Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Quand les blés sont sous la grêle...

29 Avril 2007, 08:56am

Publié par Xavier

 

« Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du combat commun... »

Louis ARAGON dans "La Rose et le Réséda"

Voir les commentaires

Le 6 mai : battre Sarkozy et éviter le pire

25 Avril 2007, 20:44pm

Publié par Xavier


Le Parti communiste français, ses militant-es, ses élu-es appellent à la mobilisation d’ici le 6 mai pour contrer Nicolas Sarkozy en votant et en faisant voter Ségolène Royal.

Meeting

"Pour battre Sarkozy" Gymnase Japy le 3 mai 2007
à 19H30
avec Marie George Buffet

 

Le projet du candidat de la droite est clair : passer en force pour détruire notre système solidaire.

Les premières mesures annoncées sont emblématiques de ce projet. Dès cet été : l’instauration d’un « service minimum garanti en cas de grève », la création de peines planchers pour les récidivistes et la réforme de l’ordonnance de 1945, de nouvelles lois contre l’immigration et le regroupement familial, la fin des 35 heures et l’exonération de charges sur les heures supplémentaires. Le signe est fort et sans ambiguïté : l’élection de Sarkozy inaugurerait un quinquennat de combat – contre les syndicats, contre les salariés, contre les migrants, contre les jeunes, contre les pauvres.

PDF - 133.7 ko
Avec lui le pire est certain !

Au-delà, son programme,

- C’est le droit quasi-illimité des patrons d’exploiter les salariés, avec la mise en place d’un contrat de travail unique copié sur le CNE ; l’augmentation du temps de travail au nom du principe « travailler plus pour gagner plus » (pas de hausse du SMIC et exonération des heures supplémentaires que je viens d’évoquer) ; l’obligation d’activité pour les bénéficiaires de minima sociaux.

- C’est la France transformée en « paradis fiscal », avec la suppression des droits de succession et, dans les faits, de l’ISF ; l’allègement de la taxe professionnelle ; la multiplication des zones franches…

- C’est la casse comme jamais des services publics et de la protection sociale, avec de nouvelles privatisations ; le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite (c’est-à-dire, d’ici à 2015, d’un poste sur quatre dans la santé et l’éducation !) ; la fin de la carte scolaire ; la liberté d’implantation des écoles privées ; la poursuite de la loi Fillon contre la protection sociale et la suppression des régimes spéciaux ; de nouvelles exonérations de cotisations patronales… *- C’est la chasse aux immigrés et le pillage des compétences dans les pays pauvres. *

- C’est la soumission à l’Europe libérale et aux États-Unis, avec la proposition d’un « mini-traité » sauvegardant les institutions et les politiques libérales de l’Union européenne et la dénonciation devant Bush de « l’arrogance française » – sans doute au nom de la défense de « l’identité nationale »…

Et toutes ces propositions ont été ponctuées au fil de cette campagne de discours recyclant directement ceux de Le Pen – la « racaille », le « Kärcher », « La France, aimez-la ou quittez-la », la pédophilie inscrite dans les gènes, etc., etc. –, de mises au point revendiquant haut et fort la volonté de capter l’électorat lepéniste, au point que l’hypothèse d’une alliance entre la droite et l’extrême droite a été ouvertement évoquée, qui pourrait aller jusqu’à la présence de ministres du Front national dans un futur gouvernement.

Ensemble, nous avons la responsabilité d’empêcher qu’un tel homme, qu’une telle politique s’applique avec tant de violence à notre nation.

Les législatives : C’est voter "pour" la politique que vous voulez !

Beaucoup d’électrices et d’électeurs ont voté « utile » dés le premier tour par peur d’un nouveau 21 avril. Animé-es par des réflexions stratégiques plus que politiques, beaucoup se sont vus privés du débat, du choix de société auquel ils étaient confrontés : emplois, salaires, sauvegarde de notre système de solidarité nationale, orientation européenne et actions face à la mondialisation dévastatrice, aucun des deux candidats n’a su nous montrer clairement ses choix pour la France.

Les législatives sont une élection d’autant plus déterminante : nous pourrons choisir la politique que nous voulons. Nous pourrons élire les représentants de ce que nous voulons - au plus près de nous dans les circonscriptions - : ces élus sont ceux qui proposent, discutent et votent les lois qui feront la France de demain.

Sortis du piège du bipartisme et des présidentielles, ils pourront porter nos éxigences à l’assemblée nationale.

Notre pays en a assez de l’injustice sociale, des bas salaires, de la crise du logement, des reculs du droit du travail.

Les élections législatives permettront d’affirmer clairement la volonté d’une gauche décidée à rompre avec le libéralisme, à s’engager pour les droits sociaux et démocratiques, à porter l’espoir du progrès social.

Voir les commentaires

Le Pen écarté, pas Sarkozy

24 Avril 2007, 09:25am

Publié par Xavier


Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle ne peuvent réjouir ceux qui, comme nous, se sont battus depuis des semaines pour battre Nicolas Sarkozy et réussir le changement à gauche. Contrairement à 2002, Le Pen est écarté et la candidate socialiste est qualifiée. Mais la menace d’une élection de Nicolas Sarkozy, qui a recyclé une grande partie des voix et des thèmes de Le Pen, est là et bien là. Le battre est désormais l’enjeu de ce deuxième tour.

La participation historique des électeurs au scrutin marque les résultats de ce premier tour. À droite, elle s’est concentrée sur le vote Sarkozy. À gauche, le traumatisme de 2002 et le rejet de Nicolas Sarkozy ont joué à plein, mais sur fond de présidentialisme exacerbé, ces réflexes ont fait passer au second plan le besoin d’un projet audacieux de changement. Résultat, si Ségolène Royal vient nettement en seconde position de ce premier tour, un dirigeant de droite comme François Bayrou a pu entraîner dans le piège du prétendu troisième homme des millions de voix, plaçant, au lendemain de ce premier tour, la gauche à un très bas niveau historique, avec moins de 40 % des suffrages exprimés.

Tandis que l’opération Bayrou surfait sur un paysage artificiellement bipolarisé, les appels répétés au vote utile à gauche ont, comme on pouvait malheureusement le redouter, vidé le potentiel de la gauche, plus qu’ils n’ont servi à le muscler. L’énorme travail militant accompli pour porter d’autres ambitions à gauche, en particulier dans la campagne de Marie-George Buffet, n’a pas réussi à contrecarrer cette tendance. Toute la gauche aura des enseignements à tirer de cette inquiétante situation.

Pour l’heure, il ne faut pas relâcher l’effort pour battre Nicolas Sarkozy et l’empêcher de mettre en oeuvre sa politique à l’Élysée durant le prochain quinquennat. Non seulement cette politique ultralibérale, brutale et antisociale, est un danger pour le pays, mais la manière dont il choisit de s’appuyer sur les thèses du Front national pour construire son succès doit conduire à redoubler d’énergie pour lui barrer la route.

Les ambiguïtés, connues, du programme de Ségolène Royal ne peuvent conduire à banaliser ce que constituerait pour notre peuple, pour les travailleurs, pour les jeunes de ce pays l’arrivée de la politique Sarkozy aux commandes pour ces cinq longues années de plus. Surtout quand on sait que son objectif central est de laminer le système social français et de faire de notre pays un des champions mondiaux du capitalisme ultralibéral.

Empêcher la victoire de l’UMP, c’est aussi se donner les moyens de continuer à mener le combat en faveur d’une politique de gauche véritable, notamment lors des prochaines élections législatives. Un combat que la présidentialisation a évidemment contrarié, mais qui ne peut que reprendre ses droits. Cet engagement de toutes les forces de gauche pour battre Sarkozy est indispensable à la victoire, car ce n’est pas avec de nouveaux calculs politiciens, de nouveaux appels du pied plus ou moins appuyés à François Bayrou ou à ses amis que la gauche peut s’en sortir. Face à Nicolas Sarkozy qui n’hésitera pas à porter haut son projet ultraréactionnaire, la gauche, pour gagner, doit affirmer ses valeurs, des valeurs qui ne soient pas que des mots.

Par Pierre Laurent

Voir les commentaires

Déclaration de Marie-George Buffet consécutive au 1er tour des élections présidentielles

23 Avril 2007, 09:40am

Publié par Xavier


En battant tous les scores de participation sous la 5ème République, notre peuple vient de montrer l’importance capitale qu’il donnait à ce scrutin manifestement dominé par une question centrale : pour ou contre Nicolas Sarkozy.

Exacerbé par le présidentialisme et la médiatisation, cet enjeu a dominé tous les autres. A gauche, le dramatique danger de voir l’emporter une coalition de la droite et de l’extrême droite a produit un véritable effet de souffle du vote dit « utile » qui a joué massivement en faveur de Ségolène Royal, et même pour une part de François Bayrou. Il a particulièrement joué sur les électrices et électeurs les plus déterminés à faire gagner la gauche, et notamment un grand nombre d’électrices et d’électeurs communistes. Ces résultats ne sauraient traduire l’audience réelle du Parti communiste dans notre pays.


Nicolas Sarkozy est un homme dangereux qui a délibérément choisi de reprendre les thèses insupportables du Front National afin de devenir le candidat de la droite et de l’extrême droite. Il doit absolument être battu. Lucide sur les insuffisances et les ambiguïtés du programme de la candidate socialiste, j’appelle sans hésitation tous les hommes et toutes les femmes de gauche, toutes et tous les démocrates, à voter et faire voter le 6 mai Ségolène Royal.

Je lance cet appel avec d’autant plus de force que la situation est difficile. Avec moins de 40% des suffrages exprimés, la gauche réalise un de ses plus bas scores sous la 5ème République.

J’appelle les communistes, toutes celles et tous ceux qui, dans leurs diversités, ont fait avec moi une campagne magnifique de mobilisation et de détermination, à ne pas relâcher leur effort.

Jusqu’au 6 mai, il nous faut tout faire pour battre Nicolas Sarkozy. C’est vital pour notre peuple qui subirait sans cela, durant cinq ans, la politique ultra-libérale d’une droite décidée à en finir une fois pour toutes avec notre système social.

Ce que je veux dire, enfin, c’est que malgré ce résultat évidemment très loin de nos espérances, nous avons mené un beau combat. Jamais nous n’avons voulu céder à ces discours selon lesquels il ne serait pas possible, en France, de changer les choses en grand.

Tout au long de la campagne, j’ai pu mesurer combien les attentes qui se sont manifestées puissamment dans les luttes contre les réformes Raffarin, dans la campagne contre la constitution libérale de l’Europe ou pour arracher le retrait du CPE sont toujours présentes et attendent des réponses de la gauche.

Pendant toutes ces semaines, les militantes et militants communistes, les nombreux élus qui m’ont soutenu, les acteurs et actrices du mouvement social, les hommes et les femmes qui furent à nos côtés pendant cette campagne, ont montré une grande résolution à faire gagner en France les idées de progrès social et d’humanité.

Ces idées là, quoi que l’on nous dira ces prochaines semaines, sont et resteront toujours vivaces. Et le Parti communiste sera toujours là pour les relayer, les renforcer dans les luttes, les porter aux côtés de tous les hommes et femmes de France qui aujourd’hui rêvent d’une vie enfin meilleure.

Je veux le redire ici. Il n’y en France aucune fatalité au chômage, à la misère, à la vie telle que l’on veut nous l’imposer. Alors continuons le combat, dès demain pour battre la droite et pour imposer aux élections législatives, dans quelques semaines, le changement dont notre pays a besoin.

Voir les commentaires

LE PAYSAN BOVE SEME DE L’IVRAIE

21 Avril 2007, 17:57pm

Publié par Xavier

 

BOVE  est venu boucler à Arras jeudi soir la campagne qu’il a engagée il y a un an  au sein des collectifs anti-libéraux… contre le Parti Communiste. 

 Peu lui chaut que les quatre candidats les plus puissants qui se réclament du libéralisme s’appuient chacun sur un parti  fortement organisé et doté  de moyens considérables, 

Ce qui exaspère BOVE c’est que les ouvriers, les salariés les petites gens puissent eux aussi avoir leur propre parti et s’organiser pour lutter. 

Quand BOVE vitupère contre les «  logiques d’ appareils » il parle « d’apparatchiks » et s’il exhibe sur ses estrades le « communiste déçu  » qu’il a déniché pour les besoins de la cause, c’est pour mieux désigner sa cible. Pour lui les obstacles au rassemblement ce ne sont pas  les grosses machines du  PS,  de  l’UMP, de  l’UDF, ou du  FN, mais des   pauvres diables « manipulés par les partis » et qui «  combattent  dans leur coin » (sic)

BOVE  a balayé de l’histoire de France tous les grandes batailles  remportées par la classe ouvrière quand elle disposait d’un parti organisé et influent.

BOVE fait mine de ne pas comprendre  que sans l’affaiblissement du Parti Communiste dès 1981 jamais la droite et ses alliés  n’auraient pu imposer  tous les mauvais coups que subissent les  travailleurs.

BOVE  ne veut  soi-disant plus de parti…tout au moins qui lui fasse ombrage.

Mais BOVE sent derrière lui « une dynamique forte » qui n’attend plus qu’un CHEF pour l’entraîner. Devinez Qui ?

Heureusement, il y a ,  pour rassembler dimanche  tous les antilibéraux sans exclusive, la candidature de Marie George BUFFET,  à qui les dizaines de milliers de militants communistes ont apporté leur soutien.

 

                                                                                                                                                         C.L.

Voir les commentaires

Clip de campagne

20 Avril 2007, 10:14am

Publié par Xavier

Voir les commentaires

A vous de jouer !

20 Avril 2007, 09:49am

Publié par Xavier

Voilà c'est fini. Après des mois de mobilisations, la campagne se termine. Ce sera à vous électrices, électeurs de faire entendre votre choix.


Pourtant, à quelques heures du vote, beaucoup d'entre-vous hésitent encore. De très nombreuses rencontres dans les villages, les marchés nous ont montré l'ampleur de ce climat d'indécision.


Il faut dire que cette campagne résonne comme un vaste brouhaha assourdissant. Le tapage médiatique n'a pas cessé depuis un an. En effet, depuis le début, les médias ont choisi pour vous un duel entre deux stars télégéniques, Ségo/Sarko.


Alors que nous avons le devoir d'accomplir un choix déterminant pour les années à venir, nous avons été privés de débats. Seules Marie-George Buffet puis Dominique Voynet, relayées par la pétition des journalistes de France 3 ont réclamés des débats contradictoires.


Il ne fait aucun de doute que cette manoeuvre vise à esquiver la question sociale et à préserver l'hégémonie des présumés « grands candidats ».


Pourtant, ce que nous venons de construire est sans précédent. Si l'on regrette le rendez-vous manqué de la candidature unitaire, il faut le dire haut et fort le Parti communiste français retrouve sa vigueur et ses couleurs. Les meetings ont mobilisés des foules enthousiastes. Le 1 avril, il y avait 15 000 personnes à Bercy, 4000 personnes à Lille le 10 avril et pas moins de 7000 hier encore à Marseille.


Notre candidate soulève un immense espoir. Les jeunes mobilisés contre le CPE sont venus en masse soutenir Marie-George Buffet. Beaucoup de nos anciens camarades sont revenus pour défendre à nouveau leur parti.


A Arras notre mobilisation a dût en surprendre plus d'un ! Jamais le PCF n'a distribué autant de tracts et collé tant d'affiches pour une campagne présidentielle. L'on a vu se succéder les adhésions semaines après semaines. Nous avons multipliés les contacts au cours de nos actions militantes ou sur internet.


Alors bien sûr, il y a le refrain du « vote utile ». Il faut dire que la menace est réelle. L'extrême droite est aujourd'hui décomplexée, assumée. L'on apprenait hier que les tombes musulmanes de Notre-Dame de Lorette ont été recouvertes de croix gammées. Après une maison de Villers-au-bois, des tombes juives de Lille-sud , c'est au tour de ce Lieu de Mémoire de la Grande Guerre d'être sali par la haine de ces fachos. Mais la droite de Sarkozy, par sa violence, son mépris des masses, son libéralisme sauvage, elle aussi fait peur...


Nous combattrons cette droite extrême par une gauche de courage, de conviction, fière de ses valeurs, en phase avec vos attentes. Voter Marie-George Buffet, c'est voter pour un contenu véritablement transformateur qui pèsera sur les choix à venir.

Ne laissons pas la gauche se vider de sa substance. Si vous voulez battre la droite et réussir à gauche, il faut donner de la force au PCF.


X.S.

Voir les commentaires

L'Edito de Marine Rousillon

20 Avril 2007, 07:13am

Publié par Xavier

Voir les commentaires

5 bonnes raisons de voter Marie-George Buffet

19 Avril 2007, 21:33pm

Publié par Xavier


1. Voter Buffet, c'est exiger une solution politique aux délocalisations.

Marie-George Buffet est la seule à proposer une vraie solution politique aux délocalisations. Ce débat est absent de la campagne. Voter Buffet, c'est exiger l'ouverture d'un grand débat national sur les délocalisations.

2. Voter Buffet, c'est donner une chance à la gauche de réussir.

Seul le programme de Marie-George Buffet se donne clairement les moyens de réussir une politique de gauche. Le PS s'en garde bien et n'aura donc jamais les moyens de tenir ses promesses. Un PS hégémonique, c'est la gueule de bois assurée de la realpolitik après l'ivresse des promesses électorales utopiques.

3. Voter Buffet, c'est récupérer nos services publics.

Alors que le PS et la droite nous ont dépossédés de nos services publics, Marie-George Buffet s'engage clairement à reprendre ce qui nous a été volé, pour préserver ces activités des logiques marchandes et assurer notre indépendance, notre sécurité et notre avenir dans ces domaines stratégiques pour notre pays.

4. Voter Buffet, c'est défendre la fraternité face à la concurrence.

Nous sommes à un tournant de l'histoire de notre civilisation. Une guerre économique est menée contre les peuples. Pour gagner, elle doit détruire en nous la Fraternité, et la remplacer par la concurrence de tous contre tous, la précarité et la peur du lendemain pour tous. Voter Buffet, c'est crier STOP !

5. Voter Buffet, c'est réclamer une nouvelle république solidaire et démocratique.

Il est temps de rénover nos institutions, de donner de nouveaux droits aux citoyens et aux salariés, de moderniser les services publics, de réaffirmer la laïcité de notre république.

Le 22 avril, votez pour vos colères, vos idées, vos exigences!
Le 22 avril, votez à gauche : votez Buffet !

Voir les commentaires

Journal de campagne

18 Avril 2007, 10:14am

Publié par Xavier


Voir les commentaires

Fanchement on croyait à un canulard!...

18 Avril 2007, 09:27am

Publié par Xavier



Au cours d'une action militante à l'université d'Artois, on est tombé sur un tract un peu curieux invitant les jeunes  à une réunion débat avec Bayrou au "Mac Do Arras".

Ce papier  interpelle le lecteur: "Fais entendre ta voix!" où ça? "Face au centre commercial Auchan". bien  sûr!..

Franchement on a été assez naïfs pour croire à une grosse blague. Imaginez Bayrou payer sa tournée de "Big-Mac" et de "Coca-Cola" pour s'acheter la sympathie des étudiants...

Mais non, c'était sérieux. L'Avenir de l'Artois le révèle aujourd'hui. Le candidat soit-disant "rebelle" a bien choisi le temple de la mal-bouffe et du travail précaire pour "mettre en oeuvre une politique de séduction et ainsi de faire réfléchir les indécis en faveur  du candidat centriste".

Aux indécis qui souhaitent plutôt réfléchir aux ravages du capitalisme mondialisé,  se faire entendre c'est voter Marie-George Buffet!

Voir les commentaires

l'engagement une force! Tu parles...

17 Avril 2007, 21:44pm

Publié par Xavier

Draguer l'électorat centriste n'est pas un domaine réservé au  sinistre Rocard et à ses acolytes.

En effet, les socialistes d'Arras ne s'en privent pas. Que la droite se rassure, le PS leur offre même des garanties!

Pour preuve, voici ce que l'on peut lire sur le blog de l'ancien secrétaire de section PS,  Franck Heyde-Betancourt, l'engagement une force.

"(...)Je crois en revanche qu'il faut dire à l'électorat du centre que nous sommes avec Ségolène ROYAL en capacité d'incarner cette gauche moderne qui allie développement et bien être sociaux à la réussite et l'efficacité économiques."

Ne vous laissez pas voler cette éléction!
 Pour une gauche fidèle à ses valeurs, à son idéal de justice sociale et à ses combats, votez Marie-George Buffet!

Voir les commentaires

Clichés de campagne

16 Avril 2007, 17:19pm

Publié par Xavier

Voir les commentaires

"Donner des couleurs à la gauche"

16 Avril 2007, 14:19pm

Publié par Xavier

Voir les commentaires

Réaction à la déclaration Kouchner : Le vote Marie-George Buffet pour ancrer la gauche sur une véritable politique de gauche

16 Avril 2007, 13:19pm

Publié par Xavier

A une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, Bernard Kouchner, en écho aux récentes déclarations de Michel Rocard, invite à son tour à une alliance de la gauche avec une partie de la droite. Pour lui, Ségolène Royal « peut orchestrer calmement » ce qu’il qualifie « d’indispensable mutation ».

Pour l’ancien ministre de la santé, qui, en décembre dernier, n’excluait pas sa participation à un éventuel gouvernement "d’union nationale" et qui disait partager la conception de la rupture portée par Nicolas Sarkozy, l’appel à l’alliance avec Bayrou n’est ni plus ni moins que le soutien à une politique de droite dont le candidat UDF, comme celui de l’UMP, sont les représentants par leur bilan et leur programme.

Répondant à la question des alliances pour le second tour, la candidate du PS n’exclut rien. Le choix est donc bel et bien entre les mains des électrices et des électeurs.

« Où va la gauche ? », alertait Marie-George Buffet en fin de semaine dernière. « Mettra-t-elle la barre à droite en oubliant les millions d’hommes et de femmes qui se sont battus contre les réformes Raffarin des retraites et de la Sécurité sociale, qui ont dit « non » à la constitution libérale de l’Europe ou qui se sont mobilisé contre le CPE et la précarisation généralisée du travail ? Si elle le faisait, elle serait assurée de se diviser, de se démobiliser et de perdre. Ou se donnera-t-elle les moyens de se rassembler, de se mobiliser et de gagner en remettant enfin la barre à gauche, en proposant à notre peuple une politique fidèle à ses valeurs, courageuse, déterminée à rompre avec les politiques libérales pour répondre aux besoins et aux exigences populaires ».

Le 22 avril prochain, voilà la question, essentielle pour l’avenir de notre peuple et de la gauche, à laquelle les hommes et les femmes de gauche vont répondre au premier tour de l’élection présidentielle. C’est le sens du vote pour Marie-George Buffet : permettre aux femmes et aux hommes de gauche d’exprimer clairement leur volonté de voir la gauche se rassembler sur une véritable politique de gauche pour gagner, gouverner et réussir ensemble.

Olivier Dartigolles,
Porte-parole de Marie-George Buffet

Paris, le 15 avril 2007

Voir les commentaires

1 2 3 > >>