Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

34ème CONGRES, MAUVAIS COUPS,IL EST PLUS QUE TEMPS DE S’EN MELER !

30 Juin 2008, 20:48pm

Publié par Xavier


http://accel11.mettre-put-idata.over-blog.com/0/03/66/15/illustrations/dominique-watrin.jpg

 Il y a un peu plus de 2 mois lors d’une Assemblée générale de section, nous avons fait le constat unanime qu’on ne pouvait laisser Sarkozy continuer ses mauvais coups sans résistance et nous nous sommes dit qu’objectivement  les populations devraient se révolter mais que si elles ne le faisaient pas, c’était peut être parce que  nous, les communistes, étions trop frileux. Nous avons donc décidé un porte à porte dans un quartier populaire où notre activité politique de terrain s’est dissipée au fil des années. Nous étions une dizaine de communistes à participer et à tenir le même discours aux gens «  Madame, Monsieur, cela fait un an que Sarkozy est arrivé au pouvoir. Vous vous serrez de plus en plus la ceinture y compris sur l’essentiel. Sarkozy en a encore pour 4 ans. Si vous voulez que cela continue comme cela OK ! Si vous pensez qu’il est vital pour vous d’arrêter le massacre alors venez avec nous pour vous battre ! ».

 Bilan de la matinée après, seulement 1 H/1H 15 de porte à porte = 11 adhésions au PCF réalisées par 4 ou 5 camarades différents.

Lors de la dernière Assemblée générale de section, un camarade a dit que nous ne  tirions pas assez sur le PS . La discussion a permis d’aller au-delà de cet énoncé manifestement trop court. En adhérant au capitalisme rectifié de façon minimale à la marge, le PS pose un vrai problème de crédibilité politique pour toutes les forces de gauche qui aspirent à un changement profond de société, en premier lieu le PCF . Se refuser à affronter  cette question est suicidaire pour le Parti Communiste. Il ne suffit plus d’appeler le PS à revenir à gauche mais de créer une dynamique populaire pour l’y obliger. On en revient aux rassemblements populaires majoritaires qu' une Direction Nationale devrait aider à construire sur telle ou telle question (retraites, pouvoir d’achat, logement...) pour faire monter concrètement l’exigence d’un changement radical de société.

Mais certains camarades (parfois dirigeants nationaux) qui ne croient plus eux-mêmes à l’avenir du parti peuvent ils proposer autre chose que de petites combinaisons politiciennes et stériles ?

Il y a quelques semaines, Marie George Buffet a appelé à un véritable  bouillonnent de propositions politiques cohérentes, que les bouches s’ouvrent dans le parti.

Alors oui, il est temps de se mêler du congrès non dans un esprit de tendance ou de fraction mais animés de cette force et de cette richesse collectives que les communistes gagnent chaque fois qu’ils mettent en action des femmes et des hommes en prouvant par A+B l’utilité du Parti Communiste.

 Il y a urgence car les mauvais coups redoublent : passage à 41 années de cotisation pour une retraite pleine ; casse des 35 heures et baisse de rémunération des heures supplémentaires ; menaces officielles sur l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (prenez une assurance privée ou l’on vous reprend sur votre succession !) ; nouveaux déremboursements de médicaments  touchant  cette fois les maladies de longue durée ; sur place du SMIC.

Décidément camarades, mêlez vous en !

Dominique WATRIN

Conseiller général de Rouvroy et président du groupe communiste

Voir les commentaires

Chemin de fer à vendre ?

29 Juin 2008, 16:41pm

Publié par Xavier



On dit que les élus de la CUA sont à la recherche d’économies à faire.

Ils seraient donc bien inspirés de tirer profit de la forte hausse des métaux pour revendre la voie ferrée qui leur appartient et qui part de la gare d’Arras pour desservir la Zone Industrielle d’Arras, jusqu’à Tilloy.

Créés au temps du district, il y a plus de 25 ans, pour aboutir jusqu’aux nombreuses entreprises de transport et logistique, ces kilomètres de rails n’ont JAMAIS SERVI.

Désespérément inutiles, les embranchements spécialement aménagés pour la centrale d’achat de Leclerc ou les immenses hangars de stockage de marchandises de firmes internationales disparaissent sous les herbes hautes.

Cette ligne livrée à la rouille (et aux resquilleurs, qui ont déboulonné quelques rails) a coûté des millions de F. sans réduire si peu que ce soit le va-et-vient incessant des milliers de gros culs qui conduisent aux usines et aux entrepôts. Bonjour la pollution.

Il paraît que la récente campagne électorale du président de la CUA s’est déroulée sous le signe de «l’ ENVIRONNEMENT ».

Le programme c’est quoi ? Faire pousser des fleurs entre les traverses de chemin de fer ?


Cliché pris le 27 juin 2008

Voir les commentaires

La CUA « dans ses petits souliers »

29 Juin 2008, 12:25pm

Publié par Xavier


L'image “http://www.cu-arras.fr/images/bandeau/photo_organisation.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.La CUA « dans ses petits souliers »


Le conseil de la Communauté Urbaine se réunit le jeudi 3 juillet* et c’est ce soir là que profs et élèves de l’Ecole des métiers d’Art d’Arras seront fixés sur leur sort.

Si l’on en juge d’après les déclarations de la vice-présidente chargée du dossier, la conférence de presse du directeur de l’école, et de ce qui a transpiré du dernier bureau de la CUA le problème posé aux élus semble être le suivant :

«  Comment fermer cette école sans en avoir l’air ? ».

Et la solution proposée : « Déclarons sa pérennité, mais laissons la mourir à petit feu, faute de combustible. »

Les citoyens qui aiment voir leurs élus à l’œuvre en une situation délicate, ne devraient pas manquer d’assister à cette séance communautaire, qui risque de leur offrir un florilège de déclarations hypocrites. La précédente séance en avait déjà donné un avant-goût.

Ce qui coince au départ les 72 délégués, PS et de droite, c’est qu’ils se sont prononcés dès la séance inaugurale pour une politique « consensuelle et de réalisations d’économies », mais sans programme.

Ce qui fait qu’à la première proposition « économe», chacun a beau jeu de s’écrier : « Oui mais pas sur ce chapitre là ! ». Alors « Sur quels autres ? ».

Qui, dans les 24 communes de la CUA, en mars dernier, a jamais entendu soulever la question de l’Ecole des métiers d’Art ?

Découvre-t-on aujourd’hui qu’elle coûte 1,4 millions d’€ ?

Faute d’avoir consulté la population sur la politique qu’elle souhaitait leur voir mener, nos conseillers sont condamnés à supporter seuls la responsabilité de mesures impopulaires.

Qu’ils s’en prennent à eux-mêmes. Mais, de grâce, qu’ils nous disent au moins, aujourd’hui, ce qu’ils nous réservent. Par exemple d’achever enfin le contournement routier d’Arras (et la rocade Est) en panne depuis 20 ans ?


*Réunion publique à l’hôtel de ville d’Arras à 18 h.

Voir les commentaires

Pas de quoi vous remonter le moral !

28 Juin 2008, 17:13pm

Publié par Xavier

       


http://www.lepoint.fr/content/system/media/1/200805/10596_Une-Moral.jpg


Si vos moyens vous permettent encore de partir  en vacance, deux conseils pour partir  pas trop déprimé ::

 1°) Ne consultez plus chaque matin  le panneau d’affichage de votre station service, ça vous donnerait les boules.

 2°) Et surtout ne lisez plus les infos régionales  dans votre journal, y a vraiment de quoi vous donner le bourdon.

 

Quelques  récents exemples dans la VdN:

11 juin :

Les moyens accordés à l’hôpital d’Arras ont diminué de 5 % soit moins 3 millions d’euros.
5,4 % de la population de notre région survit grâce au RMI.

 

18 juin :

La suppression plus que probable du régiment stationné à Arras (moins 800 militaires et 40 civils)  chasserait 450 familles et leurs 660 enfants, et affecterait lourdement l’économie locale.

 

21 juin :

Le gouvernement réduit de 50 % les crédits affectés au salaire des assistants d’éducation mis à la disposition de nos écoles. Ils sont 950 pour le Pas-de-Calais. Le Conseil général n’a pas de quoi supporter cette dépense supplémentaire.  Ces 950 jeunes éducateurs sont donc menacés de retourner à l’ANPE à la rentrée 2008-2009 et des milliers d’élèves privés de soutien scolaire.

 

23 juin :

L’état de santé déplorable de notre région et sa surmortalité affligeante, dénoncée il y a plus d’un an, n’a connu aucune amélioration. La  visite médiatique de Sarkozy et Bachelot  à Dunkerque ne s’est traduite par « aucun acte fort », sauf la nomination d’un député UMP pour : « réunir une Commission »

 

26 juin :

Le fameux canal Seine-Nord qui doit désengorger le trafic routier régional, a pris un an de retard (plus avant 2015) et on réclame 320 millions d’euros à la Région qui n’a prévu que 200 millions sur son budget.

28 juin :

 

Le chômage des jeunes inscrit à l’ANPE dans la région a augmenté de 1 % : il sont

43 230.

Les offres d’emploi ont diminué de 2, 8 %

Sur la situation de l’emploi, l’écart se creuse entre la région et le reste de la France.

 

Si encore les nouvelles étaient meilleures ailleurs ?

Mais ce même 28 juin on nous annonce que la dette publique de la France a encore augmenté de 41,1 milliards d’Euros au premier trimestre et s’élève ainsi à 1 250,6 milliards. Soit 65,3 % du PIB.

 

 Quand même une bonne nouvelle pour conclure : CARLA a pu faire  son marché sans souci : les dépenses de l’Elysée ont augmenté de 8, 4 % en un an.

                                                                                                                      C.L.

Voir les commentaires

A LA MEMOIRE DE MARC LANVIN...

28 Juin 2008, 11:58am

Publié par MDC

EN SOUVENIR DE MARC LANVIN

IMAGES DE LA COMMÉMORATION DU 40e ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE NOTRE CAMARADE MARC LANVIN, LACHEMENT ASSASSINÉ PAR LES NERVIS DE LA DROITE GAULLISTE EN JUIN 1968.

 

UN GRAND NOMBRE DE CAMARADES ET D'AMIS ÉTAIENT PRÉSENTS POUR RENDRE HOMMAGE A MARC LANVIN ET POUR DÉNONCER LES TENTATIONS DU POUVOIR ACTUEL A UN RETOUR DU CLIMAT DE PEUR.

Voir les commentaires

Pouvoir d’achat et campagne de pub

27 Juin 2008, 21:04pm

Publié par Xavier

http://i175.photobucket.com/albums/w148/dirtydirki/TV2.png

Il y a au moins une profession en France qui ne pourra pas se plaindre pour son pouvoir d’achat : celle des publicitaires. Sarkozy vient en effet de leur allouer cinq millions d’euros pour orchestrer une campagne de pub sur le thème : mais si, votre pouvoir d’achat augmente !

Pour l’Elysée, le mécontentement populaire ne serait qu’un malentendu. Nos concitoyens ne sauraient pas assez tout ce que le gouvernement a entrepris pour redresser leur pouvoir d’achat. Ils se seraient trop focalisés sur des mesures du type « paquet fiscal »...Pour le premier ministre, ce serait la faute à l’INSEE coupable de ne pas livrer de bons chiffres de croissance liés à la si bonne politique mise en place depuis un an sans que l’on s’en rendît compte jusque là.

Bref à défaut de convaincre les Français qu’ils n’ont aucune raison de se plaindre, il faut ouvrit le parapluie : le gouvernement ferait tout ce qu’il pourrait et pas que pour les riches. A voir, quand le même jour, obligé de suivre l’inflation qui repart au galop, l’on apprend que le SMIC horaire sera augmenté de huit petits centimes d’euro le premier juillet. A voir quand on voit la manière qu’a le pouvoir de maltraiter l’allocation de rentrée scolaire ou de racketter les allocations familiales : cela fera deux cents millions d’euros de moins pour les familles.

Mais les « Français qui réussissent » - c’est ainsi qu’on les appelle dans les documents de la campagne officielle, vont bénéficier du bouclier fiscal leur permettant de ne pas payer plus de 50% d’impôts. « Il n’y aura pas beaucoup de viande le mois prochain », ce sont des phrases que l’on entend aujourd’hui : pour des millions de travailleurs pauvres, le logement et la voiture pour aller au travail sont passés devant le poste alimentaire en France en 2008 !

C’est ainsi que le pouvoir d’achat est devenu la première attente des Français avec la santé et les retraites, au rythme des attaques menées par le nouveau pouvoir. Mais alors que les prix du pétrole flambent, le premier ministre préfère se défausser sur « les partenaires sociaux » pour remettre à plus tard d’éventuelles solutions. Ou bien vanter l’hypothétique « maison à 15 euros par jour » sans le terrain. En la matière, guère besoin de campagne publicitaire, le message est clair : « Si vous êtes riche, enrichissez-vous davantage, si vous êtes pauvres, endettez vous ». Ou faites les soldes.

Ou, si vous faites partie des six millions de salariés concernés par la participation ou l’intéressement, vous pourriez avoir accès plus tôt à votre argent placé. Ou, si vous vous comptez au nombre des trois millions et demi de salariés du privé concernés par les RTT, vous pourriez vous faire payer celles que vous ne prenez pas. Ou si vous avez le bonheur de travailler dans les secteurs du bâtiment, des travaux publics, de la restauration ou de l’hôtellerie, vous aurez « une véritable bouffée d’oxygène » en travaillant encore plus en heures supplémentaires. Là encore, nul besoin de sous-titre : comme pour le SMIC, la porte de l’augmentation des salaires est vérouillée à triple tour. Quand c’est le premier motif de conflits dans les entreprises, voilà qui s’appelle encore et toujours voler au secours de ceux qui profitent du travail des autres.

Alors que les effets de la crise financière née de la spéculation immobilière aux USA commencent à se transmettre à l’économie réelle en Europe, le gouvernement n’entend pas changer de cap. Il n’est pas question d’envisager des politiques publiques en matière de crédit ou d’investissement dans les transports en commun ou le logement social. Il n’est pas question de s’attaquer un tant soit peu aux milliards d’euros de profits captés par les grands groupes du CAC 40. Mais il s’agit d’accentuer la surexploitation du travail et la mise en concurrence des salariés et des générations. Eux devraient payer comptant l’addition des soubresauts à venir. Une campagne de pub ne suffira pas à faire oublier la réalité de cette vie.

Voir les commentaires

Assurance maladie : un plan effarant

24 Juin 2008, 19:20pm

Publié par Xavier


L’assurance maladie prépare un plan de réduction des dépenses de 3 milliards pour ramener d’ici 2011 le financement de la sécurité sociale à l’équilibre. Parmi les mesures proposées, celle de rembourser à 35% les médicaments actuellement pris en charge à 100% pour les personnes en affection de longue durée (ALD).

Ce plan effarant est une véritable insulte aux fondements de l’assurance maladie dont l’objectif, faut-il encore le rappeler, est de garantir à chacun l’égal accès aux soins. Avec ce genre de logique comptable, pourquoi dès lors s’arrêter en si bon chemin ? Autant en finir des maintenant avec tous les remboursements ! Pour le coup l’équilibre serait ainsi atteint.

Cette politique d’acharnement sur les assurés coupables d’être malade et qui vient après l’instauration des sinistres franchises médicales, n’a que trop duré. Pourtant il existe des mesures alternatives à la mise en cause de l’offre publique de soins. Il en est même une qui a été proposée par la cour des comptes, celle de taxer les opérations financières au même niveau que les salaires, ce qui permettrait de combler largement les déficits de la sécurité sociale.

Parti communiste français

Voir les commentaires

L'incendie de Vincennes : le symptôme d'une politique d'immigration inhumaine

23 Juin 2008, 13:03pm

Publié par Xavier

http://nantes.indymedia.org/attachments/aug2007/geoles.png
Après le terrible incendie du centre de rétention de Vincennes, l’UMP par la voix de Frédéric Lefèbvre s’en prend à RESF, qu’il menace des tribunaux pour « provocations ».

Selon le porte-parole, ce sont les manifestations de soutien qui serait à l’origine de l’incendie. Quel délire !

 L’aveuglement sécuritaire de cette droite leur fait décidément perdre la raison. L’incendie regrettable du CRA n’est que le symptôme d’une désastreuse politique du chiffre ou l’essentiel est toujours plus de s’acharner sur les sans-papiers coûte que coûte, l’humanitaire devenant quantité négligeable.

Ce drame raisonne comme l’ultime signal d’alarme d’une politique d’immigration devenue inhumaine et dangereuse. Il doit y être mit fin. Le PCF s’associe à la manifestation de mardi appelée par le MRAP pour dénoncer les centres de rétention.

Voir les commentaires

A propos de la conférence de Jacques Généreux

22 Juin 2008, 14:11pm

Publié par Christian L

Une voix autorisée du P.S :

« Haro sur la lutte des classes. ! »

L'image “http://home.earthlink.net/~whalderman/sitebuildercontent/sitebuilderpictures/marx.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Ce n’est pas nous qui nous plaindrons de l’effort fait par le groupe Attac-Artois pour réveiller la culture citoyenne et redonner toute sa place à la politique. Attac se fixe le méritoire objectif de combattre le néo-libéralisme et notamment le fléau de la spéculation financière.

C’est donc très volontiers que nous faisons écho à ses initiatives et notamment à la conférence organisée jeudi dernier avec le concours de Jacques GENEREUX, professeur à Sciences-Po et auteur renommé de nombreux ouvrages d’économie.

Une bonne soixantaine de personnes avait garni l’amphi de l’IUFM, ce qui confirme l’intérêt d’un certain public pour débattre de sujets sérieux.

Mais disons tout net que nous sommes sortis déçus, voire inquiets, de cette soirée où nous espérions enrichir nos arguments pour dénoncer la malfaisance du système capitaliste.

Certes le conférencier a maintes fois affirmé son opposition au libéralisme, mais au fil de l’exposé c’est surtout à une critique des analyses marxistes du fonctionnement de la société qu’il s’est livré. Aboutissant même, dans sa quasi conclusion, à dire que marxistes et libéraux aboutissaient aux mêmes dysfonctionnements de la société.

Résolument anti-matérialiste (au sens philosophique du terme) J. Généreux partait de l’idée que ce ne sont pas les conditions matérielles d’existence qui préexistent aux idées qu’elles font naître mais l’inverse ; et que c’est notre fausse culture (idéologie), adoptée il y a plus de 3 siècles qui nous fait accepter la domination du grand capital.

A partir de là il s’abstint résolument de définir le capitalisme, et d’aborder la question maîtresse des moyens de production et celle de la propriété. D’où évidemment il ne pouvait plus aborder la question des classes sociales qui en écoulent, sauf à prétendre que Marx se fixait comme objectif de les perpétuer et donc d’appeler les individus à vivre éternellement en conflit ( sic)


Haro sur Marx, haro sur la lutte des classes, silence sur la nature du capitalisme, et celle de l’Etat, et longs développements (pas forcément inintéressants) sur «  l’individu » placé au centre du propos, c’est ce qui nous a marqués dans un exposé qui n’a laissé que peu de temps à la salle pour engager un véritable débat.

Précision utile, donnée seulement lors de la présentation du conférencier : il est membre de la direction nationale de Parti Socialiste, ce qui ne fait évidemment qu’ajouter à sa notoriété et à l’intérêt de ses propos. Mais nous incite immédiatement à proposer à nos amis d’Attac d’équilibrer les débats qu’ils ont le mérite d’organiser en diversifiant les sensibilités représentées.

Au moment où les médias hyper-dominants se plaisent à répéter que le Parti Socialiste a définitivement récusé toute référence à Marx et à la lutte des classes, donner un tant soit-peu la parole à ceux qui ne partagent pas du tout ce point de vue (et n’ont guère voix au chapitre médiatique) ne saurait nuire à la vraie culture citoyenne qu’Attac veut développer.


C.L.

 

Voir les commentaires

Serge Dassault et les chômeurs

22 Juin 2008, 00:25am

Publié par E Fatoux

http://www.sebatv.com/IMG/2008/03/dassault.jpgLe sénateur UMP de l'Essonne, Serge Dassault, a jugé «anormal»
aujourd’hui que l’Etat aide les chômeurs, «des gens qui ne veulent pas
travailler» et suggéré de «réduire carrément les aides».

«Le problème n’est pas seulement de trouver de l’emploi mais aussi que
l’assistance et les aides diverses aux chômeurs sont trop élevées, à mon
avis, pour qu’ils aient une certaine envie de travailler», a exposé
Serge Dassault, propriétaire du Figaro, à l’ouverture d’une audition de
plusieurs dirigeants du service public de l’emploi devant la commission
des Finances du Sénat.

«Prime pour l’emploi, et bientôt RSA… c’est quand même anormal de
vouloir donner de l’argent de l’Etat qui n’en a pas beaucoup à des gens
qui ne veulent pas travailler parce qu’on les paye trop et coûtent aussi
beaucoup d’argent à l’Etat», a ajouté le maire de Corbeil-Essonne,
rapporteur spécial du budget de l’Emploi.

«On réduirait carrément les aides aux chômeurs, ce serait quand même
plus efficace si on veut les faire travailler que de vouloir donner de
l’argent sur denier de l’Etat», a-t-il ajouté.

Voir les commentaires

« Les eaux glacées du calcul égoïste »

22 Juin 2008, 00:20am

Publié par Marianne


L'image “http://pagesperso-orange.fr/jm.nicolle/jmn/images/penseur.JPG” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.(Quelques réflexions suite à la conférence de Jacques Généreux sur la dissociété)


Pourquoi cette société néo-libérale, dangereuse et nocive, résiste-t-elle si bien, alors qu’elle ne sert que les intérêts d’une poignée de privilégiés ? Telle était la question posée, et l’auditoire attendait bien sûr une réponse éclairante, une pensée qui armerait notre riposte.

La thèse développée par Jacques Généreux est que ce type de société n’est pas imposé de l’extérieur par quelques centaines de familles, ou par des « martiens », et que les populations qui la subissent s’en accommodent, car elles s’y adaptent pour survivre et même pour vivre. Ce qui permet cette adhésion à un modèle de société guidé par l’égoïsme, c’est une idéologie néo-libérale issue de la pensée moderne occidentale, qui place l’individu au centre et se pose seulement ensuite la question du contrat social.

Cette pensée moderne serait partagée par Marx, avec sa théorie de la lutte des classes (mais ce n’est pas sa faute, n’est-ce pas, il est prisonnier de la pensée du XIX siècle), et c’est là que les choses deviennent intéressantes.

Avant d’apporter quelques éléments de réfutation à cet amalgame entre marxisme et théories néo-libérales, je rappellerai cette idée fondamentale énoncée par Marx : « L’idéologie dominante est l’idéologie de la classe dominante ». Il n’y a donc rien d’étonnant (et rien de nouveau) à ce que les peuples soient maintenus dans l’oppression par une idéologie anti-humaniste et anti-scientifique.

Ainsi, Marx partirait d’un présupposé faux. Bien qu’il ne se prononce pas sur la nature humaine, bonne ou mauvaise, il voit dans la société un affrontement entre intérêts contraires, qui ne se résoudra que par un développement sans précédent des forces productives et la société d’abondance. Pour lui, toute l’histoire de l’humanité est celle de la lutte des classes.

Je ne m’étendrai pas sur ces questions qui nécessiteraient de longues explications sur la théorie marxiste, que, visiblement, Jacques Généreux a étudiée très superficiellement. Deux-trois remarques cependant : 1) Marx ne pose pas le problème en termes de individu//société, ou individu//individu. Il parle de classes sociales, de propriété, de forces productives et de rapports de production.

2) A un stade précoce de développement des forces productives, avant la privatisation des moyens de production, Marx parle de « communisme primitif », de groupes de chasseurs-cueilleurs vivant en harmonie – exactement ce que décrit Jacques Généreux pour prouver que l’homme est fait pour vivre en société.

3) Avec l’avènement du capitalisme, la bourgeoisie a noyé tous les rapports sociaux dans « les eaux glacées du calcul égoïste ».

Les communistes ne nient pas l’importance du fait politique. Au contraire. Que l’horreur économique soit d’abord une horreur politique, c’est-à-dire un choix politique, celui d’affamer des millions d’hommes, par exemple, c’est certain. Que cette politique s’appuie sur une idéologie, c’est aussi ce que disent les marxistes. Le rôle de l’Etat (l’appareil d’Etat, avec l’armée, la justice, la police, l’école même) est de maintenir la domination d’une classe sur une autre. Mais ce qui est à la base de tout, ce sont les rapports de production, en l’occurrence, la propriété privée des moyens de production. Si on perd cela de vue, on ne peut ni comprendre, ni transformer cette société.

Quelques mots sur ce que l’on a appelé à une certaine époque « l’homme nouveau ». certains voudraient assimiler les 70 ans d’expérience socialiste en URSS au Goulag. C’est facile, ça ne demande pas d’efforts. D’une part, on pense comme tout le monde, c’est plus confortable, ensuite, on n’a pas besoin de lire quantité de livres et d’articles et d’y réfléchir par soi-même.

Ayant vécu un an en URSS et deux ans en Chine, je n’ai pas ce bonheur de l’ignorance. Je ne peux pas rayer trois ans de ma vie, oublier que j’ai connu autre chose, une société de partage, d’entraide, d’effort collectif désintéressé vers le savoir, l’art, l’émancipation de l’esprit humain. Des tendances négatives existaient, certes, corruption, bureaucratie, etc, mais dans l’ensemble, c’était une société plus juste et plus fraternelle, plus ouverte aussi, plus démocratique (à la base, pas au sommet, malheureusement).

Jacques Généreux parle de déficience de la pensée de gauche aujourd’hui. Il a raison. Ce blocage de la pensée a son origine dans la chute provoquée réussie de l’URSS et du bloc socialiste. On a cherché d’autres voies (que le socialisme). Les communistes eux-mêmes, frappés d’autophobie, ont sombré dans la rumination, l’autoflagellation, le dénigrement du socialisme réel. Il est urgent de rouvrir la porte, on étouffe.

Voir les commentaires

Eau de robinet : vers une hausse annuelle de 30 euros ?!

20 Juin 2008, 21:00pm

Publié par Xavier

 L'image “http://communistesvilleavion.elunet.fr/public/communistesvilleavion.elunet.fr/l-eau-un-bien-precieux.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Charles Beauchamp, élu communiste etPrésident de la Commission Environnement du Conseil général du Nord, membre du conseil d’administration de l’Agence de l’eau Artois-Picardie. La directive cadre sur l’Eau de l’Europe impose aux états de l’Union européenne de mettre en œuvre un programme d’actions visant à atteindre pour l’eau le bon état écologique au plus tôt en 2015, au plus tard en 2027. Pour le bassin Artois-Picardie, son montant est estimé à 4,7 milliards d’euros. La Directive impose aussi la consultation du public. C’est ce qu’a engagé l’Agence de l’eau avec le questionnaire « L’eau c’est la vie, donnez-nous votre avis », transmis aux habitants du bassin Artois-Picardie à la demande du ministère de l’Ecologie. Une opération qui n’est pas neutre pour le budget de l’Agence de l’eau puisqu’elle s’élève à près d’un million d’euros. Nul ne peut contester le bien fondé de l’objectif de bon état écologique. Mais, car il y a un mais, le texte européen transcrit en droit français par la loi du 21 avril 2004 n’apporte pas les moyens financiers pour y parvenir. Le questionnaire propose d’ailleurs comme seule source de financement une augmentation annuelle de la facture d’eau de trente euros pour atteindre le bon état écologique en 2027, et même un augmentation plus forte pour des actions plus rapides. Le procédé utilisé est inquiétant et même pervers. Une fois de plus, les habitants, dont le pouvoir d’achat diminue de jour en jour, vont devoir supporter les conséquences financières d’une directive de l’Europe. C’est pourtant à cette Europe là qu’ils ont dit NON le 29 mai 2005, à une très forte majorité. Une fois de plus, les multinationales de l’eau : VEOLIA, SUEZ et SAUR, ne seront pas mises à contribution pour atteindre « le bon état écologique ». elles réalisent pourtant des profits exorbitants avec la marchandisation de l’eau. Si la participation financière des multinationales n’est pas prévue dans le questionnaire, les habitants peuvent s’emparer de ce débat afin de faire remonter cette juste exigence. Une exigence que porte les élus communistes.

Voir les commentaires

Les pêcheurs et la révolution bolivarienne au Vénézuela

20 Juin 2008, 20:25pm

Publié par Xavier




Même problèmatique qu'en France, à savoir un monde de la pêche à faire vivre,
autres approches et solutions au Venezuela...
Reportage diffusé en février 2007 dans la magazine Thalassa, sur le service public.

Voir les commentaires

Services publics démantelés et/ou privatisés, Fonctionnaires supprimés

18 Juin 2008, 12:18pm

Publié par Xavier


ARRAS DOUBLEMENT VISEE PAR LA RGPP


Capitale administrative d’un des plus importants départements de France, ARRAS est gravement menacée par le projet de RGPP (REGRESSION GENERALE DES SERVICES PUBLICS) lancé par SARKOZY et FILLON .


Sur une population active de 40 000 salariés, la Communauté Urbaine d’Arras en compte près de 14 000 (40,7%) dans les secteurs de l’éducation, la santé l’action sociale, les administrations nationales et territoriales.
Des milliers de ces emplois sont dans leur collimateur


Sous prétexte de moderniser les Services publics le gouvernement veut en fait :

restreindre leurs moyens et surtout leurs personnels

transférer vers le privé l’éducation , la santé la culture…


UNE MACHINE DE GUERRE CONTRE LES SERVICES PUBLICS

Au total 100 000 postes seraient supprimés d’ici 3 ans

ARRAS et ses 7 lycées, ses 5 Collèges, ses 25 écoles primaires et maternelles, les services académiques… sont et seront frappés par les 11 000 suppressions de postes de cette année et les 20 000 prévus pour 2009

Nos services fiscaux perdront 50 % de leurs effectifs alors que les moyens manquent pour lutter contre la fraude fiscale et sociale qui prive le budget de 40 milliards de recettes par an.

Notre Centre hospitalier voit déjà ses moyens financiers réduit de 5 % (moins 3 millions d’Euros) et ses départs en retraites nos remplacés…

Voir les commentaires

Evo Morales : un appel contre la "directive de la honte"

17 Juin 2008, 19:35pm

Publié par Xavier

Le président Bolivien Evo Morales vient de lancer un appel à la conscience des dirigeants et citoyens d’Europe pour que soit abandonné la "directive retour", publié dans l'Humanité du lundi 16 juin.
 
http://www.abc.net.au/reslib/200709/r183938_682179.jpg

"Au nom du peuple de Bolivie, de tous mes frères du monde, je fais appel à la conscience des dirigeants et citoyens pour que ne soit pas approuvé le texte de la « directive retour ».

 

Jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe était un continent d’émigrants. Des dizaines de millions d’habitants partirent pour les Amériques, pour coloniser, échapper aux famines, aux crises financières, aux guerres ou aux totalitarismes européens et à la persécution des minorités ethniques.

 

Aujourd’hui, je suis avec préoccupation le processus de ladite « directive retour ». Ce texte, validé le 5 juin dernier par les ministres de l’Intérieur des 27 pays de l’Union européenne, doit être approuvé le 18 juin par le Parlement européen. Je perçois qu’il durcit de manière drastique les conditions de détention et d’expulsion des migrants sans papiers, quel qu’ait été leur temps de séjour dans les pays européens, leur situation de travail, leurs liens familiaux, leur volonté et le succès de leur intégration. (...)

 

Le monde, ses continents, ses océans, ses pôles connaissent d’importantes difficultés globales : le réchauffement global, la pollution, la disparition lente mais sûre des ressources énergétiques et de la biodiversité, alors qu’augmentent la faim et la misère dans tous les pays, fragilisant nos sociétés. Faire des migrants, qu’ils soient sans papiers ou non, les boucs émissaires de ces problèmes globaux n’est en rien une solution. Cela ne correspond à aucune réalité. Les problèmes de cohésion sociale dont souffre l’Europe ne sont pas la faute des migrants, mais le résultat du modèle de développement imposé par le Nord, qui détruit la planète et démembre les sociétés des hommes.

 

Au nom du peuple de Bolivie, de tous mes frères du continent et des régions du monde comme le Maghreb et les pays de l’Afrique, je fais appel à la conscience des dirigeants et députés européens, des peuples, citoyens et militants d’Europe, pour que ne soit pas approuvé le texte de la « directive retour ». Telle que nous la connaissons aujourd’hui, c’est une directive de la honte.

 

J’appelle aussi l’Union européenne à élaborer, dans les prochains mois, une politique migratoire respectueuse des droits de l’homme, qui permette le maintien de cette dynamique profitable pour les deux continents, qui répare une fois pour toutes l’énorme dette historique, économique et écologique que les pays d’Europe ont envers une grande partie du tiers-monde et qui ferme définitivement les veines toujours ouvertes de l’Amérique latine. Vous ne pouvez pas faillir aujourd’hui dans vos « politiques d’intégration » comme vous avez échoué avec votre supposée « mission civilisatrice » du temps des colonies.

 

Recevez tous, autorités, eurodéputés, camarades, un fraternel salut depuis la Bolivie. Et en particulier notre solidarité envers tous les « clandestins »."

Voir les commentaires

1 2 > >>