Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Les étudiants de l'ESMAA en lutte!

30 Mai 2008, 22:39pm

Publié par Xavier

l'Ecole supérieure des métiers d'arts d'Arras est menacée de fermeture.

L'image “http://lh4.ggpht.com/mister.air/SD0zSAaGXtI/AAAAAAAACV0/_co0E1RSDV8/03%20001_thumb%5B1%5D.jpg?imgmax=800” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
 L’Ecole supérieure des métiers d’art d’Arras, qui a acquis en quelques années une notoriété nationale, est  menacée de fermeture. Les élèves viennent de plus de 40 départements pour y suivre une formation qui a peu d’équivalents ailleurs et les débouchés professionnels sont solides.

Les 84 étudiants et leurs professeurs se mobilisent , nous leurs adressons notre plus vif soutien

Le désengagement de la CUA et de l'Etat  qui menace la vie  de cette école est  une  injure faite à la culture et à la création.

Nous militons  pour  le doublement du budget culturel de l’Etat et un effort supplémentaire de toutes les collectivités territoriales, ce qui nécessite une réforme de la fiscalité appuyée sur la taxation des actifs financiers.


Soutenez leur action:
esma.arras-en-lutte@orange.fr

http://arrassemobilise.blogspot.com

Voir les commentaires

Mariage annulé / Lille : Le PCF dénonce une décision scandaleuse

30 Mai 2008, 19:59pm

Publié par Xavier


Le Tribunal de Grande Instance de Lille a annulé un mariage en justifiant pour « erreur sur les qualités essentielles du conjoint » car l’épouse avait menti sur sa virginité.

Cette décision est absolument scandaleuse. Elle va à l’encontre droit des femmes, à leur intimité et à la libre disposition de leur corps. Le fait de cautionner ainsi des comportements qui portent atteinte aux engagements de la France en matière de non discrimination entre les sexes, ainsi qu’à la liberté sexuelle est inadmissible et révoltant.

Les déclarations récentes du Ministre de l’Education sur la possibilité de non mixité « à la piscine ou dans les cours d’éducation sexuelle » montrent que le gouvernement ouvre lui-même la porte à toutes les régressions et tous les comportements patriarcaux.

Une politique aussi moyen-âgeuse, qui infériorise les femmes, tire l’ensemble de la société vers le bas.

Face à ces dangereuses dérives, le PCF appelle toutes celles et tous ceux qui aspirent à une société d’égalité et de justice à se mobiliser pour faire reculer cette offensive d’une droite rétrograde et machiste.

Parti communiste français

Voir les commentaires

46 travailleurs sans papiers en grève chez BMS à Nanterre

30 Mai 2008, 11:17am

Publié par Xavier

Voir les commentaires

VITE… AVANT D'ÊTRE « CUITS » !

30 Mai 2008, 11:00am

Publié par Mentor

 

http://skyfall.free.fr/images/metaphore_grenouille.jpg
 

ou le principe de la grenouille chauffée

 

"Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement, elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.

La température continue à grimper. L’eau est maintenant chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant.

L’eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s’est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.

La température continue à monter jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais avoir fait quelque chose pour s’extraire de la marmite.

Si la même grenouille avait été plongée directement dans l’eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée aussitôt de la marmite.

(…) Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques décennies, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons : Des tas de choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30 ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées, édulcorées, et nous dérangent mollement à ce jour, ou laissent carrément indifférents la plupart des gens.

Au nom du progrès et de la science, les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité du vivant, à l’intégrité de la nature, à sa beauté et au bonheur de vivre, s’effectuent lentement et inexorablement avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies."

(Olivier Clerc : "La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite et autres leçons de vie")

 

Après la multiplication des caméras de surveillance, après le fichage généralisé y compris des enfants scolarisés, des assureurs sont en train de mettre en place la surveillance des automobilistes par GPS. Pire encore : La société Applied Digital Solutions, en Floride a mis au point « Verchip », un microprocesseur de la taille d’un grain de riz destiné à être implanté sous la peau. Cette puce émet un signal lisible par un décodeur spécial qui identifie tous nos paramètres sociaux, médicaux et autres. Les malades en sont les premiers « bénéficiaires » aux Etats-Unis… suivis par les enfants… et par nous tous…?

 

Ceux qui refuseront n'auront plus accès aux établissements publics, aux autoroutes, aux banques ? La police vérifiera si vous avez bien votre puce et si elle est à jour…

 

Alors, si vous n’êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuits, donnez le coup de patte salutaire avant qu’il ne soit trop tard !

 

 

Voir les commentaires

Prix de l'essence et racket pétrolier

29 Mai 2008, 19:34pm

Publié par Xavier

Ceux qui se lèvent tôt prennent souvent leur voiture. Ils paieront leur essence de plus en plus cher et « ça ne va pas s'arranger » leur a promis Sarkozy. Tout juste a-t-il consenti un fonds d'aide (encore faut-il voir à l'usage) à ceux qui sont les plus plongés dans la misère

Prix de l'essence et racket pétrolier
Pour les autres, 85% des Français, ils paieront plein pot l'augmentation du baril de brut mais aussi les profits faramineux des compagnies pétrolières, les bénéfices des fonds spéculatifs qui jouent les carburants à la hausse et l'envolée de la TVA ou de la taxe sur les produits pétroliers.

Le gaz a déjà augmenté de 9,5% cette année et il pourrait encore croître, afin de combler les appétits des actionnaires qui s'apprêtent à faire main basse sur GDF. Paradoxalement, ne pas avoir de pétrole peut rapporter gros et pas seulement des idées à cette petite minorité qui, un jour, préfère miser sur le blé, le mois plus tard les carburants, hier les métaux, demain - qui sait - l'eau. La moindre pénurie, une récolte médiocre, un brin de famine deviennent des aubaines pour ces fonds prédateurs.

C'est la règle du marché libre, de ce libéralisme auquel hélas quelques ténors de gauche trouvent toutes les vertus. Ces financiers ont des alliés de poids. Grâce au bouclier fiscal qui a exonéré les gros héritages, réduit leurs impôts et allégé les cotisations patronales, les habitués de Wall Street ou de notre Bourse ont trouvé des ressources supplémentaires pour aggraver les spéculations. Ces capitaux jouent contre la consommation qu'ils étranglent, le pouvoir d'achat qu'ils compriment, les salaires qu'ils bloquent. Aussi surprenant qu'il semble, les émeutes de la faim qui courent l'Afrique et la révolte qui gagnent les côtes européennes après avoir mobilisé tous les ports français ont la même origine et les mêmes auteurs : cette mondialisation capitaliste que trop de forces politiques regardent comme les vaches voient passer les trains.

Pire encore, ce racket pétrolier a été voulu et même planifié par les ministres européens des Finances qui réunis en septembre 2005 à Manchester avaient déjà répudié les mesures qui empêchent « l'ajustement nécessaire » des pays consommateurs au pétrole cher. Et les choix énergétiques et de transports, adoptés à Lisbonne par l'Union européenne ou décidés à Paris, vont à l'encontre de l'intérêt commun et des besoins publics. Le fret ferroviaire est délaissé par la SNCF qui a laissé le champ libre aux opérateurs privés. Les transports en commun sont de plus en plus soumis à des règles de l'offre et de la demande qui en augmentent furieusement les coûts et en limitent l'essor.

Le pouvoir sarkozyste choisit de limiter la dépense publique en n'investissant qu'au compte gouttes pour mieux emballer ses cadeaux à ses soutiens du CAC 40. Sarkozy avait promis aux pêcheurs qu'il les sortirait de la mouise comme il l'avait garanti aux ouvriers d'Arcelor-Mittal... Mais les seules promesses dont il se souvient sont celles qui pressurent le monde du travail, les jeunes, les retraités, les chômeurs. Et celles faites à ses amis, les riches.

Voir les commentaires

ALERTE AU RACKET SUR LES CARBURANTS !

28 Mai 2008, 19:12pm

Publié par Xavier


Les communistes arrageois dénoncent les profiteurs de la flambée des prix du carburant et avancent des propositions concrètes.


Ce mercredi 28 mai vers 17 h, des militants de la section communiste d'Arras se sont postés à deux des sorties d'Arras pour distribuer aux automobilistes le tract Essence, ceux qui paient, ceux qui profitent ! (on peut le lire sur le Blog)


L'accueil fut enthousiaste et, en quelques minutes, tous les tracts furent partis !...


Voilà une belle initiative à saluer et… à recommencer !

Voir les commentaires

A propos de mai 68 à ARRAS

27 Mai 2008, 21:19pm

Publié par Xavier

 


On ne peut évoquer le grand mouvement social de mai 1968 à Arras sans rappeler qu’à cette époque la ville et sa banlieue étaient parsemées d’entreprises et que le monde ouvrier, en tenue de travail pouvait envahir les rues en quelques minutes.

Les métallos des usines Saint Sauveur, SCT, et de Vimy (seule rescapée de l’hécatombe) ou les centaines d’ouvrières de la Chemiserie Rousseau, n’avaient que quelques pas à faire pour se trouver face à l’hôtel de ville.

Maxéi, Bd de la Scarpe, Fauvet-Girel, la Rose des Flandres, la SIO, Vélo Solex, Bertin à Blangy pouvaient en un quart d’heure drainer vers le centre ville des foules de travailleurs, tout comme la Maille, ou Stelrad route de St Pol, ou Briet, Poutas et la cité des cheminots de l’autre côté de la gare. Sans parler des tas de petites boîtes incrustées en milieu urbain.

On pouvait vite être des milliers de manifestants et se sentit plus fort pour revendiquer. Et quand les PTT et la Sécu, la Trésorerie et les Impôts s’y mettaient et que les prof et les lycéens étaient dans le coup, ça vous faisait des cortèges au coude à coude dont on ne pouvait pas voir en même temps la tête et la queue.

C’est ce qui s’est passé à Arras comme dans toutes villes durant trois semaines dès le 13 mai 1968 quand la CGT à appelé les salariés à entrer dans la lutte. Et le patronat et le gouvernement aux abois ont du lâcher du lest et accorder des augmentations de salaires allant jusqu’à 30 % pour les plus mal payés

Aujourd’hui, les plus grosses usines ont été dépecées, le peuple en toile bleue est coupé du reste du monde loin dans la campagne, chaque entreprise bien isolée de sa voisine par des espaces verts boisés, pour éviter toutmouvement contagieux.

Les conditions de lutte ont donc bien changé, Mais les travailleurs savent que, comme en 1995(pour les retraites) et en 2006 (contre le CPE) une puissante mobilisation peut contraindre gouvernement et patronat à reculer. Encore faut-il que le mouvement social, si puissant soit-il, débouche sur des réponses politiques qui remettent en cause la société toute entière ; C’est ce que proposent les communistes

 

Photo : L’usine St Sauveur, rue Jean Bodel, dépecée comme tant d’autres

C.L.

Voir les commentaires

Arras Ouest: NON A LA FERMETURE DES COMMERCES DE PROXIMITE!

25 Mai 2008, 11:34am

Publié par Xavier

Les volets de l'épicerie "8 à huit" , place Marc Lanvin, se sont définitivement refermés cette semaine.

En effet, le propriétaire des lieux n'a pas renouvelé le bail de location et souhaite agrandir sa Pharmacie par une boutique de matériel paramédical.


C'est un coup dur pour les habitants du quartier.

Fermés les uns après les autres, les petits  commerces ont peu à peu cédé la place à des banques ou des assurances...

Avec la fermeture de la dernière enseigne, beaucoup de personnes âgées sont désormais privées d'un service de proximité et d'un lieu important pour le  lien social.
Cette fermeture profite bien sûr aux hypermarchés de la zone commerciale. Comment s'y rendre,  autrement qu'en voiture ,quand les lignes de bus ne desservent même pas le quartier?

Les communistes de la cellule Marc-Lanvin ne comptent pas en rester là. Présents sur la brocante de samedi après-midi, nous avons lancé une pétition pour réclamer la réouverture d'un magasin alimentaire dans le quartier.

Cette initiative est largement approuvée. Plusieurs centaines de signatures ont déjà été recueillies! Dès cette semaine nous organiseront un porte à porte dans tout le quartier. Les pétitions seront ensuite déposées auprès  du maire. Nous exigeons de l'équipe municipale qu'elle prenne ses responsabilités pour défendre l'intérêt des habitants.




Voir les commentaires

Les parents d'élèves mobilisés sous arcades!

25 Mai 2008, 10:53am

Publié par Xavier








La surdité du gouvernement n'a pas entamé la colère et la détermination des parents d'élèves de la FCPE qui dénoncent la casse de l'école publique.





En effet, l'association de parents d'élèves s'est mobilisée samedi matin à Arras dans le cadre de la journée d'action pour défendre l'école publique. Après un rassemblement devant la préfecture pour dispenser un "cours" sur l'Ecole Laïque, les militants sont venus crier leur colère sur le marché. 1 200 postes d'enseignants en moins sont prévus pour la rentrée prochaines, soit 777 pour l'Académie de Lille.
Pour alerter les badauds , les parents ont énuméré à l'hygiaphone les suppressions dans de nombreux établissements de la région et fait signer une pétition de soutien.

Pour la FCPE, les conséquences la politique gouvernementale en matière d'éducation sont très claires:
-Recul de la scolarisation maternelle
-Mise en place de nouveaux programme en primaire sans concertation
-Fermeture de classes en primaire et classes surchargées
-Dans les collèges: suppressions de postes d'enseignants, de moins en moins de dédoublements en sciences et en langues.
-Dans les lycées: suppression massives de postes, des options disparaissent, des filières professionnelles et technologiques sont supprimées, le choix des élèves est limité, les conditions d'études se dégradent, les redoublants sont maltraités, les classes surchagées, la sécurité des élèves mise en péril, etc...
-Les structures pour les enfants handicapés sont inadaptées ou insuffusantes.

Voir les commentaires

Essence: ceux qui paient / ceux qui profitent !

23 Mai 2008, 12:01pm

Publié par Xavier

L'image “http://tbn0.google.com/images?q=tbn:QZQK7joxYS0RZM:http://www.chengetheworld.org/img/-2007/solidaire/1204/p10_04.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Depuis quelques jours, le prix de l’essence à la pompe vient de passer les 1,50 €. Dans le budget des ménages qui ont pourtant modifié leurs habitudes et notamment réduit le kilométrage parcouru, la part des dépenses en carburant atteint des niveaux inégalés. Ce sont d’abord les plus modestes qui sont touchés, mais aussi ceux qui, faute de transports publics suffisants, sont contraints d’utiliser l’automobile, notamment pour se rendre sur leur lieu de travail, ou pour en chercher...

Au-delà, c’est toute l’économie qui est menacée, notamment les pêcheurs et les agriculteurs déjà fragilisés.

La faute à qui ?

Bien sûr, la raréfaction du pétrole et des énergies fossiles est une des causes de ces augmentations. Mais la brutalité de la crise actuelle que nous vivons est à rechercher ailleurs :L'image “http://paris.rubenpre.com/TLaDefense03.JPG” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

● dans la course aux profits des compagnies pétrolières. Depuis 2004, Total réalise chaque année un volume de bénéfices équivalent au tiers du total des dépenses de carburant en France : des profits fabuleux directement prélevés sur le pouvoir d’achat des consommateurs et qui, loin d’être investis dans la prospection, le raffinage, la recherche, ou dans les énergies alternatives, alimentent la voracité des actionnaires (+20% de dividendes par an chez Total) ;

● dans la folie des marchés qui, spéculant sur le prix L'image “http://tbn0.google.com/images?q=tbn:UnHgqXeXuNV8mM:http://www.plusnews.fr/mt_320/mt-static/FCKeditor/UserFiles/Image/070420_Bourse/070420_bourse_tetiere.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.du baril comme on joue aux courses, amplifient de manière dramatique l’envolée des cours ;

● dans la politique étrangère des Etats-Unis qui, pour s’accaparer les ressources pétrolières du Moyen Orient, mène depuis six ans une guerre qui aura coûté 3.000 milliards de dollars et rendus service aux spéculateurs ;

● du côté de l’État, qui perçoit une manne colossale de plus de 30 milliards d’euros, soit 10% de ses recettes fiscales avec deux taxes sur les seuls carburants particulièrement inégalitaire (TVA et TIPP). Au total, ces taxes représentent près des 2/3 du prix d’un litre à la pompe. Sarkozy, si prompt à dilapider 15 milliards d’argent public en exonération fiscales pour les plus riches ne fait rien pour le pouvoir d’achat du plus grand nombre.

 Tout de suite !

Alors qu’il est chaque jour plus difficile de faire face aux dépenses de la vie quotidienne, pour se nourrir, se loger, se déplacer, le racket sur l’essence doit cesser. Il est possible d’agir tout de suite pour plus de pouvoir d’achat et plus de justice. C’est ce que propose le Parti Communiste Français :

● En instaurant un prix maximum à la pompe, notamment pour le fioul ;

● En décidant la diminution de 5% de la TIPP sur l’essence et le gel de celle sur le Gazole ;

● En adoptant un plan d’urgence pour développer les transports publics ;

● En finançant ces mesures par une taxe sur les profits des compagnies pétrolières.

 Préparer l’avenir

Mais pour sortir durablement de cette impasse, il faut surtout un autre mode de développement, uneL'image “http://tbn0.google.com/images?q=tbn:m6LIvOwkin40RM:http://www.memepasmal.net/media/terre.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. autre logique que celle imposée par le capitalisme : un productivisme rapace et aveugle qui pille les ressources énergétiques et la planète.

A ce rythme, il n’y aura plus de pétrole d’ici quelques décennies, c’est à dire demain. Les énergies fossiles sont limitées et productrices de gaz à effet de serre. Il ne faut pas en rester aux beaux discours du Grenelle mais vraiment passer aux actes. L’argent est là, il n’y en a jamais eu autant.

Le Parti Communiste Français propose :

● Abonder un fond de recherche pour les développer les énergies renouvelables financé notamment sur les profits ;

● Garantir durablement le droit à la mobilité par une politique d’investissement massive dans les transports publics et une politique tarifaire accessible ainsi que le ferroutage ;

● Constituer à partir d’EDF et GDF un pôle public de l’énergie ayant vocation à être élargi pour fonder un véritable service public européen de l’énergie ;

● Organiser une Conférence mondiale sur l’énergie pour une gestion commune et « hors-marché » des ressources énergétiques et leur partage équitable ;

Voilà quelques propositions que la France devrait porter pendant la présidence de l’Union Européenne au lieu de continuer à livrer l’énergie aux intérêts privés. Les communistes sont et seront de toutes les mobilisations pour faire échec à ces politiques et construire des alternatives.

Voir les commentaires

Retraites: Les manifestations du 22 mai

23 Mai 2008, 07:22am

Publié par Xavier

Voir les commentaires

On ne bat pas en retraite!

20 Mai 2008, 19:52pm

Publié par Xavier

http://www.pcf.fr/local/cache-vignettes/L360xH241/arton2142-2fda1.jpg

Jeudi 22 mai

Mobilisation nationale

pour les retraites

A Lille, rassemblement

à 14h30 Porte de Paris

(métro mairie de Lille)

 

 

 

L’arnaque Sarkozy : Les salariés paieraient plus des retraites qu’ils ne prendraient pas !

Sarkozy propose de passer à 41 ans la durée de cotisations pour ouvrir le droit à la retraite. On vit plus vieux, il faudrait donc cotiser plus longtemps. Derrière une apparence bêtement logique, on retrouve cette devise que le gouvernement applique déjà au RSA, financé par une partie de l’argent de la « prime à l’emploi », ou aux franchises médicales : malheur aux pauvres !

 

Un système de solidarité nationale fondé sur l’effort de reconstruction d’un pays en ruine à la Libération a permis à la France de se redresser puis de rester un pays riche et développé. Alors, pour le pouvoir, s’attaquer à un élément fort du contrat social suppose quelques précautions oratoires. La chose est particulièrement vraie quand, à peine un an après le temps des promesses, revient en boomerang celui d’un profond mécontentement social sur lequel Sarkozy avait surfé et qui n’a jamais disparu depuis le retour de la droite au pouvoir à la faveur de 2002. Désormais dans la chute du Président dans les sondages, les retraités prennent leur part. 50% des retraités touchent une pension inférieure au SMIC ; les salariés ont de plus en plus de mal à atteindre le nombre d’années de cotisations ; l’espérance de vie d’un ouvrier est inférieur à celui d’un cadre. L’aumône qui est faite aux retraités, après le double racket du 1,1% de revalorisation des pensions au 1er janvier et de l’assujetissement d’une partie des personnes âgées dépendantes à des cotisations patronales sur l’emploi d’aide à domicile, est un outrage supplémentaire. La première phrase de la note établie par le ministre du travail sur la question des retraites indique donc toute la contradiction de la situation : « Les Français sont très attachés à leur système de répartition ». C’est bien là tout le problème !

 

Le mensonge principal du gouvernement est qu’il ne veut pas sauver les retraites par répartition mais bien faire de ce dossier un élément parmi d’autres de son offensive sur les droits des salariés, en activité, au chômage ou à la retraite. Prétendre développer « l’emploi des seniors » en ciblant en premier « les salariés ayant eu une longue carrière et de faibles revenus » est déjà tout un programme de société. Alors que le MEDEF fait durer les négociations sur la pénibilité, c’est précisément aux salariés ayant eu à exercer les travaux les plus durs que l’on va demander de mourir au travail. « Le relèvement progressif des conditions d’âge pour bénéficier d’une dispense de recherche d’emploi » va avoir pour effet immédiat de faire tomber ces salariés âgés sous le couperet des autres mesures que prépare le gouvernement : obligation d’accepter un emploi payé à 70% de son précédent salaire et situé à deux heures de chez soi sous peine d’être radié. Quant au financement, le gouvernement prévoit de le faire peser encore un peu plus sur les cotisations des salariés et sur la branche famille de la Sécu. Bref : « Salariés, payez encore plus des retraites que vous ne prendrez pas ! ».

 

L’autre mensonge du pouvoir porte sur le chiffrage. A ne retenir que l’enjeu, bien réel, de la part de plus en plus importante des plus de soixante ans dans la population d’ici à 2030, le gouvernement escamote une donnée essentielle : l’évolution des richesses créées qui permettent ou non d’y faire face. Si la part du PIB affecté aux retraites était de 5% en 1960 et de 12% en 2007, elle devrait être de 18% en 2040. Or si les richesses créées ont doublé entre 1960 et 2007 pour atteindre 1500 milliards d’euros, elles devraient encore doubler dans la période à venir pour s’établir à 3000 milliards d’euros en 2040. Toute la question dans cette affaire, comme sur toute la politique de cette majorité de droite, est de savoir si l’on va établir une autre répartition de ces richesses ou bien continuer à faire payer au plus grand nombre le choix que leur écrasante majorité soit accaparée par le tout-financier.On voit bien là, retrospectivement, que l’attaque contre les régimes spéciaux de l’automne était bel et bien le prélude à une nouvelle offensive contre l’ensemble des salariés.

 

Pour le PCF, il existe une réponse à la question du financement : faire cotiser au même niveau que les salaires les revenus financiers.

Cela permettrait de répondre à l’ensemble des besoins et même au-delà. Ensuite, parler de réformes des retraites sans aborder la question de l’emploi est irresponsable. Là encore, les statistiques démontrent l’échec de la politique du gouvernement : un tiers des emplois créés sont précaires, et la chasse aux chômeurs contribuent pour beaucoup à faire disparaître les chômeurs des chiffres sans pour autant les conduire à l’emploi. Il faut au contraire instaurer un système de sécurité de l’emploi et de la formation permettant d’assurer à chacun un emploi en rapport avec ses qualifications et un bon salaire. La réforme des retraites de Sarkozy, dans la droite ligne des précédentes, est une machine infernale qui n’a qu’un objectif : abolir le droit à la retraite.

Voir les commentaires

Pas touche à nos allocs!

16 Mai 2008, 20:59pm

Publié par Xavier

Voir les commentaires

Non à la création d'un « service public » contre le droit de grève

16 Mai 2008, 19:48pm

Publié par Xavier

 

Nicolas Sarkozy s’est exprimé pour annoncer « avant l’été » un projet de loi pour un droit à l’accueil des enfants scolarisés.

Alors que la mobilisation a été très forte dans toute la France, pour exiger les moyens d’une école de qualité et contester les 11 800 suppressions de postes dans l’Education nationale. Enseignants, élèves, étudiants et parents, tous aspirent à une école de qualité. Le Président de la République répond par une provocation hors sujet : il attaque le droit de grève.

La volonté de Nicolas Sarkozy de créer un service public de casseurs de grève est inadmissible et révoltante. La malaise actuel de l’école est une conséquence directe des politiques libérales qui assassine l’avenir de générations entières. Ce n’est pas en baillonant le mouvement social que Nicolas Sarkozy répondra aux aspirations des françaises et des français.

Nicolas Sarkozy perd ses nerfs et choisit le rapport de force. Il se comporte comme un chef de clan. C’est indigne de ses fonctions, et cela va à l’encontre de l’intérêt général. En guise de réponse, le Parti communiste français appelle à une mobilisation exceptionnelle pour la manifestation du 22 mai prochain.

Voir les commentaires

Plus de 300 000 dans la rue!

16 Mai 2008, 07:52am

Publié par Xavier

Des Lycéens aux retraités, toutes générations confondues, à Arras comme partout en France on a dit NON  à la politique de la droite de régression sociale

 

La mobilisation pour la défense du service public d'éducation est une réussite par son ampleur. Nous étions plus de 300 000 à battre le pavé dans toute la France.

Les syndicats d’enseignants ont annoncé près de 70% de grévistes dans le primaires et 50% dans les collèges et les lycées.

Le cortège arrageois a réuni quelques centaines de militants syndicaux et politiques, rejoints par des  lycéens de Guy Mollet ou de Jacques le Caron.

Le PCF apporte tout son soutien à celles et ceux qui manifestent leur colère contre cette politique qui multiplie les attaques contre le service public de l’éducation nationale et aggrave les inégalités.



- toujours moins d’enseignants : prés de 100.000 postes supprimés depuis 2002, 12.000 cette année et d’autres en perspective ;

- des programmes aux rabais : lire, écrire, compter, et obéir..., devient la norme de ceux qui veulent former une main d’oeuvre d’exécutants ;

- une privatisation rampante de notre système éducatif : casse de la carte scolaire, concurrence entre les établissements, encouragements aux officines privées de soutien qui prospèrent sur l’échec scolaire...


Les moyens d’un système éducatif du XXIème siècle existent : il faut s’attaquer aux profits du grand patronat et de la finance. C’est possible en s’unissant, personnels, parents, élus, lycéens et étudiants. Lançons la riposte avec des contre-projets pour l’avenir de l’école, en prouvant que d’autres choix sont possibles.

Voir les commentaires

1 2 > >>