Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Meryl Fiber Saint Laurent Blangy : la logique financière contre l'emploi

31 Janvier 2012, 10:20am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Meryl Fiber Saint Laurent Blangy :

la logique financière contre l'emploi

Communiqué de Bertrand Péricaud, conseiller régional communiste (commission du développement économique)

Meryl-Fiber

Voir les commentaires

Sarkozy : le massacre de la protection sociale comme seule ambition

30 Janvier 2012, 16:46pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Sarkozy : le massacre de la protection sociale comme seule ambition

 

Déclaration du Parti Communiste Français :


 

Le président de la république a dévoilé hier une partie de ses objectifs : se débarrasser de la protection sociale à la française. Derrière le paravent de la compétitivité, il décide non seulement d’exonérer la totalité des cotisations familiales pour les salaires allant jusqu’à 2,1 fois le SMIC, mais aussi d’augmenter la TVA à 21,6%. Quelle entourloupe !

La fiscalisation du financement de la protection sociale n’est pas la solution. Au contraire, il faut revenir à un financement adossé au travail qui est le lieu de la création de richesses. Il faut faire cotiser les revenus financiers à la même hauteur que les revenus du travail et non faire miroiter pour le mois d’août une très hypothétique taxe sur les transactions financières à hauteur de 0,1% .

La machine de guerre contre le monde du travail est lancée par le président-candidat. La déréglementation du dialogue social avec la primauté sur la loi donnée à des accords d’entreprise est un cadeau attendu depuis longtemps par le patronat. La gauche doit être l’alternative forte et crédible à ce massacre programmé. Avec plus de 300 000 exemplaires vendus, le programme du Front de Gauche « l’Humain d’abord » en est la pierre angulaire.


Voir les commentaires

Amiante et accès aux soins : les combats du sénateur communiste Dominique Watrin

30 Janvier 2012, 16:30pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Amiante et accès aux soins : les combats du sénateur communiste Dominique Watrin

amiante-et-acces-aux-soins-les-combats-1561693.jpgLu dans La Voix du Nord :

Dominique Watrin a été élu sénateur en septembre 2011. Un nouveau mandat dans lequel le communiste désire s'investir au maximum.

 

Il a donc quitté ses fonctions de premier adjoint au maire de Rouvroy pour prendre ses dossiers de sénateur à bras le corps. La seule voix communiste du Pas-de-Calais au sein du Sénat est aussi membre de la commission des affaires sociales. « Ma présence dans cette commission me permet de faire le lien avec mon activité de vice-président du conseil général chargé des personnes âgées. » Il a profité du basculement du Sénat à gauche pour être élu rapporteur de la mission santé dans le cadre du budget de la Nation. Il dit être particulièrement mobilisé sur la question des victimes de l'amiante : « On s'en prend à des ouvriers qui ont déjà payé cher l'amiante dans leurs corps et dans leur âme. » Dans sa ligne de mire, le fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante (FIVA) qui a demandé à quatre cents victimes de la région de lui rembourser les 12 000 euros en moyenne qu'elles avaient obtenus auprès de la Cour d'appel de Douai. « Vingt-sept personnes font actuellement l'objet de poursuites, cette situation est intolérable. Nous avançons vers un appel de parlementaires, tous groupes politiques confondus, pour demander au ministre Xavier Bertrand la remise gracieuse de ces soi-disant trop perçus. »

Le deuxième engagement du nouveau sénateur concerne l'offre de soins dans le Pas-de-Calais et « les inégalités territoriales de santé ».

En qualité de porte-parole communiste sur le budget de la Sécurité sociale, il a participé au débat et a proposé avec la gauche sénatoriale plusieurs amendements pour réduire le déficit de la sécurité sociale. Mais si le Palais du Luxembourg penche à gauche, le palais Bourbon, lui, penche encore à droite.

Proximité

Les mesures votées par les sénateurs de gauche ont donc été, selon les mots de Watrin, « balayées d'un trait en 2e lecture par l'Assemblée Nationale ». Une réalité institutionnelle qui réveille des élans lyriques chez le sénateur communiste : « Le budget de la sécurité sociale est un colosse aux pieds d'argile suffisamment grand et puissant pour terrifier et frapper les plus faibles mais trop fragile pour affronter les adversaires de taille que sont les boursicoteurs et les spéculateurs. » L'élu ne manque pas de critiquer la politique de la droite qui a, selon lui, « des conséquences clairement négatives sur la situation financière déjà très délicate des hôpitaux de notre département ».

Et de citer l'exemple des grosses difficultés du centre hospitalier de Lens, du retour à l'équilibre exigé de l'AHNAC (anciens hôpitaux des mines) ou du démantèlement de la CARMI (la caisse régionale du régime de sécurité sociale dans les mines). « Il s'agit d'une filière cohérente sanitaire et médico-sociale de proximité, extrêmement utile dans notre département où on enregistre une surmortalité précoce de 70 %. » Afin d'en savoir plus sur le devenir des centres de santé du régime minier, le sénateur a écrit à Xavier Bertrand : « Même lui, il n'a pas su me répondre !  » 

STEEVEN DEMORA

Voir les commentaires

Melenchon chez Ruquier

30 Janvier 2012, 16:20pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Samedi 28 janvier 2012, le candidat du Front de Gauche était l'invité de Laurent Ruquier dans l'émission "On n'est pas couché" sur France 2.

 

 

Voir les commentaires

Montigny-en-Gohelle : l'ancien maire Paul Doutréaux est décédé

29 Janvier 2012, 17:00pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Montigny-en-Gohelle :

l'ancien maire Paul Doutréaux est décédé

paul-doutreaux.jpgNotre camarade Paul Doutréaux, maire communiste de Montigny-en-Gohelle de 1962 à 1989, est mort vendredi soir à l'âge de 95 ans.


Trésorier de la fédération après la Libération, conseiller municipal au début des années 1950 et premier adjoint de René Six, Paul Doutréaux est élu maire en 1962 après le décès de son prédécesseur et le restera pendant 27 ans. Il a apporté beaucoup à sa ville de Montigny-en-Gohelle qui s'est considérablement développée durant son mandat.


Ses funérailles auront lieu mercredi 1er février à 15h30. La réunion débutera à 14h30 dans la salle des cérémonies de l'Hôtel de Ville de Montigny-en-Gohelle.


Les militants de la section d'Arras du PCF présentent à sa famille et à ses camarades de la section de Montigny-en-Gohelle leurs plus sincères condoléances.

Voir les commentaires

Arrageois : Le Front de Gauche sur la brèche

29 Janvier 2012, 16:41pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

PCF_Arrageois.jpgLégislative de juin 2012 dans l’Arrageois : 

Le Front de Gauche sur la brèche

La cérémonie des vœux des sections PCF de l’Arrageois et de la Vallée de la Scarpe (Vitry-en-Artois) a marqué le coup d’envoi de la campagne pour la Législative dans les 1ère et 2e circonscriptions du Pas-de-Calais (1).

Samedi 11 heures. Siège du PCF, avenue de l’hippodrome à Arras. « Ça fait plaisir. Des camarades que nous n’avions plus l’habitude de voir, sont présents », remarque René Chevalier. Le secrétaire de section a convoqué les forces vives du Front de Gauche pour un débat sur le thème de la crise du capitalisme, ses causes, mais surtout les solutions pour en sortir… Autant d’idées qui seront développées dans le cadre d’une campagne électorale dont il a donné le coup d’envoi. Xavier Schmidt (PCF) avec Patrice Hermant (Parti de Gauche) comme suppléant, porteront les couleurs du Front de Gauche dans la 1ère circonscription. Sandra Dusautoir et René Chevalier (tous deux du PCF) seront en course dans la Seconde (2). Dénonçant un redécoupage électoral « fait sur mesure », Xavier Schmidt se veut le « représentant d’une gauche radicale qui propose des mesures concrètes qui s’ancrent dans la réalité ». Sandra Dusautoir appréhende son engagement comme un « moyen de se battre pour une vie meilleure ». La condition ? « Rompre clairement avec le système capitaliste ! »

Se fixer des priorités !

Xavier Schmidt et René Chevalier disent alors l’ampleur de la tâche qui « nous attend dans une 1ère circonscription rurale qui s’étend de Bapaume à Saint-Pol-sur-Ternoise » ! Un territoire où le Front de Gauche se heurtera à une opinion réputée conservatrice. Tous cependant émettent l’espoir de « faire un score à deux chiffres ». « Il ne faut toutefois pas se raconter d’histoire. Nous ne serons pas en mesure de couvrir l’ensemble des villages au porte-à-porte. Il nous faudra faire des choix et notamment cibler les grosses entreprises de l’agro-alimentaire comme Herta à Saint-Pol-sur-Ternoise, mais aussi les communes touchées par la dégradation des services publics (fermeture de classes, de bureaux de poste) », insiste Hervé Poly, en présence de Frédéric Durand, animateur du PG arrageois. Le secrétaire fédéral du PCF dénonce un « nouveau charcutage électoral qui pourrait encore nous priver d’un député alors que nous réalisions 15 % des voix à la dernière cantonale ». Aussi, invite-t-il ses troupes « à être visibles en étant présentes dans les manifestations, sur les marchés ».

La rue ou le fascisme ?

Et aussi en imaginant des « assemblées citoyennes » (3) afin de populariser les arguments du Front de Gauche qui prône notamment « la nationalisation des banques et l’augmentation des salaires ». Membre du PG, proviseur à la retraite, Francis Boulet acquiesce : « Il faut provoquer un atelier sur le thème de l’école, mais aussi aller très vite sur le terrain se faire entendre. » Histoire de « laver les esprits » déformés au rythme de la propagande télévisuelle libérale. « Si on n’y arrive pas, il nous restera la rue », prédit Francis Boulet. « Ou le fascisme », s’inquiète Hervé Poly. Sans se faire d’illusions sur le social-démocrate François Hollande, le patron de la Fédération travaille ainsi «surtout à la victoire d’une Gauche qui réussisse. Et cela passe par la défaite de Sarkozy et Le Pen ».

Jacques KMIECIAKLiberté-

1. 295 communes (soit 130 000 habitants) composent la 1ère circonscription. La 2e regroupe les trois cantons d’Arras et ceux de Dainville et Vimy (111.000 habitants).

2. Xavier Schmidt se dit fier de ses « racines  ouvrières ». Âgé de 30 ans, cet habitant d’Adinfer est professeur d’histoire-géographie. Conseiller municipal à Noyelles-sous-Bellone, Patrice Hermant, 32 ans, travaille comme attaché territorial. Commerçante, Sandra Dusautoir a 33 ans et vit à Izel-lès-Equerchin. Quant à l’Arrageois René Chevalier, 53 ans, il exerce comme adjoint territorial dans un collège d’Arras, « après avoir travaillé à l’usine dès l’âge de 16 ans et adhéré au PCF pour poursuivre l’engagement de mes parents ».

3. La cellule « Duquesnoy-Lambert » du PCF propose une assemblée citoyenne le dimanche 29 janvier de 10h 30 à 12h à la salle des fêtes de Beaurains.

Voir les commentaires

ATTENTION ! FAUDRA PAS PLEURER APRES SI JE SAUTE !

25 Janvier 2012, 12:12pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Au Pays des souris

24 Janvier 2012, 16:03pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Au Pays des souris

NB les « fat cats », ce sont les industriels exploiteurs dans la langue populaire


Discours de Tommy Douglas en 1944 au Canada.

Tommy DOUGLAS - Thomas Clement (Tommy) Douglas, (né le 20 octobre 1904 à Falkirk (Écosse) et décédé le 24 février 1986 au Canada), est un ancien premier ministre de la Saskatchewan (1944-1961). Il a dirigé le premier gouvernement socialiste en Amérique du Nord, et il était le premier chef fédéral du Nouveau Parti démocratique.

Voir les commentaires

Fortunes et infortunes des familles du Nord

22 Janvier 2012, 16:53pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Fortunes et infortunes des familles du Nord

un film de Gilles Balbastre (France3 Nord-Pas de Calais-Picardie)

L’industrie du textile dans le Nord : Ce documentaire propose des portraits croisés d’un dirigeant d’une des plus grandes maisons lainières, les Dewavrin, et de ses ouvriers. Chacune des parties livre sa perception de l’histoire de l’entreprise.

Après la période faste des années 70, l’industrie lainière décline. Dans le Nord-Pas de Calais, l’entreprise Dewavrin, qui a contribué à l’âge d’or économique de la région, y ferme ses usines dans les années 2000, souhaitant péréniser son activité en Chine ou en Roumanie. Les ouvriers du Nord évoquent notamment ce qui était leur « seconde famille » et la fin de cette époque.

C’est aussi le récit des fortunes et infortunes de notre société post-industrielle.

Voir les commentaires

Nécessité d'une commission d’enquête sur l’évasion fiscale

21 Janvier 2012, 11:02am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

moton166-6ebba.jpgLa finance dérégulée

s’est organisée pour échapper

autant que possible à l’impôt

 

www.groupe-crc.org/La-finance-deregulee-s-est.html

 

Introduction à une conférence de presse (Par Eric Bocquet, Sénateur communiste du Nord  / 17 janvier 2012)

 

Nous avons jugé opportun et particulièrement pertinent de demander la création de cette commission d’enquête relative à l’évasion des capitaux et actifs hors de France et à son incidence sur la fiscalité.

Le monde, l’Europe, la France traversent une crise financière sérieuse qui impacte lourdement nos budgets, les plans d’austérité se succèdent, n’apportent aucune amélioration des comptes, il nous faut, nous dit-on en haut lieu, trouver des recettes nouvelles, dégager des économies dans notre fonctionnement.

On fait toujours payer les mêmes, salariés, retraités, revenus modestes après avoir octroyé à coups d’exonérations, de bouclier fiscal et autres suppressions de l’ISF, des cadeaux aux plus fortunés du pays...

Cadeaux qui semblent ne pas suffire puisque le constat est fait, régulièrement, d’une importante évasion fiscale en France, estimée en 2007 entre 29 et 40 milliards d’euros et au sein de l’Union Européenne à 200 milliards soit 2% du PIB.

On sait que les penseurs et économistes libéraux ont toujours considéré l’impôt, la fiscalité comme une charge insupportable qui nuit à l’attractivité et à la compétitivité de la France.

Nous disons, quant à nous, que la fiscalité peut et doit être l’un des outils de la justice sociale, les impôts financent les dépenses utiles d’éducation, de santé, ce sont aussi des recettes qui vont à l’économie réelle.

Ainsi donc la finance dérégulée s’est-elle organisée pour échapper autant que possible à l’impôt.

Ceci engendre un contexte de concurrence fiscale effrénée.

Face à cela, la puissance publique en France a diminué les moyens de contrôles des services fiscaux, RGPP oblige... entre 2001 et 2007 le ratio nombre d’entreprises par agent des impôts a augmenté de 13,4%.

Ajoutons à cela le nombre des paradis fiscaux qui abriteraient 8% de la richesse financière mondiale (selon une étude réalisée par le syndicat unifié des impôts).

Il y avait en 1930 7 paradis fiscaux, 17 en 1950, 44 en 1980, 62 en 2000, entre 85 et 100 aujourd’hui

1 seul exemple proche de nous : Guernesey déteindrait 293 milliards de dollars d’actifs, du fait de fraude ou d’évasion.

Les latins ne disaient-ils pas « Pecunia non olet », l’argent n’a pas d’odeur.

− liste « noire » : vide

− liste « grise » : 42 territoires

Tout ceci dans un contexte de richesse croissant pour les plus riches, entre 1988 et 2006

− 0,01% des plus riches ( environ 3500 foyers fiscaux) ont vu leur revenu réel croître de 42,6%

− les 90% les moins riches ont connu une hausse de 4,6%

Notons également que de nombreuses entreprises françaises possèdent des entités dans de nombreux paradis fiscaux :

BNP 189 entités, crédit agricole 115, banque populaire 90, société générale 57, banque postale 1

Selon la Banque de France, les sommes totalisées par ces banques seraient de 532 milliards de dollars.

La dégradation du triple A de la France a donné lieu à de multiples réactions dont celle de Jean-Luc Mélenchon qui disait que « les marchés financiers (avaient) déclaré la guerre à la France. » Propos que certains commentateurs ont jugé excessif, je me permettrai de citer un autre politique qui déclarait il y a quelques temps :

« Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que les banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis » (Thomas Jefferson, lettre au secrétaire au Trésor, le genevois Albert Gallatin (1802)

Voir les commentaires

Au conseil général du Pas-de-Calais : La stratégie budgétaire en débat

21 Janvier 2012, 10:52am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Groupe-communiste-pendant-le-debat-Marital-Stienne--Rene-.jpgAu conseil général du Pas-de-Calais :

La stratégie budgétaire en débat

Les conseillers généraux du Pas-de-Calais ont débattu des orientations budgétaires dans un contexte de restrictions. Les communistes ont mis l’accent sur les incertitudes qui persistent quant à la situation financière du Département pour 2012 …

La mise en place d’une plate-forme téléphonique baptisée « GPS administration » et présentée comme une « structure d’explication de l’action administrative » susceptible de faciliter l’égalité d’accès aux droits. Une attention soutenue portée à la jeunesse  à travers l’opération « Talents citoyens 2012 » qui consistera à récompenser « les jeunes qui s’impliquent bénévolement dans des actions citoyennes remarquables »…

Dominique Dupilet, le président PS du conseil général du Pas-de-Calais, s’autoriserait volontiers des actions novatrices  dans un contexte financier forcément défavorable. La faute notamment à  « la réforme fiscale de 2009 » qui prive le Département des ressources des taxes d’habitation et professionnelles et ainsi « de notre liberté fiscale ». En cause aussi les transferts de compétences insuffisamment compensés par des dotations de l’Etat, qui « conduisent à notre asphyxie financière », poursuit le socialiste Laurent Duporge, rapporteur général du budget, à l’heure du Débat d’orientation budgétaire.

Majoritaires, les socialistes promettent cependant un budget « volontariste ». Le Département assurera ainsi « le financement des dépenses obligatoires (80 % du budget est consacré aux dépenses sociales et à la masse salariale des agents du conseil général !) », mais surtout préservera son « niveau d’investissement essentiel à la survie du tissu économique départemental ». Le recours à l’emprunt s’imposera alors ! Orientations qui n’ont pas totalement convaincu  le groupe communiste dans la mesure « où beaucoup trop d’incertitudes demeurent sur la situation financière de notre collectivité pour avoir un réel débat », s’inquiète Dominique Watrin d’autant plus que la crise du capitalisme entraîne un nombre croissant de familles dans la spirale de la pauvreté. Ils sont de plus en plus nombreux à basculer « dans les minima sociaux et à se retrouver ainsi à la charge du Conseil général ».

Les interrogations sont légions. Quels seront les effets réels de la réforme de la taxe professionnelle en 2012 ? Quelle sera l’attitude des banques susceptibles d’accorder « des crédits plus chers aux collectivités locales qu’elles ne considèrent pas comme des clients intéressants » ? Quid des 17 millions d’euros que l’Etat réclame au Département depuis « qu’il a revu ses calculs sur la compensation du RSA » ? Un comble alors que « la dette globale cumulée envers le département au titre des transferts de compétences non compensées a dépassé le milliard d’euros », s’insurge Dominique Watrin prêt néanmoins à travailler de concert avec le PS, « sur un certain nombre de priorités (jeunesse, personnes âgées, handicapés, logement) » à condition que le budget 2012 « ne pèse pas sur les ressources des ménages qui n’ont pas à payer cette crise organisée par le monde de la finance et les spéculateurs ». Désormais, les discussions se poursuivront en commissions avant l’examen du budget prévu le 20 février prochain…

 Jacques KMIECIAKLiberté-

 

Voir les commentaires

Jean-Luc Mélenchon - Discours de Metz

20 Janvier 2012, 10:50am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Le 18 janvier 2012.

Discours de Jean-Luc Mélenchon

candidat à la présidentielle 2012,

lors du meeting du Front de Gauche à Metz,

devant près de 3000 personnes.

 


Voir les commentaires

Arrageois : Un juge prud’homal sous pression

19 Janvier 2012, 10:15am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Arrageois : Un juge prud’homal sous pression

La CGT monte au créneauChristian-Del--pine---a-gauche-sur-la-photo--et-Amaury-Va.JPG

Vice-président salarié de la section industrie du conseil des Prud’hommes d’Arras, Christian Delépine a fait le choix d’assumer sa mission « avec zèle et intégrité ». Comme le Code du Travail le lui impose d’ailleurs. Des avocats professionnels et des juges patronaux ne le supporteraient pas. La « Justice » le prend en grippe. L’Union locale CGT d’Arras monte au créneau… Ce vendredi 20 janvier,  elle  appelle à  la mobilisation.

En 2010, Christian Delépine, élu CGT, était invité à s’expliquer par la présidente de la cour d’appel de Douai. Le 15 décembre dernier, c’est cette fois le président du Tribunal de Grande instance (TGI) d’Arras qui le convoquait à un entretien. « Il s’est adressé à moi comme si j’étais son subordonné dans un courrier où ne figurait même pas de formule de politesse. On ne peut pas laisser passer ça ! En se faisant le délégué syndical des avocats, le président du TGI bafoue son serment et son devoir d’impartialité », s’insurge, Christian Delépine qui n’a évidemment pas donné suite…  Le secrétaire général de l’UL CGT d’Arras serait dans le collimateur d’une dizaine d’avocats des barreaux d’Arras et de Béthune, qui stigmatisent son comportement. En réalité, « ils me reprochent de dire le droit en séance, de poser des questions, d’instruire les dossiers comme tout juge devrait pouvoir le faire, en se déplaçant parfois, si c’est nécessaire au sein même de l’entreprise », souligne-t-il. « Je suis considéré comme un meneur. De surcroît, je forme des conseillers prud’homaux. C’est pour ces raisons qu’ils me prennent pour cible », poursuit un élu naturellement remonté. Celui-ci ne se déplace jamais à l’audience sans le Code du Travail car « c’est un outil dont il faut se servir, sinon il est préférable de renoncer à assumer notre tâche. Les avocats pas plus que les juges patronaux ne supportent par exemple que l’on soulève les questions disciplinaires. Quand je préside, je vérifie si le règlement intérieur de l’entreprise est opposable au salarié. Ils n’acceptent pas que l’on s’attarde sur ces points en bureau de conciliation où nous exigeons aussi la présence des parties ».

« Je n’ai pas commis de fautes ! »

Après une série d’assauts contre l’institution prud’homale orchestrée par la droite et le patronat  (obligation de recourir à un avocat pour se pourvoir en cassation en 2003, fermeture de conseils prud’homaux en 2008, imposition d’une taxe de 35 € en 2011), ce sont « désormais les attaques contre les conseillers CGT qui s’intensifient », s’insurge l’UL d’Arras qui prépare une riposte à la hauteur des enjeux. Elle juge inadmissible ces pressions des professionnels de la « Justice » qu’elle assimilerait volontiers à une forme de harcèlement moral. Elle ne se résignera pas à ce que « le conseil des Prud’hommes d’Arras devienne une zone de non droit où les lois de la République seraient constamment bafouées ». « Je n’ai jamais commis de fautes. Je ne fais qu’appliquer le droit avec zèle et intégrité comme j’en ai fait le serment », insiste Christian Delépine qui aimerait que l’ensemble de la soixantaine d’élus CGT du Pas-de-Calais suivent son exemple. D’aucuns hésiteraient encore « par paresse ou timidité. Je reconnais que cela nécessite d’aller au charbon, mais c’est désormais la ligne suivie par le centre de formation Prudis de la CGT ». Il s’agit de montrer aux salariés que « nous faisons le boulot pour lequel ils nous ont élus ». Avec zèle et intégrité… L’Union départementale CGT appelle, elle aussi, au succès de ce rassemblement qui se déroulera le jour de l’audience solennelle du conseil des Prud’hommes d’Arras.                                

Jacques KMIECIAKLiberté-

 

 

Voir les commentaires

AAA : "Ce pouvoir n'a pas les compétences requises pour sortir la France de la crise"

17 Janvier 2012, 11:11am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

AAA : "Ce pouvoir n'a pas les compétences requises pour sortir la France de la crise"

Caricature-perte-du-triple-A.jpgUne dégradation de la note de la France tombe à point, 5 jours avant le sommet anti-social. La perte de la note « AAA » de la France chez Standard & Poor's sera utilisée par Nicolas Sarkozy pour justifier l'adoption accélérée de sa règle d'or et de l'hyper-austérité.  La Bourse est, elle, sereine, annoncent les dépêches. Ainsi les agences de notation s'imposent encore brutalement dans le débat présidentiel, tout comme elles ordonnent les orientations politiques du gouvernement.  Faire peur à la population et rassurer les spéculateurs, pour que la première grossisse encore les profits des seconds ; tout cela pour aider Nicolas Sarkozy à poursuivre son entreprise de démolition sociale et économique. Mais qui dira qu'en dehors de tout changement de la notation de la France, la dette publique devait passer de 85 % du PIB en 2011, avec 1760 milliards d'euros, à 87 % du PIB en 2012 à cause de la politique du président et de son gouvernement ?

C'est le résultat de la nocivité d'une politique soumise à la finance, c'est un fiasco. Ce pouvoir n'a pas les compétences requises pour sortir la France de la crise puisqu'il obéit à la domination financière. Avec l'austérité, c'est la croissance réelle qui va baisser et diminuer les rentrées d'impôts et de cotisations. Pendant ce temps, les énormes cadeaux accordés aux entreprises et aux grandes fortunes comme la suppression de la taxe professionnelle, les 30 milliards d'euros annuels d'exonérations de cotisations sociales patronales ou la baisse de l'impôt de solidarité sur la fortune, continuent. C'est aussi, et surtout, le résultat du soutien massif des banques et de l'activité par l'endettement public aux marchés financiers, sans aucune contrepartie exigée. Ainsi, les grands groupes ont-ils pu continuer de délocaliser et de massacrer l'emploi en France, ou encore accroître la menace de le faire pour pressurer les salaires ; et les banques ont continué de spéculer contre les dettes publiques tout en fermant le robinet du crédit pour les PME. Précisément, les banques françaises viennent de bénéficier, avec leurs principales homologues européennes, de 500 milliards d'euros de prêts à 1 % sur trois ans accordés par la BCE.  La dégradation de la note de la France va contribuer directement à cet enrichissement monstrueux des grands actionnaires des banques du fait de l'alourdissement des prélèvements en intérêts sur ses ressources publiques. Or une hausse de un point du taux d'intérêt payé, du fait de la perte du triple A, augmenterait de 10 milliards d'euros la charge de la dette cumulée sur cinq ans. L'obsession primordiale de la baisse de la dette, des déficits et des dépenses publics est incompatible avec l'urgence de répondre aux besoins sociaux.

La raison et la responsabilité à gauche commandent de rompre avec cette obsession.  Il faut immédiatement reprendre le contrôle public des banques françaises - c'est indispensable. Au lieu de diaboliser la dette publique, engageons un audit citoyen pour faire la part de la bonne et de la mauvaise dette. La BCE doit décider de créer toute la monnaie nécessaire pour alléger les dettes publiques en France et en zone euro et de créer un Fonds social, solidaire et écologique de développement européen pour financer l'expansion des services publics nationaux et leurs coopérations. Et c'est possible. La BCE peut et doit s'engager à prêter à la France et aux États européens à taux zéro. Pour battre Sarkozy, il faut affronter le pouvoir financier. C'est cette autre logique que porte la candidature du Front de gauche avec Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle.

Pierre Laurent,
Secrétaire national du PCF

Voir les commentaires

J.-L. Mélenchon «Des paroles et des actes»

17 Janvier 2012, 11:04am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

J.-L. Mélenchon «Des paroles et des actes»

Jeudi 12 janvier 2012, Jean-Luc Mélenchon était l'invité sur France 2 de l'émission "Des paroles et des actes" présentée par David Pujadas.

 

 

Voir les commentaires

Lancement à Arras de la campagne électorale au Front de gauche

17 Janvier 2012, 09:06am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

avec-sandra-dusautoir-dionet-et-xavier-1538013.jpgLu dans "La Voix du Nord":

Avec Sandra Dusautoir-Dionet et Xavier Schmidt, le Front de gauche se lance dans la bataille des législatives

L'ambiance est au lancement de campagne(s), dans le local du PCF d'Arras, avenue de l'Hippodrome. C'est là qu'ont été présentés les deux tandems qui partiront à la bataille, dans les première et deuxième circonscription.

De multiples exemplaires alignés du programme du Front de gauche, vendu 2 E, ne laissent planer aucun doute. Tout est en place pour mener campagne. Et comme la période est encore aux voeux, René Chevalier, le chef de file de la section PCF d'Arras, en profite pour souhaiter une mauvaise année aux suppôts du capitalisme. Le président de la République n'aura pas droit à plus de gentillesses : « il a promis de l'austérité. C'est chose faite depuis le début du quinquennat. Il démantèle les acquis de la libération. La TVA sociale, c'est faire payer les cotisations patronales par les consommateurs », estime René Chevalier, qui affichera un soutien au candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle, pour « mettre hors circuit les partis politiques serviteurs misérables de l'aristocratie financière. » Le PCF, composante du FDG, entend profiter de la « dynamique » de l'élection présidentielle pour percer aux législatives. « Il y aura un candidat dans toutes les circonscriptions », résume Hervé Poly, secrétaire fédéral du PCF.

Les mêmes thèmes reviennent, quelle que soit l'échéance : « Il faut faire sauter le verrou qu'on nous impose sur la dette. C'est bien créé par les banques et les financiers, et ce n'est pas la faute du peuple, qui paye », annonce Xavier Schmidt, candidat dans la première circonscription.

Dans chaque circonscription, le poids des candidats du Front de gauche avoisine les 3 %. Hervé Poly mise, cette année, sur un score de l'ordre de 5 %. « Aux cantonales, nous représentons 15 % dans le département, nous avons eu un conseiller général de plus », décrit Hervé Poly. Dans les première et deuxième circonscription, le FDG mise sur des candidats qui ont bataillé aux cantonales.

> Première circonscription.- Xavier Schmidt, titulaire, et Patrice Hermant, suppléant. Le premier est âgé de trente ans, vit dans le Sud-Arrageois, enseignant, « sympathisant communiste depuis les premières consciences politiques, fils d'ouvrier, à la recherche d'une gauche radicale qui propose des solutions concrètes. » Patrice Hermant est âgé de 32 ans. Il est conseiller municipal à Noyelles-sous-Bellonne. Il a adhéré en 2010 au Parti de gauche.

> Deuxième circonscription.- Sandra Dusautoir-Dionet, titulaire, a 34 ans. Elle est commerçante, et intervenante en milieu scolaire et associatif. Adhérente au PCF depuis 1997, elle est secrétaire de la section de la vallée de la Scarpe. René Chevalier, 53 ans, est son suppléant, « révolutionnaire dans l'âme, a travaillé dans une usine. » Il est aujourd'hui agent territorial. Au PCF depuis 1987, il a mené plusieurs campagnes municipales et cantonales. « En 2014, on va continuer en faisant une liste à Arras, on est prêts à participer aux municipales et à la vie de la commune en tant qu'élus. » • B. F.

Voir les commentaires

En 2012, faut pas que Sarkommence, mais faut pas croire non plus Hollandemains qui chantent !

15 Janvier 2012, 12:19pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

 

En 2012,

 

faut pas que Sarkommence,


mais faut pas croire non plus

 

Hollandemains qui chantent !

Voir les commentaires

L"AFP EN FLAGRANT DÉLIT DE MANIPULATION

15 Janvier 2012, 11:57am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

AHMADINEJAD / VENEZUELA : L'AFP TV DÉFORME LE DISCOURS DE CHAVEZ
Arrêt sur images le 12/01/2012

Lundi dernier, le président vénézuelien Hugo Chavez recevait son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad. Relayée par une vidéo de l'AFP, une phrase étrange avait trouvé sa place dans le discours du président vénézuélien. Il déclarait qu'il allait "attaquer Washington". Déclaration de guerre ? Rodomontade ? Replacée dans son contexte, l'intervention s'avère être une plaisanterie, comme le souligne sur son compte Dailymotion Vincent Lapierre, un internaute partisan de Chavez.

Qu'a dit exactement Chavez ? Les images de l'AFP TV, sans commentaires et destinées à d'autres médias, montrent les deux chefs d'Etat sur le perron du palais présidentiel. En bande son, une traduction du discours de Chavez, qui interpelle : "Ahmadinejad et moi, depuis le perron du palais présidentiel, viserons Washington avec des canons et des missiles. Parce que nous allons attaquer Washington."

La déclaration est franchement étrange, et la sélection d'images de l'AFP ne permet pas d'en savoir plus. En fait, replacée dans l'ensemble du discours, la phrase de Chavez, volontairement caricaturale, veut dénoncer la diabolisation de l'Iran et du Venezuela par les "impéralistes" :

Sa déclaration complète est totalement différente : "Les porte-paroles de l'impérialisme disent [...] qu'Ahmadinejad est à Caracas, car en ce moment même, à 2h30 de l'après-midi, nous allons, Ahmadinejad et moi, pratiquement depuis les sous-sols du palais présidentiel, ajuster notre tir en direction de Washington, et que vont sortir de là de grands canons et des missiles car nous allons attaquer Washington. C'est pratiquement ce qu'ils disent. Ou que la colline où sont les journalistes, là, va s'ouvrir, et qu'une grande bombe atomique va sortir." 

Cette caricature du discours occidental sur l'Iran et le Venezuela s'est donc transformée en quasi-déclaration de guerre dans le reportage de l'AFP. (...)

Mais la plupart des médias ne sont pas tombés dans le panneau, et ont bien perçu le caractère humoristique de l'intervention de Chavez. Ainsi, 20minutes.fr signale que "Chavez et Ahmadinejad se moquent des Etats-Unis", Euronews.net parle de "plaisanteries irano-venezueliennes", et La Tribune précise que les deux chefs d'Etat ont affirmé "sur le ton de la plaisanterie, détenir chacun la bombe atomique."

Mise à jour - 18 heures : L'AFP a modifié le titre de la vidéo et ajouté un bandeau précisant "Chavez ironise en disant qu'il va attaquer les USA". Face à la polémique qui enflait sur Facebook, l'agence a publié une réponse sur le réseau social (dans les commentaires concernant la Birmanie)

(Par Julie Mangematin : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12871)

Voir les commentaires

Sommet « social » : le PCF appelle à la mobilisation les 17, 18 et 19 janvier

15 Janvier 2012, 11:52am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

sommet-social.jpgSommet « social » : le PCF appelle à la mobilisation les 17, 18 et 19 janvier

A cent jours à peine de la fin de son mandat, le président Sarkozy fait mine de redécouvrir les questions sociales et le drame du chômage que sa politique a généré. Faisant mine de n'avoir aucune responsabilité dans la destruction de centaines de milliers d'emplois, il a annoncé dans ses vœux du 31 décembre, un sommet « social » pour le 18 janvier. 

En réalité, Nicolas Sarkozy veut imposer une TVA prétendument sociale, pourtant rejetée par 64 % des Français, et projette de conditionner l'indemnisation des chômeurs à d'obscurs plans de formation. Lui qui a refusé d'entendre la voix des millions de salariés, du public comme du privé, en lutte contre sa réforme des retraites, a détourné les fonds publics pour grossir les poches des actionnaires. Ne le laissons pas faire ! Le PCF appelle à aller à la rencontre des salariés dans tout le pays pour démasquer ses responsabilités et porter les propositions du Front de gauche, et de son candidat Jean-Luc Mélenchon.

Les 17, 18 et 19 janvier : le Sommet social sera dans la rue, dans les entreprises et zones industrielles, sur nos lieux de travail, devant les Pôles Emploi, dans nos quartiers ! Le PCF appelle à une mobilisation nationale pour l'emploi, les salaires, la protection sociale. Ouvriers, employés ou cadres, salariés actifs ou en recherche d'emploi : faisons entendre le rejet massif de la politique de la droite, faisons entendre notre volonté d'une politique de gauche audacieuse pour les salaires, l'emploi et la protection sociale.

Le PCF invite ses organisations à tenir des rencontres publiques, à rencontrer les responsables syndicaux pour débattre de la mobilisation et des solutions nécessaires dans le domaine de l'emploi.

Le PCF et ses partenaires du Front de gauche ont des propositions :

- interdire les licenciements boursiers et instaurer un moratoire sur la dérèglementation de services publics

- mener une politique active de réindustrialisation du pays à partir des propositions des salariés et de leurs syndicat

- reprendre le pouvoir sur les banques et les institutions financières

- mettre fin immédiatement aux exonérations sociales patronales (30 milliards d'euros annuels) et taxer les revenus financiers des entreprises et les revenus du capital

- moduler l'impôt sur les sociétés et les taux de cotisations

- consacrer l'argent public aux emplois publics et abolir la RGPP pour reconstruire des services publics modernes, performants, efficaces et utiles à tous.

Voir les commentaires

PLAIE MOBILE...

13 Janvier 2012, 11:33am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

PLAIE_MOBILE_sb_le_sniper_essai_prix2_600-cdd3b.jpg

 Voici le jouet trouvé au pied du sapin de Noël 2011 chez les Sarkozy... ©SB LE SNIPER 

Voir les commentaires

1 2 > >>