Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

CONTRE LE SLS

29 Avril 2010, 09:34am

Publié par MDC

 

Contre le Supplément de Loyer Solidaire

 

Voir les commentaires

QUI DONC A INTÉRÊT À LAISSER GLISSER DANS L'OUBLI LES DÉPORTÉS ET RÉSISTANTS ?

26 Avril 2010, 13:39pm

Publié par MDC

 

JOURNÉE NATIONALE DES DÉPORTÉS À ARRAS

100_0010.JPG

QUI DONC A INTÉRÊT À LAISSER GLISSER DANS L'OUBLI LES DÉPORTÉS ET RÉSISTANTS ?

Dimanche 25 avril, comme tous les ans, à l'occasion de la Journée nationale des Déportés, se tenait dans les fossés de la citadelle une cérémonie-souvenir.

Cérémonie émouvante où des enfants des écoles ont interprété le chant des marais, chant qui fut celui des Allemands déportés par les nazis dès 1933. Mais cérémonie moins suivie que la visite de la citadelle l'après-midi...

Depuis quelques années, l'absence du Préfet à cette journée officielle de la République est hélas devenue habituelle. Certes, il se fait remplacer par le secrétaire général de la Préfecture ! Nous ne remettrons pas en cause le respect dû à la charge officielle de Préfet, mais nous pouvons rappeler que le Préfet Jean Moulin fut apparemment le seul préfet à refuser de coopérer avec les envahisseurs de juin 1940 : nous aimerions qu'on s'en souvienne... Comme disait un philosophe (j'ai oublié qui), "Le respect ne se décrète pas, il se mérite..."

Le manque d'information de la part de la Préfecture et de la Mairie devient également une habitude : pas une affiche en ville, aucune annonce dans la presse... Si l'on désirait occulter cette commémoration, on ne s'y prendrait pas autrement!

Est-ce parce que Sarkozy et le gouvernement essaient de détruire l'œuvre du Conseil National de la Résistance? L'offensive actuelle contre les retraites après le laminage des services publics et la remise en cause des acquis sociaux le montre avec évidence.

"Le ventre est encore fécond d'où est sortie la bête immonde" écrivait Bertolt Brecht : il est primordial de rappeler à tous et notamment aux plus jeunes ce que fut la Résistance et la part que les communistes ont prise dans le combat pour la paix et la liberté.

MDC

100_0005.JPG

Au cimetière de Beaurains, où les communistes ont déposé une gerbe en l'honneur de Hubert CRÉPIN, mort en déportation en 1944

 

Voir les commentaires

UN 1er Mai de LUTTES !

26 Avril 2010, 10:07am

Publié par MDC

 

Unknown-1.jpg

 

Retraite, Emplois, Pouvoir d'Achat ...

UN 1er Mai de LUTTES !

 

Participer à la manifestation du 1er Mai, c’est lutter

pour la conservation et l’amélioration des acquis

du monde du travail

 

Rendez-vous à 10 h

Place de la Gare ARRAS

1-mai-2010.jpg

 

Voir les commentaires

L'Urssaf ne voit pas la fin de la crise

19 Avril 2010, 11:35am

Publié par MDC

 

L'Urssaf ne voit pas la fin de la crise

Publié le samedi 17 avril 2010 dans Nord Eclair

phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpegLes conflits sociaux ont été nombreux l'an dernier, comme ici à Pimkie, illustrant les nombreuses pertes d'emplois dans l'industrie. Photo archives NE

Du jamais vu pour l'Urssaf, dans le Nord comme le Pas-de-Calais, et sur un laps de temps aussi court : en 2009, la région a perdu 25 400 emplois, soit 2,4 % de ses effectifs salariés.

Une année « très difficile. C'est la crise » La directrice de l'Urssaf du Nord, Joselyne Savoye, aimerait pouvoir communiquer du positif, mais les chiffres sont cruels : et en 2009 dans la région, cela se traduit par la perte de 25 400 emplois, soit un taux d'évolution, en négatif, conforme à la moyenne nationale. Et alors que les courbes étaient jusqu'en 2008 « plus déprimées » dans le Pas-de-Calais, c'est cette fois-ci le Nord qui subit le plus la déferlante de la perte d'emplois. « Il faut dire que dans le Pas-de-Calais, on avait quasiment atteint le fond, il était difficile de creuser encore plus », commente Philippe Cuvillier, directeur de l'Urssaf d'Arras-Calais-Douai. Et puisque les Urssaf sont chargées de collecter les cotisations pour le compte du régime général de la Sécurité sociale, ce sera autant de moins pour « la maladie, les retraites », ajoute Philippe Cuvillier.

À part la zone de Lens-Hénin, qui préserve ses effectifs salariés en 2009 notamment grâce au tertiaire et les services d'aide à la personne, tous les bassins d'emploi sont atteints. Parmi les plus durement touchés, on trouve le Calaisis (- 2 000 postes), le Valenciennois (- 4 200 postes) et la Sambre-Avesnois (- 2 200 postes), notamment à cause des coupes sombres dans l'intérim. « Les entreprises ont certainement eu peur, mais on constate une reprise de l'intérim au 3e trimestre » , constate Joselyne Savoye. Dans la métropole lilloise, avec 400 postes supplémentaires en 2009, l'hôtellerie-restauration est le seul secteur dont les effectifs salariés augmentent.

Des raisons d'espérer ?

Les secteurs d'activité les plus touchés sont l'industrie (- 13 000 postes) : la moitié des 2 000 postes perdus dans la fabrication des matériels de transport concerne la construction de voitures. Recul toujours dans le textile (- 2 400 postes) et toujours aussi inquiétante, la persistance de la dégradation dans le secteur de la construction qui perd en un an 4 700 postes. Une des zones d'emploi les plus affectées pour ce secteur est celle de Roubaix-Tourcoing.
Autre signe inquiétant, les demandes de délais de paiement des cotisations ont plus que doublé entre 2008 et 2009. À l'Urssaf, on espère cependant au vu de deux signaux « positifs » : la faible reprise de l'intérim fin 2009 et le nombre de déclarations d'embauche, « meilleur » sur les deux premiers mois de 2010 que ceux de 2009. C'est déjà ça.

par CHRISTELLE JEUDY(Nord Eclair)

 

 

Voir les commentaires

CINEMAS SANS FRONTIERES

18 Avril 2010, 18:09pm

Publié par Xavier

Cinémovida Arras Cinémovida Arras
CINEMAS SANS FRONTIERES du 19 avril au 2 mai 2010

CINEMAS SANS FRONTIERES

QUATRE FILMS A DECOUVRIR

1 débat animé par RESF et Paul Masson, 1 rencontre avec la réalisatrice Marine Place

CINEMA SANS FRONTIERES

LE DEBAT VOUS APPARTIENT

UN ALLER SIMPLE POUR MAORE

Réalisé par Agnès Fouilleux

Kwassa-kwassa : une barque de pêche, une quarantaine de passagers à bord, une coquille de noix ballotée dans l'océan, le passeport pour "...

CINE-DEBAT

LUNDI 19 AVRIL A 20H30

ANIME PAR RESF ARRAS-LENS ET PAUL MASSON

CINEMAS SANS FRONTIERES

>du 19 avril au 2 mai 2010

LES CHOIX DE VALENTIN

RESF Réseau Education Sans Frontières regroupe des associations mouvements et syndicats où agissent ensemble enseignants, parents, lycéens, éducateurs, …

RESF défend les jeunes étrangers scolarisés menacés d'expulsion (jeunes majeurs sans papiers, enfants de parents sans papiers,…) et défend le droit de ces jeunes et de leurs familles à vivre et étudier en sécurité et dans la sérénité en France.

Le droit de se déplacer, la liberté de circulation sont des droits élémentaires. Les frontières et les murs, physiques et idéologiques, se multiplient contre les personnes à l'heure où les marchandises et l'argent circulent sans obstacles. Le « franchissement des frontières » est une question de notre monde actuel, une question dont le cinéma s'est emparé.

RESF Arras-Lens a voulu en donner un aperçu avec ce « Cinémas sans frontières », autour du 1er mai (fête internationale !) en présentant, avec Colères du présent, 4 films au Cinémovida :

UN ALLER SIMPLE POUR MAORE : Ciné-débat lundi 19 avril à 20h30 animé par RESF ARRAS-LENS et Paul Masson. Autres séances : Mardi 20 avril 21h / samedi 24 avril 18h

LES CHOIX DE VALENTIN : Ciné-Rencontre mercredi 21 avril à 20h30. Séance suivie d'une rencontre avec la Réalisatrice et Valentin.

SIN NOMBRE : dimanche 25 avril 11h / mardi 27 avril 18h

HARRAGAS : Jeudi 29 avril 18h / vendredi 30 avril 20h / dimanche 2 mai 18h30

Voir les commentaires

R. CHEVALIER SUCCÈDE À J.-J. GUILLEMANT AU SECRÉTARIAT DE SECTION

16 Avril 2010, 12:30pm

Publié par MDC

 

RENÉ CHEVALIER SUCCÈDE À JEAN-JACQUES GUILLEMANT

AU SECRÉTARIAT DE LA SECTION DE L'ARRAGEOIS DU PCF

JJ-photo.jpg

Notre camarade Jean-Jacques Guillemant souhaitait depuis très longtemps quitter le poste de 1er secrétaire de la Section et laisser la place à plus jeune que lui. Le Bureau de section est d'ailleurs organisé en "doublette" pour chaque poste afin de préparer la relève. C'est ainsi que notre camarade René Chevalier, secrétaire adjoint, devient Secrétaire de la Section de l'Arrageois du Parti Communiste Français.

Il y a plus de 4 ans maintenant, Jean-Jacques avait été sollicité par notre regretté camarade Marcel Roger, inquiet de la situation déplorable que connaissait alors la section. Les communistes arrageois lui ont alors accordé une confiance qui ne fut pas déçue : la section a repris vie, les réunions ont retrouvé leur intérêt, les actions se sont multipliées, le renom et l'influence du PCF dans l'Arrageois ont connu un grand progrès. Merci à notre camarade, qui a su s'entourer de militants dévoués et actifs et qui a toujours privilégié son rôle d'animateur à son rôle de dirigeant, en veillant que le travail soit essentiellement collectif.

PICT0724-2

René Chevalier, né à Arras en 1958, d'une famille ouvrière, a un CAP de couvreur zingueur et a travaillé chez Fauvet-Girel avant d'être licencié économique. Il sera ensuite ouvrier d'entretien à l'Ecole Normale d'Instituteurs à Arras.

Syndiqué à la CGT depuis 1976, il représente les personnels non enseignants de l'Education Nationale dans les différentes commissions du Conseil Général du Pas De Calais où il est depuis 2008 trésorier-adjoint CGT.

il est aussi membre du bureau départemental de la Confédération Nationale du Logement et Président des Amis de liberté du quartier Ronville à Arras.

Adhérent du PCF depuis 1987, il a suivi une école fédérale en 1989 et a été candidat aux Municipales à St Laurent puis à Arras ainsi qu' aux cantonales de 1998. En 2008, il fut la tête de liste communiste sur la liste d'union de la gauche aux municipales à Arras.

Il a été élu au secrétariat de section de l'Arrageois en novembre 2008 d'abord à la Propagande puis comme secrétaire-adjoint de la Section auprès de Jean-Jacques Guillemant qu'il remplace désormais. Bon courage à notre camarade René qui saura continuer l'oeuvre de renouveau de notre Section arrageoise.

 

 

 

 

Voir les commentaires

HOMMAGE AUX "GUEULES NOIRES"

13 Avril 2010, 15:36pm

Publié par MDC

 

    

 

Dominque Grange à écrit cette chanson en hommage à deux mineurs communistes Résistants, André Théret et Joseph Tournel de Bruay, à leurs femmes, en souvenirs des morts de Fouquières-lès-Lens, des 42 mineurs morts en décembre 1974 à Liévin, aux innombrables victimes de la silicose dans toutes les mines du monde, à tous ceux qui subissent, aujourd’hui encore, dans de nombreux pays, l’esclavage infernal du travail au fond, avec la menace permanente du coup de grisou, de l’éboulis, de l’incendie des boisages, de l’inondation...

Voir les commentaires

A FINIMETAL ON VEUT BRISER LA CGT

9 Avril 2010, 12:23pm

Publié par MDC

 

FINIMETAL-A.jpg« Pour le patronat, la question c'est de mettre à la botte toutes les organisations syndicales et particulièrement la CGT à la base »

Présent au cours du rassemblement régional de la CGT devant les portes de Finimétal, Liberté 62 a interrogé Jean-Pierre Delannoy, secrétaire général Nord-Pas-de-Calais de l'USTM-CGT.

Liberté 62 : «Un mouvement de renforcement de la répression anti-syndicale et notamment à l'encontre de la CGT semble se mettre en oeuvre actuellement dans de nombreuses entreprises industrielles. Qu'en pensez-vous ?»

Jean -Pierre Delannoy : «Oui, sur la question des libertés syndicales, on voit qu'il y a une offensive de la stratégie patronale aujourd'hui. Celle-ci est d'autant plus confortée que, malheureusement, nous n'avons pas, au niveau national, de perspectives de lutte suffisamment forte qui nous permettrait de faire reculer le patronat de manière importante sur nos revendications que sont les salaires, l'emploi et les retraites. On sent très bien qu'il y a actuellement une partie de manivelle très importante entre le patronat d'une part et la CGT à la base qui se bat sur ses revendications d'autre part. Aujourd'hui, la répression syndicale a pour objectif de mettre la pression sur les salariés et de les détourner de leurs revendications.»

Liberté 62 : «Ne peut-on pas parler d'une exemplarité de la situation actuelle à Finimétal ?»

Jean -Pierre Delannoy : «Pour le patronat, la question c'est de mettre à la botte toutes les organisations syndicales et particulièrement la CGT à la base, de leur faire comprendre qu'il est nécessaire de s'occuper de l' «avenir de l'emploi», d'être sur une démarche défensive et de ne pas s'occuper des revendications des salariés. Il est évident, à partir de là, que l'exemple de Finimétal est important. Aujourd'hui, le patronat veut créer un précédent pour l'ensemble des syndicats du Nord et du Pas-de-Calais et au-delà, pour démontrer qu'il ne cède pas et montrer la voix aux autres patrons et aux autres directions d'entreprises pour ne pas céder aux revendications des salariés.»

Liberté 62 : «Mais le cas de Finimétal, une entreprise qui marche et dont les carnet de commande sont remplis, ne témoigne-t-il pas aussi d'une reprise de l'activité industrielle et donc d'un champ d'essai dpour les luttes patronales à venir ?»

Jean -Pierre Delannoy : «Sur l'ensemble des industries, que ce soit au niveau national ou au niveau régional, il n'y a pas beaucoup de visibilité pour les entreprises dans le deuxième semestre 2010. En ce moment, il y a quelques entreprises qui échappent un peu à la morosité économique provoquée par le système capitaliste : le ferroviaire par exemple ou certaines PME. Mais, d'une manière générale, la crise est encore profonde puisqu'on en paye les conséquences, par ricochet, suite à la situation de 2009. Oui, je pense que le patronat veut mettre à profit la situation économique actuelle pour préparer les salariés à être corvéables et prêts à être surexploités pour la relance de l'activité économique qui pourrait se profiler vers 2011 mais certainement pas en 2010. On a le sentiment qu'ils mettent à profit cette situation pour écraser encore plus les salariés.»

Propos recueillis par J.S. (Liberté 62)

 

Voir les commentaires

La CGT n'est pas prête à «lâcher le fer» à Finimétal

9 Avril 2010, 12:17pm

Publié par MDC

 

La CGT n'est pas prête à «lâcher le fer» à Finimétal

FINIMETAL-B.jpgArticle paru cette semaine dans "Liberté62"

Face à la répression anti-sociale et anti-syndicale orchestrée par la direction de Rettig-Finimétal, la CGT a organisé, le vendredi 2 avril, un rassemblement régional devant les portes de l'usine de Biache-Saint-Vaast.

Suite à la grève d'une semaine engagée il y a maintenant plus d'un mois pour leurs salaires et leurs primes, les salariés de l'entreprise Rettig-Finimétal de Biache-Saint-Vaast étaient retournés à leur travail avec la satisfaction d'avoir mené une action au terme de laquelle ils avaient obtenu satisfaction. C'était sans compter, selon les termes de la CGT, sur une «direction rancunière». Au lendemain du conflit, une campagne de répression s'abattait sur l'entreprise sous la forme de brimades et d'humiliations visant l'ensemble des travailleurs de l'usine et par l'envoi d'une série de convocations pour entretien préalable de licenciement.

Campagne de répression

Face à cette situation, la CGT avait décidé, en accord avec les salariés de Rettig-Finimétal, d'organiser une nouvelle action pour interpeller la direction suite à plusieurs tentatives de médiations infructueuses auprès de la Direction Départementale du Travail. Au terme de cette nouvelle action, la direction de Rettig-Finimétal, plutôt que de chercher l'apaisement, décidait d'amplifier son action de répression anti-sociale et anti-syndicale en procédant à de nouvelles sanctions sous le prétexte d'une tentative de «séquestration» opérée par les salariés et la CGT à son encontre. En tout, à la date d'aujourd'hui, ce sont 22 ouvriers qui ont été directement visés par les mesures de coercition de la direction soit plus de 10% de l'effectif de l'entreprise : trois licenciements, trois avertissements, une mise à pied de cinq jours, deux sanctions disciplinaires, trois menaces de licenciement et douze autres sanctions en attente.

Nouveau pas en avant

Ce nouveau pas en avant de la direction de Rettig-Finimétal pour faire monter la pression sur ses salariés ne pouvait pas ne pas provoquer la colère et l'indignation ainsi que la réaction de la CGT. Convoquant une conférence de presse au siège arrageois de la CGT, ils étaient cinq représentants du syndicat a faire état de la situation face aux représentants de la presse écrite locale – l'Observateur de l'Arrageois, Liberté 62, l'Avenir de l'Artois et la Voix du Nord - et leur indiquer, avec une semaine d'avance, la tenue d'un rassemblement régional de la CGT organisé devant les portes de l'usine pour protester contre la «répression» en cours à Finimétal au moment même où plusieurs salariés étaient convoqués pour entretien par la direction de l'entreprise.

Nombreuses interventions

Vendredi 2 avril, à la date convenue, devant les portes closes de l'usine derrière lesquelles une vingtaine de «gros bras» d'une entreprise de «sécurité» embauchés pour l'occasion avaient pris place et en face desquelles des gendarmes formaient un cordon de sécurité, ils étaient ainsi plus d'une centaine de personnes à répondre à l'appel de la CGT pour manifester leur soutien aux salariés de Finimétal. Parmi eux, des syndicalistes de la CGT venus de différentes entreprises du Nord et du Pas-de-Calais ainsi que des élus locaux et des représentants de partis politiques de gauche - PCF, PG et NPA. Un rassemblement qui s'est transformé en tribune du fait des nombreuses interventions auxquelles il a donné lieu : tribune solidaire pour le droit de grève, contre la répression patronale, pour les salaires, l'emploi, l'avenir de l'industrie et des retraites.

«La direction fait une répression sauvage pour monter les salariés contre la CGT»

«La direction fait une répression sauvage pour monter les salariés contre la CGT et les dissuader de faire valoir leurs droits» a expliqué Christian Orlowiez, délégué syndical CGT de Rettig-Finimétal Biache-Saint-Vaast, au cours de son intervention. «Ils cherchent à criminaliser l'action syndicale» a souligné de son côté Serge Piedplat, secrétaire général départemental de l'USTM-CGT. «Quand on gagne 1100 à 1300 euros de salaire par mois et non pas 1800 euros comme la direction de Finimétal l'a fait écrire dans la presse de ce matin, ce n'est pas de gaîté de coeur qu'on fait grève» a déclaré pour sa part Martial Stienne, conseiller général communiste du canton de Vitry-en Artois venu témoigner, aux côtés de Dominique Watrin, de Cathy Apourceau ou encore d'Hérvé Poly de la solidarité du PCF et de ses élus à l'égard des Finimétal. «Faisons en sorte de faire reculer cette direction» a-t-il conclu. En cas de non réponse à sa demande d'audience par la Direction Départementale du Travail, une nouvelle action régionale de la CGT est envisagée pour obtenir la fin de la répression chez Finimétal.

Une absence notable

Parmi les représentants de la presse délégués sur les lieux, l'absence de celui de la Voix du Nord était notable. Le principal quotidien régional du Nord et du Pas-de-Calais avait pourtant publié pour l'occasion dans son édition du matin une tribune dans laquelle la direction de Finimétal, sortant de son mutisme, expliquait, la main sur le coeur – voir la photo publiée - ne pas comprendre «pourquoi on fait grève alors qu'on peut négocier», déclarait souhaiter un «apaisement» et en appelait à la «raison de chacun» tout en accusant la CGT de chercher à envenimer le conflit. Des propos qui fleuraient bon la langue de bois patronale de plus en plus en usage ces derniers temps comme dans la bouche, récemment par exemple, des représentants de la direction de la raffinerie Total des Flandres pour n'évoquer qu'un cas parmi tant d'autres. Des propos qui tranchaient aussi avec ceux recueillis sur les lieux ou avec les constatations faites sur place. D'un côté, des gendarmes quittant peu à peu leur posture martiale face à des syndicalistes rassemblés témoignant du plus grand sang froid et d'un sens de la responsabilité indéniable et de l'autre, de l'autre côté de la grille, des vigiles quelque peu sidérés, apparemment, de n'être pas l'objet de quolibets mais d'exhortations à défendre leurs droits en tant que salariés. Il est vrai que les chiens à muselière habitués à se promener dans la cour de l'usine ces dernières semaines n'étaient pas de rigueur. Ils auraient sans doute fait «tâche» sur la photo de presse pour illustrer le sens profond attaché par la direction de Finimétal à la notion de «dialogue social», photo de presse qui, de toute façon, n'aurait sans doute pas été publiée par le journal mentionné précédemment.

 

Jérôme Skalski

 

 

 

Voir les commentaires

«Torture made in USA», une enquête exclusive

6 Avril 2010, 09:02am

Publié par MDC

Vu sur Mediapart : «Torture made in USA», une enquête exclusive

Ce documentaire de Marie-Monique Robin a reçu le 26 mars 2010 au Figra, festival international du grand reportage d'actualité du Touquet Paris-Plages, le prix Olivier Quemener-Reporters sans frontières. Ce film de 85 minutes, vous n'avez pu le voir à la télévision. A ce jour, il a seulement été diffusé sur Mediapart entre le 19 octobre et le 19 décembre 2009 en partenariat avec ACAT-FranceAmnesty International et Human Rights Watch. A l'occasion de cette récompense, nous le rediffusons pendant une semaine. Vous y découvrirez qu'à Guantanamo comme en Irak ou en Afghanistan, l'administration Bush a institutionnalisé la torture. Ses juristes ont tout fait pour s'exonérer des conventions de Genève et du droit de la guerre.

 

A voir d'urgence avant qu'il soit remis au placard !

 

http://www.mediapart.fr/content/torture-made-usa-une-enquete-exclusive

Cliquer ici : link

 

Voir les commentaires

Nos enfants nous accuseront

5 Avril 2010, 10:31am

Publié par MDC

Nos enfants nous accuseront

Dans un petit village français au pied des Cévennes, le maire a décidé de faire face, a décidé de réagir en faisant passer la cantine scolaire en Bio. Ici comme ailleurs la population est confrontée aux angoisses contre la pollution industrielle, aux dangers de la pollution agro chimique. Ici commence un combat contre une logique qui pourrait devenir irréversible, un combat pour que demain nos enfants ne nous accusent pas.

 

 

Voir les commentaires

TOTAL DOIT REDÉMARRER !

5 Avril 2010, 09:23am

Publié par MDC

 

arton1727-9bf93TOTAL DOIT REDÉMARRER !

Le 1er avril, notre camarade Jean-Claude Danglot est intervenu au Sénat sur l'avenir de l'industrie du raffinage en France

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Les salariés de la Raffinerie des Flandres sont en lutte depuis le 12 janvier pour défendre leur emploi et s’opposer à la désindustrialisation de l’agglomération Dunkerquoise.

A juste titre, ils n’acceptent pas qu’une poignée d’hommes dans un conseil d’administration puisse décider du sort de centaines de familles et de l’avenir d’une région.

Ils l’acceptent d’autant moins que Total, 4ème groupe mondial, a réalisé ces 10 dernières années 100 Milliards d’Euros de Profit.

Ce mastodonte n’est pas inébranlable. En obtenant, en effet, une table ronde ce 15 avril à Paris sur le devenir du raffinage en France les salariés et leurs organisations syndicales ont contraint le PDG de Total à venir s’expliquer sur sa stratégie. Pour ce grand défendeur du libéralisme qui considère n’avoir de compte à rendre à personne si ce n’est qu’à ses actionnaires, c’est raté !

Aussi d’ici le 15 avril, nous vous invitons à exiger de Total et du gouvernement le redémarrage de la Raffinerie des Flandres, comme le réclament depuis plus de 2 mois les salariés de cette entreprise et leurs organisations syndicales.

Après avoir perçu des Millions de l’état, des collectivités locales et du port pour son implantation à Dunkerque et pour la construction des infrastructures nécessaires à son activité,

Total nous est redevable.

Exigeons le redémarrage de la raffinerie des Flandres !

Faisons-nous respecter !

Lorsqu’une agglomération, comme la notre, compte plus de 14% de demandeurs d’emploi, lorsque le chômage des jeunes, de moins de 26 ans, est en progression de 47% sur 2 ans, on ne laisse pas partir ses entreprises. On se bat contre les fermetures, les délocalisations et les licenciements boursiers. Surtout quand ces entreprises dégagent tous les ans des Milliards de bénéfice.

Intervention de Jean Claude Danglot au Sénat : http://www.groupe-crc.org/La-realite-celle-que-vivent-les-Francais-c-est-la-casse-de-leur-outil-de-travail.html


Votons pour le redémarrage de la Raffinerie des Flandres http://www.nord.pcf.fr/Petition.html

 

 

Voir les commentaires