Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Derrière chaque terroriste plane l’ombre du capitalisme

21 Novembre 2015, 10:54am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

Je ne sais pas de qui ou de quoi j’ai le plus peur. De la folie des terroristes prêts à se faire sauter pour servir une cause qu’ils pensent juste, sans se rendre compte qu’au final ils se sacrifient pour des intérêts financiers, qu’au bout du bout ils servent les intérêts d’une poignée d’occidentaux qui contrôlent leur mouvement d’embrigadement. Car il n’est ni question d’islam, ni d’acte de résistance qui servirait la cause des peuples victimes de l’impérialisme nord américain. Il est question de déstabiliser une région stratégique pour faire du fric. Le fric, encore le fric, toujours le fric. La guerre, la drogue, la prostitution … Tout ce qu’il peut y avoir de plus abject dans ce bas monde finit toujours en lignes de compte dans les grandes banques mondiales. Ou alors, je ne sais pas si j’ai plus peur encore de la faiblesse de l’émotion vécue à grande échelle. Une barbarie finement orchestrée, la peur qui se faufile sournoisement dans chaque foyer et la raison définitivement enterrée. La peur, voilà l’allié le plus puissant, le plus efficace des ordures qui se cachent derrière ce scénario magistralement ficelé. Mise en place de l’état d’urgence, modification de la constitution, renforcement des forces de police, de l’armée. Suspicion, ostracisation, haine. Nombreux sont ceux prêts à accepter le pire au nom de leur sécurité. Là je suis effrayé. Là je vois le train de l’histoire déraillé brutalement et se projeter dangereusement contre le mur.

 

Quand on sait que la Turquie, vassal américain du proche orient, achète le pétrole du groupe islamiste, que c’est le fils du président Erdogan qui gère cet aspect. Je n’évoque même pas ici le dossier Kurde, la résistance héroïque du PKK que les autorités turques combattent sans relâche et la communauté internationale qui ferme les yeux ! Quand on sait que toutes les pétro-monarchies moyen-orientales financent directement le groupe islamiste, elles qui ont droit au tapis rouge dans les grandes capitales européennes ou nord américaines. C’est vrai pour le Qatar en début de semaine à Paris même ! L’indécence à l’état pur ! Quand on sait que ces groupes terroristes se sont renforcés avec les effectifs de l’ancienne armée de Saddam Hussein disparue suite à l’épouvantable intervention américaine en Irak. Quand on sait que les américains ont un lien direct ou indirect avec tout ce qui se fait d’extrémisme dans cette région du globe, nous avons le devoir de ne pas nous laisser guider aveuglement par l’émotion. La première décision que nous avons à prendre pour combattre efficacement le terrorisme est d’agir en citoyen et de se poser les bonnes questions. La France doit vite retrouver son indépendance et dire aux américains et aux patrons des grandes multinationales stop on arrête. La sécurité nationale avant tout !

 

Car oui, la guerre et le terrorisme sont l’incarnation même des logiques du capitalisme. S’il fallait grossir le trait pour le faire comprendre, c’est le capitalisme qui tue ces nombreuses victimes innocentes ce week-end. Voyez la bourse qui s’envole, voyez l’indécente sortie du président du medef qui nous dit attention à ne pas augmenter les dépenses publiques pour embaucher des policiers ou des militaires. Ces gens n’ont aucune forme de morale parce que le capitalisme intrinsèquement n’en a pas ! Le capitalisme est par nature un système de prédation, de guerre permanente car c’est la condition de sa survie. Daesh pourrait disparaître en 48 heures à peine. On connaît les sources de ses financements, on connaît l’identité de ses leaders, on sait pertinemment qui fait quoi dans cette affaire. Mais il n’y a pas de raison d’arrêter cette machine. On vend des armes, on met en difficulté des régimes d’opposition de la région, on sécurise provisoirement Israël (sorte de 51ème État des États-Unis), mais surtout on fait de l’argent, beaucoup d’argent. La boucle est bouclée et nous voilà revenus au problème initial. Tout cela est finalement vieux comme le monde : c’est une course à la mainmise sur les matières premières.

 

Alors au-delà de la nécessaire unité pour saluer la mémoire de toutes les victimes de ce massacre, pour faire la démonstration que quoi qu’il arrive on ne met pas la France à genou, il sera important de vite réagir et, à mon sens, cela passera par une mobilisation populaire la plus large pour porter un véritable projet d’émancipation, un projet capable de réenchanter les perspectives d’avenir de notre nation. Un véritable projet construit sur une volonté ferme de paix et de solidarité internationale, un projet de civilisation axé sur l’éducation et la culture pour combattre partout les obscurantismes, un projet mobilisant toutes les énergies pour régler le problème du chômage et notamment du chômage des jeunes. La France doit se réconcilier avec l’idée de concorde. Il n’est définitivement plus possible de laisser le pays se fracturer de la sorte. Se mobiliser en masse autour d’un projet de société novateur et révolutionnaire, c’est la certitude de tourner définitivement la page de ces dernières décennies qui ne resteront pas dans notre mémoire collective comme étant l’une des périodes les plus glorieuses de notre histoire. Qu’un pays concentre le débat politique autour de personnages empêtrés dans les affaires, des personnages qui vendent sans cesse les vieilles formules ou qui agitent les peurs et les fantasmes pour masquer leur incapacité à régler les véritables problèmes dont souffre notre pays est révélateur que nous sommes à la fin d’un cycle. Le pire, c’est de voir ces personnages courir les plateaux télé et jouer leur petit numéro la larme à l’œil alors qu’ils et elles ont tous une part de responsabilité dans ces attentats par l’absurdité des politiques étrangères qu’ils ont érigé.

 

Il nous faut une formule rénovée du Front Populaire, il nous faut redonner de l’espoir et du sens et surtout, l’appétit de l’engagement en commun. C’est là la réponse la plus forte et la plus efficace que nous pourrions apporter à cette sinistre séquence que nous vivons. Il serait temps que les jeunes générations entrent dans la danse, s’impliquent dans le débat politique et se mobilisent pour bâtir le monde de demain, le leur. L’idée d’un nouveau Front populaire peut être le départ de cette renaissance devenue capitale.

 

Guillaume Sayon

Commenter cet article