Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Lettre aux résistants de la dernière heure !

2 Octobre 2015, 03:13am

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

On entend un peu partout dans la région pousser des cris d’orfraie, on voit fleurir sur les murs de nos villes des affiches du PS laissant planer le doute quant à une imminente apocalypse politique, on assiste aux sourires crispés, aux petites phrases assassines, aux coups de communication savamment orchestrés. La gauche se tire dans les pattes, accuse à la manière d’un Zola désœuvré tel ou tel qui serait responsable de la désunion. C’est, semble t-il, la désunion qui provoquerait le basculement hypothétique et dramatique de la région entre les mains sales de l’extrême-droite lepéniste. Bien évidemment, je ne sous-estime pas ici les conséquences terribles d’une prise de pouvoir au conditionnel de la troupe des médiocres frontistes à la tête de notre nouvelle grande région riche de plus de 6 millions d’habitants. Mais enfin, mes amis qui me connaissent le savent, je n’ai jamais été du genre à ranger dans la poche ce que j’ai sur le cœur, ce que j’ai toujours cru pouvoir tirer comme enseignement d’une situation, fut-ce-t-elle aussi périlleuse que la nôtre à l’heure où j’écris ces lignes.

 

Je refuse de participer à l’agitation de la petite bourgeoisie bien-pensante qui n’a jamais mis les pieds dans un coron, à la sortie d’une entreprise, dans la cour pavée du tribunal de commerce d’Arras pour soutenir les salariés mobilisés contre la liquidation de leur outil de travail et qui accuse les communistes d’être des sectaires, d’être les seuls responsables d’un désastre annoncé. Car oui, les communistes de cette région ne sont riches que d’une seule chose : leur dignité dans la bataille, leur constance dans ce qu’ils sont, dans ce qu’ils portent depuis toujours. Les rassemblements artificiels et opportunistes ne seront certainement pas le rempart à l’inéluctable ascension des forces réactionnaires. Ni dans notre région, ni dans le pays. Partout où il y a de la souffrance, partout où il y a de l’injustice, partout où on met à mal les services publics ou la solidarité, les communistes sont là et luttent. Mes amis et camarades qui sont élus sur ce mandat qui s’achève n’ont jamais rien lâché lorsqu’il s’agissait de défendre les intérêts des habitants de notre région. Quand il fallait prendre ses responsabilités et voter contre certains projets, ils l’ont fait, sans jamais sombrer dans la facilité, dans la complaisance, dans la résignation. Peu peuvent se targuer d’un tel bilan ! Ceux qui aujourd’hui crient avec les loups, ceux qui aujourd’hui se dressent en donneurs de leçon, en détenteurs de la vérité universelle devraient faire preuve d’un peu plus d’humilité et de respect.

 

Faut-il le rappeler, ce sont les trahisons de la gauche aux responsabilités qui poussent de nombreux concitoyens souvent très modestes dans les bras de l’extrême-droite. Ce sont Macron, Valls, Hollande et le visage hideux d’une gauche lamentablement complice des banques et de la finance qui fabriquent la désespérance, la colère, la méfiance envers les élus et la politique. C’est un chômage endémique, des conditions d’existence terribles, les difficultés profondes à se soigner ou à vivre de sa retraite qui fertilisent le terreau de l’extrême-droite. Et puis surtout, le problème n’est pas tant le score que fera l’extrême-droite en décembre prochain. Le problème il est bien dans le fait que la grande majorité des travailleurs, ouvriers et salariés, n’ira pas voter. Qu’elle n’aura même plus le réflexe du sursaut républicain comme le dit la formule consacrée. Pour sauver quelle République ? Celle qui méprise les travailleurs, qui se vend servilement à l’Europe qu’aiment tant les socialistes et les écologistes, cette Europe qui a détruit toute notre industrie créant ainsi d’immenses friches où on se partage le chômage et la misère, on en sait d’ailleurs quelque chose en Nord Pas-de-Calais Picardie ! Cette République si aimable avec les puissants et si violente avec les plus humbles ?

 

Alors très franchement, s’il faut tenir un discours de vérité, je préfère aller à la bataille des régionales avec mes camarades communistes, avec des syndicalistes, des militants qui bataillent contre le logement insalubre, des militants qui distribuent des colis alimentaires au Secours Populaire, des élus qui prennent chaque année des arrêtés contre les fermetures de compteurs d’eau ou d’électricité, des femmes et des hommes de convictions dont je sais que je n’aurais jamais à douter de leur engagement. Je méprise celles et ceux qui dorment bien au chaud, confortablement, depuis des années et qui se réveillent brutalement, sentant le danger poindre, pour ensuite distribuer les brevets de respectabilité et de rassemblement. Chez nous « l’humain d’abord » n’est pas qu’un slogan, c’est notre raison d’être, le sens même de notre engagement chaque jour de chaque semaine depuis des décennies.

Fabien Roussel ne s’y trompe d’ailleurs pas, notre ennemi n’est pas le front national, notre ennemi c’est le chômage, la pauvreté contagieuse. Le remède contre l’extrême-droite c’est un travail digne et un salaire digne pour tout le monde, pas de grandes et belles phrases ou de précieuses offuscations …

 

Guillaume Sayons

Commenter cet article