Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Tarifs de la restauration scolaire : l'intervention de Cathy Apourceau-Poly

29 Novembre 2011, 09:14am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Intervention de Cathy Apourceau-Poly, conseillère régionale PCF du Nord-Pas-de-Calais en commission permanente au conseil régional le 14 novembre 2011 sur les écarts de tarifs de restauration scolaire et les fonds sociaux :

Voir les commentaires

Un message de Salah Hamouri depuis sa prison de Shata

28 Novembre 2011, 16:48pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

arton15097-808bcUn message de Salah Hamouri depuis sa prison de Shata

"J’ai espéré être avec vous ces prochains jours mais on sait bien que l’occupation essaie toujours de confisquer notre joie et notre espoir. Mais notre volonté est la votre, notre combat est le votre, et les buts collectifs pour la liberté et la justice vont continuer à dessiner notre chemin pour le futur et pour un nouveau monde sans occupation et sans souffrances."

Salah Hamouri
Prison de Shata le 23 novembre 2011

Il doit normalement être libéré ce 28 Novembre comme l’atteste le document de la Croix Rouge, mais ses geôliers comptent le garder jusqu’au 12 Mars en lui infligeant 20 jours de détention supplémentaire par année passée en prison. Sa condamnation effective est de 6 ans, 8 mois et 15 jours (c’est à dire sept années administratives). Notre gouvernement est incapable de faire sortir de prison un français ayant purgé sa peine dans les geôles d’un état qu’il considère comme ami.

Voir les commentaires

MANIFESTATIONS CONTRE L'AUSTERITE SAMEDI DERNIER

27 Novembre 2011, 11:02am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

SAMEDI 26 NOVEMBRE A LILLE ET A LENS MANIFESTATIONS CONTRE L'AUSTERITE A L'APPEL DU PCF

(Reportage FR3)

Reportage de France 3 Nord-Pas-de-Calais à Lens et à Lille où les Fédérations du Nord et du Pas-de-Calais du PCF organisaient une manifestation départementale contre l'austérité samedi 26 novembre 2011. Interview de Fabien Roussel, secrétaire de la Fédération du Nord du PCF.

 

 

Voir les commentaires

Hugo Chavez : "C'est le FMI qui dirige l'Europe, pas les peuples"

24 Novembre 2011, 13:09pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

 

 



 

 

Voir les commentaires

Austérité en Europe : les étudiants aussi !

24 Novembre 2011, 11:44am

Publié par - BLOG-PCF-ARRAS

Les conséquences des plans d’austérité sur les étudiants en Europe 

3465925-4988165.jpgDéclaration commune d’organisations étudiantes communistes d’Europe

Depuis 2008, le système capitaliste est rentré dans une nouvelle période de crise. Cette crise systémique qui a d’abord commencé aux Etats-Unis et s’est ensuite développée en Europe ayant de nombreuses conséquences pour les classes populaires de notre continent. 

Le système d’aide de la "Troika" qui vient en aide aux gouvernements de droites et sociaux-démocrates afin de sauver les capitalistes, ne peut pas arrêter la crise. Pire encore, en appliquant des mesures réactionnaires, ils ont conduit les peuples dans une situation encore plus difficiles dans une période ou la crise du capitalisme s’accentue. Avec la crise, l’Union Européenne montre son vrai visage, celui d’une institution impérialiste dont l’objectif est de servir les intérêts de la bourgeoisie européenne. 

La crise de la dette qui est un symptôme de la crise économique du capitalisme, n’est qu’un prétexte pour imposer des plans d’austérités aux classes populaires dans des pays comme la Grèce, le Portugal, l’Irlande, l’Espagne ou l’Italie. Ces politiques permettent la casse des droits des travailleurs, des étudiants et de l’ensemble de la population. Elles constituent une déclaration de guerre contre les intérêts du peuple. 

Depuis 15 ans, le secteur de l’éducation a été le centre des attaques de l’Union Européenne qui veut instaurer les mêmes règles que dans les systèmes éducatifs anglais et américains. Depuis l’ouverture de l’Education au marché, les privatisations et la commercialisation des écoles publiques ont créé d’énormes possibilités de bénéfices pour les monopoles. Dans ce contexte, la situation qui est déjà très dure, va continuer d’empirer. Dans la continuité du processus de Bologne et du traité de Lisbonne, avec à présent la stratégie euro2020, les jeunes venant des classes populaires seront exclus des universités. 

Nous, CJC (Catalogne), CJC (Espagne), COMAC (Belgique), EDON (Chypre), FGCI (Italie), Giovani Comunisti (Italie), JCP (Portugal), KNE (Grèce), UJCE (Espagne), UEC (France), déclarons, en ce jour du 17 novembre, journée internationale des étudiants, que : 

1. L’éducation supérieure est un droit fondamental du peuple et de la jeunesse, qui ne doit pas être subordonnée aux intérêts privés. 

2. L’éducation et l’enseignement supérieur doivent être un service public, gratuit et laïc. Nous luttons contre les réformes capitalistes, pour que les universités servent les besoins des peuples et non les profits des capitalistes et des monopoles. 

3. Nos pays doivent rejeter le Processus de Bologne, nous le mettrons en déroute ! 

4. Le but des universités doit être d’éduquer les jeunes et de leur permettre de poursuivre des projets de recherches de bonnes qualités et ce quelques soient les ressources de chacun. 

5. Le capitalisme est un système qui ne permet pas à tout le monde d’étudier et de vivre dans des conditions décentes, c’est pour cela que nous nous battons pour le dépasser. 

6. Les universités ne devraient pas appliquer des politiques impérialistes avec les autres pays en les forçant à mettre en œuvre les mêmes réformes que celles de l’UE, comme le Processus de Bologne. Les universités de tous les pays doivent promouvoir la coopération et des programmes de recherches basés sur la solidarité et les intérêts mutuels en fonction des besoins des peuples et non au profit des corporations multinationales. 

7. Les étudiants venant du Tiers Monde pour étudier en Europe sont victimes de discriminations et de racisme. Les capitalistes les exploitent et participent au pillage de ces pays. Nous leurs exprimons notre entière solidarité, nous soutenons leur combat et nous les appelons à s’unir dans la lutte pour nos droits à tous. 

8. Nous demandons instamment à nos universités de développer des partenariats avec les universités Palestiniennes, afin d’aider la lutte pour la vie, l’éducation et le travail que le peuple Palestinien mène dans des conditions très difficiles, en raison de la poursuite de la politique impérialiste d’occupation promue par l’Etat Israélien. 

9. Nous dénonçons fortement le révisionnisme et l’anticommunisme dans l’éducation notamment via la falsification de l’histoire et l’amalgame entre nazisme et communisme. 

10. Dans le même temps, nous luttons contre l’idéologie capitaliste dans la conception de l’éducation et nous appelons à une vraie démocratie dans l’élaboration des programmes et dans la gestion des universités, de manière à ce que l’éducation et les sciences puissent jouer un véritable rôle dans la société afin d’améliorer la vie des travailleurs. 

Pour conclure, nous exprimons notre solidarité aux étudiants et aux jeunes du monde qui se battent pour des meilleures conditions de vie et d’études. 

En avant pour un monde de paix, de solidarité, pour le socialisme, avec une Europe libérée de l’exploitation et avec des étudiants ayant de meilleures conditions d’études et vivant librement !

Voir les commentaires

Aujourd'hui dans l’Humanité : grand entretien avec Bernard Thibault

24 Novembre 2011, 10:52am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

huma2411.jpgAujourd'hui dans l’Humanité :

grand entretien avec

Bernard Thibault

 

Jeudi 24 novembre dans l’Humanité, le secrétaire général de la CGT appelle les salariés à exercer leurs droits de citoyens et à être aussi les acteurs des mobilisations syndicales. Bernard Thibault y analyse la politique de la droite, la « mise en pièce de la sécurité sociale » comme « la dette qui sert d’alibi pour justifier les régressions ». Sont également évoqués le calendrier des mobilisations syndicales et la complexité à rassembler et à lutter dans cette période de crise.

 

L’Humanité de jeudi, c’est aussi le tout nouveau supplément polémique de 4 pages Cactus. Avec Robert Peugeot, qui se voit empereur de Chine, le billet des Pinçon-Charlot sur Louis Vuitton et des nouvelles rubriques comme le revers des médias, la foire aux mensonges ou encore des dessins d’actualité de Charb, Jul et Luz.

cactus.jpg

A lire aussi dans l’Humanité de jeudi :

Le décryptage de la guerre sociale que nous promet l’UMP pour 2012

Le point sur la situation critique de la Fonderie du Poitou Alu menacée de liquidation

Le scandale du manque de soins en prison

Le reportage de notre envoyé spécial en Egypte

Rencontre avec l’écrivain égyptien Alaa El Aswany

Un candidat à la présidentielle aux USA qui veut faire travailler les enfants dès 9 ans

Et comme chaque jeudi, "Libres échanges", la page réalisée par nos correspondants

Voir les commentaires

Jacky Hénin s'exprime sur le "paquet ferroviaire" européen

23 Novembre 2011, 17:59pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

 

Communiqué de presse de Marie-Christine Vergiat - Députée européenne Front de gauche

Libéralisation du rail : ils s’acharnent

Avec ce quatrième paquet ferroviaire adopté, le Parlement européen poursuit la mise sur les rails de la libéralisation et de la privatisation du secteur ferroviaire. Au menu, la séparation des entreprises entre "gestionnaires de réseaux" et "opérateurs de transport", le renforcement de la compétitivité et l’harmonisation des régimes sociaux.

Ce nouveau paquet répond d’une bien triste manière à de nombreux défis :

- la sécurité en suivant la voie de la privatisation forcenée du chemin de fer par Mme Thatcher qui a entraînée de multiples accidents ferroviaires au Royaume-Uni ;

- l’environnement en condamnant l’avenir du FRET et de nombreuses petites lignes sur l’autel d’une libéralisation synonyme de rentabilité à tout prix ;

- la mobilité en ouvrant la porte aux augmentations tarifaires que ne manqueront pas d’engendrer l’entrée dans la sacro-sainte concurrence libre et non faussée ;

- l’égalité sociale avec la mise en cause des régimes sociaux des "opérateurs historiques".

Les syndicalistes ont eu beau pointer du doigt les conséquences désastreuses de ce choix éminemment politique. Rien n’y fait.

A gauche, seule la GUE/NGL a voté contre ce texte. La quasi-totalité des socialistes européens (à trois exceptions près) ont approuvé ce nouveau pas vers la casse des services publics ferroviaires. Et les Verts français se sont courageusement abstenus.

Crise économique ou pas, la régulation par le marché garde ses adeptes et on continue de jeter les entreprises publiques dans la jungle de la "concurrence libre et non faussée".

Pour ma part, je préfère continuer le combat en faveur d’un transport ferroviaire de qualité, respectueux de l’environnement, capable d’assurer la sécurité et de garantir l’accessibilité tarifaire et territoriale pour toutes et tous. Cela passe par la défense du service public ferroviaire.

 

 

Voir les commentaires

Une lettre à François Fillon écrite de la main gauche

23 Novembre 2011, 10:03am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

une-lettre-a-francois-fillon-ecrite-de-1442932.jpgUne lettre à

François Fillon

écrite de la main gauche

Autour d'Alain Bocquet, les parlementaires communistes et Front de gauche qui ont écrit au Premier ministre.

PH. PIERRE LE MASSON

Les sept parlementaires communistes et Parti de gauche de la région viennent d'écrire à François Fillon. ...

Au-delà d'une demande de rendez-vous au Premier ministre, ils plaident pour une autre politique. Pour expliquer la démarche, Alain Bocquet emprunte une image au rugby : « Nous sommes un pack de défense et d'attaque pour le Nord - Pas-de-Calais. » Le député-maire de Saint-Amand s'indigne du poids des marchés financiers sur les décisions des gouvernements et la vie des citoyens.

Sa conclusion : « Les Nordistes ont eu raison de dire "non" à Maastricht et au traité de Lisbonne. » En trois feuillets, les parlementaires dressent un réquisitoire et évoquent leurs combats récents au Palais Bourbon comme au Sénat avec une double mission, « s'opposer et proposer ». « La demande de remboursement faite à des victimes de l'amiante, c'est un scandale dans le scandale, l'amiante c'est 3 000 morts par an »,s'indigne Michelle Demessine.

Marc Dolez part de son côté en croisade contre la hausse de la TVA « qui va frapper davantage les plus modestes » et l'allongement du délai de carence en cas d'arrêt maladie. À propos du budget de la Sécu, Dominique Watrin proteste contre les mesures qui vont accroître les inégalités de santé dans une région lanterne rouge sur ce chapitre.

Autre logique

L'euro-député Jacky Hénin considère que « le Nord - Pas-de-Calais ne bénéficie pas d'un juste retour des choses en investissements publics ». Jean-Jacques Candelier défend une politique alternative qui taxerait notamment les flux financiers, s'appuierait sur un pôle bancaire public important et favoriserait une relance économique. Pour l'heure, il craint un troisième plan de rigueur et une asphyxie des collectivités locales.

L'autre logique, c'est le créneau du sénateur Éric Bocquet très sceptique face aux gouvernements d'experts et de techniciens. Il rappelle que les banques françaises ont réalisé 11 milliards d'euros de bénéfices au premier semestre. Le mot de la fin revient à Alain Bocquet : « L'austérité, ce n'est pas la solution, c'est le problème. »

LA VOIX DU NORD 21.11.2011

 

Voir les commentaires

Affaire Samsonite : le PCF se félicite de la saisie de la justice américaine

20 Novembre 2011, 11:14am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

PCF-11eme-0057.jpgAffaire Samsonite:

le PCF se félicite de la saisie de la justice américaine

La Fédération du Pas-de-Calais et la section d'Hénin-Beaumont du PCF se félicitent que le dossier des ex-Samsonite soit désormais entre les mains de la justice américaine.

 Au-delà du drame humain vécu par les familles plongées dans le chômage, la liquidation de l'entreprise Energy Plast, en février 2007, entraînant 205 licenciements, avait été un coup très dur pour le territoire d'Hénin-Beaumont et dès le départ, les élus communistes du territoire et les militants communistes locaux avaient apporté leur soutien matériel et moral aux salariés de Samsonite, des salariés en colère d'avoir été sacrifiés sur l'autel de la rentabilité financière par Samsonite.

Les ex-salariés de Samsonite n'ont jamais cessé de le dire : la cession en 2005 du site héninois du bagagiste américain à une société de fabrication de panneaux solaires rapidement mise en faillite de façon délibérée par de véritables patrons-voyous était une manière pour Samsonite de licencier sans indemnités plus de 200 salariés sans que cela affecte son image sur les marchés.

La justice française a déjà par trois fois donné raison aux ex-Samsonite et il faut saluer le combat exemplaire de leur avocat, Fiodor Rilov et la détermination des ex-salariés qui sont restés solidaires malgré les pressions.

Le bagagiste américain a été condamné par le conseil des Prud'hommes de Lens à verser des indemnités de licenciement aux salariés jetés sur le carreau et le jugement est définitif. Le Tribunal de Grande Instance de Béthune a annulé la cession frauduleuse de l'entreprise héninoise à ses pseudos-repreneurs, des repreneurs qui ont été condamnés à de la prison ferme par le Tribunal Correctionnel de Paris qui les a jugés coupables d'avoir organisé la faillite de l'entreprise en détournant 2,5 millions d'euros.

Les actionnaires américains du fonds d'investissement propriétaire de Samsonite, eux, courent toujours, alors que c'est leur rapacité qui est à l'origine de ce licenciement boursier déguisé. La vente du groupe Samsonite, amputé de son site héninois, à un fonds d'investissement européen a en effet rapporté 1,8 milliard de dollars aux actionnaires de l'époque de Samsonite, le fonds Bain Capital.

L'action engagée par les ex-Samsonite devant le tribunal de Boston contre ces actionnaires rapaces doit permettre de faire éclater la vérité et de mettre enfin les actionnaires devant leurs responsabilités.

Le PCF apporte son soutien aux ex-salariés de Samsonite dans leur combat pour la justice et la vérité qui met en lumière la réalité du capitalisme financier.

Le PCF appelle par ailleurs, comme Jean HAJA, maire de Rouvroy et conseiller régional, l'a

proposé lors de l'Assemblée Générale des ex-Samsonite, les collectivités locales
concernées à soutenir financièrement l'action en justice des ex-Samsonite. Le PCF d'Hénin-
Beaumont déposera une demande au conseil municipal dans ce sens.

pcf-62.pngHervé POLY Secrétaire de la Fédération du Pas-de-Calais du PCF

David NOËL Secrétaire de la section d'Hénin-Beaumont du PCF, Membre du Secrétariat Fédéral du PCF 62

Voir les commentaires

Hervé Poly, 1er secrétaire du PCF 62 : De la nécessité de « rompre avec le capitalisme ! »

19 Novembre 2011, 10:53am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Hervé Poly, 1er secrétaire du PCF 62 : De la nécessité de « rompre avec le capitalisme ! »

H-POLY.JPGPour Hervé Poly, 1er secrétaire du PCF 62, la rupture avec le capitalisme et les logiques d’austérité, s’appuiera nécessairement sur un large mouvement social dont il espère bien voir la préfiguration ce samedi 26 novembre à Lens et Lille. Rencontre.

Liberté : Comment est née l’idée de manifester ce 26 novembre ?

Hervé Poly : Il s’agit d’une volonté commune des deux fédérations du Nord et du Pas-de-Calais du PCF, pour réaffirmer notre hostilité aux politiques d’austérité, pour dire aussi que la crise n’est pas tombée du ciel. Nous sommes bien, ici, dans une crise systémique de surproduction du capitalisme qui a débuté, à l’échelle internationale, au début des années 1970. Les solutions libérales ont entraîné un assèchement du pouvoir d’achat des familles, donc moins de débouchés pour les entreprises. C’est le cercle vicieux. Outre le fait que les Etats soient obligés de s’approvisionner sur les marchés financiers, l’accroissement de la dette participe de cette logique. Elle n’est pas une cause de la crise mais bien une conséquence de sa gestion libérale. Il s’agit ainsi pour nous de faire entendre un autre son de cloche que celui délivré par la Pensée unique qui nous laisse le choix entre se serrer la ceinture et se… serrer la ceinture.

Pourquoi deux rassemblements ?

Au départ nous étions partis sur l’idée d’une manifestation régionale à Lille, mais il me semblait important de manifester aussi à Lens, un peu dans la continuité de notre défilé de décembre 2008, en ouvrant cette initiative à ceux qui veulent vraiment changer la société. La CNL, le MRAP, le PRCF, des syndicats ont répondu à notre appel. Nous sommes en attente des réponses du NPA et de LO. Si notre manifestation est couronnée de succès, pourquoi ne pas renouveler l’expérience en janvier 2012, dans la mesure où les plans d’austérité sont appelés à se succéder ? Aujourd’hui, les gens ont besoin de s’exprimer dans la rue. Ce sera aussi le cas demain après les échéances électorales de 2012 quel que soit le gouvernement en place. Celles-ci sont des moments importants de notre vie « démocratique » mais il faut voir au-delà. Pour nous, il est nécessaire de rompre avec la culture du fatalisme et du renoncement en rappelant que c’est par la lutte et la grève qu’ont été arrachées les conquêtes sociales.

Qu’entendez-vous par là ?

En 2012, nous ne pourrons pas nous contenter d’une gauche qui gagne, il nous faudra surtout une gauche qui réussit. Il nous faudra donner au PS quelques éclairages et manifester nos désaccords. Pas question de faire les erreurs d’hier, de redevenir les godillots d’une gauche plurielle  devenue « plus rien ». Je ne mets pas pour autant dans le même sac Sarkozy et Hollande. Qu’on le veuille ou non, ce dernier va porter une forme d’espoir populaire. Mais je ne me fais aucune illusion sur le PS. En Espagne ou en Grèce, la social-démocratie applique les directives du FMI ou de la Commission européenne. Nous ne sommes pas là pour créer des illusions, mais bien pour ouvrir des perspectives avec un maximum de députés communistes, je dis bien… communistes, le reste m’importe peu. Aussi quand on lit le programme de François Hollande, on ne peut envisager de participation de ministres communistes au gouvernement, mais plutôt la mise en place d’un nouveau Front populaire avec un soutien sans participation, et des appels à la lutte et la grève, j’insiste car c’est la seule issue. Le PCF doit marcher sur ses deux jambes, revenir à ses racines thoréziennes. Aujourd’hui, dans le cadre sclérosant du Front de Gauche, il n’en prend pas le chemin, car le Front de Gauche n’est porteur, à mon sens, que d’une stratégie électorale.

Quelles solutions préconisez-vous alors ?

Ces dix prochaines années, se posera la question de la sortie du capitalisme. Concrètement, cela nécessitera de s’affranchir des traités européens dont celui de Lisbonne et d’abroger prioritairement son fameux article 123 qui impose la dictature des marchés en interdisant aux Etats d’emprunter auprès des banques centrales. Il nous faudra répondre aux besoins humains, augmenter en priorité les salaires et les retraites et ainsi s’engager dans le processus du socialisme d’appropriation collective des grands moyens de production et d’échanges, des banques, imposer des services publics de l’énergie et de l’eau. Et si l’Union européenne n’est pas d’accord avec ces orientations, alors qu’elle nous mette dehors, sachant que sans la France, l’Europe n’a pas d’avenir…

Propos recueillis par Jacques KMIECIAK Liberté-


Voir les commentaires

L'Humanité dimanche : les responsables politiques doivent s'opposer aux marchés

18 Novembre 2011, 16:36pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Dans l'Humanité-Dimanche de cette semaine :

2011-11-17une-hd.jpgSondage : les responsables politiques doivent s'opposer aux marchés

Sous la pression des marchés, les peuples européens vivent une régression sociale doublée d'un recul sans précédent de la démocratie. Pour faire avaler cette pilule aux peuples, les capitalistes et leurs valets en Europe et dans chaque Etat développent une campagne idéologique visant à faire accepter l'austérité partout pour que le "politiquement impossible devienne le politiquement inévitable", comme l'écrivait le pape du néolibéralisme Milton Friedman. Pourtant, notre sondage montre que les marchés n'ont pas encore gagné. Malgré le matraquage médiatique, 62% des Français souhaitent "que les responsables politiques s'opposent plus aux marchés financiers." Ils sont même 37% à estimer que ces mêmes responsables politiques "prennent trop en compte les marchés financiers."

  • A lire dans ce dossier spécial :

- Qui peut s'opposer au marché? Aucun politique ne décroche la majorité. Problème!

- Mélenchon, Hollande, Sarkozy, le Pen: qui croit en leur capacité d'action?

- "Toujours les uns contre les autres et jamais les uns avec les autres", entretien avec Didier Dreyfus, médecin et cosignataire de l'Appel des appels

  • A lire aussi dans l'Humanité dimanche :

- Monde : reportage avec les Grecs en état de survie

- Social : Un bon intérimaire est un intérmaire silencieux!

- Société : Lâchées par le pouvoir, les communes seules devant l'urgence

- Culture : L'Ordre et la morale, la Nouvelle Calédonie retrouve la mémoire

- Exposition : En Gaulle, on avait du style

Voir les commentaires

Région 59/62 : Région sinistrée !

18 Novembre 2011, 16:24pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Chiffres-terribles-region-PT.jpg

Données INSEE (quatrième trimestre 2010) :

Taux de chômage 12,8 %, contre 9,3 % en métropole.

Population au RSA était de 11,2 %, contre 6,2 % à l'échelle nationale.

Bénéficiaires de la CMUC étaient 9,6 %, contre 5,7 % en France.

Taux de pauvreté en 2008 : 17,7 % dans la région, contre 13 % dans l'Hexagone

(24,7 % chez les moins de 30 ans, contre 18,8 % en France).

Sources : Secours Catholique (Voix du Nord du 10 novembre 2011)

Voir les commentaires

Liberté pour les prisonniers politiques palestiniens

18 Novembre 2011, 15:56pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

 

Voir les commentaires

Faurecia : la vigilance est de mise pour les élus communistes

18 Novembre 2011, 10:51am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

L-album-des-Faur-ciaP0873.jpgFaurecia :

la vigilance est de mise

pour les élus communistes

Rendez-vous instructif que celui proposé, deux fois par an, par les conseillers régionaux PCF du Pas-de-Calais aux syndicalistes des grandes entreprises du secteur. Le 10 novembre, ce fut donc l’opportunité de faire le point sur la dernière séance plénière du conseil régional consacrée à la conjoncture de l’industrie automobile, dont il ont rendu compte au président du SAZIRAL, René Hocq. Elle leur laisse un goût d’inachevé : le tableau aurait été complet si le tour de table avait également associé les équipementiers automobiles. D'autant que, interpellé sur le dossier Faurecia par Bertrand Péricaud, président de la Commmission économique, le président de Faurecia International Industrie lui a adressé, il y a peu, un courrier dans lequel il se dit prêt à rencontrer les élus de la Région... Cette remarque n'est pas « tombée dans l’oreille d’un sourd », comme on dit par chez nous, et on peut compter sur Bertrand Péricaud pour ne pas se priver d'en user autant qu'il le faudra auprès de l'industriel et du Président de Région, Daniel Percheron.

Comme le martèle l'élu du Pas-de-Calais, qui avait rencontré les salariés d'Auchel voici un mois à l'initiative de René Hocq, un nouveau tour de table pourrait apporter un peu de visibilité  « dans une industrie régie par le culte du secret, la conséquence étant que les élus ne savent rien de ce qui se trame, se bornant à donner de l’argent et c’est tout » ! Et de citer le cas de MCA Maubeuge « à qui on a réussi à faire rendre gorge car l’entreprise avait reçu des subventions de la Région pour créer 800 emplois qui n’ont jamais vu le jour. Ils ont donc dû rembourser 800 000 € ». Ce culte du secret fait donc bondir les élus à propos du dossier Faurecia : « Ils ne peuvent pas le dire officiellement, mais ils travaillent à ce que, dans la région, il n’y ait plus qu’un seul site de production ! Il faut absolument que, là-dessus, on soit informé de leurs choix stratégiques qui sont également des choix de profitabilité », a déclaré l'élu régional, en rappelant que des interventions seraient faites en concertation avec les salariés du site d'Auchel. Il est question d'une adresse à l'intention du Président de la République et de la mise en place d'un Comité de vigilance. Affaire à suivre...

Voir les commentaires

14-18 : Hommage aux mutins et fusillés « pour l'exemple »

10 Novembre 2011, 16:16pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

14-18 : Hommage aux mutins et fusillés

« pour l'exemple »

775608789.JPG

Les mutineries de la Première guerre mondiale, avec ses révoltes, ses refus d'obéissance et ses actes d'indiscipline, restent encore mal connues.

Pourtant, de la fin avril à la fin de l'été 1917, les soldats d'une centaine d'unités, représentant plusieurs dizaines de milliers d'hommes, ont refusé de continuer la guerre et d'aller aux tranchées.

Ces mutineries ont été massives. Dans certaines unités, elles concernaient jusqu'à 15% des soldats.

André Loez [1] conteste la version habituelle qui veut que ces soldats n'aient pas été politisés. Selon lui, l'étude des discours, des chants, des symboles déployés révèle une réalité plus complexe.

Il existait tout un dégradé de positions politiques allant de l'indifférence au militantisme d'extrême-gauche et, dans la moitié des cas, les mutins ont arboré un drapeau rouge et ont chanté L'Internationale.

Les mutineries de 1917 sont également à replacer dans le contexte de la révolution russe - dont les échos parvenaient jusqu'aux tranchées - ainsi que des grèves ouvrières massives qui se produisaient à l'arrière. 

On sait que nombre de ces mutineries ont été durement réprimées, notamment par Pétain. Des soldats ont été fusillés et ces victimes s'ajoutent aux 554 soldats envoyés au poteau d'exécution, simplement «pour l'exemple».

Jusqu'à aujourd'hui, les autorités de la République n'ont toujours pas reconnu que les fusillés «pour l'exemple» l'avaient été après une condamnation expéditive de la justice militaire.

Plusieurs organisations réclament - à juste titre - leur réhabilitation. Toutefois, est-ce bien de réhabilitation dont il devrait être question ?

Comme il l'a fait pour d'autres de ses victimes, l'Etat français ne devrait-il pas solennellement se déclarer responsable et présenter symboliquement ses excuses aux familles de tous ces hommes - fusillés pour mutinerie ou pour l'exemple - injustement sacrifiés ?

Lénine écrivait à l'époque : « Nous ne sommes pas, en général, contre la défense de la patrie, mais contre l'idéalisation, par ce mot d'ordre mensonger, de la guerre impérialiste actuelle ».

Tous les Etats capitalistes européens portaient une part de responsabilité dans ce conflit généré pour l'essentiel par leurs ambitions coloniales. « Cette guerre n'est pas notre guerre », déclareront avec raison les délégués français et allemands de Zimmerwald. [2]

JPD http://lepetitblanquiste.hautetfort.com/

[1] André Loez, 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Folio Histoire.

[2] Du 5 au 8 septembre 1915, dans le village suisse de Zimmerwald, se sont réunis des syndicalistes et des socialistes européens hostiles à l'Union sacrée. Parmi les documents adoptés figure une déclaration franco-allemande.

Voir les commentaires

1 2 > >>