Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

L'université d'été du PCF vue par "Plus belles les luttes"

30 Août 2011, 10:13am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

JOURNEE PECHE ENSOLEILLEE POUR LES COMMUNISTES D'ARRAS-SUD

30 Août 2011, 08:54am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Comme chaque année, le trophée Marcel Roger marque la rentrée politique des communistes d'Arras-Sud.

P8270039.JPG  P8270061

 

 

 

 

 

 

 

 

Organisée par la cellule Duquesnoy-Lambert, la journée pêche s'est déroulée au bord de l'eau samedi matin au domaine des cascades sous le signe de la détente pour la quarantaine de convives et les 27 pêcheurs inscrits. Le trophée Marcel Roger a été décerné au meilleur pêcheur, le tout dans la bonne humeur et autour de quelques brochettes. 

P8270012.JPG  journee-peche-2011--4-.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec Jean Jacques Guillemant, secrétaire de la cellule et maire-adjoint de Beaurains, se sont retrouvés pour un échange de vues politique Claude Pierzchalski pour la cellule Maurice Wache (Achicourt), René Chevalier secrétaire de la section d'Arras et Hervé Poly secrétaire fédéral du PCF62. 

Cette belle journée de pêche à la truite s'est terminée vers 18h avec la forte intention de se retrouver à la fête de l'Huma le 17 septembre à la Courneuve. 

Voir les commentaires

La rocade minière bientôt privatisée ?

29 Août 2011, 09:46am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

La rocade minière bientôt privatisée ?

Le député-maire de Lens Guy Delcourt envisage la privatisation de tout ou partie de l’A 21 plus connue sous le nom de rocade minière. Coup de bluff pour faire pression sur l’Etat ? Ou véritable logique de « casse du service public » aux conséquences délétères tant pour les personnels que les usagers, comme le dénonce la CGT ?

« D’accord sur le constat, mais passur la solution ! ». La CGT est visiblement remontée contre la proposition de l’élu lensois de privatiser non seulement l’A 21 mais aussi l’A 211 (1). Le SYMAG (2) dont Guy Delcourt préside désormais les destinées s’est déjà, à maintes reprises, plaint auprès de l’Etat en charge de son entretien du délabrement de la rocade minière (3). Un revêtement défectueux à maints endroits. Des glissières centrales vétustes. Un goulot d’étranglement dangereux du côté d’Aix-Noulette qui nécessiterait le passage à une 2 X 2 voies… Les griefs sont légions. Pour lui, l’A 21 représente un « danger criminel » aux heures de pointe surtout quand ça bouchonne aux bretelles de sorties. D’autant plus que cette autoroute urbaine est très fréquentée ! A hauteur de Courcelles-les-Lens, « 28 400 véhicules l’empruntent par jour et par sens », selon Isabelle Lepla, secrétaire de l’Union fédérale CGT des Agents d’exploitation de la DIR Nord(4).

Rocade-au-pied-des-terrils-de-Loos-en-Gohelle-2.jpg

Opposition sur le fond et la forme

Aussi Guy Delcourt envisagerait-il volontiers que cette autoroute soit concédée à la SANEF (5). Une incongruité pour un élu qui se prétend de « gauche » ? Pas tant que ça pour Noël Moreau du Syndicat CGT des personnels techniques des réseaux et infrastructures (ex-DDE). Il rappelle que c’est « le socialiste Laurent Fabius qui a lancé en 2001 l’idée, pour financer les retraites (sic !), d’ouvrir le capital d’Autoroutes du Sud de la France au privé». Plus tard, Dominique de Villepin poursuivra la sale besogne. Si Noël Moreau partage, bien entendu, l’avis de Guy Delcourt sur l’insuffisance des investissements d’Etat, il déplore ses conclusions… Tout comme Jean-Marc Dauchet. « Le maire de Lens ferait mieux de combattre à nos côtés pour exiger plus de crédits», s’emporte ce militant CGT de la DIR Nord. Evidemment, son syndicat a immédiatement réagi à cette provocation. Isabelle Lepla a ainsi interpellé Guy Delcourt par courrier en lui signifiant son désaccord. Une opposition autant de principe idéologique à une nouvelle « casse des Services publics » que de formes ! Pour elle, « le procédé s’est montré inefficace. Les privatisations entraînent une dégradation des services rendus. Cet hiver, on a pu observer que les réseaux concédés n’étaient pas mieux déneigés que les réseaux sous exploitation de l’Etat, et ce malgré les insuffisances constatées à la DIR ». Des craintes concernant le statut futur des personnels à terme forcément « privatisés » eux aussi et la dégradation de leurs conditions de travail se font également jour.

Etude en cours…

Selon Guy Delcourt qui recevra bientôt ses représentants, la SANEF aurait déjà« accepté l’idée d’intégrer la rocade minière dans son réseau. J’ai été agréablement surpris». Elle se serait par ailleurs engagée à ce que «le parcours soit gratuit pour les usagers». La SANEF pourrait ainsi répercuter« cette gestion sur les prix pratiqués sur des portions déjà payantes ». Sur l’A1, au péage de Fresnes-les-Montauban par exemple ? Le « hic », c’est que le droit interdit désormais, au nom du principe d’équité, cette pratique dite de l’adossement. Et que ses promoteurs encourent donc des sanctions… SANEF ou non d’ailleurs puisque s’il y a concession, il y aura obligatoirement appel d’offres.

Des vaches à lait ?

De toutes les façons, « une fois la concession acquise, qui pourra empêcher un groupe privé de mettre un péage sur l’A 21 ? » s’interroge Noël Moreau. Qu’ils soient usagers de l’A 1 ou directement de la rocade minière, « les automobilistes seront encore considérés comme des vaches à lait à l’heure où les actionnaires s’en mettront plein les poches», maugrée Grégory Glorian. Le secrétaire général de l’UD CGT du Pas-de-Calais promet une réaction collective d’envergure : « Nousallons prendre contact avec les associations d’automobilistes et sensibiliser les utilisateurs de la rocade qui sont aussi des électeurs.» Bien conscient de la levée de boucliers que sa position est en passe de susciter, Guy Delcourt a promis de recevoir la CGT…

En lien avec le Louvre

A condition que l’Etat en accepte le principe, la privatisation pourrait être effective « pour fin 2012, début 2013 », selon le maire de Lens.Elle coïnciderait alors avec l’ouverture du Louvre-Lens. Une« plate-forme du tourisme international » susceptible d’engendrer une augmentation du trafic… Aussi, afin d’offrir aux touristes des conditions d’accès dignes de ce nom, Guy Delcourt semble bien décidé à faire pression sur l’Etat par tous les moyens. Au risque de se mettre à dos une grande partie des salariés et de la population ? Et de vendre son âme aux capitalistes ?

Liberté-Jacques KMIECIAK

  1. L’A 21 courre d’ Aix-Noulette à Douchy-les-Mines. Elle relie donc l’A 26 à l’ A 2. Quant à l’A211, elle contourne Lens par le Sud-Est jusqu’à Avion, sur le tracé d’un ancien canal.

  2. Le Syndicat mixte des Autoroutes Artois-Gohelle regroupe les communautés d’agglomération et de Lens-Liévin et d’Hénin-Carvin. Il a succédé en 2002 au Syndicat intercommunal pour la Réalisation de la Rocade minière imaginé à sa création dans les années 1970. Le SYMAG finance notamment « des travaux d’éclairage ou de pose de murs antibruit sur l’A 21 », souligne José Gulino, directeur général des Services à la Communauté d’agglomération Lens-Liévin.

  3. La partie de la Rocade minière (D 301) qui prolonge l’A 21, d’Aix-Noulette à Calonne-Ricouart sur 19 km, est gérée par le Conseil général.

  4. En 2006, la Direction interdépartementale Routes(DIR) Nord s’est substituée à sept Directions départementales de l’Equipement (Aisne, Ardennes, Marne, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Somme) pour l’entretien des routes nationales et autoroutes non concédées.

  5. En décembre 2005, l’Etat, actionnaire majoritaire, décidait de céder ses parts au privé et notamment à un consortium conduit par Abertis, un groupe espagnol aujourd’hui majoritaire. La privatisation sera effective en février 2006.

Des travaux dès octobre ?

Du côté de la DIR Nord dont le budget a baissé de 25 % entre 2010 et 2011, on annonce des travaux de réfection de chaussée entre Liévin et Aix-Noulette à hauteur de 4 millions d’euros à partir d’octobre prochain…« L’enrobé amianté sera retiré mais pas remplacé. Il s’agit d’une priorité pour la santé des travailleurs», souligne Isabelle Lepla. Et cette dernière de faire remarquer qu’entre Aix-Noulette et Lens, une section de 7 km est constituée de dalles de béton désormais obsolètes. Il est prévu de procéder à leur fracturation et à la pose de nouvelles couches d’enrobés dans les… cinq prochaines années. Coût des travaux ? 10 millions d’euros !

Voir les commentaires

LE PLAN FILLON POUR REDRESSER LES COMPTES PUBLICS N'INQUIETE PAS MES RICHES

27 Août 2011, 12:32pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

11-08-24-fillon.jpg

Retrouvez les dessins de PLACIDE sur

www.leplacide.com/

Voir les commentaires

Barbecue fédéral : le PCF réuni à Sallaumines pour une soirée-brochettes militante

27 Août 2011, 12:16pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Barbecue-fede-Sallaumines-25-08-11--6--reduit.JPGBarbecue fédéral :

le PCF réuni à Sallaumines

pour une soirée-brochettes militante


La Fédération communiste du Pas-de-Calais organisait jeudi soir son traditionnel barbecue fédéral au parc Deleury, à Sallaumines, une initiative précédée par un dépôt de pétitions contre la vie chère en sous-préfecture de Lens par Hervé Poly, premier secrétaire de la Fédération.

Les militants communistes, dont de nombreux élus, se sont donc retrouvés, jeudi soir, autour du barbecue tenu par nos camarades Jean-Luc et Maurice pour se raconter leurs vacances ou les derniers développements de la politique locale dans leur commune.

Parmi les élus présents se trouvaient notamment Christian Pedowski, maire de Sallaumines, Christian Champiré, maire de Grenay, Bernard Staszewski, maire d'Evin-Malmaison, Cathy Poly, conseillère régionale, Bertrand Péricaud, conseiller régional, Dominique Watrin, vice-président du conseil général et de nombreux adjoints au maire et conseillers municipaux. A signaler également la présence de nombreux jeunes militants, cartés ou non à la JC, avecSimon Poudroux, secrétaire fédéral de la JC et Manuel Tourbez, secrétaire de la section de Carvin dont le festival de la résistance a été un vif succès.

De retour de la sous-préfecture, Hervé Poly a prononcé un discours combatif dans lequel il a longuement parlé de la crise de la dette et de la cure d'austérité qu'on nous prépare, à coup de propagande gouvernementale, alors que la France est un pays riche. Les richesses, il faut les prendre dans les poches des capitalistes, pas dans celles des salariés et des chômeurs !

Hervé Poly est donc revenu sur le succès de notre campagne contre la vie chère, qui se poursuit avec des collectes de pétitions jusqu'à la Fête de l'Humanité, mais également sur la campagne des sénatoriales avec plusieurs réunions publiques prévues autour de Dominique Watrin. Le premier secrétaire fédéral a également annoncé des initiatives en défense de l'hôpital public, de l'école et de l'industrie automobile et la préparation d'une manifestation départementale, cet automne.

A l'issue du discours d'Hervé Poly, la parole a été donnée àNorbert Gilmezqui a remercié les camarades du PCF et le journal Liberté pour leurs soutien dans son combat pour faire reconnaître les droits des mineurs licenciés après les grèves de 1948 et qui n'ont jamais été amnistiés. Alors que l'Etat va devant la cour de cassation, Norbert Gilmez et les mineurs survivants qui ont subi un terrible préjudice du fait de leur licenciement pour fait de grève doivent continuer d'être soutenus. Une ovation a accompagné le discours de Norbert Gilmez qui a conservé toute son énergie malgré ses 90 ans.

Tout le monde s'est ensuite attablé autour des brochettes et des merguez et les discussions ont été animées jusque vers 20h30, au parc Deleury.

Oui, décidément, pour le PCF 62, l'heure de la rentrée politique a sonné !

Voir les commentaires

La CGT délivre un "triple zéro" à la politique du gouvernement

27 Août 2011, 11:11am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

La CGT délivre un "triple zéro" à la politique du gouvernement

thibaut.jpg

 

 

«Pour nous, la note, ce n'est pas un Triple A, c'est un Triple Zéro». Bernard Thibault, qui faisait ce vendredi sa rentrée devant la presse, a livré en ces termes l'évaluation faite par la CGT de la politique gouvernementale face à la crise.

Pour le secrétaire général de la première centrale syndicale française, qui doit être reçu lundi après midi par François Fillon, le paquet de mesures de «rigueur» annoncé mercredi «s'inscrit dans la droite ligne des réformes précédentes», telles celle des retraites ou la Révision générale des politiques publiques. Il rejoint les plans adoptés ailleurs en Europe, une Europe «plongée dans la pire des situations depuis plusieurs décennies avec plus de 23 millions de chômeurs», et où «la seule réponse des dirigeants repose sur l'adoption de mesures d'austérité, la pression sur les salaires, la réduction des services publics, de la sécurité sociale, des pensions, un durcissement des conditions de travail et de vie».

«Il ne peut y avoir de consensus sur de telles bases», a tranché le leader de la CGT, évoquant les mesures Fillon, qu'il s'agisse d'une taxation des plus riches relevant «uniquement de la symbolique politique», du maintien du dogme de la suppression d'emplois dans la fonction publique, de l'accès aux mutuelles santé rendu plus onéreux... «Il peut y avoir «front commun» pour s'attaquer aux marchés financiers, ajoute-t-il, mais certainement pas pour leur obéir et faire passer la pilule auprès des salariés». Quant à la «règle d'or» de l'équilibre budgétaire que Nicolas Sarkozy voudrait voir inscrite dans la Constitution, ce n'est rien d'autre qu'une «supercherie qui se transformerait en règle de plomb pour amplifier les réformes antisociales». Au demeurant, pour la CGT, qui récuse ainsi l'analyse de fond de la situation faite par le gouvernement, la crise ne trouve pas son origine dans un «dérapage des dépenses publiques», mais dans «l'effondrement des recettes». Il y aurait d'ailleurs, si on le voulait, «beaucoup de ressources supplémentaires à collecter» pour l'Etat, fait valoir Bernard Thibault. Une réforme «en profondeur» de la fiscalité, sur le revenu comme sur les sociétés, fait partie de la dizaine d' «exigences» portées par le syndicat en cette rentrée, et qui devraient être «autant d'axes de campagne dans les entreprises, les professions, les territoires».

Car, pour la CGT, la mobilisation des salariés est, bel et bien, d'ores et déjà à l'ordre du jour. «Le monde ne s'arrête pas de tourner parce qu'il y a des élections présidentielles dans 9 mois», «la situation appelle une intervention forte des salariés»  a noté le leader du syndicat. Avant d'indiquer que, «à l'unanimité», les responsables des fédérations professionnelles et des unions départementales, réunies jeudi en assemblée générale, se sont prononcés «pour que l'intersyndicale s'oriente sur l'organisation d'une journée de mobilisation interprofessionnelle au début octobre avec l'organisation de manifestations et la mise en débat de grèves décidées dans les entreprises avec les salariés». L'intersyndicale (CGT, CFDT, FSU, Unsa, Solidaires) doit se réunir le 1er septembre. Bernard Thibault estime qu'il y a «de fortes probabilités» pour que cette réunion débouche sur la décision d'une action commune. Il y a des «contacts réguliers», «les avis progressent», a-t-il noté.

Les 10 exigences pour la rentrée :
1. «Conditionner toute aide publique au respect de critères portant sur l'emploi, les politiques salariales des entreprises et donner des moyens d'intervention aux salariés sur le bienfondé et l'usage de ces aides».
2. «Supprimer les exonérations fiscales et sociales sur les heures suppoémentaires». 
3. «Agir sur les salaires dans le privé et dans le public. Nous revendiquons l'iouverture immédiate des négociations annuelles obligatoires par anticipation au titre de 2012».
4. «Développer les politiques publiques et notamment donner les moyens indispensables aux politiques d'éducation, de santé, de recherche.»
5. «Stopper les suppressions d'emplois, voire créer de nouveaux postes dans la fonction publique et les services publics».
6. «Contraindre les entreprises à examiner sérieusement toutes les alternatives aux licenciements en élargissant les pouvoirs d'intervention des salariés et de leurs représentants dans leur entreprise, leur groupe, voir leur filière d'activité».
7. «Réformer la fiscalité en profondeur. Améliorer la progressivité de l'impôt sur le revenu, créer de nouvelles tranches pour les hauts revenus. Augmenter l'Isf. Supprimer les niches fiscales inutiles. Taxer et/ou soumettre à cotisation tous les revenus sans distinction (...). Transformer l'impôt sur les sociétés. Il pourrait augmenter pour les entreprises qui utilisent leurs bénéfices pour capitaliser ou verser de gros dividendes et baisser pour les entreprises qui embauchent, augmentent les salaires, investissent dans l'outil de travail, la recherche, la préservation de l'environnement...»
8. «Créer un pôle financier pubvlic et établir un mécanisme de crédits à taux réduits pour favoriser l'investissement productif».
9. «Au plan européen et international, taxer les  mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux».
10. «Mettre en place un fonds européen de solidarité sociale et de développement économique».

Yves Housson (L'Humanité)

Voir les commentaires

Les immigrés, héros d’une bande dessinée

27 Août 2011, 10:57am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Les immigrés, héros d’une bande dessinée


les_migrants_web.jpg

Éditée par une association, les Migrants racontent des histoires ordinaires d’immigration, présentées ensuite dans les écoles. Une belle initiative pour valoriser les origines.

« Utiliser les mémoires des uns pour faire grandir les autres. » C’est le pari de l’association Paroles d’hommes et de femmes qui raconte en bande dessinée des destins d’immigrés (1). Ce sont des histoires comme il en existe tant en France. Des figures ordinaires devenus héros le temps d’une bulle.

Après un premier tome consacré à la Picardie, celui-ci s’attache à suivre des « parcours franciliens ». Six destins d’hommes et de femmes venus de tous les continents. Ces histoires représentent un an de travail. Six mois pour recueillir les récits, autant pour les dessins. « On travaille avec les témoins depuis longtemps, raconte Florence Brethes, l’un des deux écrivains publics chargés d’écrire ces biographies. Notre parti pris est de rester dans le récit à la première personne, ce sont leurs mots à eux. »

Le texte est ensuite soumis à deux bédéistes. « Ce n’est pas une bande dessinée classique, explique Kiel, dessinateur. Chaque histoire compte huit planches dans lesquelles il faut incorporer le texte, c’est un compromis difficile, mais le texte est notre priorité. » Le résultat est une BD assez bavarde : pas de bulles ici, mais un récit à la première personne qui entoure le dessin.

"On donne un rôle éducatif aux migrants et on aide les jeunes à se construire en les valorisant"
Frédéric Praud

Auto-éditée par l’association, cette BD sert d’outil pédagogique pour aller à la rencontre des adolescents. Frédéric Praud, qui a créé l’association Parole d’hommes et de femmes en 2002, parcourt les collèges et lycées pour y faire témoigner des migrants et réagir les élèves. « On donne un rôle éducatif aux migrants et on aide les jeunes à se construire en les valorisant », explique-t-il.

Les témoins confirment. Gongo-Soumboulou Koné, soixante-neuf ans, a accepté de raconter sa vie tout en gardant son « jardin secret », dit-il avec malice. Pour ce « militant » – comme il se définit –, témoigner est un prolongement de son engagement en faveur des déplacements humains. « On ne peut ni stopper ni juguler l’immigration, plaide ce Sénégalais arrivé en France en 1963. Les hirondelles sont africaines, mais, en été, traversent les frontières pour venir chercher à manger en Europe. Tout être vivant bouge, il n’y a que les objets pour rester toujours à la même place. »

Pour le premier tome, l’association est intervenue dans 110 établissements scolaires et a vendu 2 000 bandes dessinées. Ce deuxième tome sort à 4 000 exemplaires.

 

(1) Les Migrants, parcours franciliens par F. Praud, F. Brethes, H. Horsali et Kiel, 51 pages, 21 euros.
En vente sur le site de l’association :

www.parolesdhommesetdefemmes.fr

Marie Barbier (l'Humanité)

Voir les commentaires

L'agence de notation Standard & Poor's envahie !

25 Août 2011, 16:43pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

L'agence de notation Standard & Poor's envahie !

standard__poors_024_1.jpg

Au lendemain des annonces gouvernementales présentant un nouveau plan d'austérité pour satisfaire les marchés financiers, des militants communistes ont envahi les bureaux parisiens de l'agence de notation Standard & Poor's pour dénoncer ce coup de force contre la démocratie.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, et Brigitte Gonthier-Maurin, sénatrice des Hauts-de-seine, participaient à cette action coup de poing.

Voir les commentaires

Fillon/Crise : « Un plan d'austérité aux allures de Charity-Business »

25 Août 2011, 16:35pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Fillon/Crise : « Un plan d'austérité aux allures de Charity-Business »

En pleine débâcle, François Fillon a commencé par accorder à la politique gouvernementale un insupportable satisfecit.

Alors que des millions de jeunes souffrent du chômage et de la précarité, il se réjouit de la destruction de 130 000 emplois publics, des 15 milliards de réduction des dépenses publiques réalisée grâce à la RGPP, de l'asphyxie des collectivités territoriales.

Fier de son bilan calamiteux, le Premier ministre annonce un nouveau plan de super austérité de 11 milliards d'euros. Une fois encore, il ne cherche qu'à satisfaire les marchés financiers et sacrifie l'avenir du pays. Il annonce par avance l'échec de sa politique en programmant un nouveau recul des prévisions de croissance en 2011 comme en 2012 et reconnaît que les politiques menées ces trois dernières années ont fait exploser les déficits.

Le plan d'austérité annoncé va encore aggraver l'injustice sociale. Le seuil de tolérance de cette politique injuste et inefficace est largement dépassé.

Personne n'est abusé, la « contribution exceptionnelle des hauts revenus » n'est qu'un pare-feu – ne représentant que 200 millions d'euros de recettes prévues – une goutte d'eau sur les 11 milliards d'économies qui vont être infligés.

Ce geste a des allures de charity-business plutôt abject puisqu'en contrepartie, la Sécurité sociale et les droits sociaux sont en ligne de mire, avec dans un premier temps l'augmentation de la taxation des conventions d'assurance qui coûtera 1,2 milliard aux assurés. L'augmentation de la taxation sur le tabac, l'alcool, les sodas ou encore les déremboursements nouveaux envisagés vont d'abord pénaliser les revenus les plus modestes.

Aucune des mesures annoncées ne restaurera la croissance ni l'équilibre des comptes publics !

En plaidant à nouveau pour l'inscription de la règle d'or dans la Constitution de notre pays, François Fillon en appelle à se plier à la dictature des marchés .

La mobilisation est plus que jamais nécessaire pour imposer des mesures qui prennent radicalement le contre-pied de ce plan d'austérité, en favorisant le pouvoir d'achat par l'augmentation des salaires des Français, en taxant fortement la spéculation et les revenus du capital, en mettant réellement fin aux exonérations sociales et fiscales.

Notre seule règle d'or doit être l'humain d'abord, pas la finance !

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF, 24 août 2011


Voir les commentaires

Il y a 70 ans, le communiste Albert Bekaert fut le premier fusillé de la citadelle d'Arras

23 Août 2011, 16:31pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

il-y-a-soixante-dix-ans-albert-bekaert-1283844.jpgIl y a soixante-dix ans, Albert Bekaert fut le premier fusillé de la citadelle d'Arras

dimanche 21.08.2011, 05:02 - La Voix du Nord

Le 21 août 1941, Albert Bekaert, jeune Avionais de 22 ans, fut le premier fusillé à la citadelle d'Arras. Deux cent dix-sept autres subirent le même sort jusqu'en juillet 1944. Retour sur la vie de ce militant communiste mort pour avoir participé au sabotage d'une voie ferrée, entre Avion et Vimy, avant le passage d'un train de troupe.

 

PAR BENJAMIN DUBRULLE

Albert Bekaert est né à Verquin le 28 décembre 1919. Son père, prénommé Gentil, était manoeuvre et sa mère, Léontine, ménagère à Avion. Il a résidé à Avion où il était ouvrier du bâtiment au Génie civil de Lens. Membre du Parti communiste français clandestin, il participa, le 21 juillet 1941, à l'une des premières tentatives de sabotage ferroviaire dans la région durant la Seconde Guerre mondiale. Elle eut lieu au point kilométrique 205.850, sur la voie ferrée Lens-Arras.

Albert Bekaert et son camarade, Marcel Dandre, avaient placé une charge d'explosifs et s'étaient mis à l'abri. L'explosion se faisant attendre, Dandre alla voir. Il fut blessé mortellement par la déflagration. Bekaert partit prévenir les parents de son camarade qui avisèrent un médecin et informèrent la police.

Se sachant recherché, Albert Bekaert partit habiter chez sa soeur Léonie, à Liévin, où il fut arrêté. Au moment de son arrestation, il était vêtu d'un complet bleu marine, coiffé d'un béret basque et chaussé de souliers noirs à lacets.

Torturé par la Gestapo, il craqua et livra alors les noms des membres de son équipe (selon le témoignage de Roger Bucquet, cheminot, que recueillit le colonel Lhermitte), équipe formée de Jules Hapiot, Legrand, Kunda, Pletko et Filipec. Cet interrogatoire devait entraîner aussi les arrestations de Désiré Durut, Achille Thumerelle, André Willerval et Louis Maniez, tous membres du Parti communiste.

Albert Bekaert fut écroué à la prison d'Arras (Saint-Nicaise) où il fut enregistré sur le registre d'écrou allemand sous le numéro 617. Il comparut devant le tribunal de guerre d'Arras et fut condamné à mort le 1er août 1941. Des affiches furent placardées dans la ville pour annoncer cette terrible nouvelle.

Dans un récit, Madeleine Guillemant évoque les derniers moments d'Albert Bekaert. « Nous lui parlions tous les jours à l'heure de la toilette et il nous avait dit qu'il était condamné à mort. Nous lui disions qu'ils n'oseraient pas et qu'il partirait en Allemagne. Nous pensions alors que la guerre serait bientôt finie ! Et puis, ce mardi 21 août 1941, un gardien alsacien, Monsieur Ehret, est venu dans notre cellule pour nous dire qu'Albert Bekaert serait fusillé le soir même, dans la fosse de la citadelle, à 7 heures. Je ne puis m'en souvenir sans une profonde émotion. Nous avons entendu les balles qui éteignirent à jamais la voix qui nous parlait chaque matin. Ma mère, qui se trouvait deux cellules plus loin, tomba en syncope au bruit de la fusillade et fit une hémorragie. Sa vue en fut presque éteinte et c'est complètement aveugle qu'elle finit ses jours quelques années plus tard. »

Le 23 août, la maman d'Albert envoya un courrier au maréchal Pétain lui demandant la grâce pour son fils. À ce moment-là, elle ne savait pas qu'il avait été exécuté deux jours plus tôt.

Albert Bekaert avait écrit avant de mourir une lettre d'adieu à ses parents et à son parti : « Ce sont le capitaine de la brigade d'Arras, le commissaire d'Avion et sa bande de crapules qui sont responsables de ma mort, pour m'avoir arrêté et livré aux boches. Quand tous ceux-là seront supprimés, ma mort sera vengée et c'est là ma dernière volonté » Albert Bekaert repose dans le cimetière d'Avion et une plaque est apposée au Mur des fusillés. •

Source : « Les prisons d'Arras et les hommes » par Jean-Claude Fichaux. Les éditions Nord Avril, 19 euros.

Voir les commentaires

Vente solidaire du 18 août organisée par le PCF et le MODEF

23 Août 2011, 16:05pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Vente solidaire du 18 août organisée

par le PCF et le MODEF :

des fruits et légumes de qualité à la portée de tous

Jeudi matin dès 8 heures, sur la place de la Bastille à Paris, comme dans plusieurs communes de banlieue, c’était opération « Solidarité et vérité de prix » sur les fruits et légumes, organisée par le Modef. Le syndicat proche du Parti communiste a écoulé près de dix tonnes de fruits et de légumes frais, vendus directement aux consommateurs, comme il le fait traditionnellement depuis quinze ans, pour dénoncer les marges abusives réalisées par la grande distribution, selon le syndicat. « C’est une opération éclair et réussie », s’est félicité Raymond Girardi, président du Modef, qui voulait par cette action symbolique défendre le pouvoir d’achat des producteurs. A 10 h 45, il ne restait sur place qu’un tas de cagettes et de palettes vides, signe de l’engouement des Parisiens pour ce déballage estival de tomates, melons, nectarines, prunes, poires, salades et pommes de terre, acheminés depuis le Lot-et-Garonne.

Voir les commentaires

A Méricourt, on se mobilise pour les Roms

22 Août 2011, 17:40pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Mort de Jean Tabary

22 Août 2011, 16:25pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Mort de Jean Tabary

jean_tabary_web_0.jpg

Jean Tabary, le dessinateur d' Iznogoud, est décédé le 18 Août dernier en Charente-Maritime, à l’âge de 81 ans.

Il avait commencé à dessiner en 1956 dans Vaillant (qui deviendra plus tard Le journal de Pif), avec Richard et Charlie. Il avait poursuivi avec la série Totoche, chef d'une petite bande de charmants poulbots bellevillois prêt à toutes les blagues, notamment conte le pauvre policier impuissant à les attraper.

Voir les commentaires

Expression directe PCF - Front uni contre la vie chère

22 Août 2011, 16:15pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Israël: le PCF condamne le triple attentat d'Eilat et met en garde sur le risque d'escalade

22 Août 2011, 15:57pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

israel.jpgIsraël :

le PCF condamne le triple attentat d'Eilat

et met en garde sur le risque d'escalade

Le Parti communiste français condamne le triple attentat commis en Israël, près d'Eilat. Ces actes de terreur qui ont fait 8 victimes, essentiellement des civils, ne servent en rien la cause de la paix et de la justice pour le peuple palestinien.

Les autorités israéliennes ont ordonné une riposte militaire immédiate particulièrement meurtrière et annoncé des représailles de grande ampleur. Dans le contexte d'un vaste mouvement social, auquel B. Netanyahou ne sait pas comment répondre, une escalade de la violence offrirait une issue inespérée aux dirigeants israéliens. Elle les conforterait aussi dans leurs manœuvres pour s' opposer à la reconnaissance de l’État de Palestine à l'ONU.

19 août 2011

Il y a pourtant urgence à sortir de l'impasse dramatique qui domine au Proche-Orient. La France et l'Union européenne sont devant leur responsabilité.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>