Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog des Militants Communistes de l'Arrageois

Lettre d’une infirmière à Martin Hirsch

8 Juin 2015, 16:52pm

Publié par BLOG-PCF-ARRAS

la lettre de CLÉMENTINE, 31 ANS, INFIRMIÈRE à l’hôpital Saint-Louis à Paris, adressée à Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris). EN 4 MINUTES et 23 secondes, TOUT EST DIT.

Le témoignage de cette jeune infirmière "désabusée" est révélateur de la réalité de détérioration du service public de santé et des hôpitaux publics.

Le directeur de l’APHP Martin Hirsch, aura-t-il assez d’humanité pour voir en face la dégradation accélérée de ses services, et le désarroi de tous ses personnels ? Tout cela au détriment de la qualité des soins aux patients !...

Il serait souhaitable que, nos élus don Martin Hirch ou Marisol Touraine aient le courage d'aller passer une semaine en milieu hospitalier, près des malades et des soignants, pour constater les conséquences de cette politique de "gestion comptable de la santé".

Car celle-ci est une ineptie et la preuve d’incompétence, car elle va à l’encontre des résultats économiques attendus. Les PPP (Partenariat Public-Privé) sont un désastre public qui renforce un peu plus les intérêts du Privé et entraîne la dégradation de tout notre système de santé.

Rappelons que, le métier d’infirmière et autres métiers du social et médical ont une relation tout à fait particulière avec leur tâche.

Soigner des malades n’est pas la création d’un bien, d’un objet ou d’un profit, c’est la vie, la peine et la souffrance que l’on gère dans ces hôpitaux que l’on peut qualifier parfois d’usine.

Et que l’humain n’est pas un produit que l’on répare avec quelques clous, mais un être complexe qui arrive avec son histoire, ses émotions, ses espérances. L’infirmier ne gère pas seulement une maladie, mais tout ce qui va avec ; les symptômes, la souffrance, les peurs du patient, et pour cela, tout le personnel a besoin de temps et d’attention.

Pour les communistes de France et de Navarre, les hôpitaux publics ne doivent pas faire les frais d'une dette dont nous ne sommes pas responsables.Tous nous sommes attachés à la qualité de nos hôpitaux.

Les hôpitaux publics ne sont qu'une partie de l'offre de soins aux populations et plus généralement c'est l'accès aux soins pour tous (géographiquement, qualitativement et financièrement parlant) que les politiques d'austérité mettent à mal.

Oui, il est possible de faire autrement !

Un 4 pages du PCF " globule rouge"concernant les métiers de santé sera bientôt disponible et distribué à l'entrée de l'hôpital d'Arras

 

Commenter cet article