Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Liberté Hebdo 1210 : L'édito de Franck

11 Mars 2016, 17:39pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Liberté Hebdo 1210 : L'édito de Franck

UN GRAND PAS POUR L’HUMANITÉ

Les centaines de milliers de manifestants qui ont arpenté les rues de France et de Navarre ne demandent pas la lune. Juste le retrait du texte honteux envoyant aux oubliettes de l’Histoire deux siècles de luttes et de conquêtes sociales et syndicales. Un texte dont seuls les syndicats patronaux se réjouissent.

Pourquoi s’en plaindraient-ils ? Le gouvernement de monsieur Valls va plus loin encore que leurs attentes.

L’hypocrite propagande veut faire croire que la recette contre le chômage est la liberté de licencier. Les jeunes lycéens, étudiants, salariés ou chômeurs ne s'en laissent pas conter. Ce sont eux qui font les frais de la crise organisée. Précarité, jobs au rabais, stages à rallonge, temps partiels imposés, horaires décalés...

Avec ça, comment voulez-vous organiser votre avenir ?

Comment espérer fonder une famille ?

Les salariés, fonctionnaires, retraités ou sans-emplois ne goûtent pas non plus la plaisanterie. De menaces de licenciement en fermetures de boîtes, impossible de leur faire croire que ces phénomènes vont se ralentir avec un code du travail « réformé ».

Les urgences réelles sont jetées dans l’ombre. 80 ans après le Front Populaire et ses avancées, le peuple de gauche, trahi, cherche jour après jour à sortir la tête de l’eau. Le ras-le-bol est général.

Tout le monde aspire à un changement de société. Il est grand temps que les hommes et les femmes politiques envisagent le monde avec un minimum de vision élargie à autre chose que les échéances électorales. Le droit d’inventaire redevient d’actualité face à un gouvernement qui met en musique un programme qui n’est pas celui pour lequel il a été élu.

Comme si l’électeur ne méritait pas le respect de son vote. C’est une plaie profonde comme celle de 2005 et du rejet par le vote du traité européen par la majorité des citoyens. Il convient de ne pas oublier les bases du pacte républicain.

Comme le proposait Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, lors du passage en force sur le travail du dimanche, pourquoi ne pas envisager une nouvelle réduction du temps de travail ?

La société a besoin d’innovation. Pas de vieilles recettes, couvrant à peine d’un voile honteux, le service du capital et de ses intérêts particuliers. La « modernité » de Manuel Valls et Emmanuel Macron n’est que le masque d’un socialisme d’abandon, d’arrangement et de compromis.

Pour sortir de ce mauvais pas, le retrait du texte est un minimum.

Ce ne serait qu’un petit pas. La confiance des Français est déjà largement ébranlée. Les socialistes ont toutes les clés et que font-ils ? Monsieur Cambadélis, premier secrétaire, prédit 100 députés FN en 2017 si leur « réforme » échoue.

L’envie vient de lâcher la porte sur leur nez. Pour les mettre au pas ?

Commenter cet article