Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

La Poste : suspendu de ses fonctions après avoir sauvé la vie de sa collègue

12 Septembre 2016, 17:02pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Le 29 février dernier, une employée de La Poste dans le Nord se plaint de son état de santé. Elle ne sait pas encore qu'elle est victime d'un AVC. Mais ses supérieurs n'appelleront les secours que devant l'insistance d'un autre employé, lequel a depuis été suspendu de ses fonctions.

La Poste : suspendu de ses fonctions après avoir sauvé la vie de sa collègue

Il s'en est fallu de peu. Il est 8h30, ce 29 février au centre de tri de La Poste de Villeneuve d'Ascq (Nord). Deux heures seulement après sa prise de service, Emeline Broequevielle, 25 ans, est étendue au sol. Son bras ne répond plus, puis tout son côté gauche. Sommés d'appeler les secours par un collègue de travail de la jeune femme, leurs supérieurs font venir une ambulance. A 9h30, après une IRM à l'hôpital, un AVC est diagnostiqué. A la grande surprise de la direction de La Poste, qui n'avait pas vu d'urgence dans son cas : "Aucun signe visible ne pouvait laisser imaginer la nécessité d'une intervention rapide", assurera-t-elle pour justifier le temps mis à appeler les secours.

Pourtant, assure la victime, les alertes n'ont pas manqué. "Quand je me suis levée ce jour-là, j'ai envoyé un texto à mon chef le prévenant que je ne viendrais pas. Je ne me sentais pas bien", explique-t-elle aujourd'hui pour Marianne. Quelques minutes plus tard, son supérieur l'aurait rappelée pour la sommer de venir tout de même travailler. "Il m'a dit qu'ils étaient dans la merde si je ne venais pas. Alors j'ai pris ma voiture et je suis allée travailler." Une fois sur place, à 6h30, Emeline dit avoir ressenti une première alerte au moment de la prise de son service : "J'ai eu une pression à l'arrière de la tête, du côté droit." Elle aurait alors immédiatement prévenu ses encadrants : "Ils m'ont dit de faire assise ce que je faisais debout." Deux heures après, donc, elle ne peut plus bouger.

Six mois après les faits, celle qui était en CDD depuis 2009 accuse ses supérieurs hiérarchiques de non-assistance à personne en danger : "Ils n'ont pas voulu voir mon état, ils voulaient juste que je me remette à travailler." Or d'après elle, son accident de santé n'est justement qu'une conséquence de la politique du centre de tri vis-à-vis des jeunes CDD : "J'ai accumulé beaucoup de stress et c'est ce qui aurait causé l'accident, d'après mon médecin. Il faut dire que l'on doit faire tout ce que les titulaires ne veulent pas faire. Comme on est précaire, on ne peut pas refuser et ils en profitent."

 Une affaire dans l'affaire

Si elle s'en est sortie, Emeline considère qu'elle le doit à ce collègue de travail qui a pressé les encadrants de composer le numéro des secours : "Même quand j'étais au plus mal, ils ne voulaient pas entendre parler du fait d'appeler une ambulance. Si Sébastien ne les avait pas pressés, je ne serais peut-être plus en vie aujourd'hui". Sauf qu'en fait de reconnaissance envers cet employé qui leur a sauvé la mise, la direction de La Poste l'a dans la foulée… suspendu de ses fonctions ! Une conséquence directe ce ce qu'il s'est passé ce fameux 29 février, estime aujourd'hui Sébastien Carré, qui était membre du Comité d'hygiène, de sécurité et de condition de travail (CHSCT) mais aussi délégué départemental du personnel. "J'étais scandalisé par leur attitude, j'ai alors demandé un CHSCT extraordinaire et la réalisation d'une enquête pour faire la lumière sur ce qui s'était passé", explique-t-il à Marianne. "Quelques jours après avoir formulé cette demande, le directeur d'établissement m'a reçu pour me notifier une suspension de service sans aucun motif. Mon tort, c'est d'avoir été gênant."

Dès lors, poursuit-il, tout s'est enchaîné : "J'ai voulu m'accrocher et j'ai subi de nombreuses pressions, du chantage, une convocation en conseil de discipline pour avoir 'déstabilisé les encadrants'... Et même une garde à vue de 30 heures après une plainte de ma direction pour harcèlement. On marche sur la tête !" Désormais, sans activité en attendant que son sort soit fixé, il se dit en pleine traversée du désert. "J'ai sauvé une vie mais, au final, c'est moi qu'on essaie de tuer." La direction de La Poste, que nous avons contactée, réfute cette version des faits : "Cette nouvelle procédure disciplinaire est sans rapport avec l'accident de santé de sa collègue. Sébastien Carré a fait l'objet, depuis près de 10 ans, de plusieurs mesures disciplinaires", nous assure-t-elle sans préciser les motifs de ces mesures. Faux, maintient l'intéressé : "Je suis délégué du personnel depuis 2014, de fait je n'assure plus de fonctions à La Poste autres que mes obligations d'élus. Comment pourrais-je être indiscipliné si je ne suis pas en poste ? C'est un mensonge pour me mettre de côté." Néanmoins, il concède avoir fait l'objet d'une mise en cause disciplinaire il y a près d'un an, sans non plus en indiquer le motif.

Le dernier mot reviendra à la justice, qui aura à trancher entre les différentes versions. L'inspection du travail a saisi le procureur de la République et Emeline Broequevielle a porté plainte pour mise en danger de la vie d'autrui et non-assistance à personne en danger. Une bataille qu'elle compte bien mener communément avec celui qui l'a "sauvée" : "Je l'aiderai autant qu'il m'a aidée et on s'en sortira ensemble."

Commenter cet article