Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Des emprunts toxiques qui mettent en danger des hôpitaux publics de la région !

27 Décembre 2011, 16:57pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

hopital_urgences_0.jpgDes emprunts toxiques qui mettent en danger des hôpitaux publics de la région !

Le scandale des emprunts toxiques, qui fait la une de l'information depuis plusieurs semaines, a plongé de nombreuses administrations et collectivités publiques dans d'importantes difficultés financières. D'après la commission d'enquête parlementaire sur les emprunts toxiques, on peut chiffrer à plus de 18 milliards d'euros le volume total de ces prêts contractés par les collectivités locales. Cette même commission d'enquête affirme que 1800 petites communes de moins de 10 000 habitants ont été piégées par les banques dont 1600 par DEXIA, banque franco-belge aujourd'hui en démantèlement.

Les collectivités locales ne sont pas les seules victimes à déclarer de ces pratiques bancaires douteuses. Plus de 300 établissements hospitaliers sont eux-aussi concernés par ces emprunts à taux variables pouvant attendre 20% de taux d'intérêt. Ces emprunts représentent 20% de la dette des établissements contaminés.

 A titre d'exemple, le centre hospitalier d'Arras, totalisant à lui seul la moitié de la dette toxique hospitalière de la région, doit mobiliser 4 millions d'euros annuels pour le remboursement de 7 emprunts toxiques contractés ces quatre dernières années s'étalant sur 27 ans. Les syndicalistes du centre hospitalier très inquiets, estiment que cela correspond à 130 emplois.

Les élus et militants communistes sont très mobilisés sur ce sujet. Ils ont rejoint une association de défense des collectivités locales  pour travailler à des solutions collectives et éventuellement ester une action en justice contre ces pratiques bancaires frauduleuses. Le sénateur communiste du Pas-de-Calais Dominique Watrin, qui  a récemment rencontré le directeur de l'Agence Régionale de Santé concernant le schéma régional de santé, se mobilise également sur ce sujet. On ne peut laisser de telles pratiques dans l'impunité la plus totale, surtout que la banque DEXIA a profité de fonds publics.

Nous réclamons aujourd'hui avec les syndicats du monde de la santé, la transparence des conseils de surveillance des hôpitaux concernés par des emprunts toxiques sur cette question. Il y a un devoir de transparence évident à assurer. Nous avons d'ailleurs, à ce titre, écrit aux directeurs des quatre centres hospitaliers départementaux contaminés pour réclamer une communication claire et précise.

Par ailleurs nous exigeons que le poids de ces emprunts dans les budgets de ces établissements ne soit pas le prétexte à des plans de suppressions d'emplois. Nous en appelons à la responsabilité de chacun dans ce contexte de crise pour que les meilleures solutions puissent être trouver dans l'intérêt de tous.

 

Voir les commentaires

Vaclav Havel : mort d’un anticommuniste au masque humaniste

27 Décembre 2011, 10:23am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

111218_havel_bush_ap_328.jpgVaclav Havel : mort d’un anticommuniste au masque humaniste 

 Extrait d'un article (EDT) : http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Vaclav Havel est mort. Communistes français, que l’on ne compte pas sur nous pour nous associer au concert de louanges déployé pour célébrer le « grand homme » et son œuvre. Tant pis pour les tenants de l’idéologie dominante qui ne supportent pas une voix « dissidente » contestant le capitalisme.

Vaclav Havel a été toute sa vie un militant politique cohérent et conséquent. Il a consacré sa vie à une cause : la restauration capitaliste en Tchécoslovaquie, la remise en cause des acquis du socialisme, l’anticommunisme.

Sa performance personnelle n’a pas consisté à se trouver des appuis : les milieux réactionnaires nationaux et les agents de l’impérialisme occidental, d’abord américain et allemand, ont vite compris qu’il pouvait être l’un de leurs meilleurs porte-voix en Tchécoslovaquie.

Non, là où son talent a brillé, c’est dans sa capacité à rentrer dans le nouveau système de propagande impérialiste dirigé contre les pays socialistes à partir des années 70, à le développer jusqu’à l’incarner presque.

Après la prise du pouvoir de 1989, Vaclav Havel devient président d’abord de la Tchécoslovaquie, puis, après un intermède, long de deux petits mois, qui en dit long sur son attachement à l’unité du pays, de la République Tchèque jusqu’en 2003.

L’idéologie dominante l’a érigé mondialement en conscience morale, en héraut de la liberté, comme le théocrate « Dalaï-Lama », qui aura été son dernier visiteur.

Comme Président, Havel aura tout soutenu, tout justifié dans son pays: le processus de privatisations, la casse du système social, l’effondrement de l’appareil productif, la mise sous tutelle économique de l’Allemagne et de l’UE.

Fidèle en engagement et en amitié, il apporte son soutien appuyé à George Bush père pour la première guerre du Golfe, à Clinton pour la guerre de Yougoslavie, à George Bush fils pour la guerre en Afghanistan et en Irak, jusqu’à engager des troupes tchèques.

« Des bombardements humanitaires ! Souvenons-nous de Munich ! » osait proférer Havel.

Pour cette politique, pour le choix de la guerre, il a pris soin d’éviter de demander l’avis du peuple tchèque. En mars 1999, il a décidé l’adhésion de son pays à l’OTAN, 60 ans jour pour jour après l’invasion hitlérienne et la première mort de la Tchécoslovaquie consécutive justement à ces sinistres accords de Munich. Pour Vaclav Havel, la démocratie, forcément bourgeoise, ne vaut que si l’intérêt du capital l’emporte. L’intégration dans l’UE du capital allait suivre.

Acharné, malgré la maladie, il consacre les dix dernières années de sa vie à combattre Cuba socialiste, les expériences émancipatrices d’Amérique latine. (...)

Capitaliste lui-même, Vaclav Havel ne s’est pas oublié, traduisant sa conception de classe de la société. Il s’est accaparé de nombreux immeubles praguois dont sa famille richissime était propriétaire avant 1948.

La célébration exacerbée, presqu’unanime, de la mémoire Vaclav Havel prolonge sa fonction propagandiste. Mais en 2011, elle sonne faux, en République Tchèque, en Slovaquie, comme en France. Elle traduit un état de faiblesse.

Les mythes portés par un Vaclav Havel ou un Lech Walesa sont usés par les faits, par la révélation de la réalité de ces personnages.  Dans un monde unipolaire, le capitalisme, qu’ils ont défendu et rétabli, déploie ses crises pour exploiter de plus en plus durement les peuples, leurs peuples.

Communistes au 21ème siècle, le socialisme est notre projet révolutionnaire. Vaclav Havel fut un ennemi acharné du socialisme, c'est-à-dire de l’émancipation des travailleurs, des peuples, de l’avenir. Nous ne le pleurons pas.

Voir les commentaires

Scène de ménage

26 Décembre 2011, 11:44am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Scène de ménage

 

Voir les commentaires

Exclusif : le projet de "traité Merkozy" dévoilé et commenté dans l'Humanité de ce jeudi

22 Décembre 2011, 10:37am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

une_2.jpgExclusif : le projet de "traité Merkozy" dévoilé et commenté dans l'Humanité de ce jeudi

 

 

L'Humanité s'est procuré le texte encore provisoire de cet "accord international" et le publie dans son intégralité. Qu'y retrouve-t-on? Avant tout, l'inscription de la règle d'or dans les constitutions nationales. La très libérale Cour de justice européenne est chargée de contrôler que cette règle de plomb  est retranscrite comme il se doit dans le droit international.

A cela viennent s'ajouter d'autres restrictions qui soustraient les budgets aux contrôles des peuples... Ce projet de traité est une sorte de couronnement de toutes les mesures d'austérité prises depuis le début de la crise. Il entend les graver dans le marbre pour les mettre hors de portée de la souveraineté populaire.

traite.jpg

A lire aussi dans l'Humanité de jeudi 22 décembre:

  • Aéroport: Coup de force contre le droit de grève
  • Politique: Le rejet grandissant de l'Europe libérale, selon une étude Ifop-Fondation Jean Jaurès
  • Social: Une campagne pour mettre en cause le droit syndical
  • Vingt ans après, une société russe qui se cherche après
  • "Avec la biométrie, l'identification se fait sur du vivant", entretien avec Alain Brossat

Et retrouvez chaque jour les aventures des Nouveaux Pieds Nickelés, nos séries Un terroir, un produit et la Littérature se met à table

Voir les commentaires

Evaluation des profs : Lettre ouverte à Luc Chatel d'un inspecteur de l'éducation nationale

21 Décembre 2011, 17:29pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Notre ami Alcide Carton, Inspecteur de l’Education Nationale Honoraire, fort connu dans l'Arrageois, a fait paraître dans la Tribune de l'Humanité, une lettre ouverte au ministre Luc Chatel :  

À Monsieur Luc Chatel, Ministre de l’Education nationale


Monsieur le Ministre,

 J’ai exercé la mission d’Inspecteur de l’Éducation Nationale pendant 17 années.


Aujourd’hui, les enseignants rejettent, dans leur ensemble, vos nouvelles propositions d’évaluation. Je les comprends. 


En remettant en cause l’évaluation des enseignants c’est la mission d’inspection que vous videz de son sens.


Votre étroite vision de celle-ci trahit la cohérence de vos arrières-pensées politiques en matière d’éducation : déconstruire le socle républicain de l’école et faire des établissements des lieux autoritaires de compétition et de concurrence marchande de la transmission des savoirs.


Oserait-on demander à un Inspecteur de la Cour des Comptes d’exercer sa mission en la limitant à un rapide dialogue avec le responsable d’une institution sans vérifier in situ la validité de ses comptes? C’est pourtant ce que vous prétendez faire s’agissant de l’action pédagogique des enseignants.

L’évaluation de la manière de servir des enseignants ne peut être séparée de l’inspection, acte administratif, qui consiste à adresser rapport au recteur sur la manière dont la politique éducative est déclinée concrètement au sein des classes, c’est-à-dire au plus près de son déroulement.


En dehors du fait, souligné par les enseignants eux-mêmes, qu’ils n’ont pas été formés pour cela et qu’ils ne disposent pas des compétences pédagogiques et techniques pour le faire, je conteste aux chefs d’établissements la compétence pour assurer une mission d’inspection, du fait de leur position fonctionnelle.

Juges et parties, ils ne disposent ni de l’impartialité institutionnelle qui garantit la liberté pédagogique des enseignants ni de l’impartialité du jugement dont doit disposer tout évaluateur digne de ce nom.

L’évaluation de l’acte complexe d’enseigner et de la manière de l’exercer ne peuvent se réduire à quelques échanges déclaratifs. Je me sens humilié professionnellement par vos propositions. 


J’ai souhaité devenir inspecteur pour servir l’État, par une demande écrite sur papier timbré, à subir les épreuves redoutables d’un concours anonyme exigeant. J’ai toujours considéré que cette manière d’accessit me respectait et justifiait le libre exercice de mon indépendance et entière responsabilité.


Je me suis toujours senti redevable d’une double mission : 


    - rendre compte à ma hiérarchie, selon les règles de l’art, de la manière dont la politique éducative définie par le législateur était appliquée et exercée. Quand je dis règles de l’art, je veux simplement signifier qu’il ne peut y avoir de mission d’inspection autrement qu’en garantissant l’indépendance absolue de jugement à ceux qui ont à l’exercer. C’est un principe élémentaire de démocratie.


    - garantir aux élèves et aux enseignants les conditions d’application concrètes du droit à l’éducation prescrit par la loi sans lesquelles il n’est point, là aussi de démocratie.

J’entends par-là, d’abord, le principe de liberté et de laïcité. 
En représentant la République, je me devais de veiller à ce que les écoles placées sous ma responsabilité assurent aux citoyens —enseignants, parents et aussi les élèves — les conditions du plein exercice de cette liberté (liberté de conscience). Il y allait ainsi du respect de la liberté pédagogique des maîtres (choix éclairé des méthodes et démarches), de la nécessaire et permanente réflexion quant aux conditions d’application équilibrée des compétences éducatives partagées (élus locaux, parents, enseignants) pour que l’un ou l’autre des trois acteurs de cette coopération ne puisse se sentir l’otage des deux autres.


C’est à l’Inspecteur, représentant de l’état, de veiller à garantir aux maîtres ces espaces de liberté et de responsabilité, parfois même d’en rappeler à chacun l’exigence laïque. Il doit aussi s’interdire à lui-même l’exercice de toute pression pédagogique ou administrative en dehors du cadre réglementaire.
J’entends aussi le principe du respect des droits des familles, à ne pas confondre avec l’exercice libéral de la consommation marchande, mais ceux qui préservent les personnes, l’intimité des choix éducatifs et n’offre pour modèle que l’idéal émancipateur républicain. 


Cela me conduit au second principe qui est celui de la fraternité. 


Il est impossible de fonder cette confiance indispensable à tout acte concret d’enseignement, celle qui doit pouvoir s’exprimer entre l’élève et son maître, comme entre les parents et le maître, sans soutenir une fraternité éducative qui suppose connivence, proximité, reconnaissance d’origines et de traits en commun. 


J’ai beaucoup réfléchi, durant mon activité, à créer les conditions de la solidarité fraternelle entre les maîtres, à l’apprentissage de l’exercice de la solidarité entre les élèves, donc à interroger toutes les dimensions de la compétition et des hiérarchies égoïstes.


Le troisième principe qui m’a beaucoup occupé et pour lequel l’usage des statistiques a pu servir ma rhétorique pédagogique est celui du principe d’égalité sans lequel les deux autres ne sont rien. 


Je me suis toujours attaché à ce que tous les parents soient considérés également avec la même dignité et que les enfants, dans une même commune ou deux communes voisines, bénéficient des mêmes conditions d’enseignement (celle de fréquenter la piscine gratuitement et d’y apprendre à nager avant l’âge de 7 ans, par exemple).

De même, j’ai fait en sorte que les garçons et les filles jouissent de la même considération ; enfin, que les enfants des pauvres, ceux en situation de handicap, les exclus, les étrangers, soient vus pour ce qu’ils sont, des élèves comme les autres.


Il ne viendrait à l’esprit de personne l’idée de refuser d’évaluer les progrès des élèves. Mais l’acte d’enseigner est une acte complexe, et l’on doit accepter qu’il y ait de l’incommensurable dans celui-ci. Cela commande d’inspecter en classe avec des outils pertinents d’observation avec le recul nécessaire que confère l’indépendance des corps d’inspection. 


C’est la question de la confiance qui est alors posée, la confiance politique qu’une nation et son gouvernement se doivent d’accorder à leurs maîtres. C’est cette confiance-là que se doit d’accorder aux maîtres l’inspecteur qui en a la charge administrative : reconnaître leur capacité et leur conscience professionnelle, les guider et les aider quand cela est nécessaire. 


En fondant l’exercice de mon métier sur ces trois principes dont je viens d’en tenter la déclinaison, il m’a semblé me conduire en fonctionnaire responsable cherchant à agir sur les esprits par la seule force de la Raison de mes propos et l’exemple de ma conduite, rejetant par avance toute revendication autoritaire. J’ai consacré mes efforts à faire converger ceux des maîtres pour faire mentir toutes les fatalités et favoriser l’éclosion des talents multiples des enfants. J’ai inspecté pour que l’école de tous soit l’école commune pour tous. 


Voilà, Monsieur le Ministre, les commentaires fidèles aux principes républicains dont sont issus les corps d’inspection — que vous osez comparer à des directeurs de ressources humaines —, que votre proposition m’amène à vous adresser.

Eu égard à votre fonction, et seulement pour cela, je vous prie d’accepter, Monsieur le Ministre, l’expression de toute ma considération.



 

Voir les commentaires

André Carrel, grand résistant et ancien rédacteur en chef de l'Humanité Dimanche est décédé

21 Décembre 2011, 17:11pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

carrel.jpgAndré Carrel, grand résistant et ancien rédacteur en chef de l'Humanité Dimanche est décédé

 

 

Journaliste depuis les premiers jours, André Carrel fut pendant de longues années, de 1957 à 1981 rédacteur en chef de l'«Humanité Dimanche», après être rentré à l'Humanité fin 1946. Son activité de résistant lui valut, en août 1944, d'être nommé à la vice-présidence du Comité parisien de libération qui déclencha l'insurrection contre les occupants nazis. Il est disparu ce 17 décembre 2011.

Journaliste, puis résistant puis journaliste, André Carrel est ensuite devenu vice-président du musée de la Résistance, président des amis de l'Humanité, président de l'Association nationale de la Résistance... Il a été promu, le 14 juillet 1995, officier de la Légion d'honneur.

A l'occasion du 63ème anniversaire de la libération de Paris, André Carrel revenait dans l'Humanité sur son passé de résistant, son engagement communiste et son implication majeure dans les événements d'août 44. Lire : « La population était prête pour l'insurrection »

Mais surtout, en 2009 André Carrel publiait son autobiographie : "Mes humanités. Itinéraire d'un homme engagé", aux éditions L'OEil d'or et musée de la Résistance nationale. Il y revient sur « ses deux vies ». Celle du résistant, comme celle du journaliste communiste engagé à l'Humanité. Et sur le Carrel journaliste, Charles Silvestre écrivait à la sortie de l'ouvrage : « Le parcours à l'Humanité, à la Marseillaise, puis à l'Humanité Dimanche, sa « maison », est un parcours vécu comme exaltant et tendu, plutôt discipliné, fidèle à « l'esprit de parti » de cette époque, dont on parle parfois un peu légèrement, au contact de l'appareil qui lui fit avaler quelques couleuvres, mais avec lequel il fut tout du long dans le combat : luttes sociales, guerres coloniales, surtout à Marseille au temps de l'Indochine, anti-impérialisme. Les enceintes de justice, le box des accusés, il connaît... »

En video, le portrait du résistant, fait par France3 en 2009 :


Voir les commentaires

Salah Hamouri : Alerte jaune !

21 Décembre 2011, 11:42am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS


Communiqué (Comité de soutien à Salah Hamouri) 

http://www.salah-hamouri.fr/node/347

Alerte jaune !

 

Mardi 20 décembre 2011

Nous avons été bien inspirés, en écrivant dans le dernier communiqué publié saluant la libération de Salah, que désormais nous le mettions « sous la protection de son Comité de soutien et aussi de l’opinion publique.»                                           

En effet, voici qu’aujourd’hui mardi, deux jours après sa libération, certains médias israéliens – aussitôt repris sans la moindre vérification par Richard Prasquier, le président du CRIF – affirment dans un « tam-tam » assourdissant que Salah aurait déclaré à des journalistes de l’agence Reuters que « Le rabbin Yossef Ovadia mérite la mort. »

Naturellement Salah n’a jamais dit ni pensé cela. Il a fait d’ailleurs une mise au point immédiatement en ce sens. Mais non seulement lui, mais les journalistes de l’agence « Reuters » qui l’ont interviewé, démentent aussi, enregistrement à l’appui, les propos attribués à Salah.

N’empêche : voici que la haine se répand immédiatement contre Salah et contre sa famille. Un site publie un pamphlet odieux où il est indiqué : « Denise Hamouri peut être fière d’avoir mis au monde un assassin. » Il continue en écrivant : « Pour bien des Israéliens c’est Hamouri qui mérite de mourir. »  Et Richard Prasquier, une nouvelle fois, apporte de l’eau sale à ce moulin… 

Nous en appelons donc aux autorités françaises car ces campagnes de haine sont dangereuses. Elles peuvent atteindre gravement à l’intégrité de Salah et de sa famille. Nous leur demandons formellement de prendre toutes les mesures qui s’imposent en pareilles circonstances. Nous demandons aussi solennellement à Richard Prasquier de démentir immédiatement et en personne les propos qu’il a repris à son compte et de s’excuser, sous peine d’encourir les rigueurs de la loi qui sont particulièrement nettes et fermes en matière d’incitation…    

Salah est libéré mais ce n’est pas du goût de tous.

Contre ces fauteurs de haine et de troubles, sinon plus, restons unis et vigilants.

Le combat pour la vérité est de même nature que celui pour la liberté. C’est le combat pour la vie.

Paris, le 20 décembre 2011. 15h30

Voir les commentaires

Déclaration finale de la 13ème Rencontre des Partis communistes et ouvriers à Athènes

21 Décembre 2011, 10:50am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Shma_Sunantisis_TELIKO_Fr.jpgDéclaration finale de la 13ème Rencontre

des Partis communistes et ouvriers à Athènes

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Le socialisme est l'avenir !

La situation internationale et la lutte pratique des communistes vingt ans après la contre-révolution en URSS. Les objectifs du développement de la lutte de classe dans les conditions de la crise capitaliste, des guerres impérialistes, des luttes populaires et des soulèvements en cours, pour les droits ouvriers et populaires, le renforcement de l'internationalisme prolétarien et du front anti-impérialiste, pour le renversement du capitalisme et la construction du socialisme 

Les représentants de 78 partis venant de 59 pays différents ont pris part à la rencontre. Nombre de partis qui ne sont pas parvenus à participer pour des raisons indépendantes de leur volonté ont envoyé des messages écrits. 

Nous saluons depuis Athènes la montée des luttes populaires. Elles libèrent un immense potentiel émancipateur contre l'impérialisme, contre l'exploitation et l’oppression capitalistes, pour les droits sociaux, les droits au travail, le droit à la société sociale des travailleurs du monde entier. 

La rencontre s’est tenue dans le contexte critique où la crise capitaliste, profonde et prolongée, continue de dominer la situation internationale. Elle s'accompagne d'une escalade de l’agressivité de l'impérialisme telle qu’elle s'est exprimée dans les décisions du Sommet de Lisbonne qui a défini la nouvelle stratégie de l'OTAN. Cette réalité confirme les analyses dressées dans les déclarations des 10e, 11e et 12e rencontres internationales qui ont eu lieu au Brésil (Sao Paulo) en 2008, en Inde (New Delhi) en 2009 et en Afrique du sud (Tshwane) en 2010. 

Il devient de plus en plus évident pour des millions de travailleurs que la crise est une crise du système. Il ne s'agit pas de défaillances au sein du système mais c'est le système lui-même qui est défaillant et qui engendre des crises régulières et périodiques. Cette crise provient de l’aiguisement de la contradiction principale du capitalisme entre le caractère social de la production et l'appropriation privée capitaliste et non de telle ou telle gestion du système ou de tel ou tel dysfonctionnement dû à la cupidité de quelques banquiers ou capitalistes ou encore au manque de mécanismes régulateurs efficaces. Cela souligne les limites historiques du capitalisme et la nécessité de renforcer les luttes pour la rupture anticapitaliste et antimonopoliste, le renversement révolutionnaire du capitalisme. 

Aux États-Unis, au Japon, dans l'UE et dans d'autres économies capitalistes, les impasses des diverses formes de gestion bourgeoise sont manifestes. D'un côté, les politiques d’austérité mènent à une récession profonde et prolongée. De l’autre côté, les politiques expansionnistes, avec de grands plans d’aides publiques aux groupes monopolistes, au capital financier et aux banques fait grimper l'inflation et gonfler la dette publique. Le capitalisme transforme les faillites privées en faillites publiques. Le capitalisme n'a pas d'autre réponse à la crise que la destruction massive des forces productives et des ressources, les licenciements de masse, les fermetures d’usine, l'offensive généralisée contre les travailleurs et les droits syndicaux, contre les salaires, les retraites et la sécurité sociale, la baisse des revenus de la population, la hausse massive du chômage et de la pauvreté. 

L'offensive antipopulaire se renforce. Elle se manifeste avec une intensité particulière dans certaines régions. La concentration et la centralisation du capital monopoliste intensifient le caractère réactionnaire du pouvoir politique et économique. Sont mises en avant les restructurations capitalistes et les privatisations pour la compétitivité et la maximisation des profits du capital, pour lui assurer une force de travail à moindre coût et un recul de plusieurs décennies en termes de droits sociaux et de droits des travailleurs. 

L'intensité de la crise, sa simultanéité à l'échelle mondiale, la perspective d'une reprise lente et faible intensifient les difficultés des forces bourgeoises à gérer la crise, ce qui amène à l'aiguisement des contradictions et des rivalités inter-imperialistes. Le risque de déclenchement de guerres impérialistes s’accroît. 

Les attaques envers les droits démocratiques et la souveraineté des peuples s'intensifient dans de nombreux pays. Les systèmes politiques deviennent plus réactionnaires. L'anticommunisme se renforce. Les mesures se généralisent contre l'activité des partis communistes et ouvriers, contre les syndicats, contre les libertés politiques et démocratiques. Les classes dirigeantes multiplient les tentatives pour piéger le mécontentement populaire au travers de changements de système politique, en recourant à une série d'ONG pro-impérialistes et d'autres organisations, en tentant de canaliser la colère populaire dans des mouvements soi-disant sans affiliation politique ou même présentant des traits réactionnaires. 

Nous saluons les luttes et révoltes populaires et ouvrières de grande ampleur pour les droits démocratiques, sociaux et politiques contre les régimes antipopulaires au Moyen-Orient et en Afrique du nord, tout particulièrement celles de Tunisie et d’Égypte. Malgré les contradictions révélées par la situation actuelle, elles constituent une expérience significative que le mouvement communiste doit étudier et dont il doit se servir. Dans le même temps, nous condamnons fermement la guerre impérialiste de l'OTAN et de l'UE contre le peuple Libyen et les menaces d’ingérence dans les affaires intérieures de la Syrie et de l'Iran ainsi que d’autres pays. Nous considérons que toute intervention étrangère contre l'Iran, sous quelque prétexte que ce soit, va à l’encontre des intérêts des travailleurs iraniens et de leurs luttes pour les libertés démocratiques, la justice sociale et les droits sociaux. 

Ces événements confirment la nécessité de renforcer les partis communistes et ouvriers pour qu'ils jouent leur rôle historique, de renforcer plus encore les luttes des travailleurs et des peuples pour la défense de leurs droits et de leurs aspirations, d’utiliser les contradictions du système et les contradictions inter-impérialistes pour une rupture au niveau du pouvoir et de l'économie qui aille dans le sens de la satisfaction des besoins populaires. Sans rôle dirigeant des partis communistes et ouvriers et de la classe d'avant-garde, la classe ouvrière, les peuples seront à la merci de la confusion, de l'intégration au système et de la manipulation par des forces politiques qui représentent les monopoles, le capital financier et l'impérialisme. 

Des réajustements importants dans le rapport de force international sont en cours : l'affaiblissement relatif de la position des États-Unis, la stagnation économique générale des pays capitalistes les plus avancés et l'émergence de nouvelles puissances économiques mondiales, notamment la Chine. La tendance à l'intensification des contradictions va en se renforçant, entre les centres impérialistes eux-mêmes et avec les économies dites « émergentes ». 

L'agressivité de l'impérialisme s'intensifie. Des zones de tension et de guerre existent déjà dans plusieurs régions du monde. Elles se multiplient : en Asie et en Afrique, au Proche-Orient avec l'agressivité croissante d’Israël, en particulier contre le peuple palestinien. Dans le même temps, nous constatons la montée de forces néo-nazies et xénophobes en Europe, des interventions sous plusieurs formes, des menaces et une offensive contre les mouvements populaires et les forces politiques progressistes en Amérique latine. La militarisation se renforce. Le risque d'un embrasement général à une échelle régionale est de plus en plus grand. En ce sens, l'élargissement et le renforcement du front politique et social anti-impérialiste et les luttes pour la paix, qui vont dans le sens de l'éradication des causes des guerres impérialistes, sont fondamentales. 

Il y a deux voies de développement : 

  • la voie capitaliste, celle de l'exploitation des peuples. Elle présente des risques lourds de guerres impérialistes, des menaces sur les droits des travailleurs, les droits démocratiques 

  • et la voie de la libération avec d'immenses possibilités de défense des intérêts des travailleurs et des peuples, de réalisation de la justice sociale, de la souveraineté populaire, de la paix et du progrès. La voie des luttes populaires et ouvrières, la voie du socialisme et du communisme, historiquement nécessaire. 

Grâce à la contribution décisive des communistes et du mouvement syndical orienté sur des positions de classe, les luttes ouvrières en Europe et dans le monde entier se sont encore renforcées. L’agressivité impérialiste se heurte à une résistance populaire résolue au Moyen-Orient, en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

Cette réalité, avec toute l'expérience accumulée jusqu'à présent, en particulier en Amérique latine, les luttes et les évolutions en cours, démontrent les possibilités de résistance, de lutte de classe, permettant aux peuples d’avancer, de gagner du terrain, en infligeant des défaites à l'impérialisme parce qu’ils ont comme objectif le renversement de la barbarie impérialiste. 

Nous saluons les luttes des peuples et des travailleurs et faisons le constat de la nécessité de les renforcer. La situation exige l'intensification de la lutte de classe, de la lutte idéologique, politique, de la lutte des masses pour mettre en échec les mesures antipopulaires et de mettre en avant des objectifs qui répondent aux besoins actuels des peuples. La situation exige une riposte organisée des travailleurs pour une rupture anti-monopoliste et anti-impérialiste, pour le renversement du capitalisme mettant fin à l'exploitation de l'homme par l'homme. 

Aujourd'hui, les conditions sont mûres pour la construction de larges alliances sociales anti-monopolistes et anti-impérialistes en mesure de vaincre l'offensive et les agressions impérialistes, sous toutes leurs formes, de combattre pour le pouvoir et pour la mise en œuvre de transformations profondes, radicales, révolutionnaires. L'unité de la classe ouvrière, l'organisation et l'orientation de classe du mouvement ouvrier sont des éléments fondamentaux pour la construction de véritables alliances sociales efficaces avec la paysannerie, les couches moyennes urbaines, le mouvement des femmes et le mouvement des jeunes. 

Dans cette lutte, le rôle des partis communistes et ouvriers aux niveaux national, régional et international et le renforcement de leur coopération sont indispensables. L'activité commune coordonnée des partis communistes et ouvriers, des organisations communistes de jeunesse et des organisations anti-imperialistes auxquelles les communistes apportent une contribution importante constitue un des éléments les plus sûrs pour avancer vers l'élargissement de la lutte anti-impérialiste et le renforcement du front anti-impérialiste. 

La lutte idéologique du mouvement communiste est d'une importance vitale pour défendre et développer le socialisme scientifique, pour faire reculer l'anticommunisme contemporain, pour affronter l'idéologie bourgeoise, les théories anti-scientifiques et les courants opportunistes qui rejettent la lutte de classe, pour combattre le rôle des forces social-démocrates qui défendent et mettent en œuvre les politiques pro-impérialistes et anti-populaires en soutenant la stratégie du capital et de l'impérialisme. La compréhension du caractère d’ensemble des luttes nécessaires à l'émancipation sociale, nationale et de classe, pour la mise en avant explicite de l’alternative socialiste, exige la contre-offensive idéologique du mouvement communiste. 

Le renversement du capitalisme et la construction du socialisme constituent une nécessité impérative pour les peuples. A la mesure de la crise du capitalisme et de ses conséquences, les expériences internationales de construction socialiste prouvent la supériorité du socialisme. Nous réaffirmons notre solidarité avec les peuples qui luttent pour le socialisme, avec ceux qui sont engagés dans la construction du socialisme. 

Seul le socialisme peut créer les conditions de l'éradication des guerres, du chômage, de la faim, de la misère, de l'analphabétisme, de la précarité subie par des centaines de millions de personnes, de la destruction de l'environnement. Seul le socialisme crée les conditions du développement correspondant aux besoins présents des travailleurs. 

Ouvriers, paysans, travailleurs des villes et des campagnes, femmes, jeunes, nous vous lançons un appel à la lutte, tous ensemble, pour mettre un terme à la barbarie capitaliste. Il y a de l'espoir, il y a une perspective. L'avenir appartient au socialisme. 

Le Socialisme est l'avenir ! 

Les 78 partis qui ont participé à la rencontre : 

Parti communiste d’Azerbaïdjan ; Parti communiste d'Albanie ; Parti Algérien pour la démocratie et le socialisme ; Parti communiste d'Australie ; Parti ouvrier du Bangladesh ; Parti communiste du Bangladesh ; Parti populaire progressiste de Guyane ; Parti du travail de Belgique ; Parti communiste du Brésil ; Parti communiste Brésilien ; Parti communiste de Grande-Bretagne ; Nouveau Parti communiste de Grande-Bretagne ; Parti communiste de Bulgarie ; Parti des communistes bulgares ; Parti communiste du Canada ; Parti ouvrier socialiste de Croatie ; Parti communiste de Cuba ; AKEL ; Parti communiste de Bohême-Moravie (République tchèque) ; Parti communiste au Danemark ; Parti communiste du Danemark ; Parti communiste d’Égypte ; Parti communiste de Finlande ; Parti communiste de Macédoine ; Parti communiste français ; Parti communiste allemand ; Parti communiste unifié de Géorgie ; Parti communiste de Grèce ; Parti communiste ouvrier de Hongrie ; Parti communiste d'Inde ; Parti communiste d'Inde (Marxiste) ; Parti Tudeh d'Iran ; Parti communiste d'Irlande ; Parti ouvrier d'Irlande ; Parti des communistes italiens (PdCI) ; Parti communiste jordanien ; Parti du travail de Corée ; Parti révolutionnaire populaire du Laos ; Parti socialiste de Lettonie ; Parti communiste Libanais ; Front populaire socialiste de Lituanie ; Parti communiste du Luxembourg ; Parti communiste de Malte ; Parti communiste du Mexique ; Parti de la refondation communiste (Italie) ; Union des Partis communistes d'Union soviétique ; Nouveau parti communiste des Pays-Bas ; Parti communiste de Norvège ; Parti du peuple Palestinien ; Parti communiste Palestinien ; Parti communiste du Pakistan ; Parti communiste paraguayen ; Parti communiste péruvien ; Parti communiste du Pérou (Patria Roja) ; Parti communiste de Pologne ; Parti communiste Portugais ; Parti communiste Roumain ; Parti communiste de la Fédération de Russie ; Parti communiste ouvrier de Russie/Parti des communistes révolutionnaires ; Parti communiste d'Union soviétique ; Nouveau parti communiste de Yougoslavie ; Parti des communistes de Serbie ; Parti communiste du Sri Lanka ; Parti communiste Soudanais ; Parti communiste syrien ; Parti communiste syrien (unifié) ; Parti communiste Sud-africain ; Parti communiste d'Espagne ; Parti communiste des peuples d'Espagne ; Parti des communistes de Catalogne ; Parti communiste de Suède ; Parti communiste de Turquie ; Parti du travail (EMEP) de Turquie ; Parti communiste des Etats-unis ; Parti communiste d'Ukraine ; Union des communistes d'Ukraine ; Parti communiste du Vénézuela ; Parti communiste du Vietnam ;

Voir les commentaires

Meeting de Bordeaux, discours de Pierre Laurent

20 Décembre 2011, 16:50pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Jeudi 1er décembre 2011, se tenait à Talence, dans la banlieue de Bordeaux, le meeting de campagne du Front de Gauche devant 3000 personnes.

 

 

Voir les commentaires

Les facteurs reconduisent leur mouvement de grève, aujourd'hui, au centre de distribution de Brebières

20 Décembre 2011, 11:34am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Les facteurs reconduisent leur mouvement de grève, aujourd'hui, au centre de distribution de Brebières

mardi 20.12.2011 - La Voix du Nord (article de NICOLAS ANDRÉ)

les-facteurs-reconduisent-leur-mouveme-1496701.jpg
La réorganisation des tournées ne passe pas. Le torchon... et les palettes brûlent chez les facteurs.

La distribution du courrier a été fortement perturbée, hier, dans vingt-deux communes afférentes au centre courrier de Brebières (plate-forme de distribution d'Hénin-Beaumont). La grève reconduite aujourd'hui pourrait avoir les mêmes incidences.

 C'est une nouvelle réorganisation dans la distribution du courrier, entérinant la suppression de trois postes (un au centre de Marquion, deux à Brebières), qui a mis en colère les facteurs. Vingt-deux des trente-cinq hommes en bleu et jaune travaillant à Brebières faisaient le guêt, hier matin, devant le centre courrier, attendant l'issue des négociations menée par Daniel Kunej, secrétaire départemental adjoint Sud et son collègue, Pascal Looten, délégué départemental Sud, rattaché à Liévin. Ils sont sortis des bureaux vers midi pour annoncer que la direction « ne voulait rien céder sur la production ». Selon Daniel Kunej, depuis 2005, ce sont quatorze postes qui ont été supprimés dans le secteur, autant de tournées réattribuées au prorata des facteurs restants. Des facteurs qui voient leurs tournées s'allonger, souvent de plus d'une heure, et des dépassements horaires non rémunérés. Des facteurs qui voient leur charge de travail augmenter et se demandent si leurs acquis sociaux et leur durée de travail légal (6,10 heures par jour six jours sur sept) ne risquent pas d'être remis en cause. Rien de complaisant donc dans cette grève à l'orée des fêtes. Les facteurs, devant les palettes en feu, ont voté la reconduction du mouvement comme un seul homme.

(...)

Voir les commentaires

Jean-Luc Mélenchon sur "BFM-TV 2012"

20 Décembre 2011, 10:25am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Dimanche 18 décembre 2011, émission animée par Olivier Mazerolle. Jean-Luc Mélenchon fut invité à s'exprimer sur l'actualité et à débattre avec Christian Estrosi sur l'Europe et la réindustrialisation de la France.

 

 

 

Voir les commentaires

Portrait d un inconnu : Nicolas Sarkozy

19 Décembre 2011, 18:55pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Portrait d un inconnu : Nicolas Sarkozy

Une émission de la RTBF (belge) , diffusée le 14/12 :

A travers les points de vue de 18 journalistes étrangers - de télévision et de presse écrite - en poste à Paris, nourrie par de nombreuses archives, photos et extraits de journaux du monde entier, une chronique (im)pertinente sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy et sur la machine politique, inédite et parfois insaisissable, qu’il a mise en place. De la présidence de l’Union européenne à la gestion de la crise financière, de la chasse aux Roms à sa vie privée, les journalistes étrangers ont eu de nombreuses occasions de scruter la personnalité et la carrure de chef d’Etat de Nicolas Sarkozy. Intriguée par «l’homme de la rupture», la presse étrangère s’étonne, quand elle ne s’effraie pas, devant sa pratique du pouvoir. (durée : 1 h 18)


Voir les commentaires

1020 suppressions de postes, curieux cadeau pour l'académie de Lille !

19 Décembre 2011, 18:27pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

1020 suppressions de postes,

curieux cadeau pour l'académie de Lille !

PN12.jpgLe Gouvernement a décidé d'offrir aux jeunes du pays un curieux cadeau de Noël, en particulier à ceux de notre belle région Nord-Pas-de-Calais.

En effet, il vient d'annoncer 1020 suppressions de postes d'enseignants et de personnels administratifs pour notre académie de Lille. Les jeunes de notre région n'avaient vraiment pas besoin de cela pour se former, s'émanciper.

Le Nord-Pas-de-Calais est une région avec un réel potentiel humain, à condition de mettre les moyens nécessaires à son développement pour qu'elle redevienne dynamique, industrielle. Comme le disait Alain Bocquet, avec une réelle ambition politique, notre région peut être à tous les points de vue l'une des cinq premières de France. C'est dans cette optique que les jeunes communistes du Pas-de-Calais soutenus par les communistes auchellois et notamment Maurice Distinguin, conseiller municipal d'Auchel (auteur de la motion pour la gratuité de l'enseignement public), mènent actuellement une campagne pour obtenir la gratuité des manuels scolaires au sein des lycées, dépendant du Conseil Régional, pour commencer. ( Le MJCF62 lance sa nouvelle campagne : gratuité des manuels scolaires dans la région Nord Pas de Calais )

Avec des centaines de suppressions d'emplois, des milliers de personnes vivant dans la précarité, nous pensons que supprimer des postes d'enseignants ne permettra pas d'endiguer la crise morale et sociale de notre région.

"Ouvrir une école, c'est fermer une prison" selon Victor Hugo ... Fermer une école, c'est ouvrir une prison pour ce Gouvernement ? Nous nous opposerons toujours fermement aux destructions de l'éducation nationale, via les réformes inégalitaires et inhumaines, notamment en terme de moyens humains.

http://jeunes-communistes62.over-blog.net/

Voir les commentaires

Bertrand Pericaud et Jean Haja : développement économique et formation permanente

19 Décembre 2011, 18:16pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Interventions de Bertrand Péricaud et Jean Haja, conseillers régionaux PCF, lors de la séance plénière du conseil régional Nord-Pas-de-Calais du 14 décembre 2011 dans le débat sur le budget primitif développement économique, schéma régional de développement économique, nouvelles technologies et formation permanente.

Voir les commentaires

Salah Hamouri Enfin libre !

16 Décembre 2011, 10:05am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

salah_hamouri-13187-2-00956.jpgSalah Hamouri Enfin libre !

jeudi 15 décembre 2011

Communiqué du comité de soutien de Salah :

Au terme d’une journée très tendue, nous avons donc appris le 14 décembre à 19 heures que Salah Hamouri ferait partie de la seconde vague de libération et qu’il rejoindrait sa famille à Jérusalem-Est dimanche 18 décembre après avoir subi injustement 6 ans, 9 mois et 7 jours de prison dans les geôles israéliennes.

Nous ferons de plus amples commentaires une fois sa sortie réalisée et qu’il sera bien chez lui. Nous partageons totalement la joie de sa famille qui va enfin pouvoir l’embrasser, depuis ce temps où aucun contact n’a eu lieu. Sans attendre nous voulons remercier toutes celles et ceux qui, par dizaines de milliers, se sont rassemblés dans leur diversité pour obtenir sa libération. C’est une certitude : sans eux, et leur mobilisation déterminée, Salah ne serait pas libéré dimanche, aussi tard que cela nous paraisse. Nous tenons à remercier vivement tout le monde qui a participé à ce résultat : personnalités, artistes, associations, organisations, notamment de jeunes, partis, « simples gens » comme on dit, les innombrables Comités de soutien qui se sont multipliés en France.

Dimanche Salah sera chez lui. Il va découvrir et devoir s’approprier un monde nouveau et imaginer, en prenant un temps nécessaire et mérité, une étape nouvelle de sa vie. Il va devoir se reconstruire en imaginant l’avenir au goût de liberté. Nous resterons à ses côtés. Nous voulons vous signaler sans attendre plusieurs points :

- Une adresse électronique a été ouverte qui lui est strictement personnelle. Vous pourrez communiquer avec lui dès lundi : salah_hamouri@hotmail.com

- Notre Comité de soutien va s’éteindre mais pas avant avoir accompli jusqu’au bout son devoir et sa mission. En particulier nous resterons disponibles pour, le temps venu, organiser sa venue en France où il a beaucoup d’amis et d’amies à remercier. Il a à nous parler aussi.

- Notre Comité de soutien dispose, c’est sur le site http://www.salah-hamouri.fr/souscription, la somme de 13.683, 64 euros. Nous proposons de lui envoyer à Jérusalem pour qu’il puisse disposer de quelques moyens pour se reconstruire. Nous fermerons les comptes dans un mois. Celles et ceux qui veulent abonder en ce sens peuvent donc encore le faire.

Une adresse postale est aussi disponible où lettres ou d’autres envois peuvent être effectués :

Salah Hamouri Po BOX 19587 21, Nablus Road Jerusalem

Voir les commentaires

1 2 3 > >>