter l'aide sociale.

Un hébergement en foyer d'accueil a été proposé à ces familles, qui aboutirait à la séparation de la fratrie. Les élus montent au créneau pour épargner ce sort aux enfants. Et pour sortir la famille d'une spirale. Jean Létoquart rappelait : « Quand il y a expulsion, les frais de garde-meuble sont à la charge des familles et la dette continue de courir. Ce n'est pas une solution. C'est livrer les gens aux bailleurs privés. »

 Sujet de débat

Le maire a évoqué sa déception de ne pas voir le droit au logement parmi les sujets au coeur du débat de la campagne présidentielle. « Nous le voyons chaque semaine dans nos permanences, le logement est devenu avec l'emploi la préoccupation majeure des Français. » Il envisage de mettre autour de la table pouvoirs publics, bailleurs, associations de locataires et élus pour réfléchir à l'application de la loi DALO (droit au logement opposable) qui pâtit de longs délais d'examen des dossiers. « Nous exigeons qu'elle soit applicable bien avant que l'arrêté d'expulsion soit prononcé. » Cathy Apourceau évoque l'explosion du coût des énergies et les solutions envisageables, dont le blocage des loyers dans le public. La limitation des charges à 20% du budget familial est évoquée par le maire.

L'arrêté municipal bloque temporairement la procédure d'expulsion des deux familles. L'an passé, quatorze cas étaient recensés dans la commune.

G G. Cs.

Dans l'Arrageois, les Candidats Front de Gauche Sandra Dusautoir et René Chevalier ont écrit aux Maires de la 2e circonscription pour leur demander de prendre un arrêté anti-expulsions et proposer à leur Conseil municipal une motion réclamant au Gouvernement un moratoire sur les expulsions : http://pcfarras.over-blog.com/article-halte-aux-expulsions-locatives-102420924.html

Voir les commentaires

Le modèle allemand pour les jeunes, les jobs à 1 euros et la précarité à vie: Non merci !

28 Mars 2012, 10:18am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

precarite-principale-raison-miracle-economiqu-L-FLxfb3-1.jpegLe modèle allemand pour les jeunes, les jobs à 1 euros et la précarité à vie: Non merci !

un tract des Jeunes communistes de Paris XV

(Légende de la photo d'un chômeur à l'Agence d'emploi allemande: "Marre des boulots de merde à 1 euros")

 

Il règne une certaine unanimité dans la classe politique comme dans les médias autour des bienfaits du « modèle allemand » pour l'emploi des jeunes. Maintenant, l'heure est au miracle allemand comme hier au miracle irlandais ou espagnol qui se sont tous révélés des mirages. 

Derrière le faible taux de chômage officiel, l'envers du décor révèle une pauvreté, une insécurité massives ainsi qu'un profond malaise chez les jeunes allemands. 

Le marché du travail allemand a été complètement transformé par la réforme Hartz IV adoptée par le socialiste Gerhard Schroder entre 2003 et 2005. Elle fait de l'emploi précaire la norme pour les jeunes qui rentrent sur le marché du travail, facilite les licenciements et conditionnent l'allocation-chômage à l'acceptation de contrats précaires payés une misère. 

Sept ans après, la situation de la jeunesse allemande est dramatique : 

  • Un jeune allemand sur dix (9%) est payé plus de 800 euros pour son premier emploi: 28% n'ont qu'un stage, dont la moitié ne sont pas rémunérés, 27% un contrat temporaire; 

  • Six jeunes allemands sur dix (55%) dans la précarité : contrats temporaires, intérims, temps partiel. La liste est longue ! 43% des nouveaux emplois créés sont de l'intérim, 42% des CDD, et seuls 15% des CDI. 

  • 5 millions de salariés dans des « mini-jobs » à 400  par mois sans garanties, dont une grande majorité de jeunes, sans cotisations patronales et avec licenciement au bon vouloir du patron, sans couverture sociale pour le salarié, sans cotisation à la retraite ; 

  • Des « jobs à 1 euros » pour garder ses allocs : 25% des jeunes sont au chômage, et touchent généralement le minimum (350 €). Depuis Hartz IV, pour garder ce droit minimal, il faut accepter n'importe quelle offre d'emploi, et avant tout ces « jobs à 1 euro (l'heure) » qui ne sont qu'un complément à l'allocation : 80% du salaire retourne dans les poches de l'Etat ; 

  • Stages et contrats d'apprentissage bidons : l'apprentissage allemand n'est pas le modèle décrit si souvent. Les jeunes allemands fuient l'apprentissage car il n'est que le moyen pour les patrons de trouver une main d’œuvre gratuite et exploitable à merci. 45% des contrats d'apprentissage ne vont pas à leur terme, seuls 15% débouchent sur un contrat définitif ; 

Les scandales font la une des journaux toutes les semaines : à Francfort des conducteurs de bus sont payés 2 € de l'heurepar des sous-traitants privatisés, en Thuringe, des aides-cuisinères sont rémunérées 2,30 € de l'heure, tandis qu'être payée 5 € par heure pour un métier de vendeuse est la norme en Allemagne de l'est ! 

Est-cela le progrès social pour les jeunes ? Être pauvre dans le pays le plus riche d'Europe ?Être dans la Dritter Klasse, des citoyens de seconde zone. Nous refusons cet avenir de seconde zone ! Il nous faut défendre nos droits : 

  • droit à un emploi stable, fin des stages bidons, des contrats d'apprentissage au service du patron, des contrats précaires, de CDD en piges d'intérim ; 

  • droit à des salaires minimums permettant de vivre décemment, comment peut-on vivre même avec 500 euros par mois ? 1 500 euros net par mois, c'est le minimum ! 

  • droit à une éducation de qualité pour tous, refusons la voie allemande qui sélectionne les élèves dès l'âge de 10 ans entre collèges généraux et collèges techniques. Défendons le collège unique et le droit à des lycées professionnels et techniques de qualité, indépendants du patronat, tremplin vers des emplois stables bien rémunérés ; 

Mais on ne pourra pas défendre ses droits sans lutter, lutter pour une rupture : 

  • rupture avec les « politiques de droite », portées par la fausse alternance gauche-droite. C'est le socialiste Schroder qui a mis en place Hartz IV en Allemagne, c'est le socialiste Papandreou qui a instauré le salaire minimum à 450 € par mois en Grèce, c'est le socialiste Zapatero qui avec ses réformes du marché du travail a fait de l'Espagne le premier pays d'Europe en terme de chômage et de précarité des jeunes. Pas d'illusions sur l'alternance ! 

  • Rupture avec l'Union européenne qui promeut ses politiques à l'échelle européenne, le travail est une marchandise comme une autre pour l'UE, et il faut donc « libéraliser » le marché du travail, c'est-à-dire baisser le coût du travail, autrement dit réduire nos salaires et nos droits. Les travailleurs sont un coût pour l'Europe, car celle-ci est au service des patrons. On ne rompra pas avec cette politique si on ne rompt pas avec cette Europe-là ! 

Les jeunes allemands ne se résignent pas à leur sort. Mais sans organisation révolutionnaire, ils sont réduits à l'indignation, à la colère. On a inventé le terme de « Wutburger » ( = citoyen en colère) pour désigner cette jeunesse. En France, nous avons une organisation pour défendre nos droits, et rompre avec cette politique, pour une société plus juste et égalitaire, la société socialiste. 

Rejoins la Jeunesse communiste et organise ta colère ! (http://www.jeunes-communistes.org/-62-Pas-de-Calais-) 

Solidarité entre jeunes français et jeunes allemands, et comme le disait le jeune écrivain révolutionnaire allemand Georg Buchner : « Veillons et armons-nous en pensée ! »

http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/

Voir les commentaires

En direct - Suivez le meeting de Lille mardi à partir de 19h00

26 Mars 2012, 14:43pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

En direct - Suivez le meeting de Lille mardi à partir de 19h00

Meeting du Front de gauche au Grand-Palais à Lille, mardi 27 mars à partir de 19h00.

Avec les interventions de Pierre Laurent secrétaire national du PCF, Martine Billard co-présidente du PG et Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche.

Le meeting sera retransmis en direct sur place au peuple 2012 et sur le site du Parti communiste

français Tract-mmetingweb-copie-1.jpg

Voir les commentaires

Rassemblement organisé par le Collectif Pas-de-Calais Audit de la dette

26 Mars 2012, 13:07pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Rassemblement organisé par

le Collectif Pas-de-Calais Audit de la dette

Samedi 31 mars à 11h à Arras
Place du Théâtre 
Leur dette , ce n’est pas à nous de la payer !

Le Collectif Pas-de-Calais sur l’Audit de la dette organise un Rassemblement Samedi 31 mars à 11h à Arras, Place du Théâtre (face à la Société Générale). A l’appel de la FSU, la CGT, de Solidaires, de la Confédération Paysanne,d’ Attac-Artois, de Politis 62, du Front de Gauche et de EELV…

Image2-5

Voir les commentaires

DEMAIN MEETING FRONT DE GAUCHE A LILLE

26 Mars 2012, 10:20am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

affiche-Meeting27mars-sanstrait-1-copie-1.jpg

Voir les commentaires

Le PCF tracte contre le carburant trop cher et en appelle à la prise de pouvoir des citoyens

26 Mars 2012, 10:02am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

le-pcf-tracte-contre-le-carburant-trop-1658845.jpgLe PCF tracte contre le carburant trop cher et en appelle à la prise de pouvoir des citoyens

(Vu dans La Voix du Nord du samedi 24.03.2012)

Encore des super-profits pour Total, moins d'argent dans le porte-monnaie des automobilistes. Cherchez l'erreur. Le PCF d'Arras, a trouvé le coupable  : le grand capital ! ...

 Alors hier, les membres de la section d'Arras du Parti communiste sont allés tracter, à 17 heures, au rond-point des Abattoirs. Bloqués dans les embouteillages de fin de journée, les conducteurs ont volontiers ouvert leur vitre : pas simplement pour prendre l'air, aussi pour prendre un peu de lecture. Il faut dire que le sujet des carburants concerne tout le monde.

« Pour aller travailler, pour faire fonctionner les machines, il faut du pétrole ! Comment fait-on quand le prix explose à la pompe ? », s'interroge René Chevalier, secrétaire de la section d'Arras. « Le carburant pèse de plus en plus dans le budget des ménages. Déjà que ce n'est pas facile d'avoir un boulot, mais ça devient aussi très difficile de se rendre jusqu'à son boulot quand on a la chance d'en avoir un. »

Le temps du changement est venu, clame le Parti communiste, « il est temps que les citoyens prennent le pouvoir. Il faut taper sur le capital (et nationaliser Total au passage). On dit pas qu'il faut le mettre à plat, mais prendre un pourcentage pour améliorer les conditions de vie de tous ceux qui travaillent et qui concourent à créer cette richesse. Il est temps qu'on leur renvoie l'ascenseur ! » Et que, progressivement, on amène le SMIC à 1 700 E net. Si si, c'est possible assurent les militants, les techniciens du Parti ont fait chauffer les calculatrices.

Appel pour le meeting de Mélenchon

La période est propice pour faire passer les messages. Le premier tour de la présidentielle qui approche (avec un Jean-Luc Mélenchon qui grimpe encore dans les sondages), les législatives aussi qui se profilent avec le PC qui présentera des candidats partout. D'ailleurs derrière le tract dénonçant le prix des carburants, on trouvait un appel à la mobilisation pour aller applaudir Jean-Luc Mélenchon au grand meeting du mardi 27 mars, à 19 h à Lille Grand-Palais. « J'avais prévu un bus de soixante-cinq places, mais il est déjà complet. Et des gens continuent à s'inscrire sur une liste d'attente. Je crois qu'on va devoir en prévoir un autre et faire du covoiturage, sourit René Chevalier. Il faut que ce meeting soit parfait : qu'il y ait une forte mobilisation, un élan populaire pour montrer à tous les partis qu'on représente une force et que le Front de gauche est le seul à pouvoir réunir largement autour de lui. Et que le peuple a décidé de prendre son avenir en mains. »  

EMMANUEL CRÉPELLE 

Départ des bus pour le meeting de Jean-Luc Mélenchon à 17 h 30 devant le siège du PCF 14, avenue de l'Hippodrome à Arras. Participation aux frais : 5 E par personne. Inscription au  06 16 07 83 70.

Voir les commentaires

Barbara : perlimpinpin, encore et toujours...

23 Mars 2012, 11:55am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Perlimpinpin : Paroles et Musique de Barbara (1972) Editions L.E.M.

Pour qui, comment quand et pourquoi ? / Contre qui, comment, contre quoi ? / C'en est assez de vos violences. / D'où venez-vous, où allez-vous ? / Qui êtes-vous, qui priez-vous ? / Je vous prie de faire silence! / Pour qui, comment, quand et pourquoi ? / S'il faut absolument qu'on soit / Contre quelqu'un ou quelque chose, / Je suis pour le soleil couchant / En haut des collines désertes, / Je suis pour les forêts profondes,

Car un enfant qui pleure, / Qu'il soit de n'importe où, / Est un enfant qui pleure, / Car un enfant qui meurt / Au bout de vos fusils / Est un enfant qui meurt, / Et c'est abominable d'avoir à choisir / Entre deux innocences, / Que c'est abominable d'avoir pour ennemis / Les rires de l'enfance...

 

Voir les commentaires

Pierre Laurent : "La démocratie doit se montrer forte"

21 Mars 2012, 18:27pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Pierre Laurent : "La démocratie doit se montrer forte"

LCP 20 mars 2012

 

Voir les commentaires

Petit à petit l'oiseau fait son nid.....le 18 mars 2012

21 Mars 2012, 10:54am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Petit à petit l'oiseau fait son nid.....le 18 mars 2012 
Le 18 mars 2012 le peuple prend La Bastille, avec le Front de Gauche.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>