Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

LE PROJET DE MODERNISATION AGRICULTURE-PECHE EST UN BRAS D'HONNEUR AUX PAYSANS

30 Juin 2010, 12:10pm

Publié par MDC

 

arton4922.jpg

Le projet de loi de Modernisation Agricole et de la Pêche présenté aujourd’hui à l’Assemblée nationale par legouvernement est un véritable bras d’honneur aux paysans qui voient leurs revenus baissés d’année en année jusqu’à atteindre moins 34% en 2010.

 

La droite avec ses vieilles recettes libérales propose comme seul devenir de l’agriculture un projet de loi réactionnaire, avec notamment la contractualisation entre transformateurs et producteurs. Les actionnaires de l’agro-alimentaire dans le domaine de la transformation et de la grande distribution, vont donc continuer à s’enrichir sur le dos des travailleurs de la terre et de la mer.

Il faut maintenant répondre aux besoins humains, relever les défis sociaux et environnementaux en garantissant des revenus décents aux producteurs tout au long de leur vie.

Cette loi voulue par Nicolas Sarkozy est un plan social, sans le nom, visant à adapter l’agriculture française à une Politique Agricole Commune démantelée à l’horizon 2013.

La vraie ambition agricole est de redonner du sens aux métiers de la terre et de la mer, en rémunérant ses travailleurs. Face à ce capitalisme indigeste, la droite doit avoir le courage de tourner le dos aux pratiques socio-économiques qui conduisent à affamer le peuple, à détruire notre éco-système, à appauvrir les paysans, à kidnapper les terres de pays pauvres.

Les propositions alternatives pour moderniser l’agriculture et la pêche existent.

Le PCF propose d’interdire la spéculation financière sur les produits agricoles, de taxer les importations abusives pour relocaliser nos productions, de mettre en œuvre un coefficient multiplicateur, définir les prix minimum indicatifs, construire l’agenda de la conférence annuelle par production associant l’ensemble du monde agricole, et donnant lieu à négociation sur les prix.

Communiqué du Parti communiste français. 29 juin 2010.

 

 

 

Voir les commentaires

RETRAITES : PLUS DE 3000 DANS LES RUES D'ARRAS

28 Juin 2010, 09:01am

Publié par MDC

ENORME SUCCES À ARRAS POUR LA MANIF EN FAVEUR DE NOS RETRAITES

Il est toujours difficile de compter le nombre des manifestants : certains estiment à au moins 3500 le nombre de ceux qui ont défilé à Arras la semaine dernière, en tout cas une affluence dont on n'avait plus l'habitude depuis longtemps.

images3 1193

photo (J.Skalski) : Les militants de la section de l'Arrageois du PCF  

Voir les commentaires

POUR LA PAIX : NEW-YORK MAI 2010

27 Juin 2010, 09:49am

Publié par MDC

Une très belle video sur la délégation à la conférence du TNP de New York en mai 2010, réalisée par une adhérente du Mouvement de la Paix des Bouches du Rhône, Nadine Cesari :

 


 

 

 

Voir les commentaires

2 MILLIONS DE MANIFESTANTS LE 24 JUIN : LE GOUVERNEMENT RESTE SOURD

26 Juin 2010, 08:49am

Publié par MDC

Sourd-aux-manifs.jpg

Voir les commentaires

FRANCE INTER... À LA BOTTE DE SARKOZY !

24 Juin 2010, 15:36pm

Publié par MDC

Les humoristes Stéphane GUILLON et Didier PORTE virés de France Inter : ils ont déplu au Roi... pardon, au Président!

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

35eCONGRES DU PCF : INTERVENTION DE RENÉ CHEVALIER

22 Juin 2010, 10:04am

Publié par MDC

 

Intervention de René Chevalier, secrétaire de la section de l'Arrageois (62)

PICT0724-2En préparation de ce congrès d'étape, la Conférence de section de l'Arrageois a eu lieu le 8 juin ; elle a été précédée de réunions des cellules.

La teneur des échanges, tant dans les cellules qu'à la conférence de section, montre de l'inquiétude, de la déception, et même de la colère.

En effet, les deux textes présentés sont bavards et creux, ils ne traitent pas vraiment les problèmes ; de plus, ils ne sont pas amendables et ont été connus trop tard pour permettre un débat de fond.

En conséquence, la plupart des camarades de l'Arrageois ont le sentiment qu'ils sont conviés à un faux-semblant de congrès ; un congrès qui leur échappe puisque la direction nationale a déjà décrété que sa stratégie est la bonne : au lieu de travailler à bâtir le projet clair dont les travailleurs ont besoin, elle se centre sur seulement une stratégie électorale.

Certes, les élections sont un moment de la vie militante, mais elles n'en sont pas la totalité ! D'ailleurs, pourquoi se polariser sur les Présidentielles ? toutesles élections sont un moment clé d'élaboration et de diffusion de notre pensée : n'oublions pas les cantonales, tout ne se jouera pas brutalement en 2012.

Mélenchon, lui, a déjà commencé sa campagne, appelant à l'adhésion au Front de Gauche, mais il n'y a pas de projet. N'oublions pas que Mélenchon est un pur produit du PS, zélé défenseur du traité de Maastricht. Les media le présentent dès maintenant comme le leader du Front de Gauche : il faut réagir et non pas accepter petit à petit toutes ses exigences ! Récemment, sans même consulter l'ensemble des militants et en contradiction avec les engagements des précédents congrès, notre direction a décidé de tolérer l'adhésion aux Partisans du Front de Gauche c'est-à-dire à terme la transformation du Front de gauche en parti.
Pourtant, au cours de nos derniers congrès, la majorité s'était prononcée pour le maintien du Parti en tant que tel, comprenant le danger mortel de tout englobement comme en Allemagne ou en Italie.

Pour le Parti Communiste Français, il est urgent de construire notre projet et de le faire connaître, y compris à l'occasion des élections.

N'ayons pas peur de parler de communisme, de socialisme, de nationalisations! Osons rappeler les avancées sociales formidables que furent les démocraties populaires ! Des erreurs, des crimes, il y en a eu, comme sous la Révolution française, comme sous la Commune de Paris : est-ce que les exactions de Carrier ou de Fouché remettent en cause l'oeuvre magnifique de Robespierre ou de Louise Michel ?

Pour nous, aujourd'hui, le temps est venu de dire qu'il ne s'agit pas d'aménager l'Europe des capitalistes mais de construire une Europe radicalement différente, au service des travailleurs.

Analysons sérieusement le passé récent : les comités anti-libéraux n'ont pas fonctionné, le Front de gauche lui-même en 2009 n'a rencontré qu'un succès mitigé, en 2010, le préjudice est net pour le Parti qui a perdu près de la moitié de ses conseillers régionaux.

Sur l'Arrageois, nous n'avons pas attendu que vienne d'en haut l'idée de créer des structures de lutte ouvertes. Mais l'impact du Comité de défense de l'hôpital de Bapaume ou du Collectif arrageois pour les retraites, pour positif qu'il soit, reste modeste. Au delà d'une prétendue "révolution" venue de l'informatique et d'internet, nos idées révolutionnaires ont toujours besoin d'aller au contact direct du citoyen, d'être présentées et expliquées en tête à tête ! Ne croyons pas que nous pourrons faire la Révolution en tapant sur un clavier !

Plutôt que de se lamenter sur le score du FN et sur l'abstention, il faut se souvenir que pour être écouté il faut dire quelque chose, avoir un projet et un porte parole dynamique capable de le faire entendre. Il y a des personnalités au Parti capables de porter une campagne présidentielle.

Il importe donc que la direction nationale cesse d'être défaitiste par rapport au Parti ; il importe que nous affirmions haut et clair notre volonté de maintenir et de conforter le PCF, que nous fassions de ce congrès un vrai congrès représentatif de la volonté des militants.

C'est en fonction de cet objectif que la contribution collective Un parti fort, les communistes rassemblés, un projet de transformation révolutionnaire après avoir été largement soutenue au niveau des cellules a été adoptée lors de notre conférence de section à l'unanimité moins une abstention. Et cette contribution est la base de la Résolution qui fut adoptée à notre Conférence fédérale du Pas de Calais le 12 juin.

Nous sommes depuis toujours partisans de l'unité, mais avec des partenaires qui tirent avec énergie l'attelage dans la bonne direction, un attelage où les qualités se complètent sans s'étouffer, où l'union n'empêche pas d'affirmer l'identité de chacun. Il faut être au moins 2 en tête de l'attelage, 2 qui tirent dans le même sens, et non l'un qui tire et un autre qui est une sangsue sur son dos.

Assumons le C de PCF et affirmons plus que jamais notre identité communiste.

Unité, oui ! dilution du Parti, non !

 

Voir les commentaires

35eCONGRES DU PCF : INTERVENTION DE JACKY HÉNIN

22 Juin 2010, 09:52am

Publié par MDC

 

 

 

Voir les commentaires

35eCONGRES DU PCF : DISCOURS DE CLOTURE DE PIERRE LAURENT

21 Juin 2010, 16:21pm

Publié par MDC

 

 

 

Voir les commentaires

Alain BOCQUET dans "La Voix du Nord"

21 Juin 2010, 15:49pm

Publié par MDC

 

A_Bocquet-ec38c.jpgLA VOIX DU NORD - samedi 19.06.2010, 05:07

Chaque samedi, La Voix du Nord interroge une personnalité sur l'actualité de la semaine. C'était au tour de notre camarade Alain Bocquet :

LA RÉFORME DES RETRAITES

« Même enrobé de miel, c'est une potion amère. Éric Woerth remet ses pas dans les mêmes ornières que Balladur en 1993 et Fillon en 2003. C'est la même logique de régression sociale inacceptable. Forcément cette réforme est vouée à l'échec puisqu'on nous avait expliqué à l'époque que c'était le seul moyen de sauver le régime par répartition et qu'il s'est cassé la figure parce qu'on ne s'attaque pas aux vrais sujets.

Une fois de plus on demande les sacrifices aux salariés et pour faire bonne mesure on invente un 1 % sur le capital, une pichenette ! Cette réforme n'est qu'un projet et je compte beaucoup sur la mobilisation du 24 pour faire reculer le gouvernement. Il faut que les citoyens s'en mêlent. D'ailleurs, nous demandons depuis plusieurs mois que les Français aient le dernier mot par référendum. Il y a d'autres moyens pour pérenniser la retraite pleine et entière à 60 ans. En 2009, on a supprimé 680 000 emplois, ce qui représente une perte de cotisations retraite de l'ordre de 10 milliards.

L'augmentation des salaires augmenterait aussi les ressources des caisses. 1 % d'augmentation des salaires représente 3 milliards de cotisations en plus. Et il faut taxer les revenus financiers qui ont augmenté de 626 % depuis 1980. Les députés du groupe communiste et Parti de gauche ont déposé une proposition de loi pour les faire cotiser à 9,9 % comme les salaires, Rien n'est joué si les gens se mobilisent. »

LA SUCCESSION DE MARIE-GEORGE BUFFET

« Pour la succession les choses étaient réglées d'avance. C'est ce qui a fait ruer dans les brancards quelques militants dont Jacky Hénin qui se présente en trouble-fête. Je l'ai écrit dans mon livre, on est à une époque où l'on devrait réfléchir autrement à l'élection des directions. Le choix du successeur par l'homme ou la femme en place, c'est ce qui se fait dans les entreprises. Dans un parti comme le nôtre on devrait évoluer !

La question d'un PC de notre temps reste posée. Je suis sûr que le communisme a un avenir. Il y a trente ans, on parlait de la crise du communisme.

Aujourd'hui on est en pleine crise du capitalisme, avec des conséquences dramatiques. La question d'une alternative est posée en grand et pour mener ce combat, même si on n'a pas l'exclusivité, l'existence d'un parti communiste me paraît plus que jamais indispensable. Malheureusement, on est dans l'incapacité de rassembler la diversité à l'intérieur du parti et je regrette beaucoup les récents départs. Il faut une autre manière de gouverner le parti. »

L'APPEL DU 18 JUIN

« Depuis que je suis maire de Saint-Amand, j'ai fait ériger une stèle en hommage au général de Gaulle et nous déposons une gerbe chaque 18 juin.

Dans son appel, de Gaulle demandait que la flamme de la Résistance ne s'éteigne jamais. Cela valait face à l'envahisseur nazi, cela vaut aujourd'hui face à la domination du système financier sur le monde. Dans les maquis de la Résistance des liens se sont créés entre gaullistes et communistes et cela s'est traduit par un programme audacieux du conseil national de la Résistance qui a notamment créé la Sécurité sociale. Cela montre que dans les crises fortes on est capable de se rassembler au delà des convictions politiques. Ce concept d'union du peuple de France est une réponse aux défis d'aujourd'hui. Ce n'est pas par hasard si Sarkozy veut effacer 1945. La loi sur les retraites participe à cette entreprise. »

LA CATASTROPHE DU VAR

« Je pense à toutes les familles sinistrées. Le risque zéro n'existe pas bien sûr mais cette catastrophe pose deux questions : celle d'un urbanisme maîtrisé faisant front à la spéculation immobilière qui parfois pousse au crime et la maîtrise de la prévention des risques. À tous les échelons des pouvoirs publics, il faut réfléchir à une plus grande rigueur. Quand on défie la nature, parfois elle se réveille et elle se venge... »

SON WEEK-END

« Après la cérémonie du 18 Juin hier matin et l'ouverture de "À chacun son Tour" » sur la grand-place de Saint-Amand, en prélude à l'arrivée du Tour de France à la Porte du Hainaut le 6 juillet, je serai jusqu'à dimanche midi à la Défense, au congrès du Parti communiste français ». •

LA RÉFORME DES RETRAITES

« Même enrobé de miel, c'est une potion amère. Éric Woerth remet ses pas dans les mêmes ornières que Balladur en 1993 et Fillon en 2003. »

LA CATASTROPHE DU VAR

« À tous les échelons des pouvoirs publics, il faut réfléchir à une plus grande rigueur. »

 

Voir les commentaires

La réforme des retraites : un pas en arrière pour les femmes

21 Juin 2010, 15:42pm

Publié par MDC

 

La réforme des retraites : un pas en arrière pour les femmes

aff_pcf_cannes.moyenne.png

La réforme des retraites, présentée mercredi par le gouvernement, se targue d’être une réforme juste, notamment en matière d’égalité femmes – hommes.

Rappelons la situation actuelle : les retraites des femmes sont inférieures de 38% à celles des hommes et plus de la moitié des retraitées touchent une pension inférieure à 900€. Ce décalage prend racine dans les inégalités professionnelles nombreuses qui se cumulent au long de la carrière : orientation sexuée, précarité, temps partiels subis, différences de salaires, manque de mesures compensatoires suffisantes ou encore inégalités dans les niveaux de responsabilité…. Pour répondre à cet écart et lutter contre le niveau de pension insuffisant des femmes, le gouvernement prévoit la prise en compte les indemnités journalières du congé maternité dans le calcul de la retraite. Mesure compensatoire juste mais qui ne concerne – en moyenne - que 16 ou 32 semaines… sur plus de 2000 semaines d’activité au total. Si le gouvernement affirme que cette mesure va permettre de rattraper le retard abyssal en matière d’égalité femmes – hommes, c’est soit qu’il refuse de voir la réalité en face, soit qu’il essaye de détourner l’attention.

Les propositions du gouvernement représentent un pas en arrière pour les femmes.

Celles-ci sont en effet aujourd’hui nombreuses (30% des salariées) à liquider leurs droits à la retraite à 65 ans faute de n’avoir pu rassembler avant le nombre de trimestres nécessaires pour toucher une pension à taux plein. Les hommes, moins touchés par les carrières en dent-de-scie, sont 5% dans ce cas. Or, le taux d’emploi des femmes de plus de 60 ans est très faible (4,3%). Elles sont donc nombreuses avant 65 ans à connaître une situation de chômage ou de précarité. En reculant l’âge légal de départ de 60 à 62 ans et l’âge de départ à taux plein de 65 à 67 ans le gouvernement choisit donc d’allonger cette période de précarité et s’en prend ainsi directement au niveau des pensions et aux conditions de vie des femmes.

La suppression du dispositif autorisant un départ anticipé pour les salariés fonctionnaires qui attestent de 15 ans de services et sont parents de 3 enfants touche également de plein fouet les femmes. Cette disposition garantit en effet à des milliers de femmes une retraite à taux plein malgré une carrière interrompue par les congés maternités ou parentaux.

Nous alertons le gouvernement : les mêmes causes vont produire les mêmes effets. La réforme qu’il propose s’inscrit dans la suite de celles de 1993 et 2003, qui ont eu comme conséquence non seulement une baisse générale du niveau des pensions mais également un accroissement des inégalités entre les femmes et les hommes.

Si l’objectif d’une réforme des retraites est de garantir à toutes et à tous un niveau de retraite décent et d’œuvrer pour l’égalité entre les femmes et les hommes, le gouvernement a choisi la mauvaise voie. Il est encore temps d’en changer et de prendre des mesures fortes pour à la fois faire de l’égalité professionnelle un horizon proche et revaloriser immédiatement les pensions des retraitées. C’est pour cette raison que nous serons présentes dans la rue le 24 juin prochain.

Maryse Dumas (CGT), Annick Coupé (Solidaires), Bernadette Groison (FSU), Marie-Georges Buffet (PCF), Cécile Duflot (Les Verts) Danielle Bousquet (PS), Martine Billard (PG), Arlette Zilberg (Verts), Anne Leclerc (NPA), Carine Favier (Présidente du Mouvement Français pour le Planning Familial), Maya Surdut (CNDF), Yvette Roudy (ancienne ministre), Fatima Lalem (adjointe au Maire de Paris chargée de l'égalité femme/homme), Annie Sugier (Ligue Internationale du Droit des Femmes), Evelyne Rochedereux (CIBEL), Nicole Savey (Maison des femmes de Montreuil), ont signé l’appel parmi plus d’une cinquantaine de féministes.

Pour s'associer à l'appel : www.osezlefeminisme.fr lien 

 

Voir les commentaires

L'APPEL DU 17 JUIN 40 DE CHARLES TILLON : UN APPEL OUBLIÉ

21 Juin 2010, 12:57pm

Publié par MDC

 

L'APPEL DU 17 JUIN 40 DE CHARLES TILLON : UN APPEL OUBLIÉ

En cette période de commémoration de l'Appel du 18 juin du Général De Gaulle et alors qu'on continue à prétendre dans nombre de medias qu'en 40 le Parti Communiste Français était complice d'Hitler et qu'il a attendu l'attaque de l'URSS pour entrer en résistance, il est bon de rappeler un appel que certains veulent occulter, l'appel à la résistance au fascisme hitlérien du communiste Charles Tillon.

L’appel du 17 juin 1940 de Charles Tillon :

"Les gouvernements bourgeois ont livré à Hitler et à Mussolini : l’Espagne, l’Autriche, l’Albanie et la Tchécoslovaquie... Et maintenant, ils livrent la France. Ils ont tout trahi.

Après avoir livré les armées du Nord et de l’Est, après avoir livré Paris, ses usines, ses ouvriers, ils jugent pouvoir, avec le concours de Hitler, livrer le pays entier au fascisme.

Mais le peuple français ne veut pas de la misère de l’esclavage du fascisme. Pas plus qu’il n’a voulu de la guerre des capitalistes.

Il est le nombre : uni, il sera la force.

Pour l’arrestation immédiate des traîtres Pour un gouvernement populaire s’appuyant sur les masses, libérant les travailleurs, établissant la légalité du parti communiste, luttant contre le fascisme hitlérien et les 200 familles, s’entendant avec l’URSS pour une paix équitable, luttant pour l’indépendance nationale et prenant des mesures contre les organisations fascistes.

Peuple des usines, des champs, des magasins, des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins, aviateurs encore sous les armes, UNISSEZ VOUS DANS L’ACTION !"

Charles Tillon, Gradignan, 17 juin 1940

Ch.Tillon.jpg

Charles Tillon (1897-1993) :

Député communiste (1936-1940 puis 1945-1955).

Membre du Comité Central et du Bureau Politique du PCF

Il prit part à la Résistance en tant que fondateur et commandant en chef des FTPF.

Il sera ministre de plusieurs gouvernements après la Libération (1944-1947).

Il participera en particulier à la création de l'ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance) et à la fondation du Mouvement de la Paix.

 

 

Voir les commentaires

Décès de José Saramago, prix Nobel de Littérature et militant communiste

19 Juin 2010, 12:19pm

Publié par MDC

 

Décès de José Saramago, prix Nobel de Littérature et militant communiste

 

Saramago.jpeg« On privatise tout, on privatise la mer et le ciel,

on privatise l'eau et l'air, on privatise la justice et la loi,

on privatise le nuage qui passe,

on privatise le rêve, surtout s'il est diurne

et qu'on le rêve les yeux ouverts.

Et finalement, pour couronner le tout et en finir avec tant de privatisations

on privatise les Etats, et on les livre une fois pour toutes

à la voracité des entreprises privées,

vainqueurs de l'appel d'offre international

Voilà oùse trouve désormais le salut du monde...

Et, en passant, on privatise aussi

la pute qui est notre mère à tous »

 

José Saramago, dansles Cahiers de Lanzarote

C'est plongé dans une immense tristesse que nos camarades portugais, et plus largement les communistes et progressistes du monde entier, ont appris le décès de l'écrivain José Saramago, à l'âge de 87 ans, sur l'île de Lanzarote, dans les Canaries.


Du serrurier fils de paysans pauvres du Ribatejo au prix Nobel

Enfant d'une famille de paysans pauvres du Ribatejo, au sud de Lisbonne, serrurier de formation, rien ne prédestinait José Saramago à devenir le premier et unique, à ce jour, prix Nobel de Littérature lusophone. Et pourtant, lui qui ne connut la renommée que la soixantaine passée avec son troisième roman, publié en 1982,Le dieu manchot,sut être le digne continuateur des grandes figures de la littérature portugaise, de Eça de Queiroz à Fernando Pessoa.

Considéré comme un maître dans le maniement de la langue portugaise, adepte d'une prose au style inimitable, faite de longues phrases interminables mêlant discours direct et indirect, José Saramago n'a jamais sacrifié ses inquiétudes par rapport au sens du monde dans lequel il vivait à son imagination débordante. Au contraire, elles l'alimentaient. Dès sa première œuvre postérieure à la Révolution d'Avril, « Levantado dochão » (Redressé du sol), qui relate les luttes des petits paysans de l'Alentejo contre les latifundistes depuis la fin du XIXème siècle jusqu'à la Révolution d'Avril, ses préoccupations sociales et ses opinions politiques imprégnaient ses œuvres sans jamais, pourtant, les alourdir.

Militant communiste depuis 1969: une fidélité sans faille, un homme de combats

José Saramago fut un militant communiste de 1969, date de son adhésion sous la dictature salazariste, jusqu'à sa mort. Il n'a jamais renoncé, est toujours resté fidèle au Parti, et n'a jamais cédé aux sirènes modernisatrices et liquidatrices, car le fils de paysan du Ribatejo conserva envers le parti une gratitude éternelle. En 2009, il avait accepté de figurer sur la liste du Parti Communiste Portugais pour les européennes, à titre symbolique.


Il fut un homme de combats, toujours ouverts aux nouveaux élans émancipateurs. Défenseur inlassable du socialisme Cubain, observateur attentif et enthousiasmé des expériences latino-américaines, avocat de la cause palestinienne contre l'occupation israélienne (jusque dans ses romans et « L'Histoire du siège de Lisbonne » qui peut se lire aussi ainsi), il regardait avec amertume et perspicacité les démocraties libérales européennes creuser le fossé entre gouvernants et gouvernés, démocratie proclamée et démocratie de fait, entre peuples élus et peuples déchus. Cette rage au ventre, cet espoir dans le cœur a animé jusqu'à son dernier souffle son élan créateur.


Une voix qui fut un écho du peuple

Lors de son discours devant l'Assemblée du prix Nobel, José Saramago avait déclaré:« La voix qui a lu ces pages se veut être l'écho des voix de tous mes personnages ».Le secrétaire-général du PCP, en 2008, dix ans après, avait ajouté:« Et toutes ces voix sont un écho du peuple, des travailleurs, des êtres humains imparfaits qui construisent l'histoire ».

En ce triste jour pour tous les communistes du monde entier, le message ne peut être que celui-ci : merci d'avoir été la voix des sans-voix, de s'être fait l'écho de ce peuple, de ces travailleurs qui font l'histoire et qui sont les oubliés de l'histoire.

extrait d'un article publié sur le sitehttp://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net

 

 

 

Voir les commentaires

Contre une réforme injuste des retraites : mobilisation massive le 24 juin 2010 !

19 Juin 2010, 10:49am

Publié par MDC

 

Contre une réforme injuste des retraites : mobilisation massive le 24 juin 2010 !

arton4878.jpg

Communiqué commun des organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA (17 juin)

Le gouvernement a rendu public son projet de réforme des retraites.

Les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA, qui se réunissent régulièrement depuis octobre 2008, ont analysé ensemble ce projet. Quelle que soit leur appréciation sur les solutions à apporter pour l’avenir des retraites, elles affirment que la réforme proposée est inacceptable, injuste, essentiellement à la charge des salariés, comptable et de court terme, sans réponse aux vraies questions.

Le report brutal à 62 et 67 ans des âges légaux va fortement pénaliser les salariés et notamment ceux ayant commencé à travailler jeunes ; celles et ceux ayant des carrières incomplètes et chaotiques en particulier les femmes qui sont aujourd’hui 28% à travailler jusqu’à 65 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein.

La situation financière actuelle de notre système de retraite est pour l’essentiel dûe à la crise, pourtant 85% des efforts sont demandés aux salariés. Les entreprises, les hauts revenus, les revenus du capital sont 5 fois moins mis à contribution que les salariés. Les fonctionnaires se voient imposer une augmentation drastique de leur cotisation conduisant à une baisse de leur pouvoir d’achat.

La réforme proposée ne répond ni aux questions d’emploi, en particulier des jeunes et des seniors, ni à la résorption des inégalités hommes-femmes, ni à la reconnaissance de la pénibilité… elle renvoie aux futures générations l’incertitude de la pérennité des régimes de retraites solidaires par répartition.

Cette réforme, loin de répondre à l’enjeu de société qu’est celui de l’avenir des retraites, est brutale et porteuse de recul social pour la quasi-totalité des salariés du privé, du public et des régimes spéciaux.

Pour combattre cette réforme, les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA appellent l’ensemble des salariés, des retraités, des privés d’emploi et des jeunes à participer massivement à la journée nationale de grèves et de manifestations du 24 juin 2010.

L’intersyndicale se réunira à nouveau le 29 juin pour faire le bilan du 24 juin, décider des initiatives et mobilisations possibles pendant l’été et à la rentrée.

MANIFESTATION A ARRAS : 10 H PLACE DE LA GARE

MANIFESTATION A LILLE : DEPART DES BUS A14 H 30 DEVANT L'UL-CGT (s'inscrire avant le 23 au soir)

 

Voir les commentaires

Les communistes du Pas-de-Calais condamnent l'assaut criminel d'Israël

19 Juin 2010, 10:32am

Publié par MDC

 

Les communistes du Pas-de-Calais condamnent l'assaut criminel d'Israël.

P1150288--Resolution-de-l-ecran-.JPG.jpeg

La marine israélienne a donné l'assaut à la flotille internationale d'aide à la Palestine comportant une aide alimentaire pour faire face au blocus imposé à Gaza mais également des militants pour la paix. Cette attaque a eu lieu dans les eaux internationales et a fait selon les dernières estimations au moins 16 morts et 30 blessés.

On ne peut être que scandalisé et révolté par cette attitude qui une nouvelle fois montre le visage hideux du pouvoir israëlien. L'Union Européenne et la France ne peuvent se taire. Ils doivent réagir avec fermeté. L'accord d'association Union Européenne-Israël, prévoit la suspension de toute relation dès lors que les libertés sont mises en cause. C'est une nouvelle fois le cas ici. Le gouvernement français et l'Union Européenne doivent rompre immédiatement toute relation avec le gouvernement israëlien et utiliser tous les moyens de pression possible pour que cesse immédiatement ces attaques contre les bateaux et au-delà qu'on lève le blocus contre Gaza:


Le Parti Communiste Français:

Condamne avec la plus grande fermeté l'acte de guerre et de piraterie perpétrés par Israël et soutient les réactions diplomatiques les plus fermes et la mobilisation forte de l'opinion publique.

Demande que la France et l'Union Européenne agissent pour faire cesser au plus vite les violations internationales et prennent les sanctions nécessaires à l'égard du gouvernement israélien.

Demande la levée immédiate du blocus de Gaza et la fin de la colonisation des territoires palestiniens.

Demande la libération des 700 pacifistes dont 7 français sans aucune condition.

Demande la constitution d'une commission d'enquête parlementaire sous l'égide de l'O.N.U.



La Fédération du Parti Communiste Français du Pas-de-Calais.

 

Voir les commentaires

Le 27 mai doit devenir une journée nationale de la Résistance

19 Juin 2010, 10:09am

Publié par MDC

 

MOTION PROPOSÉE AU CONSEIL MUNICIPAL DE BEAURAINS PAR JEAN-JACQUES GUILLEMANT ADJOINT AU MAIRE, MEMBRE DE L'ANACR ET AMIS DE LA RÉSISTANCE :

JJ photo

Le 27 mai doit devenir une journée nationale de la Résistance.

Cette date est d'une légitimité telle, qu'elle s'impose comme une exigence de l'histoire et interdit toute dérive politicienne. Elle marque le rassemblement de tous les mouvements, réseaux, formations et maquis de la Résistance issus de toutes croyances démocratiques, sans oublier le MOI, main d'œuvre immigrée, immortalisé par le poème d'Aragon L'affiche rouge.

Cette journée aurait ainsi le mérite de rappeler l'héritage que nous a légué le Conseil National de la Résistance (CNR) dont le rôle allait au-delà de la libération de la France du joug du nazisme, du fascisme et de la collaboration.

En pleine lutte contre l'oppresseur, le CNR adopta à l'unanimité un programme d'actions non seulement pour participer activement à la libération, mais aussi en préparant, pour la France de l'après-guerre, un programme riche de fondamentales avancées sociales, telles que la sécurité sociale, les services publics, la retraite par répartition, la liberté de la presse, le vote des femmes,...

Ce programme est encore et toujours d'une actualité brûlante.

Aux côtés de la journée nationale de la Déportation, de la journée de commémoration de l'appel du 18 juin, instituer une telle journée nationale permettrait de franchir un pas de plus vers la transmission des valeurs que nous défendons : valeurs humanistes, patriotiques et démocratiques, valeurs qui inspirèrent le combat héroïque de notre peuple contre la tyrannie et la barbarie.

 

Voir les commentaires

Les débats sur le Front de gauche ouvrent le bal du congrès

19 Juin 2010, 08:33am

Publié par MDC

 

Les débats sur le Front de gauche ouvrent le bal du congrès

arton2768260-012f8.jpgLe 35e Congrès du PCF, qui se tient jusqu’à dimanche, à la Défense, s’est ouvert, vendredi, avec le débat sur la poursuite de la stratégie de Front de gauche dans les luttes et aux élections de 2012. Les délégués ont insisté sur le besoin de donner un véritable ancrage populaire au rassemblement.

Les premières interventions entendues, vendredi après-midi, au 35e Congrès du PCF, réuni jusqu’à dimanche, à la Défense (Hauts-de-Seine) démentent d’entrée de jeu l’idée véhiculée dans les médias que les communistes enterreraient leur parti. « Crise systémique », « dépassement du capitalisme » : les communistes ne renoncent ni à leurs analyses ni à leurs ambitions. Un congrès en prise avec les luttes du monde du travail, aussi, à l’instar de l’intervention d’un délégué du Nord réclamant que le Congrès s’exprime pour condamner « les licenciements boursiers » à la suite de la confirmation, jeudi, de l’intention de la direction de Total de fermer sa raffinerie des Flandres, à Dunkerque.

Dès l’ouverture de leurs travaux, les délégués sont entrés dans le vif des débats sur l’évaluation et la poursuite de leur stratégie mise en ouvre dans le cadre du Front de gauche, aux européennes des 2009, puis aux régionales de mars dernier. Consacrée à l’évaluation de la stratégie décidée au 34e Congrès de décembre 2008, la discussion a mis en lumière le besoin de ne pas en rester au « statu quo » pour être à la hauteur de la réponse à la crise, comme y a invité Robert Injey, membre de la coordination nationale du Parti, dans l’introduction générale des débats. « Ce qui est à l’ordre du jour c’est bien de transformer radicalement cette société. [.] Lors de ces deux scrutins, nous avons pu mettre en ouvre la démarche du Front de gauche, et cela se traduit par des aspects positifs mais aussi de nombreuses limites. » Si les congrès départementaux partagent cette « appréciation positive » et la volonté de « renforcer » et de « prolonger » cette démarche, la principale limite pointée par les communistes est « son manque d’ancrage populaire et le fait qu’elle apparaît trop comme un cartel d’organisation », a rapporté Robert Injey. Un ancrage populaire dont la plupart des délégués ont réclamé la mise en pratique. Certains appelant à « rompre avec toute démarche de sommet électoraliste », comme Yves Dimicoli, de Paris, d’autres, à l’instar de Daniel Cirera, de Seine-Saint-Denis, dénonçant une politique de « fait accompli » après la tenue du sommet du Front de gauche du 9 juin. Ce débat se doublant d’un autre sur l’élection présidentielle, la plupart plaidant pour que le principe d’une candidature de rassemblement ne soit pas opposé à ce que celle-ci puisse être issue du PCF. Le député du Rhône, André Gerin, proposant pour sa part de consulter les communistes avant la fin de l’année sur une candidature communiste en 2012.

Sébastien Crépel (L'Humanité)

 

Les travaux du Congrès passent en direct sur le site national du PCF (www.pcf.fr)

lien

 

 

 

Voir les commentaires

OUVERTURE DU 35e CONGRES DU PCF

18 Juin 2010, 15:40pm

Publié par MDC

 

Ouverture du 35e congrès du PCF marqué par les adieux de Buffet

photo1276862320581-1-0.jpg

Le 35e congrès du Parti communiste français (PCF) s'est ouvert vendredi midi à La Défense (Hauts-de-Seine) et saluera en fin de journée le départ de Marie-George Buffet après neuf ans à la tête du Parti, en présence de tous les leaders de gauche.

Toute la gauche sera réunie, de Martine Aubry (Parti socialiste) à Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche), Cécile Duflot (Verts), Olivier Besancenot (Nouveau Parti anticapitaliste) ou Arlette Laguiller (Lutte ouvrière) mais aussi Bernard Thibault (CGT). Mme Buffet, ex-ministre des Sports de Lionel Jospin, doit prononcer son dernier discours vers 18H00.

Intitulé "transformer maintenant. La vie, le monde, la gauche, le Parti communiste", le congrès qui se déroule au Cnit de La Défense jusqu'à dimanche doit notamment aborder la suite du rassemblement du Front de gauche avec en toile de fond l'éventuelle candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle qui fait grincer des dents nombre de communistes.

"On est dans un état d'esprit serein et très combatif avec l'envie d'une riposte très forte contre le pouvoir de Nicolas Sarkozy d'autant plus que le moment est important avec la bataille des retraites", a déclaré à l'AFP Pierre Laurent qui doit succéder à Mme Buffet dimanche lors du vote des 600 délégués réunis à La Défense.

Le seul concurrent au poste de secrétaire national de l'ex-directeur de la rédaction de L'Humanité, est l'eurodéputé Jacky Hénin. "Il est des moments où il faut savoir dire trop c'est trop", a-t-il dit à l'AFP, déplorant que le PCF soit "devenu incolore, inodore et sans saveur".

L'ancien maire de Calais dénonce "un manque de respect profond pour les communistes de base" par la direction qui a décidé, à quelques jours du congrès, de discuter d'un "programme partagé" avec Jean-Luc Mélenchon.

Le Front de gauche "ne doit pas être une réunion d'états-majors qui décident", a argué M. Hénin.

 

AFP 18.06.2010 à 13h

 

Voir les commentaires

PIERRE LAURENT SUR RTL

18 Juin 2010, 10:07am

Publié par MDC

 

 

 

Voir les commentaires

MARIE-GRORGE BUFFET SUR I-TELE

18 Juin 2010, 10:04am

Publié par MDC

 

 

 

Voir les commentaires

Jacky Hénin candidat à la direction nationale du parti communiste

17 Juin 2010, 18:16pm

Publié par MDC

 

Jacky Hénin candidat à la direction nationale du parti communiste

jacky-henin-s-engage-contre-la-directio-492361.jpg

Photo LA VOIX DU NORD

Jacky Hénin a annoncé, lors de la conférence fédérale du PCF qui s'est déroulée à Rouvroy le 12 juin, qu'il allait briguer la succession de Marie-George Buffet lors du congrès qui se tient ce week-end à la Défense.

 

Extraits de l'interview donnée à Bruno Mallet (La Voix du Nord)

Pourquoi avoir choisi de poser votre candidature ?

« Parce que certaines choses m'énervent prodigieusement dans le fonctionnement du parti. En particulier, on nous présente la succession de Marie-George Buffet par Pierre Laurent comme un fait acquis d'avance. Pour moi, c'est profondément anti-démocratique. »

Que reprochez-vous à la ligne prônée par Pierre Laurent ?

« Pour moi, le Congrès doit discuter sereinement de la ligne adoptée dans le cadre du front de gauche, discuter objectivement, sereinement, de ses résultats. Or, Marie-George Buffet et Pierre Laurent décident d'aller encore plus vite. Ils veulent travailler avec d'autres formations, mais on ne sait pas sur quelle base, puisque le PCF n'a pas de programme ! J'ai l'impression qu'ils ont perdu la boussole. »

Vous êtes catalogué parmi les orthodoxes, face à une direction du parti aux volontés rénovatrices. Qu'en pensez-vous ?

« C'est une image fausse. On me classe parmi les durs, or le rassemblement du front de gauche, jusqu'à preuve du contraire, n'est qu'un petit rassemblement au sein duquel on passe son temps à bouffer du socialiste. On ne battra pas Sarkozy et sa politique néfaste sur ces bases-là ! »

Avez-vous une chance de battre Pierre Laurent ?

« Franchement ? Absolument aucune chance. En revanche, j'ai encore un droit à l'expression, et je l'utilise, en respectant toutes les structures du parti. J'ai d'abord annoncé ma décision aux communistes de la fédération du Pas-de-Calais et du Calaisis. Je n'ai aucune chance, je pose cette candidature comme un trouble-fête. »

Va-t-elle vraiment ennuyer la direction du parti ?

« Oui, car j'apparais comme quelqu'un qui a toujours respecté ses engagements, je n'ai jamais renié mon engagement auprès du monde du travail, et je ne le renierai jamais. Ils avaient organisé une grand-messe à la gloire d'une personne, et ils vont voir débarquer un pékin de province qui va un peu troubler le jeu. Le Parti va dépenser 150 000 euros pour ce Congrès joué d'avance : On aurait aussi bien fait de dépenser cette somme pour financer une campagne claire contre la réforme des retraites. »

Pensez-vous au moins fédérer quelques cadres derrière vous ?

« Je ne sais pas, beaucoup de camarades sont totalement désabusés. Alors que je suis convaincu que le PCF a encore un avenir dans cette société.

J'ai entendu Martine Aubry à la télé, et elle est une vraie femme de gauche. Je ne suis pas dupe, son discours est de circonstance, mais n'empêche qu'elle joue son rôle. Elle, au moins, a eu le courage d'exclure du PS ceux qui avaient suivi Georges Frêche en Languedoc-Roussillon, alors que le PCF a été incapable de le faire avec Jean-Claude Gayssot. La direction actuelle du PCF est incolore, inodore et sans saveur ! »

 

 


 

Voir les commentaires

1 2 > >>