Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog des Militants Communistes d'Arras

Blog des Militants Communistes d'Arras

Blog de la section du Parti Communiste d'Arras. 14 avenue de l'hippodrome 62000 mail: arraspcf@gmail.com

COVID-19: L'ambassadeur de France à Pékin avait alerté Macron

Macron et Le Drian

Macron et Le Drian

EN DECEMBRE 2019, peu avant l'arrivée du coronavirus en Europe, le Quai d'Orsay et l'Élysée avaient reçu des informations alarmantes dont ils n'ont tenu aucun compte. L’ambassadeur de France à Pékin, Laurent Bili, venait d'avertir Jean-Yves Le Drian et Emmanuel Macron qu'un dangereux virus était signalé à Wuhan.

 

De nombreux Français vivaient alors dans cette capitale de la province du Hubei où, le 23 février 2017, Bernard Cazeneuve, Premier ministre de François Hollande, était aile visiter le laboratoire épidémiologique P4, fruit d'une collaboration avec Paris, et célébrer à cette occasion les diverses coopérations franco-chinoises  dans le « pôle automobile », à l'université de Wuhan et, surtout, «  dans la lutte contre les maladies infectieuses émergentes ».

 

Ne serait-ce que pour la protection nécessaire des Français séjournant et travaillant à Wuhan, les informations venues de Pékin, via l'ambassade, méritaient mieux qu'une lecture rapide. En effet, ce n'est qu’à partir de fin janvier que Jean-Yves Le Drian a organisé le rapatriement par avion des ressortissants français.

 

Cette alerte au virus n'était pas la première du genre. Pendant dix-sept ans — depuis l'épidémie de SRAS -, les présidents et les ministres concernés savaient qu'une pandémie pouvait survenir. Quelques exemples.

 

Présidents sans réaction

 

En septembre 2005, les services français recevaient un rapport de 25 experts de la CIA prédisant l'arrivée prochaine d'une pandémie « extrêmement contagieuse (sans)  traitement adéquat ». A Paris, en 2008 puis en 2013, paraissaient deux Livres blancs de la Défense, auxquels les grosses têtes du Renseignement avaient apporté leur concours.

 

On y annonçait notamment « une pandémie massive dans les quinze années avenir ». 

Le 20 février 2009, nouvelle alerte : le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale évoluait l'apparition possible « d' un virus d'origine animale »  et recommandait « des mesures drastiques pour protéger la population ».

 

Quand sont parvenues à Paris, en décembre 2019, les informations relatives à l'apparition d'un nouveau virus, il était encore possible  pour un président conscient de ses responsabilités  de constituer un bon stock de masques, de tests et de respirateurs.

 

Mais Macron n'a pas trouvé le temps d’y penser.

 

Le Canard Enchaîné Claude Angeli

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article