Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

LA DERNIÈRE CHRONIQUE DE GERALD DAHAN SUR FRANCE INTER

31 Octobre 2010, 09:48am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS



LA DERNIÈRE CHRONIQUE DE GERALD DAHAN SUR FRANCE INTER
Après l'éviction de France Inter des humoristes Stéphane Guillon et Didier Porte, c'est au tour de Gérald Dahan. Décidément, le pouvoir actuel manque d'humour et ne supporte pas qu'on lui dise ses 4 vérités !

Voir les commentaires

IGNOBLE : MISE EN ACCUSATION DE STEPHANE HESSEL

31 Octobre 2010, 09:20am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

MISE EN ACCUSATION DE STEPHANE HESSEL,
ANCIEN DÉPORTÉ EN TANT QUE JUIF ET RÉSISTANT, L'UN DES RÉDACTEURS DE LA DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME, ANCIEN AMBASSADEUR DE FRANCE EN ISRAEL
Bordeaux, Mulhouse, Perpignan, Pontoise… : en ce mois d’octobre, des hommes et des femmes sont poursuivis pour « provocation publique à la discrimination » - y compris une sénatrice de la République, Alima Boumediene-Thiery. Ailleurs, d’autres sont convoqués par les préfectures et menacés de procès du même type. Un ancien commissaire de police prétend même poursuivre... Stéphane Hessel, grand résistant, co-rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et ambassadeur de France !Tous risqueraient jusqu’à 45 000 euros d’amende et trois ans de prison suivant la qualification des poursuites …


Bordeaux, Mulhouse, Perpignan, Pontoise… : en ce mois d’octobre, des hommes et des femmes sont poursuivis pour « provocation publique à la discrimination » - y compris une sénatrice de la République, Alima Boumediene-Thiery. Ailleurs, d’autres sont convoqués par les préfectures et menacés de procès du même type. Un ancien commissaire de police prétend même poursuivre... Stéphane Hessel, grand résistant, co-rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et ambassadeur de France !Tous risqueraient jusqu’à 45 000 euros d’amende et trois ans de prison suivant la qualification des poursuites …

Quel crime ont donc commis ces citoyens, connus et inconnus, pour mériter une accusation aussi infamante et encourir des peines aussi lourdes ? S’être dressés contre l’occupation et la colonisation de la Palestine par Israël, et notamment contre les « crimes de guerre » voire « contre l’Humanité » que le rapport Goldstone accuse son armée – et, dans une proportion nettement moindre, des groupes armés palestiniens - d’avoir perpétrés pendant la guerre de 2008-2009 contre la bande de Gaza. S’être révoltés contre l’impunité dont jouit un État qui viole pourtant ouvertement le droit international et les résolutions des Nations unies. Et avoir décidé de prendre leurs responsabilités en appelant eux-mêmes au boycott, au désinvestissement et aux sanctions contre cette politique condamnée par la grande majorité des opinions française, européenne et mondiale.

Pour présenter, contre toute évidence, cette action citoyenne comme raciste, il aura fallu que la ministre de la Justice s’abaisse à inventer, en février 2010, un « boycott des produits casher » qu’aucun dirigeant, aucun groupe, aucun militant du mouvement de solidarité pour une paix juste et durable au Proche-Orient n’a jamais prôné. Puis qu’elle exige des Parquets qu’ils poursuivent les militant-e-s pour « provocation publique à la discrimination ». Et celle qui diffame et menace ainsi des innocents appartient à un gouvernement qui, toute honte bue, non seulement stigmatise une communauté entière en raison de son origine ethnique, mais expulse illégalement de la « patrie des Droits de l’homme », sur cette base, des milliers de ressortissants d’Etats membres de l’Union européenne.

C’est pourquoi nous disons à Michèle Alliot-Marie : « Pas ça et pas vous ! ». Certains d’entre nous appellent au boycott de tous les produits israéliens ; d’autres « ciblent » les seuls produits des colonies israéliennes ; d’autres encore choisissent des formes d’action différentes. Mais nous sommes tous unis pour refuser catégoriquement que les militant-e-s de la campagne internationale Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) soient accusés et jugés pour « provocation publique à la discrimination » alors qu’au contraire ils combattent contre toute forme de discrimination, pour le droit de tous les peuples à l’autodétermination, pour l’application à tous les États du droit international et des sanctions prévues lorsqu’ils le bafouent. Tous ensemble, nous exigeons, à la fois au nom du droit international et des libertés : le retrait immédiat des directives envoyées par la ministre de la Justice et son administration aux Parquets et la relaxe immédiate de ces innocents. Honneur à celles et ceux qui font leur le combat pour la justice et la paix que les autorités françaises ont trahi.

Association France Palestine Solidarité, 10 octobre 2010.

Solidarité avec Stéphane Hessel, Alima Boumediene-Thiery et toutes les victimes de la répression. SIGNEZ la PETITION   http://www.collectifpaixjustepalestine.org/ lien
 

Voir les commentaires

MANIFESTATION CONTRE LA REFORME DES RETRAITES 28 OCTOBRE

29 Octobre 2010, 15:43pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

 

 

 

 

arras-3450.JPG

 

 

arras-3449.JPG

Voir les commentaires

Dernier recours pour Mumia Abu Jamal

29 Octobre 2010, 12:59pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Mumia-Abu-Jamal.jpgDernier recours pour Mumia Abu Jamal

Les défenseurs du journaliste noir en appellent à l’aide de l’opinion internationale à un moment où des menaces de mise en œuvre de son exécution deviennent de plus en plus précises.

 «Nous avons besoin de vous !» C’est un appel véritablement angoissé que nous avons entendu lundi soir au siège du PCF. Il est lancé depuis les États-Unis par maître Robert R. Bryan, l’avocat de Mumia Abu Jamal. Une liaison audiovisuelle avec le défenseur du journaliste noir avait été établie à l’occasion d’une rencontre avec le journaliste réalisateur Henry Chapier venu présenter son film-documentaire Un été américain. Ce dernier raconte l’improbable rencontre en été 1968 entre les étudiants, blancs dans leur immense majorité, de l’université californienne Berkeley et les jeunes Noirs du Black Panther Party, à Oakland.

Accusé sans preuves
 Le lien entre le combat pour sauver Mumia et les Panthères noires, où dès l’âge de quinze ans il militait à Philadelphie (Pennsylvanie) en tant que responsable à l’information, est aujourd’hui encore la raison de l’acharnement de ceux qui veulent sa mort : en particulier le procureur général (noir) de Pennsylvanie et le syndicat policier mafieux, l’Ordre fraternel de la police (FOP) qui bénéficie d’une redoutable tribune avec la chaîne de télévision d’extrême droite FoxNews.

Accusé sans preuves d’avoir abattu le policier William Faulkner dans la nuit du 8 au 9 décembre 1981, Mumia Abu Jamal a été condamné à mort par un jury blanc sous l’égide d’un juge ouvertement raciste en juillet 1982. Par deux fois, la solidarité internationale, notamment française, l’a sauvé d’une exécution imminente.

En 2008, la cour fédérale, sans autre examen au fond, confirme sa culpabilité mais suspend provisoirement sa condamnation à mort ; mais, en janvier 2010, la Cour suprême des États-Unis donne suite en janvier au recours de l’accusation (ministère public de Pennsylvanie) en renvoyant l’affaire devant la justice fédérale et en lui faisant injonction de revoir sa décision en condamnant définitivement Mumia à mort.

L’ultime jugement
 Le 9 novembre prochain la cour fédérale consacrera une audience destinée à décider définitivement du sort de la « Voix des sans-voix ». Après cet ultime « jugement », Mumia n’aura plus aucun recours. Il faut tout faire pour le sauver : c’est possible, tout particulièrement ces jours-ci, où des dizaines de milliers de jeunes qui défilent dans nos villes pour la justice et la liberté mènent un combat pour les mêmes valeurs que celles de Mumia, a souligné Marie-Georges Buffet présente aux côtés d’Henry Chapier, avec Jacky Hortaux, responsable du collectif unitaire pour Mumia, et Pierre Laurent, qui a réaffirmé le soutien des communistes, par leurs actions (1) et leur participation aux larges initiatives qui se dérouleront dans les prochains jours à l’appel notamment du collectif unitaire.

(1) Signez la pétition mondiale 
pour demander au président Obama de se prononcer pour un moratoire universel – donc y compris aux 
États-Unis – des exécutions capitales (il n’a pas la capacité constitutionnelle d’accord de la grâce). Sitewww.mumiabujamal.net(rubrique actualité – juillet 2010 nouveau recours de Me R. Bryan)
Michel Muller  L'HUMANITÉ

Voir les commentaires

La lutte pour les retraites chez Guillaume Sarkozy (Malakoff Médéric)

29 Octobre 2010, 08:58am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Les 9 duperies de la droite

28 Octobre 2010, 10:17am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

En martelant son message, la majorité pensait convaincre de la justesse et de l’inéluctabilité de sa réforme. Mais le catéchisme néolibéral ne résiste pas à l’examen des faits

Les 9 duperies qui ont perdu la droite
Quelle « justice sociale »?

« La réforme est juste, fondée sur la solidarité entre les générations et à l’intérieur des générations. » Présentant le projet de loi lors du Conseil des ministres du 13 juillet, le ministre du Travail, Éric Woerth, donnait la ligne. Et balayait la réalité, rappelée par les sénateurs communistes et du Parti de gauche : « 85 % du coût de la réforme est supporté par les salariés », contre 15 % pour les détenteurs des capitaux.

Une réforme inexorable

« Il n’y a pas d’autre solution que de la mettre en œuvre », selon le chef de file des députés UMP, Jean-François Copé. La majorité s’assoit sur les propositions des socialistes, et sur le projet de loi 
alternatif présenté par les parlementaires PCF-PG, qui prévoient d’autres pistes de financement des retraites, notamment une taxation plus importante du capital, qui assurerait un retour à l’équilibre des comptes sociaux.

Démographie oblige

« Si on vit plus longtemps, on doit travailler plus longtemps. Ce n’est pas un choix idéologique. » Nicolas Sarkozy dépoussière l’argument démographique. Mais pas un mot sur le fait que l’allongement de la durée de vie est en partie dû à l’amélioration des conditions de travail arrachées par la gauche et les syndicats. Ni sur cette statistique : l’espérance de vie en bonne santé d’un ouvrier est de… cinquante-neuf ans.

La pénibilité reconnue

Pas question de dresser de liste des « métiers pénibles ». Tout en avouant ne disposer « d’aucun moyen pour apprécier de façon rigoureuse à partir de quel seuil d’exposition la probabilité d’être malade devient une quasi-certitude », la droite remet en cause l’existence d’une médecine du travail indépendante. Éric Woerth défend ainsi l’examen au cas par cas des situations de pénibilité en plaisantant : « On pourrait dire que tous les métiers sont fatigants (…) et que lorsqu’on est éveillé c’est plus fatigant que quand on dort »…

Le dialogue social renoué

« Nous avons mené jusqu’au bout le dialogue social avec les organisations syndicales. » En septembre, avant que le mouvement national ne soit lancé, les syndicats tentaient d’obtenir une négociation, en écrivant à Nicolas Sarkozy, François Fillon, et à l’ensemble de la majorité pour leur demander « solennellement d’entendre le point de vue des organisations syndicales ». Ce week-end encore, Bernard Thibault déclarait : « S’il y a ouverture de négociations, le mouvement ralentit, voire s’arrête. » Il n’a toujours pas obtenu de réponse.

Les femmes y gagnent

« Garantir l’avenir du système de retraite français, c’est donc garantir l’avenir d’un système très protecteur pour les femmes. » La députée UMP Maryse Joissains-Masini relaye complaisamment cette « avancée » : le maintien de la retraite à taux plein à soixante-cinq ans. Sans dire qu’il ne concerne que les femmes nées entre juillet 1951 et décembre 1955, qui ont eu trois enfants et ont travaillé avant leur naissance.

Les pensions préservées

Jean-François Copé : « Il n’est pas question de jouer sur le montant des pensions. » Sait-il qu’« à durée de travail équivalente et en supposant que les trimestres nécessaires pour obtenir une retraite à taux plein aient tous été cotisés, le retraité touchera, après la réforme, une pension plus faible que celle qu’il aurait obtenue avant » ? Ce sont les Échos qui l’écrivent : à terme, pour une surcote de deux ans, un non-cadre perdra 1 881 euros par an. Pour un cadre, la perte sera de 1 587 euros.

Les jeunes manipulés

« C’est renvoyer à la jeunesse une image extrêmement négative d’elle-même que de la considérer comme dépendante », selon la sociologue Anne Muxel. Les jeunes se considèrent comme « les premières victimes » de la réforme, puisque le maintien au travail des plus âgés leur ferme les portes du marché du travail. C’est sans doute cet excès de conscience qui gêne la droite.

La vraie réforme en 2013

« Le gouvernement est obligé de reconnaître que sa réforme est une réforme de colmatage et ne répond pas à l’exigence de mettre les Français à égalité devant la retraite. » Le sénateur UMP Dominique Leclerc a donc fait voter un amendement qui prévoit l’organisation « à compter du premier semestre 2013 », d’une réflexion nationale sur une réforme « systémique » des régimes de retraite. À l’étude : la retraite par points. Les fonds qui proposent la retraite par capitalisation se frottent déjà les mains…

Grégory Marin - l'Humanité

Voir les commentaires

Retraites : un Sarkozy peut en cacher un autre

28 Octobre 2010, 10:09am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Guillaume Sarkozy crée un incident à l'Assemblée
envoyé par LePostfr. - L'actualité du moment en vidéo.

 

Mardi, un incident s'est produit à l'Assemblée impliquant Guillaume Sarkozy. Lors des questions au gouvernement, le député communiste André Gérin a brandi dans l'hémicycle une photo montrant Nicolas Sarkozy... et son frère.

Les huissiers ont alors demandé à l'élu PC de leur remettre cette photo détournant une affiche électorale de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 ("Ensemble, tout devient possible"). Mais André Gérin a refusé. Les députés de la majorité ont protesté. Ce qui a donné lieu à une suspension de séance.

Le frère du chef de l'Etat est le délégué général du groupe d'assurance Malakoff-Médéric, un groupe développant des produits d'épargne de retraite complémentaire privés, avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations, institution contrôlée par l'Etat.

Selon Mediapart, le frère du président viserait le pactole du marché de la retraite complémentaire privée. La société s'était déclarée "injustement mise en cause".

Contacté par Le Post, le député PC, André Gérin, explique qu'il a brandi cette photo pour "dire que cette réforme est une énorme escroquerie politique".

"Pour moi, une retraite peut en cacher une autre. La retraite par répartition cache la retraite par capitalisation. Et un frère peut en cacher un autreCela montre un système clanique", confie-t-il au Post. "La société de Guillaume Sarkozy a passé un accord avec la Caisse des Dépôts et Consignations, contrôlée par l'Etat. Il est impossible que cela ne se fasse pas sans l'accord de l'Elysée", assure André Gérin.

"J'ai fait ça pour montrer que l'article 32 du projet de loi ouvre une brèche pour la retraite par capitalisation [cet article 32 rend obligatoire, dans certains cas, l'épargne retraite, ndlr]. Y a un pactole de 40 à 100 milliards d'euros à la clé !", ajoute-t-il. Avant de souligner que "le patronat se félicitait de cette modification de la réglementation de l'épargne retraite".

"D'ailleurs, à l'Assemblée, j'ai demandé à François Fillon si le gouvernement avait donné une consigne à la Caisse des Dépôts et Consignations, il ne m'a pas répondu... En tout cas, quand j'ai brandi la photo des Sarkozy, le Premier ministre et le président de l'Assemblée n'étaient pas contents...", se réjouit le député PC sur un ton ironique, pas mécontent de son coup.

Voir les commentaires

Rassemblement étudiants et lycéens devant le Sénat

27 Octobre 2010, 15:11pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Rassemblement étudiants et lycéens devant le Sénat

Face à un gouvernement qui minimise et délégitime le soutien de la jeunesse au mouvement contre la réforme des retraites, les lycéens et étudiants montrent un peu plus chaque jour leur détermination à poursuivre la mobilisation auprès des salariés. Non, la jeunesse n’est pas « l’urticaire de la France » et est encore moins « désespérante » comme l’affirme Christophe Barbier dans un éditorial de l’Express. C’est une jeunesse consciente de l’avenir qu’on lui réserve et responsable qui s’est rassemblée aujourd’hui devant le Sénat, bientôt rejointe par un cortège d’étudiants qui manifestaient depuis l’université de Jussieu. Ils étaient plus de deux mille à scander qu’ils veulent de vrais emplois et de vraies retraites.

Voir les commentaires

Délégation des élus du front de gauche et des Verts à l’Elysée

27 Octobre 2010, 15:07pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Rassemblement des élus du front de gauche et des Verts à l’Elysée

A l’appel de Pierre Laurent, une quarantaine d’élus du Front de gauche et des Verts se sont rassemblés ce matin derrière l’Elysée afin de demander au président de la République de ne pas promulguer sa loi sur les retraites. Une délégation de six personnes composée de Marie-George Buffet, Pierre Laurent, Cécile Duflot, Yves Cochet, Martine Billard, ainsi que de Christian Picquet s’est rendue au palais de l’Elysée. Ils ont été reçus par le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, Christian Frémont et par la collaboratrice de Raymond Soubie, conseiller social de l’Elysée. Le gouvernement a réaffirmé sa volonté de ne pas négocier et reste sourd aux revendications du peuple. La septième journée nationale de mobilisation jeudi prochain, doit réaffirmer le désaccord du pays et de l’opinion face à cette réforme injuste et inefficace.

Voir les commentaires

Michelle Demessine : "Une parodie de démocratie !"

27 Octobre 2010, 15:03pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Voir les commentaires

Les communistes du monde entier solidaires avec la lutte des travailleurs français

26 Octobre 2010, 21:38pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

greves-france.jpgLes communistes et syndicalistes de classe du monde entier solidaires avec la lutte des travailleurs français prise comme un exemple à suivre

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

L'internationalisme prolétarien et la solidarité internationaliste sont au cœur même de notre engagement de communistes. Habitués sur ce site à exprimer notre solidarité avec la lutte des travailleurs, le combat des communistes, dans des circonstances parfois difficiles, dans le monde entier, il est revigorant de constater qu'une telle conception de l'internationalisme est encore dominante dans les mouvements ouvriers d'une bonne partie du globe.

Plusieurs partis communistes ont déjà adressé des messages de soutien aux travailleurs français en lutte, et aux organisations de classe qui mènent le combat. Le Parti Travail de Belgique (PTB)a adressé une « lettre de solidarité avec le peuple français »dans laquelle le PTB félicite « un exemple de détermination, de résistance et d'unité ». Pour le PTB, « la classe ouvrière française, une nouvelle fois à l'avant-garde de la lutte (…) nous montre la voie à suivre ». Le Parti communiste du Luxembourg (KPL)se joint également à « la lutte sans merci que vous menez pour défendre vos acquis sociaux et vos droits, eux mêmes conquis de haute lutte »et appelle à ce que « tous les travailleurs d'Europe (…) descendent eux aussi dans la rue pour exprimer leur colère et leur opposition à ces mesures. »

Des communistes les yeux tournés vers « l'exemple Français »

Les autres communistes européens suivent le mouvement par leur presse partisane, et en tirent des leçons pour leur mouvement.

Nos camarades portugais d'Avante!notent semaine après semaine la radicalisation du mouvement, son amplification et tentent ainsi de donner de la vigueur au mouvement analogue qui se dessine au Portugal avec la grève générale du 24 novembre en perspective. Certains communistes portugais, comme ceux dirigeant le site O Diarioparlent déjà d' « exemple de la France ». Nos camarades anglais du Morning Starconsacrent presque chaque jour leur une internationale à la France, et comparent avec regret le mouvement atone anglais sous hégémonie travailliste à l'ébullition sociale en France, où la tradition révolutionnaire représentée par le PCF et la CGT est encore vivace. Jusqu'à nos camarades grecs du KKE, et leur organe Rizospastis, qui ont désormais les yeux tournés vers la France, et y voient plus qu'un relais à la lutte qu'ils ont entamé il y a un an de cela et qui ne s'essouffle toujours pas.

Mais les échos du mouvement traversent les mers. Sur le continent américain, les communistes colombiens évoquent une grève contre le néo-libéralisme qui pourrait bientôt devenir un nouveau « Mai 68 ». Nos camarades péruviens, vénézueliens, cubains, états-uniens – dans les contextes nationaux divers dans lesquels se déploie leur lutte et pour laquelle ils essaient de dresser des parallèles – suivent également avec attention les événements en France.

Le Parti communiste brésilien (PCB)vient même de publier une note politique où il exprime « son soutien total à la lutte des travailleurs français »et caractérise également le mouvement français « d'exemple pour les travailleurs de toute l'Europe et du monde entier ».

« Faire comme en France », ou comment la base secoue des directions syndicales timorées en Espagne et en Italie

En Espagne et en Italie, le mouvement français est mis en avant par les forces révolutionnaires, pour faire bouger les lignes dans le mouvement politique et syndical représentant cette tradition.

Plusieurs fédérations politiques du PCE et syndicales des CC.OO appellent à amplifier le mouvement après la grève du 29 septembre et à prendre comme exemple. Le journal reconstructeur (cad, pour la reconstruction du PCE) La Republicatitrait même dernièrement, en français dans le texte: « Vive la classe ouvrière française! » après la journée du 15 octobre. Malgré un message de soutien du secrétaire-général des CC.OO Ignacio Toxo le 7 septembre adressé à la CGT, depuis ce dernier ne cesse de répéter que les conditions ne sont pas les mêmes en France et en Espagne et récuse toute radicalisation du mouvement en Espagne.

En Italie, le mot d'ordre « Fare come in Francia »(Faire comme en France) monte de plus en plus depuis la base des partis communistes et des syndicats de tradition révolutionnaire. Il trouve désormais un écho tant à la direction du PdCI(Parti des communistes italiens) qu'à celle duPRC(Parti de la refondation communiste). Face à une direction syndicale de la CGIL trop timorée, c'est sa branche métallurgiste de la FIOMqui a montré l'exemple le 16 octobre dernier, portant plus d'un million de métallos dans les rues de Rome.

Chez les métallurgistes, le mot d'ordre de la « grève générale », désormais adopté par les directions de la FIOM et de la CGIL, a pris de l'ampleur à partir du moment où le mouvement s'est développé en France et a prouvé la possibilité d'une victoire face aux politiques du capital.

De la Belgique au Brésil, de l'Allemagne à l'Afrique noire: la lutte des travailleurs français suscite solidarité syndicale et aiguise l'esprit de lutte!

Les syndicalistes apportent aussi désormais leur soutien, notamment par la voix d'un communiqué de la Fédération syndicale mondiale (FSM)dans lequel la FSM « salue la lutte grandiose des travailleurs, des jeunes travailleurs, des lycéens en France, qui se renforce jour après jour, et elle exprime sa solidarité internationaliste et profonde avec cette lutte ».

Sans surprise, le PAMEgrec et la CGTP-IN portugaise ont déjà exprimé leur entière solidarité avec le mouvement en cours. Le premier syndicat allemand DSBavec ses 7 millions de membres a adressé le 21 octobre dernier une lettre de soutien au secrétaire-général de la CGT dans laquelle nos camarades allemands tiennent à nous confirmer que « les expériences en Allemagne ont montré que l'allongement de l'âge de départ à la retraite n'a pas rendu la retraite plus sûre ». Pour la DSB, travailleurs allemands et français doivent mener une lutte commune contre cette politique « socialement injuste et qui conduit à la privatisation des systèmes de sécurité sociale ».

En Belgique, la FGTB,et sa branche CGSP,ont déjà dépassé la simple solidarité verbale avec le mouvement des travailleurs français et sont passés aux actes, en contribuant au blocage de plusieurs dépôts pétroliers dans le pays.

Encore une fois, la solidarité va bien au-delà du continent européen. Du syndicat de masse brésilien (3 millions d'adhérents) critique envers le lulisme Conlutasau LKPguadeloupéen qui avait montré la voie aux travailleurs métropolitains en passant par la DISK(Confédération des syndicats révolutionnaires) turque et ses 400 000 syndiqués. Tous ont déjà envoyé un message de solidarité adressé à la CGT. Tout comme des dizaines de syndicats d'Afrique noire francophone – de Madagascar, de Djibouti, de la Cote d'Ivoire, du Sénégal, du Burundi, du Tchad ou encore du Burkina Faso – ont également exprimé leur soutien et leur solidarité au syndicat représentant historiquement la lutte de classe en France.

Car tous y voient une lutte menée sur territoire Français au nom des travailleurs du monde entier.

Voir les commentaires

Retraites: le rapport voté au parlement européen

26 Octobre 2010, 15:39pm

Publié par Xav

non_155-9282c.jpg

Le Parlement européen a adopté mercredi un rapport sur la crise économique qui s’aligne sur les recettes néolibérales:

«(...) le financement des pensions ne peut être entièrement laissé au secteur public, mais doit reposer sur des systèmes... à trois piliers, comprenant des régimes de retraite publics, professionnels et privés».

 

 

«Ce n’est ni plus ni moins que la fin de la retraite par répartition et le soutien à la politique de Sarkozy que nous proposent les socialistes et les verts en votant ce rapport!», fulmine l’eurodéputé communiste Jacky Hénin.

Voir les commentaires

Solidarité du Parti du Travail de Belgique

26 Octobre 2010, 09:29am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Aux travailleurs et travailleuses, à la jeunesse de France. Aux communistes et syndicalistes de France - Peter Mertens, Président du Parti du Travail de Belgique


Lettre de solidarité du PTB avec le peuple français
Chers camarades, chères camarades, 

Chers amis, chères amies, 

Le Conseil national du Parti du Travail de Belgique vous félicite chaleureusement pour votre lutte courageuse et de longue durée pour le rejet de la loi de réforme des retraites ou loi Woerth. 

Vous êtes un exemple de détermination, de résistance et d'unité pour toute l'Europe populaire et pour la Belgique populaire en particulier. Partout les gens voient qu'ils font des sacrifices sans fin sans que cela débouche sur quelque chose de bon pour eux.

Et vous nous montrez la voie à suivre: l'unité de combat face aux banques, monopoles et gouvernements qui les soutiennent. Particulièrement inspirants pour nous sont les jeunes qui rejoignent la lutte de la classe ouvrière. 

Comment tolérer que les entreprises du CAC 40 engrangent plus de 41 milliards d'euros durant les premiers six mois de 2010, en hausse de 86% par rapport à 2009 pendant que la Sécurité sociale est mise en faillite par le grand capital? Et la situation est pareille dans pratiquement tous les pays de l'UE. 

Une nouvelle fois, la classe ouvrière de France est à l'avant-garde dans la lutte, refusant que ses conquêtes de 1945 soient piétinées par le MEDEF et le gouvernement qui est à sa solde. En 2005, les travailleurs et les travailleuses, la jeunesse de France ont été victorieux en faisant gagner le non au referendum sur projet de Constitution européenne. Rebelote en 2006 dans la lutte contre le CPE. 

Votre lutte a un enjeu fondamental pour tous les pays de l'UE, c'est ce que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont bien compris, comme chefs de la Sainte-Alliance anti-ouvrière de l'UE. 

Et pour nous en Belgique, un fait qui nous émeut particulièrement, c'est l'unité ouvrière qui existe entre les 22 régions de France (métropolitaine), malgré les grandes disparités économiques entre elles. C'est cela qui permet de résister et de vaincre. 

C'est une source d'inspiration pour nous qui vivons dans un pays où les forces nationalistes, main dans la main avec les éléments les plus réactionnaires, prétendent que les gens de seulement trois régions (Flandre, Wallonie, Bruxelles) doivent vivre et donc lutter séparément parce que trop différents. 

Avec nos félicitations et notre solidarité de combat.

Voir les commentaires

Blocage de la centrale logistique de Lens (62)

25 Octobre 2010, 10:20am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

Photo: Nicolas Chéret correspondant de l'Humanité.fr

SOCIAL-ECO -  le 23 Octobre 2010

 

Blocage de la centrale logistique de Lens (62)

 

 

Depuis 4h du matin la centrale logistique de Lens était bloquée par l’inter-syndicale du Bassin Minier. 

A 9h20, le commissaire centrale de Lens a exigé le déblocage en ajoutant « de ne plus reconduire de tels actions car vous vous exposez à … » (Heu, c’est une menace ?). Le blocage a été levé dans le calme comme l'avait demandé les responsables syndicaux. 

Cet action faisait suite à de nombreuse autres qui ont déjà eu lieu comme les blocages de Tadao, Westeel, zone industrielle des Alouettes, Nicollin, Le Louvre Lens, centrale logistique de Vendin le Vieil, etc...

des prochains rendez-vous sont déjà pris.

Nicolas Chéret correspondant de l'Humanité.fr

 

Voir les commentaires

La salsa du Fillon

25 Octobre 2010, 09:55am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

La salsa du Fillon 
"Ouiiiiiiii, je suis premier ministre « horreur ! »
Je suis imbu, je suis cynique « horreur ! Malheur ! »
Oui, oui, oui avec toute ma clique,
Je vais vous mater à coups de trique 
La retraite par répartition,
Je vais vous la carrer dans l’Fillon.
Une seule issue pour vos cotisations :
CAPI - TALI - SATION ! 
Avec mes potes de l’UMP
A l’assemblée on a voté.
On va tous vous faire bosser Longtemps,
vous allez en chieeeeeer…..
C’est la c’est la c’est la salsa du Fillon (X 4) 
Ouiiiiii je suis Sarkozy (horreur !)
J’arrive tout droit de Hongrie (horreur ! malheur !)
Oui, oui, oui, j’affame le pays
Car au MEDEF j’ai plein d’amis.
J’ai la maîtrise de l’inflation
Comme Rachida pour la fellation
Avec Nadine Morano
C’est les reines du pipeau ! 
Quant à ma femme Carlita
Tout l’show biz est passé par là
Je dois chausser mes talonnettes
Quand je veux lui faire sa fêêêêête… 
Ouiiiiiii quand je vois Eric Woerth (horreur !)
J’ai envie d’l’appeler Eric Beurk (horreur ! malheur !)
Lui, lui, lui et sa réforme pourrie
Méritent la haine et le mépris.
Il faudrait être aveugle et sourd
Pour l’croire honnête avec Bettencourt.
Pour les retraites, il nous laisse rien
Comme chez mamie Zinzin.
Pas touche au bouclier fiscal
Et préservons le capital.
Pour tous les amis du Fouquet’s
Aujourd’hui c’est bien la fêêêêêête !"
http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article109068 lien

Voir les commentaires

Rencontre entre une délégation du PC d'Israël et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas

25 Octobre 2010, 09:10am

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

palestine-libre.jpgRencontre entre une délégation du PC d'Israël et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas 

Position commune d'opposition aux lois racistes adoptées par Israël

Le président Palestinien Mahmoud Abbas (Abu Mazen) a déclaré la semaine dernière (vendredi 15 octobre), lors d'une rencontre avec des dirigeants du Parti communiste d'Israël (PCI) à Ramallah, qu'il ne reconnaîtrait pas Israël en tant qu'Etat juif, ajoutant qu'il était également opposé à des échanges de population comme élément dans un accord de paix permanent.

Lors de cette rencontre avec des dirigeants du PCI et du Front démocratique pour la paix et l'égalité (FDPE/Hadash) Abbas a insisté: « Si nous avions abandonné nos principes, nous aurions déjà signé un accord il y a quelques années de cela »

Selon ceux qui ont participé à cette rencontre qui a duré plus d'une heure, le président Palestinien a déclaré que les pourparlers directs avec Benjamin Netanyahu n'ont pas progressé et que le premier ministre Israélien insiste sur la poursuite de l'installation de colonies en Cisjordanie. Abbas a réaffirmé qu'il n'accepterait pas de reprendre les négociations tant que l'installation de colonies continuera.

Abbas a fait remarquer que les négociations avec Israël au cours du mandat du premier ministre Egud Olmert avaient progressé, et évoqué l'initiative Arabe comme un élément-clé du processus de paix. « Nous ne bougerons pas des principes Palestiniens en ce qui concerne un accord final », a-t-il déclaré.

Durant la rencontre, Abbas a affirmé qu'en 1993, à la suite des accords d'Oslo, les Palestiniens ont reconnu l'État d'Israël. « Nous voulons qu'Israël reconnaisse l'État palestinien dans ses frontières de 1967 », a dit le leader Palestinien aux membres du Hadash.

Yasser Abed Rabo, secrétaire du Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine, ainsi que d'autres officiels de l'OLP, ont également participé à la rencontre. Il a parlé d'une« exigence inacceptable » que la reconnaissance d'Israël en tant qu'Etat juif, ajoutant que cette exigence visait à contrarier la mise en application du droit au retour des réfugiés Palestiniens.

Le président du Hadash et dirigeant du PCI, Mohammad Barakeh a affirmé que cette rencontre se tenait « à l'ombre de lois racistes, telles que l'amendement à la Loi de Citoyenneté et l'exigence de reconnaître Israel comme un Etat juif, ainsi que la demande d'échanges de population ».

« Nous refusons d'accepter ces événements et nous lutterons contre eux », a déclaré le député communiste. « Nous sommes venus auprès de Abou Mazen et de l'Autorité palestinienne afin d'attendre une position claire et officielle concernant la suspension des négociations, et nous avons bien fait comprendre que nous serions pas un troupeau de moutons dans les négociations entre Israël et les Palestiniens », a ajouté Barakeh.

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Voir les commentaires

"Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser"

24 Octobre 2010, 22:14pm

Publié par -BLOG-PCF-ARRAS

 

ts-copie-1Extraitde la pièce de théâtre d'Antoine Rault Le Diable rouge

-Colbert : «Pour trouver de l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J’aimerais que Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou…»

-Mazarin : «Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on va en prison mais l’État… L’État, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette! Tous les États font cela.»

-Colbert : «Ah oui? Vous croyez? Cependant, il nous faut de l’argent et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables?»

-Mazarin : «On en crée d’autres».

-Colbert : «Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà».

-Mazarin : «Oui, c’est impossible».

-Colbert : «Alors, les riches?»

-Mazarin : «Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres».

-Colbert : «Alors, comment fait-on?»

-Mazarin : «Colbert, tu raisonnes comme un fromage (comme un pot de chambre sous le derrière d'un malade)! il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres! C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus! Ceux là! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser… C’est un réservoir inépuisable.»

"plus ils travaillent pour compenser..." : Sarkozy a l'air d'avoir bien compris Mazarin. Qu'il n'oublie pas que Mazarin fut un de ceux que le peuple français a le plus haï et qu'il l'a forcé à repartir en Italie quelque temps. Un siècle après le peuple destituait ses successeurs lors de la Révolution de 89 ! Nous n'attendrons peut-être pas un siècle...

 

 

 

Voir les commentaires

Le PS et les retraites, l'arnaque?

23 Octobre 2010, 14:18pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

medium_logolysroyale1qz6fm.jpg

A tous ceux qui pensent voter à gauche la prochaine fois, merci de réfléchir aux propositions du PS:

"(...)le prochain rendez-vous c'est en
2012, et qu'en 2012 si les Français nous font confiance, nous leur
rendrons la retraite à 65 ans et pour ceux qui ont travaillé depuis
 longtemps nous leur rendrons la liberté de s'arrêter à l'âge de 60 ans'

 

Ségolène Royal Vendredi 22 octobre France Inter

 

 

"nous devons avoir de la crédibilité une fois revenus au pouvoir en 2012. L'allongement de la durée de cotisation est inévitable"

 

Emmanuel Valls France Inter Mercredi matin.

Il serait temps d'inventer autre chose, vous ne pensez pas?

Voir les commentaires

DETERMINES POUR GAGNER !

23 Octobre 2010, 11:06am

Publié par MDC

APPEL DU PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS du 22 octobre 2010
DETERMINES POUR GAGNER !

Nous sommes plusieurs millions dans tout le pays à nous mobiliser contre le projet gouvernemental des retraites, plusieurs millions à exiger son abandon et l’ouverture d’un véritable débat sur une réforme alternative garantissant la retraite à 60 ans, à taux plein.

La lutte est massive et populaire : 3 Français sur 4 la soutiennent et condamnent le refus de négocier du gouvernement. 71% des français rejettent ce projet injuste socialement et inefficace économiquement, un vrai recul de société. Le président et son gouvernement méprisent les attentes populaires et traitent la jeunesse en ennemie !


De cette société-là, on ne veut pas ! Nous avons tous fait nos comptes ! Le recul de l’âge légal de départ à la retraite, l’allongement de la durée de cotisation, c’est vouloir diminuer le montant de nos pensions et ouvrir la porte à la capitalisation. Cette attaque en prépare d’autres contre la sécurité sociale et les services publics.

Ensemble, nous sommes des millions à rejeter la société ultralibérale, modelée par Sarkozy et sa majorité : une société autoritaire et antisociale, aux ordres du MEDEF et des marchés financiers. Et c’est d’autant plus intolérable que des centaines de milliards d’euros de fonds publics ont été dépensés sans contrepartie, depuis le début de la crise financière, pour sauver les banques et les dividendes. « De vraies retraites et de vrais emplois pour toutes et tous ! » Nous sommes des millions dans la mobilisation à avoir pleinement conscience qu’il faut dès maintenant s’attaquer aux inégalités sociales, de carrière, d’emplois et de salaires, et à la précarité qui fragilisent de plus en plus d’entre nous, femmes et jeunes travailleurs en premier lieu.

Les parlementaires communistes, républicains et citoyens s’opposent avec détermination au projet Sarkozy-Woerth. Ils défendent une autre logique de financement des retraites qui pérennise le système solidaire des retraites par répartition, la retraite à 60 ans à taux plein sans allongement de la durée de cotisation. Ils proposent de mettre à contribution le capital, de développer l’emploi et les salaires : base du financement du système par répartition ; en faisant cotiser les revenus financiers des entreprises et des banques, en modulant le taux de la cotisation sociale patronale, avec une sorte de bonus-malus pour favoriser l’essor de l’emploi, des qualifications et des salaires, en mettant fin aux exonérations de cotisations patronales.

Même si la loi est votée, la mobilisation peut imposer son retrait, comme Jacques Chirac y a été contraint pour le CPE en 2006.

Nous voulons gagner !

Le Parti Communiste Français appelle à amplifier la mobilisation dans l’unité la plus large syndicale et politique, à participer massivement aux journées d’action du 28 octobre, 6 novembre et à apporter la solidarité de luttes et financière aux grévistes et aux entreprises occupées.

Dés la semaine prochaine, il appelle tous les élus de gauche et progressistes du pays à se rendre à l’Élysée et aux Préfectures en province, pour refuser la promulgation d’une loi illégitime, minoritaire, votée en force par des parlements, abaissés par Nicolas Sarkozy à de simples chambres d’enregistrement.

La mobilisation populaire sur les retraites et contre la politique antisociale de l’UMP est en train de tout changer. Deux projets de société s’affrontent : celui d’une protection sociale large à tous les âges de la vie et de services publics étendus contre celui de l’insécurité sociale permanente ; celui de la solidarité, de la coopération et du vivre ensemble contre celui de la mise en concurrence et de l’individualisme ; celui du travail libéré, du temps de vivre, de se cultiver et de s’adonner à des activités sociales choisies contre celui de toutes les aliénations, toutes les exploitations, toutes les dominations.

Le temps est venu de formuler un projet collectif qui puisse ouvrir la voie à une ère nouvelle démocratique, politique et sociale pour notre pays. La gauche est souvent rassemblée contre la droite mais elle n’est pas unie sur les contenus et les conditions du changement tant attendu. Nous avons besoin d’une véritable alternative de changement pour de nouveaux choix de société, pour de nouveaux droits pour les individus et les peuples. Partout, en Europe des manifestations de plus en plus unitaires vont dans ce sens en portant des exigences de ruptures avec les orientations actuelles de l’Union Européenne.

Oui, nous sommes plusieurs millions déterminés à résister, à mettre la politique de Nicolas Sarkozy en échec, à vouloir sa défaite et celle de sa majorité dans la rue et dans les urnes.

Pour cela, nous voulons construire dès maintenant les changements politiques qui permettront à la gauche de rompre avec les logiques libérales que prônent le Medef, la Commission européenne ou encore le FMI, pour de nouvelles logiques de justice et d’efficacité sociale.

La construction d’un projet collectif de gauche à la hauteur des attentes ne va pas de soi ! A nous de nous en mêler !

Nous qui sommes si nombreux à nous être emparés de la mobilisation sociale, nous qui souhaitons un vrai changement de société, engageons-nous avec la même détermination dans le débat sur les transformations radicales dont la France et l’Europe ont besoin et que la gauche devra réaliser si elle veut battre durablement la droite. »

Comment le faire : En devenant acteur du débat politique !

C’est à vous, à nous ensemble, de dire : « Voilà ce que la gauche devra faire : la gauche, c’est la retraite à 60 ans, à taux plein ; la gauche, c’est la création d’un pole public bancaire et financier pour une utilisation des profits, des fonds publics et du crédit qui servent à développer les humains et non la spéculation ; la gauche, c’est l’interdiction des licenciements et la sécurisation de l’emploi et de la formation ; la gauche, c’est l’augmentation des salaires et pas celle des dividendes ; la gauche c’est l’abrogation de toutes les réformes sécuritaires, liberticides promulguées par Besson et Hortefeux, la gauche c’est donner la parole et des pouvoirs aux citoyens dans l’entreprise, dans la cité, la gauche, c’est l’attachement à la commune, au département, à la région, à leur liberté d’action et de coopération , à leurs services publics locaux, la gauche c’est une autre politique européenne et une union refondée, « la gauche, c’est remettre l’humain et l’avenir de la planète au cœur de la société ». Non vraiment, nous ne voulons plus d’une gauche qui renonce à ces objectifs-là !

C’est le sens du programme populaire et partagé que le Parti communiste français et les forces du Front de Gauche entendent construire, au cœur des mobilisations, au cœur d’une union populaire pour satisfaire les besoins humains en prenant l’argent là où il est !

Contre le pacte de l’argent qu’ils ont scellé en 2007 au Fouquet’s, le temps est venu de construire, ensemble, un pacte d’union populaire !

Voir les commentaires

Guy Fisher : Un coup de force inacceptable !

23 Octobre 2010, 11:02am

Publié par MDC

Voir les commentaires

1 2 3 > >>