Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Fête de cellule 6 décembre

24 Novembre 2009, 18:28pm

Publié par Xavier

Le comité arrageois de défense des Libertés, et des droits de l'Homme
organise un repas

http://www.icone-gif.com/gif/fetes/ballon/f_balon04.gifce dimanche 6 decembre 2009 (le midi)
à la salle Jean Amoureux rue du Crinchon à Arras
Menu:
couscous
fromage
tarte
boisson

tarif
adulte: 16€
étudiant: 10€
enfant: 7€

ambiance assurée

réservation
Dupont Daniel 06 81 56 25 69
ou au 03 21 51 66 80

Voir les commentaires

Election Régionales : C'est parti !

17 Novembre 2009, 22:02pm

Publié par Xavier

http://www.nord.pcf.fr/IMG/jpg/affiche_meeting_pt.jpg

Voir les commentaires

Conférence régionale des communistes

17 Novembre 2009, 21:29pm

Publié par Xavier


JT France 3 14-11-09

Des centaines de délégués communistes se sont réunis ce week-end lors de la seconde série des conférences régionales.

A l’issue des débats, particulièrement riches tant sur la question des projets régionaux face à la crise que sur les rassemblements de gauche pour des majorités de gauche claires et offensives, nous constatons une confirmation des résultats du week-end dernier.



En effet, dans les grandes régions, Ile de France, Rhône-Alpes, Nord Pas de Calais, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, les délégués ont choisi l’offre nationale pour des listes de Front de gauche élargi.

Au total, 18 régions ont décidé d’une dynamique pour des projets et des rassemblements bien ancrés à gauche.

Les adhérents du Parti communiste français voteront les 19, 20 et 21 novembre les décisions prises lors de ces conférences régionales.

Voir les commentaires

L'Avenir de l'Artois

13 Novembre 2009, 20:28pm

Publié par Xavier

Un Marx et ça repart, le livre d'Alain Bocquet aux vertus « requinquantes »

mercredi 11.11.2009, 14:00
Au siège du PCF de l'Arrageois, les livres d'Alain Bocquet se sont vendus comme des petits pains. Un Marx et ça repart, paru aux éditions Le cherche midi (19 euros). Au siège du PCF de l'Arrageois, les livres d'Alain Bocquet se sont vendus comme des petits pains. Un Marx et ça repart, paru aux éditions Le cherche midi (19 euros).

Samedi, après avoir manifesté à Somain, le député maire communiste de Saint-Amand-les-Eaux, Alain Bocquet, est venu à Arras.

D'abord à la librairie Brunet, pour dédicacer son livre Un Marx, et ça repart, puis à la section PCF de l'Arrageois pour échanger avec les militants dont certains avaient déjà dévoré le bouquin. « C'est une lecture requinquante ! Le titre est bien trouvé et à la fin du livre, on se sent des forces nouvelles. C'est excellent quand on a un coup de blues », lâche Mentor de Cooman, membre du bureau PCF de l'Arrageois.
« On m'accusait d'être trop taiseux dans les grands débats et les tumultes des 25 dernières années. Comme je suis pudique et que je n'ai pas l'habitude de réagir à chaud quand il y a des tensions et des divisions, j'ai préféré prendre du temps. Dans les tontons flingueurs, il y a des silencieux qui tuent », lance le président du groupe communiste à l'Assemblée nationale jamais à court d'un bon mot.
Ce livre, Alain Bocquet l'a écrit en collaboration avec Delphine Watiez, journaliste indépendante, « qui ne connaissait rien du parti communiste ».

« Pas un livre politique chiant »
« Elle est allée voir ceux qui me connaissaient, de toutes les sensibilités politiques. Elle a réalisé 110 interviews. Ce n'est pas une biographie mais un regard sur une période historique récente. Ce n'est pas un livre politique chiant », estime Alain Boquet.
En toile de fond, il y a bien sûr la région Nord, le berceau d'Alain Bocquet.
Au moment où on célèbre les 20 ans de la chute du Mur de Berlin, et l'effondrement du régime soviétique, ce livre tombe à pic. « Certes, c'est un lourd fardeau à porter compte tenu de la bataille idéologique mais il ne faut pas vivre tourné dans le rétroviseur, insiste le militant de longue date. On s'est bien sûr posé les questions s'il fallait encore être communiste, si c'était un combat moderne. Après avoir fait le tour de la question, on se rend compte aujourd'hui que nous vivons l'une des plus grandes crises et le système capitaliste est incapable de répondre aux grands enjeux. Le parti communiste est toujours là, je crois au militantistme. Il faut continuer à semer pour les générations futures. » Alain Bocquet, favori à la tête de liste pour les régionales, prône, « un rassemblement grand angle pour un meilleur résultat possible ».


Mylène RÉVEILLE

Voir les commentaires

MANIFESTATION EN FAVEUR DE L'AVENIR D EL'HOPITAL DE BAPAUME

12 Novembre 2009, 20:34pm

Publié par JS



Menacé de restructuration et de liquidation, le Centre Hospitalier de Bapaume (CHB) est l'objet d'une mobilisation grandissante en faveur de sa sauvegarde et de son développement. Mardi, venus de tout le département à l'appel de la CGT, ils étaient près de deux cents personnes à manifester dans les rues de la capitale du Bapalmois.

Venus des hôpitaux de Lens, Calais, Béthune et Saint-Venant, arborant des drapeaux de la CGT et de Solidaires, personnels de santé, syndicalistes et citoyens venus du Bapalmois, de l'Arrageois et de la Gohelle, ils étaient près de deux cents personnes, mardi 20 octobre, à manifester à l'appel de la CGT dans les rues de Bapaume pour défendre l'avenir du centre hospitalier de cette ville située, au coeur d'une région rurale, à 25 km au sud d'Arras. Le motif principal de cette manifestation tenait dans la contestation de la sincérité et de la finalité de la démarche engagée par les personalités liées à la gestion du CHB. La mise en exergue d'un déficit de 1,5 millions d'euros pour le CHB par un récent audit financier commandé auprès de l'Agence Régionale Hospitalière (ARH) par Jean-Paul Delevoye, maire UMP de Bapaume et président du CA de l'établissement public apparait en effet, de plus en plus, comme l'élément d'une mise en scène médiatique où la «surprise» feinte de l'édile le dispute à une «amnésie» à géométrie variable. Si elle s'annonce comme visant à épurer les comptes du CHB et à le remettre financièrement à flot, la démarche des gestionaires du CHB cache de plus en plus mal la manoeuvre consistant, selon la CGT du CHB, à la veille d'un CA lourd de menaces qui devait se dérouler jeudi, à faire passer la pilule d'une restructuration des services de l'hôpital qui se présente comme le point névralgique d'un projet de liquidation en bonne et due forme et ceci sur la base d'un déficit sciemment provoqué et, de fait, connu de longue date.

Surprise feinte et amnésie à géométrie variable

Intervenant devant la mairie de Bapaume au cours de la manifestation, Patrick Vanderpotte, secrétaire départemental de la CGT santé et action sociale a rappelé le contexte de ce qui devient l'«affaire» du CHB. «Il faut savoir, a-t-il déclaré, qu'on a supprimé 300 postes au Centre Hospitalier de Lens, 150 postes à Calais et 100 à Béthune; qu'on est en train de fusionner l'hôpital de Saint-Omer et l'hôpital de Calais; qu'on on est en train de préparer la fusion entre public et privé au Centre Hospitalier de Lens; qu'on est en train de tuer le Centre Hospitalier de La Bassée au profit du Centre Hospitalier de Béthune. Aujourd'hui, c'est Bapaume. Pourquoi ? Parce qu'on s'est d'abord occupé des grands centres hospitaliers.»
Continuant, il a souligné : «M. Delevoye nous annonce aujourd'hui qu'il est surpris de voir un déficit aussi important à Bapaume. C'est vraiment se moquer du monde ! M. Delevoye fait parti de la majorité, il a ses proches là-bas, il sait très bien que le gouvernement a pris la décision de casser l'hôpital public comme il l'a fait avec EDF, avec France Telecom et avec La Poste. La «solution» présentie pour le CHB est prévue de longue date. On essaie de la faire passer en chargeant l'ancien directeur. Ce qui s'est fait à Bapaume, depuis quelques années, c'était uniquement de rattraper des retards : retard pour des locaux insalubres, retard sur les personnels qui travaillaient dans des conditions déplorables, retard pour une population qui a véritablement besoin d'un hôpital de proximité. Aujourd'hui cet hôpital de proximité est mis en danger et on veut en faire un centre réservé aux personnes âgées !»
Pour finir, Patrick Vanderpotte en a appelé aux usagers de l'hôpital et ses personnels pour se mobiliser : «Il faut continuer de se battre pour défendre l'hôpital de Bapaume sinon, dans quelques semaines ou quelques mois, il ne restera plus que le Centre Hospitalier d'Arras pour pouvoir mettre un plâtre ou pour pouvoir faire une radio. Ou bien, ce sera le secteur privé. C'est sur ce secteur que le gouvernement compte aujourd'hui pour régler le déficit de la sécurité sociale ! Je crois que le combat qui est mené par les camarades de Bapaume est plus que légitime. A voir la mobilisation des personnels de l'établissements, je crois que la mobilisation est très grande aujourd'hui.»

«Les gens qui disaient avoir perdu la mémoire la retrouvent peu à peu»

Concernant cette mobilisation, son ampleur et son extension, le changement de ton et de discours, du maire de Bapaume notamment, mais aussi de son relais dans la presse locale semble témoigner d'un virage dans l'opinion bapalmoise et d'une prise de conscience grandissante de ce qui se trame effectivement autour du CHB. «Aujourd'hui, nous a précisé Michel Carré, secrétaire général de la CGT du CHB, les gens qui disaient avoir perdu la mémoire la retrouvent peu à peu. C'est le cas notamment de Jean-Paul Delevoye qui reconnait maintenant que l'hôpital est en déficit depuis 2005 alors qu'il a prétendu ne le découvir que cet été. C'est le cas aussi de Jean-Jacques Cottel, Conseiller général et administrateur du CHB qui, aujourd'hui, en appelle à la population pour soutenir l'hôpital et les services hospitaliers dans le milieu rural de Bapaume.
A la veille d'un CA décisif pour l'avenir du CHB, Michel Carré insiste : «Aujourd'hui nous n'avons encore que des brides de suspiscion. La seule chose qu'on nous dise c'est que nous risquons d'avoir de grandes surprises. On évoque l'idée que le directeur proposerait de soutenir un projet de création de 14 lits en gériatrie. Si tel est le cas, nous, ce que nous souhaitons c'est que ce soit 14 lits supplémentaires et qu'ils s'ajoutent à nos 26 lits de médecine. En outre, il ne faut pas retomber dans ce qu'on est tombé par le passé. Il nous faut des dotations supplémentaires et des moyens. Ce n'est pas tout de nous faire des annonces. Nous voulons des engagement explicites, que tout soit inscrit noir sur blanc. Aujourd'hui, M. Delevoye a reçu le syndicat Force ouvrière. Hier, il a fortement insisté pour recevoir les membres du bureau de la CGT avant le CA de jeudi. Nous ne sommes pas fermés à la discussion mais, pour nous, une chose est claire : nous maintiendrons la pression jusqu'au bout ! Ce que nous voulons c'est sauver notre médecine et l'exercer comme nous l'avons fait depuis toujours. Le personnel du CHB est compétent. Les gens qui viennent à l'hôpital de Bapaume sont très heureux de venir. Nous répondons à un fort besoin de la population. Les gens n'ont pas à se déplacer pour se faire soigner dans des hôpitaux dont le premier est à 25 km.»

Jérôme Salski

Voir les commentaires

Expression directe novembre 2009

9 Novembre 2009, 22:00pm

Publié par Xavier

Voir les commentaires

Travailleurs exploités, BNP Occupée

9 Novembre 2009, 21:53pm

Publié par Xavier


Ce samedi 7 novembre 2009, les jeunes communistes du Nord ont occupé les locaux de l'agence BNP Paribas rue de Béthune à Lille.

 

Il s'agissait de dénoncer ces capitalistes dont les profits repartent à la hausse (1.3 Milliard pour la BNP) grâce à l'argent public (5.1 milliards pour cette même banque).

Ces mêmes capitalistes qui osent dire qu'aujourd'hui "la page de la crise est tournée" à une jeunesse toujours victime du chômage (23.9% des jeunes, 62% des diplomés en 2008) de la baisse des salaires, du démantèlement des services publics, en un mot : de l'exploitation capitaliste. Une situation inacceptable que nous refusons de subir plus longtemps.

 


Aussi, nous réclamons aujourd'hui un plan d'urgence pour la jeunesse


* CDI pour tous les jeunes arrivant sur le marché du travail

* Plan de conversion de tous les emplois précaires en emplois stables

* Mise en place d'allocations différenciées (formation, recherche de premier emploi, retour à la formation) financée par l'ouverture d'une nouvelle branche de la sécurité sociale.

* Des droits nouveaux pour les salariés dans le comité d'entreprise pour pouvoir intervenir dans les choix de gestion et dans les stratégies des entreprises et des banques.

 


Tout en étant conscient que pour sortir de cette logique de précarisation inhérente au système capitaliste, il faudra, partout ou nos conditions sociales sont menacées par la dictature du Fric, opposer le contrôle démocratique de l'économie française par l'ensemble des salariés, seul gage de rationnalité et seule manière d'orienter les choix économiques et industriels en fonction du bien commun et non en fonction d'intérêts particuliers.

 

 

 


Contact - Julie - 06-24-36-38-48

Voir les commentaires

Sur France 2, François Cluzet se bat pour la libération de Salah Hamouri

9 Novembre 2009, 21:48pm

Publié par Xavier

Voir les commentaires

Alain Bocquet de passage à Arras

9 Novembre 2009, 20:23pm

Publié par Xavier




Le député-maire de Saint-Amand les Eaux, figure emblématique du PCF, était de passage à Arras ce samedi matin.
Aprés une séance de  dédicace de son ouvrage "Un Marx et sa repart" à la librairie Privat-Brunet, il nous a fait le plaisir de partager le verre de l'amitié avec les militants de la section.

Voir les commentaires

Aprés-midi débat réussi à Monchy-Breton

9 Novembre 2009, 19:54pm

Publié par Xavier

Le café "Tertous et Compagnie", à Monchy Breton a fait le plein samedi aprés-midi pour débattre des "dossiers chauds de l'agriculture".

Une belle réussite pour cette initiative du journal La Terre, autour de Gérard le Puill; journaliste de l'Humanité, de Mickaël Pouillion, vice-président des jeunes agriculteurs et de Daniel Dewalle, maire d'Houdain et conseiller régional chargé des questions agricoles.

Agriculteurs et consommateurs réunis pour un débat sur l'alimentation

lundi 09.11.2009, 05:03 - La Voix du Nord

 L'auteur Gérard Le Puill était entouré de représentants de syndicats agricoles et d'élus pour débattre des problématiques abordées dans son livre. L'auteur Gérard Le Puill était entouré de représentants de syndicats agricoles et d'élus pour débattre des problématiques abordées dans son livre.

| MONCHY-BRETON |

La petite salle du café chez Tartous était comble samedi pour accueillir un débat autour de Gérard Le Puill venu présenter son ouvrage « Chaos alimentaire ». Des représentants de syndicats agricoles et des élus étaient présents pour évoquer les problématiques soulevées dans le livre.

PAR CLAIRE COUILLEZ-BROUET

saintpol@lavoixdunord.fr

« Mon livre s'adresse autant aux consommateurs qu'aux producteurs », lance Gérard Le Puill pour expliquer sa démarche. Et justement, samedi à Monchy-Breton, il y avait à la fois des citoyens et des agriculteurs. Tous venus écouter cet ancien journaliste exposer ses analyses. « Ma conviction, c'est qu'il faudra utiliser toutes les terres agricoles selon leurs capacités et non pas continuer sur le chemin de la surproduction et de la déforestation à grande échelle qui contribuent aux modifications climatiques. » Au fil de son ouvrage, l'auteur s'emploie à « défendre les agriculteurs maltraités par les politiques européennes et mondiales. Quant aux décideurs politiques, ils sous-estiment le rôle de l'agriculture aujourd'hui et dans les décennies à venir, notamment face à l'accroissement de la population mondiale ».

Gérard Le Puill défend certes les producteurs, mais sans faire l'impasse sur les enjeux qu'ils devront relever : « Il y a encore trop d'agriculteurs qui suivent une démarche productiviste mais c'est parce qu'on leur a appris à fonctionner de cette manière. Il reste du chemin à parcourir vers une agriculture biologique et raisonnée. » Les organisateurs du débat, Tartous et compagnie et l'association Les Amis du journal La Terre, avaient également convié Mickaël Poillon, vice-président des Jeunes agriculteurs, séduit par les conclusions de Gérard Le Puill. « Je partage 90 % de son constat et de son analyse qui mériteraient d'être plus largement diffusés. C'est important qu'il vienne là où ces questions sont essentielles. » C'est après avoir assisté à la flambée des prix, notamment des céréales, à l'automne 2007 que Gérard Le Puill a décidé d'écrire ce livre : « Je voulais, à ma modeste place, contribuer à une bonne lecture de cette crise. » Et ce sont des idées fortes qui sont mises en avant comme le besoin de réguler l'agriculture et le fait que ce secteur doit fonctionner sur des réseaux de proximité.

Samedi, toutes ces thématiques étaient au centre d'un débat qui a intéressé le public venu nombreux grâce à une initiative qui visait, suivait l'un des objectifs de l'association locale, à ancrer la culture dans le milieu rural. •

« Planète alimentaire, l'agriculture française face au chaos mondial », de Gérard Le Puill, édition Pascal Galodé, 17 E.

Voir les commentaires

POUR UN RETOUR DE LA DEMOCRATIE AU HONDURAS

9 Novembre 2009, 12:58pm

Publié par MDC

Le PCF condamne les manœuvres contre le retour de la démocratie au Honduras

 

En s’opposant à la restitution dans ses fonctions du président élu du Honduras, le régime de facto issu du coup d’État du 28 juin dernier a fait échouer le retour de la démocratie. C’est une décision lourde de conséquences pour le peuple de ce pays.

Le Parti communiste français condamne cette violation des engagements pris après des négociations longues et difficiles.

En s’opposant à la restitution dans ses fonctions du président élu du Honduras, le régime de facto issu du coup d’État du 28 juin dernier a fait échouer le retour de la démocratie. C’est une décision lourde de conséquences pour le peuple de ce pays.

Le Parti communiste français condamne cette violation des engagements pris après des négociations longues et difficiles.

Il s’agît, de toute évidence, d’une manœuvre de plus visant à mettre le peuple hondurien et la communauté internationale devant le fait accompli. C’est aussi une tentative d’imposer la tenue des élections, prévues pour le 29 novembre prochain, sous le contrôle d’un régime illégitime et autoritaire qui ne cherche qu’à pérenniser les privilèges d’une classe dominante en refusant des réformes pour plus de justice sociale et de démocratie.

Les objectifs sont clairs : écarter à tout prix la possibilité d’un gouvernement progressiste au Honduras et arrêter les avancées des forces progressistes en Amérique centrale.

Malgré les déclarations du président Barack Obama en faveur du retour du président légitime au Honduras, les États-Unis soutiennent les agissements du gouvernement de facto. Washington légitime ainsi le coup d’État et impose l’impunité des crimes commis durant ces mois de dictature.

Il est du devoir du gouvernement français et de l’Union européenne de ne reconnaître ni le gouvernement que Roberto Micheletti, dirigeant des putschistes, ni les élections tenues dans ces circonstances.

Une prise de position ferme et déterminée signifie la mise en place de sanctions telles que le gel des avoirs de ceux qui soutiennent le coup d’État au Honduras et l’exclusion de tout accord commercial ou de coopération de l’UE avec ce pays, ainsi que le soutien aux représentants du gouvernement du président Manuel Zelaya en Europe.

Le Parti communiste français réaffirme sa solidarité avec le peuple hondurien, avec le président légitime Manuel Zelaya et avec les forces démocratiques et progressistes qui luttent avec un grand courage pour le retour de la démocratie et de l’ordre constitutionnel.

Parti communiste français

Paris, le 6 novembre 2009.

 

Voir les commentaires

Alain BOCQUET A ARRAS samedi 7 novembre (rectificatif)

6 Novembre 2009, 16:22pm

Publié par MDC


Rectificatif :

Alain Bocquet sera à la librairie Brunet (rue Gambetta à Arras)

pour la dédicace de l'ouvrage "Un Marx, et ça repart !"

le samedi 7 novembre à partir de 11 h (au lieu de 10 h)

Il sera en effet retenu à Somain où il tient à apporter son soutien aux cheminots en lutte contre le projet de la SNCF d'abandonner le trafic FRET de wagons isolés, ce qui amènerait la disparition de 400 postes de cheminots, sans compter  les salariés des entreprises extérieures concernées et amènerait par conséquent une augmentation sensible des camions en circulation.

Alain Bocquet sera ensuite présent pour une rencontre au siège de la section PCF de l'Arrageois, 14 avenue de l'hippodrome, où nous serons heureux de vous accueillir.

Pour la Section PCF

Mentor De Cooman

Voir les commentaires

20ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin

6 Novembre 2009, 14:24pm

Publié par Xavier


http://www.humanite.fr/local/cache-vignettes/L326xH448/affichemur.jpgA l’occasion de la célébration du 20ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin, on assiste actuellement à un déferlement de propagandes dans tous les grands médias visant à présenter les régimes des pays de l’Est comme des systèmes communistes tout à la fois désuets et criminels par nature.

L’objectif est d’empêcher nos concitoyens de penser possible une alternative au capitalisme dont ils vivent quotidiennement les méfaits.

C’est pourquoi, dans ce contexte, les initiatives rédactionnelles de l’Humanité et de l’HD sont importantes.

Il ne s’agit pas pour nous de dire que les pays de l’Est étaient des paradis, ce qui n’est pas vrai, mais d’une part de revenir sur les évènements historiques en toute objectivité et d’autres parts de faire le bilan, 20 ans après, des espérances qu’avait pu faire naitre la fin de la guerre froide.

Deux Numéros forts pour traiter cette célébration :

l’Humanité Dimanche du jeudi 5 novembre avec un dossier de 24 pages

et

l’Humanité du lundi 9 novembre avec un dossier de 12 pages.

Des interviews exceptionnelles figureront dans ces dossiers : Hans Modrow, le dernier Premier ministre de RDA sera interrogé dans l’Humanité quotidienne du 9, le prix Nobel Gunther Grass donnera son point de vue dans l’HD du 5 novembre.

Des analyses fouillées, des débats contradictoires seront publiés largement dans ces dossiers.

Voir les commentaires

Assemblée générale de section

4 Novembre 2009, 19:30pm

Publié par Xavier

http://a10.idata.over-blog.com/379x569/0/50/42/76/images2/section.jpgRégionales 2010

Assemblée générale de section

 

Mardi 10 novembre à 18 h au siège

Ordre du jour:


préparation de la conférence régionale du 14 nov à lille

débat et vote


Le texte adopté par le Conseil National est reproduit dans le n° de Communistes qui a été

adressé à tous les adhérents. Il est également disponible au Siège de la Section.


Propositions des 2 directions fédérales pour la stratégie, le contenu et la tête de liste :


En partant tout à la fois des expériences de l'élection régionale de 2004 et de l'élection européenne de 2009 nous proposons :


- la constitution au 1er tour d'une liste autonome, ouverte et rassembleuse pour peser sur des contenus et des ambitions fortes pour la population du Nord-Pas de Calais;


- que cette offre politique s'adresse dans l'esprit de notre démarche de 2004, aux femmes et aux hommes, aux syndicalistes, élus, militants associatifs, personnalités intellectuelles et culturelles qui veulent se rassembler autour d'un projet alternatif ainsi qu'aux forces politiques telles le Parti de Gauche et la Gauche Unitaire qui ont composé avec nous le Front de Gauche à l'élection européenne et dont nous voulons élargir le périmètre, l'audience et le caractère populaire ;


- qu'Alain Bocquet, Député du Nord, soit notre tête de liste régionale comme en 2004.


Plus qu'ailleurs peut-être ce rendez-vous électoral pour contrer la politique de Sarkozy et de son gouvernement nécessite des choix radicaux et des postures de résistance aux politiques libérales que le Président de la Région et son exécutif PS-Verts n'ont pas su incarner.


Dans cette optique nous devons nous fixer l'objectif d'élire le maximum de candidats de notre liste. Nous avons l'ambition de créer un rapport de force politique à gauche déterminant pour faire gagner nos propositions alternatives au 1er et au 2e tour où la gauche devra se rassembler sur des contenus clairs et réellement à gauche pour battre les politiques et les listes de droite.

 


Voir les commentaires

Homme à Claude-Levi Strauss

4 Novembre 2009, 19:28pm

Publié par Xavier

http://www.tdg.ch/files/imagecache/468x312/depeches/f176afd.jpgAvec Claude Lévi-Strauss disparaît un homme dont l’œuvre a grandement fait progresser notre connaissance et notre compréhension de la diversité des peuples et de leurs systèmes de pensée toujours en mouvement, sur notre planète.

Son influence a été considérable et stimulante pour des chercheurs de multiples disciplines. Ses travaux, avec les débats et controverses qu’ils ont suscités, ont profondément marqué le mouvement des savoirs tout au long de la seconde moitié du XXème siècle.

Claude Lévi-Strauss était indéfectiblement attaché au respect des peuples. Sa conception de l’altérité l’opposait résolument à tout racisme et faisait de lui un homme toujours ouvert au monde sur le devenir duquel il n’a cessé de s’interroger.

Voir les commentaires

Des lettres par milliers pour interpeller Nicolas Sarkozy sur l'avenir de La Poste (La Voix du Nord)

1 Novembre 2009, 20:40pm

Publié par Xavier


 Les cartes demandant la tenue d'un référendum débouleront dès lundi dans la boîte aux lettres du palais présidentiel. Les cartes demandant la tenue d'un référendum débouleront dès lundi dans la boîte aux lettres du palais présidentiel.

|  PROJET DE LOI |

« Monsieur le président, je vous demande... » ...

 

Ce n'est pas une lettre au père Noël que les Arrageois ont pu signer, hier, sur le marché. Mais des cartes postales prétimbrées à destination de l'Élysée pour demander un « référendum sur l'avenir de La Poste ».

La campagne « J'écris au président » du comité national contre la privatisation de La Poste, relayée par les comités départementaux, fait suite à la votation du 3 octobre. « On a eu 70 000 votants dans le Pas-de-Calais, 2 400 000 au niveau national. et malgré cela on ne nous a pas entendus », expliquent les représentants du comité. Le président croulera donc sous les petites cartes, signées à la main par tout un chacun. Et ces lettres glissaient hier par centaine dans l'urne disposée au beau milieu du marché. « On est attaché au service public. On le défend comme on peut », insiste Christophe en déposant sa missive accompagnée d'un « a voté » incisif. « Il se fout de tout ce qu'on pense, le président. Faut bien donner notre avis », commentent Richard et René. Alors on signe... « Sans se faire trop d'illusion », précise Jacky.

Et alors que du côté de la direction, La Poste réaffirme que « la réforme proposée n'est pas une privatisation mais un projet porté par La Poste pour se donner les moyens de se moderniser et de pérenniser ses missions de service public. » Leurs cartes débouleront tout de même dès lundi dans la boîte aux lettres du palais présidentiel. Lundi, jour où le projet de loi est présenté au Sénat. « Je serais à Paris avec les représentants du comité, explique Catherine Piecuch du syndicat FSU, pour montrer aux élus la mobilisation des citoyens. » « La votation n'a pas peut-être pas valeur légale. Mais là, les lettres ont tout de même une valeur consultative. Notre objectif est d'atteindre les 4 millions de demandes : seuil à partir duquel la loi prévoit la convocation d'un référendum », poursuit-elle. La campagne est lancée pour un mois. •

SARAH BARDIS

http://www.lavoixdunord.fr

Voir les commentaires